Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Jean Marius d’Alexandris s’exprime à propos d’une méthode (...)

Jean Marius d’Alexandris s’exprime à propos d’une méthode biologique de traitement des eaux usées

Partout dans le monde, les eaux usées des maisons non reliées à un égout sont récupérées dans un réservoir appelé fosse septique qu’il faut vider quand il est plein. Tous ces composants stockés dans la fosse (matière fécale, urine, eau) pourraient être utiles au développement de la végétation. Nous produisons donc une eau qui pourrait devenir un engrais pour accélérer la pousse des végétaux. Elle contient de l’urée, de l’ammoniac, de l’azote, de la potasse, des nitrates, du phosphate, etc.

Question :

- "Comment l’idée de revaloriser les eaux usées vous est-elle venue ?"

Jean Marius d’Alexandris :

- "Je travaillais comme gérant d’une entreprise individuelle appelée « Tous dépannages à domicile », quand je me suis intéressé à la problématique des eaux usées. J’ai imaginé un procédé que j’ai baptisé « Fosse Biologique ». La Fosse Biologique est une cuve spécifique conçue pour une libre circulation de l’eau usée et un écoulement permanent vers l’extérieur. Le réservoir n’a pas de filtre et ne fonctionne qu’avec des bactéries. Les bactéries, qu’on trouve naturellement dans notre flore bactérienne intestinale travaillent à réduire la matière fécale en fines particules durant tout son séjour dans la Fosse Biologique. Il s’agit d’une fonction de biodégradation. La Fosse Biologique ne stocke pas. Elle fait circuler les eaux usées et permet ainsi de produire une eau, en sortie du procédé, légèrement chargée de tous les composants nutritifs pour la végétation qu’on trouve d’ordinaire dans une fosse septique. C’est un concept biotechnologique, car il utilise de la biologie associée à de la technicité.

Si l’eau usée, épurée, sert à l’arrosage du jardin potager, elle doit être biologiquement propre, c’est-à-dire sans produit chimique. Les gens ne veulent pas manger de la nourriture contenant des micros polluant chimiques.

Pour les besoins ménagers, les utilisateurs d’une Fosse Biologique n’utilisent que des produits bio. C’est un choix personnel avant tout, mais cela devrait être également un choix de société car les micros polluant chimiques refont surface tôt ou tard dans notre assiette."

JPEG - 60.6 ko
Début de vidange d’une fosse septique en Afrique

- "Existe-t-il des produits bio permettant de laver la vaisselle, le sol, les WC ?"

- "Oui, bien entendu. Aujourd’hui, ces produits d’entretien ménagers sont vendus en grande surface ou dans des magasins spécialisés."

-"Votre procédé permet-il de rendre les eaux usées potables ?"

- "Non, c’est impossible. Les eaux usées contiennent énormément de pollution naturelle, comme la matière fécale, l’urine et d’autres composants. Ils sont biologiques, puisqu’ils proviennent de l’humain, mais leur forte concentration dans la Fosse Biologique nuirait à la santé."

-"Qu’advient-il des produits chimique (détergents, morceaux de plastique, métaux lourds, etc...) que les gens ont pu jeter aux toilettes ou déverser dans leur évier et qui se retrouvent dans les eaux usées ?"

- "En assainissement traditionnel, les produits chimiques déversés dans l’évier ou jetés dans les WC finissent par être dispersé dans la nature. Les micros polluants chimiques imprègnent pour une partie la matière fécale. Le reste se dilue dans l’eau. Aucun système technique n’est en mesure de les éliminer. Il y a encore 60-70 ans, ils n’existaient pas et les eaux usées n’étaient pas une source de pollution. De nos jours, il y a de plus en plus de monde sur Terre, ce qui génère de plus en plus d’eaux usées. Polluant gravement l’environnement, elles vont finir par contaminer les nappes phréatiques qui nous fournissent notre eau potable.

Les habitants d’une maison équipées d’un Assainissement Biologique ont adopté la Biologie Attitude. Ils suppriment de leur mode de vie tous les produits contenant des molécules chimiques. Ils n’utilisent que des produits biologiques pour laver la vaisselle, du savon biologique pour l’entretien corporel, du shampoing biologique, du produit biologique pour les WC. Tous ces produits sont vendus en grande surface ou dans des magasins spécialisés dans le bio."

JPEG - 47.1 ko
Vidange d’une fosse septique en Afrique

-"Quelles sont les difficultés que vous avez dû surmonter pour créer votre entreprise ?"

- "Le manque de connaissance des eaux usées. L’incompréhension du rôle de la bactérie, car elle est invisible. Le fait que rien d’identique ou se rapprochant de mon procédé n’existait sur le marché de l’assainissement. Je ne pouvais faire aucune comparaison à quelque chose d’existant."

-"Quelle est actuellement la situation commerciale de votre entreprise ? Est-elle rentable ? Touchez-vous des subventions ? Bénéficiez-vous d’avantages fiscaux ?"

JPEG - 21.8 ko
Jean Marius d’Alexandris

- "Actuellement, je suis ce qu’on appelle un auto-entrepreneur. Durant douze ans, j’ai consacré toute mon énergie à développer la partie technique du procédé. J’ai créé cent implantations « Fosses Biologiques » à ce jour.

J’élabore toute la documentation de présentation nécessaire à une bonne compréhension pour ce que l’on appelle « un produit généralisé », c’est-à-dire un produit dont tout le monde puisse comprendre l’utilité, qui peut être implanté dans n’importe quelle situation, et surtout dans n’importe quel endroit du monde. D’un point de vue commercial, la Fosse Biologique n’est pas encore rentable. Je m’efforce de la faire connaître au grand public.

Actuellement, je travaille sur l’Afrique, parce qu’un concours de circonstances m’a fait rencontrer un Sénégalais intéressé par mes idées. Ensemble, nous avons élaboré ce que nous appelons le PROJET. Cela consiste à récupérer, une par une, les eaux usées de toutes les maisons d’un petit village, et de les transporter jusqu’au bord de l’exploitation agricole où le procédé « Fosse Biologique » est installé. Chaque fois que 1000 litres d’eaux usées entrent dans le procédé, à la sortie ce sont 1000 litres d’eau fertilisante qui se dispersent dans le champ par un système d’irrigation. En France, avec le produit de ma Fosse Biologique, j’arrosais le jardin potager. Avec le système mis au point au Sénégal, j’irrigue une exploitation agricole. Un jardin potager fournit de la nourriture à une famille. Une exploitation agricole peut fournir de la nourriture à tout un village.

Je n’ai jamais touché de subvention."

-"Pouvez-vous nous citer quelques exemples de vos réalisations et nous décrire les conséquences qu’elles ont eues ?"

- "Des canalisations d’eaux usées obstruées ont été débouchées uniquement avec des bactéries. Auparavant, les gens utilisaient des déboucheurs chimiques coûteux et les obstructions revenaient régulièrement. Ma méthode les a supprimées définitivement. J’ai demandé aux gens de ne plus utiliser de produits chimiques. J’ai utilisé un furet mécanique et j’ai effectué un traitement biologique par l’injection d’un cocktail de bactéries. Les canalisations n’ont plus jamais été bouchées.

En France, j’ai créé une centaine de « sites pilotes » de traitement des eaux usées pour des habitats qui utilisaient auparavant une fosse septique autonome. J’ai obtenu une certification scientifique de fonction dont les analyses déterminent qu’il y a bien une diminution de la densité de la matière organique entre l’entrée et la sortie du procédé. La certification parle d’« abattement ».

J’ai mis au point un concept de traitement des eaux usées adaptable à toutes les configurations d’habitat possibles : soit une maison individuelle avec son système d’assainissement, soit plusieurs maisons regroupées sur un même système d’assainissement, soit un immeuble, un lotissement, une grande ville.

J’ai conçu un schéma directeur d’assainissement biologique pour une ville, le CEBRE."

JPEG - 304 ko

-"Pour fonctionner, votre système n’implique-t-il pas que tous les habitants de la ville se convertissent à la Biologique Attitude ? Que se passe-t-il si tel n’est pas le cas et qu’un grand nombre d’entre eux continuent de vivre comme d’habitude ?"

- "L’Assainissement Biologique implanté sur une ville implique d’avoir l’assentiment de toute la population, sinon le procédé « Fosse Biologique » serait en dysfonctionnement permanent. Seules les maisons dont les habitants adoptent la Biologie Attitude, peuvent être équipées du procédé « Fosse Biologique ». Il est impossible d’implanter le CEBRE sur une ville dont la majorité des gens refusent d’adopter la Biologie Attitude. Mais pour motiver les gens, l’Assainissemet Biologique a un atout incontestable : le porte monnaie. En assainissement collectif, les habitants paient une taxe d’assainissement annuelle qui correspond à 20 % du prix de l’implantation du procédé « Fosse Biologique ». A très court terme, avec une « Fosse Biologique », ils ne paieraient plus de taxe. La taxe d’assainissement est comprise entre 600 et 1200 euros suivant les communes et elle est perpétuellement en hausse. Suivant le montant de leur taxe, les gens amortiraient plus ou moins vite leur investissement financier pour l’implantation du procédé.

Chaque maison non raccordée au collectif réduit le coût de traitement des eaux usées de la commune : pas d’infrastructure de raccordement et de collecte, moins de volume d’eaux usées à traiter, moins de production de résidus de boues, réduction du coût des traitement palliatifs de ces boues (incinération, épandage, stockage, séchage, transport, etc), réduction des frais de gestion et d’entretien.

L’utilisation généralisée du CEBRE diminuerait de 150 milliards d’euros environ en cinq ans, la facture de l’assainissement des eaux usées en France. J’ai fait un devis pour la mise en place du CEBRE pour la mairie d’une commune de 980 habitants : coût 600000 euros. Le devis d’assainissement traditionnel était, lui, estimé à 6 millions d’euros. Si on multiplie le montant économisé par le nombre de communes que compte la France –il y en a 36000- cela permet de faire une estimation des économies possibles à l’échelle du pays.

Le PROJET Revalorisation des eaux usées pour une agriculture biologique productive s’implante en Afrique. Fin 2014, pour la première fois, un bilan de performance et de résultat d’exploitation agronomique va pouvoir être fait. L’agriculteur pense doubler largement sa production, voire peut-être la tripler.

Un autre projet me tient à coeur : le recyclage d’eaux usées pour une banque alimentaire. Des gens de condition défavorisée, mais désireux de travailler, exploiteront pour leur propre compte des champs abandonnés, et ils pourront donner le surplus de leur production à d’autres défavorisés, à des hôpitaux, des écoles, des associations humanitaires, les restos du cœur, etc. Une manière de réinsertion valorisante dans le monde du travail.

Pour la première fois, à la suite d’un appel d’offres de marché, une mairie installe un site pilote « Fosse Biologique »."

-"Comment envisagez-vous l’évolution future de votre activité ?"

- "Je continue d’implanter, en France, des installations autonomes. Je fais évoluer, techniquement, le procédé « Fosse Biologique » lyseconcept par des petites améliorations, je complète ma documentation avec les résultats des options expérimentales en cours, je traduis la documentation en un maximum de langues parlées.

Je fais mes premiers pas en Inde. Je ne sais pas trop comment les choses vont se présenter là-bas. Il me faudra m’adapter à la situation locale."

Propos recueillis par Frank BRUNNER


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 16 avril 2014 13:43

    « La taxe d’assainissement est comprise entre 600 et 1200 euros suivant les communes »
    par an ?


    • Rensk Rensk 16 avril 2014 17:39

      Chez-nous c’est calculé en fonction du compteur d’eau potable + la surface de la toiture et du goudron (parking voiture) car l’eau de pluie est aussi nettoyée vu la pollution du ciel...

      Je reviens, vais chercher les prix actuels (c’est voté par les citoyens de la commune)... C’est plus cher que ça


    • Rensk Rensk 16 avril 2014 17:56

      Voilà les prix :

      Taxe de l’alimentation en eau, taxe annuelle CHF 15.00 - par personne / taxe annuelle de consommation CHF 2.40/m3 / Taxe annuelle eau de pluie sur bienfonds CHF 1.20/m2

      Prix de l’eau consommée en sus des taxes CHF 4.50/m3

      Taxe des eaux usées CHF 4.75/m3 (raccordé) CHF 5.-/m3 (non raccordé)

      Le calcul des eaux de pluie se fait avec Météosuisse.

      PS : En Suisse même l’eau sur les routes sont nettoyés, cela est payé par l’impôt sur les plaques de voiture.


    • Rensk Rensk 16 avril 2014 17:36

      Usurpateur... Il a « inventé » un truc plus vieux de 40 ans au moins...

      Son « invention » a été utilisé en 2007 la première fois...
      Son « invention » a besoin de chauffage...

      Au Valais cela existe depuis... au moins depuis que les grand-parents on installé ce système en 1965 dans les alpages... Pas besoin de chauffage...

      La seule chose qu’il a « inventé » c’est le nom de son produit !


      • doctorix doctorix 16 avril 2014 19:11

        Extraordinaire : il a inventé la fosse septique.

        Son prédécesseur ne lui fera pas de procès, il est mort :
        La Fosse Mouras est un type de fosse d’aisance, dite vidangeuse, automatique et inodore permettant la liquéfaction des excreta par voie anaérobie1 inventé par un ingénieur français du nom de Jean-Louis Mouras2. Elle est considérée comme la première fosse septique3. Le 22 septembre 1881 le brevet d’invention 144.904 relatif à cette invention a été déposé, complété le 28 février 1882 par une demande d’un certificat d’addition au brevet d’invention.

        Y en a qui ne manquent pas d’air...
        Cette fosse est encore utilisée dans des millions d’endroits en France quand il n’y a pas de tout à l’égout : je n’ai vu aucune différence de conception, à part qu’il chauffe un peu pour accélérer la réaction (ce qui me parait tout à fait inutile puisque la dégradation des bactéries est exothermique) et l’eau qui en sort est également relativement pure, après filtrage par pouzzolane (mais elle n’est pas stérile et peut contenir des bactéries pathogènes). En tous cas elle est inodore.
        C’est ce qui s’appelle inventer l’eau tiède, ou du foutage de gueule.
        Vous verrez qu’un jour on nous vendra l’air qu’on respire, avec brevet...

        • lyseconcept lyseconcept 16 avril 2014 22:37

          Le procédé « Fosse Biologique »lyseconcept date de 2004. Je parle bien d’une inventionqui s’appelle procédé « Fosse Biologique » et non fosse septique.

          Il est difficile de concevoir une liquéfaction par voie ’anaérobie’ quand la terre est un milieu totalement aérobie. L’effluent d’eau usée est composé pour sa plus grande partie d’eau. Une eau composée de 2 molécules d’oxygène. 02. Comment est il possible qu’un milieu aérobie renouvellé très souvent ( Tous les jours nous allons plusieurs fois au toilette et tirons la chasse plusieurs fois en envoyant de l’eau contenant de l’oxygène) puisse se maintenir.
          On lave la vaisselle avec de l’eau contenant de l’oxygène, on utilise plusieurs fois l’eau potable pour nos besoins d’hygiène, une eau contenant de l’oxygène. Comment un milieu anaérobie peut il s’installer et perdurer dans un endroit ou l’aérobie est renouvellé tous les jours. 
          l’anaérobie n’existe pas sur terre, l’anaérobie ne peut pas exister sur terre. communication scientifique de lyseconcept.
          Sur le plan, effectivement on voit un appareil de chauffe. Les bactéries qui composent notre flore intestinale travaillent à 37°. Cette température assez élevée est nécessaire pour une activité bactérienne intense qui permet d’éliminer la nourriture ingurgitée sur 24h00. Dans un réservoir enterré la température est maintenue entre 9° et 13° environ. Une étude scientifique approfondie de deux ans nous a fait renoncer au système solaire pour une raison précise : la température dépassait souvent le cap des 37° et donc augmentait l’activité bactérienne d’une façon trop importante. Cela avait pour conséquence de diminuer très fortement la population bactérienne avec l’incidence de diminuer la performance épuratoire du procédé.
          il faut savoir qu’à une certaine température, 1° ou 2° degrés de plus augmentent de 10% l’activité bactérienne. Il nous a donc fallu chercher un juste milieu. L’appareil sur le plan est juste pour dire que nous nous préoccupons de la T° à l’intérieur du procédé. En plus toutes les expérimentations sur le sujet ont démontré qu’il était difficile de maitriser une température constante en période ensoleillée. idem en période sans soleil.
          Donc on ne chauffe pas du tout. On a trouvé une autre solution plus économique. En haute montagne une implantation est réchauffée par le retour de chauffage de la maison. On gagne quelques degrés à peine.
          Il y a une grosse différence de conception entre la fosse septique et la fosse biologique. 
          Une fosse septique est un réservoir qui accumule la matière qu’il faut vidanger. Elle est équipée d’un filtre en sortie pour retenir la matière. L’eau qui sort du filtre est noire, putride. Cela est du au fait que le filtre retient la matière, il colmate et putréfie le milieu et l’eau qui passe au travers. La fonction de la fosse septique est uniquement de retenir la matière. Si un quelconque élément bactérien ou autre travaillait sur la réduction de la matière cela se saurait puisqu’il n’y aurait plus besoin d’effectuer de vidange. 
          je ne parle pas des interventions de vidange en urgence que de nombreux utilisateurs de fosse sont obligé d’effectuer. 
          Le procédé « Fosse Biologique »lyseconcept ne possède pas de filtre pas, de mécanisme de retenue. La fonction de travail du procédé est la biodégradation par la lyse de la matière organique. 
          Pour que cette action soit suffisamment conséquente il faut une présence bactérienne maximum, un milieu très oxygéné et surtout un volume d’eau important. Le minimum du procédé « Fosse Biologqiue »lyseconcept est 6m3.
          Cela donne un temps de transit dans le dispositif d’environ 12 à 15 jours entre l’entrée et la sortie de l’effluent. 
          Le volume d’une fosse septique est de 2m3 à 3m3 à peine. Pour une consommation de 100 litres/jour/ par personne, le transit est ultra rapide.
          le site pilote de lyseconcept effectue la presque totalité du traitement d’épuration hors sol sans production de boue.
          la fosse septique produit de la boue et dans la réglementation elle est décrite comme étant le pré traitement. Ce qui suppose un outil palliatif de traitement qui lui est adjoint : l’épandage. Hors celui ci ne sert qu’à une chose , disperser vers les nappes phréatiques environnantes l’eau putride qui sort de la fosse septique.
          l’eau de rejet du procédé « Fosse Biologique »lyseconcept, épurée à 90% est envoyée sur un exutoire végétalisé, qui lui, en complément du travail effectué en amont par le procédé, va purifier le sol de la pollution diffuse.
          il faut savoir que le procédé « Fosse Biologique »lyseconcept est le seul dispositif qui déclare dépolluer le sol de l’urine (urée, ammoniaque azote nitrate potasse phosphate etc). Tous les autres dispositifs envoient toute cette pollution dans les milieux hydrauliques naturels. 
          Je pense que peu de gens en fosse septique disent que l’eau qui sort de la fosse est propre et surtout qu’elle ne sente pas. 
          Quand on regarde la conception du procédé « Fosse Biologique »lyseconcept il n’y a aucune comparaison possible avec la fosse septique. 
          Concernant une implantation individuelle par des gens d’un système similaire ou presque similaire je veux bien le croire, puisque j’en ai vu de mes propres yeux.
          Sauf que toutes étaient plus ou moins sur le modèle se rapprochant de la fosse septique. Normale puisque les gens ont construit eux même leurs sytèmes d’assainissement et qu’il a bien fallu qu’ils prennent modèle sur quelque chose d’existant. Parfois manquant de moyen ou de compréhension ils arrangeaient leur construction pour que l’écoulement se fasse très bien et que la fosse ne se bouche pas. On pourrait donc penser à une installation performante quand tout compte fait il s’agissait plus d’une évacuation facilité. Maintenant, dans les alpages en zone isolée avec une fosse ou sans fosse le peu de pollution organique générée par la présence de deux ou trois personnes, sans bain sans douche n’a pas beaucoup de conséquence sur l’environnement surtout s’il n’y a pas d’utilisation de produits d’entretien chimiques.
          Le procédé « Fosse Biologique »lyseconcept assure un assainissement pour 6, 12, 18 personnes en site pilote de base avec des volume de traitement de 6m3, 8m3, 10m« et plus. Au dessus le concept est remanié.
          Il me semble que sur tous mes documents je signale un procédé »Fosse Biologique« lyseconcept et non pas : fosse septique. Quelle est la différence la plus probante.
          la fosse septique n’a de septique que le nom, puisqu’elle produit de la boue, donc le septique ne fait pas son travail ou il est inexistant, asphyxié par le filtre. 
          Le procédé »Fosse Biologique« lyseconcept est lui 100% septique.
          Dans le concept site pilote les gens adhèrent à la Biologie Attitude. ils sont totalement bio dans leur comportement et dans l’utilisation de produits d’entretien. ils préservent ainsi la flore bactérienne qui va travailler pour eux. ce n’est bien sur pas le cas dans le système traditonnel de la fosse septique. C’est pour cette raison que le dispositif dégage autant d’odeur pestilentielle.

          Pour la taxe d’assainissement j’ai sélectionné deux prix les plus représentatifs, car par endroit le minimum est beaucoup plus bas (150€) mais le plus haut est beaucoup plus haut (2800€).
          Je ne prends que la part allouée à l’assainissement en comparaison de l’investissement pour un assainissement autonome. 
          En espérant vous avoir convaincu que le procédé »Fosse Biologique "lyseconcept est unique et sans commune mesure avec tout autre système existant.


             

          • foufouille foufouille 17 avril 2014 10:09

            en france les fosses septiques sont interdites pour les nouveaux assainissements. une installation correcte ne se bouche pas. avec un filtre a sable aprés une fosse toute eaux entretenue, l’eau est propre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Frank BRUNNER


Voir ses articles







Palmarès