Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Géopolitique et politique agricole russe : enjeux de l’agriculture (...)

Géopolitique et politique agricole russe : enjeux de l’agriculture biologique en Russie

Le président russe Vladimir Poutine, qui a interdit les OGM sur tout le territoire russe en septembre 2015, veut faire de la Russie le premier exportateur mondial de produits biologiques et naturels, alors que fin novembre, la Commission Européenne vient d'autoriser 19 nouveaux OGM dans l'Union Européenne. Jeudi dernier, devant le parlement russe, Vladimir Poutine a appelé le pays à devenir complètement autonome dans la production alimentaire d’ici 2020, notamment en agriculture biologique.

« Nous sommes non seulement en mesure de nourrir nous-mêmes en tenant compte de nos terres, nos ressources en eau – la Russie est en mesure de devenir le plus grand fournisseur mondial d’aliments sains, écologiquement propres et de haute qualité que les producteurs occidentaux ont depuis longtemps perdu, surtout compte tenu du fait que la demande pour de tels produits sur le marché mondial ne cesse de croître », a déclaré M. Poutine, devant le Parlement russe jeudi.


Modèle agricole et anthropologie nationale

Cette déclaration a une grande importance. En effet, après avoir pratiqué pendant près d'un siècle une agriculture industrielle, anti-sociale, polluante, dégradant les sols, érodant les ruralités, cassant les constitutions communautaires enracinées en même temps que les constitutions pédologiques des terroirs, les régimes occidentaux de l'Union Européenne peinent à conduire une politique sérieusement engagée dans l'agriculture biologique. Moins en raison des moyens qui demeurent considérables, notamment en matière de communication - il existe en France, en Allemagne, en Espagne, des modèles d'agriculture massive et industrielle labelisées "bio" - mais plutôt en conséquence d'une profonde rupture anthropologique et spirituelle dans les sociétés occidentales modernes. Le vrai retard que nous avons, face à la Russie, est vraiment politique et donc spirituel. Deux aspects de la vie humaine sur lesquels les masses dispersées et individualistes de l'Occident n'ont plus de prise, par refus ou faiblesse d'âme.

04_Millet_ANGELUS-webblog-3

Le modernisme dans les pratiques de l'agriculture conventionelle, indutrielle et chimique, est très lié à l'esprit américaniste qui a imprégné les générations paysannes d'après-guerre. Leurs héritiers sont encore jusqu'à nos jours, dans les lycées agricoles, extrêmement influencés par ce modèle en bout de course. Du paysan, de l'agriculteur, on est passé à l'exploitant. Ce qui s'observe également dans les comportements et les habillements. On est passé de la tenue de travail simple et digne au mauvais gout américain d'aujourd'hui, casquette de trucker, canette de Red-Bull, jeux vidéos et hystérie matérialiste.
Le modernisme dans les pratiques de l'agriculture conventionnelle, industrielle et chimique, est très lié à l'esprit américaniste qui a imprégné les générations paysannes d'après-guerre. Leurs héritiers sont encore jusqu'à nos jours, dans les lycées agricoles, extrêmement influencés par ce modèle en bout de course. Du paysan, de l'agriculteur, on est passé à l'exploitant. Ce qui s'observe également dans les comportements et les habillements. On est passé de la tenue de travail simple et digne au mauvais gout américain d'aujourd'hui, casquette de trucker, canette de Red-Bull, jeux vidéos et hystérie matérialiste.

De fait, le modèle agricole conventionnel en Occident est largement tributaire du crédit bancaire, de la spéculation financière internationale, du système de subventions inégalitaire de l'Union Européenne, des normes toujours plus couteuses et exigeantes, des syndicats agricoles dominés par le grand patronat de l'agroalimentaire. Tributaire, surtout, des consommables, engrais de synthèse, compléments alimentaires issus de la grande industrie agro-chimique que sont contraints de payer année après année les exploitants engagés dans ce modèle et refusant d'en sortir. Certes, l'agriculture biologique gagne chaque année en parts de marché et en nouveaux producteurs, en France comme en Allemagne. Mais après avoir brisé l'anthropologie paysanne traditionnelle, la société matérialiste, individualiste et libérale a perdu énormément de spontanéité dans les pratiques agricoles et rurales. Il faudra beaucoup de temps afin que dans ces sociétés occidentales éclatées, de nouvelles communautés familiales solides ne reconstituent naturellement ce tissu social.

Le grand ingénieur belge Yannick Van Dorne, qui a remis au gout du jour les techniques simples et écologiques de l'électroculture et de la magnétoculture, parle régulièrement dans ses conférences des blocages mentaux qui ont été imposés dans l'agriculture en France, que ce soit au niveau de la recherche, de la pratique ou de la politique. Il explique également qu'en Russie, comme dans certains pays africains ou orientaux, il existe un plus vaste engouement scientifique, politique et social pour les techniques de l'agriculture traditionnelle et biologique.

jpg_agriculture_malienne-610x457

De fait, pour ces pays dits "en développement", grand est l'attrait des politiques comme des citoyens vers une agriculture très diversifiée, naturelle, biologique, contribuant à reconstituer des écosystèmes parfois détruits par l'agriculture coloniale, communiste ou capitaliste, permettant aux familles et aux communautés villageoises encore très traditionnelles de conserver leur mode de vie tout en en travaillant et en contribuant efficacement à la prospérité sociale et économique de leur pays et de leur état. Dans ces pays, le modèle de la petite ferme, familiale et artisanale, mais hyperproductive, n'est pas dogmatiquement opposée à la grande structure de production animale ou céréalière comme ce fut le cas jusqu'à très récemment en France, par exemple. Ces pays, qui ont conservé mieux que nous leur anthropologie naturelle, sont en conséquence, structurellement plus aptes à organiser une agriculture efficace, saine et productive en se fondant sur les petites structures communautaires et familiales, sur la diversité naturelle de ces ruralités.


Géopolitique de l'agriculture russe

« Il y a dix ans, nous avons importé près de la moitié de la nourriture et nous étions dépendants des importations. Aujourd’hui, la Russie est parmi les exportateurs. L’année dernière, les exportations russes de produits agricoles se sont élevées à près de 20 milliards $ . Un quart de plus que le chiffre d’affaires de la vente d’armes, ou soit un tiers des recettes provenant des exportations de gaz « , a ajouté Poutine.

Comme en diplomatie internationale, la patience russe est enfin payante en agriculture. Totalitaire et inefficace sous le régime communiste puis sous l'oligarchie de Boris Elstine, la politique agricole russe est une autre réussite à mettre au compte de Vladimir Poutine. Or, il est intéressant de voir à quel point ce sujet revêt une importance centrale dans la prospérité économique d'un pays, mais aussi dans sa capacité de projection internationale.

arton4901

Nous l'avons observé cet été. Les invraisemblables sanctions économiques que l'Union Européenne avait prétendu vouloir imposer à la Russie ont eu des conséquences graves et quasi-immédiates pour l'agriculture française en particulier et pour les producteurs de l'UE très industrialisés, tels l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Espagne, la Pologne ou les États-Unis, qui étaient le second exportateurs de produits agricoles en Russie, tout juste derrière l'Allemagne et la Pologne. La réponse politique de Vladimir Poutine, l'embargo russe sur les matières premières alimentaires en provenance de l'Union Européenne (mais aussi des États-Unis et de l'Australie), a sonné le glas d'un certain modèle d'agriculture industrielle et chimique imposée depuis maintenant de nombreuses décennies en Europe. L'embargo russe sur les produits de l'UE, imposé pour une période d'un an reconductibles, démontre aussi l'importance qu'accorde le gouvernement russe à la question du soutien à son agriculture et au développement en particulier d'une agriculture saine et biologique.

En octobre 2015, le ministre français de l'agriculture, Stéphane Le Foll, a reconnu que les conséquences de la politique arrogante de l'UE envers la Russie avaient déjà couté, en l'espace de quelques mois, plus de 280 millions d'euros à l'agriculture française. Il avait alors ajouté :

L'effet de l'embargo russe sur les produits alimentaires a été un déclin général des prix sur le marché européen en raison d'une offre trop importante. En conséquence, il est difficile d'estimer l'ampleur exacte des dégâts, qui varient énormément selon les filières."

Ces dernières semaines, la tension est montée d'un cran en Syrie après que les autorités russes aient révélé au monde entier la participation du régime turc au trafic de pétrole syrien en collaboration avec l'état islamique. L'acte criminel dont s'étaient rendus coupables les gouvernementaux turcs en laissant leur aviation abattre un chasseur russe qui patrouillait au dessus de ces zones de trafics fut la démonstration de la faiblesse morale et politique du pouvoir turc actuel. Il est fort possible que l'une des représailles économiques de la Russie soit dirigée contre l'agriculture turque, dont le marché russe constitue un débouché considérable.


Le potentiel de l'agriculture biologique en Russie

Pour se rendre compte du potentiel de l'agriculture biologique en Russie, il est utile de citer Boris Akimov, le charismatique co-fondateur de la coopérative de paysans bio LavkaLavka, qui regroupe une centaine de petits producteurs familiaux ou individuels et qui commercialise ces productions sur cinq magasins, un marché et un restaurant à Moscou, ainsi que sur un site de vente directe en ligne.

32dfa95f14e8804bb6fa75e30ee0b3cc

Boris Akimov déclare ainsi "notre but n’est pas de faire du business mais d’aider au développement de fermes bio. Selon moi, la Russie a un énorme potentiel dans ce domaine-là. Il y a des terres immenses, non cultivées depuis des années, sans pesticide ni traitement chimique. Ce sont 45 millions d’hectares de terres libres qui pourraient faire de la Russie la plus grande nation bio. Il n’y a pas d’autres pays qui aient autant de terres disponibles."

Reste à Vladimir Poutine et au gouvernement russe d'apporter le soutien politique adéquat à ce renouveau agricole. En France, les jeunes qui s'installent depuis une quinzaine d'années en agriculture biologique et traditionnelle n'attendent plus l'aide de l'état depuis longtemps et entreprennent le plus souvent par eux-même, développant de très beaux modèles économiques et sociaux, supplantant de plus en plus le vieillissant modèle conventionnel.

Discret, mais puissant renouveau de l'agriculture paysanne chez les jeunes français depuis une dizaine d'années. L'Alsace est une région particulièrement dynamique dans ce domaine. Ici, Monsieur Fabrice Meyer, maraicher du Haut-Rhin et spécialiste de la traction animale. Avec l'essor grandissant du maraichage, de la viticulture, de l'elevage et même des céréales conduites en agriculture biologique, se développe de plus en plus la traction animale, extrêmement rentable et vertueuse.
Discret, mais puissant renouveau de l'agriculture paysanne chez les jeunes français depuis une dizaine d'années. L'Alsace est une région particulièrement dynamique dans ce domaine. Ici, Monsieur Fabrice Meyer, maraicher du Haut-Rhin et spécialiste de la traction animale. Avec l'essor grandissant du maraichage, de la viticulture, de l'élevage et même des céréales conduites en agriculture biologique, se développe de plus en plus la traction animale, extrêmement rentable et vertueuse.

 

En Russie également, le renouveau agricole chez les jeunes se base sur cette volonté de revitaliser le pays et les ruralités grâce à cette agriculture biologique et traditionnelle, saine, vertueuse, créatrice de richesse sociale et agronomique incomparable. Ainsi, les fondateurs de LavkaLavka ont lancé un vaste projet social à l'échelle du pays afin de relancer une agriculture biologique et naturelle dans les villages de Russie. Le projet Bolshaya Zelmja (La grand terre) vise précisément en cela, à constituer à travers le pays "un réseau social de personnes actives, désireux de développer leur lieu de vie et de revitaliser le territoire, sans attendre l’aide de l’Etat."

th_lavka1

Or, l'état russe travaille activement depuis quelques années à mettre en valeur les terres fertiles des parties extrême-orientales du pays. Ainsi, un projet de loi est en cours pour permettre la mise en exploitation de près de 30 millions d'hectares, soit à peu près la moitié de la superficie de l'Héxagone.

Ce média public russe nous apprend en effet que : "Le 24 juillet 2015, les autorités russes ont démarré une discussion publique afin d'élaborer un nouveau projet de loi. Ce dernier donnerait le droit, à chaque russe qui aménage en Extrême-Orient, à un hectare de terre qui lui serait attribué gratuitement pour 5 ans. Si le terrain est utilisé pour toutes activités qui ne violent pas la loi alors ce lieu deviendra la propriété de l'utilisateur. Si le terrain n'a pas été utilisé lors des 5 années, il sera confisqué. Les étrangers ne peuvent pas bénéficier de cette offre".

Pendant ce temps, en France, on exproprie des familles de paysans pour construire des stades de football et on diminue drastiquement les aides à l'installation des jeunes agriculteurs, lesquelles sont absolument misérables en comparaison à nos cousins québécois par exemple, qui bénéficient de soutiens publics. En Mars 2015, le gouvernement socialiste avait annoncé une baisse de 25% des aides pour les agriculteurs bio, faute de budget.

Le modèle agricole français et européen continuera d'aller dans le mur, parce que ces pays sont dominés par des oligachies profondément anti-nationales. Mais il s'agit en France en particulier, d'un vrai problème structurel, d'une profonde inadéquation de la forme du régime politique français à l'anthropologie française traditionnelle. Tant que la France n'aura pas retrouvé un gouvernement et un chef d'état véritablement catholiques et disposés à restaurer et défendre les souverainetés économiques, politiques et sociales, il y a peu de chances pour que ce modèle vertueux, paysan, écologique et familial ne trouve un véritable soutien politique. En attendant, une génération de jeunes paysans biologiques sont en train de poser les fondations de cette reconquête patiente.

Guillaume de Hazel pour Le Pays de Lichtenberg et Argentinat.

Toute reproduction du texte doit renvoyer vers la source.


Sources  :

Interdiction des OGM en Russie depuis Septembre 2015

24 Novembre 205 : L'UE autorise 19 nouveaux OGM

Page facebook de la Coopérative LavkaLavka

Renouveau du fromage russe

Quelques chiffres sur les conséquences économiques de l'embargo sur les exportations UE en Russie

Déclaration de Vladimir Poutine devant le Parlement Russe le 3 Décembre 2015

Article sur la coopérative bio LavkaLavka


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • alinea alinea 5 décembre 2015 15:16

    Envie d’exil ; fuir le non-sens, trouver le bon sens !


    • sls0 sls0 5 décembre 2015 19:46

      @alinea
      Bonjour d’un exilé, ailleurs c’est pas mieux c’est différent.
      C’est vrai que rien ne m’attire en France pour l’instant. Personnellement rien ne me dérange mais être triste pour les gens qui m’entourent car ils ont choisi une vie de soumis, je préfère m’en passer.
      Un moment j’avais envisagé de quitter l’Amérique du sud pour la Crimée, c’est avec un certain plaisir que j’aurai dépensé mes euros français pour aider la Crimée.
      Aller au consulat français en Russie pour se faire inscrire aurait eu un coté comique.

      Pour ce qui est de trouver le bon sens, des pays non soumis au marchés c’est rare et parfois style Corée du nord c’est pas mieux.

      Comme disaient mes amis canaques : Laisses tomber la neige.


    • alinea alinea 5 décembre 2015 20:28

       @sls0
      Oui ! il y a un monde entre l’idée et le quotidien que l’on trouve ; néanmoins, ce que l’on sait de la Russie est qu’elle semble bien aller de l’avant, et qu’il y a là-bas quelques vieilles valeurs qui nous étaient chères !


    • Pays de Lichtenberg Pays de Lichtenberg 6 décembre 2015 02:49

      @alinea
      Pour vous répondre Alinéa, en effet, nous sommes beaucoup à nous retrouver dans le bon sens. Toutefois, il n’y pas besoin de fuir à vrai dire, mais tout à conquérir...La France regorge d’opportunités pour ceux qui ont compris que le vrai luxe se trouvait à la campagne dans une vie saine et calme avec sa famille et ses enfants. Paradoxalement, cette société de non-sens comme vous dites, se craquelle tellement qu’elle ouvre des interstices très intéressants pour notre génération de « dissidents »...un peu comme une terre trop compactée qui retrouve un sol fertile et vivant...Je suis convaincu de cela. Je vous garantis que le train est en marche, n’en déplaise à Macron et Sarkozy. Bien à vous.


    • alinea alinea 6 décembre 2015 10:54

      @Pays de Lichtenberg
      C’est que pour reconquérir le bon sens, il faut être nombreux, or nombreux ceux qui l’ont perdu !
      Mais je sais les initiatives, les « marches parallèles » qui donnent un peu d’air ; mais c’est lent, mais c’est peu, et le rouleau compresseur de FNSEA, Big Chimie, lui, ne ralentit pas !!
      Merci de votre optimisme en tout cas.


    • JC_Lavau JC_Lavau 5 décembre 2015 18:07

      Je souhaite que tes prévisions se confirment.


      • Odin Odin 5 décembre 2015 20:08

        Merci pour votre article, il est intéressant et je m’étonne

        du peu de commentaire qu’il suscite.

         

        On peut constater que la Russie a changé progressivement

        de paradigme économique suite à son non alignement sur le

        monde unipolaire proposé par l’occident et leur chef étasunien.

         

        Je tire mon chapeau à ce gouvernement qui fait passer des lois

        et donne des orientations pour son agriculture, comme vous

        l’indiquez dans votre article, qui vont tout à fait dans le bon

        sens, c’est-à-dire l’autosuffisance alimentaire et se préoccuper

        de la santé de ses concitoyens.

         

        Chez nous, en France, on préfère faire voter nos lois via l’U.E.

        qui est aux ordres des lobbyistes des multinationales qui ont

        comme principal objectif les profits, de plus en plus important,

        destinés aux ploutocrates qui tirent les ficelles des marionnettes

        qui soit disant nous dirigent.

         

        Le constat est sans appel :

         

        Entre ce que l’on paie et ce que l’on reçoit de L’U.E nous avons

        une perte de 8 milliards € par an.

         

        Le 16 juillet en commission Envi, les députés européens se

        sont unanimement opposés à la proposition d’ouvrir la possibilité,

        pour les Etats membres, de restreindre ou de limiter l’utilisation

        d’aliments ou de nourriture pour animaux génétiquement modifiés

        et approuvés à l’échelle européenne.

         

        S’il est vrai que l’espérance de vie augmente, il est à noter dans

        quelles conditions. Comme les caisses de la S.S. certaines maladies

        neurodégénératives explosent : alzheimer / parkinson / sclérose en

        plaque / huntington / creutzfeldt-jacob.

        Mais je dois être un peu parano et de mauvaise foi pour penser ainsi.

        La majorité des laboratoires « indépendants » disent le contraire.

        Donc, dormez tranquilles brave gens, l’U.E. vieille sur nous.

         

        J’oubliais, l’hiver arrive, n’oubliez pas de vous faire vacciner.


        • alinea alinea 5 décembre 2015 20:24

          @Odin
          Si tout est cyclique, force est de constater que ceux qui étaient « en retard » se retrouvent en avance ! Ils ne sont pas passés,- pas longtemps et de manière tellement anarchique que cela a fait l’effet d’une vaccination-, par le « progrès » !!
          Nous, ici, en sommes à publiciter les fermes de mille vaches, les élevages de cinq mille veaux, et mon dernier article décrit comment l’agrochimie fait passer ses saloperies à la commission européenne !
          Oui !! ne laissez pas tomber Big Pharma : vaccinez-vous !!


        • Pays de Lichtenberg Pays de Lichtenberg 6 décembre 2015 02:55

          @Odin
          Je vous remercie Odin, il y a en effet quelque chose d’intéressant dans ce décalage chronique. Le progressisme, y compris agricole, nous a mené vers une sorte de néo-barbarisme. La civilisation se trouve dans les valeurs simples et immuables...c’est très bio la tradition, comme vous savez. Effectivement, en France, la politique agricole reste aussi criminelle que la politique extérieure. Mais la grande force de la nouvelle génération de paysans bio qui arrive ou qui s’est installée ces derniers années, c’est la conviction de se soustraire au maximum du système de l’état républicain, des subventions, etc. en tout cas ne pas compter sur les politiques, mais reconstituer peu à peu la société dans son coin, petit à petit, en commençant par la terre. C’est encore plus vertueux.


        • alinea alinea 6 décembre 2015 10:55

          @Pays de Lichtenberg
          Mais c’est une bataille pour eux, vous savez bien ! et les pionniers et les « guerriers » ne sont pas légion !


          • alinea alinea 6 décembre 2015 12:41

            @armand
            Qu’est-ce qui vous gêne ? Le côté paysan ou le côté catholique ?


          • raymond 6 décembre 2015 20:01

            @alinea
            bonsoir Alinea, je ne peux répondre pour Armand, mais il a surement en tête que ce cv ressemble fort à « travail famille patrie » non ?


          • alinea alinea 6 décembre 2015 20:54

            @raymond
            Je ne sais pas encore raymond !! et comme je ne suis pas accoutumée aux a priori, j’attends de voir !
            Pour ce qui est de cet article,je n’ai rien à dire à ce sujet !! ce qu’il m’apprend me fait plutôt plaisir !


          • Iren-Nao 7 décembre 2015 03:36

            @raymond
            Qui est contre le travail, la famille et la patrie ?
            Il y en a c’est vrai.
            Ce sont, en gros, de sales cons
            Alors laissez tomber ces réminiscences Pétainistes qui d’ailleurs ne choquèrent personne.
            La, cher Raymond vous êtes dans la réflexologie, pas dans le sujet, a deux doigts du point Godwin
            Iren-Nao


          • clodius clodius 6 décembre 2015 21:00

            Très bien votre article


            • coinfinger 6 décembre 2015 21:47

              Pas de commentaire à faire . J’ai lu attentivement et pris de la graine .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès