Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’énergie solaire chez soi

L’énergie solaire chez soi

Habitués d’eco-echos, vous n’êtes peut-être pas au courant : je réalise depuis quelques mois les chroniques « planète » de l’émission de Stéphane Bern « Comment ça va bien ? », une quotidienne de l’après-midi sur France 2. Il est temps que je vous en informe quand même ;) !
Pour ceux qui ont vu les chroniques sur France 2 et viennent en savoir davantage ici, bienvenue sur eco-echos, mon blog que j’ai commencé en 2005.
L’idée de mes chroniques de « Comment ça va bien ? » est de partager mes pratiques d’écolo au quotidien et de répondre à des questions pratiques. Je vais désormais les prolonger sur ce blog, plus adapté pour les compléter sur le fond. Je reprendrai aussi peut-être certaines chroniques passées, qui sont toujours visibles sur le site de l’émission. Mais commençons déjà par les plus récentes. Hier, je parlais de l’énergie solaire au quotidien.Au programme ici : les panneaux solaires, les aides de l’état, le potentiel des économies d’énergie, et l’emploi ! :)

Il y a un mois, la très sérieuse Agence Internationale de l’Energie (AIE), a déclaré que l’énergie solaire pourrait produire 22% de l’électricité mondiale en 2050.*

Alors j’ai fait une petite chronique sur ce qui pouvait déjà être disponible en solaire et intégrable tout de suite dans la maison : lampes, surtout de jardin, chargeurs d’appareils tels les téléphones ou les appareils photo, sous forme indépendante ou intégrée à des sacs, radios.... Car un tas de brillants cerveaux s’ingénient à fabriquer des objets qui ont pour seule source d’énergie, ce bon vieux soleil. Les objets commencent à être nombreux, même s’il faut l’avouer le design n’est pas toujours au rendez-vous. Mais ce n’est qu’une question de temps. Les prix commencent aussi à baisser.

L’énergie solaire photovoltaïque a un avantage incomparable : elle produit de l’électricité là où elle se trouve. C’est un bond en avant pour fournir l’électricité dans les sites isolés et notamment dans les pays pauvres (20 % de la population mondiale ne disposent toujours pas d’électricité) sans avoir à fournir les investissements d’infrastructures liés au transport de l’énergie. Et même dans nos villes, cela pourrait produire des applications assez sympathiques, comme ces lampadaires-arbres solaires** :

Et les panneaux solaires pour chez soi ?

Il existe deux grands types de panneaux solaires : ceux qui produisent de l’électricité, les photovoltaïque (comme les objets qui précèdent) et ceux qui produisent de la chaleur.

Les panneaux photovoltaïques transforment l’énergie du soleil en impulsion électrique qui alimente directement votre habitat si vous êtes en site isolé loin du réseau électrique. Sinon, il se raccorde au réseau général. En fait vous revendez l’électricité produite et vous vous alimentez sur le réseau général. D’un point de vue de consommateur, l’électricité que vous revendez est plus chère que celle que vous achetez. D’un point de vue d’écocitoyen, cela permet d’augmenter la part d’énergie renouvelable dans le réseau de distribution électrique.

Pour produire l’électricité d’une famille de quatre personnes avec des cellules photovoltaïques. il faut 30 m2 de panneaux solaires.

L’investissement est coûteux : 1000 € par m2. Pour favoriser les installations, le gouvernement offre de nombreuses aides pour les particuliers : Réduction sur la TVA, et surtout le crédit d’impôt, prenant en charge 50 % de l’investissement. Le crédit est plafonné à 16.000€ pour un couple. Ce montant est majoré de 400 € par personne à charge. Si vous êtes intéressés, renseignez vous aussi auprès de votre région, car certaines régions apportent des aides supplémentaires.

Le retour d’investissement se fait donc théoriquement en une dizaine d’année.

Beaucoup moins cher, le panneau solaire thermique, il ne produit pas d’électricité mais est très utilisé pour approvisionner une maison en eau chaude.


Sa surface noire concentre la chaleur du soleil. L’énergie récupérée est absorbée par un fluide caloporteur (qui transporte la chaleur) qui circule dans des canalisations jusqu’au ballon d’eau chaude où il restitue la chaleur. Le ballon peut ainsi stocker l’eau chaude produite, il n’est pas nécessaire de tout consommer pendant les heures d’ensoleillement. Cela couvre environ 50 % à 70 %des besoins d’eau chaude, ce qui permet déjà beaucoup d’économie.

Son prix oscille entre 1000 et 1300 euros avec le ballon pour couvrir les besoins d’une famille de 4 personnes. Comme pour le photovoltaïque, les crédits d’impôts et la baisse de TVA fonctionnent si vous faites installer par un artisan agréé. Certaines régions apportent là aussi des aides complémentaires.

Demain, mes rideaux et mon papier peint solaire ?

Mais ces panneaux ne sont rien en comparaison avec ce qui nous attend demain ! Car le secteur des énergies solaires est un des plus créatif aujourd’hui en recherche et développement. Les cellules solaires se font de plus en plus souples et fines. Aujourd’hui, certaines sont d’ores et déjà mi organiques mi minérales et permettent d’ouvrir de nouveaux champs techniques. Rideaux, baies vitrées, peintures, papiers peints... la production d’énergie solaire pourrait intégrer de nombreux matériaux. Néanmoins, on leur trouvera peut-être d’autres inconvénients, notamment parce que certaines de ces matières font intervenir les nanotechnologies et ce qui dépolluera d’un côté, risque de polluer de l’autre !

Penser économie !

Mais après tout, l’énergie la moins chère et la moins polluante n’est-elle pas celle que l’on ne consomme pas ? !

La règle dès que l’on parle d’énergies renouvelables, c’est d’abord de penser économies d’énergie. Ainsi, si vous décidez de vous équiper en panneaux solaires, cela ne servira pas à grand chose si vous avez toujours votre très vieux frigo ultra-consommateur d’énergie ou la machine à laver que votre maman a eu jeune fille qui lave avec tant d’eau qu’il faut des quantités énormes d’électricité pour la chauffer. Ainsi, moins vous aurez d’appareils dévoreurs d’énergie, moins vous aurez besoin de panneaux solaires et plus votre équipement sera rentable. Il faut s’équiper en électroménager de classe énergétique A.

image : le blog écolo de Spirou

50% d’énergie gaspillée au niveau mondial

Certains experts estiment qu’aujourd’hui au niveau mondial, le gaspillage énergétique est de l’ordre de... 50 % ! Cela veut dire qu’avec des améliorations technologiques et structurelles, le même confort est atteignable avec moitié moins d’énergie. Ainsi, le seul fait aujourd’hui que notre production d’électricité soit très centralisée au niveau de quelques "centrales électriques" (pour 78% nucléaires en France) entraîne la perte de 20 % d’électricité dans son seul transport. Le plus gros potentiel énergétique aujourd’hui est ainsi d’aller à la chasse au gaspillage et de traquer l’énergie perdue partout. L’Union Européenne l’a d’ailleurs mis dans son agenda car le "paquet climat énergie" a pour objectif : 20% d’économie d’énergie, 20 % d’énergie renouvelable et 20 % de diminution de gaz à effet de serre.

Ce concept de l’énergie non consommée est passionnant. C’est celui des negawatt. Si vous souhaitez en savoir davantage, 350 professionnels de l’énergie se sont rassemblés en une association, l’association Negawatt qui informe, forme et recherche.



Des emplois... quand on fait le choix d’investir

Les énergies renouvelables sont de très grands secteurs d’emplois, en recherche, en fabrication (ce sont des industries lourdes, comme l’éolien par exemple), et en utilisation. Plus les énergies sont décentralisées, plus elles favorisent l’emploi. Car elles vont aussi avec une économie de service d’emplois non délocalisables. L’Allemagne, l’un des pays pionniers en la matière a créé ainsi plus de 500 000 emplois en développant ce secteur (pour télécharger l’étude (pdf en allemand : ici
, pour lire un résumé (en français !) : ici). Elle continue d’investir. La Chine et les Etats-Unis sont aujourd’hui aussi dans le peloton des investisseurs.
 
Malheureusement, la France est-elle bien en retard. Malgré son immense potentiel (2nd potentiel éolien d’Europe par exemple), elle n’investit pas dans la fabrication et la plupart des panneaux solaires et éoliennes présentes en France et subventionnées pour l’installation.... sont importées.

Notes
*Pour la petite histoire, l’AIE a mis du temps à accepter que le pic de la production de pétrole était pour bientôt (dans la décennie qui vient s’il ne s’est pas déjà produit). cela fait pourtant des années que les experts indépendants -le plus souvent des retraités des grandes compagnies pétrolières (regroupés au sein de l’association de l’ASPO) alertent sur ce "peak oil", où la production décrochera de la consommation : le pétrole devienra alors de plus en plus cher. Depuis trois ans environ, l’AIE enjoint les d’Etats à diversifier leurs ressources énergétiques et notamment à investir dans les énergies renouvelables. Quand l’AIE déclare cela, c’est que la situation devient sérieuse....
** source image et infos complémentaires :bvp ecotec 3000

Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 14 juin 2010 14:51

    "Malheureusement, la France est-elle bien en retard. Malgré son immense potentiel (2nd potentiel éolien d’Europe par exemple), elle n’investit pas dans la fabrication et la plupart des panneaux solaires et éoliennes présentes en France et subventionnées pour l’installation.... sont importées."

    Il serait intéressant d’enquêter sur les raisons de ce retard.

    Je parie que le lobby nucléaire n’y est pas pour rien et donc, que l’enquête, si elle est faite, ne paraitra pas sur France Télévision.


    • krolik krolik 14 juin 2010 15:14

      J’attends que le rendement des panneaux PV soit suffisant pour en installer dans ma cave.
      Eclairer les panneaux solaires avec des lampes électriques fonctionnant sur le réseau, et produire de l’énergie PV vendable à un bon tarif.. et surtout jour et nuit.
      Enfin gagner de l’argent tranquillement... C’est à la limite du possible maintenant.
      @+


      • gimo 15 juin 2010 07:44

        Il faut s’équiper en électroménager de classe énergétique A.

        faux c’est très insignifiant rapport prix et économie *

        le pb des sociétés qui marche sur la tête et incompétence généralisées
        ou seule les apparences sont de mises
        c’est travailler + pour gagner + et faire n’importe quoi pour avoir un emploi 
         et gagner sa vie et faire + de profit ( voir EDF pousser au chauffage électrique
        là est le drame seul un gros imbécile peut dire ça !!
        au lieu et place de !!
         travailler mieux
        consommer mieux
        vivre mieux 
        penser mieux et être moins con !! ça c’est mieux 

      • slipenfer 14 juin 2010 15:33

        @ Krolik
        trempe toi la zigounette dans du tritium avec un peu de
        chance tu auras une bonne lampe de poche (kangourou) et écolo.

        La radiotoxicité du tritium est très différente suivant qu’il est absorbé sous forme gazeuse, liquide, ou organiquement fixée (OBT). Les facteurs de doses restent cependant extrêmement faibles dans tous les cas :

         * Tritium gazeux : 1,8.10-15 Sv/Bq
         * Eau tritiée : 1,8.10-11 Sv/Bq
         * OBT : 4,1.10-11 Sv/Bq

        Chez l’animal, des excès de cancers sont observés au-delà de doses d’environ 0,1-0,2 Gy (correspondant à 100-200 mSv). Sur la base de ces résultats, l’effet biologique du tritium, émetteur bêta, est considéré comme similaire à celui d’une exposition externe gamma. L’EBR (efficacité biologique relative) est égale à 1 .

        Il est considéré comme cancérigène. Le tritium fait règlementairement partie du groupe de radiotoxicité le plus faible (groupe 4). Compte tenu de sa très faible radiotoxicité, des excès de cancers ne sont attendus que pour des expositions de l’ordre du giga-becquerel. Les études épidémiologiques ne mettent pas en évidence d’excès de cancers attribuables au tritium, pour les doses habituellement rencontrées. Christian Bataille, dans son rapport sur la gestion des déchets nucléaires affirme cependant que le tritium « présente pour la santé humaine des dangers incontestables qu’il convient de ne jamais oublier. »

         @*****  smiley


        • krolik krolik 15 juin 2010 10:45

          @Slipenfer.
          Je ne vois pas le rapport entre le sujet du fil et votre message si élégant à mon égard.
          Le radiotoxicité du tritium est faible, c’est bien connu :
          55 millions de Bq absorbés sont nécessaires pour faire 1mSv alors qu’il suffit de 800 Bq de Po210 pour produite la même dose.
          L’uranium est également très peu radiotoxique, il n’empêche que les antinucs en font tout un drame. Ils en feront aussi avec le tritium.
          @+


        • Kalki Kalki 14 juin 2010 15:35

          "

          Pour produire l’électricité d’une famille de quatre personnes avec des cellules photovoltaïques. il faut 30 m2 de panneaux solaires.

          L’investissement est coûteux : 1000 € par m2"

          Bon alors : inversement et rectification : avec un investissement pour des panneaux à 1.5 euro le watt ( machine ) + plus le matériel a coté ( ne sera pas compté dans l’amortissement ).

          Pour 3Kw machine autorisé , avec des panneau de 250 watt : on arrive a 5000 euro d’investissement, amortie sur 3 a 5 ans , pour encore 15 ans ( et plus ).

          Biensur, oh, on ne passant pas forcément par des entreprises française avec le pack tout compris, a 10 000 euro minimum.


          • slipenfer 14 juin 2010 15:59

            @ L ’auteur
             merci pour vos articles sympathique.
            je vous propose la suppression des nuisibles TGV
            L’ arrêt immédiat des constructions d ’autoroutes qui sont une
            abomination (voir la liste des futur projet ICI) effrayant
            Le coût de l’A432 est estimé à 230 millions d’euro HT dont 75 millions d’euros pour le viaduc.
            L ’argent il y en a et même de trop, mais c ’est pour les industries du control total et de la
            dépendance .
            Et pour résoudre définitivement le problème supprimons l ’argent. smiley)
            Le fou se croit sage et le sage se reconnaît fou.


            • joletaxi 14 juin 2010 16:01

              Chaque semaine,il y en a un qui s’y colle avec la petite ritournelle du renouvelable.

              A quoi bon encore discuter ?
              Ce qui est navrant,c’est que cette dame y croit sans doute sincèrement,et que malgré elle, elle fait partie des idiots utiles qui sans arrêt nous bombardent des ces articles qui ne profitent finalement qu’aux petits malins qui ont compris tout l’intérêt de faire subsidier leurs bénéfices par la collectivité .
              Le nombre d’études sur le sujet est étonnant sans que cela aie la moindre influence sur nos décideurs.De là à croire qu’ils ont tous mis le doigt dans le pot à confiture...
              Dernièrement en Angletterre, l’épouse de Nick Clegg,a été prise en flagrant délit de prise d’intérêts dans une des principales compagnies éoliennes opérant en UK,un appui autrement important que ne pourrait en avoir BP pour le moment.
              En Espagne, on s’est aperçu que les fermes photovoltaïques produisaient du courant la nuit.Au passage, nul ne sait si les fermes éoliennes ne pratiquent pas la même arnaque.
              Ce qui se passe est tout simplement sidérant.
              Et toutes ces organisations écologiques ont peu ou prou été arrosées par les grandes compagnies.Si cela n’avait pas été le cas, on les aurait vu prendre fait et cause pour dénoncer l’hécatombe d’oiseaux au pied des éoliennes.
              Après tout je m’en fous.
              J’ai déjà depuis un certain temps installé un groupe électrogène en vue des coupures inéluctables si l’on persiste dans cette voie

              • foufouille foufouille 14 juin 2010 16:30

                "C’est un bond en avant pour fournir l’électricité dans les sites isolés et notamment dans les pays pauvres (20 % de la population mondiale ne disposent toujours pas d’électricité) sans avoir à fournir les investissements d’infrastructures liés au transport de l’énergie."

                vu que leur smic est a 100€ .......

                narticle de ecobobo


                • foufouille foufouille 14 juin 2010 16:31

                  « Il faut s’équiper en électroménager de classe énergétique A. »

                  il a vu les prix ?


                  • foufouille foufouille 14 juin 2010 16:35

                    "Comme pour le photovoltaïque, les crédits d’impôts et la baisse de TVA fonctionnent si vous faites installer par un artisan agréé. Certaines régions apportent là aussi des aides complémentaires."
                    precision l’instalateur DOIT faire les deux la vente aussi


                    • Lucien Denfer Lucien Denfer 14 juin 2010 20:10

                      Admettons virtuellement que l’émission de CO2 est une plaie pour l’environnement. Les processus industriels nécessaire pour la transformation du silicium vers sa forme exploitable sur des panneaux PV (ultra haute température) consomment énormément d’énergie et produisent beaucoup de CO2. Ce qui fait du photovoltaïque l’énergie renouvelable qui émet le plus de CO2 (60 grammes par Kwh). 

                      Mais ce n’est pas tout, la durée de vie des panneaux PV d’une vingtaine à une trentaine d’années est relativement limitée en regard du lourd investissement pour leur acquisition et pose un vrai problème écologique qui n’est à ce jour pas encore totalement résolu. Le recyclage consistant à refondre les matériaux (à très haute température) pour la production de nouveaux panneaux. 

                      Le problème le plus grâve concernant le photovoltaïque réside dans la difficulté de récupération du plomb, du cadmium et du tellurure de cadmium qui est très toxique si on le respire ou qu’on l’ingère (environ 19g de tellurure de cadmium par m2). 

                      En dehors de ces petits détails relatifs à la fabrication et au recyclage, l’énergie photovoltaïque est sans pollution, ni émission de gaz à effets de serre ni déchets.

                      bienvenue dans un monde meilleur...

                      • gimo 15 juin 2010 08:02

                        c’est une opportunité pour faire du fric PEU IMPORTE LE RESTE 


                        la logique !!!!la morale le gaspillage ou pillage !!!
                        une société de merde vous dis je !!!
                        c’est comme au temps des premières calculettes
                        dans les années 1967 à 1979 1989    à 600 fr soit 100 fois ou 1000% à aujourd’hui


                      • gimo 15 juin 2010 08:07

                        pardon 100 fois = 10.000 %


                      • Petitou Petitou 18 juin 2010 15:38

                        Si ça t’éclate de continuer à être l’esclave d’Areva qui enfouie ses putains de déchets nucléaires sous tes pieds pour longtemps vas-y. En plus là on voit bien que la question c’est toujours le profit, n’est-il pas possible de faire quelque chose sans rien attendre en retour si ce n’est de couper ton compteur edf ? Vas donc voir les vieux écolos avec leurs panneaux garantis 20 ans, trente ans après ils tournent toujours et ils n’envisagent pas de faire machine arrière. Enfin bon on risque pas de faire changer d’avis ceux pour qui rien n’est possible.


                      • antonio 15 juin 2010 06:50

                        « L’électricité que vous revendez est plus chère que celle que vous achetez . »
                        Et vous trouvez ça NORMAL ?
                        « Il faut s’équiper en électroménager de classe énergétique A. »
                        C’est plus cher et vous trouvez ça NORMAL ?
                        Les lampes basse consommation éclairent moins bien et coûtent dix fois plus cher que les anciennes ampoules.
                        Et vous trouvez ça NORMAL ?

                        Vous devez vivre « au pays des Bisounours » !

                        Subventionnez, subventionnez, il en restera toujours quelque chose : une bande de margoulins et de requins aux dents longues s’est engouffrée dans la brèche avec le seul souci de faire le plus de fric possible et c’est TOUT !
                        Et ça, les « écolos » ne sont pas près de le dénoncer.


                        • COVADONGA722 COVADONGA722 15 juin 2010 07:25

                          une nouvelle race de privilégiés faisant payer au vulgum pecum ses priviléges , de plus nantis de la bonne conscience verte ils vous font la leçons salauds de pauvres !


                          • bonsens 15 juin 2010 09:33

                            le photovoltaique , c’est une excelllente facon de parasiter son voisin . On accroit de quelques centimes le tarif electrique payé par chacun , afin de permettre à quelques profiteurs de « vendre » leur énergie dix fois la prix sur le réseau ( énergie dont le réseau n’a aucun besoin , car produite le jour et de plus quand il fait soleil ........ ) ;

                            un des éléments incontournables de la panoplie bobo-attitude .....


                            • COVADONGA722 COVADONGA722 15 juin 2010 12:43

                              kronfi , bonjour c est une premiere pour moi je suis d accord avec votre vision économique du marché , par le jeu tarifaire et des subvention on me fait payer a moi la bonne conscience et le confort moral de quelques nantis parasitaires .
                              Si ces individualistes tiennent absolument a cette electricité que l on s’en tienne au marché .


                            • gimo 15 juin 2010 20:51

                              je viens de commencer la construction d’un chalet en montagne ou l’elec n’existe pas...—




                              La question ne se pose même pas !!!!!

                            • yoananda 15 juin 2010 10:45

                              Franchement, j’attends beaucoup plus de la part d’une responsable éditoriale développement durable qu’un article à la petite semaine avec quelques informations glanées en 5 min sur internet dont la moitié est le propagande/pub des grandes multinationales de l’énergie.
                              Vous connaissez seulement le concept d’énergie grise ?
                              Le solaire c’est super, mais ca coûte combien d’énergie a produire, combien de temps à rentabiliser. S’il fallait produire et distribuer des panneaux solaires avec l’énergie qu’ils produisent, d’après vous, ca marcherait ???

                              Aujourd’hui, même si vous travaillez pour l’industrie du divertissement, il faut prendre un peu de recul, si vous ne voulez pas que votre profession disparaissent purement et simplement.
                              Car si votre métier ne vous permet plus de faire votre travail correctement, ceux qui ont le temps s’en chargeront.

                              Commencez par vous poser les bonnes question à défaut d’y répondre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès