Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’abattage rituel est une dérive à bannir

L’abattage rituel est une dérive à bannir

C'est un sujet qui semble complexe, parce que religieux. En plus de cela, dernièrement, la politique s'est invitée dans la polémique, ce qui a rendu le sujet d'autant plus sensible... Pour peu qu'on n'ait pas de courage. Car la problématique première, n'en déplaise à certains, n'est ni religieux, ni politique : il est écologique.

Les premiers concernés dans cette polémique, ce n'est ni les religieux, ni les politiques, ni même les gens qui auront telle ou telle idée sur le sujet. Les premiers concernés, ce sont les animaux eux-même, bien évidemment. Et il a été largement prouvé que les pratiques rituelles faisaient souffrir de longues minutes, jusqu'à 14 minutes de souffrances inutiles qu'il serait facile d'éviter. 14 minutes ou les animaux voient leur vie partir, sans qu'ils puissent rien n'y faire.

Alors même que, non seulement nous avons les moyens de prévenir cette souffrance, mais, en plus, nous en avons l'obligation ! L'étourdissement est obligatoire avant la mise à mort, la seule exception est le rituel, rituel qui est, à l'origine, une exception. Or, au fil des années, l'exception est devenue la norme, et on apprend que 59% des abattoirs font du rituel. 51% de la viande est rituelle. Suivant les régions, cela peut varier, en Ile de France par exemple, 100% des abattoirs font du rituel.

Sur une base de 6 millions de bovins tués en France chaque année, cela fait 3 540 000 de bovins égorgés avec souffrances à la clé.

Alors, je connais les premières réponses que j'aurais, et je vais donc immédiatement y répondre.

Oui mais si tu veux dénoncer ça, dénonce aussi les conditions d'élevage et de transport, qui sont bien pires.

Effectivement, les écolos au sens strict du terme vont nous dire que l'abatrage, rituel ou non, n'est que l'arbre qui cache la forêt de la filière viande, et que ce n'est pas en s'arrêtant sur ce genre de détail qu'on ira loin.

Je ne suis pas d'accord. L'étourdissement a été légalisé après des années et des années de combat, et même si, effectivement, ce n'est qu'un cailloux qui fait office de barrage sur la cruauté animale, l'étourdissement est une avancée dans le bien-être animal. Ne pas le dénoncer, c'est abandonner toute chance de progresser sur le reste, car si tout n'est que détail, pourquoi s'en arrêter alors ? A ce moment, plus rien n'est vraiment important, le transport ne dure que quelques heures, le gavage quelques jours, les coups ne sont pas toujours donnés, la castration est là pour éviter que l'animal se blesse par la suite, l'arrachage de queue pour qu'ils évitent de se manger, la séparation des petits et de leur mère pour éviter qu'elle ne les écrase...

A ce moment, autant reprendre les arguments des industriels (ce que j'ai fais ici, j'espère que personne ne sera d'accord avec ces pseudo arguments).

De toutes façons le goût est le même / est meilleur / est moins bon (variable selon les versions).

Raison de plus. Si la viande a le même goût, ou est moins bonne, pourquoi ne pas pratiquer un geste qui évitera de faire souffrir l'animal en fin de vie ? Quand a l'argument que la viande est meilleure, encore faudra-t-il le prouver, et non pas en piochant sur des témoignages de gens qui n'auront jamais comparé les viandes de façon partiale.

De plus, rappelons que la viande égorgée rituellement provoque un risque d'infection avec le rejet de l'estomac qui asperge la future viande.

Le surcout de la pratique légale rend son action moins pratique que le rituel ; et puis, justement, le rituel exige une viande "pure", tandis que les autres n'ont pas d'exigence particulière, donc autant faire du tout rituel !

Là, nous entrons de plein pied dans le business au sens strict du terme. Depuis quand les intérêts économiques ont priorité sur le respect du consommateur ?

Que le mélange du rituel et du classique cause des problèmes de rentabilité n'a aucun intérêt pour nous. De plus, même si l'argument a été mainte fois avancée, je n'ai lu nulle part que le mélange des pratiques ruinerait les abattages... Cela signifie que ce mélange se contente de réduire leurs bénéfices, ce qui ne remettrait pas du tout en cause leurs commerces.

Cela pourrait stigmatiser les juifs et les musulmans.

La non transparence les stigmatise bien plus que la transparence.
Et puis, c'est un peu l'hopital qui se fout de la charité, cet argument : alors que musulmans et juifs ont exigé -et obtenu- la certification halal et cacher, pourquoi l'inverse n'est-elle pas possible ?

Oui, mais les morceaux de viande non labelisé ne sont pas forcément 100% rituel, et comme certains morceaux ne sont pas, ou moins consommés, que fait-on des restes ? On les jette ? De plus, cela pourrait provoquer des surcouts et un rejet des viandes rituelles.

La culpabilisation est un des trucs les plus classiques.

Que la viande rituelle ne se vende pas, encore une fois, ce n'est pas notre problème. Cela signifiera juste qu'il faudra réduire les volumes, puisque ce n'est pas ce que le public veut.

Quant à l'argument des restes, non seulement on récupère les morceaux laissés par nos religieux pointilleux, mais en plus, on ne doit pas le savoir ? Ils nous parlent de viande pures, et bien, nous aussi, nous voulons une viande "pure" : sans plus de souffrance qu'il y'en a déjà, sans rituel, sans côté religieux que nous n'affectons pas forcément.

Le surcout est une blague : sans le label non rituel, en achetant ces viandes rituelles, nous payons la dime consacrée au rituel, le surcout nous est alors attribué, sans aucune raison et sans aucune information. La dime du clergé fait donc un retour en force, sans que personne ne s'en émouve.

En ce qui concernes les gaspillages, là aussi, c'est une blague : tout les jours, nous jettons des tonnes de nourriture non périmées, et pour ce point précis, on s'en offusque ? Et le reste ?

Ok, mais dans ce cas, il faudrait pouvoir tout tracer ! Ogm, pesticides, fongicides, maltraitance, etc !

C'est exact. Et c'est bien le but. Malheureusement, là non plus, les choses ne sont pas faciles, les industries savent très bien qu'en étiquetant les produits "ogm", "pesticides" et autres joyeuseté, les ventes s'effondreront. Comme l'industrie du tabac à l'époque, le but est de limiter et de reporter le maximum possible toute information et contrôle sur le sujet.

Et, pour l'abattage, nous sommes servis à la même enseigne : désinformation, mensonges, cachoteries.

Seulement, et là, je dévie un peu du sujet initial, il faut bien savoir que nous vivons comme nous mangeons : l'explosion de cancers et de maladies cardiaques est essentiellement dûe à la malbouffe. Malbouffe, ici, ne signifiant pas restauration rapide comme on aimerait nous le faire croire, mais bel et bien la nourriture industrielle dans son ensemble, cultivée à coups d'ogm, de pesticides, d'insecticides, de fongicides, et bourrée d'antibiotiques et d'additifs. A ce sujet, je vous renvoie sur le livre Toxic Food de Williamd Reymond.

En fait tu te focalises là dessus pour tenter de rejeter l'autre.

Un classique, celui-ci, et une inversion des valeurs ahurissante. L'exclusion ne vient pas de moi, mais bel et bien des religieux qui vont définir une nourriture pure et impure : moi, je me base sur les lois et le libre arbitre : si tu n'aimes pas, tu ne manges pas, mais tu n'imposes pas tes goûts et tes interdits aux autres.

Avec tout ça moi j'ai l'impression que la faute toute entière en revient au capitalisme : les religieux veulent juste manger comme ils veulent, c'est le capitalisme qui en a tiré profit !

Evidemment, le capitalisme, fidèle à lui-même, n'a qu'un idéal : le profit. Et pour ce faire, tout les moyens sont bons, il n'y a pas d'éthique là dedans, c'est une évidence.

Mais le capitalisme se heurte à la barrière des lois. Et cette barrière est mise à mal par les religieux, qui profite de la faille pour tenter d'imposer au plus grand nombre leurs pratiques.

Car, même si dans l'absolu leur but n'est pas d'imposer l'abattage rituel à tout le monde, ce faisant, ils intègrent dans les moeurs ces pratiques, et insinuent leur normalité dans la mentalité de chacun. C'est une étape dans la conversion -qui est toujours ordonné dans leurs textes- des autres, chaque pas franchit dans la sphère publique est une victoire pour eux.

Justement ! C'est un rituel sacré pour eux ! Pourquoi les embêter avec ça ? Toi aussi tu essayes d'imposer tes idées à eux, du coup.

Inversion des valeurs, encore ! Effectivement, si l'on parle en terme d'ancienneté, ils gagnent : plus de 1400 ans facilement, alors que l'étourdissement n'a que quelques dizaines d'annes.

Mais... Depuis quand les choses ont de valeur seulement si elles sont anciennes ? Au contraire, même, sinon, on serait encore dans des jeux de cirques ou des gladiateurs s'entre tuent, ou des sacrifices humains.

La société a évolué, les pratiques aussi. Il n'est d'ailleurs pas normal que les pratiques rituelles soient tolérées : pourquoi ? Pourquoi tolérer certaines pratiques rituelles millénaires ? Dans ce cas, pourquoi ne pas tolérer le rituel de sacrifice des pratiques Maya ? Le scalp des indiens ? L'excision des petites filles ? C'est quoi, les différences ?

De toutes façons, toute cette histoire découle des présidentielles, y participer favorise certains partis !

Comme indiqué en préambule, que les politiques se soient saisis du sujet pour la course à la présidentielle n'est que secondaire. Le problème est réel, il est présent, il est ancré dans tout le pays.

Oui, enfin, tout ceci est bien beau, mais la France n'en a rien à faire de cela  ! La crise, la dette, l'euro, le chomage, sont des sujets bien plus importants.

J'aime bien ce pretexte. Il faut dire qu'au niveau écologie, ce pretexte revient systématiquement : "les animaux qui souffrent, c'est bien beau, mais on s'en fout, des gens meurent de faim dans le monde ! "
5 choses à dire. En premier lieu, n'a t-on pas le droit d'avoir des sentiments pour autre chose que l'humanité ?

En second lieu, ne peut-on pas avoir des sentiments pour l'un et pour l'autre ?

En troisième lieu, y a-t-il une échelle à la souffrance ? Chaque souffrance est affreuse, les comparer et les catégoriser est plutôt malsain.

En quatrième lieu, enfin, ces sujets très importants sont des sujets plutôt immatériel... En quoi nous, homme et femme ordinaire, citoyen vivant leur vie,

avons une quelconque prise là dessus ?
En dernier lieu, tout comme ces sujets que vous considérés comme plus important, ce sujet a une incidence sur votre vie, et de façon directe, puisque cela concerne les aliments que vous consommez !

Alors, en vu de tout ces arguments, et du fait que l'Etat est censé être laïque et favoriser la majorité, il me semble que les pratiques rituelles devraient être, en premier lieu, drastiquement réduites et contrôlées pour ne subvenir qu'au besoin réel, et, à terme, disparaître.

Pourquoi ? Parce que nous sommes censés êtres dans une civilisation civilisée, au 21ème siècle, ou le progrès, la technologie et le bon sens ont pris place par rapport aux croyances et autres dogmes datant du Moyen âge et d'avant.

Alors, soyons clairs : évidemment, cela n'empêche rien ni personne de croire en ces dogmes, à ces religions. Seulement, il est de notre devoir pour nos sociétés d'épurer les textes allant à l'encontre de notre éthique : si on attend des religions qu'elles le fassent d'elles mêmes, on pourra attendre bien longtemps.

Exemples : le grand rabbin de Metz, Bruno Fiszon, vétérinaire et spécialiste des questions d’abattage au Consistoire central, précisant que « cette annonce suscite dans la communauté une totale incompréhension. [...] La communauté juive, rejointe par les responsables musulmans, se bat depuis des années contre un tel étiquetage jugé « stigmatisant » et susceptible de susciter « un boycott » et donc un surcoût de la viande. »

Pourtant, ils se sont aussi battus pendant des années pour qu'eux puissent bénéficier de ces étiquettages ! Par contre, ils ne sont pas d'accord quand le contraire est demandé. On voit ou se trouve leur intérêt.

Bref, l'étiquettage devrait être obligatoire, c'est un minimum, et je dirais plus : il ne devrait pas exister qu'à condition que ces pratiques n'existent plus ! Idem pour l'étiquettage des ogm et autres substances chimiques. Ceci, pour notre santé, pour l'éthique, pour le respect de toutes et de tous, mais aussi et surtout pour un début de bien être animal qui ont en bien besoin. Après plus de 4000 ans de civilisations, il serait temps que la faune et la flore soient pleinement considérés, et non plus comme des êtres inférieurs ou des biens marchands qu'on disposte comme on l'entends, au gré de nos humeurs et de nos coups...


Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (86 votes)




Réagissez à l'article

117 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 8 mars 2012 12:48

    L’étourdissement des animaux, avant égorgement et saignée, a été imposé pour réduire les souffrances animales. Il s’agit d’une décision législative républicaine et laïque.

    Les juifs et les musulmans ont obtenu une dérogation à l’étourdissement en raison de leurs préceptes religieux et de la tolérance républicaine et laïque en matière de liberté du culte.

    Or, tant pour les juifs que pour les musulmans, les rituels d’abattage casher et halal découlent de préceptes religieux imposés par leur religion supposée révélée par un « dieu » dont l’existence est totalement improuvée.

    En conséquence, lesdits préceptes religieux ne doivent pas être considérés comme intangibles.



    • barrere 8 mars 2012 17:42

      il plaisante le sophrologue ?

      ancien éleveur de chevres mes chevreaux une fois par rapidité ont été saignés sans être assommé à l’abattoir. Vous avez déja entendu hurler un gosse qui a mal aux dents ? c’est le même cri ............


    • OMAR 8 mars 2012 17:47

      Omar

      Barrere, saigner un animal, c’est lui trancher un important vaisseau, et non pas lui arracher les dents comme vous avez fait avec vos chevreaux..


    • barrere 8 mars 2012 19:49

      on leur a pas arraché les dents ! c’est une image ! ils hurlaient comme !

      alors vous vous reservez vos traditions sans l’imposer aux autres. Etiquetage obligatoire au minimum ........


    • Ptetmai 8 mars 2012 20:10

      Soyez végétariens


      De très grands sportifs ont été, sont et seront végétariens. 

      C’est même bon pour votre portefeuille

    • POlivier 8 mars 2012 20:24

      Vous m’excuserez Chaud-Ananas, mais vos 2 liens sont issus de sites islamistes, donc absolument pas neutre. « Un cuisto mécréant répond à cette propagande » ; rien que le mot « mécréant » rend votre texte et votre position partiales.
      Renseignez vous auprès de plusieurs sources, et non pas uniquement issues de sites religieux.


    • minidou 9 mars 2012 11:56

      J’ajouterais aux arguments de chaud ananas, la récente interview de Yves-Marie Le Bourdonnec, l’un des meilleurs boucher de France, fournisseur des plus grands cuisiniers, qui dans sa recherche de la meilleure viande possible, s’est penché sur les méthodes d’abattage, car il semblerait que la douleur infligée « gache » la viande, et que le meilleur élevage et la meilleur alimentation d’une bête puisse être gaché par une mise à mort violente et douloureuse.
      Et, oh surprise, selon lui c’est l’égorgement qui donne le meilleur résultat. Il va même plus loin, en affirmant que l’étourdissement est d’avantage un moyen industriel d’accélérer les cadence qu’un moyen de diminuer la douleur chez les animaux, et que donc in fine il participe au contraire à la souffrance animale...


    • foufouille foufouille 9 mars 2012 12:33

      tres grosse connerie
      faut fouetter les boeufs aussi ?
      ce genre de « chef » utilise du beurre industriel et de la viande pleine de flotte gavee d’hormones


    • jymb 8 mars 2012 13:10

      @JPL
      Vous être priés de recevoir longuement demain et aprés demain les représentants des religions sus cités en votre ministère pour faire amende honorable des cette opinion hautement incorrecte !
      Vous semblez oublier que la laïcité se lit à sens unique !


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 8 mars 2012 13:22

        À  jymb (xxx.xxx.xxx.209) 8 mars 13:10

        Je les recevrai bien volontiers pour leur confirmer ce que j’ai écrit.
         smiley

        « Vous semblez oublier que la laïcité se lit à sens unique ! »
        Dans quel sens ?


      • jymb 8 mars 2012 19:59

        Les moinsseurs n’ont visiblement pas compris la boutade
        Pas la peine en effet de nous tartiner de laïcité, de transformer « vertueusement » les vacances de Noël en vacances d’hiver hautement laïques si c’est pour devoir jouer aux bourgeois de Calais envers diverses communautés dés le moment où l’on a exprimé une proposition pour faire avancer les choses.


      • Robert GIL ROBERT GIL 8 mars 2012 13:28

        on nous impose aussi des conservateurs, des additifs, des produits chimiques alors que l’on n’a rein demandé et qui sont beaucoup plus dangereux pour notre santé. Voici par exemple la liste des produits que l’on retrouve dans une tarte de suparmarché et qui est en vente libre ....

        http://2ccr.unblog.fr/2011/02/04/bon-appetit/


        • Bilou32 Bibi32 9 mars 2012 08:58

          Oui, mais légalement, tous les additifs sont inscrits sur l’emballage. Ce qui n’enlève rien à leurs effets éventuellement néfastes.


        • Robert GIL ROBERT GIL 9 mars 2012 11:45

          les pesticibles qui sont amalgamé par les fruits et legumes ne sont pas indiqués, et je suis sur que si l’on approfondit on aurait que surprises.... ;


        • Outsider Outsider 8 mars 2012 13:52

          Bonjour, merci pour votre article, il est un de peux qui prennent en compte le problème à niveau globale avec touts les aspects qui découlent.

           Heureusement le débat s’ouvre petit à petit malgré le sempiternel cri à l’ « stigmatisation », au fait personne ne les stigmatise mais sont eux-mêmes qui le font avec des pratiques incompatibles avec la culture française de XXIe, comment vous l’avez bien dit.

          Et autre, qu’une religion évoque, précise ou ignore une telle pratique ne devrait pas être dans les considérations de Français.


          • nico31 8 mars 2012 19:45

            Le mépris du sentiment religieux des autres humains dont certains font preuve dans ce débats m’incite à croire que le bien être des animaux n’est que le masque d’arrières-pensées malsaines.


          • OMAR 8 mars 2012 17:43

            Omar 33

            Non Jacta, vous payerez uniquement le nettoyage du clavier que vous avez utilisé...


          • Stalouk 8 mars 2012 14:00

            Tout cela est ridicule.
            L’auteur n’a pas foncièrement tort sur les différents points évoqués, mais il a oublié une réponse facile :
            Franchement, n’y a-t-il pas d’autres problèmes qui vous préoccupent ?
            C’est bien une polémique typiquement occidentale, alors que des millions d’humains sont victimes de la faim et de la malbouffe.
            Actuellement, c’est la totalité de l’industrie agro alimentaire qui devrait être repensée.
            En vrac : Production agricole / Elevage mal répartis (1 kilo de viande= coût exhorbitant), quasiment la moitiée de la nourriture disponible dans les pays riches jetée, alors qu’en Afrique on meure de faim, produits fabriqués sans tenir compte de leur impact sur la santé des consommateurs etc...

            Quand je vais faire mes courses je me dit : La moitié de ce que je vois en rayon va à la poubelle, ce que je vais manger ce soir risque de me tuer dans 20 ans.
            Je ne me pose même pas la question de savoir si ma viande est hallal ou pas.

            De plus, il me semble déplacé de se soucier de la souffrance d’une vache abattue, quand on a spécifiquement fait naître cet animal dans le but de l’engraisser, de l’abattre et de le consommer. Son existence entière, pour notre confort (encore une fois l’être humain n’est pas obligé de consommer de la viande pour vivre)
            C’est infiniment plus brutal que de le tuer sans l’étourdir.
            Si vous être contre la souffrance animale, vous n’avez qu’à devenir végétarien, mais ne nous bassinez pas avec le hallal.


            • J-J-R 8 mars 2012 15:22

              Vous n’avez rien compris Stalouk. C’est un sujet essentiel car dans cette société individualiste et qui confine de plus en plus au matérialiste comment peut-on prétendre à une société plus humaine en restant indifférent à la souffrance du règne animal ?
              On ne peut prétendre à plus d’humanité sans intelligence de coeur. Voilà une évidence chez les hommes et femmes de conviction qui ont encore les pieds su terre. 


            • jeanpaul01fr 8 mars 2012 15:33

              Bravo Stalouk, je souscris entièrement à vos propos !!!


            • nico31 8 mars 2012 19:34

              @J-J-R
              Dans cette société individualiste et qui confine de plus en plus au matérialisme comment peut-on prétendre à une société plus humaine en restant indifférent aux sentiments religieux des uns et des autres voir en les méprisants ?
              Comment peut on aimer correctement les animaux si on est même pas capable d’aimer correctement les humains ? Comment peut on aimer un être humain sans chercher à comprendre ce qui est le plus important pour lui, c’est à dire sa relation à la transcendance, la foi qui l’anime ?

              Vous dites que l’abattage rituel juif et musulman fait souffrir les animaux. Regardez à la source des textes : la Torah. Dieu y demande que les animaux y soient égorgés avec un couteau BIEN AIGUISE et SANS ENCOCHE.

              Les uns et les autres se focalisent sur l’égorgement. Beaucoup avec des arrières-pensées nauséabondes. Moi je retiens AIGUISE et SANS ENCOCHE que j’interprète comme le souhait de Dieu (désolé mais j’y crois) que les humains qui naturellement doivent consommer de la viande (nous étions des CHASSEURS cueilleurs autrefois) le fasse en évitant de les faire souffrir inutilement.

              Maintenant les animaux souffrent ils moins égorgés qu’assommés ? A ce que j’ai compris les avis divergent.


            • amipb amipb 8 mars 2012 23:41

              Actias a raison, le végétarisme est désormais la solution à de multiples maux.

              En arrêtant de consommer de la viande :

              • on réduit la destruction des forêts tropicales de 70 %
              • on sauve 923 millions de vies qui crient famine
              • on résout une grande partie du réchauffement climatique,
              • on évite certaines guerres
              • on sauve la planète de la plupart catastrophes naturelles
              • on évite la naissance et la propagation d’épidémies
              • on résout les problèmes de pénuries d’eau
              • on met fin à la pollution des nappes phréatiques, des rivières et des océans
              • on met fin à l’extinction de milliers d’espèces animales sauvages
              • on met fin à l’acidification des océans qui tue le corail et la vie marine...


            • nico31 8 mars 2012 23:56

              @Actias

              Hitler était végétarien !


            • Croa Croa 9 mars 2012 00:25

              Amipb, tu as raison aussi !

              Mais devenir 100% végétarien n’est pas facile et puis au restaurant d’entreprise il y a de la viande au menu. ( J’admire Jean-Marc Governatori le candidat des écolos autonomes qui va toujours au bout de ses idées. Il est en temps ordinaire 100% végétarien et, en ce moment « creuxphage », ne buvant que de l’eau devant le siège du CSA parce que les télévisions refusent de présenter ses idées !)

              Mais on peut manger moins de viande et plutôt alors de la bonne (poulet « libre » le dimanche, jamais de cheval, pratiquement plus de porc... vu d’où ça sort !!)

              ça j’y arrive...  smiley et il existe tant de bons légumes !


            • amipb amipb 9 mars 2012 07:36

              Entièrement d’accord, Croa. D’ailleurs, rien ne sert de devenir végétarien en 2 jours, c’est la meilleure manière pour abandonner rapidement.

              J’ajouterai qu’il faut avoir une attention particulière aux enfants. Le végétarisme complet n’est pas bon pour eux s’il ne respecte pas strictement les apports nécessaires à leur âge. Mieux vaut donc attendre la maturité.


            • Stalouk 9 mars 2012 12:03

              @ J-J-R

              C’est vous qui n’avez rien compris à mon commentaire.
              Pour faire court :

              1) Je reconnais la souffrance d’un animal exécuté sans étourdissement, mais je dis que ce n’est rien en comparaison à la souffrance MASSIVE à l’échelle planétaire ressentie par des millions d’animaux à chaque seconde sur cette Terre, à cause de notre industrie. Vous vous trompez de combat, le hallal est un point de détail de la seconde gu... de l’industrie aggro alimentaire.

              2) Le point 1 étant acquis, on peut dire qu’il faut repenser totalement cette industrie, consommer moins de viande, et pardon, cela me paraît plus important que la souffrance d’un animal, faire en sorte que les hommes arrêtent de souffrir et crever à cause de ce qu’il y a ou ce qu’il n’y a pas dans leur assiette.


            • foufouille foufouille 9 mars 2012 12:37

              va falloir tuer un paquet de traders qui joue avec les cours du ble, etc ...........


            • Txotxock Txotxock 8 mars 2012 14:02

              La sensiblerie me fera toujours rire. C’est sur qu’en abattant légalement, l’animal ne souffre pas. Dans l’abattage l’abattage lui même n’est que péripétie. Le plus désagréable tient au fait qu’on transporte l’animal, le bouscule, etc. En temps c’est 99% de la procédure. Alors les délicats qui veulent se donner vraiment bonne conscience n’ont qu’à être végétaliens.

              Ces sociétés de repus qui se donnent des impressions fortes en s’identifiant au pauvre animal sans sourciller sur le voisin qui crèvent me révulsent. La bonne conscience pour pas cher en hurlant après les vilains qui troublent leur quiétude pour 1 mn de conscience de la mort. Reste à prouver que même étourdis, les animaux (y compris nous) n’aient pas la même conscience. Conscience de quoi d’ailleurs car je doute que les animaux arrivent à conceptualiser la mort.

              Manger de la viande, du lait, des œufs sous entend forcément qu’on abattent des animaux. Et on a fini par déléguer cette tâche à d’autres dans des lieux à l’abri des regards en faisant semblant de croire qu’on n’y est pour rien. L’industrialisation de la mort.

              Une attitude de con-sommateurs


              • jeanpaul01fr 8 mars 2012 15:36

                "Ces sociétés de repus qui se donnent des impressions fortes en s’identifiant au pauvre animal sans sourciller sur le voisin qui crèvent me révulsent. La bonne conscience pour pas cher en hurlant après les vilains qui troublent leur quiétude pour 1 mn de conscience de la mort...."

                C’est clair qu’on voit plus de personnes s’insurger contre cela que contre les gosses qui ne mangent pas à leur faim ou les SDF qui n’ont que quelques cartons pour s’abriter...

                Quant aux Syriens qui se font massacrer, je n’en parle même pas...


              • Fergus Fergus 8 mars 2012 15:55

                Bonjour, Txotxock.

                Je suis moi-même un chaud partisan de l’étourdissement préalable, et par conséquent un aversaire convaincu de l’abattage rituel tel qu’il est trop souvent pratiqué.

                Tout simplement parce que je suis resté très choqué du spectacle, dans mon enfance à la ferme, de l’égorgement des porcs, brebis et poulets, sans oublier l’énucléation des lapins. Quiconque a vécu cela sait à quel point la souffrance des animaux est grande, particulièrement chez les porcs, car ils se rendent compte d’instinct qu’ils sont mis à mort même s’ils sont incapables de se représenter ce que signifie cette mort. Mais le fait est que cette mise à mort engendre un terrible stress.


              • Txotxock Txotxock 8 mars 2012 16:54
                • car ils se rendent compte d’instinct qu’ils sont mis à mort

                C’est sur que si on verse du côté de l’instinct, ou pourquoi pas de la foi, on va beaucoup avancer sur le sujet.

              • POlivier 8 mars 2012 20:17

                Je crois que j’ai abordé ce sujet dans l’article, seulement si ici l’abattage rituel est mis en avant, c’est par rapport à une actualité, ce qui est le thème du site... « AgoraVox est centrée sur l’information d’actualité »

                Alors, pour la tauromachie, la chasse, les camps de concentration (le terme est on ne peut plus juste), etc, je suis tout à fait d’accord avec vous, mais hélas, ce ne sont pas des thèmes « actuels » pour la société, définissons les plutôt comme des thèmes de la vie de tout les jours dont personne ne veut rien savoir : ces sujets ont été mis en avant par plusieurs associations, par des témoignages, mais il n’y a eu aucun suivi journalistique et encore moins politique.
                Que voulez vous, dans le monde actuel, pour l’environnement, nous en sommes réduit à prendre ce que veulent bien nous donner le système : avant hier, la couche d’ozone, hier, le grenelle de l’environnement, et le CO2, aujourd’hui, c’est le halal.
                Mais si on parvient à résoudre ces problèmes, ce sera déjà bien, alors autant les mettre en avant quand on peux.

                Quant à « même s’ils sont incapables de se représenter ce que signifie cette mort » : qu’en savez vous ? Et que signifie la mort, alors ?


              • Nethan 8 mars 2012 23:27

                @Chaud-Ananas > « Ils n’en n’ont jamais rien eu à foutre de l’halal, et la subitement, il suffit que le système mette ça sur la table pour voir les gens sortir leurs trompettes humaniste de l’indignation. Préférant un camp de concentration par étourdissement, plutôt qu’un égorgement. lol »

                Belle leçon de morale montrant un manque de réfléxion sur le sujet... Les gens en avaient rien à foutre en effet, peut-être simplement parce qu’il y a encore pas si longtemps que cela, cette information n’existait pas encore ?

                Je vais utiliser votre rhétorique avec les camps de concentration mais peut-être qu’un exemple vous fera mieux comprendre : Ce que vous faites, c’est comme dire que les européens se foutaient des camps de concentration sur leurs territoires en 1944 alors que la majorité des gens ne savaient qu’après la guerre ce qui s’y passait.

                Bref, il est facile d’accuser l’inaction quand personne n’est au courant. Je rappelle que la télévision a toujours un énorme impact au point que tant qu’elle n’en parle pas, c’est que ça n’existe pas. Or c’est depuis ce fameux reportage de France 2 que les gens ont commencé à être vraiment au courant.

                Sinon l’avantage au moins des mauvais traitements classiques sur animaux, c’est qu’on a des marges de manoeuvre en tant que consommateur pour tenter de changer les choses : acheter du label certifié, devenir végétarien, etc. Maintenant expliquez-moi comment éviter d’acheter du rituel quand aucune information ne vous permet d’agir ?

                Bref quand on veut faire une leçon de morale bien-pensante classique, le minimum serait de mieux préparer le dossier en essayant de se mettre à la place des critiques pour les comprendre. Vous gagneriez en crédibilité.


              • POlivier 8 mars 2012 14:22

                @Stalouk, Txotxock et Robert gil : relisez, je parle aussi de ces problèmes :
                "En premier lieu, n’a t-on pas le droit d’avoir des sentiments pour autre chose que l’humanité ?

                En second lieu, ne peut-on pas avoir des sentiments pour l’un et pour l’autre ?

                En troisième lieu, y a-t-il une échelle à la souffrance ? Chaque souffrance est affreuse, les comparer et les catégoriser est plutôt malsain.

                En quatrième lieu, enfin, ces sujets très importants sont des sujets plutôt immatériel... En quoi nous, homme et femme ordinaire, citoyen vivant leur vie, avons une quelconque prise là dessus ?
                En dernier lieu, tout comme ces sujets que vous considérés comme plus important, ce sujet a une incidence sur votre vie, et de façon directe, puisque cela concerne les aliments que vous consommez !"

                Essayez de dévier le sujet ne fait que valider ces pratiques, l’industrialisation de la viande, au final, n’est qu’une addition de petites pratiques que vous considérez comme bénigne mais qui au final sont un tout, une chaine de souffrances et de pratiques tolérées parce que, quand on les isole, ne semblent pas si terribles que cela. L’abattage rituel n’est que la continuité de cela, d’où cette dénonciation.

                Concernant les additifs et autres saloperies, je l’évoque aussi, et d’ailleurs, j’ai même réalisé un site qui liste les produits dangereux, et j’en parle aussi via le lien que j’ai mis sur un livre particulièrement intéressant, toxic food. 


                • Txotxock Txotxock 8 mars 2012 17:06

                  Je suis totalement opposé à l’industrialisation de la viande. Si industrialisation il y a c’est avant tout parce que personne n’assume le fait qu’il faut tuer pour manger. Et a délégué cet acte.

                  Combien sont prêts à payer plus cher pour un élevage qui évite les mauvais traitements ? Combien achètent leur viande localement pour éviter les transports sans fin  ? Je suis bien d’accord que la chaîne de souffrances est faites de pratiques qui, isolées, ne semblent pas si terribles que cela. Alors pourquoi ces lamentations quotidiennes sur l’abattage rituel et le silence sur tout le reste ?


                • amipb amipb 8 mars 2012 23:47

                  @Txotxock : Si certains préfèrent leur animal aux humains, vous avez raison de vous insurger.

                  Par contre, de là à penser que ceux qui défendent les animaux se moquent des humains, cela me semble absolument paradoxal.

                  Tout ce qui possède un système nerveux centrale ressent la souffrance, il n’y a nulle sensiblerie dans ce constat, c’est un fait aisément démontrable scientifiquement. Il me semble absolument nécessaire, dans notre monde moderne, d’essayer de réduire le plus possible la souffrance qui nous touche ou nous entoure.

                  En quoi est-ce choquant ?


                • foufouille foufouille 8 mars 2012 15:11

                  bon article
                  si on assomme la bete avant la viande est meilleure


                  • Fergus Fergus 8 mars 2012 16:00

                    Bonjour, Foufouille.

                    Je ne suis pas spécialiste, mais c’est sans doute vrai, ne serait-ce qu’en raison de l’accumulation dans la musculature d’acide lactique produit d’une part par le stress de l’animal, d’autre part par le manque d’oxygénation lié à la diminution progressive du sang suite à l’égorgement. 


                  • foufouille foufouille 8 mars 2012 16:22

                    ca m’arrive de tuer des coqs
                    si tu l’assommes mal, il se debat et fout du sang partout
                    et la viande est trop seche pour etre roti


                  • Txotxock Txotxock 8 mars 2012 17:21

                    La qualité de la viande dépend de l’absence de stress. Et le stress de l’abattage lui même est totalement dérisoire par rapport aux autres causes. Dans un passé d’éleveur, j’ai fait des césariennes sur des brebis. Et le meilleur moyen de ne pas stresser l’animal est de le faire sans anesthésie, ce qui est maintenant interdit mais pourtant ce qui cause le moins de stress et permettait le meilleur rétablissement.

                    Il faut arrêter de projeter ses propres angoisses d’humains sur les animaux. Et puis pour beaucoup des pleureuses, aller voir les animaux et leur éleveur. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

POlivier


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès