Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’eau des océans risque de monter de 6 mètres d’ici (...)

L’eau des océans risque de monter de 6 mètres d’ici 2100

Regardez l’image ci-dessus. A gauche, c’est la Floride telle qu’elle est aujourd’hui. A droite, c’est ce qu’elle pourrait être en 2100.

Les calottes glaciaires pourraient fondre à rythme beaucoup plus rapide que prévu, selon une étude du National Center for Atmospheric Research. Apparemment, on devrait se retrouver en 2100 dans la même situation qu’il y a 130 000 ans, quand le niveau des mers était 6 mètres plus élevé qu’à présent.

Six mètres, c’est énorme. On ne parle plus en millimètres ou en centimètres, mais en mètres en moins d’un siècle. Pour info, le point culminant de l’île de Sein est à 6 mètres 50 ...

Par ailleurs, les chercheurs de Harvard University ont trouvé qu’il y avait de plus en plus de tremblements de terres glaciaires au Groenland. Des glaciers de plus de 10 kilomètres cubes font des embardées à plus de 10 mètres à la minute sans prévenir, créant des tremblements de terre de magnitude 5.1 sur l’échelle de Richter. Ces tremblements glaciaires sont plus fréquents en été, et leur nombre a plus que doublé depuis 2002. Il y en a eu 182 entre janvier 1993 et octobre 2005.

Pour en savoir plus :
1. Arctic, Antarctic Melting May Raise Sea Levels Faster than Expected (The National Center for Atmospheric Research)
2. Global warming yields ’glacial earthquakes’ in polar areas (Harvard University)
3. Institute for the Study of Planet Earth (University of Arizona)
4. Sea rise could be ’catastrophic’ (BBC news)
5. Melting Ice Threatens Sea-Level Rise (Yahoo news)
6. Quand la mer monte (Gaïa)
7. La glace de l’Antarctique perd 152 km3 par an (Gaïa)
8. L’évacuation des îles Tulun a commencé (Gaïa)

Crédit photo : NASA/JPL-Caltech


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (70 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Cassandre (---.---.5.247) 28 mars 2006 12:27

    Bravo, vous faites bien de prévenir, même si ça risque de faire chuter les prix de l’immobilier « les pieds dans l’eau » (ça ne sera plus une image !). « More than previously thought » est un leitmotiv dans toutes les dépêches sur le changement climatique depuis 2 ans. Le rapport 2007 du GIEC devrait mettre les points sur les i et retirer toute excuse aux politiques pour ne rien faire.

    Avez-vous la même carte avant-après pour la France ? A première vue, plus de Camargue, le Languedoc transformé en chapelet d’îles, de même qu’une bonne partie des côtes atlantiques, plus aucune plage de sable, des tas de décharges et installations dangereuses à déménager...

    Comme à la même époque il est probable que la France et les pays méditerranéens seront probablement inhabitables en été avec des canicules vers les 50°, tempérées par quelques cyclones sur le Portugal et l’Espagne, on peut relativiser...

    Pour les mesures préventives, lire « Le plein s’il vous plaît » de Jancovici et Grandjean (Seuil) et potasser www.manicore.com.


    • Jojo (---.---.158.64) 28 mars 2006 12:54

    • Cassandre (---.---.113.28) 28 mars 2006 13:39

      A Jojo : bien entendu, rien n’est absolument sûr quand il s’agit de l’avenir.

      Cependant, l’arrêt de la dérive Nord-atlantique ne devrait donner que 3° de moins sur l’Europe du Nord. Reste à savoir si la France en fait partie ! On ne sait pas encore calculer à quel latitude au juste ce courant va soit plonger, soit se reboucler vers les tropiques en renforçant le courant Nord-équatorial (quelques mesures semblent indiquer qu’il a commencé à le faire, ce qu’on pourrait relier à l’exaltation cyclonique de 2005).

      On ne sait pas encore non plus départager une évolution des courants due au réchauffement global de celle qui correspondrait à l’oscillation Nord-atlantique, et l’on ne sait pas grand chose (voire rien du tout) de l’évolution du Gulf Stream et de ses prolongements depuis le célèbre épisode du Dryas récent.

      Une ligne de balises automatiques vient d’être posée en travers de l’Atlantique (25ème parallèle). Peut-être des résultats fin 2006 ?


    • (---.---.97.186) 28 mars 2006 13:00

      au moins l’exemple de la floride fera peut etre évoluer la mentalité aux etats unis. Mais pour un pays qui ne veut pas du protocole de Kyoto et malgré tout a vu une ville de 500 000 habitants se faire engloutir, je les trouve longs a la détente


      • toytoy (---.---.144.116) 28 mars 2006 20:29

        Le gouvernement de Bush est très long à la détente, ca c’est sur !!! Il est dépassé par plein d’initiatives locales publiques ou privées, comme par ex le programme de réseau des stations services à hydrogène en Californie

        Après, il est certain que le changement climatique a déjà des conséquences très importantes avec les épisodes de canicule à Chicago puis en Europe, les cyclones ; ces évènements exceptionnels devraient d’ailleurs avoir une plus grande fréquence et amplitude.

        La IIIème guerre mondiale a déjà commencé, on le sait pas encore, mais quelles vont être les conséquences sociales, environnementales, politiques et économiques ? Très importantes, mais il me semble que les seules études sérieuses de prospective ont été réalisées par la Grande Bretagne et un département d’état américain (celui de l’énergie, peut-être, de mémoire ?)

        En attendant, on chicane sur la diminution de 4% des GES (Kyoto), lorsqu’il faudrait une diminution de 40%...


        • Yaarg (---.---.4.100) 29 mars 2006 00:03

          Votre article fait de la désinformation. Il ne repose sur rien de scientifique ni de sérieux.

          Une partie très importante des glaciers et des calottes glaciaires a déjà fondu, le niveau de la mer n’a pas grimpé d’un millimètre à cause de cela.

          Quand bien même toute l’eau congelée de la planète viendrait à fondre, le niveau de la mer n’augmentera pas non plus ou très peu. Cela ne s’est jamais produit et le délire du film catastrophe de Kevin Kostner « Waterworld » reste de la pure science-fiction.

          Si la terre se réchauffe et que les grandes étendues glacées fondent, cela aura EN PARALLÈLE pour conséquence une augmentation de l’évaporation, il y aura donc plus d’eau atmosphérique, plus d’humidité, et le niveau de la mer restera inchangé.

          Vous nous remettez encore une fois sur le tapis le bon vieux mythe de la peur de la fonte des glaces et de la montée inéxorable du niveau des océans. Encore vous êtes gentil en parlant de seulement 6 mètres, quelques alarmistes encore plus déjantés parlent de 60 ou 80 mètres, engloutissant New-York, Tokyo ou paris...

          je vais donc vous faire un petit cours de physique.

          Raisonnons scientifiquement : tout d’abord, oui, théoriquement, il est possible que le niveau des océans monte de 70 mètres, il faudrait pour cela :

          - que l’ensemble des glaces du monde fondent,
          - que la température moyenne au Groënland s’éléve de 20°C.

          Etant donné qu’actuellement ce niveau monte d’environ 1 mm par an, on a quand même un peu de marge non ? En 100 ans, ça ne fera que 10cm.

          En fait tous ceux qui se font de grosses frayeurs avec le mythe de la glace qui fond commettent une erreur grossière de physique : la fonte des glaces de mer (banquises) n’influence pas le niveau marin, selon le sacro-saint principe d’Archimède. Vous en doutez ? Prenez chez vous un verre d’eau, mettez-y autant de glaçons que vous voulez, notez d’un trait le niveau du liquide. Attendez la fonte des glaces ! O miracle de la science, les glaçons sont tout fondus mais le niveau n’a pas bougé d’un poil !

          La hausse du niveau marin ne pourait alors s’expliquer que par la fonte des glaces terrestres (banquise sur le Groënland et glaciers des montagnes) mais celles-ci sont minoritaires par rapport aux marines !

          Les scientifiques s’accordent en plus à dire que le premier effet visible d’un réchauffement, même minime, de l’atmosphère, serait une augmentation sensible de la teneur en vapeur d’eau de celle-ci et peut-être des précipitations globales. Ce qui entraînerait ipso facto un enneigement plus important des inlandsis antarctiques et donc, au lieu d’une fonte, un épaississement de ceux-ci. Etonnant, non ?

          Pourtant, il y a bien montée des eaux, cela je ne le nie pas, mais elle n’est en rien, ou si peu expliquée par la fonte des glaces !

          Au cours du siècle dernier, le niveau aurait ainsi monté d’au moins 10 centimètres, ce qui n’est pas rien ! Celle-ci est dûe essentiellement à la dilatation des Océans par élévation de la température (tout bêtement !).

          Donc menace il y a ! C’est sans doutes plus spectaculaire et hollywoodien de se représenter des énormes calottes polaires se désintégrant et créant de gigantesques raz-de-marée submergeant la moitié des continents, qu’une bète expansion lente des océans !, mais ce n’est pas en donnant de fausses raisons, que l’on fera progresser la cause écologiste. De nombreux écologistes se plaignent que l’on ne les prennent pas au sérieux, alors que leurs craintes sont pourtant justement fondées... la faute au manque de rigueur scientifique d’un grand nombre d’entre eux en général, et des pseudo-émissions scientifiques de la télé en particulier !


          • (---.---.43.89) 29 mars 2006 00:26

            - Transformation d’Aggregat :
            - ß(Permaglace[Antartica]) => ß+Ocean


          • T (---.---.7.22) 29 mars 2006 12:24

            L’image du verre d’eau est peut être très utile pour illustrer le principe d’Archimède, mais à mon avis erronée dans le cadre du problème discuté dans cet article.

            Le Groenland est un continent recouvert d’une calotte glaciaire (inlandsis). La superficie de l’inlandsis du Groenland est de 1,7 million km2 et son épaisseur de 3,2 km environ. Cette calotte génère des icebergs qui se déversent dans l’océan.

            Marquez votre trait rouge avant d’y ajouter le glaçon. Ce sera une image plus juste smiley


          • (---.---.0.184) 29 mars 2006 15:04

            en voila encore un autre qui dit n’importe quoi au nom encore de scientifiques à l’ethique douteuse.

            vous devriez lire ceci : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=8431


          • Camp Belgrano II (---.---.43.89) 29 mars 2006 00:36

            Yaarg« Gegen Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens »(Goethe).


            • Yaarg (---.---.29.104) 29 mars 2006 15:00

              Je vous remercie pour votre commentaire encourageant ! Je pense néanmoins que lorsqu’on lit une bêtise, surtout de telles énormité, il faut rétablir la vérité. Bien entendu, si les gens préfèrent croirent dans des mythes sans fondement, c’est leur affaire. Rendez-vous dans 100 ans pour voir qui avait raison !

               smiley


            • Thirqual (---.---.135.202) 29 mars 2006 05:02

              Yaarg semble ignorer, ou le fait expres, que sur l’antarctique iul y a en moyenne 2.5 km de glace accumulee. Rien que ca. Les banquises sont une quantite tout a fait negligeable.

              Qu’au cretace, il n’y avait pas de calottes glaciaires, et aue le niveau de l’eau etait suffisant pour que des calcaires se deposent un peu partout sous nos latitutdes, ce qui signifie que le bassin parisien etait sous l’eau. Et qu’on me parle pas de remontee tectonique pour le bassin parisien par pitie.

              Qu’un changement global d’un degre influe tres peu sur la capacite de l’air a stocker de la vapeur d’eau, mais beaucoup sur la fonte des glaces. Et que la vapeur d’eau est un gaz a effet de serre tres puissant. Premier effet d’entrainement.

              Qu’en augmentant la temperature des oceans de 1 degre par contre on baisse la solubilite du CO2 qui y est dissous, quasiment a saturation (comme un tres simple dosage peu le montrer) et donc relache ce gaz a effet de serre. Deuxieme effet d’entrainement.

              Ensuite que fondre l’ensemble des glaces du Groenland ne demande pas 20 degres de plus, largement pas, et que ca ferait modestement 5 metres d’eau en plus, car c’est (a nouveau) en Antarctique que se trouvent les reserves principales de glace. Et les interdependances des temperatures sur l’ensemble du globe c’est loin d’etre completement compris.

              Que l’augmentation des precipitation sera majoritairement sur les latitudes temperees, car elles pourraient connaitre des courants remontants comme plus bas sur les tropiaues, mais que ca va pas etablir d’un coup des vents vers les poles pour epaissir les glaciers, ca c’est ridicule.

              Ah oui et l’expansion thermique des oceans on a oublie, surtout avec l’effet de serre. Mais bon, c’est peanuts, comme disent les scientifiques qui repandent vos theses. Sans le calculer pour autant.


              • Yaarg (---.---.29.104) 29 mars 2006 15:11

                Non seulement je n’ignore rien mais à la différence de cet article allarmiste ne contenant que des rumeurs fondées sur la mythologie de la « fin du monde », je sais de quoi je parle.

                Alors parlons chiffre puisque vous semblez ignorer le quoi, et le combien.

                La réserve totale en eau de la planète est de 1.400.000.000 km3. Tous les ans, 119.000 km3 d’eau tombent sur les terres par le biais des précipitations et 74.200 km3 d’eau s’évaporent dans l’atmosphère, par l’évapotranspiration des sols et de la végétation. Dans les océans et les eaux de surface, 450.000 km3 d’eau tombent chaque année et 502.800 km3 s’évaporent.

                De l’eau douce de la Terre, environ 2.200 km3 s’écoulent dans les sols. Environ 135.000 km3 d’eau peut être trouvé dans l’atmosphère sous forme de vapeur d’eau, dans les lacs, l’humidité du sol, les marais et les marécages, des rivières, des plantes et des animaux.

                Comme les océans et les mers sont très grands c’est principalement eux qui stockent l’eau présente sur terre. Cela représente 97% de la quantité totale d’eau présente sur terre, 2% de cette eau sont gelés.

                De toute l’eau présente sur terre, seulement 2.59% est de l’eau douce. Sur ces 2.59% il y en a une partie, environ 2%, bloquée dans les calottes glacières et les glaciers. Le reste de l’eau douce est dans le sol (0.592%), ou accessible directement : lacs, rivières, les fleuves, etc. (0.014%)

                Pour faire fondre ces 2% d’eau congelée, il faudra une élévation de température telle que cela augmentera d’autant, sinon plus l’évaporation de tous les océans, car pour avoir plus de 0° au pôle sud, il faudra qu’il fasse 40° à Paris TOUT LE TEMPS, 60° à l’équateur TOUT LE TEMPS. C’est évidemment impossible car la nuit provoque une baisse de température.

                Il faut arrêter de colporter de faux dangers. La pollution est une réalité, le réchauffement planétaire est aussi un danger réel, mais pas parceque cela va faire monter le niveau des océans.

                Il serait bon qu’à la pollution chimique on n’y ajoute pas aussi la pollution mentale.


              • Marc Marc 29 mars 2006 23:59

                Yaarg,

                Vos commentaires ci-dessus et ceux concernant mon article (http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=8394) publié ce même jour sur le même thème reprennent la désinformation mensongère des lobbies américains du pétrole (principalement EXXON) et de l’Administration Bush. Vos affirmations, comme celles de Crichton, comportent de nombreuses contrevérités.

                1ère contrevérité : « Ce ne sont pas des scientifiques qui prédisent un truc scientifiquement impossible mais une bande de rigolos. »

                Réponse : Ces « rigolos » qui ont publié ces articles dans la prestigieuse revue scientifique Science sont parmi les meilleurs scientifiques mondiaux en glaciologie et en climatologie.

                2ème contrevérité : « la controverse sur cette question [la réalité du réchauffement climatique] qui divise les scientifiques et la classe politique ».

                Réponse : La communauté scientifique n’est divisée ni sur la réalité du réchauffement climatique, ni sur son origine humaine. Ceci fait depuis longtemps l’objet d’un très large consensus parmi les scientifiques spécialistes du climat. Pour ceux qui en douteraient, je recommande la lecture de la déclaration commune datée du 7 juin 2005 des académies des sciences des pays du G8, de Chine, d’Inde et du Brésil (http://www.academie-sciences.fr/actualites/textes/G8_fr.pdf). Il n’a guère qu’une poignée de scientifiques, pour la plupart subventionnés par EXXON, qui le nient encore . Le problème est que le public perçoit mal ce consensus car les lobbies pétroliers et certains médias (surtout aux Etats-Unis) ont par un remarquable effort de relations publiques réussi à obternir une couverture médiatique disproportionnée en faveur de cette poignée de sceptiques. D’où cette impression trompeuse de cacophonie chez les climatologues. Pour en savoir plus, voir mon article précédent (http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=7304), notamment les références 1 à 4.

                Quant à la classe politique, il n’y guère que la droite américaine (et encore pas toute la droite), et peut être le gouvernement australien, qui semble encore douter de la réalité du réchauffement climatique.

                3ème contrevérité : Michael Crichton est un expert en climatologie

                Réponse : Crichton est médecin de formation, et bien sûr auteur à succès. Ca n’en fait pas un scientifique, encore moins un climatologue. Il dit avoir recherché le domaine pendant trois ans, avoir tout compris sur le réchauffement climatique et pouvoir affirmer que la quasi-totalité des scientifiques font fausse route. C’est impressionnant d’humilité !

                Son livre (« State of Fear ») a bien sûr été analysé par différentes revues scientifiques, dont Nature et Science. Toutes sont arrivées à la même conclusion : ses affirmations sont une imposture grossière. En français, la revue Science & Vie dans son édition de février 2006 lui a consacré un article de cinq pages. Je vous en livre le titre et sous-titre qui illustrent bien le contenu de l’article : « Le réchauffement climatique vu par Michael Crichton -Les scientifiques crient à l’imposture - Le 28 septembre dernier, le Sénat américain auditionnait le célèbre écrivain de science-fiction sur la question climatique. Au grand dam des spécialistes. Car dans son dernier livre, le romancier nie radicalement l’existence du réchauffement global. Or, ces arguments n’auraient de scientifiques que le nom. »

                L’excellent site www.realclimate.org d’information créé, avec le soutien moral des revues Nature et Science, par des climatologues pour informer le public et les journalistes comporte plusieurs articles réfutant une à une des affirmations erronées de Michael Crichton. plusieurs de ces articles ont été traduits en français : voir par exemple http://www.realclimate.org/index.php?p=74

                4ème contrevérité : « Pour faire fondre ces 2% d’eau congelée, il faudra une élévation de température telle que cela augmentera d’autant, sinon plus l’évaporation de tous les océans, car pour avoir plus de 0° au pôle sud, il faudra qu’il fasse 40° à Paris TOUT LE TEMPS, 60° à l’équateur TOUT LE TEMPS. C’est évidemment impossible car la nuit provoque une baisse de température. »

                Réponse : Toutes les simulations informatiques de modèles climatiques prédisent que le réchauffement climatique touchera plus fortement les régions polaires. Dans ces régions, l’élévation de la température sera environ le double de l’augmentation moyenne à la surface de la planète. Ceci est confirmé par l’analyse des climats du passé et par de nombreuses mesures récentes.

                Affirmer qu’il faudrait qu’il fasse 40° à Paris TOUT LE TEMPS, 60° à l’équateur TOUT LE TEMPS pour que les calottes glacières du Groenland et de l’Antarctique ouest fondent est un non-sens scientifique. Elles sont déjà en train de fondre !

                Il est certes vrai que la glace au centre du continent antarctique ne fondra pas avant longtemps car la température y est constamment suffisamment en dessous de 0 °C. Par contre, les glaces du Groenland et de l’Antarctique ouest sont très vulnérables à une faible augmentation de températures provoquées par le réchauffement climatique. La fonte de toute la glace du Groenland élèverait le niveau des mers de sept mètres et celle de l’Antarctique ouest provoquerait une élévation supplémentaire de cinq mètres.

                Conclusion :

                Qui affirme que le réchauffement climatique représente une grave menace pour l’humanité, qu’il est d’origine humaine et qu’il est urgent d’agir ?

                La quasi-totalité des scientifiques spécialistes du climat et les Académies des sciences de tous les pays développés.

                Qui nie que le réchauffement climatique représente une grave menace, qu’il est d’origine humaine et qu’il est urgent d’agir ?

                Une poignée de climatologues (dont il est établi qu’ils sont subventionnés par des lobbys pétroliers), Michael Crichton (médecin et auteur de science-fiction), le gouvernement Bush et une partie de la droite américaine.

                Chacun est libre de croire qui il veut. Mais le réchauffement climatique n’attend pas. Et nous avons déjà perdu beaucoup trop de temps...Il est plus que temps d’agir !


              • jcm (---.---.198.112) 29 mars 2006 15:31

                @ Yaarg >

                Faut-il déduire de vos conclusions que les climatologues, ceux du GIEC inclus, n’ont vraiment rien compris au climat et qu’en fait ils feraient mieux de se reconvertir à la plomberie, la clarinette ou quoi que ce soit d’autre, mais loin des questions climatiques ?

                C’est un scoop, merci de nous tenir au courant !

                Le problème est que, devenus plombiers et aussi compétents qu’ils peuvent l’être en climatologie, ils auront du mal à trouver une clientèle... Pauvres gens...


                • Thirqual (---.---.135.202) 30 mars 2006 06:29

                  D’abord je remercie Marc qui amene des arguments interessants sur le sujet.

                  Contrairement a Yaarg, je suis des cours sur l’evolution climatique, le paleoenvironnement et d’autres domaines ou ces imbeciles de pseudo scientifiques alarmistes esperant decrocher ainsi des fonds pour se financer enseignent. Et pas au niveau licence, les cours en question.

                  J’ajoute qu’il n’est pas necessaire qu’il fasse constamment 0 degres ou plus a un endroit pour y supprimer les glaciers. Il faut juste que le bilan d’augmentation de la calotte soit negatif, en prenant en compte le deplacement de ces calottes. On est tres loin de faire fondre la calotte ouest antarctique, tout a fait d’accord, et encore heureux.

                  2 pourcents de l’eau est gelee ? mais alors, si ces deux pourcents fondent vu que la quasi totalite du reste est dans les oceans et que l’atmosphere n’est pas un reservoir de vapeur d’eau envisageable, faut arreter de nous prendre tous pour des imbeciles, avec un niveau moyen des oceans de 2.5 km, ajouter 2 pourcents d’eau ca fait... ah, 50 metres, moins que ce qui est anonce par ces tares qui predisent 70 metres si tout fond ! ahah les nuls !

                  C’est bien le doute, ca permet de se rendre compte de la tectonique des plaques, ou de la stupidite des modeles des spheres imbriquees. Mais c’est moins bien quand en fait de scepticisme, on a des etudes par des amateurs (3 ans de recherche pour refuter des decennies de mesures, quelle bonne blague), ou bien par des hypocrites finances par des trusts qui ont tout interet a ce que les politiques ecolo restent tres en berne.

                  Autre chose, nous nous attachons a demonter vos arguments, Yaarg, mais le meme effort de votre part serait le bienvenu. Ignorer les arguments qui vous genent chez vos contradicteurs ne fera jamais rien avancer.


                  • Le furtif (---.---.14.34) 10 avril 2006 21:33

                    ========== La hausse du niveau marin ne pourait alors s’expliquer que par la fonte des glaces terrestres (banquise sur le Groënland et glaciers des montagnes) mais celles-ci sont minoritaires par rapport aux marines !

                    ========== Je ne suis pas scientifique mais....les glaces terrestres ne seraient-elles pas les seules , en fondant à avoir une incidence sur le niveau marin ??

                    Car les glaces « marines » en fondant n’en auraient pas plus que le glaçon fondant dans le verre ??? Non ??? Yarg ???

                    Vous affirmez vouloir enseigner la Physique ...Le volume de la glace marine joue __ déjà__ son rôle dans la détermination du niveau actuel des mers....Si cette glace fondait le volume d’eau pourrait être inférieur( eau marine + glace marine ==> eau marine + glace marine fondue )Vous n’ignorez pas qu’1 mètre cube d’eau donne un volume de glace légèrement supérieur. Le phénomène s’inverse à la fonte.

                    La variation du niveau des mers n’est dûe qu’à l’accumulation de glace continentale._ ou à sa fonte___ Yarg vous embrouillez tout.


                    • Le furtif (---.---.14.34) 10 avril 2006 21:47

                      Yarg vous ne faisiez que reprendre un argument pour le démonter...

                      Alors que vous tentiez de mettre de l’ordre...

                      En fait vous aviez raison : il « leur faut des déluges et des fins du monde » l’habillage pseudo scientifique n’est là que pour couvrir la vieille marchandise alarmocatastrophiste....on a les terreurs de l’an mille qu’on peut...

                      Les variations des courants marins , le cycle du CO²,les hydrates de méthane sont toutes choses trop complexes pour les colporteurs de bourdes médiatiques.

                      Dans un commentaire sur un autre article de Luc , on affirme la très scientifique position suivante : « ce n’est pas parce que ce n’est pas sûr qu’il ne faut pas s’inquiéter »

                      Là ....on ne peut que manquer d’air ....un peu.


                    • Aline (---.---.1.121) 10 avril 2006 22:13

                      Chic ! On mettra moins de temps pour aller à la plage, ce sera moins loin smiley


                      • Jean Vladimir 22 septembre 2007 17:46

                        Vite : l’énergie atomique inoffensive et inépuisable, page 8 du site www.savoir-ce-qu-est-l-univers-et-ce-que-nous-avons-a-y-faire.net.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès