Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Idée de business écologique urbain et campagnard

Idée de business écologique urbain et campagnard

Idée de business écologique urbain et campagnard en lien avec le compostage

Le sujet qui suit est à la fois une piste de réflexion, un constat et pourquoi pas une idée de business à vocation écologique. Ô lecteur, si vous êtes aussi un investisseur et si vous êtes intéressé par le développement de cette idée, n’hésitez pas à vous faire connaitre. Je suis prêt à creuser le sujet et à m’impliquer avec sérieux dans un tel projet.

Le sujet est la valorisation de certains déchets ménagers par du compostage, même en ville et en appartement !


Le constat

Aujourd’hui, selon le portail Réduisons nos déchets, en France, 46 millions de tonnes de déchets sont collectés par les collectivités et sont traités dont 24 millions de tonnes d’ordures ménagères soit 19 millions de tonnes de biodéchets par an. Vu le mode de vie actuel, le volume global des déchets produits continuera d’augmenter. Cette évolution est due, notamment, à l’augmentation de la part des emballages constituant les déchets.

Concernant la part « organique » (végétaux, épluchures, restes de nourriture...) des déchets ménagers à savoir tout ce qui est putrescible aussi appelé « fermentescible », il faut savoir que le taux de recyclage reste marginal. En effet, aujourd’hui, le tri sélectif concernant les déchets organiques est encore peu développé. Les déchets ménagers sont en fait constitués d’un mélange d’emballages, de matières synthétiques et de matière organique. De plus, les filières de collecte et de valorisation des déchets organiques sont encore balbutiantes concernant ce type de déchets.

En revanche, en ce qui concerne les déchets municipaux des filières existent. Ainsi, toujours selon l’Ademe, 1,54 millions de tonnes de compost ont été produits en 2002 à partir des déchets municipaux. Le compostage est une technique de valorisation des déchets qui consiste à transformer des déchets organiques principalement en terreau. C’est une technique que beaucoup de jardiniers pratiquent individuellement dans le fond de leur jardin afin d’obtenir du bon terreau pour amender leur terre de jardin. En matière de déchets verts, il existe d’autres techniques telles la méthanisation (la transformation en biogaz servant de combustible).

Toujours d’après le portail sur les déchets de l’Ademe, sur les 24 millions de tonnes d’ordures ménagères pris en charge seulement 6% ont été envoyés vers un traitement biologique de type compostage ou méthanisation. Sachant que les biodéchets constituent près de 80% (19/24) de l’ensemble des déchets ménagers, on constate que la valorisation de ce type de déchets est loin d’être optimale. Autant dire que c’est du gaspillage : mélangé avec les autres déchets ménagers c’est soit enfoui, soit incinéré ce qui génère et de la pollution et du réchauffement climatique tout cela parce que :

  • rien n’est prévu pour trier ce type de déchets dans les foyers,
  • les filières de traitement restent rares en particulier en zones urbaine et péri-urbaine même si des efforts sont faits.

Seulement 5 millions de ménages compostent individuellement (ceux qui disposent d’un jardin).


Que faire ?

1) Organiser un processus de tri au niveau des foyers

En France, contrairement à d’autres pays tels que la Suisse ou l’Autriche, par exemple, vu qu’il n’existe pas de collecte de déchets organiques, les systèmes de tri individuels ne sont par conséquent pas répandus (hormis chez certains jardiniers).

Pourtant des solutions existent y compris pour les appartements. Il existe au moins deux dispositifs de compostage spécial appartement :
  • compostage classique à base de charbon actif pour neutraliser les odeurs,
  • compostage grâce à des lombrics (lombricompostière ou vermicompostage), enfin grâce à l’action de vers.

Sans aller jusqu’aux lombrics qui peut se révèler gênant pour certaines âmes sensibles, on trouve en vente aux Etats-Unis des composteurs de très petite taille pour environ 17 USD + 6 USD le lot de trois recharges de charbon actif. Voir le produit « Kitchen Compost Pail » vendu par la société Burpee.
Je note toutefois deux inconvénients à ce « Kitchen Compost Pail » :

  • le composteur est fait en matière plastique donc à base de pétrole, ce qui peut sembler en contradiction avec des principes écologistes. Mais bon si ça contribue à long terme à améliorer la situation écologique,
  • cette société Burpee n’expédie pas sa gamme de produits en Europe, d’où l’idée du business (voir ci-après).

2) développer un système de collecte et de transformation des déchets organiques (créer des plateformes) en vue de produire du compost qui peut ensuite être revendu.

Là, il s’agit d’une grosse démarche de sensibilisation des autorités, des collectivités et des sociétés d’environnement. L’idée est de monter une association ou bien un département spécifique au sein d’un grand groupe type Véolia qui irait développer une filière complète de tri sélectif des ordures organiques en complément des containers pour le tri des verres et des papiers, emballages plastiques et conserves. Ensuite, il faudrait organiser une collecte (des tournées de camions qui passent une fois par semaine pour récupérer le contenu des containers). Il faudrait également construire des plateformes de transformation en compost sur un terrain autorisé. Et au final mettre en place la distribution du produit obtenu, le terreau. Fort heureusement, cette industrie existe déjà. On peut imaginer que les plateformes fournissent aux fabricants de terreau.


Idée de business

Pour le bac de compostage pour la cuisine, je propose :

  • Soit de mettre en place un circuit d’importation depuis les Etats-Unis de ce produit. Ensuite, on se charge de le « marketer » en Europe (et là je suis partant pour faire de la vente !),
  • Soit tout simplement s’inspirer de ce produit et en faire une version adaptée au marché français et européen avec des améliorations ou des innovations (et déposer le brevet). Cela nécessite de convaincre une société de plasturgie d’ajouter une ligne de fabrication spécifique (là aussi je serai motivé pour la commercialisation du produit).

Pour le système de tri et collecte urbain :

1) Monter une société de conseil dédiée à cette problématique (ou créer un département dans un cabinet existant),
2) Démarcher des collectivités locales,
3) Convaincre un grand groupe (ceux qui collectent les déchets classiques) de développer cette filière.
4) Trouver des débouchés (export de terreau pour créer des jardins dans des zones désertiques, vente aux maraîchers qui font tourner de vastes serres, fabricants de terreau, agriculteurs...).

Là, il s’agit déjà d’un gros business pour lequel il s’agirait de calculer le ROI (Retour sur investissement escompté).


Donc voilà, malgré l’apparente naïveté de mon propos, il me semble qu’il existe vraiment des opportunités à explorer. Si vous ne me croyez pas, vous n’avez qu’à regarder ce que vous jettez pêle-mêle dans votre poubelle de tous les jours et vous imaginer que la majorité des foyers français en font de même. N’est-ce pas dommage alors qu’il y aurait peut-être un business à faire à partir d’ordures et la possibilité de créer des emplois tout en contribuant à diminuer notre impact sur l’environnement ?
Réflechissez-y.


Quelques liens utiles :

Ademe (1)
Ademe (2)
Sénat


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • A. Dirien (---.---.64.75) 28 avril 2006 10:58

    Inspiration allemande ? Cela se fait déjà de l’autre coté du Rhin


    • uzer451 (---.---.32.50) 28 avril 2006 11:58

      Excellente idée. Bravo. J’espère que vous trouverez de l’aide pour réaliser ce projet.


      • fabien (---.---.89.97) 28 avril 2006 15:25

        A noter que certaines communes (Dax-40) mettent a disposition, gratuitement, un composteur et un bac (rudimentaire)de collecte.

        fabien.


        • HKac (---.---.170.51) 3 mai 2006 23:00

          Merci pour vos commentaires globalement positifs. Il faut savoir que plusieurs agglomérations de France ont déjà engagé des intiatives allant dans le sens du compostage individuel. En voici quelques unes :

          http://www.agglo-niort.fr/pdf/territoires-de-vie-16.pdf http://www.chambery-metropole.fr/72-compostage.htm http://www.ville-plaisir.fr/rubriques/cadre/environnement/dechets.cfm http://www.montpellier-agglo.com/fr/internet/pratique/model/index.php?id=0500_compostage

          Sans compter les villes plus modestes. C’est en bonne voie. Mais il y a encore du travail avant que cela soit généralisé.


        • lamyseba (---.---.130.128) 28 avril 2006 21:45

          Salut HK. Je vois pas en quoi la collecte nécessite forcément un gros bizness. Ca peut se faire au niveau local avec de petits moyens dans un premier temps. Quelqu’un qui dispose d’un jardin peut proposer ce service à un ou deux immeubles. Ou un immeuble disposant d’un parc privatif peut mettre le système en place chez lui. Le plus embêtant c’est de contacter les vendeurs de terreau et d’arriver à leur refourguer le produit. Si le truc rapporte suffisament d’argent à petite échelle, ca peut grandir.


          • HKac (---.---.170.51) 3 mai 2006 23:06

            Bonsoir Lamyseba, Ah oui, je suis d’accord avec vous. Pour les petites villes ça peut se faire avec des moyens à l’échelle ou via des initiatives privées genre associations. Comme le dit fort justement un autre lecteur, le problème devient le débouché du compost lorsqu’on a affaire à de grandes villes. Les quantités peuvent vite devenir très importantes. Je crois qu’au niveau des déchets ménagers, chaque français en produit aux alentours de 360 kg annuellement dont 1/3 de compostables. Ca fait pas mal. Là il y a un défi d’échelle. Mais rien d’impossible si tout le monde s’implique (privé + collectivités).


          • folteir (---.---.32.88) 28 avril 2006 23:28

            Voila un article plein d’idée, le compostage individuel dans son jardin pour amender ses terres à un moindre coup est une technique très ancienne qui à fait ses preuves,un simple tas suffit ! par contre le composteur d’appartement m’amuse beaucoup, car il doit falloir beaucoup de plantes vertes pour éliminer tout le compost obtenu.Quand à la production industriel, je m’interroge sur la pollution des jus très riches en sel minéraux et j’ai cobstaté en achetant certain de ses « terreaux » qu’ils étaient souvant trop acide. l’idée d’avoir du compost collectif pour les jardin de son immeuble n’est par contre pas bête du tout. Ce qu’il faut faire, par contre, c’est expliquer comment ça marche, car actuellement les gens sont plus pret à collecter les emballages estimés propres que les produits qui pourrissent.cordialement folteir


            • pchon (---.---.103.231) 1er mai 2006 10:06

              bonjour, concernant le matériel américain à base de pétrole (Burpee), sachez qu’il existe en France, un fabricant de composteurs en bois (http://www.gardigame.com) : à base de ressource renouvelable gérée selon les concepts de développement durable ! cordialement Pchon


              • HKac (---.---.170.51) 3 mai 2006 23:10

                Merci Pchon, votre lien est très instructif. Je note. L’idéal serait d’impliquer une sorte de « collectif » pour promouvoir et généraliser le compostage individuel sur le plan national, pourquoi pas en sensibilisant davantage l’Ademe.


              • cyrilou (---.---.230.11) 1er mai 2006 12:10

                salut mec, je pense que ta démarche pour l’environnement est tres honnorable, cependant je reste perplex... tu parle de bcp de chose a réaliser,Ne te vexe pas ; mais a mon avis commence par une action plus immédiate dans la mesure de tes capacité.De plus le composte est gratuit dans les décheterie !qu’es-tu dans la mesure de réaliser par rapport a ce qui existe déja ? J pense qu’une asso est une exelente idée ! bon courage !


                • HKac (---.---.170.51) 3 mai 2006 23:14

                  Bonsoir, Pas de problème je ne m’offusque pas car tu as raison. En ce qui me concerne, je composte depuis 4 ans à titre individuel. Je produit relativement peu de déchets même si j’ai conscience que je peux faire encore plus. Ce que je souhaite faire de plus c’est faire la même chose que ce qui existe au niveau des autres tris. Que ce soit aussi simple de séparer les déchets organiques que le verre ou le papier au niveau des immeubles collectifs et en ville, par exemple. Merci pour tes encouragements.


                • (---.---.98.37) 1er mai 2006 13:50

                  Le compostage domestique a ces avantages (nottamment celui du transport) toutefois je pense des filières industrielle centralisées sont beaucoup plus viables et interessantes au niveau de l’eco bilan.

                  Composter ou métaniser la fraction matière organique des OM est parfaitement faisable techniquement et est déjà mis en place via des unités de traitements en france et en europe. L’avantage de ces traitements est qu’ils sont beaucoup plus aboutis. Le compostage et la métanisation sont optimisées au niveau de la charge microbiologique de la température du taux de O2 (ou de son absence pour la métanisation). De plus il est d’avantage compatible avec les gestions des collectes actuelles.

                  Le seul point noir de ce type de filière reste les débouchés pour le compost et/ou les digestats. La filière agricole principal exutoire a déjà beaucoup de solicitation (boues de step par exemple et d’autre compost plus « clean » de déchet vert).

                  je tiens aussi à signalé qu’un compostage qui n’est pas bien « fait » peut aussi vite méthaniser. or si le compostage individuel se généralisait et qu’il ne se faisait pas correctement le dégagement de méthane ne serait pas négligeable. Or le méthane c’est 20x le CO2 en matière d’effet de serre.


                  • lamyseba (---.---.130.147) 3 mai 2006 22:50

                    Salut. Merci pour cette étude assez approfondie, je n’étais pas au courant de l’histoire pour le méthane. Si on suppose un compostage pas trop mal fait sans pour autant être industriel,le problème principal est bien celui que je pensais : refourguer le terreau. Si ca se fait à l’échelle locale, un marché de voisinage peut être envisagé. Après je ne suis pas sur que l’affaire puisse grossir suffisament pour la centraliser et l’industrialiser, ce qui permettrait de profiter en plus du méthane comme source d’énergie combustible. Si tous les voisins commencent à faire pareil, à priori c’est un oui positif.


                  • HKac (---.---.170.51) 3 mai 2006 23:30

                    Merci cher Inconnu pour ce complément. La méthanisation permet de récupérer du gaz servant de combustible. Pour la partie méthanisation liée au compostage individuel mal fait c’est en effet un risque. Or je ne sais pas quel serait le bilan au final ? Continuer à faire comme aujourd’hui et incinérer pêle-mêle le mix de déchets ménagers ou bien prendre le risque d’une méthanisation « collatérale » suite à un compostage imparfait ? Probablement, que la méthanisation fait déjà partie des processus naturels : bétail, humus des forêts, fermentations diverses... Par ailleurs, la proportion de compostages mal faits est-elle si importante que cela ? Si vous avez des données cela m’intéresse car j’avoue mon ignorance sur ce thème. En matière de débouchés pour le compost, on peut peut-être envisager aussi du « grand export » pour lutter contre la désertification par exemple. Je ne sais pas, je pose la question. Bien sûr, le transport ferait pencher la balance du bilan écologique du mauvais côté mais si c’est envoyé par bateau il faut étudier.


                  • magrande (---.---.23.192) 18 novembre 2006 18:25

                    Bonjour, je viens de passer 1 heure sur le net pour me renseigner sur le compostage en appartement car je trouvais en effet dommage de jeter toutes mes belles épluchures bio, et apparemment la seule solution efficace est le lombricompostage, pas très tentant quand même (surtout si on ne dispose pas d’une vaste terrasse pour écouler ledit compost !)... c’est pourquoi je voulais signaler qu’à mon avis, le bac américain dont tu parles n’est pas un composteur, juste un bac anti-odeurs pour stocker ses épluchures avant d’aller les jeter sur le tas de compost dehors... bref un gadget en plastique inutile de plus ! Quoi qu’il en soit, à mon avis en ville le compostage individuel ne pourra jamais rester qu’une activité confidentielle sans impact réel sur l’environnement, et ton idée d’organiser une collecte à l’échelle collective me semble beaucoup plus intéressante ; il faudrait savoir si les pouvoirs publics planchent sur la question, comme c’est déjà fait pour les autres déchets... il doit bien y avoir une commission quelque part qui étudie la question, non ? En tout cas bravo pour l’idée !


                    • Hkac (---.---.170.51) 20 novembre 2006 11:28

                      A magrande, Merci de votre intérêt pour la généralisation du compostage. J’avais aussi évoqué le lombricompostage dans mon article. Effectivement, bien que naturelle, cette technique peut susciter quelques réticences. Le problème en ville et appartements est surtout l’absence de filière de récupération des déchets compostables. En milieu rural, le compostage se développe car beaucoup de gens ont un peu de place au fond de leur jardin et possèdent un potager. En ville, c’est plus rare. Il faut savoir un truc, c’est qu’on peut faire aussi du méthane à partir de ces déchets organiques. Je crois que Total y réfléchit. Le méthane peut alors servir comme énergie pour le chauffage par exemple. Donc, une filière de collecte et traitement des déchets compostables à grande échelle pourrait être pertinente. Je serais prêt à m’impliquer dans ce « business » d’autant plus que je connais un jeune agriculteur à qui j’en ai parlé et qui serait intéressé d’apporter son expertise ! Mais voilà, la bonne volonté ne suffit pas. Il faut rallier la population, les pouvoirs publics et surtout des industriels. Je n’ai pas le pouvoir financier pour développer une telle filière seul. On pourrait très bien se regrouper entre quelques personnes pour mener un tel projet et cela filerait surement du boulot à beaucoup de gens. Moi je suis mentalement prêt. Bonne continuation.


                    • marcé (---.---.113.205) 4 janvier 2007 11:00

                      bonjour,

                      Je suis agriculteur et sensible au respect de l’environement. Actuellement je suis à la recherche d’une diversification pour mon explotation.

                      L’idée du tri des déchets organique afin de créer un compost me semble possible. De plus , l’utilisation d’engrais « naturel » est de plus en plus répandue.

                      Actuellement, il est possible de fabriquer des objets à base de plastique issu de l’amidon d’origine végétale, ce qui pourrait être une piste pour palier au matiére pétroliére.

                      N’ayant pas plus d’information sur la personne qui est l’origine de cet article, vous pouvez me contater : tel : 02/37/24/52/11 ou mo28@orange.fr

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

HKac

HKac

...


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès