• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’économie des vases communiquants

L’économie des vases communiquants

Une espèce à protéger : la nôtre !

L'économie mondiale est un « système global » complexe dont la lisibilité est très imparfaite, et dont le pilotage est donc tout aussi imparfait. La fiscalité est le critère le plus pertinent pour définir les 200 « sous-systèmes » qui le composent. Il y a un flux d'échanges permanent de biens, de services et financiers entre ces 200 sous-systèmes, chaque sous-système (ou Etat) devant assurer un équilibre entre les entrées et les sorties, faute de quoi il y a une accumulation de dettes par le déficit du commerce et le budget de l’état. On peut appliquer à l'ensemble le principe des « vases communiquant » pour mettre en évidence ces flux d'échanges entre les Etats qui doivent trouver un équilibre. C’est une métaphore qui a le mérite de la simplicité ;

Les différences entre les Etats sont très importantes : il y a par exemple ceux qui vendent du pétrole et du gaz et importent tout le reste ; il y a ceux qui n'ont pas ou peu de pétrole et de gaz mais qui produisent des biens et des services qu'ils échangent avec les précédents et entre eux ; certains sont en déséquilibre structurel car ils ne peuvent assurer le financement de ce qu'ils importent par leurs propres exportations ; d’autres sont dans un état de pauvreté telle qu’ils ne subsistent que par des transferts (prêts non remboursés etc.). 20% des sous-systèmes (les pays du G20) assurent 80% de la production de richesse et des échanges de l’ensemble qui reposent sur la science et la technique.

Flux d'échange et production de richesse ont été contrariés au cours de l'histoire par les guerres, les aléas climatiques, les technologies inappropriées etc., destructions que le système global a pu absorber, ce qui est un marqueur fort de sa résilience. Et les échanges ont été accélérés par le développement du transport mondial (terrestre, maritime et aérien) qui a bénéficié du développement des techniques et de la réglementation comme celles de l'OMC (abaissement des droits de douane, normes etc.).

Mais il faut aujourd'hui ajouter trois contraintes supplémentaires : la démographie, la baisse inéluctable des ressources naturelles et l’accroissement des pollutions (avec comme principale conséquence les modifications climatiques), contraintes qui mettent des limites à la croissance continue depuis 200 ans, et sur le fonctionnement du « système global » nécessaire pour faire face aux besoins croissants qui résulte de l'augmentation du niveau de vie de plus de 50% de la population mondiale d’une part, et d’autre part de la croissance démographique – avec la perspective d’un doublement dans le siècle.

Les Etats veulent tous « exporter » pour pouvoir équilibrer leur commerce extérieur, c'est à dire acheter ce qui leur manque. Mais la technologie génère des effets pervers, comme par exemple dans le secteur financier avec les transactions hyper fréquences.

Toute la chaîne de valeur dépendante de la finance se développe et la vitesse de circulation des flux physiques s’accroît : c'est le zéro stock. Tout est dans les flux ! Plus cette vitesse est forte plus le secteur du transport obtient de bons retour sur investissements... qui permettent d'investir pour encore accroître le flux en volume et en vitesse. Rien ne semble pouvoir s'opposer au vaste jeu des vases communiquants entre eux, jeu en partie aveugle et hors contrôle : la question n’est plus da savoir s’il y a un pilote dans l’avion, mais où est la cabine de pilotage – et s’il y en a une !

Le diable s’est longtemps caché dans l'exploitation des ressources naturelles et l'augmentation des pollutions (avec ses effets sur le climat et l'environnement). Et le diable peut jouer un mauvais tour au génie inventif en le privant de ce dont il a besoin : de l'énergie et des ressources naturelles abondantes et peu coûteuses ; mieux encore en l'enfermant dans un environnement invivable, et-ou peu exploitable ! Le diable est en train de faire le grand schlem !

Comment éviter l'apocalypse ? Peut-on s'opposer à une détérioration de l'environnement en freinant le système pour lui permettre d'atterrir sur quelque chose d'assez soft qui respecte durablement l'environnement ? C'est l'enjeu du siècle, et ce n'est pas en triant les déchets et en recyclant les produits qu'on y arrivera. Comment limiter l’extraction des énergies fossiles à ce que la planète peut supporter ? Comment surtaxer le transport ? Comment rendre acceptable de façon globale le fonctionnement des 200 vases communiquants ?

L’objectif serait d'atteindre un nouvel équilibre suffisamment respectueux de l'environnement pour que l’espèce ne soit plus une « espèce en voie de disparition » ! Mais on peut difficilement imaginer que les hommes réussiront à relever ce défi. Résisteront-ils à la tentation de pêcher le dernier poisson ?, rien n’est moins sûr !


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Etbendidon 2 janvier 11:09

    Ah un article catastrophique chic
     smiley
    OUI 2017 c’est le début de la FIN
    Tout va s’accélérer et s’effondrer
    D’ailleurs le sol va s’effondrer, nous avons tellement creusé de galeries pour extraire les minerais, le charbon, l’or qui brille et l’or noir, le gaz etc.
    D’ailleurs un vieux bouquin l’a prédit : Les vivants regretteront de na pas être mort
    BONNE ANNEE


    • Le421 Le421 3 janvier 09:37

      @Etbendidon
      Non, pas catastrophique, réaliste !!

      En fait, la catastrophe ne se produira pas comme ça, d’un pet !!
      Ca sera progressif, assez lent, mais ça se produira, inévitablement.
      Le phénomène d’entropie a toujours amené vers le désordre tout ce qui était rangé. C’est obligatoire et éternel.
      Comment imaginer, à moins d’être idiot, que dans un monde limité physiquement, la progression de toute chose était possible ?
      Si nos champions de 100m atteignent les 9.5s, je vous tiens le pari sans grands risques que jamais un homme normal ne fera le temps de 5s par exemple pour le même parcours.
      S’imaginer que la croissance et la démographie seront en constante progression, c’est juste croire que ces 5 secondes seront possibles...
      Alors, plutôt que de se boucher les yeux et les oreilles, pourquoi ne pas prendre le problème par le bon côté ?
      Pourquoi se buter à continuer un système qui ne profite qu’à une minorité ?

      Et les vrais responsables, en définitive, c’est nous.
      Bien que la prise de conscience se fait de plus en plus.


    • gogoRat gogoRat 2 janvier 17:30

       à quoi servent donc toutes nos institutions et nos efforts d’instruction ; d’éducation, de partage des connaissances, si le commun des petits Français ne savent pas à quoi peuvent renvoyer, par exemple, les deux seuls mots suivants :
       - homéostasie
       - Gaïa
       
       Bien sûr l’assourdissant vacarme provoqué par le déni, silencieux, méprisant, compatissant de celles et ceux qui Eux croient savoir ... ça suffit amplement à vous remplir toute une vie, et même toute les vies, ça se voudrait même l’Essence même de La Vie, ce divertissement hautain !
       Vie remplie d’agitations, alimentées par une consommation croissante d’énergie, agitations vaines produisant donc selon la loi d"airain de l’entropie ... une M.... finale généralisée qu’il serait bien inutile de commenter ?
       
       Mais alors, pourquoi notre planète est-elle la seule que nous connaissions qui soit bleue ?
       (pas bleue comme les rêves d’enfants, mais bleue comme aucune des couleurs provenant de toutes les innombrables étoiles que nous connaissons ! )

      ____
      citations en guise d’illustration :

      • Vous avez intégré la marche de l’étoile, ô génération des laboratoires, et vous ne la connaissez plus. C’est un signe dans votre livre, mais ce n’est plus de la lumière : vous en savez moins qu’un petit enfant !

        _____

      • « J’interdis aux marchands de vanter trop leurs marchandises. Car ils se font vite pédagogues et t’enseignent comme but ce qui n’est par essence qu’un moyen, et te trompant ainsi sur la route à suivre les voilà bientôt qui te dégradent, car si leur musique est vulgaire ils te fabriquent pour te la vendre une âme vulgaire. Or, s’il est bon que les objets soient fondés pour servir les hommes, il serait monstrueux que les hommes fussent fondés pour servir de poubelles aux objets. »

      Antoine de Saint-Exupéry, Citadelle


      • Le421 Le421 3 janvier 09:55

        @gogoRat
        Or, s’il est bon que les objets soient fondés pour servir les hommes, il serait monstrueux que les hommes fussent fondés pour servir de poubelles aux objets.

        J’explique à mes élèves en informatique vulgarisée que, dans tous les cas de figure, avec un ordinateur, c’est l’homme qui a le dernier mot.
        Ordinateur veut dire appareil qui ordonne, qui range, pas qui donne des ordres !!


      • Raoul-Henri Raoul-Henri 3 janvier 06:02

        Deux cents souverains pour sept milliards d’humains. Rien qui vous choque ?


        • Le421 Le421 3 janvier 09:38

          @Raoul-Henri
          Si seulement ils agissaient tous pour le bien de leurs compatriotes, je suis preneur.
          Ca ne me gène pas.
          Mais voilà !!

          Les intérêts de peu sont servis au détriment des autres...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès