Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’eau de mer et l’urine, carburants du futur...

L’eau de mer et l’urine, carburants du futur...

Des chercheurs proposent de transformer l’eau de mer en hydrocarbure, comme le kérosène. Pour cela, du carbone est extrait du dioxyde de carbone (le fameux CO2) capturé par les océans, puis il est hydrogéné (ajout d’atomes d’hydrogène), pour produire en fin de réaction un hydrocarbure (carbone + hydrogène). Le mode opératoire, qui n’a rien de neuf, consiste à électrolyser l’eau de mer (en y faisant passer un courant électrique) en y ajoutant un catalyseur à base de cobalt pour produire au début du processus du méthane, un hydrocarbure basique. Pour l’instant, ce procédé utilise plus d’énergie que l’hydrocarbure produit en contient. Mais l’énergie produite est transportable sous forme de carburant, et peut donc être intéressante si l’électrolyse est effectuée, par exemple, sur des plates-formes d’éoliennes off-shore éloignées des continents.

Mieux encore, d’autres chercheurs américains ont trouvé une méthode chimique pour extraire de l’hydrogène des urines. L’hydrogène aujourd’hui est essentiellement extrait du pétrole. Composant chimique principal de l’univers, l’hydrogène (symbole H), l’atome le plus simple avec un seul proton, se retrouve sur Terre dans la composition chimique de l’eau (H2O), de l’alcool (ex : le méthanol, CH3OH) et des hydrocarbures (ex : le méthane, CH4). Pour l’extraire de l’eau, il faut donc séparer l’hydrogène (H) et l’oxygène (O) par électrolyse ce qui nécessite l’apport d’énergie pour casser la molécule d’eau en H+ et OH-, deux ions. Pour que la production d’hydrogène à partir d’eau soit "rentable" en termes d’énergie, il faut que l’électrolyse utilise moins d’énergie que la combustion de l’hydrogène ainsi produit en rapportera.

Dans l’urine, il y a de l’urée dont la formule chimique est CH4N2O, soit 4 atomes d’hydrogène disponibles par molécule. L’énergie nécessaire pour séparer ces quatre atomes de la molécule d’urée est trois fois inférieure à celle nécessaire pour l’électrolyse de l’eau. Il y a donc potentiel énergétique. Mais, bien sûr, restent de nombreux problèmes : il faut notamment extraire l’urée de l’urine, ce qui n’est pas facile à réaliser ; l’urée se transforme rapidement en ammoniaque (NH3)... inutile donc de faire des réserves pour le moment.

TechnoPropres
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • jymb 24 septembre 2009 12:41

    Il ne se passe pas une semaine sans que l’on nous annonce un carburant révolutionnaire (algue, air comprimé etc) ou la sortie imminente de la voiture électrique banalisée ;

    Traduction dans la vraie vie : néant

    durant la seconde guerre mondiale, la pénurie de pétrole a poussé les allemands a fabriquer de l’essence synthétique. Ils n’ont pas mis des décennies mais quelques mois pour lancer la production. Donc le pétrole n’est sans doute pas si rare actuellement, ou bien il l’est mais on souhaite conserver le plus longtemps possible une source de taxation faramineuse . D’ou l’absence de volonté de dévellopper autre chose.


    • ObjectifObjectif 24 septembre 2009 15:26

      Bonjour Jymb,

      L’air comprimé n’est pas un carburant, c’est un moyen de stocker l’énergie simple efficace et fiable.

      C’est l’équivalent pour l’énergie mécanique du condensateur pour l’électricité.

      Et l’air comprimé est utilisé sur tous les engins hydrauliques, pour le décollage du Rafale ou la rotation de la tourelle du char leclerc : si cela ne fonctionnait pas, ça se saurait smiley

      cf aussi le stockage de l’électricité éolienne en Allemagne


    • jymb 24 septembre 2009 15:49

      Merci d’apporter de l’eau à mon moulin
      Donc ça marche, mais cela n’est pas exploité à la hauteur de l’utilité potentielle
      véhicule à air comprimé + compresseur alimenté par électricité solaire = pas assez de taxation ? ?


    • ObjectifObjectif 24 septembre 2009 18:54

      @Jymb :

      Avec plaisir !

      Ce qui se dessine, c’est même ne plus passer par l’étape électricité :
      Forte chaleur + air -> air comprimé + chaleur résiduelle

      • On stocke l’air comprimé à la maison, on utilise la chaleur résiduelle pour chauffer la maison si nécessaire ;
      • On obtient la forte chaleur avec du solaire thermique (loupe), ou tout autre combustible écologique et local (bois...) s’il n’y a pas assez de soleil.
      Et tout peut être fait localement, et sans haute technologie (forcément centralisée donc taxable).

      Le développement est lent mais cela tourne maintenant, pour la première phase, la petite voiture. Le développement est lent car aucune subvention n’a été accordée à cette filière (trop simple ?). Il semble même que des peaux de bananes diverses, discrètes et variées soient apparues sur le chemin...


    • Gasty Gasty 24 septembre 2009 12:43

      Je verrais bien dans un futur lointain, un catalyseur à urine sur chaque véhicule.

      Avec un urinoir dans le coffre et quelques commodités en option.


      • Gasty Gasty 24 septembre 2009 12:46

        Pour les bas de gammes, le classique bouchon à réservoir sur le côté.


      • LE CHAT LE CHAT 24 septembre 2009 14:33

        trop bien , Boire et conduire sans avoir à choisir , le prochain modèle du salon de l’automobile s’appelera Gambrinus !


      • Gasty Gasty 24 septembre 2009 14:59

        Pour les transports en commun, pour obtenir un ticket il faudra présenter son flacon gradué en km/ml à Mme pipi.


      • Gasty Gasty 24 septembre 2009 17:21

        Ouais ouais ça c’est bon, c’est l’avenir ! Et les usines pareilles, dans les bureaux, les administrations et on élira les gouvernements en fonction de leurs compétences à nous faire chier.


      • kitamissa kitamissa 24 septembre 2009 13:08

        il ya des réserves de schiste bitumeux duquel ont peut tirer du pétrole et utilisé par le III eme Reich quand Staline a coupé les robinets à Hitler .....

        donc les Allemands ont utilisé cette roche pour fabriquer de l’essence synthétique ,comme ils ne pouvaient pas augmenter le pourcentage d’octane,ils ont tout simplement augmenté la cylindrée de leurs moteurs ,principalement en aviation ,mais ça fonctionnait parfaitement ,certains pays utilisent cette source d’énergie !...

        pour fonctionner à l’eau de mer ..on peut utiliser le cracking ,c’est pas nouveau ,quand je bossais dans les TP ,un chef mécano connaissant la chimie s’était amusé à reproduire le phénomène .....

        quand à l’urine ? pourquoi pas ? nos pissotiéres seront monopolisées par Total ou Elf ,on nous recommandera le type de nourriture qu’il faut absorber pour avoir un meilleur rendement moteur ,et les alcooliques seront les fournisseurs de la F1 vu les propriétés détonantes de l’alcool ! smiley


        • manusan 24 septembre 2009 13:34

          A vrai dire, il y a des milliers produits CxHxOx, si c’était si simple d’en faire des CyHyOy ça se saurait depuis longtemps.

          Transformer de l’urine en CH3-CH2-OH, c’est ce qu’on appelle aussi le mouvement perpétuel (pour ceux qui auront compris), et en plus on peux en mettre dans la bagnole, ça roule.


          • Mmarvinbear mmarvin 24 septembre 2009 22:28

            Oui mais on pourra plus pisser dans le réservoir du gars qu’on aime pas...

            On perd tous les petits plaisirs...


          • Guillaume Choserot 24 septembre 2009 14:08

            Certain Chinois utilisent la bouse de vache pour fabriquer du gaz

            Effectivement, et pas que de la bouse de vache d’ailleurs....


            • Jordi Grau J. GRAU 24 septembre 2009 15:07

              Question d’un naïf :

              Si les gaz à effet de serre sont vraiment si dangereux qu’on le dit, est-il raisonnable de chercher un nouvelle forme d’hydrocarbure ? Ne faudrait-il pas plutôt mettre le paquet sur d’autres sources d’énergie ?


              • groy 25 septembre 2009 10:48

                Bien d’accord.
                Cramer des hydrocarbures, c’est mal, non ?


              • Mmarvinbear mmarvin 25 septembre 2009 12:28

                Dans ce cas pas vraiment : le carburant ne ferait que rejeter du CO2 deja présent dans l’atmosphère, il n’en rajouterai pas comme avec l’usage de carburants fossiles. Ce serait un cycle similaire à celui de l’eau.


              • Alain-Goethe 24 septembre 2009 15:25

                Faible est la durée
                de l’utile urée
                donc le peak oil
                va perdurer
                Ouille ! ouille !
                Quelle purée !

                Peu importe le flacon
                pourvu que marche le piston

                Goldman Sachs pourrait peut être vendre un nouveau produit financier :
                la bulle de l’Urine ??


                • Maximus 24 septembre 2009 20:50

                  C’est quoi ces effets de manche ? Il y a toujours des scientifiques qui ont envie de se faire mousser et annoncent qu’ils ont trouvé la pierre philosophale énergétique. La bonne blague.

                  Pour les fans de la voiture à air comprimé, je rappellerai qu’il faut déjà des pompes de garage pour seulement regonfler un pneu de voiture, alors imaginez l’énergie qu’il faut pour comprimer assez d’air pour faire faire 100 km à une voiture.


                  • ObjectifObjectif 25 septembre 2009 09:13

                    Bonjour Maximus,

                    Les compresseurs pour l’air des pompiers ou des plongeurs sont fiables et bien connus : donc déjà on n’est pas dans l’inconnu, les lois qui régissent ces matériels sont bien connues.

                    Note : pas comme la chimie des batteries...

                    Il y a par ailleurs 2 manières de comprimer un gaz : en le chauffant, ou en diminuant le volume dans lequel il est contenu.

                    Si on utilise un compresseur mécanique, bien connu, 60% de l’énergie mise est retrouvée dans le gaz comprimé, 40% part en chaleur (dans les matériels actuel). Si on récupère la chaleur produite pour chauffer de l’eau, on peut réutiliser la chaleur pour une maison : c’est de la cogénération et le rendement global est alors de près de 100%

                    Mais on peut aussi chauffer le gaz pour le comprimer : c’est ce que l’on fait dans un moteur à combustion interne... Mais quand on le fait dans une chaudière à combustion permanent, le rendement est TRES supérieur (une chaudière à condensation atteint 95% de rendement) et on peut utiliser tous les combustibles, y compris bois.

                    Par ailleurs, on peut aussi utiliser une ... loupe ! on a alors un rendement de chauffage aussi très important (90% est atteignable) largement supérieur aux panneux photovoltaïques (moins de 20%). Et le gaz ainsi comprimé est stockable facilement, contrairement à l’électricité.

                    A votre disposition si vous avez des questions.


                  • Francky la Hache Francky la Hache 24 septembre 2009 21:54

                    OH RÉVEILLEZ-VOUS !!!

                    Cet article fait l’apologie (sans le dire biensûr) du nucléaire.
                    De quelle électricité parle l’auteur ?
                    Sachez que l’énergie ne se crée pas, ne se perd pas, elle se transforme.
                    A partir d’eau (énergie chimique = ZÉRO) pour obtenir un carburant vous fournissez TOUTE l’énergie du carburant + les pertes à la production.

                    Il est clair que l’électricité permet par électrolyse de produire du dihydrogène (H2) qui par combustion produira de l’EAU. Faire aussi des hydrocarbures, pourquoi pas, quel intérêt ?
                    le méthane CH4 (explosif) est moins dangereux que le H2 (super explosif).
                    Il n’y a rien de nouveau dans cet article.

                    L’auteur ne cite pas la source d’électricité qu’il envisage pour faire son électrolyse honnête.

                    Comment fournir à un véhicule de l’énergie ?
                    Il vous laisse le soin de proposer les solutions les plus ridicules :
                    *un panneau solaire n’est pas prêt de faire avancer une voiture dans des conditions standards.
                    *l’air comprimé est un super moyen de stocker l’énergie, même mobile dans une voiture c’est presque jouable ; MAIS l’énergie il faut la produire avant !!! D’où viens alors l’électricité ???

                    Relisez les anciens articles de cet écolotéki, et vous ne trouverez rien contre le nucléaire !

                    Bon, d’un autre côté, j’avoue ne rien avoir à proposer que ce nucléaire ultra-crade, à part le « consommer moins » évident.
                    Le rêve de la fusion nucléaire maitrisée, propre, est encore très loin.

                    Quelle électricité propose l’auteur ?


                    • Maximus 24 septembre 2009 22:59

                      L’énergie utilisée ? Je crains que l’auteur de l’article ne voit l’énergie comme une substance qui obéit à des lois magiques. Dans la pensée magique, on croit qu’il suffit d’exécuter un rituel particulier pour que la chose souhaitée se réalise.

                      J’ose espérer que notre auteur n’en est plus là.

                      « Solution » : le charbon. Avouez que faire rouler des voitures électriques « écolo » dont l’énergie vient de centrales à charbon serait cocasse.


                    • Paul Muad Dib 25 septembre 2009 10:49

                      salut, a aucun moment les occidentaux ,sauf exceptions, n’envisagent de changement radical dans leur vie, une vie de robot, une vie mécanique basée sur la peur de demain, une vie d’esclave volontaire, une vie vide remplie avec des possessions, une vie de compétition pour le profit, avec la plus belle des compétitions : la mise a mort de certaines populations par la guerre et la tous coupables, mais bien sur on ne veut pas le voir,l’effet papillon..acceptation de la compétition = acceptation de la guerre et des meurtres qui en découlent..alors la science demeure cet espoir vain d’une vie que l’on veut éternelle et sans problèmes....
                      et que veut cet humain ? de l’essence pour sa voiture pour certains et a manger pour d’autres..j’ai le sentiment qu’un société agraire de proximité sera , peu de personnes le veulent , par pure fainéantise d’abord, l’intello pur qui domine la planète n’aime pas la sueur , sauf de courir en rond après soi même dans des stades ou la piste est rouge couleur du sang,, c’est pour cela qu’il force d’autres humains au travail manuel, alors que réaliser une tache collective en le voulant sans idée de profit matériel ou psychologique genre se dire après : qu’est ce que je suis bien !, c’est très beau,non ? parce que notre esprit apeure a besoin de stocker, pour ne pas manquer, devenu dépendant de possessions qui rassure une vie terne et sans joie , l’humain est un drogué qui s’ignore ,drogué au succès ,aux possessions, au paraître, au pouvoir etc...
                      mais se débarrasser de cet ego destructeur n’est pas objet de volonté , la volonté le : je veux , signe de l’ego..
                      pourquoi regarder dans cette direction de notre ego ? effectivement si l’on ne voit pas déjà que, a titre personnel cet ego/cerveau analytique est la source de notre malheur , il est alors impossible de remonter la source du mal, en chacun...alors faire de l’énergie avec de l’eau et ce que vous voulez ,franchement..........


                      • Pierrot Pierrot 29 septembre 2009 16:19

                        Les réactions chimiques envisageables à partir du CO2 et de l’urée sont chimiquement possibles.

                        Mais du point de vue énergétique et économique ce serait une absurdité. Il faudrait dépenser plus d’énergie que vous en récupez ensuite.

                        Voir la thermodynamique de ces réactions.
                        Classe de terminale ou math sup !


                        • janequin 29 septembre 2009 20:29

                          De toutes manières, l’apport d’énergie nécessaire pour obtenir des hydrocarbures à partir des molécules indiquées sera toujours supérieur à l’énergie potentiellement emmagasinée dans ces hydrocarbures.

                          C’est le second principe de la thermo qui nous l’apprend et, de plus, toutes ces réactions sont irréversibles.

                          il suffit d’estimer la quantité d’énergie colossale émise par le soleil pour fabriquer - par la photosynthèse, qui présente pourtant un rendement acceptable - les matières organiques qui donneront houille et pétrole, pour se rendre compte qu’on n’échappera pas, si on veut du pétrole, à l’utilisation de quantités d’électricité énormes.

                          Économiquement, ça pourrait peut-être marcher en Somalie ou dans l’ancien Sahara espagnol, partie prenante du Maroc actuel... grâce au soleil, encore une fois.


                          • Pierrot Pierrot 1er octobre 2009 10:32

                            Je pense que l’absurdité énergétique des idées de l’auteur est maintenant démontrée.
                            Article à jeter aux oublietes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès