Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’écologie, une idée de gauche ou un comportement à appliquer (...)

L’écologie, une idée de gauche ou un comportement à appliquer ?

On parle de plus en plus de l’environnement et de la santé de notre planète. A raison. Les mentalités changent, assez rapidement d’ailleurs. Tant mieux, et merci à Nicolas Hulot et bien d’autres. Aujourd’hui on se préoccupe tous plus ou moins du monde que nous allons laisser à nos petits enfants. Je me souviens d’un cours à l’école où l’on a parlé d’écologie, et d’une phrase qui m’a marqué : « La pollution : jusqu’aux années 1970, on n’y prenait pas garde ». Les années 70, ce n’était qu’il y a 30 ans seulement... Peu de chose à l’échelle de la terre.

Le parti politique des Verts se dit concerné par le respect de l’environnement. Ce parti est proche du parti socialiste. Selon Dominique Voynet, seuls des gens de gauche peuvent prendre soin de l’environnement : "C’est impossible de faire de l’écologie avec les partis de droite" (Discours du 26 janvier 2007). Au moins c’est clair : ceux dont la sensibilité politique se place un poil plus à droite que le parti socialiste sont des pollueurs irrespectueux fossoyeurs de notre planète et ne lèveront pas le petit doigt pour la protéger.

Pourtant, Ségolène Royal veut réduire de 40% la production d’électricité d’origine nucléaire en fermant des centrales nucléaires, et "remettre à plat" et enterrer le projet de 3eme génération de réacteur nuléaire (EPR). L’EPR est la nouvelle génération de centrale nucléaire, 10 fois plus sûre, d’un meilleur rendement, et produisant moins de déchet radioactif que les centrales nucléaires actuelles (source Wikipedia). La construction de centrales nucléaires EPR impliquerait la France dans la production d’électricité d’origine nucléaire pour 60 ans encore. Ce à quoi l’ancien président de Greenpeace et actuel conseiller de Ségolène Royal est opposé.

La production d’éléctricité d’origine nucléaire ne produit pas de gaz à effet de serre. Le pacte écologique de Nicolas Hulot concerne principalement la question du réchauffement climatique, il ne mentionne pas une diminution du nucléaire. Implicitement, c’est même le contraire puisque la production d’électricité d’origine nucléaire émet très peu de gaz à effet de serre, et même moins que les principales énergies renouvelables.

Nicolas Sarkozy a annoncé son engagement dans le soutien du programme européen de réacteur nucléaire EPR innovant technologiquement et, il faut le dire, écologique.

Le collectif scientifique Sauvons le Climat (www.sauvonsleclimat.org) a pour ambition de donner une information scientifiquement fondée et aussi objective que possible sur le réchauffement climatique et les questions énergétiques. Il a été fondé en 2004 autour de personnalités comme les prix Nobel de physique Pierre-Gilles de Gennes, Georges Charpak et Jean-Marie Lehn, des directeurs de recherche au CNRS, des membres de la prestigieuse Académie des Sciences, et... des personnalités politiques comme Roselyne Bachelot (ancienne ministre de l’environnement UMP) et Jean-Pierre Chevènement (MRC).

Il est à noter que Jean-Pierre Chevènement a passé un "contrat" avec le parti socialiste en échange de son ralliement, et que ce contrat mentionne le développement de l’énergie nucléaire. C’est en cohérence avec l’adhésion de Jean-Pierre Chevènement au collectif "Sauvons le Climat".

Ce collectif apolitique a envoyé une Lettre ouverte à Ségolène Royal, le 29 janvier 2007, à propos des faiblesses et des incohérences de la candidate sur les questions concernant l’environnement.

Collectif « Sauvons le Climat »

Lettre ouverte à Madame Ségolène Royal, candidate à l’élection présidentielle.

Madame,

Telles qu’elles sont rapportées par la presse, vos prises de position concernant votre éventuelle future politique énergétique et environnementale ne laissent pas de nous surprendre et de nous inquiéter.
Vous annoncez votre double objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre (G.E.S) françaises et, simultanément, de réduire de manière très importante la production d’électricité nucléaire, qui est justement non émettrice de G.E.S. Il y a là une incohérence qu’il vous appartient de résoudre en nous précisant par quels moyens techniques et financiers vous comptez faire produire sans émissions de G.E.S l’électricité dont les acteurs économiques et les ménages français ont besoin..

Nous avions dénoncé, en son temps, la faiblesse du projet socialiste sur ces questions, mais l’accord PS-MRC nous avait donné l’espoir que les questions énergétiques seraient désormais abordées avec rigueur. Citons :
« il sera indispensable de faire face aux prix durablement élevés du pétrole et du gaz en favorisant les énergies sans émission de gaz à effet de serre parmi lesquelles l’énergie nucléaire, domaine dans lequel les atouts industriels exceptionnels de la France doivent être préservés, le développement d’acteurs énergétiques publics puissants capables d’assurer la sécurité de nos approvisionnements, ainsi que les économies d’énergie »
Voilà une déclaration qui était cohérente et claire. Las, vos déclarations plus récentes ravivent notre perplexité : dans votre réponse à Nicolas Hulot, nous lisons, à propos de la taxe carbone « Cette taxe risque de favoriser la consommation d’électricité et donne un avantage comparatif indu à la production électronucléaire. »
Pourquoi « indu » ? Niez vous que le nucléaire ait permis à la France d’être particulièrement performante en termes de réduction de ses émissions de CO2 par kWh ?
Vous reprenez à votre compte la proposition de ramener la part de l’électricité nucléaire à 50% . Personne de sérieux n’envisage, en l’état actuel des techniques, de dépasser les 25% d’électricité renouvelable : 15% d’hydroélectricité et 10% d’électricité éolienne limitée par l’intermittence et le manque de fiabilité de la ressource. Votre objectif de réduction de la part du nucléaire exigera une augmentation de la part de l’électricité produite par des centrales thermiques à flamme, à charbon ou au gaz, des 5% actuels à 25%. Une augmentation importante des émissions de CO2 et de méthane s’ensuivra, et contrecarrera votre objectif affiché de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Par ailleurs, l’éolien, pour sa part, exige que soient disponibles des moyens de substitution lorsque le vent est trop faible ou trop fort. Actuellement, en France, sa production vient essentiellement en déduction de celle du nucléaire, et ne permet donc pas de réduire significativement le nombre de réacteurs de toute façon nécessaires pour faire face aux périodes de faible production éolienne. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous considérons qu’un fort développement de l’éolien est inutile et extrêmement coûteux (la Programmation Pluriannuelle des Investissement prévoit la construction d’une puissance de 17000 Millions de Watts d’éoliennes pour un prix équivalent à celui de 9 EPR, mais qui ne produira annuellement qu’une énergie total égale à celle de 2,5 EPR et ce, de façon intermittente).

Nous avons découvert également avec surprise que vous considérez qu’il faudrait fermer les réacteurs de Fessenheim sous prétexte qu’ils seraient dangereux. Envisagez vous de vous substituer à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, organisme indépendant chargé d’estimer la sûreté des réacteurs nucléaires et habilité à en décréter la fermeture quand il le juge nécessaire ? Ou bien considérez-vous que n’importe quel groupe de citoyen peut se voir déléguer les pouvoirs de cet organisme ? Nous espérons que la « démocratie participative » que vous prônez et qui séduit bon nombre de nos concitoyens ne deviendra pas le faux nez de prises de décision arbitraires. Vous avez fustigé le manque de démocratie dans les mécanismes de décision concernant l’EPR et la gestion des déchets radioactifs. Au moins, ces sujets ont-ils été traités dans le cadre de deux commissions particulières de débat public et ont donné lieu à un débat parlementaire. De tels débats seraient-ils superflus lorsqu’il s’agit d’arrêter des réacteurs, la démocratie se résumant alors à l’expression d’organisations antinucléaires ?

Nous sommes persuadés que beaucoup de vos électeurs potentiels partagent nos idées et que votre position leur pose un cas de conscience grave. Ils ont des enfants et petits-enfants auxquels ils veulent laisser une planète vivable.

Comme nous vous l’avons écrit dans un courrier privé en date du 8 janvier 2007 auquel nous n’avons toujours pas de réponse, nous sommes à votre disposition pour approfondir ces questions qui conditionnent une bonne part de l’avenir de notre pays.

 

En résumé, cela signifie que le collectif "Sauvons le climat" trouve incohérentes les propositions de Mme Royal sur l’environnement en général, et plus précisément sur les points suivants :

  • La réduction de 40% du nombre de centrale nucléaire ne peut se faire qu’en augmentant le nombre de centrales utilisant des énergies fossiles et émettant d’importantes quantités de gaz à effet de serre. Ceci est de plus contraire aux fondements même du pacte écologique de Nicolas Hulot.
  • Les énergies renouvelables (solaire, éolienne, hydroélectricité) ne peuvent pas à elles seules remplacer le nucléaire dans les proportions annoncées par la candidate.
  • La "taxe carbone" est inscrite dans le pacte écologique de Nicolas Hulot signé par la candidate. Mais cette dernière conteste finalement cette taxe, prétextant qu’elle favorisera "indument" l’énergie nucléaire, non productrice de CO2.
  • La volonté de la candidate de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim, ainsi que de rejeter le programme EPR, est le résultat des débats participatifs. Mais ces débats ont des limites, et ne doivent pas remplacer et annuler les débats parlementaires qui ont déjà eu lieu, ni les avis de l’Autorité de Sûreté Nucléaire.

Finalement, l’écologie, la protection de notre planète, ne sont pas vraiment des idées de gauche. Nicolas Sarkozy est d’ailleurs favorable au développement de l’EPR. L’écologie, c’est quand tout le monde, vous, moi, faisons des gestes quotidiens. La protection de l’environnement, ce n’est pas quand on se dit "il n’y a qu’à...", ou bien "il faut que les autres fassent des efforts, pas moi..."

Pour enfoncer encore le clou, regardez la vidéo de Noël Mamère, de gauche lui aussi. Il arrive en voiture à une réunion, mais dit qu’il est venu à bicyclette parce qu’il trouve inadmissible d’avoir une voiture à Paris. "il faut que les autres fassent des efforts, pas moi..."

Si vous n’avez pas encore signé le pacte écologique de Nicolas Hulot, dépéchez-vous de cliquer ici ! Et appliquez-le ! Filez vite aussi lire le manifeste du collectif Sauvons le Climat.

Si vous avez des contacts avec l’entourage de Ségolène Royal, essayez de la convaincre de changer son programme concernant l’environnement.


Moyenne des avis sur cet article :  2.97/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • Bois-Guisbert (---.---.166.75) 2 mars 2007 12:27

    L’écologie de gauche est une écologie de subversion, tendant à une révolution qui n’a pu être obtenue par le partagisme des communistes.

    De véritables écologistes, réellement soucieux de l’environnement, serait contre l’immigration du tiers monde - qui acroît la pression démographique sous nos latitudes - et pour le retour de la femme au foyer, qui est sa seule place réellement favorable à la préservation de l’environnement.

    Une femme qui reprise les chaussettes de ses enfants est infiniment plus écologique, que celle qui émet des substances polluantes, en travaillant, ou en se rendant à son travail, et qui jette les chaussettes trouées pour en acheter des neuves manufacturées.

    C’est une image, on peut aussi évoquer le fait de cuisiner ses propres légumes, plutôt que d’acheter les produits de l’industrie agro-alimentaire. En étant à la maison, elle s’occupe de ses enfants, ce qui évite d’avoir à créer des structures pour s’en occuper en l’absence de la mère... Et cent autres exemples, allant tous dans le même sens.

    Pour ma part, je ne prendrai les écologistes au sérieux que quand ils feront des propositions allant dans le sens que je viens d’indiquer... Pour l’heure, ils ne sont, je le répète, que des subversifs adeptes du mariage homosexuel. Donc contre nature ! Un comble smiley


    • Bois-Guisbert (---.---.166.75) 2 mars 2007 17:36

      ...essayez déjà de dépasser ces préjugés et clivages que vous critiquez si bien..., me conseille katz...

      Quels préjugés et clivages, mon bon ami ?

      Si vous avez des arguments contre ce que je dis, c’est le moment de les produire, exemples à l’appui. Parce que ce genre de remarques passe-partout, n’apportent rien à personne et, surtout pas, la démonstration que je me trompe.

      P.S. - J’ai déjà remarqué que, dans ces forums, la règle veut que quelqu’un qui dit quelque chose s’éloignant de l’ovinement correct, soit contesté sur sa personne et non sur ses propos. Votre consternant commentaire ne me prend donc pas au dépourvu.


    • (---.---.163.48) 2 mars 2007 22:25

      1. préjugé :
      pour le retour de la femme au foyer, qui est sa seule place réellement favorable à la préservation de l’environnement
      Je ne conteste pas le fait que de repriser ses chaussettes, cultiver son jardin et garder ses enfants à la maison soit écologique, je suis d’ailleurs le premier à le faire. Mais ainsi que je vous le prouve, un homme peut très bien s’occuper de ce genre de choses...
      J’interprète peut être vos paroles un peu vite, mais avouez que l’exemple est plutôt tendancieux...

      2. clivage :
      Pour l’heure, ils [les écologistes] ne sont, je le répète, que des subversifs adeptes du mariage homosexuel. Donc contre nature ! Un comble
      Je crois que l’exemple parle de lui même

      à bon entendeur


    • Bois-Guisbert (---.---.166.75) 3 mars 2007 00:07

      Mais ainsi que je vous le prouve, un homme peut très bien s’occuper de ce genre de choses...

      Bien sûr, bien sûr... Le problème, c’est qu’il y a des études très approfondies et très sérieuses, qui ont démontré irréfutablement, que c’est la femme qui a besoin de deux ans, et si possible davantage, pour concevoir un enfant et assurer l’alimentation garantissant le plus diététique des départs possibles dans l’existence...

      De ce fait, elle a davantage vocation à rester à la maison que son mari, qui ne « souffre » pas du même « handicap »...

      Pour l’heure, ils [les écologistes] ne sont, je le répète, que des subversifs adeptes du mariage homosexuel. Donc contre nature ! Un comble Je crois que l’exemple parle de lui même...

      Si pour vous, c’est un exemple, pour moi, c’était un gag. Et, à moins que vous ne considériez l’homosexualité comme une infirmité, ne me dites pas qu’on ne rigole pas avec ça...


    • Yves (---.---.95.151) 3 mars 2007 00:58

      Ah , ah ,

      Les talibans et les mormons commencent à faire des émules en FRANCE ...
      - La femme doit rester à la maison , assurer le repos du mollah ou du pasteur ... , enfanter , élever les héritiers ... , faire la bouffe , le ménage etc......

      - s’agissant des immigrés ... , peut être que si les occidentaux arrêtaient de véroler les pays concernés par des politiques débiles et prédatrices servant leurs intérêts commerciaux et financiers ... , de concert avec des gouvernements et administrations corrompus ... ,
      - ces malheureux pourraient rester chez eux , subvenir à leurs besoins et vivre comme ils le souhaitent ...

      Mieux vaut lire ces conneries que d’être aveugle ... !!!


    • PierreMF 3 mars 2007 02:11

      Justement je pense qu’il est judicieux de bien distinguer la politisation de l’écologie de la préservation par chacun de l’environnement.

      La politisation de l’écologie, en ce moment, conduit à des scores incroyablement bas dans les sondages pour les partis écologistes, ou a des déclarations irresponsables de certaines candidates. J’emploie délibérémment le féminin, décidément les femmes ne gardent plus les gosses à la maison smiley

      Déclarations irresponsables envers l’environnement, surfant sur l’idée démagogique : « je ne veux pas de centrale près de chez moi, je ne veux pas assumer les dégats sur l’environnement que je provoque en faisant partie d’une société qui se modernise, ce sont les autres qui doivent faire ça ».

      Car oui, la société se modernise. Les femmes travaillent de plus en plus par exemple. Les voitures parcourent de plus en plus de kilomètres. C’est une évolution.

      La question est bien « comment peut-on faire pour que le progrès ne détruise pas l’environnement ? »

      La réponse n’est pas, je pense « interdisons le progrès et retournons en arrière ». Même si tout le monde doit renoncer à certains éléments de confort pour dépenser moins d’énergie.

      Bien sûr il est plus écologique de repriser ses chaussettes que d’en acheter d’autres. Surtout qu’elles viennent sans doute de Chine, et qu’il a fallu du pétrole pour les fabriquer, pour la matière première si c’est synthétique, et pour le transport jusqu’au centre commercial. En plus ce sont les femmes qui achètent le plus de fringues, c’est une évidence smiley

      Il n’est pas question d’interdire l’évolution, le progrès. Mais plutôt de le maîtriser, et notamment de maîtriser son impact sur l’environnement. Avec des petits changements dans le quotidien. Et des gros aussi sans doute. Chacun doit s’y mettre. C’est loin d’être le cas.


    • Bois-Guisbert (---.---.36.214) 3 mars 2007 15:08

      Déjà à court d’arguments ?

      Ca n’a pas traîné... smiley


    • maka (---.---.63.240) 3 mars 2007 16:46

      il a raison le « bois » c est vraiment contre nature.


    • Yves (---.---.95.151) 3 mars 2007 19:33

      @ Docteur GUISBERT =

      J’ai un principe : chacun vit sa vie comme il l’entend , du moment qu’il ne fait pas chier autrui ...
      - Si tu veux séquestrer ta rombière ... , soit elle est d’accord ... et tout se passe bien ... ,
      - soit tu l’emmerdes avec tes diktats ... , et elle calte pour mener la vie qui lui plait et qu’elle aura choisie ... , ce qui ne l’empêchera pas d’être aussi capable que toi de faire gaffe à l’environnement ......

      @ Maka =

      Qu’est ce qui est contre nature ... ???
      - Rejoindre le petit train de l’Humanité ... ???
      - Pourtant , Docteur GUISBERT a déclaré que l’écologie va de pair avec la limitation du nombre d’individus ...
      - Alors , faudrait vous mettre d’accord ...
      - Souvenez vous de ce que COLUCHE disait s’agissant de la démographie des chinois ... : « ... il faudrait leur apprendre à s’enculer ces gens là ... »


    • Yves (---.---.95.151) 4 mars 2007 17:25

      Mais y va nous taper un infarctus le Docteur GUISBERT ... dans sa croisade contre les « taille - crayons » et les « broute - minous » ... du même sexe ......

      Alors , par respect pour l’auteur de l’article ... , j’arrête de déconner ... et de torturer les talibans et les mormons ... pour en venir au sujet ... :

      S’agissant de l’incidence du nucléaire dans la dégradation de l’environnement et , plus précisément , des programmes d’efficacité énergétique ... ( notamment de cogénération ) , le W.W.F. a pondu un rapport « Changement climatique et énergie nucléaire » ... en date d’août 2000 ...

      Le W.W.F. n’a pas attendu les ... « Trotskistes Verts » ou Nicolas HULOT ... pour mener des études scientifiques ( et non politiques ... ) sur le sujet ...http://burestop.free.fr/burestop3/climat-et-nucleaire.htm#un


    • PierreMF 4 mars 2007 23:03

      Très intéressant article du WWF. J’ignorais que le WWF s’était penché sur le sujet dès 2000. Mais pas de solution concrète en remplacement du nucléaire ? J’aimerais qu’on puisse se passer du nucléaire..

      Pour changer de sujet, et pour continuer votre discussion, pourquoi est-ce que le parti écologiste cherche à soutenir le mariage homosexuel par exemple ? Je ne vois pas le rapport avec l’environnement ! smiley


    • Bois-Guisbert (---.---.170.238) 5 mars 2007 11:03

      pourquoi est-ce que le parti écologiste cherche à soutenir le mariage homosexuel par exemple ? Je ne vois pas le rapport avec l’environnement !

      Moi, non plus, justement. Cela démontre bien que les Verts ont d’autres préoccupations et qu’ils placent avant la protection de l’environnement, puisqu’il est évident que ce genre d’aberrations*, nuit à leur influence dans l’ensemble de la population, infiniment plus qu’elle ne l’élargit chez les marginaux sexuels.

      * Vous êtes-vous déjà avisé que celui qui, en 1975, aurait annoncé le mariage homosexuel pour l’an 2000, aurait connu l’asile, la camisole, les électrochocs et les cures de neuroleptiques, prescrits par les médecins invertis eux-mêmes ? C’est cette réflexion qui m’a montré la monstruosité de la chose...


    • Yves (---.---.95.151) 5 mars 2007 18:28

      @ à l’auteur , Pierre M.F. =

      Ben moi non plus ... , mais c’est leur programme ... , je ne vais pas me prendre la tête à chercher à comprendre ...
      - sinon , s’agissant du pseudo « cycliste » ( avec ou sans selle ... ) ... , ça s’appelle de l’escroquerie ... !!!

      @ GUISBERT =

      Oui ... , une camisole ... , et hop à l’infirmerie psychiatrique de la Préfecture de police de Paris ... http://www.groupeinfoasiles.org/
      - pour y être rééduqué par les « frères poulaga » ... http://www.lexpress.fr/info/france/dossier/francsmacons/dossier.asp?ida=427346


    • Bois-Guisbert (---.---.161.92) 6 mars 2007 18:03

      pour y être rééduqué par les « frères poulaga » ...http://www.lexpress.fr/info/fr...

      Maréchal, nous r’voilà... smiley


    • katz (---.---.212.170) 2 mars 2007 14:49

      L’écologie, qui n’en est finalement qu’à ses balbutiements, commence à peine à se détacher des débats passionnels qui l’entoure ; grâce, entre autres, à des initiatives telles que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) qui visent à en analyser objectivement les enjeux.

      Cependant il aura fallu plusieurs années de militantisme et de lutte contre désinformation et lobbying pour en arriver là. Comment imaginer aujourd’hui la publication d’études quantifiant les effets du réchauffement climatique, si des associations environnementales n’avaient préparé le terrain pendant 30 ans ? Au vu de la réaction de certains gouvernements, la question à de quoi être posée.

      Alors oui, l’écologie n’est pas totalement sortie du terreau militant gauchiste qui l’a vue naître, et effectivement, certains politiciens (de tous partis) cherchent à récupérer cette idée à peu de frais (et d’effort...). Mais connaissez-vous des idées novatrices ayant fait d’emblée l’objet d’un consensus ?

      @ Bois-Guisbert Avant d’apprendre à repriser vos chaussettes, essayez déjà de dépasser ces préjugés et clivages que vous critiquez si bien...


      • laurent (---.---.105.132) 2 mars 2007 15:09

        Le nucléaire permet-il de lutter contre le réchauffement de la planète ?

        Les activités humaines produisent des gaz, comme le dioxyde de carbone (CO2), qui réchauffent peu à peu l’atmosphère et dérèglent le climat. C’est l’effet de serre. Il faut lutter contre ce réchauffement pour laisser aux générations futures une Terre habitable.

        Il est donc complètement absurde de poursuivre cet objectif... en contaminant la planète avec le nucléaire pour des centaines de milliers d’années. Pourquoi remplacer la peste par le choléra ? Nous devons effectivement lutter contre l’effet de serre... mais surtout pas avec le nucléaire !

        De plus :

        90 % de la hausse des émissions de gaz à effet de serre de l’Union Européenne est due aux transports. C’est dans ce secteur, mais aussi l’ industrie et l’agriculture, qu’il faut agir prioritairement. Construire des centrales nucléaires n’y change rien.

        il est faux de dire que le nucléaire ne produit pas de gaz à effet de serre car il faut considérer l’ensemble de l’industrie nucléaire, de l’ extraction des minerais jusqu’au démantèlement des centrales. C’est la filière éolienne qui produit le moins de gaz à effet de serre.


        • PierreMF 3 mars 2007 01:12

          La filière éolienne doit être exploitée plus et le sera, mais ne pourra jamais combler les besoins en électricité, par son irrégularité (il n’y a pas toujours la bonne quantité de vent) et par la place qu’il faut pour déployer les éoliennes. Cette filière produit au moins autant de CO2 que le nucléare (voir le lien dans l’article), ne sarait-ce que pour la fabrication de l’éolienne.

          Les déchets nucléaires sont effectivement un gros inconvénient du nucléaire. Pas par leur quantité ni leur effet sur l’environnement, mais par le fait qu’ils restent dangereux des milliers d’années et doivent être stockés sous terre par exemple.

          Mais le problème écologique de ce siècle est le réchauffement climatique et les catastrophes effroyables engendrées à court terme. A côté, le stockage des déchets nucléaire est bien peu de chose.


        • tv (---.---.25.115) 2 mars 2007 15:54

          Les arguments de cet article sont globalement cohérents sauf si on se place dans un contexte de baisse de la demande d’énergie. C’est à mon avis la seule voie possible pour s’en sortir. On sait qu’il n’y aura pas de pétrole éternellement, on sait moins que le combustible radioactif nécessaire aux centrales est aussi très limité. Par contre, du soleil il y en aura toujours (au moins pour quelques millions d’années), du vent aussi, de la pluie peut être moins, mais on peut compter quand même dessus. Donc à long terme (100, 200 ans..) il faudra bien miser la dessus (ou alors sur un mode de production d’énergie pas encore inventé). Evidemment, mettre des éoliennes, des barrages hydroélectriques, des panneaux photovoltaïques ou de production d’eau chaude pour compenser les centrales nucléaires aurait un impact énorme sur le paysage (sans compter le coût), mais la menace d’un Tchernobyl (qui je le rappelle n’impacte pas que le pays qui a fait le choix du nucléaire) me paraît suffisament dramatique pour choisir une autre voie. On aura beau dire que l’EPR est 10 fois moins dangeureux, qu’en France on prend les précautions nécessaires, je suis certain que c’est ce qu’on essaye de faire, mais personne ne sait si dans 30 ans on ne sera pas dans une situation économique telle, qu’on fera tourner les centrales avec des « bouts de ficelle » comme en ex-URSS et que les conditions de sécurité d’aujourd’hui ne seront peut être pas celles de demain ? Le nucléaire français est une réussite aujourd’hui, pour le moment rien n’a explosé, certes on a quelques déchets, mais on peut les contenir et les planquer sous le tapis et personne ne les voit. On peut être fier, car la plupart des pays produisent beaucoup plus de CO2 pour faire de l’électricité que nous. Mais pour éviter de continuer dans la voie du nucléaire et du pétrole sans dégrader notre paysage avec des champs de colza sur tout le territoire pour faire du bio carburant, des éoliennes, des barrages, etc.. il faut réduire notre besoin d’énergie, donc produire moins dans nos industries, rouler moins dans nos voitures, transporter moins dans nos camions et nos avions, etc.. Par exemple, j’ai acheté récemment des épinards « bio » venant d’amérique du sud alors que j’habite en france, des pommes « bio » venant d’Italie, je réalise la stupidité de cette situation où même les légumes arrivent dans mon assiette grâce au pétrole, alors ils ont beau être « bio » à la base ils ne le sont plus arrivés chez moi. Donc une grande partie de l’énergie est gaspillée parce qu’elle n’a pas encore le prix qu’elle devrait avoir, celle du futur proche de l’humanité.


          • PierreMF 3 mars 2007 01:24

            Le nucléaire est, je pense, un programme à « court terme » à l’échelle de l’humanité. Un moindre mal face à la demande sans cesse croissante en énergie en ce moment.

            Que chacun, à l’échelle mondiale, se rende compte qu’il peut agir demandera du temps, malheureusement. Mais il y a 30 ans on n’y pensait même pas... Continuons la prise de conscience !


          • Toins (---.---.29.157) 2 mars 2007 19:17

            Première question suite à cet article : « Voulez-vous de l’EPR près de chez vous ? » Car oui c’est bien de cela dont il s’agit, car il ne serait pas rentable de délocaliser les centrales nucléaires quand même... Il me semble qu’un plan national sur l’isolation et la consommation d’électricité en général doit passer avant les nouveaux investissements, pour que nous ayons une idée précise de la consommation.

            Pour revenir au titre de votre article, c’est effectivement une question récurrente. Il me semble pour ma part qu’au moins pour les transports et pour l’énergie, il est nécessaire d’avoir un réseau national cohérent et peu cher (pour les utilisateurs) et que seul l’Etat peut gérer ça. Et à mon avis pour l’agriculture, l’écologie au sens propre, le comportement des individus (école...) i touti quanti, il en va de même. Enfin ça n’engage que moi. Il faudrait analyser plus profondément le programme de Corinne Lepage pour voir quelles seraient les autres alternatives.


            • PierreMF 3 mars 2007 01:34

              Voulez vous une autoroute, une déchetterie, une centrale d’épuration, une ligne de TGV, une éolienne, une usine, des camps pour les gens du voyage, etc. près de chez vous ?

              Il y a deux mois, un projet de champ d’éoliennes a été abandonné parce qu’il déplaisait aux habitants et défigurait le paysage.

              Mais s’il vous plaît, arrêtons de cautionner et de trouver normal ce genre de comportement.

              Arrêtons de trouver normal qu’on dise « c’est pas moi c’est les autres qui doivent faire des efforts ». Non, ce ne sont pas les autres qui doivent supporter les conséquences du développement.

              Non ce ne sont pas les autres qui doivent moins prendre la voiture, trier les déchets.


            • Basile CLAPAS Basile CLAPAS 2 mars 2007 22:11

              Bravo à l’auteur pour cet article courageux,

              Il est temps de réagir pour notre planète, et pour ce faire il faut privilégier une approche pragmatique, et dénoncer les discours de refus du progrès qui conduisent à aggraver la situation,


              • PierreMF 3 mars 2007 02:26

                Merci pour le compliment !

                J’ajouterais juste, en cette période électorale, qu’il faut aussi dénoncer les promesses démagogiques. Egalement, je me dresse contre des candidates qui, pour des raisons qui m’échappent, posent comme postulat que l’écologie est une valeur de gauche.


              • easy_ride75 (---.---.156.120) 4 mars 2007 22:03

                C’est assez cocasse et en tout cas cela prête à sourire d’entendre un militant UMP dire qu’il faut arrêter les promesses démagogiques en période électorale... C’est vrai que Monsieur Sarkozy ne promet pas tout et son contraire : on peut prendre comme exemple la police de proximité, le CNE... Il ne suffit pas de signer un pacte écologique pour agir pour l’environnement... d’ailleurs, vous remarquerez que Monsieur Sarkozy ne parle plus (du tout ??) d’écologie depuis que Monsieur Hulot a annoncé qu’il ne se présenterait pas aux élections...la campagne de pub est terminée ?


              • PierreMF 4 mars 2007 23:22

                Encore vous Easy Rider, alias Sébastien MERIC, alias membre des verts du 20e de Paris ! Ma foi assumez vos idées, ne prenez pas un pseudonyme. Vous n’avez pas remarqué que l’adresse IP de votre ordinateur est affichée à côté de votre pseudonyme ?

                Quel rapport entre l’écologie et le CNE ? Le seul rapport c’est la politique.

                Cela répond à la question que je me posais en écrivant cet article. Est-ce que le parti des Verts (à gauche) défend vraiment l’environnement pour s’arroger l’exclusivité de l’écologie ? Ou bien est-ce seulement un moyen d’exister politiquement ?

                Eh bien j’ai ma réponse smiley

                Dire qu’une fois j’ai voté écologiste. Je ne recommencerai pas. Et à 1% d’intention de vote pour les Verts, je pense que beaucoup de monde adoptera ce comportement. Vous devriez plus parler d’écologie, d’environnement, proposer des solutions concrètes et réalistes, que de CNE, d’homosexualité, de CNE...


              • Planète (---.---.13.55) 3 mars 2007 03:04

                Cet « article » est un pauvre « copier coller » de la propagande pronucléaire imposée depuis 40 ans jusque dans les écoles primaires (où EDF fait chaque année des milliers de conférences pronucléaires). Le nucléaire est un bizness qui va nous « sauver » à grands coups d’accidents nucléaires ou de guerre atomique. Et cela, sous prétexte de « sauver » la planète et le climat. Ridicule et criminel...


                • PierreMF 3 mars 2007 12:03

                  Vous avez mal dû lire l’article, ou bien l’interpréter selon votre vision assez sectariste. Cet article n’est pas pro nucléaire. Il est plutôt contre les anti-nucléaires « primaires ». Ceux dont l’agitation du drapeau « peur du nucléaire » est un moyen de pouvoir ou de business justement. A ma connaissance, EDF ne fait pas de conférence pronucléaire dans les écoles. Quelqu’un a-t’il déjà vu une conférence de ce type ??


                • christian (---.---.3.58) 3 mars 2007 10:00

                  Je ne sais pas si l’écologie est de gauche, MAIS ce qui est sûr c’est qu’elle n’est pas de droite ! C’est exactement tout le contraire : partage équitable de la richesse produite, réflexion sur la notion de croissance(l’augmentation du même indice PIB est-elle identique, si elle représente de l’éducation, des soins hospitaliers OU la construction d’un porte avion nucléaire ?), préférence donnée au toujours mieux pour tous PLUTOT qu’au toujours plus pour une infime minorité déjà assise sur plus de la moitié de la richesse mondiale......


                  • Sébastien MERIC (---.---.156.120) 3 mars 2007 11:37

                    Si une chose est bien certaine, c’est que les comportements individuels sont plus ou moins polluants. Est-ce que pour autant l’écologie est un comportement à adopter ? C’est le langage des lobbies nucléaires en effet. Faites le tri de vos déchets nous fabriquons de l’énergie et laissez les politiques faire de la politique.

                    Non l’écologie n’est pas un comportement mais bien un problème politique, un problème du vivre ensemble (avec les générations futures)

                    L’écologie demande un effort, pas celui de revenir à la bougie comme vos lobbies veulent nous le faire croire mais simplement l’effort politique de dire la vérité sur le danger du nucléaire, sur l’impasse de cette énergie sans avenir, anti démocratique. L’effort aussi par exemple, d’éduquer les populations plutôt que de les soumettre à la publicité.

                    L’écologie c’est une manière de construire l’avenir ensemble pour que tous et toutes s’épanouissent aujourd’hui dans le respect des générations de demain.

                    Alors non l’écologie ne peux pas être de droite parce qu’elle ne croit pas que les échanges entre les êtres humains se limitent à des échanges commerciaux. Non l’écologie ne peut pas être de droite car elle sait que la richesse de l’humanité ne tient pas dans une carte bleue.

                    Sébastien


                    • PierreMF 3 mars 2007 12:12

                      Eh bien voici un discours très politique justement. Avec tous ses clichés éculés : les lobbies, la droite carte bleue... Honnêtement, ce genre de discours ne convainc que les convaincus. Vous devriez changer de discours si vous voulez que plus de Français votent pour les Verts.

                      Mais quand vous parlez de lobby nucléaire, de qui parlez-vous ? Il s’agit ici d’un collectif de scientifiques, dont trois prix nobels qui ont co-signé ce texte. D’après vous, ce collectif serait à la solde d’un soi-disant « lobby nucléaire » ?

                      Grotesque.

                      Personnellement, votre réaction me conforte dans mon idée que la préservation de l’environnement n’est pas l’affaire d’un ou deux partis politiques soi-disant « bien pensants ».


                    • Sébastien MERIC (---.---.156.120) 3 mars 2007 13:27

                      C’est pourtant et malheureusement toute l’idéologie libérale que de vouloir croire que le marché ne doit pas être entravé par quelque action politique, que le marché se suffit et suffit à expliquer les échanges entre les humains. Ce n’est pas un cliché anti-argent, ce sont les termes de cette idéologie.

                      Les scientifiques cités sont surdiplômés, preuve de leur indépendance ? Allons, j’ai du respect pour la recherche scientifique, j’ai du respect pour la recherche fondamentale. Mais être chercheur dépendant de subventions ne les rend pas moins humains et plus indépendants. Comment réagirais-je si mon gagne-pain dépendait de la construction de centrales nucléaires ? Peut être comme eux, c’est humain. Mais je maintiens : c’est une erreur stratégique et politique.

                      Extrait du site stop EPR (lien ci après) :

                      VRAI ou FAUX ?

                      1. Il est nécessaire de construire un nouveau réacteur nucléaire, l’EPR, en France

                      FAUX ! La France n’a pas besoin d’un nouveau réacteur nucléaire, elle produit déjà davantage d’électricité qu’elle n’en consomme. Plus de 16% de l’électricité sont exportés à perte à l’étranger, soit la production de dix réacteurs nucléaires.

                      2. La décision de construire l’EPR est une décision démocratique.

                      FAUX ! La décision a été prise par l’Etat et EDF sans véritable consultation des Français. Un an avant le débat public sur l’EPR, EDF avait déjà décidé la construction de l’EPR.

                      3. L’EPR est un réacteur nucléaire plus sûr que les autres

                      FAUX ! L’EPR est aussi dangereux que les réacteurs nucléaires actuels. Accident nucléaire, déchets nucléaires, rejets radioactifs, prolifération des bombes nucléaires et vulnérabilité aux attentats : il n’y a toujours pas de solution à ces risques.

                      4. L’EPR résiste au crash d’un avion de ligne.

                      FAUX ! EDF n’a pas fait la preuve que le réacteur EPR résisterait au crash d’un avion de ligne. EDF le reconnaît dans un rapport classé Confidentiel Défense rendu public par le Réseau « Sortir du nucléaire ».

                      5. L’EPR c’est bon pour l’économie et l’emploi.

                      FAUX ! L’EPR coûtera au minimum 3.3 milliards d’euros qui pourraient être utilisés pour produire autant d’électricité avec les énergies renouvelables et créer 15 fois plus d’emplois comme le démontre l’étude « Un courant alternatif pour le Grand Ouest ». En attendant, c’est le contribuable qui va régler la note si l’EPR est construit.

                      6. On peut construire l’EPR et encourager en même temps la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables

                      FAUX ! L’EPR va accaparer une grande part des investissements liés à l’énergie et tuera donc dans l’œuf toute véritable politique de sobriété énergétique et de développement massif des énergies renouvelables.

                      7. L’EPR est la solution au réchauffement climatique

                      FAUX ! L’EPR n’apporte pas d’amélioration sur le plan des émissions de CO2, principale cause du réchauffement climatique. Le nucléaire ne contribue en effet qu’à 2,5% de l’énergie finale consommée dans le monde. Un nouveau réacteur nucléaire sera donc totalement impuissant face au réchauffement climatique.

                      8. Grâce à L’EPR la France se protège de la hausse des prix du pétrole et assure son indépendance énergétique

                      FAUX ! Malgré 58 réacteurs nucléaires la France est aussi dépendante du pétrole que ses voisins européens. Un réacteur supplémentaire, l’EPR, n’apportera pas de solution à la flambée des prix du pétrole. Avec L’EPR notre dépendance énergétique s’accentuera car, comme pour tous les réacteurs nucléaires français, l’uranium qu’il utilisera sera importé à 100% de l’étranger.

                      9. Le couloir de lignes à très haute tension qui partira de l’EPR est justifié et sans danger pour les populations

                      FAUX ! Il est absurde de produire de l’électricité à 200 kilomètres de l’endroit où elle doit être consommée. Les centaines de pylônes nécessaires au transport de l’électricité défigureront le paysage. Toutes les lignes à très haute tension émettent des rayonnements électromagnétiques qui exposent les populations et les élevages alentour à des risques sanitaires graves.

                      J’ajouterais aussi ce liens qui nous explique que le nucléaire a provoqué 61 millions de morts par cancers depuis 45

                      http://www.dissident-media.org/infonucleaire/millions.html

                      Qui dois je croire ? Des gens qui dépendent, au point d’avoir fabriqué leur vie autour, de l’argent que produira l’EPR et qui nous racontaient ils y a 20 ans que le nuages de tchernobyl tournait autour de la France ?


                    • Gilles Gilles 3 mars 2007 20:01

                      Lier L’EPR aux « prolifération des bombes nucléaires » est douteux, faux. Ce n’est pas parce que c’est nucléaire que c’est guerrier..... du reste des bombes la France en a déjà plus que de raison.

                      Cela diminue la portée du reste de vos propos, aussi cohérents soient-ils


                    • PierreMF 4 mars 2007 11:53

                      Cette liste d’arguments est un vrai tissu de mensonges. De la propagande quoi !

                      Je ne parlerai que d’un seul point, les autres étant à l’avenant.

                      Par exemple, l’avion de ligne qui s’écrase sur un EPR et le détruirait, selon un « rapport secret ». Ce « rapport secret » signale que l’EPR a été étudié pour résister à l’écrasement d’un avion de chasse. « Stop le nucléaire » reprend cette phrase à l’envers et en déduit que, puisqu’un avion de ligne est plus gros qu’un avion de chasse, alors l’EPR ne résistera pas.

                      Notez bien qu’EDF est client des constructeurs d’EPR. Ce n’est pas EDF qui les construit, mais AREVA.

                      Lors de leur commande d’un EPR les finlandais ont exigé que le risque de la chute d’un avion gros porteur soit intégré dans le dimensionnement du réacteur. AREVA a pris en compte ce risque. Ainsi l’EPR sera une des seules installations civiles résistant à la chute d’un avion gros porteur.


                    • Sébastien MERIC (---.---.156.120) 5 mars 2007 22:05

                      C’est pourtant encore une affirmation sans démonstration : voici la preuve apportée par EDF soit même : http://www.stop-epr.org/spip.php?article26 (lien pour le téléchargement du document classé confidentiel défense)


                    • maka (---.---.63.240) 3 mars 2007 16:42

                      sur le nom il y a tromperie les verts ne sont pas verts il sont rouges . les veritables ecolos sont les chasseurs et surement pas ces bobos tels que voynet ,mamere,hulot,dubourd etc ... vite les elections et du balais.


                      • Gilles Gilles 3 mars 2007 19:11

                        En effet, la chasse a juste exterminée en France presque tous les prédateurs, bisons, aurochs, la plupart des cervidés. A part les sangliers et quelques chevreuils plus aucun animal de taille décente n’existe dans nos forêts.

                        Ils sont obligés de lâcher chaque année des mégatonnes de faisans et lapins d’élevage dans la nature pour pouvoir flinguer quelque chose sans trop se décarcasser.

                        Chaque année les oiseaux migrateurs reçoivent des millions de plombs à 150 par cartouche (pas la peine de viser du coup) et chaque année ils sont moins.

                        Des français paient 10,000 euros pour pouvoir flinguer lions, léopards, éléphants en Afirqie, tous en voie de disparition. Parfois même on est obligé de leur attacher le gibier pour qu’ils l’atteigne.

                        Un vrai amoureux de la nature, aime a pouvoir observer la vie sauvage sans pour autant la détruire. Donc chasseur = écolo....faut pas rigoler

                        Ce qui n’empêche pas qu’il y ait des chasseurs écolos, mais dans ce cas il évite la fréquentation des viandarts et en chasse que els expèces en sur représentation et du coup dangereuse popur l’environnement


                      • Gilles Gilles 3 mars 2007 19:01

                        Quel naïf pouvait croire que Royal ou Sarkozy pouvait vraiment proposer une solution pour réduire les émissions de gaz à effets de serre ? Royal, comme les autres, pour raison électoralistes, cherche à la fois à flatter l’électorat sensible à l’arrêt des centrales nucléaire, celui sensible aux énergies renouvelables (qui ne ne sont pas toujours les mêmes) et celui qui veut que l’on produise encore plus d’Energie le moins cher possible et en se foutant des conséquences (l’industriel, l’actionnaire, le consomateur...)

                        Sinon, vous dîtes :

                        « La production d’éléctricité d’origine nucléaire ne produit pas de gaz à effet de serre. »...en suite vous dîtes un peu !

                        L’extraction d’uruanium et son transport, entre autre, est utilisatrice de carburant fossile, donc contribue à l’effet de serre (bien moins que les autres sources d’énergie cependant). Trés, souvent ces émissions ne sont pas comptabilisées dans les statistiques car on ne considère que le processus industriel de production d’énergie..par commodité.

                        Ensuite, il y a les déchets.....qui s’ils deviennent trop nombreux, représentent un risque majeur pour les générations futures. A tel point que des équipes scientifiques planchent sur comment signaler à nos descendant dans quelques millénaires les sites d’enfouissement pour ne pas qu’ils libèrent la mort sans le savoir. Alors imaginez des milliers de sites bourrés de déchets radioactifs...

                        Puis, il y a eu Three Miles Island (USA) et Tchernobyl (URSS)....qui croira que si l’on multiplie par 2,4 ou 10 les capacités de production nucléaires, dont pas mal dans les pays en voie de développement, rien n’arrivera ? Statistiquement, si, un ou plusieurs autres accidents sont probables et le problème ce sont les conséquences dramatiques sur le long terme de ce genre d’accident

                        Alors nucléaire ou pas ? L’abandonner de suite est idiot et irréaliste pour les raisons que dit l’auteur. Pas la peine d’y penser, La France ne le fera pas. Il faut penser à s’en désengager à moyen therme en sur-subventionnant les recherches sur les énergies renoivelables qui pour l’instant sont moins dotées que celles sur les dérivés du pétrole (eh oui !)

                        Et que dit l’auteur du projet ITER ?


                        • PierreMF 4 mars 2007 12:27

                          Une petite précision : des principaux candidats, seule Ségolène Royal s’est prononcée contre l’EPR pour des raisons électoralistes. Nicolas Sarkozy a affirmé son soutien au projet EPR.

                          Pour la production de gaz à effet de serre, l’énergie nucléaire un produit un petit peu effectivement. Ne serait-ce que pour construire la centrale, et, comme vous l’indiquez, l’extraction du minerais. C’est l’énergie qui en produit le moins, même comparé à l’énergie éolienne (lien dans l’article).

                          L’énergie nucléaire a deux énormes inconvénients, comme vous le décrivez : la gestion des déchets radio-actifs, et le risque d’incident.

                          L’EPR est une amélioration de la technologie des centrales nucléaires. Ce n’est pas une révolution.

                          Il y a eu plusieurs générations de centrales nucléaires. Les toutes premières centrales (du type de Tchernobyl) fonctionnaient au graphite (le graphite était utilisé pour arrêter la fission, il absorbe les rayonnements) et au gaz (pour le refroidissement).

                          Aucune centrale de type graphite-gaz n’est en fonctionnement en France depuis plus de 30 ans. Ouf. Pas si cons chez EDF, ils ont vu depuis longtemps les risques de ce type de centrale et les ont arrêtées.

                          L’EPR est juste une adaptation des centrales nucléaires aux technologies plus modernes, avec un meilleur rendement (un peu plus d’électricité produite avec moins de combustible), et une sécurité nettement améliorée, notamment par des enceintes de confinement supplémentaires. C’est loin d’être une révolution.

                          Les problèmes du nucléaire restent les mêmes : gestion des déchets pour les générations futures, et risque d’incident.

                          Un scandale que vous dénoncez (et dont « stop le nucléaire » ne parle même pas) est que la recherche sur les énergies renouvelables est moins dotée que la recherche sur les dérivés du pétrole. C’est proprement (!) scandaleux, mais Total, BP, Shell, etc. ont beaucoup, beaucoup d’argent...

                          Des milliards d’euros vont être investis dans la recherche sur la fusion nucléaire (l’énergie des étoile, propre et durable) avec le projet international ITER. Ce projet n’est pas français, et les candidats à l’élection présidentielle n’ont pas vraiment leur mot à dire sur ce projet. Ce projet est financé par 7 pays, l’un de ces pays étant l’Europe. Il est basé en France. C’est une chance pour l’Europe. S’il est basé en France, c’est bien parce que nous sommes un pays très en pointe dans le domaine du nucléaire civil.

                          ITER est un projet de recherche, ce n’est pas une centrale. D’ici 50 ans au mieux, nos petits-enfants auront peut-être une source d’énergie propre, sans déchet, sans gaz à effet de serre, inépuisable, et suffisamment puissante pour fournir enfin une alternative au nucléaire et aux combustibles fossiles. Mais personne ne sait ce que cela donnera, ni sous quelle forme. Dans la recherche, on sait ce qu’on cherche, on ne sait pas ce qu’on trouve !

                          En attendant, on devra se contenter principalement des énergies fossiles, et du nucléaire. On pourra augmenter les énergies propres (solaire, éolien), mais ces énergies propres ne suffiront malheureusement pas à remplacer le nucléaire et le pétrole.


                          • Sébastien MERIC (---.---.156.120) 4 mars 2007 18:11

                            « En attendant, on devra se contenter principalement des énergies fossiles, et du nucléaire. On pourra augmenter les énergies propres (solaire, éolien), mais ces énergies propres ne suffiront malheureusement pas à remplacer le nucléaire et le pétrole. »

                            C’est bien là, et vous le savez si vous avez vraiment lu les rapports que le débat est faussé :
                            - La France produit trop d’électricité qu’elle revend à perte. La France n’a donc pas besoin d’électricité supplémentaire
                            - Les énergies renouvelables, malgré l’état maintenu bas de la recherche, peuvent remplacer le nucléaire français rapidement (et créer des emplois contrairement à l’EPR)
                            - Le nucléaire ne peut rien contre le réchauffement climatique parce qu’il ne peut pas se substituer aux problématiques énergétiques dans le transport.
                            - Le nucléaire représente 2% de l’énergie totale dépensée par l’humanité et, si on l’amenait demain à 100%, ses réserves en carburant s’épuiseraient quasi instantanément.

                            Vous citez les grands groupes pétroliers comme des bienfaiteurs potentiels puisqu’ils sont bien dotés financièrement (si j’ai bien compris votre propos de plus en plus confus qui mélange pétrole, droite, gauche, écologie, énergie, nucléaire, etc)

                            Doit on rappeller que Total envisage d’investir dans le nucléaire ? Doit on rappeller que ce même Total annonce qu’il est innocent dans l’accident de l’Erika ? Le sera-t-il aussi lors du prochain Tchernobyl Français arguant qu’il sous-traitait le nettoyage et la maintenance du réacteur à une société off-shore ?

                            Alors oser utiliser le nucléaire, l’énergie la plus sale ayant jamais été utilisée, produisant des déchets pour un nombre d’années inimaginable à l’échelle de nos vies, des déchets capables de détruire toute vie, comme argument écologique montre bien, en effet, que la droite a bien du mal à comprendre les vrais enjeux du siècle (je me permet puisque c’est une information publique et diffusée sur agoravox de rappeller aux lecteurs que vous êtes un militant UMP, d’où mon propos).


                          • PierreMF 4 mars 2007 20:21

                            Toujours les mêmes arguments... faux.

                            EDF importe parfois de l’électricité, parfois elle en exporte, ça dépend de la demande... La capacité de production ne peut pas toujours s’adapter à la consommation.

                            Il y a des centrales nucléaires à remplacer, et mieux vaut un EPR qu’une centrale classique : plus sûre, plus efficace.

                            Les énergies renouvelables NE PEUVENT PAS à elles seules remplacer le nucléaire. Ce n’est pas possible. Même en couvrant le territoire français d’éoliennes, ça ne suffirait pas. Et surtout, l’énergie éolienne est irrégulière, pas toujours disponible : parfois trop de vent, parfois pas assez... Idem pour le solaire. Ces énergies ne peuvent être utilisées qu’en complément d’un autre source d’énergie : fossile ou nucléaire.

                            Je ne cite pas du tout les groupes pétroliers comme bienfaiteurs potentiels, et mes propos étaient très clairs. Ne les déformez pas à votre avantage.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès