Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Histoire d’une propriété landaise

Histoire d’une propriété landaise

Prenons l’exemple de la famille A… A la fin du XIX siècle vers 1895 M. A planta ses parcelles de pins maritimes. Il cultive, fait des travaux, éclaircit, élague...Le gemmage lui permettra d’en tirer quelques revenus. Il mourra sans couper ses arbres pour les léguer à ses enfants.

Son fils hérita de la forêt et continua à s’en occuper jusqu’à leur terme vers 50 60 ans pour les vendre dans les années 1950. Lui aussi investit dans sa propriété en effectuant des travaux pour favoriser la croissance de ses arbres, éclaircies, élagages, débroussaillages…Les incendies des années 1940 détruisirent la totalité de la propriété (99.8 %).

Le grand père M Jean C… pensait déjà à vendre la totalité de sa propriété après ces incendies. Son amour de la forêt est plus grand que la somme de ces pertes financières et il replante pour ses enfants. Il décide de replanter l’ensemble de sa propriété dans les années 1950. Comme son père il cultiva sa forêt, investie, élague, éclaircie… pour léguer à ses enfants. Le gemmage ne trouve plus de débouché et s’éteindra dans les années 1950. Il meurt sans couper ses arbres et donc sans en retirer de profit.

Son fils hérita de la forêt et continua à s’en occuper jusqu’à leur terme vers 50 60 ans pour les vendre dans les années 2010.

Mais voila ce qui arriva :

Les 1963 et 1985 connaissent de grands gels (-17° et -22°) et détruisent entre 10 et 20 % de la propriété.

La tempête de 1999 détruit 25 % de la propriété.

La tempête de 2009 détruit 30% de la propriété.

Les chenilles processionnaires s’attaquent aux arbres affaiblis et stressés par Klaus. la forêt landaise subit la plus forte défoliation due à la chenille processionnaire. Les experts estiment que 50 % des lisières de la forêt landaise ont été défoliées et que cette attaque est la plus forte de puis les années 89/90.

Puis dans la même année, au printemps, les scolytes (insectes proches du hanneton et xylophages) attaquent les arbres affaiblis et se développent tellement qu’ils deviennent assez nombreux pour s’attaquer aux arbres sains. Ils détruisent 40% de la propriété restante.

Une grande partie des parcelles n’ont pas été récoltées depuis plus d’un siècle.

Que peuvent espérer les sylviculteurs aux vues de cette histoire accablante ? L’avenir de la forêt des Landes semble incertain.

Heureusement il reste l’attachement « sentimental » des landais à leur histoire et à leur culture.


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • oncle archibald 22 septembre 2010 18:00

    Ils n’auraient pas été un peu dédommagés par leurs assureurs et un peu aidés par l’état et les collectivités locales les forestiers sinistrés ? Vous n’en dites mot ....


    • Hervecazaux Hervecazaux 16 octobre 2010 17:05

      En effet il y a eu des aides pour le nettoyage et les travaux de reconstitution. Ces aides sont proposées comme forfait à l’hectare. Il faut pour cela constituer des dossiers et répondre à certains critères (exemple : seules les parcelles touchées à plus de 40 % seront indemnisées). L’enveloppe totale étant fixe, toutes les demandes ne seront pas satisfaites.


    • wakatanka wakatanka 22 septembre 2010 20:18

      "Sur le Milliard d’euros annoncés triomphalement par Michel Barnier à Sabres le 13 février pas un centime à ce jour pour les sylviculteurs sinistrés qui le sont encore plus d’un an plus tard"

      pour développer, mieux vaut aller à la source :
      (http://www.tempeteklaus.com/)


      • spartacus1 spartacus1 23 septembre 2010 16:17

        Ça vous surprend ? Les effets d’annonce sont la marque de fabrique de la Sarkozye. Quand aux réalisations ....

        Jusqu’à preuve du contraire, les petits forestiers landais ne sont pas milliardaires, alors, sous Sarko, ils peuvent se brosser ...


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 23 septembre 2010 11:13

        Feriez bien mieux de produire du chanvre. Il propose cinq mille produits dérivés et pousse cinq fois plus vite que le bois.


        • Hervecazaux Hervecazaux 16 octobre 2010 17:06

          mais ne pousse pas dans les landes, le sol est trop pauvre..


        • astus astus 23 septembre 2010 13:40

          Le désastre actuel de la forêt des landes, premier massif forestier d’Europe, est effet quelque chose de très triste qui personnellement me touche. Il serait certainement nécessaire de diligenter une étude très approfondie réalisée par de vrais experts (désintéressés financièrement) pour replanter avec d’autres espèces se contentant d’un sol pauvre, de l’augmentation des températures, moins sensibles à ces parasites et aux tempêtes. Cela devrait faire l’objet d’un plan national étalé sur une longue durée, mais malheureusement les français maîtrisent souvent assez mal ce genre de projet qui demande de la rigueur.

          Quant à la culture du chanvre agricole (non psychotrope !), il a en effet des applications innombrables et très écologiques connues depuis 10000 ans mais :

            - cette plante supporte moins bien les sols acides (donc recours probable au chaulage)
            - elle pourrait faire le lit de la mise en œuvre à une plus grande échelle encore d’autres cultures comme le maïs, une plante tropicale qui fait déjà des ravages dans la région (engrais, pesticides, consommation ahurissante d’eau)
            - elle ne peut en aucun cas remplacer une forêt tant pour sa taille, sa beauté ou le bilan carbone.

          Il serait probablement préférable qu’elle remplace le maïs là où celui-ci a supplanté les pins, c’est à dire malheureusement dans de très nombreux endroits.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès