Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Greenpeace à la centrale de Fessenheim : chapeau bas !

Greenpeace à la centrale de Fessenheim : chapeau bas !

Et pour ses dirigeants, pour ses militants ayant investi la plus vieille centrale nucléaire française dont la destinée sous le règne de notre Présimonarque actuel est des plus indécises, pour fêter leur courage : champagne, s’il vous plait !

Mardi 18 mars à l’aube, deux jours avant le sommet des chefs d’Etat européens qui se réunissaient pour décider de l’avenir de l’énergie en Europe, 60 militants de Greenpeace, de 14 nationalités différentes, débutaient, vers 5h30, une opération surprise visant à déployer des banderolles depuis le toit des batiments réacteur sur lesquels se sont hissés une quinzaine d’entre eux au nez et à la barbe des gendarmes chargés de la surveillance du site. Et pourtant, suite à une précédente intrusion de militants de Greenpeace cette fois dans la centrale du Tricastin, la protection des centrales françaises avait déjà été renforcée. Peine perdue ; tout comme l’argent des citoyens… Qui plus est cette action d’envergure, mobilisant en plus cinq zodiacs sur le Rhin et un hélicoptère, n’a à aucun moment mis en danger le fonctionnement de la centrale. C’est dire son très haut niveau de préparation et de sérieux.

Le message, en anglais, était clair : « Stop risking Europe » (« Ne mettez pas l’Europe en danger »). Et de manière magistrale il a été entendu partout en Europe, et dans l’ensemble du monde. Greenpeace décidément ne fait pas les choses à moitié. A quelques jours du premier tour des municipales, deux mois avant les Européennes, Greenpeace s’invite encore une fois et de façon particulièrement spectaculaire dans le débat politique.

Il était attendu avec beaucoup d’impatience que la célèbre organisation anti-nucléaire, qui jusqu’alors avait choisi la stratégie consistant à mettre l’accent sur l’ensemble des centrales nucléaires de plus de 30 ans au détriment finalement de la plus ancienne centrale de France et cela avec un succès pour le moins relatif, s’engage à Fessenheim. A Fessenheim bien sûr, puisque sa fermeture est politiquement la plus accessible, afin de rappeler à François Hollande l’engagement pré-électoral du Parti Socialiste de fermer « immédiatement » cette centrale en cas de victoire aux présidentielles. Un accord que les dirigeants de la « Firme » d’EELV une fois confortablement installés dans leurs maroquins se sont empressés d’oublier. La consigne politique à EELV pendant 18 mois était : ne surtout rien faire qui puisse déplaire à notre Présimonarque, lequel s’était rapidement déclaré non concerné par l’engagement signé par Martine Aubry. Un accord que Jean-François Julliard, le Directeur général de Greenpeace France, fort de son succès, s’est bien sûr empressé de rappeler aux dirigeants d’EELV. Telle une mule entêtée et trop grassement nourrie, la Firme n’avance en effet que sous les coups de fouet. Ou sous l’effet d’une épée de Damoclès placée au dessus de sa tête.

Et pour une fois la réaction d’EELV, dont on se souvient de l’absence de soutien à Stéphane Lhomme dans son procès contre Areva (quand en revanche le ministre Canfin - avec quel courage ! - soutenait la multinationale…) a été à la hauteur de l’évènement : EELV a félicité et remercié Greenpeace !!! C’est assez rare pour le souligner malgré toute la rancœur que l’on peut ressentir désormais pour cette organisation. Même Pascal Durand (mais il n’est plus son secrétaire général, quand en revanche il est candidat aux Européennes…) et Denis Baupin, vice-président de l’Assemblée Nationale, y sont allés du même couplet ! Ayant enfin compris que les ministres EELV sont indéboulonnables, pourquoi se taire ? Et puis il est vrai que les élections essentielles pour EELV sont désormais très proches… Mais le plus étonnant, après qu’Eva Joly ait envisagé une sortie du gouvernement si la centrale de Fessenheim n’était finalement pas fermée, c’est que cette hypothèse soit désormais partagée par Denis Baupin lui-même. Imaginez l’impact d’une telle décision si EELV l’appliquait fin 2016 en pleine campagne présidentielle parce que Hollande n’aurait pas fermé Fessenheim à cette date !

On le sait, Hollande n’a jamais eu la conviction de la nécessité de fermer Fessenheim. Depuis son reniement originel du contrat passé avec EELV il n’a jamais envisagé d’annoncer sa fermeture « immédiate » après son élection. La chose n’avait pourtant rien politiquement d’impossible si l’on se réfère à la décision de la Première ministre québécoise, Pauline Marois, qui, conformément à son engagement de campagne et alors même qu’elle n’est pas écologiste, n’a pas hésité à proclamer la fermeture de la centrale nucléaire du Québec dès le deuxième jour de son mandat. Fort de ce constat il était essentiel d’agir rapidement pour empêcher que le nom lui-même de la centrale de Fessenheim disparaisse des médias ; et à la faveur de l’impéritie coupable d’EELV qu’il s’efface même d’être une priorité dans l’esprit des militants antinucléaires. Si certains se sont employés dans le plus bref délai à faire obstacle à l’amnésie progressive de cet accord politique, l’essentiel est bien, même tardivement, que la pression concernant la fermeture de Fessenheim ait pu continuer à s’exercer sur Hollande et EELV. Et qu’elle puisse se poursuivre dans une succession d’actions aussi exemplaires les unes que les autres à l’instar de la récente démonstration de Greenpeace, même si aucune désormais ne pourra sans doute atteindre un tel niveau d’efficacité médiatique.

La tournée récente en France de Naoto Matsumura, « le dernier homme de Fukushima », et sa venue à Fessenheim est à ce titre l’une de ces actions que l’on doit féliciter même si elle a suscité la polémique (car la polémique est une manière de lutter contre l’omerta), tout comme les manifestations organisées sur les ponts du Rhin.

Mais si le 3ème anniversaire de Fukushima se prête à ce genre de manifestations, qu’en sera-t-il le reste de l’année quand la dimension commémorative aura fini de produire son effet ? Car Hollande et EELV ont malheureusement besoin d’une pression permanente et de grande intensité pour agir. Et il est impératif qu’à cet effet le désert médiatique ne puisse pas s’installer.

L’imagination n’a guère de limite, et les sujets de médiatisation de Fessenheim ne demandent qu’à pouvoir être exprimés. Comment par exemple nous offrir à d’autres reprises le plaisir d’observer le syndicat CGT de la centrale, désormais à bout d’arguments, être pris de nouveau en flagrant délit de mensonge éhonté comme ce fut le cas à l’occasion de l’opération de Greenpeace, et parvenir à en faire un buzz sur le net ?

  Spectaculaire intrusion de Greenpeace à Fessenheim – La réaction de la CGT - YouTube

Son attitude d’opposition systématique, de refus de tout dialogue, son autisme progressif devrait devenir de plus en plus impossible à justifier. Sa récente attitude de mépris à l’égard de l’invitation des militants antinucléaires d’Alsace de rencontrer Naoto Matsumura la condamne tout autant. Jusqu’à quelle extrémité la CGT de Fessenheim et la fédération énergie de la CGT vont-ils aller quand désormais Greenpeace vient de leur démontrer que les centrales, et en particulier celle de Fessenheim, sont des passoires mettant dans le plus grand danger les populations d’une grande partie de l’Europe ? Peut-on espérer que les syndicalistes lucides (Les « autres voix » syndicales de Fessenheim) finissent par imposer leur vision sur une situation qui, sinon, pourrait devenir inextricable. Et éminemment dangereuse si elle devait aboutir à des actes irrationnels de défense autistique.

 

Alors encore mille bravos à Greenpeace. Mais aussi bravo à tous les militants antinucléaires qui grâce à leur engagement continu permettent de préparer les médias à la pleine réalisation médiatique d’actions comme celle de Greenpeace. Avec une attention particulière en direction de militants comme Pierre Fetet, du blog « Fukushima », co-initiateur de la tournée de Naoto Matsumura, Olivier Cabanel qui sur ce site oeuvre à ce que l’omerta sur Fukushima ne puisse s’installer, les Veilleurs de Fukushima, les militants alsaciens du Parti de Gauche et enfin les militants antinucléaires alsaciens qui depuis tant d’années ont su maintenir une pression politique sans faille. Ce qui ne va pas de soi dans un pays où la politique du secret et de l’obscurantisme nucléariste produit son effet comme probablement dans aucun autre pays. Dans cette France où parce que De Gaulle a été à l’origine du processus nucléocrate, il devient quasiment impossible de le remettre en question.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 24 mars 2014 09:48

    Oui ça fait du buzz... de là à faire réfléchir un homme politique, ça m’étonnerait. Quand au sois-disant « courage » de ces hommes, tout le monde sait qu’ils ne risquent rien. Les gendarmes ont ordre de ne pas les toucher. Certains feront peut être un peu de sursis ... c’est à dire absolument rien, avec la justice actuelle.


    De toute façon, il suffit de lire votre article pour le constater : vous vous arrêtez aux faits, vous dites que c’est bien pour le mouvement politique, vous narrez les éventuelles implications politiques. Mais dans tout votre article, il n’y a strictement AUCUN argument, ni pro ni anti nucléaire.

    J’en déduit que cette action n’a suscité aucun débat, en tout cas chez vous.

    • ZenZoe ZenZoe 24 mars 2014 11:29

      bibou, le buzz en politique fait tout !
      La catastrophe de Feyzin dans les années 60 a marqué par exemple un tournant. Les négligences et les dégâts étaient tels qu’il fut impossible d’empêcher « le buzz » (avec les moyens de l’époque bien sûr) et provoqua une énorme prise de conscience des gens. Depuis, on fait comme par hasard plus attention à la sécurité dans les entreprises. Pareillement, le nuage de Tchernobyl, grâce aux efforts de communication de la CRIIRAD, créée à l’occasion, ne berna personne et força les autorités à être plus transparentes et plus respectueuses de la sécurité par la suite.
      Le monde sans les actions coup de poing de ces associations serait bien pire ! Je salue Greenpeace, dont les membres, contrairement à ce que vous pensez, risquent souvent des peines de prison et même leur vie (le Rainbow Warrior vous dit quelque chose ?).


    • Patrick Samba Patrick Samba 24 mars 2014 11:29

      Bonjour bibou1324, et bonjour à tous,

      votre commentaire, comme ceux de la plupart des pro-nucléaires dont le seul but est de tenter de discréditer le courage des citoyens qui ont la lucidité de prendre l’exacte mesure de ce que l’industrie nucléaire fait courir de risque mortel à l’ensemble de l’humanité, a bien sûr très peu d’intérêt.
      Néanmoins il offre l’occasion d’évoquer ce courage que vous déniez aux antinucléaires, et en particulier à ces militants de Greenpeace.
      Ainsi donc être à la tête d’une organisation telle que Greenpeace, être soumis à des pressions politiques énormes et choisir de mener une action commando pacifique exposant des militants non seulement au risque physique qui consiste à se hisser au sommet d’un bâtiment réacteur, mais également à celui d’un éventuel manque de maitrise de l’un des gendarmes ridiculisés par cette intrusion dans la centrale, ne témoignerait pas d’un véritable courage ? Quel manque d’objectivité !!

      Quant aux militants eux-mêmes, tout à fait conscients des risques qu’ils prennent et les prenant malgré tout, ils n’auraient donc aucun courage ?
      Et vous pensez sérieusement que vous allez parvenir à convaincre qui que ce soit par le seul fait d’exposer sans aucun scrupule votre totale mauvaise foi ? Allons....


    • bibou1324 bibou1324 24 mars 2014 12:03

      Je vais répondre en 3 points :


      1/ Je suis anti -nucléaire. Le nucléaire possède un risque non nul de créer des morts, et je suis contre simplement pour cette raison. Je suis décroissant, et pense qu’il est possible de vivre avec moins d’énergie localement.

      2/ Je suis réaliste. Tout le monde ne pense pas comme moi. Le français moyen veut du jus à la sortie de ses prises, sous peine de panique incontrôlable. Et pour produire de l’énergie, il y a les centrales à charbon, les éoliennes, et j’en passe. L’industrie (celle qui construit les éoliennes, les panneaux solaires, les centrales à charbon) est très polluante.

      3/ Qu’est-ce qui est le pire, sachant, que, bien malheureusement la majorité des gens souhaite ne pas diminuer leur consommation énergétique ? Faisons les comptes. Une centrale nucléaire qui pète, c’est environ 2500 morts selon les autorités, 1 millions de morts selon les écolos les plus radicaux (Tchernobyl). La pollution dans le monde, c’est environ 5 millions de morts par an. Je suis pour « le moins pire ». Une centrale qui pète, c’est pas très grave, a final. Surtout que ça n’arrive pas à coup sûr.

    • Patrick Samba Patrick Samba 24 mars 2014 12:14

      « Je suis anti-nucléaire.(...) Je suis pour « le moins pire ». Une centrale qui pète, c’est pas très grave, a final. Surtout que ça n’arrive pas à coup sûr. »

      No comment...


    • jpv 30 mars 2014 12:17

      On dirait bien que tu ne regardes que ton nombril. Il y a quoi à voir au juste ?


    • Patrick Samba Patrick Samba 24 mars 2014 12:47

      Nucléaire : le gouvernement veut stopper les intrusions de Greenpeace dans les centrales

      Ou comment soigner un malade fiévreux en cassant le thermomètre...

      Aggraver les sanctions en cas d’intrusion rend-il le fait de pouvoir s’introduire dans une centrale impossible ? Des terroristes, sur qui une telle aggravation de sanction n’a forcément pas le moindre effet dans la mesure où leur but est d’une gravité extrême et condamnable d’une bien autre manière, verront-ils leur volonté de pénétrer ces passoires contrariée ? Évidemment non.

      Cette aggravation des sanctions, décidée également contre les faucheurs d’OGM (le risque pénal et financier qu’ils prennent est désormais énorme), n’a qu’un but : paralyser toujours un peu plus les lanceurs d’alerte au bénéfice des multi- et transnationales criminelles.

      Et cela se ferait donc grâce à un gouvernement « socialiste » ? Et auquel participe un parti « écologiste » ??!!!

      Comment va réagir EELV ? Baupin, Durand, Placé est consorts vont-ils se taire ?


      • Patrick Samba Patrick Samba 24 mars 2014 13:20


        Et je rappelle l’interpellation d’EELV par JF Julliard, Directeurgénéral de Greenpeace France : Nucléaire : où sont les ministres verts ? - Libération


      • joletaxi 24 mars 2014 16:05

        l’auteur

        dans quel monde vivez-vous ?

        car le dernier raout des zozos verts a plutôt irrité Mme Michu.
        Et si Mme Michu est pas contente, le gouvernement lui prend des mesures pour que ces idioties puériles cessent.
        Et Mme Michu, elle, elle veut du courant pour faire tourner sa machine à laver, et n’envisage pas de passer son aprem au lavoir municipal.
        En plus Mme Michu commence à savoir que sa copine Greta la teutonne,voit sa note d’électricité exploser, du fait de toutes les âneries vertes de la transition énergétique.

        Moi, je serais de vous, j’irais manifester en Chine, ils ont 32 réacteurs en construction ou projet.
        C’est loin la Chine ?
        Ben si on lit les articles du mage, on va tous mourir du fait de Fuku, c’est donc un devoir internationale.

        des enclumes


        • Patrick Samba Patrick Samba 24 mars 2014 16:45

          Dommage qu’on ne puisse plus replier les commentaires, et tu en profites pauvre type. Tu sais que que tu es interdit de présence sur mes articles. Et j’espère qu’un jour des victimes de Fukushima te feront passer en procès pour ton « 0 mort, 0 plus 0 la tête à Toto ».


        • joletaxi 24 mars 2014 17:35

          on se tutoie maintenant ?

          tu appelles cela un article ?
          tu sais ce qu’il te dit le pauvre type ?

          ah oui, c’est vrai, impardonnable de ma part :

          Fuku c’est zéro mort, zéro la tête à Toto

          ça énerve hein.
          je te signale que certaines zones sont d’ores et déjà prêtes à accueillir ses habitants.

          http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/03/20/nouvelles-de-fukushima-2/

          un peu comme Hiroshima et nagasaki ?
          fou hein ?

          dur dur la vie d’un Philipulus


        • L'amer Denis L’amer Denis 24 mars 2014 17:00

          En tous cas d’être anti_nucléaire ça rend hargneux et intolérant..


          • joletaxi 24 mars 2014 17:36

            ce spécimen-ci est encore très « fréquentable », certaines organisations vertes sont plus radicales


          • Patrick Samba Patrick Samba 24 mars 2014 18:02

            L’amer Denis,
            l’intolérance au mépris, à l’irrespect pour les victimes de toute exaction qu’elle soit exercée dans le domaine du nucléaire comme dans tout autre domaine, et d’une manière générale l’intolérance à la bêtise, a toujours représenté pour moi un signe d’excellente santé psychologique. Et j’espère qu’il en sera toujours ainsi. J’aspire même à ce que ce genre d’intolérance soit partagé par le maximum de mes contemporains. A chacun sa philosophie.


          • hans 24 mars 2014 19:43

            au bouffon de passage, c’est normal c’est un problème crucial


          • kitamissa kitamissa 24 mars 2014 20:17

            Pire encore ,ça rend carrément con !!! smiley



          • Patrick Samba Patrick Samba 24 mars 2014 22:00

            Parole de spécialiste : il connait tout du processus dans ses moindres détails...


          • Stof Stof 24 mars 2014 19:20

            De toute façon les merdias n’apprécient guère les actions viriles. Qu’elles viennent de Poutine ou de Greenpeace.
            Vu de France, on trouvera toujours des cyniques pour croire que le nucléaire est rentable. Mais vu des pays voisins, je crois qu’on apprécie beaucoup les actions de GP.


            • christophe nicolas christophe nicolas 24 mars 2014 23:07

              Franchement, il faut être honnête, les allemands se prennent tout dans la poire en cas d’accident. Les alsaciens sont très sérieux et inspirent une grande confiance mais bon, c’est tout de même un problème surtout que ça rejette un peu et qu’on ne nous dit pas tout. La Loire et la Gironde se sont pris quelques beaux rejets.

              Même le démantèlement est problématique, ça coûte cher, ça reste contaminé et il faut garder 1/10 du personnel et ça ne produit plus. Bref arrêter le nucléaire sans construire de nouvelles tranche est un suicide économique pour EDF et donc pour nous. C’est pour cela qu’on n’arrête pas les réacteurs et que finalement on ira à l’accident. Comment faire ? C’est un casse tête que tout le monde évite, on file le bébé au suivant comme pour la dette.

              Ce qu’il faudrait, c’est trouver une deuxième vie au réacteur, qu’il produise et se dépollue en même temps, il ferait l’inverse de ce qu’il a fait lors de sa première vie. Du coup, pas de frais de démantèlement, pas de frais de reconstruction, pas de frais de dépollution, plus de déchet à terme et retour à la normale en douceur sans risque. EDF serait sauvé...

              On économiserait 50 tranches à 8 milliards et le même coût pour le démantèlement et le traitement, soit 800 milliards sur 30 ans. J’enlève les frais, 100 millions de recherche et je suis très généreux, je rajoute 100 milliards pour les économies d’un petit accident style Fukushima, soit en gros 900 milliards d’€ ce qui fait 1000 milliards tout rond avec mes stocks options. En fait, je m’en fiche un peu mais je voudrais doser Bill Gates, je déconne... ils seraient capable de me trépaner si je rigole trop. Bof, faudra voir avec ma femme, on divorce ce qui la rend féroce moi je me fais trop avoir... Avant la négociation, je lui dirais, chérie, n’oublie pas que tu auras 50%, elle viendra avec ses copines et moi j’irais boire un coup au bistrot en face, j’ai une petite idée pour améliorer le vieillissement du vin.

              Bon, mon courrier commencerait comme ça :

               

              Monsieur le Directeur...

              « Etant actuellement au chômage pour avoir été viré par mon directeur d’exploitation pour le motif d’être trop peu agressif financièrement, négligeant pour la sécurité des usagers et pas assez dur envers le personnel, j’aimerais que vous m’accordiez un entretien pour résoudre vos légères difficultés environnementales, financières et de voisinage avec Angela. Soyons honnête, vous êtes dans la merde et contre un léger pourcentage de 15% (j’essaie de l’arnaquer pour l’instant, il ne sait pas que ça ferait une somme astronomique, je ruse et puis ça ne ferait pas sérieux de demander moins, n’oubliez pas que ce sont des hommes d’affaires, il ne sait pas que je roule en Fiat, c’est du latin) je me propose de solutionner votre problème nucléaire en douceur.

              Vous avez un défibrillateur à coté de vous, une bonne bouteille de Macallan, bon...

              Je suis l’auteur de la théorie de l’intrication que des cadors de la recherche nucléaire du CERN ont planté mi 2012, Angela est au courant et c’est le chef d’état capable d’y comprendre quelque chose car elle a fait une thèse en mécanique quantique, malheureusement à l’époque tout le monde n’a vu que les voyages spatiaux et chacun a voulu garder le secret. Vous savez ce que c’est, vive l’Europe »un pour tous et chacun pour soi« .

              En 1991, etc..., etc.... »


              Vous croyez que c’est possible ? Ce serait un miracle, une sorte de centrale nucléaire à fission froide ! Avez vous la foi ?


              • Patrick Samba Patrick Samba 25 mars 2014 08:34

                « Bref arrêter le nucléaire sans construire de nouvelles tranche est un suicide économique pour EDF et donc pour nous. » :
                c’est quand même époustouflant de lire une phrase comme ça. Qu’arrêter le nucléaire soit une catastrophe pour EDF, on ne peut qu’être d’accord. Mais qui en France est responsable d’avoir mis tous les œufs dans le même panier, d’avoir privilégier l’électricité d’origine nucléaire quand certains autres pays s’en passent totalement ?
                Bien sûr que non il ne s’agit pas d’un scénario suicidaire pour l’ensemble des citoyens. L’appauvrissement économique n’est pas un suicide, c’est un appauvrissement. Ce qui est un suicide c’est de continiuer le nucléaire avec la certitude qu’un jour ou l’autre se déroulera un Tchernobyl ou un Fukushima en France condamnant une bonne partie du territoire à la désertification en terme de population, et comme au Japon, non pas pas à un simple appauvrissement des gens déplacés mais à leur misère, psychologique et financière.

                On a exigé de nous de croire en l’infaillibilité de la technologie nucléaire, et maintenant on nous demanderait carrément et sans détour d’avoir la foi ?!!!...
                Ne pensez-vous pas qu’en tout il y a des limites ?


              • Mortargent 31 mars 2014 01:28

                J’aimerai voir ces mêmes militants essayer de faire pareil dans des pays un peu moins « démocratiques ». Je doute qu’on les revoie de sitôt s’ils essayaient de faire cela en Chine par exemple.

                Il est clair qu’en France, nos forces de l’ordre doivent avoir comme consigne de laisser faire. Les militants sont gagnants sur tous les fronts de toute manières. On les laisse faire ils parlent du peu de sécurité autour des centrales, du danger que cela représente pour les populations, etc... On les empèche de faire ils parlent de violences policières, de régime dictatorial, d’usage disproportionné de la force etc...

                J’aimerai une seule fois qu’ils essayent de faire pareil avec de vraies forces de l’odre et de vraies consignes de sécurité. Il approchent à moins de 400m de la centrale et hop 2 balles dans la tête à chacun. Ben quoi ? Impossible de différencier une attaque terroriste d’une opération de com de GP. Au moins la sécurité de la centrale est assurée... A répéter aussi souvent qu’il y a de militants. Absurde ? Oui, mais pas plus que coller une banderole sous l’oeil bienveillant de la sécurité et des caméras.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès