Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’éducation était bien à la conférence environnementale

L’éducation était bien à la conférence environnementale

L'éducation à l'environnement qui à toute les peines du monde à émerger dans ce monde lourd de ces immobilismes à peut-être bien senti le vent de l'histoire lors de la conférence environnementale. Dans la bouche du Président de la République le vendredi, dans celle du Premier Ministre le samedi, dans celle de très nombreux participants les deux jours, elle était là, tous semble la vouloir...il n'y a plus qu'a...

 « Pour protéger il faut aimer, pour aimer il faut connaître » cette phrase fondatrice de l’éducation nature, toutes les hautes autorités de la Nation, dont le Premier Ministre, l’ont entendue de la bouche de Gilles Bœuf, rapporteur du groupe « biodiversité ». L’éducation à l’environnement a eu sa place les 14 et 15 septembre 2012 à Paris.

Un rendez-vous annuel

Me voilà dans le TGV, j’arrive du Palais d’Iéna où s’est déroulée la conférence environnementale. Je devrais dire « la première » conférence environnementale puisque c’est maintenant un rendez-vous annuel pour cette gouvernance de la « transition écologique » à 5 collèges plus les parlementaires. 300 participants, beaucoup de visages connus, une ambiance agréable, je n’ai pas perçu de tensions particulières sachant que je ne participais pas aux ateliers. Pour plusieurs d’entre nous, avec les journées nationales de l’EEDD de 2010 et 2011, c’était notre troisième fois de CESE, on est chez nous.

« Cela commence par l’éducation à l’environnement »

Le plus important pour les acteurs de l’éducation à l’environnement, c’est sans doute cette déclaration de François Hollande vendredi 14 septembre, il venait de parler de la « transition énergétique », il dit alors : « Mais il est un autre enjeu décisif pour notre planète et pour notre pays : c’est la biodiversité. Elle est notre bien commun. Chacun d’entre nous doit en être convaincu. Cela commence par l’éducation à l’environnement qui sera mieux intégrée dans les programmes scolaires. Ce sera donc le message de la France lors de la prochaine conférence des Nations Unies qui se tiendra sur ce thème en Inde, au mois d’octobre. C’est aussi le fondement de notre stratégie nationale de la biodiversité… »

« Il n’y a rien à craindre de la transparence »

Voilà, en matière de biodiversité les premiers mots sont pour « l’éducation à l’environnement » nous le savons tous c’est là que ça se joue. C’est un signe très positif. Mais je retiendrais aussi d’autres passages du discours de Président de la République : … « La question se résume ainsi : serons-nous solidaires des générations à venir ou trop cupides ou avides pour laisser à nos enfants un fardeau que nous aurons encore alourdi du poids de nos égoïsmes. »… « Taxer moins sur le travail et plus sur les pollutions ou les atteintes à la nature. Inciter aux bonnes consommations, dissuader les mauvaises… »… « Cette conférence environnementale comme le débat sur la transition énergétique qui la prolongera doivent être des moments privilégiés de démocratie, de vérité et de responsabilité. Il n’y a rien à craindre de la transparence, de l’information et de la confrontation des points de vue. »…

Nécessité de renforcer l’éducation à l’environnement

A la surprise de beaucoup de gens, on m’en parlera 5 ou 6 fois, l’Education nationale n’était pas là, il y avait 14 ministres pourtant. Ceci a même créé un peu d’émotion. Allain Bougrain Dubourg, le président de la LPO, a dit au Président de la République la veille de la conférence qu’il fait de la jeunesse sa priorité or il y a un absent pathétique à la conférence environnementale, l’Education Nationale ! Allain pense qu’en 2013, ils seront convoqués « manu militari ». Il y en a une nouvelle couche sur le même sujet dans « Le Monde » des16 et 17 septembre : « Les participants se sont également accordés sur la nécessité de renforcer l’éducation à l’environnement dont le niveau a été jugé « pathétique » par Allain Bougrain Dubourg ». Rappelons au passage que ça fait 5 ou 6 ans qu’il n’y a plus d’interlocuteur sur les classes vertes au MEN. Un détail parmi d’autres ! 

Je veux mobiliser les Français 

Samedi 15 septembre c’est le Premier Ministre qui est venu conclure. En sa présence les rapporteurs des ateliers ont démarré l’après-midi. Plusieurs aspects nous intéressant sont apparus : le besoin de « formation des citoyens pour qu’un débat soit constructif », « développer les sciences participatives », « formation pour adultes », « adapter l’Education à l’environnement aux contextes locaux »… Le PM dit qu’ « une feuille de route, fruit de vos travaux, sera publiée au début de la semaine prochaine… Chaque politique publique doit en effet prendre en compte l’exigence environnementale ». Il ajoute : « Je veux mobiliser les Français autour de l’objectif de la sobriété énergétique. Je demande donc au ministre de l’Education nationale de renforcer la sensibilisation des élèves aux enjeux du développement durable ». A propos de la prévention des risques sanitaires environnementaux, il parle de l’accès à l’information : « je tiens à ce que l’information du public soit centralisée et accessible ».

Je veux m’appuyer sur cette intelligence locale 

Les territoires ont leur place dans les propos, même si j’ai trouvé cette place plus petite que ce que j’attendais. JMA dit : « Les territoires ne nous ont pas attendus et de nombreux projets ont vu le jour. Des appels à projet seront donc lancés pour les repérer et les soutenir financièrement. Je veux m’appuyer sur cette intelligence locale ». A propos de la création du « conseil de la transition écologique » qui va remplacer le CNDDGE, il dit qu’il : « se déclinera dans les territoires, sous l’égide des collectivités territoriales ». Il faudra que les acteurs de l’EEDD y soient représentés.

« Transition, sobriété »

Il y a des mots que nous avons beaucoup entendu comme le mot « transition » employé au moins 7 fois par le Président de la République et 12 fois par le Premier Ministre. D’ici là à dire qu’avant peu on soit un certain nombre à faire de l’éducation en vue de la transition, il n’y a pas loin. D’autres mots se font remarquer comme « sobriété ». FH dira : « la transition écologique c’est la sobriété » et JMA parlera de cette : « société de la sobriété que nous voulons promouvoir »… ha à l’horizon là bas, aperçue par nos plus grands dirigeants, la fin du gâchis enfin !

Le CFEEDD a bien travaillé

Francis Thubé de l’IFREE, Antoine Dulin des Scouts et Guide de France, Hélène Guinot de la Ligue de l’enseignement, Florence Macon des Francas, il y avait plusieurs fidèles des travaux du CFEEDD coordonnés pour la circonstance par le CNAJEP qui avait 5 sièges dans les ateliers. Toujours pas de siège hélas dans les ateliers pour le CFEEDD qui coordonne pourtant les assises nationales de l’EEDD, ni pour le Réseau Ecole et Nature réseau historique de l’EEDD en France avec les GRAINE et tous les réseaux territoriaux de l’éducation à l’environnement. Avec mon invitation qui venait de l’Elysée je n’avais accès qu’aux plénières. Le CFEEDD a bien travaillé l’Espace National de Concertation a été mis en avant, ainsi que les assises, les nécessités de doter chaque action publique pour l’environnement d’un volet éducatif…En plus de ce versant « éducation populaire » d’autres membres du versant « environnement » du CFEEDD étaient là comme FNE, LPO, WWF, Fédération des Parcs Régionaux de France, Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, ils manquent rarement d’évoquer eux aussi l’importance de développer l’éducation à l’environnement. 

Conférence sur la biodiversité d’Hyderabad en Inde 17-18 octobre

Delphine Batho m’a dit son intérêt pour l’EE, elle souhaite qu’on avance là dessus, pas impossible que le CFEEDD ait sa place dans les ateliers la prochaine fois. Possible que la Ministre souhaite aborder le sujet de l’éducation à l’environnement à la conférence sur la biodiversité d’Hyderabad en Inde 17-18 octobre, bon point pour le développement de l’EEDD. En plus des 14 ministres en exercices, nous avons vu beaucoup de visages connus : José Bové, Brice Lalonde, Arnaud Montebourg, Yann Artus Bertrand, Corinne Lepage (je lui ai parlé EE), Edith Arnoult-Brill, Brice Lalonde, Michelle Rivasi (je lui ai parlé des la journée européenne de l’EEDD du 4 mars 2013 et des assises)…

Pendant qu’on parlait dans le palais, dehors il y avait des manifestants qui exprimaient leur opposition à l’aéroport de Notre Dames des Landes. Et par conséquent le lot de CRS qui va avec. Evidement ça ne fait pas plaisir. Là les tensions sont fortes. Il faudra encore beaucoup de discussions, elle ne sera pas facile la « transition »

Multilogue

Toute fois après beaucoup de doutes, avec ces deux jours un certain optimisme est clairement revenu, un esprit constructif devrait continuer dans cette élaboration collective qui va demander beaucoup d’écoute à tout le monde. L’annonce de 10% de plus pour les subventions des associations environnementales est très encourageante. Continuons dans le dialogue ou mieux le multilogue de toute façon il n’y a pas d’autres sorties, c’est la seule, se reconnaître, s’écouter et ensemble chercher les bons équilibres.

A suivre

RG


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • yvan deska yvan deska 18 septembre 2012 10:17

    Roland Gérard nous introduit dans les sphères décisionnelles nationales. Merci à lui de nous faire partager cette immersion instructive qui aide à mieux « visualiser » les rouages de notre démocratie. Ca donne envie de s’engager au niveau local dans le conseil municipal, dans une asso, assister aux commissions...Ca commence par ça ! et on est si peu nombreux à exercer ce droit.
    On voit comment ça marche...On voit par exemple que l’éducation nationale qui ne daigne pas assister aux débats sur l’environnement révèle un désintéressement sur le sujet. C’est grave ! Dans les écoles pourtant, j’ai l’impression du contraire ! Les profs s’engagent. Ils s’efforcent de faire évoluer les mentalités des jeunes vis à vis de la nature. Je le vois,je l’entends, ici dans ma ville et dans la région.
    Les représentants du ministère donc, seuls seraient coupables d’irresponsabilité du fait de leur absence des débats...Oui, irresponsabilité ! Ne pas tout faire dès aujourd’hui pour intervenir est une faute impardonnable pour de soi-disant « représentants » du peuple. Le peuple veut respirer de l’air pur et boire de l’eau non contaminée, manger sain, et offrir à ses enfantsun cadre de vie agréable et naturel.
    Ne pas tout faire pour intervenir dans les écoles afin de vraiment et profondément inculquer des valeurs aux jeunes afin qu’ils ne se comportent pas comme nous, les adultes, est une provocation du ministère qui en outre, ne représente aucunement l’opinion et le positionnement de leurs fonctionnaires de terrain qu’il emploie. Je suis attristé de cette situation révélée par M.Gérard. Voilà pourquoi des personnes comme lui, par son témoignage sincère, impartial et juste, sont indispensables dans la démocratie et aident à mieux la comprendre.
    Il est cependant navrant de voir combien de réponses des posts provocateurs et racoleurs recueillent sur agora Vox, alors que les posts tels que celui de M.Gérard ne suscitent que peu de réactions. A quoi donc s’intéressent les gens ? Que recherchent-ils sur Internet ? L’occasion de délester du stress et de l’acrimonie de manière anonyme ?...Le support idéal à exprimer leur fiel ? Où est la constructivité et le débat ici ? Je ne le vois pas...Pourtant, ce n’est pas la matière qui manque...
    Par exemple, moi, je ne suis pas favorable à une éducation vers un développement durable. je crois que le développement actuel, est nocif et s’il dure, il sera durablement nocif, pour l’Homme et la nature...
    Je crois qu’il faut chercher ailleurs, dans d’autres cultures, d’autres civilisations, étudier, regarder, faire des recherches et comparer. Notre civilisation n’est pas durable. D’autres sont pérennes, qui si elles n’étaient pas menacées par notre développement, pourraient perdurer. On pourrait s’en inspirer,non ?
    Le développement est le moteur de sa non durabilité puisqu’il est basé sur une exploitation des ressources naturelles non renouvelables. et ce pour assouvir des besoins d’artifice et de gadgets...
    Ce n’est pas en rendant durable un tel fonctionnement que la planète et les peuples qui y vivent vont aller mieux. Non ! Surement pas ! Mais disons que c’est peut-être une transition du moins pire, en attendant d’inventer autre chose...
    Aux enfants, la priorité est de leur transmettre une sensibilité profonde et sincère pour la nature sauvage. Et c’est aux ADULTES qu’ils faut demander de changer leurs habitudes et le faire MAINTENANT...L’éducation, c’est trop long ! Les adultes, les familles, les entreprises devraient déjà avoir obliqué si possible par acquis de conscience,ou alors, à défaut,par coercition...On n’a ni le temps ni le droit d’attendre une génération. Ce ne va pas assez vite à la maison.
    Car, alors qu’on aura peut-être réussi à faire aimer la nature aux enfants, après tant d’efforts de la part des profs, leur donner envie de la préserver et la conserver comme source d’émerveillement, il sera trop tard ; : il n’y aura plus de nature ! et déjà, elle disparait chaque jour, sous les coulées de béton pour faire des parking, des routes, des supermarchés...Qu’est-il plus important ?
    L’éducation, dans ces circonstances, devrait concerner en priorité les adultes ! Les enfants sont bienveillants envers la nature. Ils y jouent avec plaisir. Nous, nous la détruisons...Je crois vain et hypocrite de miser sur une éducation pour se donner bonne conscience alors qu’en même temps on veut développer le territoire pour créer de l’emploi ou des services supplémentaires. Il n’y a pas de cohérence et la croissance verte est une illusion. Car cela reste une manière de pérenniser notre système économique qui reste nocif...Faire aimer la nature est une priorité. Préserver des espaces naturels est quasi impossible, vu qu’il n’y aura bientôt plus d’espaces naturels...Que ferait Hollande pour empêcher le développement d’une zone d’activité génératrice d’emplois, dont le projet nécessite de défricher 5000 hectares de forêt ? Les enfants des écoles locales apprendront qu’il faut aimer la nature et trier ses déchets ? Les parents d’élèves se mobiliseront pour accélérer l’obtention du permis de construire !...Un supermarché de plus c’est plus utile que des arbres ! et ça crée de l’emploi. Avec de l’emploi, on a des sous, avec des sous on va au supermarché ! Si nous en reste on enverra les mômes en colo dans un parc naturel...Ils risquent de s’ennuyer ?


    • Roland Gérard Roland Gérard 18 septembre 2012 10:40

      Oui, souvent il m’arrive de dire, il y a deux Éducation nationales, celle des profs avec lesquels dans l’échange, on fait des projets passionnants, pour nous et les enfants et souvent à la force du poignet et celle des bureaux de la rue de Grenelle, là haut qui jamais n’entre en dialogue avec nous !
      Pas d’environnement à la refondation de l’école, pas de ministre de l’éducation à la conférence environnementale : très cohérent en fait !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès