Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’ambigüe libéralisation de l’électricité

L’ambigüe libéralisation de l’électricité

Jean-Louis Borloo a présenté le 14 avril dernier, un projet de libéralisation de la distribution d’électricité en France. L’objectif est d’ouvrir à la concurrence l’énergie comme le demande la Commission Européenne depuis près de 15 années désormais. Je crois avoir à peu près compris le projet, après une lecture, parfois en diagonale, je le reconnais, de la totalité du dossier. Pour être succinct, d’un côté, EDF, et donc la France, a intérêt à cette libéralisation qui a, je le précise, une dimension européenne, parce qu’elle permet à EDF de se comporter comme un acteur privé sur le marché européen et donc de grossir en achetant et investissant. Mais de l’autre côté, sur le marché français, ça la dessert, et cela ne nous apporte rien du tout, à nous autres Français. Nos politiques ne sont pas fous, et ils l’ont bien compris. Ils freinent donc des quatre fers, et je ne leur donne pas tort, pour tenter de préserver l’organisation qui prévaut actuellement en France. Le projet de loi a en fait un seul objectif véritable : servir de faire-valoir aux yeux de la Commission afin de ne pas se faire taper sur les doigts et accuser de concurrence illicite (pas libre et faussée, en somme). L’inconvénient, avec un principe, c’est qu’il ne se comporte jamais comme on voudrait qu’il se comportât. Dans la théorie, je suis favorable à la concurrence libre et non faussée. Dans la pratique, au moins sur le cas précis d’EDF, je pense que cela ne nous rapporte, à nous, Français, strictement rien de plus. La production d’énergie ne s’est pas organisée sur cette base en France. L’idée, si j’ai bien compris, c’est de faire en sorte qu’une partie de la production d’EDF (un quart, en fait) soit vendue à prix coûtant à ses concurrents sur le marché français, afin de leur laisser le temps de développer leurs propres unités de production. Vis-à-vis des particuliers, objectivement, EDF est plus que compétitive. Elle garantit des tarifs régulés. Cela ne sera jamais le cas avec un secteur concurrentiel. Vis-à-vis des industries et des entreprises, il se peut, en effet, que la compétition leur apporte un plus ; je n’en suis pas certain. Si EDF donne son électricité à ses concurrents, il serait légitime non seulement de leur faire supporter le coût du recyclage et de la modernisation, mais également des les lier contractuellement face aux dépenses imprévues qui pourraient survenir du fait d’aléas technologiques. C’est objectivement bancal, mais cela me paraît une sécurité nécessaire, car il ne faudrait pas se contenter de mutualiser la production ; les coûts de la production, y compris imprévus, doivent l’être également.

Ce qui est gênant, il faut l’admettre, c’est qu’il y a collusion, généralement, entre les intérêts des États et ceux des grandes entreprises de l’énergie. Le principe ne m’en paraît pas bon, même si apparemment, les Français n’ont pas encore eu trop à en souffrir : Proglio, bien que patron d’EDF et Président du Conseil d’Administration de Veolia semble s’être objectivement battu pour le premier, pas pour le second, puisque les concurrents d’EDF voulaient un prix de vente à la source du kw/h de 34 euros et que le gouvernement va finalement trancher à 42 euros.

Je comprends évidemment que les choses pourraient se passer autrement, compte-tenu du fonctionnement d’EDF, mais, à l’heure actuelle, le fait est que je ne vois pas du tout ce que la concurrence va bien pouvoir apporter à la distribution d’énergie, mis à part pomper une partie de la production d’EDF. Je sais bien que le projet de loi précise que les entreprises bénéficiaires de cet accord doivent avoir réalisé des investissements dans des unités de production, mais objectivement, qui aura les reins assez solides pour tenter la chose ?

La seule logique économique qui serait pertinente, ce serait une solution du type Hypérion, dont j’avais déjà parlé, c’est à dire une révolution dans la distribution d’énergie : des sociétés capables de fabriquer de petites unités de production, nucléaires ou non, à proximité des centres urbanisés, même moyens, et exploitant, pour s’implanter, la possibilité de se fournir auprès d’EDF. Il me semble que l’actuel projet de loi devrait permettre cela, a priori, mais un expert doit certainement pouvoir me donner son avis.

Il y a enfin un sac de noeuds politique que nous ne pouvons éviter : difficile de dire oui à la concurrence sur les marchés de nos voisins européens tout en la limitant sur notre propre marché : ils risquent de beugler, à raison, comme des verrats qu’on égorge...

L’Assemblée Nationale a ouvert en ligne une étude d’impact où l’on peut déposer une contribution. Je ne sais pas quoi encore écrire. Je crois que je vais plutôt poser une question et leur demander si une société comme Hypérion, avec ce projet de loi, pourrait s’implanter en France.


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Polemikvictor Polemikvictor 24 avril 2010 14:50

    Ouvrir à la concurence n’a du sens que si les nouveaux intervenants sont meilleurs que l’existant sur des points fondamentaux :
    Savent-ils mieux produire ? mieux vendre ? mieux organiser ?
    Sinon cela n’a aucun interet et ne pourat etre que contre productif.
    Si pour vendre la meme quantité d’electricité on multiplie les structures il faudra expliquer ou sont les économies qui doivent faire baisser les prix .
    Cela ne dispense pas EDF de chercher à s’améliorer.


    • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 24 avril 2010 18:59

      Pourquoi dites-vous « cela ne nous apporte rien du tout, à nous autres Français. »

      Plus de fournisseurs, c’est plus de propositions diverses, c’est plus de réactivité, une offre plus localisée. Si la diversité dans la distribution n’apporte pas de changements profonds, ce n’est qu’une étape, si j’ai bien compris votre article, et l’objectif est de diversifier la production.

      D’autre part, actuellement si le coût de l’électricité parait bas, c’est que les investissements ont été financés par les impôts, et donc payés par les contribuables. L’électricité n’est pas moins chère en France, elle parait moins chère.


      • Et hop ! Et hop ! 24 avril 2010 22:10

        C’est la suite du plan de trahison : la distribution de l’énergie en France devient un marché qui n’est pas ouvert à la concurrence (avec d’autres entreprises de production), mais à la spéculation


        Et les nouveaux opérateurs qui remplacent EdF et GdF sont ?

        Sont ? (roulement de tambour) 

        Les super-gagnants qui vont se gagner un maximum de pognon sont ?

        (roulement de tambour)

        GoldmanSachs et J-P Morgan

        Le décret a été pris le 27 Janvier par Borloo, ministre du développement durable smiley

        Attendez-vous à ce que vos factures augmentent, augmentent, augmentent...

        Et pourquoi il en parle pas l’auteur de l’article ?

        • zelectron zelectron 24 avril 2010 22:28

          Tant que les centrales nucléaires et les barrages resteront sous la coupe d’EDF la concurrence restera bidon.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès