Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’énergie solaire pour reconstruire Haïti

L’énergie solaire pour reconstruire Haïti


La catastrophe a été telle qu’on ne sait pas vraiment par où commencer la reconstruction d’Haïti, après que la partie occidentale de l’ancienne Hispaniola a été dévastée par un séisme, mettant à terre l’ensemble des constructions et des réseaux de distribution d’eau et d’électricité. Si la solution d’urgence semble être de faire tourner des générateurs, cela ne pourra durer, l’essence est chère et toute l’île en a besoin. Mais Haïti dispose tout de même d’une ressource inépuisable : son ensoleillement abondant (EcoGeek).

Plusieurs entreprises et associations du secteur des énergies renouvelables se sont décidées à donner à Haïti les moyens de faire redémarrer le réseau d’électricité grâce à l’énergie solaire. Les équipements ainsi fournis doivent permettre de fournir de l’eau potable, de disposer de cuisines et de pouvoir réinitialiser le réseau de téléphonie mobile, évidemment indispensable pour la bonne coordination des efforts de reconstruction.




Sun Ovens International a ainsi fourni des centaines de four fonctionnant à l’énergie solaire, capables d’assurer la préparation de 1 200 repas en 8h dans les camps de réfugiés. Worldwater & Solar Technologies ont donné un générateur de 22kW pour un internat qui s’occupe de 350 enfants ainsi qu’un système de purification d’eau à énergie solaire capable de traiter près de 100 000 litres d’eau par jour (il est installé au centre d’aide de la Croix-Rouge). Digicel a de son côté donné 1 000 de ses téléphones portables « solaires » aux équipes de secours, et Sol. Inc une centaine de révèrbères solaires installables en moins d’une heure et qui durent toute la nuit pour éviter que l’obscurité n’arrête les recherches et les efforts de la communauté internationale.





Comme quoi les énergies renouvelables peuvent être envisagées dans une dimension de court-terme, en recréant un premier réseau électrique.

TechnoPropres
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.85/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • bonnes idees 17 février 2010 11:56

    Notre dieu commun Rê offre sans contrepartie. Ne le fachez pas, il est très susceptible.

    La mèga erruption solaire vers nous et c’est le « strike ».


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 février 2010 15:03

      Chuuuut !

      il faut pas le dire !

      Quand chez nous il faut toute une hiérarchie de personnels dans divers corps de métiers pour établir et faire payer au contribuable un éclairage blafard et inégalitaire, là bas, en quelques minutes, on peut disposer d’un éclairage sans canalisations, sans lignes à haute tension, sans usine nucléaires, sans compteurs edf, sans employés de maintenance, et sans fonctionnaire des impôts...

      Chuuut !


      • Romain Desbois 17 février 2010 17:47

        Il ya déja un vingtaine d’années , une petite association lyonnaise envoyait des fours solaires à Haïti.

        Le but était de freiner la déforestation.

        Il est possible de faire à Haïti et ailleurs tout ce que l’article démontre.

        Tout n’est pas forcément faisable, mais ce qui est faisable n’est pas fait.


        • FALCO FALCO 17 février 2010 19:26
          Séisme à Haïti : la réponse disproportionnée de l’état d’Israël
          Yonit MOZES | 25 Janvier 2010
          De nombreux pays et dirigeants du monde ont accusé l’État d’Israël de répondre de façon disproportionnée à l’agression du Hezbollah au Liban et au Hamas à Gaza. Aujourd’hui, il est temps que la presse mondiale et les médias parlent d’une autre réaction disproportionnée de ce même État d’Israël :

          La catastrophe du terrible tremblement de terre en Haïti a généré des réponses provenant de nombreux pays. Les États-Unis ont envoyé des fournitures et du personnel, la Grande-Bretagne a envoyé 64 sapeurs-pompiers et 8 volontaires, la France a envoyé des troupes pour la recherche et le secourisme. Beaucoup d’autres grandes et riches nations du monde ont envoyé de l’argent.

          Le monde Arabe et musulman, presque rien.

          Israël, une nation de 7,5 millions d’habitants, a envoyé une équipe de 220 personnes comprenant des équipes de recherche et de sauvetage, du personnel médical, et a mis en place le premier et le plus grand hôpital de campagne en Haïti, capable de soigner jusqu’à 5000 personnes par jour. À Haïti, 1 sauveteur sur 8 est israélien. Comme lors des catastrophes sismiques antérieures, à Gujarat en Inde en 2001, en Turquie, pour les attentats au Kenya etc., Israël a été l’un des fournisseurs les plus généreux d’aide et d’assistance.

          La Turquie, avec son gouvernement qui fricote avec l’Iran, semble avoir totalement oublié la tragédie Haïtienne.

          La mission n°1 de l’ONU est la démolition d’Israël. Un nombre sidérant de ses « résolutions » ont été adoptées condamnant Israël, pendant que toutes les nations dites « démocratiques », telles que le Soudan, la Chine et la Russie dorment tranquilles avec leurs crimes contre leurs minorités et autres atrocités.

          Mr le juge Goldstone, d’où êtes-vous à présent ? Mort de honte, ou bien en train de vous enfuir la tête dans le sable ?

          Aujourd’hui, le monde DOIT être au courant de la réponse disproportionnée de l’État d’Israël envers les Haïtiens.


          • Romain Desbois 17 février 2010 20:36

            Falco

            Preuve de plus que des Israéliens peuvent faire des choses formidables . Qui en doutaient.
            Mais cela ne peut pas les exonérer de tout le mal que certains font.

            Beaucoup en Israël ne sont pas d’accord avec le politique du pire de l’Etat d’Israël.

            Mais je ne trouve pas très correct de profiter de cet article pour régler vos comptes.

            Ce n’est pas un concours du meilleur sauveteur qui s’est déroulé à Haïti ! smiley


          • l’arbre 17 février 2010 19:33

            En plus du solaire , il y à comme possibité les constructions
            Tout ne pourra pas être solaire ou troglodite , mais en facilitant ces modes , c’est bon pour Tahiti et un exemple pour le monde :article repris sur .Veuilliez excuser mais je ne suis pas douée en maniementd’internet , mais l’idée pour les colline vaut le coup !

            <SCRIPT language=javascript><!--
            document.write('<scr'+'ipt language="javascript1.1" src="http://adserver.adtech.de/addyn|3.0|224|1835132|0|165|ADTECH;loc=100;target=_blank;grp=1;misc='+new Date().getTime()+'"></scri'+'pt>');
            //-->
            </SCRIPT> <SCRIPT language=javascript1.1 src="http://adserver.adtech.de/addyn|3.0|224|1835132|0|165|ADTECH;loc=100;target=_blank;grp=1;misc=1266430535282"></SCRIPT>
            cet article a été écrit par : Webmaster, rédactrice et ingénieur en informatique environnementale. Je contribue à (...)
            <SCRIPT language=javascript><!--
            document.write('<scr'+'ipt language="javascript1.1" src="http://adserver.adtech.de/addyn|3.0|224|1835132|0|165|ADTECH;loc=100;target=_blank;grp=1;misc='+new Date().getTime()+'"></scri'+'pt>');
            //-->
            </SCRIPT> <SCRIPT language=javascript1.1 src="http://adserver.adtech.de/addyn|3.0|224|1835132|0|165|ADTECH;loc=100;target=_blank;grp=1;misc=1266430535282"></SCRIPT>
            Pourquoi acheter bio ?

            Article publié le 28 janvier 2010

            Semblant sorties de terre, les maisons Superadobe sont un exemple de constructions écologiques, simples et peu coûteuses. En les voyant, on peut se demander s’il ne s’agit pas d’habitations extraterrestres… Justement lorsque l’architecte irano-américain Nader Khalili imagine ces maisons dans les années 80, il est contacté par la Nasa qui en prévision de futures expéditions sur la Lune et sur Mars recherche des techniques de construction utilisant des matériaux disponibles sur place. Baptisée « Super Adobe », la technique n’a pour l’instant été mise en œuvre que sur Terre.

            Pourquoi acheter bio ?

            Le meilleur goût
            Les aliments bio sont très nutritifs
            Pour la santé
            Pour l’environnement
            Pour ne pas avoir d’OGM

            Article publié le 28 janvier 2010

            Semblant sorties de terre, les maisons Superadobe sont un exemple de constructions écologiques, simples et peu coûteuses. En les voyant, on peut se demander s’il ne s’agit pas d’habitations extraterrestres… Justement lorsque l’architecte irano-américain Nader Khalili imagine ces maisons dans les années 80, il est contacté par la Nasa qui en prévision de futures expéditions sur la Lune et sur Mars recherche des techniques de construction utilisant des matériaux disponibles sur place. Baptisée « Super Adobe », la technique n’a pour l’instant été mise en œuvre que sur Terre.


            • l’arbre 17 février 2010 19:37

              in ternaute , excusez c’est pire que ce que j’avais éspéré , mais à ma naissance là télé n’existait pas ,donc je ne suis pas comme astérix !


              • l’arbre 17 février 2010 19:44
                <SCRIPT>
                $(document).ready(function() {
                $('div#pub-top img').each(function(i,elt) {
                var src = elt.src;
                if ( (src.indexOf('images/BS1_468x60.gif') != -1) || (src.indexOf('images/AT1_468x60_18.gif') != -1) ) {
                /*$('div.publarge').hide();*/
                var d=new Date();
                if (d.getTime() % 2) {
                var swf = '/squelettes/images/Fondation.swf';
                } else {
                var swf = '/squelettes/images/Fondation2.swf';
                }

                $(elt).parent().replaceWith('<object width="728" height="90"><param name="movie" value="'+swf+'"><param name="wmode" value="transparent"><embed src="'+swf+'" width="728" height="90" wmode="transparent"></embed></object>');
                }
                });

                $('div#pub-block img').each(function(i,elt) {
                var src = elt.src;
                if (src.indexOf('/images/ATCollapse.gif') != -1) {
                var swf = '/squelettes/images/pave4.swf';
                $(elt).parent().replaceWith(' <object width="250" height="250"><param name="movie" value="'+swf+'"><param name="wmode" value="transparent"><embed src="'+swf+'" width="250" height="250" wmode="transparent"></embed></object> ');
                }
                });



                });

                </SCRIPT>


                cet article a été écrit par : Webmaster, rédactrice et ingénieur en informatique environnementale. Je contribue à (...)
                <SCRIPT language=javascript><!--
                document.write('<scr'+'ipt language="javascript1.1" src="http://adserver.adtech.de/addyn|3.0|224|1835132|0|165|ADTECH;loc=100;target=_blank;grp=1;misc='+new Date().getTime()+'"></scri'+'pt>');
                //-->
                </SCRIPT> <SCRIPT language=javascript1.1 src="http://adserver.adtech.de/addyn|3.0|224|1835132|0|165|ADTECH;loc=100;target=_blank;grp=1;misc=1266430535282"></SCRIPT>
                Pourquoi acheter bio ?

                Le meilleur goût
                Les aliments bio sont très nutritifs
                Pour la santé
                Pour l’environnement
                Pour ne pas avoir d’OGM

                Article publié le 28 janvier 2010

                Semblant sorties de terre, les maisons Superadobe sont un exemple de constructions écologiques, simples et peu coûteuses. En les voyant, on peut se demander s’il ne s’agit pas d’habitations extraterrestres… Justement lorsque l’architecte irano-américain Nader Khalili imagine ces maisons dans les années 80, il est contacté par la Nasa qui en prévision de futures expéditions sur la Lune et sur Mars recherche des techniques de construction utilisant des matériaux disponibles sur place. Baptisée « Super Adobe », la technique n’a pour l’instant été mise en œuvre que sur Terre.

                 
                L’idée de Nader Khalili était de proposer des habitations anti-sismiques pouvant être construites à partir de terre ou de sable, très rapidement et sans compétences particulières. La technique consiste à remplir des sacs avec la terre environnante à la construction et à les empiler pour former les murs et toits de la structure. Celle-ci est ensuite recouverte d’un enduit ou d’une bâche imperméabilisante pour assurer l’étanchéité. Le procédé laisse une grande liberté quant à la forme du bâtiment. En 1991, Nader Khalili fonde en Californie le Cal-Earth Institute où il expérimente ce nouveau type d’habitat. Avec l’aide de bénévoles, il construit notamment un village d’éco-dômes (petites maisons) ainsi qu’une habitation plus spacieuse, Earth-One, au confort occidental.


                En 2001, les maisons Superadobe ont également intéressé les Nations-Unies qui y ont vu un moyen de construire dans l’urgence des abris pour l’accueil de réfugiés. Toutefois si Nader Khalili aime l’idée que ses constructions viennent de la terre et sont vouées à y retourner en fin de vie, ce n’est pas tout à fait le cas puisque les sacs utilisés sont généralement en matières plastiques et donc non biodégradables. La technique Superadobe reste néanmoins un moyen de construire soi-même une maison à faible coût qui sera d’autant plus écologique si l’on emploie des matériaux naturels telle que la toile de jute comme cela a été expérimenté sur divers chantiers de par le monde.


                • l’arbre 17 février 2010 19:49

                  excusez mon insistance , j’y tiens à ces contructions , les haïtiens pouraient participer à la reconstruction en plus grand nombre au lieu de se retrouver en assistés !






                  • Romain Desbois 17 février 2010 20:23

                    L’arbre

                    Juste je crois que l’on ne peux pas mettre d’image dans les commentaires smiley

                    Mais pour quelqu’un qui a connu le crayon de bois, c’est très très bien smiley


                  • Romain Desbois 17 février 2010 20:45

                    oups PEUT


                  • l’arbre 18 février 2010 23:22

                    Romain Desbois
                    Bonjour , vous oubliez les < ardoises qui cassent ! > , <ben d’mon temps.....>
                    Qu’importe le breuvage pourvu qu’on ai l’ivresse  !
                    le but de cette article + réponses ést de trouver des solutions pratiques , écologique pour les sinistrés en leur permettant de se valoriser !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès