Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Jusqu’à 30% du réchauffement climatique expliqué par une activité (...)

Jusqu’à 30% du réchauffement climatique expliqué par une activité solaire exceptionnelle ?

L’énergie émise par le soleil n’est pas constante et présente des variations avec le cycle d’activité magnétique solaire, le célèbre cycle de 11 ans. Depuis le XVIIIe siècle, il a été suggéré que le soleil joue un rôle dans le climat terrestre et de nombreuses corrélations ont été observées entre des indices climatiques et des phénomènes solaires.

L’énergie émise par le soleil n’est pas constante et présente des variations avec le cycle d’activité magnétique solaire, le célèbre cycle de 11 ans. On peut alors se demander quelle est l’impact sur la Terre. On sait que le spectre du rayonnement arrivant au sommet de l’atmosphère terrestre n’est pas le même que celui atteignant la surface terrestre. Les variations du rayonnement solaire entraînent une variation de l’énergie reçue au niveau de l’atmosphère terrestre, qui est une région fondamentale des mécanismes météorologiques et climatiques. Depuis le XVIIIe siècle, il a été suggéré que le soleil joue un rôle dans le climat terrestre et de nombreuses corrélations ont été observées entre des indices climatiques et des phénomènes solaires.

Grâce aux relevés du nombre de taches depuis le XVIIe siècle, il a d’ailleurs été remarqué la corrélation entre des périodes de faible activité, voire d’activité nulle (comme les minima de Maunder ou de Spörer) coïncidant avec des périodes très froides. Le lecteur pourra aussi se reporter à Mendoza (2005) pour une discussion des origines des variations de l’irradiance solaire totale (TSI) et de son influence sur la climat terrestre.

Depuis le début du XXe siècle, un réchauffement global moyen de 0.6 ± 0.2°C a été mesuré (e.g. IPCC TAR 2001), attribué principalement, voire uniquement, à l’influence de l’homme sur le climat. De nombreux travaux portent actuellement sur la contribution de la variabilité solaire au changement climatique terrestre et de nombreuses tentatives sont effectuées pour estimer au mieux l’impact de la TSI. Ainsi Lean et alii. (1995) ont montré qu’entre 1610 et 1860 la moitié du réchauffement global provient du soleil et que 65% de ce réchauffement s’est produit depuis 1970.

Ces conclusions sont soutenus par Solanki and Krivova (2003) qui ont montré que 30% de ce phénomène aurait une origine solaire. De plus Solanki et alii. (2004) ont montré que le niveau actuel d’activité de ces 70 dernières années et sa durée sont exceptionnelles. Sur les 11 000 dernières années, le soleil n’aurait présenté une activité si élevée que pendant 950 ans avec des durées moyennes de ces périodes de seulement 30 ans.

Le rôle du soleil dans les variations climatiques actuelles sur Terre n’est cependant pas encore démontré sans ambiguïté. On sait que dans le passé des périodes glaciaires ont coïncidé avec des périodes de faible activité solaire (ex : les années précédant la Révolution française). On peut noter aussi que les variations de l’irradiance solaire mesurées (c-à-d depuis les premières missions spatiales des années 70) sont très faibles : 0.1%. D’après le compte-rendu du dernier rapport du GIEC, le forçage radiatif dû à l’irradiance solaire est très faible et ne présente qu’une contribution négligeable au réchauffement climatique. Une récente revue parue dans la revue Nature (Variations in solar luminosity and their effect on the Earth’s climate) conclut aussi que la faiblesse des variations solaires actuelles ne peut contribuer significativement au réchauffement. Cependant la mauvaise connaissance de variations spectrales (UV notamment ) ne peut exclure l’absence de mécanismes influant. Enfin on connaît aussi très mal les variations à long terme et très long terme du soleil.

Figures sur http//:connaissance-innovation/typepad.fr//index/2007/02/jusqu_30_du_rch.html


Moyenne des avis sur cet article :  3.85/5   (163 votes)




Réagissez à l'article

104 réactions à cet article    


  • (---.---.39.132) 6 mars 2007 11:40

    et ?


    • Julot (---.---.208.241) 6 mars 2007 14:46

      Cher monsieur,

      Vous semblez ignorer qu’il est formellement interdit de remettre en cause le fait que l’homme soit entièrement responsable du rechauffement climatique.

      Je vous rapelle que vous encourez jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 200.000 euros d’ammendes pour vos propos.

      Par ailleurs, vous vous exprimez sur Agoravox, ce qui nous autorise à vous traiter de connard, salopard, lobyiste.

      Les gens comme vous ont existés de tout temps, ce sont des ennemis de la vérité.

      J’espètre que votre article sera censuré, et j’appelle tous les partisants du rechauffement climatique à vous couvrir d’injure.

      Mr Julot, qui jure être d’extrème gauche, si si, par pitié ne frappez plus.


    • Gnole (---.---.192.187) 6 mars 2007 14:58

      Il ne remet pas en cause l’origine anthropique, mais emet l’hypothèse que une hyper activité solaire pourrait être responsable d’une part non négligeable (mais somme toute minime) de ce réchauffement.

      maintenant question :

      Sans les 70% (estimation à la louche) de réchauffement provoqués par les activités humaines, aurions nous le moindre problème du à l’activité solaire... ?

      Réponse NON évidement.

      C’est intéressant, mais ça ne résoud pas le problème urgent et immense que représente le changemet du climat smiley


    • Julot (---.---.208.241) 6 mars 2007 16:39

      Mon commentaire était évidemment sarcastique. Dès qu’on ose se lever contre le politiquement correct, fut-ce avec des arguments en bétons, on se fait insulter.


    • Julot (---.---.208.241) 6 mars 2007 16:43

      Comme d’hab,

      On repproche à l’auteur :

      - de ne pas être un scientifique renommé
      - d’écrire à contre courant du politiquement correct

      Les intégristes et leur rechauffement me fatiguent les oreilles. A les lire, ce sont tous des chercheurs et des climatologues.

      « Mais papa j’ai tout lu sur l’écologie » La crise, film de coline séreau.


    • rdu (---.---.209.117) 6 mars 2007 17:12

      ceci dit il est important de connaitre toutes les causes d un probleme pour le résoudre


    • Bobac Bobac 6 mars 2007 17:16

      Voici quelques références citées pour justifier cet article, parues dans des revues internationales :
      - Mendoza, Total solar irradiance and climate, 2005, Advances in Space Research, Volume 35
      - Lean, Reconstruction of solar irradiance since 1610 : Implications for climate change, 1995, Geophysical Research Letters, Volume 22
      - Solanki & Krivova, Can solar variability explain global warming since 1970 ?, 2003, Journal of Geophysical Research (Space Physics), Volume 108
      - Solanki et al., Unusual activity of the Sun during recent decades compared to the previous 11,000 years, 2004, Nature, Volume 431
      - Usoskin et al., Reconstruction of solar activity for the last millennium using 10Be data, 2004, Astronomy and Astrophysics, Volume 413
      - Solanki, Harold Jeffreys Lecture : Solar variability and climate change : is there a link ?, 2002, Astronomy & Geophysics, Volume 43


    • hubert (---.---.201.242) 6 mars 2007 19:35

      Pour pouvoir le résoudre comme vous dites, il serait préférable que la cause du réchauffement soit totalement humaine et c’est précisément ce dont on essaie de se convaincre à coups d’analyses de toutes sortes qui n’ont que la valeur qu’on veut bien leur donner, mais qui définissent une posture officielle. Car si les causes naturelles étaient prédominantes, serait-il raisonnable de le dire ? La question est posée.


    • Maxou (---.---.208.241) 7 mars 2007 10:12

    • saimansaiman (---.---.46.26) 19 mars 2007 11:36

      insulté par qui ? personne n’a réagi il me semble !


    • iggnir 7 mai 2007 12:17

      Excellent lien. Bien utile pour ceux qui croient tout savoir et qui ne savent même pas ce qu’effet de serre veut concrètement dire. Ca regroupe ce que j’ai étudié pendant mes quelques années de facs (4 ans sciences de la Terre + 1 an planétologie), donc j’ai un peu plus de légitimité que ceux qui ont lu le dernier rapport alléger du GIEC ou la dépêche du dimanche. Arrêtons la propagande malsaine !


    • Yan (---.---.7.62) 6 mars 2007 11:52

      Et donc ?

      Ils sont où les 70% qui restent ?

      On doit continuer à saturer l’atmosphère en CO2 parce que 30% du réchauffement climatique n’est peut être pas lié à l’activité humaine ?


      • Bobac Bobac 6 mars 2007 12:02

        Non il faut bien sûr revoir notre consommation et production d’énergie car nous sommes responsables des dérèglements climatiques, mais il faut également regarder de près les nuisances créés par la Nature elle-même pour éviter d’y contribuer encore plus. Le méthane est un autre exemple de nuisance créée massivement par les micro-organismes, les bovins et les ovins...à nous de ne pas y ajouter notre propre contribution.


      • kubrick (---.---.59.104) 6 mars 2007 12:56

        Cet article montre une chose ... que le réchauffement climatique actuel pourrait être dû à l’addition d’une activité solaire exceptionnelle (des recherches sont en cours et doivent être poursuivies sur le sujet) et à l’influence de l’homme ... et non il faut se battre pour diminuer les émissions CO2 dûes à l’activité humaine. Cette note n’a pas pour objectif de dire polluons polluons ce qui serait proprement irresponsable et incrouyablement dangereux (il suffit de voir les variations déjà sensibles à notre échelle).

        Cette note veut aussi mettre l’accès sur le fait que les relations Soleil - Terre et notamment l’influence directe du Soleil sur le climat terrestre doivent fire l’objet de recherche soutenue afin mieux comprendre cette interaction et prédir l’influence sur la Terre.


      • laivamun laivamun 28 juin 2007 18:18

        Ce phénomène peut expliquer des variations climatiques plus ou moins longues.

        Les grands déserts, tels Gobi ou le sahara très chauds dans la journée et très froids la nuit, mettent en évidence la forte influence de l’humidité de l’air responsable, d’après le GIEC lui même, de 52% du réchauffement du à l’effet de serre.

        Les phénomènes cycliques de nutation et d’oscillation subits par l’axe de rotation de la terre entrainent des variations de l’efficacité du rayonnement solaire sur le chauffage de notre globe.

        Des phénomènes naturels tels les grands incendies ou les éruptions volcaniques diminuent également l’efficacité du rayonnement solaire.

        L’absence simultanée de tous ces évènements ou leur concomitance peut ainsi entrainer de grandes variations aléatoires dans le climat terrestre, mais la precession de l’axe des pôles sur un cycle de 258 siècles entraine de très grandes variations d’ensoleillement des pôles alors que celui de l’équateur reste pratiquement constant.

        Ce fait entraine les variations de courants marins et des échanges atmosphériques qui expliquent à long terme le réchauffement de la planète dans lequel l’homme n’a pas grand chose à voir.

        Plutôt que de lutter contre les émissions de gaz carboniques, qui pourraient être diminuées par la généralisation du nucléaire, il vaudrait mieux que nous nous organisions pour lutter contre la modification du régime des pluies qui de plus en plus entrainent des inondations catastrophiques.

        Par rapport au soleil nos régions tempérées glissent ainsi petit à petit vers un régime pluvial tropical et nos égouts ne sont pas faits pour éliminer les quantités d’eau qui tombent du ciel d’ou les inondations catastrophiques et les cyclones de plus en plus fréquents

        J’essaie d’expliquer mon point de vue dans mon site perso

        http://numavial.club.fr/GENEAsite/Rechauffement/avantproposRechauffement.ht m


      • Bobac Bobac 6 mars 2007 11:54

        Et bien cela contredirait les idées du GIEC à Paris qui avançait une contribution négligeable du soleil. Beaucoup ont décrié le GIEC comme un groupe de chercheurs partisans du réchauffement climatique par la faute de l’homme et de l’homme seul. Il est clair que le GIEC a oublié de demander aux astronomes leur avis sur le Soleil...malheureusement le corporatisme des scientifiques conduit souvent les astronomes à modéliser le climat sans les climatologues et les climatologues à modéliser le climat sans le Soleil ! smiley


        • Marc (---.---.134.231) 6 mars 2007 13:40

          Votre affirmation gratuite selon laquelle « Beaucoup ont décrié le GIEC comme un groupe de chercheurs partisans du réchauffement climatique par la faute de l’homme et de l’homme seul » est sans fondement. Quelles sont vos sources pour affirmer cela ? Est-ce des spécialistes du domaine ayant publié dans des revues scientifiques à comité de lecture ? Il est toujours possible de citer quelques dizaines de noms de scientifiques sceptiques (qui en général expriment plus des nuances qu’un désaccord sur l’origine anthropique du réchauffement climatique), mais il ne représentent qu’un très faible pourcentage des scientifiques spécialistes du domaine.

          Le premier volume du 4ème rapport d’évaluation du GIEC présenté le 2 février 2007 à Paris a été préparé par 620 chercheurs de 40 pays (voir http://www.ipcc.ch/press/prwg2feb07.htm). Il me semble très « léger » d’affirmer que ces chercheurs ne sont pas réprésentatifs. De plus, le rapport considère les variations de l’activité solaire et rien ne permet d’affirmer que celles-ci aient été négligées (cf. http://www.ipcc.ch/press/SPM2feb07.htm).

          Marc


        • iggnir 7 mai 2007 12:23

          Dont certains chercheurs qui se ont retrouvé avec surprise leur nom sur la liste, alors qu’ils n’avaient pas participé au « débat »... Faut arrêter de se leurrer et s’informer par nous même. Si on commence à croire tout ce que les pseudo scientifiques disent, on est mal barrés. Comme dit Ignacio Ramonet (je sais plus où) : s’informer, c’est dur, c’est long, c’est chiant, mais c’est le seul moyen pour être objectif. Et sur le sujet du réchauffement climatique, 99% des personnes qui en parlent ne sont pas objectifs.


        • hubert (---.---.147.40) 6 mars 2007 12:15

          Il est certain que de considérer l’activité humaine comme étant la seule responsable du réchauffement climatique est un peu court, mais c’est hélas la seule cause mise en avant actuellement par le concert méditico-politique. C’est faire preuve d’exagération voir de mégalomanie de considérer que l’homme serait à lui tout seul détenteur d’un pouvoir suffisant pour influer sur les variations climatiques, faire la pluie et le beau temps en somme.

          A défaut d’en savoir un peu plus, j’ai l’impression que les meusurettes qui seront prises ne serviront qu’à lancer l’écolo-industrie et à donner bonne conscience à la population inquiète.

          Il est à noter par ailleurs cette contradiction intéressante, 80% des français approuvent les positions de Nicolas Hulot, mais 4% à peine seraient prêts à voter pour Dominique Voynet. C’est tout le problème de l’écologie politique, on croit en Hulot parce qu’il ne peut pas et ne veut pas agir directement en s’en remettant au pacte écologique, patate chaude dont les politiques feront in fine ce qu’ils veulent, mais on ne veut pas de Voynet parce qu’on ne croit pas qu’un parti politique écolo soit à même de gérer les affaires du pays. Si les enjeux écologiques sont considérés comme vitaux, ou sont alors les convictions, ou est la logique de ce positionnement ?

          Finalement, je ne crois pas que les français se sentent réellement en danger et il y a fort à parier que tant qu’un changement de société allant vers plus d’écologie ne sera pas économiquement rentable, rien ne bougera vraiment au fond, tout simplement parce qu’il reste encore du pétrole, et que tant qu’il en restera et qu’on ne sera pas totalement convaincu de notre responsabilité de pollueurs, on évitera de lâcher la proie pour l’ombre...


          • gd (---.---.238.2) 6 mars 2007 12:28

            Les variations de l’intensité solaires sont prises dans les modèles climatiques, il n’y a qu’a lire les premieres pages du rapport de l’IPCC 2007 (1er encadré jaune p2 et figure 2 p4, du résumé au décideurs).

            Ensuite votre remarque sur le méthane... Si il y a autant d’ovins et de bovins sur la planète c’est du fait de l’homme et de sa consommation gargantuesque de viande ! Je pense donc qu’il est difficile de les classer dans les sources naturelles, au sens où l’homme n’aurait aucune influence (par opposition aux volcans ou au soleil par ex).


            • Bobac Bobac 6 mars 2007 12:42

              Correct. Mais si vous avez lu le rapport du GIEC et assisté à sa présentation, la partie « solaire » a été couverte en 1 transparent et très rapidement. En tant que scientifique, je suis simplement troublé par les conclusions du GIEC qui vont à l’encontre de travaux scientifiques réalisés par des astronomes du soleil très compétents (je ne suis pas l’un d’eux !). Face à un problème aussi grave que le réchauffement climatique, il est important de faire un bilan le plus raisonable possible des contributions de l’homme et de la nature. Concernant les bovins, entièrement d’accord. Les américains déjà responsables à un très haut niveau de l’effet de serre devraient également manger moins de viande. Par contre un certain nombre de micro-organismes dans le forêts tropicales sont également responsables. Cet article veut simplement démontrer la complexité du problème.


            • gd (---.---.238.2) 6 mars 2007 13:23

              La complexité du problème est évidente et les retroactions entre les différentes composantes de la machine climatique sont nombreuses et pas toujours bien connue. Le rapport de l’IPCC dans sa nouvelle version se focalise plus particulierement sur les barres d’incertitude... Du coup je comprends mal l’interêt de ce genre d’article qui tente de jetter l’opprobre sur l’IPCC qui produit un consensus sur l’état actuel des connaissances sur le climat... Si vous êtes un convaincu de l’impact de l’homme sur le climat (ce qui est scientifiquement raisonnable), pourquoi mettre en doute le fonctionnement de cette institution ? Cela réenforce les spéculations des anti-rechauffements et on tombe généralement assez rapidement dans le syndrome galillé et la théorie du complot.. Il me semble d’ailleurs que les commentaires commencent a illustrer mon propos... Mais je souhaite me tromper...


            • miteny (---.---.130.65) 6 mars 2007 12:47

              La variation de l’inclinaison de l’axe de la Terre fait beaucoup plus variée le climat que l’activité du soleil.


              • gd (---.---.238.2) 6 mars 2007 13:25

                oui, mais on n’est pas dans les memes echelles de temps.. A l’echelle du siecle les parametres orbitaux sont quasi constants.


              • Jesus Mahomet grands astronomes écrivains devant l’Eternel (---.---.155.246) 6 mars 2007 13:40

                Et Dieu notre image, nous sauvera de cet univers si hostile qu’il n’a pas créé.


              • MyHyene (---.---.214.63) 6 mars 2007 13:31

                « il faut également regarder de près les nuisances créés par la Nature elle-même pour éviter d’y contribuer encore plus. Le méthane est un autre exemple de nuisance créée massivement par les micro-organismes, les bovins et les ovins...à nous de ne pas y ajouter notre propre contribution. »

                ah ! saleté de mere nature, finalement c’est-elle qui pollue ! smiley

                Bon dans le doute on va continuer a trier les déchets...


                • troll (---.---.82.129) 6 mars 2007 13:50

                  ah ben si les anti-rechauffement-du-a-l’homme estiment que l’homme est a 70% responsable du rechauffement de la planete, c’est qu’il n’y a plus de doute...


                  • lulu57 (---.---.59.104) 6 mars 2007 21:26

                    les anti-réchauffement dû a l’homme ??!!!!


                  • decurion (---.---.240.52) 6 mars 2007 14:10

                    L’écologiste politique, cède au syndrome politique, en nous proposant, comme les autres, une société clés en main.Une grande partie des programmes présentés, ne résultent pas d’incidences liés à un positionnement écologique, mais de la sensibilité politique en fonction d’un clivage droite-gauche. Pour résumer, on peut trés bien être d’accord pour marcher à pieds,sans pour autant donner carte blanche sur tout les aspects de la vie politique.surtout, si on n’est pas d’accord sur les aspects annexes.

                    Ceci pour répondre à Hubert.

                    En ce qui concerne l’article, je ne trouve pas qu’il soit rassurant, tout au contraire En effet, si nous sommes incapables de diminuer le réchauffement climatique, en proportion égale à notre taux de responsabilité, comment le pourrions nous sur la part imputable au soleil, à plus forte raison, si celà perdurait pendant plusieurs siècles.

                    Celà fait un bon de temps, que j’essaye de comprendre comment fonctionne l’effet de serre,et au premier abord, il me semble que si l’activité solaire est pour 30% en cause, celà change toutes les données et prospectives diverses. En supposant que nous puissions réduire toutes les émissions de CO2 et autres GES, au strict minimum, il n’empêche que la vapeur d’eau responsable pour 65% de l’effet de serre, augmentera au rythme de l’activité solaire, amplifiant toujours d’avantade l’effet de serre, et celà, peut être pendant plusieurs siècles.

                    Le problème est donc double.

                    Il faut d’une part équilibrer l’émission-absortion de CO2, ce qui est apparemment impossible, et si nous y parvenons, diminuer le volume de vapeur d’eau, si l’on veut réellement influer sur le réchauffement climatique.

                    Avons nous les connaissances necessaires pour celà ?

                    Franchement, je l’ignore, mais peut ètre faudrait il organiser un inventaire des brevets déposés dans chaque état, et de mettre en licence GPL, ceux susceptibles d’apporter des éléments de réponses.

                    Il me semble également, au risque de passer pour un marxiste que tout ce qui influe sur le réchauffement climatique, devrait etre retiré du secteur marchand, afin qu’interets collectifs et individuels soient complémentaires et ne puissent s’opposer.


                    • decurion (---.---.240.52) 7 mars 2007 09:59

                      J’ai entamé la lecture des rapports du GEIEC, et je crois qu’il me faudra plusieurs jours pour digérer et beaucoup plus pour comprendre. Mais, il me semble que but du du GEIEC, étant d’analyser une situation globale, je ne trouverais pas ce que je cherche.

                      Je voudrais savoir si l’effet de serre a été reproduit et mesuré en laboratoire, à partir du CO2. Je serais curieux de connaître les hausses de température obtenues, et si l’on connait la pression exercée par la dilatation du CO2.

                      Quelqu’un a t il la réponse, ou le lien francophone, qui pourrait m’aider à mieux comprendre le mécanisme ?


                    • decurion (---.---.240.52) 8 mars 2007 13:19

                      Hier, j’ai bricolé une bouteille en verre de deux litres. J’ai percé le bouchon, et adapté un thermomètre, avec un pistolet à colle. Ensuite, j’ai souflé plusieurs fois, et j’ai tout refermé.

                      Ce matin, 23°c à l’intérieur.

                      Vérifié, une heure plus tard, ordi en fonction, ma présence + lampe éco = 24.5°c.

                      Paume posée sur l’épaulement, au niveau du goulot,+ 0.5°c en trois mn. Au bout, d’un temps indéterminé (plusieurs interruptions) j’arrive à 32°c, soit 2°c de plus que la température mesurée au niveau de la paume et du pouce replié.

                      Je n’ai aucune idée, du volume de gaz carbonique dans la bouteille, et ce n’est pas vraiment étanche.

                      Je constate, qu’il y a une augmentation de la température,qu’elle est supérieure à sa source, et qu’elle se dissipe, trés, trés, trés lentement.

                      Qu’en serait il si celà était expérimenté dans des conditions optimum ?Si je pouvais, mettre, plusieurs bouteilles, les unes dans les autres, est ce que j’aurais toujours 32°c dans toutes les bouteilles, ou une augmentation constante de la plus grandes à l’extérieur vers la plus petite à l’intérieur ?

                      Si ce phénomène, est avéré, reproductible et maitrisable, il me semble que nous sommes capable, d’en extraire une application concrète qui irait dans le sens des solutions recherchées. Au risque de paraitre présomptueux, il semblerait que la solution soit incluse dans le problème.

                      Si l’effet de serre, peut faire fondre les pôles, il devrait pouvoir chauffer les appartements.Il suffirait donc, de capturer le CO2 à sa source, et d’utiliser son pouvoir calorifère, comme chauffage. Même comme appoint, ce serait plus utile, plus rentable et plus intelligents que les projets d’enfouissement déjà en cours.

                      Et sur ce, j’attendrais les réactions.


                    • Pierrette (---.---.214.69) 6 mars 2007 14:21

                      ... avant on nous parlait de la couche d’ozone, cette dernière n’étant plus à la mode ... nous voilà au rechauffement climatique !

                      Au risque de devoir decevoir pas mal de monde, la première source du réchauffement n’est pas le CO2 ou autre méthane ... mais tout simplement la vapeur d’eau !

                      Bien entendu réduire la pollution est une bonne chose !

                      Quant au soleil la simple éruption du volcan Pinatubo en 91 à suffit .. pour nous pourrir l’été 92, vu la quantité de poussière envoyée dans l’atmosphère !


                      • LE CHAT LE CHAT 6 mars 2007 14:28

                        vivement que kad et olivier fassent la suite d’un ticket pour l’espace , car à la fin partait la premiere mission pour le soleil , on aura peut être la réponse smiley


                        • Owen (---.---.110.94) 6 mars 2007 14:58

                          Le GIEC a préféré insister sur l’incidence -certaine- des activités humaines et plutôt que celle -éventuelle- du Soleil. Mais l’auteur préfère enfourcher l’incidence éventuelle pour suggérer en creux que les experts du GIEC ont présenté une certitude a priori de la responsabilité de l’homme et non a posteriori après tout la travail réalisé. Croyant ouvrir une brèche avec un article contre une étude mondiale rassemblant (4500 ?) experts, le voilà content d’ajouter au Soleil les vaches, les ovins, les micro organismes des forêts tropicales... Dans son portrait, il fait de la retape pour un blog de « scientifiques » à la gloire d’un parti politique...

                          Le progrès scientifique et le souci des générations à venir (dont nous sommes responsables au moins à 70%) sont la même chose, Monsieur Bobac. Ou alors la science n’a pas besoin de chercheurs comme vous.


                          • kiki56 (---.---.201.139) 6 mars 2007 15:03

                            C’est bien beau d’écrire des aricles sur Agoravox mais encore faut-il qu’il soit bien documenté surtout sur un sujet si brulant... Donc avant de citer des études scientifiques de 2004 on fait un peu de recherche sur les dernières nouvelles et l’on trouve cet article récent qui lui date du 30/09/06 :

                            http://www.futura-sciences.com/news-activite-solaire-n-pas-responsable-rechauffement-planetaire_9702.php

                            Pour résumer il contredit vos études plus anciennes de manière irréfutable et indique bien que le réchauffement climatique actuel n’est nullement influencé par l’activité solaire... Je pense bien sur que les scientifiques du GIEC étient aussi au courant de celà vu que c’est leur spécialité ! Donc documentez-vous avant d’écrire ici c’est la moindre des choses envers le lecteur...


                            • decurion (---.---.240.52) 6 mars 2007 15:32

                              Je n’ai aucune idée préconçue sur le sujet, je cherche à comprendre, et je suis prêt à tout accepter, sous réserve que ce soit réellement compréhensible à mon niveau. J’ai suivi le lien, j’ai lu, et je ne vois vraiment rien qui soit une preuve irréfutable, dans un sens ou dans l’autre. A mon niveau de curieux candide, s’entend.

                              Car, comment des études menées sur des météorites ( corps sans vie, et sans atmosphère ) pourrait aboutir à un modèle applicable sur terre.

                              Je veux bien croire que cela soit possible, mais dans ce cas, j’aimerai savoir comment ?


                            • gd (---.---.238.2) 6 mars 2007 15:44

                              Je pense que cet article est un mauvais exemple... Il traite de 2 choses distinct.

                              - utiliser certains isotopes radioactifs pour determiner l’activité solaire passée.. Et c’est le contenu interessant et important de ce papier : decrire une nouvelle méthode
                              - ensuite un bref commentaire pour dire que cet effet n’ai pas suffisant pour expliquer le rechauffement observées des dernieres decennies.. Ce qui n’a rien a voir avec l’etude en elle meme et se base sur d’autre travaux..

                              Je le redis, telecharger le rapport de l’IPCC, le resumé aux decideurs ne demande pas de notion scientifique importante et il est court (une vingtaine de pages). il est trouvable la :

                              http://www.ipcc.ch/

                              (par contre je sais pas si la version francaise est deja disponible).. C’est LE document de reference sur les connaissances actuelles de la machine climatique. Generalement sa seule lecture montre rapidement le sérieux du contenu...


                            • kubrick (---.---.59.104) 6 mars 2007 15:53

                              Mon cher kiki je te serai gres de citer des references d’articles paru dans des journaux et revues internationales de specialistes et non quelques notes de vulgarisation plus ou moins hasardeuses ...

                              prends le temps d’aller jeter un oeil sur le site du groupe de spécialistes du Soleil du Max Planck Institut, institut de référence et qui fait autorité au niveau mondial !!!

                              http://www.mps.mpg.de/en/forschung/sonne/

                              De plus je te signale que le chercheur finlandais dont il est question dans la « référence » que tu donnes à co-signataire d’un article avec le Professeur Solanki du Max Plank Institut faisant état d’une période d’activité exceptionnelle du Soleil depuis 50 ans, susceptible d’avoir une influence sur le climat terrestre.


                            • gd (---.---.238.2) 6 mars 2007 15:12

                              Je n’avais pas pousser la curiosité jusqu’a aller voir le site de l’auteur... Quel bon reflexe... On y voit plus clair sur les motivations de l’auteur. Cet article n’est qu’un verni de pseudo-science sur un soutient politque... Discussion close pour ma part, merci.


                              • nisco (---.---.242.67) 6 mars 2007 17:12

                                Merci gd j’y avais pas pensé et c’est sur qu’en 2 minutes de lecture on voit tout de suite de quel bois il se chauffe ce gaillard !

                                Voici piqué au hasard une de ses innombrables perles :

                                « Mais faute de vent certains jours elle devra relancer les centrales thermiques ultra-polluantes pour éviter les pannes de courant »

                                Tu va nous dire ça aux toreaux de camargue et on en reparle... Et ça se dit scientifique avec aussi peut de rigueur ya de quoi flipper pour la science... C’est vraiment prendre des gens pour des prunes que d’asséner de telles inepties ! Mais au Medef on est plus à ça près, non ?

                                Lamentable smiley

                                Nisco

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès