• jeudi 17 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Actualités > Environnement > Gestion des énergies : pourquoi faire compliqué alors que ce serait si (...)
17%
D'accord avec l'article ?
 
83%
(18 votes) Votez cet article

Gestion des énergies : pourquoi faire compliqué alors que ce serait si simple ?

Les mesures d’incitation aux économies d’énergies sont à l’image de notre système fiscal : aussi complexe qu’injuste et inefficace.

On parle tout le temps, aussi bien en entreprises qu’au gouvernement, de la culture du résultat mais on applique systématiquement l’inverse : on récompense les moyens mis en place sans même s’intéresser aux résultats obtenus. Vous pouvez donc théoriquement vous faire offrir par l’état (pour moitié) une jolie pompe à chaleur et chauffer votre pavillon de 300 m² à 24°C. Cet investissement n’aura été bénéfique qu’au secteur du bâtiment qui en plus d’augmenter son activité, aura au passage augmenté ses marges sur les produits assujettis aux crédits d’impôts.

Aucune mesure n’a aujourd’hui de réel impact écologique, le green-washing est organisé à grande échelle. Chaque mesure ou mesurette cache une aide de l’état pour un secteur ou un lobby.

Un jour on fait, le lendemain on défait (un bonus-malus écologique, une prime à la casse), un jour on dit le lendemain on contredit (« l’environnement, ça commence à bien faire »). Si aujourd’hui Big Brother est pour la plupart des français une émission de téléréalité, il serait temps de relire Orwell car la double-pensée est bien en place. Nous sommes capable d’entendre blanc et de comprendre noir, de vouloir consommer plus tout en polluant moins, et surtout d’accepter que les comportements que nous dénonçons tous ne soient finalement jamais pénalisés.

Prenons l’exemple de l’eau (mais c’est aussi vrai pour le pétrole, le gaz, l’uranium, et l’environnement en général). Le problème est assez simple et tient en 2 points :

  1. L’eau est un besoin vital

  2. L’eau est une ressource rare et précieuse

La plupart des foyers paye actuellement dans leur facture d’eau deux éléments :

  • Une partie fixe : un abonnement (une cinquantaine d’euros par an)

  • Une partie variable : proportionnelle à la consommation (en moyenne 3 Euros par m3)

Le tout majoré d’une TVA minorée à 5,5% (l’eau étant considérée comme un besoin fondamental au même titre que l’alimentation, les médicaments ou un bon repas au Fouquet’s).

Cette facturation a donc pour conséquence de créer un tarif dégressif. En d’autres termes, plus vous consommez et moins cher est votre litre d’eau. Une petite mémé qui se lave tous les deux jours avec un gant de toilette au lavabo paiera donc plus cher son eau qu’un bipède à l’encéphalogramme plat qui nettoie son 4X4 toutes les semaines avec 800 litres d’eau, qui remplit sa piscine autoportée (achetée en promo-pas cher) avec 25m3 d’eau qu’il videra en fin de saison (après que ses enfants Brian et Kevin l’ai utilisé en tout en pour tout 2 fois) avec tout son chlore directement au fond de son jardin ou celui du voisin s’il a le malheur d’être encore en vacances. La petite mémé à l’empreinte écologique négligeable paye donc plus cher : logique ! (Elle ne fait pas tourner l’économie elle, monsieur !). Voici un tableau et un graphique illustrant cela (avec les tarifs de mon distributeur).Tarification actuelleLes 2 points du problème ne sont donc pas pris en compte. L’accès vital à l’eau est méprisé puisque le premier litre coûte tout de même 50 Euros, et la rareté de l’eau est totalement ignorée, le coût marginal des utilisations peu utiles (voir abusives) étant plutôt dérisoire.

En appliquant à l’inverse un tarif progressif, on pourrait

  • mieux récompenser les économies d’eau (ou d’énergie) sans avoir à subventionner les moyens,

  • ne pas pénaliser les plus modestes comme le ferait une taxe carbone.

La première des actions à mener serait de supprimer l’abonnement et de l’intégrer au tarif par m3. Ce tarif pourrait être très faible pour une première tranche de consommation puis augmenter fortement de tranche en tranche. Cette progressivité pourrait être accentuée par une taxation variable aussi selon les tranches. L’eau pour remplir une piscine n’étant pas un besoin aussi primaire que celle pour faire cuire les pâtes, il n’y a aucune raison que toute la facture soit taxée à 5,5%. Et pourquoi pas supprimer totalement les taxes sur la première tranche. L’état retrouverait au global ses billes et les fournisseurs aussi. Et malgré une facturation un peu plus complexe, le système serait au final beaucoup plus simple pour tout le monde (sans ces stupides crédits d’impôts).

Voici un exemple de tarification que l’on pourrait appliquer pour un foyer de 3 personnes (on pourrait l’extrapoler aussi aux entreprises) :Exemple de tarification progressiveUne loi autorise la facturation progressive et quelques villes l’appliquent déjà mais très timidement, le prix au m3 ne variant que de quelques centimes et l’abonnement étant préservé. Les fournisseurs d’eau et d’énergie n’ont aucun intérêt à voir leurs clients réduire leur consommation et poussent fortement dans le sens opposé. Nous voyons d’ailleurs la part des abonnements augmenter dans tous les secteurs. C’est à l’état d’imposer ce mode de facturation.

L’impact écologique est évident mais c’est aussi une vraie mesure sociale. Imaginez un pays où les besoins vitaux en eau et électricité sont gratuits pour tout le monde, financés par ceux qui en abusent. C’est une idée apolitique pouvant être reprise aussi bien par la gauche que par la droite. C’est juste une mesure de bon-sens.

L’eau est rare, elle doit donc être chère mais elle est vitale et doit donc être gratuite. Equation insoluble hormis avec une tarification progressive.




par AntoineR jeudi 18 novembre 2010 - 19 réactions
17%
D'accord avec l'article ?
 
83%
(18 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par MarcDS (---.---.166.146) 18 novembre 2010 12:15
    MarcDS

    Il y a une explication très simple à tout ceci : pour un système économique qui a besoin de la croissance pour fonctionner, le critère de base ne peut être autre que l’augmentation des consommations. Dans un tel cadre toutes les mesures soi-disant écologiques ne peuvent être que des mesures cosmétiques qui ne serviront à rien tant qu’on ne se décidera pas à quitter le dogme de la croissance. Les effets de celle-ci annulent en effet systématiquement les éventuels bénéfices qu’on pourrait obtenir par des choix technologiques. Et encore faudrait-il s’assurer qu’une nouvelle technologie ne soit pas elle-même énergivore dans son processus de fabrication, ni la cause d’une aggravation d’une pollution ou d’une aggravation de la consommation de ressources matérielles de plus en plus rares.

  • Par JL (---.---.25.174) 18 novembre 2010 12:05
    JL

    Evidemment que c’est une bonne solution : d’accord avec vous, le prix de l’eau du robinet devrait être progressif.

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération