Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Gaz de schiste : plus de prudence en France qu’en Allemagne

Gaz de schiste : plus de prudence en France qu’en Allemagne

Alors que le gouvernement d’Angela Merkel présente un projet de loi sur l’exploitation du gaz de schiste en Allemagne, le gouvernement français s’interroge sur les modalités de la recherche sur le sujet.

Autorisation en Allemagne

Outre-Rhin, malgré les réticences du ministre de l’Ecologie Peter Altmaier, le gouvernement fédéral va autoriser l’exploitation du gaz de schiste par fracturation hydraulique. Cette technique controversée est la seule aujourd’hui opérationnelle, utilisée massivement aux Etats-Unis. Des précautions sont, néanmoins prévues dans le texte allemand avec l’interdiction d’employer cette techniques dans les zones où existent des nappes d’eau potable. Pour les verts du Bundestag, cette exclusion est «  pour la galerie » puisque, selon eux, « la fracturation hydraulique sera autorisée sur 80 % du territoire  ».

Prudence en France

En France, l’interdiction de la fracturation hydraulique, décidée par le gouvernement Fillon, a été confirmée par François Hollande. Le débat porte sur des pistes alternatives à cette technique, qui n’existent pas encore. Ainsi, les recherches sur ces solutions plus « propres » d’extraction des gaz de schiste font l’objet d’une opposition entre Delphine Batho et Arnaud Montebourg. Pour la Ministre de l’Ecologie et de l’Energie, il appartient exclusivement aux compagnies minières de financer de telles recherches. Le Ministre du Redressement Productif se prononce, lui, pour le financement public d’une « compagnie nationale » permettant un « contrôle du gouvernement et du Parlement » sur le sujet.

Cette différence d’appréciation entre les deux pays s’explique par le contexte et les enjeux

L’Allemagne a prévu de sortir du nucléaire d’ici 2022 et est donc à la recherche de tout moyen de substitution. Faute de pouvoir mettre en place aussi rapidement et massivement qu’elle le souhaiterait des énergies renouvelables, ses réserves de 230 milliards de mètres cubes de gaz de schiste constituent une des solutions de transition.

En France, les réserves estimées en gaz de schiste sont 20 fois plus importantes (5 000 milliards de mètres cubes). Par conséquent, les enjeux industriels, énergétiques et environnementaux sont bien plus sérieux. Le choix du gaz de schiste, s’il était fait, serait donc un élément majeur dans le cadre notre transition énergétique.

Energies renouvelables, nucléaire, gaz de schiste… Quelles solutions d’approvisionnement énergétiques pour la France du XXIème siècle ? Le débat actuel sur la transition énergétique a pour mission d’apporter des réponses. A suivre, donc.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • joletaxi 27 février 2013 14:32

    L’Allemagne a prévu de sortir du nucléaire d’ici 2022 et est donc à la recherche de tout moyen de substitution. Faute de pouvoir mettre en place aussi rapidement et massivement qu’elle le souhaiterait des énergies renouvelables,

    c’est de l’humour ?


    • JL JL 27 février 2013 18:50

      @ tous,

      à lire dans le Monde diplomatique de mars, un excellent article sur les gaz de schiste.

      On en retient que c’est une arnaque, puisque les rendements baissent terriblement vite ce qui oblige l’exploitant à creuser sans cesse de nouveaux puits pour éviter la ruine : ce faisant, il ruine inexorablement l’écologie.


      • joletaxi 27 février 2013 19:16

        quand les verts se préoccupent de ces pauvres capitalistes qui investissent dans de projets sans avenir, et que par leur actions citoyennes, ils leurs évitent la faillite.

        c’est tellement gros, que l’on se demande s’ils nous prennent vraiment pour des idiots ?

        les shale, c’est 20 % de la production aux USA, et ça ne fait que grimper, heureusement qu’à peine creusé, c’est déjà vide, sinon, on serait littéralement noyé sous des flots de gaz et de pétrole.

        Vous êtes impayables


      • JL JL 27 février 2013 19:54

        Vous avez lu l’article, jojo ?

        Je suis sûr que non : vous n’avez pas besoin, vous savez bien que c’est vrai.


      • joletaxi 27 février 2013 20:12

        Le Monde ?
        C’est pas dans ce torchon que sévit le grand Foucard, apôtre inconditionnel de la poële à frire ?

        que voilà une référence incontestable.

        curieux hein, quand la grande presse vous sert la soupe, vous n’avez pas la moindre réticence,par contre à longueur d’articles ici, on arrête pas de nous seriner que l’on serait lobotomisé par les merdias. faudrait savoir hein

        réfléchissez un peu... oups, non, je demande l’impossible, au temps pour moi

        bonne soirée


      • JL JL 27 février 2013 20:36

        Ouaaaahhh l’autre !

        Il confond Le Monde et Le Monde Diplomatique !

        Quel ignare

         smiley  smiley  smiley


      • JL JL 28 février 2013 12:05

        @ Cassino,

        merci de cette précision. J’ai lu l’article dans le journal papier, et je ne l’ai pas relu dans la version électronique.


      • JL JL 28 février 2013 12:10

        Pour ce qui concerne les estimations,

        comme il est dit dans l’article du Monde Diplomatique, elles sont partout surévaluées.

        Comme il n’y a eu aucun contrôle sur les méthodes d’évaluations, les compagnies peuvent prétendre l’avoir fait sérieusement.

        Par ailleurs, il faut savoir qu’en droit minier qui sauf erreur, s’applique partout dans le monde occidental (OMC oblige ?), une autorisation de prospection vaut autorisation de forage.

        Mais il est sûr que ce n’est pas avec des abrutis comme joletaxi, que nos élus prendront conscience de ces choses-là ; c’est toute la tactique de ces trolls au service des gangsters : emêcher tout débat sérieux sur les sujets qui doivent pour aboutir, demeurer dans l’ombre.


      • HELIOS HELIOS 27 février 2013 20:39

        ... en quoi une decision de l’Allemagne, nous imposerai-t-elle d’en prendre une nous aussi ?

        ... La France a tout son temps pour decider si la fracturation hydraulique (mais pas seulement, et la polution chimique qui va avec, on l’oublie un peu vite) peut etre utilisée pour extraire des combustibles du sous sol.

        Nous pouvons (devons) attendre le temps qu’il convient pour decider, d’ailleurs d’ici là, d’autres solutions existerons peut etre.

        ...incroyable cette pression, les gaz de schiste c’est « non » pour l’instant... on verra plus tard, rien ne nous presse, surtout pas les lobbyistes et les idiots utiles.


        • jef88 jef88 27 février 2013 21:28

          France Allemagne ... les gouvernements !
          d’un côté on réfléchit, de l’autre on agit !
          tout est dit !


          • Jr.Bupp Jr.Bupp 28 février 2013 09:47

            Vous n’etes pas mal non plus !  smiley


          • jef88 jef88 28 février 2013 12:30

            du côté français on réfléchit .... sans agir ! comme pour tous les problèmes économiques !
            j’ai peut être écris une connerie mais vos sous-entendus ne sont pas mal non plus !


          • TSS 28 février 2013 00:50

            Lire l’article de @ wesson sur l’arnaque financière du gaz de schiste aux USA..

            Encore une enième bulle qui ne va pas tarder à eclater ... !!


            • révolQé révolté 28 février 2013 10:28

              Viendez fouiller au nord de l’Herault pour votre merde de GdS,on vous attend... !!!

              Quand je dis « nous »,je ne parle bien sur pas des écolos peace & love à la barbe fleurie,
              mais de« combattants pour la vie »,motivés et préparés à toutes éventualités.

              NO GAZARAN... !!!  smiley


              • ecolittoral ecolittoral 5 mars 2013 12:00

                Pour info !

                Extraire du GDS, c’est un forage pour 30 Kms2.
                Il faut donc creuser un trou, tous les 10 à 20 Kms de distance.
                Un forage GDS coûte presque aussi cher qu’un forage « pétrole ».
                Les estimations, 5000 milliards de M3, ne sont pas des estimations...même à la louche. 
                Ce ne sont que des suppositions. Rappelons qu’il ne s’agit pas de nappes mais plutôt de « bulles de Champagne ».

                Conclusion : Transformer des régions entières en gruyère pour remonter des quantités indéterminées de gaz avec quantité de forages hors de prix n’est pas rentable.

                L’endettement des compagnies US est et sera supporté par le contribuable américain, subventions et actifs toxiques(bancaires et chimiques).
                Les « bénéfices » sont engrangés par les compagnies d’exploitation, distribution, exportation.

                Pour ce qui est des remontées de produits secondaires, elles s’étaleront sur une durée 30 ans minimum.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès