Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’éolien en question

L’éolien en question

La mise en avant des bienfaits écologiques à toutes les sauces est devenu une mode tellement simpliste et stupide qu’il faut s’interroger à chaque fois que cet argument est avancé, comme en ce moment pour le cas de l’énergie éolienne.

Ainsi si nos politiques en abusent pour flatter l’électorat ou s’acheter une bonne conscience, ce n’est pas une raison suffisante pour céder à la facilité et oublier d’analyser avec rigueur les choix énergétiques loin de la démagogie ambiante.

L’inconvénient, c’est qu’il faut en permanence lutter contre des idées reçues quand ce n’est pas contre des lobbies bien structurés. D’autant que leurs intentions ne sont pas aussi louables que celles des écologistes de premier plan dont ils s’attirent la sympathie pour défendre leurs intérêts.

C’est le cas aujourd’hui des éoliennes dont les promoteurs mettent en avant des "bienfaits écologiques" plus que discutables alors que les arguments économiques et écologiques sont en leur défaveur. Cela n’apparaît pas à première vue, en raison d’un habile jeu de subventions.

Néanmoins en cherchant un peu on arrive à entrevoir la supercherie ou ce vent mauvais qui souffle sur cette technologie qui surfe sur la vague écologique de réduction des gaz à effet de serre comme hier les antinucléaires avec la peur.

Dans l’Oise un projet d’implantation d’un parc d’éoliennes industrielles a donné l’occasion à des citoyens de se pencher sur ce moyen de production d’énergie dit « écologique » et de vérifier leurs supposés bienfaits. Leur constat corroboré par les conclusions des multiples rapports d’experts indépendants ou des diverses commissions nationales remet sérieusement en cause ce moyen de production d’énergie pas si écologique que ça.

Marc Lefranc qui travaille dans le secteur du développement durable s’est intéressé non pas aux "nuisances" générées par les éoliennes comme tout riverain qui s’opposerait bêtement à cette technologie sans se poser de questions mais plutôt aux aspects économiques et écologiques pour finalement découvrir que derrière ce qui est présenté comme un moyen propre de production d’énergie se cache un « vrai scandale financier et une imposture écologique ».

L’argument de réduction des gaz à effet de serre ne tient pas cinq minutes à un examen attentif. L’Allemagne qui, pour s’affranchir du nucléaire, est devenue le plus grand parc éolien mondial fait comme le Danemark partie des pays dont la production électrique rapportée à l’habitant génère le plus de CO2 dans le monde. Cela paraît paradoxal, car si l’on tient compte uniquement du vent pour produire l’électricité, cette énergie apparaît comme la plus propre et la plus saine. Le "combustible" est gratuit, non "polluant" et disponible à profusion de manière quasi providentielle .

En fait, la réalité est tout autre ! Une éolienne de 2,5 MW coûte 3 millions d’euros et ne produit en puissance moyenne réelle que tout juste 0,6 MW. Par ailleurs le vent et par conséquent la production électrique est infiniment plus aléatoire que dans le cas d’une centrale nucléaire ou hydraulique dépendant de surcroît du lieu d’implantation.

La rentabilité qui est liée au facteur de charge (rapport entre charge moyenne annuelle réelle et charge théorique de l’installation) est donc clairement en défaveur des éoliennes. C’est en langage plus clair la durée de fonctionnement et de production réelle de l’équipement dans une année. Pour le nucléaire : le facteur de charge est situé entre 78 et 80%, alors que dans le cas des éoliennes ce facteur chute à 20%.

C’est cette valeur qui permet d’évaluer le rendement d’une installation énergétique, qu’elle soit renouvelable ou pas, nucléaire ou fossile. Compte tenu des périodes creuses, la compensation des pertes de charge dans le cas des l’éoliennes nécessite un appoint permanent généralement fourni par des centrales alimentées par une énergie fossile (pétrole ou charbon). Les à-coups de mise en route de ces centrales thermique d’appoint sont à l’origine d’une surproduction de gaz à effet de serre dans une bien plus grande proportion qu’en cas d’une utilisation continue de ces centrales classiques. Le phénomène est bien connu.

Le rapport d’un comité de sages publié à l’issue du débat national sur les énergies en 2003 ne laisse planer aucun doute. MM. Castillon et Lesggy affirment que le complément d’énergie nécessaire pour compenser l’instabilité de la production éolienne fait perdre à l’éolien « sa double étiquette d’énergie "propre" et "renouvelable". Cette énergie n’est plus vraiment propre puisque co-émettrice de gaz à effet de serre ; elle n’est pas non plus renouvelable puisque co-consommatrice de combustibles fossiles, en l’occurrence de gaz. Mais c’est sans aucun doute le volet économique qui est le plus scandaleux.

Un travail aussi bien documenté que remarquablement argumenté de la CRE (Commission de régulation de l’énergie) sous la présidence de Philippe de Ladoucette, avait émis le 29 juin 2006 un avis très critique à l’égard de l’énergie éolienne considérant que « le tarif proposé qui s’ajoute à l’ensemble des dispositifs fiscaux en vigueur, représente un soutien disproportionné à la filière éolienne au regard du bénéfice attendu ».

Mais le gouvernement, pourtant commanditaire de l’étude, s’est royalement moqué de cet avis défavorable prenant le 10 juillet 2006, un arrêté qui n’en tient pas compte. Et comble du cynisme son arrêté a été publié au Journal officiel le 26 juillet 2006, alors que les recommandations de la CRE ne l’ont été que le 27 juillet 2006 et que ses conclusions étaient connues depuis le 29 juin !

Je ne pense pas qu’il faille systématiquement incriminer la mauvaise foi du gouvernement actuel pour tous les maux qui nous rongent. Dans le même registre et sous une autre couleur en 2001, le gouvernement Jospin n’avait pas fait mieux !

Le gouvernement de Lionel Jospin avait en mai 2001 aussi saisi la CRE pour un projet d’arrêté fixant les conditions d’achat de l’électricité produite par les centrales éoliennes. La CRE avait émis le 5 juin 2001 un avis défavorable en affirmant que « le tarif proposé entraîne des rentes indues aux promoteurs éoliens... et représente un moyen exagérément coûteux pour la collectivité ».

Mais le gouvernement Jospin avait lui aussi superbement ignoré cet avis et publié son arrêté le 22 juin 2001 avec le même cynisme qu’aujourd’hui. Faut-il croire que les lobbies de l’éolien se moquent de l’alternance ?

Par ailleurs, les mesures fiscales d’accompagnement sous diverses formes (subventions, prêts bonifiés, etc.) consenties par l’Ademe, les conseils généraux ou régionaux sont indirectement à la charge du contribuable. En effet, cet argent est généreusement distribué aux différents acteurs locaux (exploitants ou propriétaires terriens, municipalités, etc.) pour rendre attractive une technologie qui ne l’est pas. A titre d’exemple, la taxe professionnelle qui est normalement à la charge de l’exploitant de l’éolienne est plafonnée à 3,5 % de la valeur ajoutée. Il en découle que l’exploitant ne paye réellement qu’un tiers de cette taxe alors que les deux tiers restants sont pris en charge par l’Etat (donc nous !). Arnaque !

Des membres de la Fondation Nicolas Hulot s’inquiètent aussi de ce que l’on dépense autant d’argent dans l’éolien en subventions alors que des économies d’énergie dans les secteurs qui génèrent le plus de gaz à effet de serre (transport et chauffage individuel) seraient infiniment plus rentables. La marge est énorme et le bénéfice, réel.

Pour de nombreuses associations de riverains qui s’opposent à l’éolien, le retentissement sur la santé est souvent mis en avant, ce qui les fait parfois classer de simples "not in my back yard" qu’on traduirait par "pas dans mon jardin". Mais si les résultats de l’étude menée par l’Académie nationale de médecine écartent les méfaits des infrasons colportés sur Internet, ils mettent néanmoins l’accent sur les effets néfastes et connus du bruit générés par des installations industrielles d’éoliennes. Ce rapport avait donné lieu à une réaction assez vive du lobby éolien.

Les recommandations pleines de bon sens de l’Académie de médecine en matière d’énergie à la suite des études d’impact des choix énergétiques sur la santé devraient faire réfléchir plus d’un.

A ne pas se poser les bonnes questions, on arrive à des aberrations comme pour le nucléaire où la peur avait jadis servi d’argument pour biaiser le débat et aboutir à coups de révélations chocs de dernière minute (véritable détonateur !) au démantèlement de Superphénix sans véritable débat ni discussion sur le fond sur les choix énergétiques prenant compte de toutes les données.


Moyenne des avis sur cet article :  3.97/5   (300 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • jerome (---.---.255.50) 21 février 2007 13:03

    Excellent document . L ’ IFRAP et son corollaire « Contribuables associés » avaient il y a quelques mois édité un article qui allait dans le meme sens , sans écho semble-t-il , dans la grande presse aux ordres ... Il faut répandre autour de nous ces faux-nez de l ’ écologie mercantile et sans scrupule . Bonne journée Jérome


    • TB (---.---.21.162) 22 février 2007 11:51

      Je pense, au contraire, que cet article est une monstruosité construite pour polluer les cerveaux lents.

      Je suis 1000 fois contre les éoliennes mastodontes sur terre mais pas exactement pour les mêmes raisons que celles annoncées par l’auteur. Par contre, ce dernier ne parle pas des éoliennes offshore (en mer) qui permettraient à la France, surtout côté atlantique, de produire une quantité gigantesque d’énergie. C’est une étude à faire.

      L’auteur passe complètement sous silence les petites éoliennes dont certaines ont la forme du « ruban de moebius » (2 m3) et d’autres en hélices planes idéales sur toit. Ce marché se développe partout ... sauf en France !!!

      L’auteur n’indique pas non plus que la France est le plus grand pays nucléarisé au monde. Comment font les autres pays ? N’existe-t-il pas chez les autres pays des idées déjà bien développées en énergie non émettrice de CO2 et sans déchets hautement radioactifs ? Faudrait arrêter de se regarder le nombril avec des CNRS et autres instituts dont les meilleurs éléments sont soit des stagiaires doctorants payés au smic soit fuient l’hexagone comme la peste .... pour mener des recherches plus fructueuses ailleurs (pas forcément en Silicon Valley).

      Bref, cet article (qui oublie les autres EnR toujours mieux développées en dehors d’une France friande d’uranium honteusement prélevé en Afrique équatoriale ) remplie de mensonges énormes et d’omissions (volontaires ?) est une « création » des plus malhônnetes. Ou bien sortie tout droit d’un cerveau malade.


    • kalisté (---.---.212.120) 22 février 2007 12:23

      Malhonnête, en quoi il indique des vérités lues très souvent dans les commentaires de biens des journaux qui décrivent les nuisances sans avantages probant !!!Modéré vos expressions nous aurons plus de plaisir à lire vos commentaires.


    • alpo47 (---.---.65.114) 25 février 2007 10:20

      Pour ma part, j’envisage un projet de maison écologique et alternative. L’énergie sera fournie à la fois par le vent et le soleil.

      Il apparait, en effet, que le vent n’est généralement pas suffisant pour fournir l’énergie en permanence (sauf peut être quelques régions de Bretagne ou du Roussillon) et il convient d’y adjoindre des panneaux solaires. De plus , les capacités de stockage sont aujourd’hui excellentes (4 batteries à 12 volts= 3 jours de consommation pour une petite maison).

      A lire : http://www.energiedouce.com/boutique/actualites.cfm?code_lg=lg_fr

      Je trouve donc que votre article occulte une partie des faits, peut être le lobby EDF ?


    • Perlin (---.---.191.170) 25 février 2007 21:34

      Hou la la, 4 bateries de 12V = 3 jours pour une petite maison... Oui à condition d’avoir de très grosses bateries (de l’ordre de 300 A) sans compter l’équipement pour transformer un courant continu en alternatif. Au total, entre vos éoliennes, les panneaux solaires et tutti quanti, l’investissement doit quand même être balèse. Et je ne parle pas de l’entretien smiley


    • (---.---.37.71) 21 février 2007 13:25

      Pffff, c’est évident que l’écologie n’est qu’un gadget à la mode de l’extréme gauche, mais n’est pas plus efficace que le communisme.

      Tous ca c’est bidon.


      • pierrarnard (---.---.86.85) 21 février 2007 14:09

        Bon article a l’encontre du politiquement correct. Le probleme doit etre pris en compte dans sa globalité ce qui est rarement le cas dans les argumentaires orientés des ayatollahs de l’écologie facile. Le solaire est également très lourd de part le poids ecologique actuel de la fabrication des cellules photovoltaiques et de leur recyclage en fin de vie. De meme , une étude américaine certe orientée mais semble t’il honnete a t’elle démontré qu’en prenant en compte le cycle complet de la vie du produit, de sa fabrication au recyclage, un gros hummer était plus propre qu’une toyota prius...malgré une consommation de carburant incomparable.

        http://www.leblogauto.com/2007/01/le-hummer-plus-ecolo-qu%E2%80%99une-prius.html


        • vieux berger (---.---.164.119) 21 février 2007 14:32

          La France est une bergerie en faillite, laissée en pâture aux loups des lobbies de tout poil.

          Les élus, médiocres ou corrompus, versent dans les apparences et ne gouvernent plus rien.

          Le bon est durablement pénalisé par le mauvais.

          Parodie de pouvoir, paradis de la gabegie.

          Pendant ce temps, on avance et on conforte ailleurs.


          • LE CHAT LE CHAT 21 février 2007 15:57

            les éoliennes du golfe de fos assurent la production pour fos sur mer et port st louis du rhône. Il y a peu de problème d’esthetisme là où elles sont , une inconnue ici à fos , les mafiosi ont ils touché des backchichs là dessus......

            Dernière arrestation dans le sillage de bernard Granie , il parait que le président du fos provence basket aurait aussi été arrété hier soir , à vérifier .......


            • Stephane Klein (---.---.19.227) 21 février 2007 16:03

              He bien voila un auteur agissant sur ordre.

              Plusieurs remarque :

              1/ on attend toujours la demonstration eclatante que l’eolien dans sa frabrication ’n’est pas si ecologique qu’on veut nous le faire croire’. A titre de comparaison, le retour sur investissement energetique d’un panneau solaire est de 3 ans maximum.

              2/ l’argumentaire sur l’Allemagne est d’une indigence : l’Allemagne a installe des eoliennes, l’Allemagne est le premier emetteur de GES donc les eoliennes sont polluantes, pfffff, lamentable, ca vaut bien le coup de se presenter en costard pour sortir des aneries pareilles. Je reponds donc ceci : combien de GES supplementaires sans les eoliennes en Allemagne ? Et quelle a ete l’evolution de la production de GES par rapport a la croissance ?

              3/ Il est vrai que les eoliennes ont une production intermittente mais il existe plusieurs moyen d’y pallier : repartition geographique, centrales hydroeletriques a reservoir, centrale de pompage-turbinage, centrales a biogaz ou biomasse, centrale de stockage a air comprime, etc...

              4/ il est vrai que les EnR, bien qu’en progression, peinent a etre une part significative du bilan energetique, cela est principalement du a l’oubli de la sobriete energetique et des economies d’energies.

              5/ les quelques chiffres avances temoignent de la meconnaissance du dossier par l’auteur : ca n’a aucun sens de parler d’une puissance moyenne pour une eolienne, intermittente par definition. Une eolienne ne produit pas 20% du temps mais entre 20 et 30% sur terre et entre 30 et 40% en off-shore, ca change pas mal de choses.

              6/ si un MW eolien coute a peu pres 1 MEuros, un MW nucleaire en coute deux. Du coup effectivement, l’eolien est initialiement plus couteux mais c’est sans compter les couts de demantellement, le stockage de dechets et les risques de fonctionnement (accidents, fuites, attaque terroriste) qui n’ont aucune pertinence pour une centrale eolienne. Sur les perspectives, il existe aujourd’hui pour l’eolien comme pour le solaire une course au materiel qui gonfle artificiellement les prix, ceux-ci ne refletent donc pas les couts de production mais la valeur que sont prets a payer les acheteurs. Cette valeur est dependante du niveau du tarif d’obligation d’achat et des capacites de production d’unites eoliennes. Ces capacites augmentent (+40%/an pour le PV) tandis que les tarifs decroissent, sauf en France, l’eolien tendra donc dans un avenir proche a devenir de plus en plus abordable.

              7/ il n’y a aucune subvention nationale a l’eolien ni aux EnR, quelques subvention locales comme sur la taxe professionnelle qui demeure marginale et non impactante quant a la decision de faire ou non un projet eolien. A ce titre, les aides photovoltaiques, d’une autre ampleur, devraient causer un ulcere a l’auteur. De plus, si des regions, des departements decident de telles, ca les regarde non, ou est le probleme ?

              8/ un oubli en cours de route : cette histoire de lobby eolien : alors que le dernier fabricant francais a mis la cle sous la porte il y a plusieurs annees. Vous imaginez reellement l’ensemble de la filiere eolienne (principalement des bureaux d’etude et quelques exploitants) supplanter la clique EDF/AREVA/CEA/ANDRA ? Allons allons. Surtout avec un gouvernement Raffarin qui a tout fait pour saboter l’eolien (cf les ZDE et le depute Ollier). la encore meconnaissance totale du dossier ou volonte deliberee d’occulter pour intoxiquer, au choix.

              Voila, pour conclure nous avons donc une personne qui defend le nucleaire, ses risques, ses couts induits et ses hypotheques sur l’avenir. Personnellement je pense qu’un tel m’enfoutisme des consequence sur les generations futures doublé d’une volonte d’intoxication est simplement honteux.


              • Cassandre (---.---.238.156) 21 février 2007 16:43

                Pour mémoire, l’éolien est subventionné via la « Contribution au service public de l’électricité » que vous trouverez sur votre facture EDF.


              • Cassandre (---.---.238.156) 21 février 2007 16:54

                Concernant l’Allemagne et le Danemark, il faut savoir que c’est la structure de la production électrique qui fait, entre pays européens de niveaux voisins de développement, toute la différence entre les différents taux d’émission de GES par habitant ou par point de PIB.

                Tant qu’ils utiliseront autant le charbon, ça ne changera pas, car ce sont les émissions de l’énergie primaire qui comptent, et en thermique le rendement n’est que de 30 % : pour 1 kWh d’électricité, vous avez droit aux émissions de 3 kWh de charbon !

                A moins qu’ils acceptent des délestages imprévisibles en cas de manque de vent, je ne vois pas ce qu’un taux d’éolien supérieur à 20 % pourrait y changer.

                Seul recours prévisible à ce jour : la séquestration du CO2, mais on n’en est qu’aux essais et il faut disposer d’un réservoir de l’ordre d’1 km3 pour une centrale au charbon de 2 GW pendant 30 ans.

                Les ressources hydrauliques supplémentaires sont hélas négligeables en France et Allemagne, les bons sites sont déjà équipés.


              • roumi (---.---.74.206) 21 février 2007 19:26

                et aussi l’énergie hydrolienne ;http://fr.wikipedia.org/wiki/Hydrolienne

                la marée est beaucoup plus réguliere que le vent .

                l’offshore sait très bien travailler sur ce genre de plate forme .

                mais bon en France la mer ne compte pas trop , les autres pays sont déjà en recherche : voir les liens sur wiki .


              • (---.---.159.239) 24 février 2007 17:04

                Alors : éolienne plus pompage turbinage. Calculez un peu le rendement de l’ensemble. Bientôt le mouvement perpétuel.


              • Stephane Klein (---.---.113.119) 25 février 2007 23:23

                Pour memoire, vous cesserez votre intox une fois ce document lu :

                http://www.cler.org/info/article.php3?id_article=3976


              • Stephane Klein (---.---.113.119) 25 février 2007 23:24

                La sentence est tombee, helas je possede deux centrales hydroelectriques et je dis : vous avez tort.


              • Sachem (---.---.93.12) 27 février 2007 09:49

                Pour information, d’après un article du CLER en date du 30 Janvier 2007, les energies renouvelables représentent 4% du montant total de la CSPE (contribution au service public de l’électricité, la fameuse petite ligne sur votre facture EDF).

                Les postes principaux de la CSPE (prévisonnel 2007)sont :

                * 51% pour la péréquation tarifaire, c’est à dire le surcout de production électrique dans certaines zones îliennes non connectées au réseau,

                * 38% pour la cogénération gaz,

                * 4% pour les EnR, qui se repartissent principalement en 45% en Hydraulique, et 31% éolien.

                L’éolien represente donc 31% de 4% soit environ 1,5 % de la CSPE. Et l’hydraulique environ 2% de la note.

                Le surcout de l’éolien est donc bien compris dans la CSPE mais il ne represente d’une infime partie du total.


              • Cassandre (---.---.238.156) 21 février 2007 17:24

                Sympathique article, à qui je reprocherai cependant 2 choses :

                - Un aspect « tout fait farine au moulin » qui tire sur l’éolien sous tous les angles possibles, un peu comme lorsque les khmers verts s’en prennent au nucléaire. Les questions de santé, d’aspect... sont discutables et très secondaires à côté de l’impact sur les émissions de CO2 et du gaspillage économique... EN FRANCE !

                - Car c’est là la seconde généralisation inexacte : en France l’éolien, traité en base par RTE parce qu’imprévisible, concurrence le plus souvent le nucléaire, et va demander, à partir de 3000 MW installés, du thermique à flamme supplémentaire pour passer les pointes : le résultat sur nos émissions de CO2 sera insignifiant, voire néfaste si l’éolien se développe au delà du niveau actuel. Par contre, dans des pays où la base comporte beaucoup (Allemagne) ou presque uniquement (Danemark) des centrales au charbon, presque chaque tour de pale d’éolienne économise du combustible fossile, donc de l’émission de CO2. « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà... »

                « Mais que diable allait-il faire dans cette galère ? » Je soupçonne que le gouvernement Jospin, qui a laissé faire la directive européenne inadaptée imposant 20% d’électricité « renouvelable » en 2020, a vu dans l’éolien le moyen le plus commode d’aller vers le respect de cette prescription : technique au point, disponible, presque compétitive, offrant aux communes une taxe locale propre à leur faire accepter facilement les implantations. Développer les autres renouvelables était une autre paire de manches : difficultés techniques (géothermie, énergie thermique des mers)), filières à développer (bois et biomasse), impopularité (déchets), saturation (hydraulique), faible compétitivité (photovoltaïque).

                Comment en sortir ? D’abord en dénonçant cette directive, qui impose une obligation de moyens quand il aurait fallu une obligation de résultats, exprimée en baisse des émissions de CO2 du secteur électrique. Quel gouvernement aura le courage de le faire ?


                • schroen (---.---.175.112) 21 février 2007 17:35

                  A Farid le compiègnois smiley ,

                  que penses tu de l’annulation du projet d’éolienne vers Grandfresnoy ? Penses tu vraiment que de coller une trentaine d’éoliennes auraient gacher le paysage de ce magnifique plateau couvert de champs ? Mon dieu, cela aurait aussi pu créer des emplois !!!! A non, des emplois pas en Picardie !!! smiley

                  Compiègne, la ville du joli sénateur au broshing toujours parfait, au PS qui aime les nom d’oiseaux (n’est ce pas Mme Rossignol smiley ) sans oublier le PC avec Maxime Gremetz le jean alesi du rentrage de voiture dans une réunion publique...

                  Bref, Compiègne c’est comme groland mais en moins bien smiley

                  Schroen

                  Si t’es fier d’être compiegnois tappes dans tes mains

                  Si t’es fier d’être compiegnois tappes dans tes mains

                  Si t’es fier d’être compiegnois tappes dans tes mains

                  Bis Repetita smiley


                  • (---.---.148.117) 21 février 2007 18:21

                    La production d’énergie éolienne est anecdotique : il existe d’autres alternatives

                    Brasser de l’air ou agir, telle est la question !


                    • Guillaume (---.---.144.141) 21 février 2007 18:44

                      Il y en a marre des articles/commentaires partisans pro/anti nucléaires, pro/anti éoliennes, alors que la production d’énergie n’est que la moitié du problème.

                      L’autre moitié du problème, c’est la réduction de la consommation énergétique, qui fait l’objet d’un consensus au niveau de toutes les asso (Sortir du Nucléaire ou association des écologistes pour le nucléaire, par exemple, dont les points de vue sur le nucléaire sont diamétralement opposés mais qui ont des propositions similaires sur la réduction de la consommation énergétique).

                      Pourquoi ne pas partir de ce consensus pour faire un lobby plus efficace ? Pourquoi ne pas plutôt chercher les aspects qui nous rassemblent plutôt que ceux qui nous séparent ?

                      Ainsi, par exemple, lors de la proposition Borloo concernant les maisons à 100 000 euros, il aurait été judicieux que ces asso se regroupent et parlent d’une seule voie, afin d’intégrer des éléments HQE, notamment sur la conso énergétique. Et contrairement a ce qu’on dit, les bâtiments « verts », on peut en faire pour pas plus cher que des bâtiments traditionnels (voir par exemple www.cortim.ca pour les canadiens, qui fournit des logements « verts » et design au prix normal du marché en plein coeur de Montréal).


                      • (---.---.148.117) 21 février 2007 18:58

                        @ Guillaume

                        entièrement d’accord avec vous.La production d’énergie n’est qu’une partie (importante) du problème.


                      • (---.---.148.117) 21 février 2007 19:10

                        et un petit lien en ce qui concerne les transports


                      • Rdlm (---.---.114.107) 21 février 2007 19:54

                        A grégory :

                        Quelle mauvaise fois. Le lien que vous proposez est bien le rapport que vous avez lu ? Je cite (page 37) :

                        « Faut t’il donner un coup d’accélérateur au programme de l’éolien français ? A L’issue du Débat, le Comité des Sages ne peut que mettre en avant l’argument en faveur de l’éolien qui rencontre un large consensus : L’éolien est en train de se développer dans de nombreux pays (Danemark, Allemagne, Espagne, Grande Bretagne). Ce développement va entraîner des développements techniques et industriels. En développant également son parc éolien, la France favorise la création d’une industrie nationale de l’éolien. Celle ci sera susceptible d’exporter son savoir faire à l’étranger.

                        Lisez mieux : il est pas dit que l’éolien est bon pour la planète ! Il est dit que c’est bon pour l’industrie et les emplois... et les profiteurs du système ! Ca n’a rien à voir !!!

                        Je l’ai déjà dit, l’éolienne elle même n’est en rien productrice de CO2 mais se sont bel et bien les centrales d’appoints en Allemagne et au Danemark qui le sont.

                        Et par quoi voulez vous remplacer ces centrales d’appoint ? (au passage l’appoint ce serai 20% de la consomation totale et pas 80%, c’est l’éolien l’appoint !)


                        • André (---.---.56.14) 21 février 2007 20:45

                          Enfin un article qui dit la vérité, bravo !

                          L’éolien n’est qu’une affaire de gros sous, aucun soucis de protection de la nature ne pilote l’implantation de ces « monstres ».

                          Un pylône électrique c’est laid dans un beau paysage, mais il est fixe et on finit pas l’oublier. Ce n’est pas le cas de l’éolienne, son mouvement permanent perturbe, la nuit son bruit continu devient obsédant. Pour avoir beaucoup séjourné dans le nord de l’Allemagne, j’ai pu mesurer l’impact négatif de ces hélices inesthétiques et inefficaces.


                          • roumi (---.---.74.206) 21 février 2007 21:51

                            ah bon argumentaire !


                          • Perlin (---.---.191.170) 26 février 2007 06:22

                            Désolé mais l’esthétisme est encore une question de point de vue personnelle. Je trouve quant à moi les éoliennes particulièrement esthétiques, comme le symbole majestueux de la domination tranquile de l’homme sur les élements naturels. smiley


                          • irisyak (---.---.177.111) 21 février 2007 21:56

                            Beaucoup d’arguments ont été échangés. Il en reste encore ... Il y a plus d’énergie éolienne en hiver, c’est à dire au moment où la consommation est la plus élevée. Une centrale nucléaire met 40 heures pour réagir à tout mouvement de consommation ... La régulation est obtenue avec l’hydraulique, et le thermique. Avec les connaissances que nous en avons, la production éolienne s’équilibre si les machines sont installées de manière très répartie sur l’ensemble du territoire. L’arrivée inéluctable de batteries de grande capacité permettra d’avoir des autos électriques qui se rechargeront en fonction des prévisions du vent. Le reste sera utilisé pour produire de l’hydrogène ou tout autre usage qui permet de stocker l’énergie. Sur l’ensemble du territoire il y a moyen de réguler production et consommation. Cela se fait mais de manière très embyonnaire. La majorité des pays peu riches attendent nos retours d’expérience pour se lancer dans cette aventure. Si nous étions en avance nous aurions de grands marchés qui nous seraient ouverts. L’Allemagne n’a pas de problème de balance des payments. Dans tous les cas il nous faut préparer l’après pétrole car il sera politiquement indisponible sous peu. Irak, Iran .... ETC La France n’est pas du tout préparée au choc à venir. Leur développement aidant les autres technologies d’énergies nouvelles vont prendre le relai des énergies fossiles. Notre budget de recherche sur l’énergie est à 90 % réservé au nucléaire. Comment rendre les énergies nouvelles rentables tout compris ? Il suffit de voir la progression de la rentabilité de ces énergies en 30 ans ! Il faut donc continuer dans la direction actuelle avec une progression maîtrisée. Pour le moment la production globale est faible. On peut s’attendre dans 10 ans à des productions très significatives.


                            • Ren (---.---.136.27) 21 février 2007 23:17

                              quelle grosse blague, les éoliennes sont méchantes et les centrales nucléaires gentilles.

                              Elles font des méchants bruits qui dérangent les riverains alors que l’uranium c’est super ça dérange personne, enfin, ça fait juste un peu saigner du nez en Russie mais bon chez nous c’est super safe.

                              et le gentil docteur il fait quoi pour l’environement ??, c’est quoi la marque de sa bagnolle ?

                              Je suppose aussi que le réchaufement de la planète c’est aussi de l’intox des méchants lobbys de fabricants de panneaux solaires.

                              Le gouvernement ferait mieux de dépenser plus de pognon en éoliennes et d’en dépenser un peu moins en « chercheur » de CNRS qui débitent des âneries pareilles.

                              Merci a Stephane Klein (IP:xxx.x50.19.227) pour son « démontage » en détail de cet pauvre argumentaire.


                              • André (---.---.208.77) 22 février 2007 08:19

                                @Ren

                                Je suppose que vous êtes volontaire pour l’installation d’une ou plusieurs éoliennes à coté de chez vous ?

                                Pour beaucoup, l’éolien c’est bien, mais loin de chez eux ! Ils ont bien compris que l’éolien c’est avant tout une pollution visuelle et sonore et n’a rien à voir avec la protection de l’environnement...


                              • Ren (---.---.180.59) 22 février 2007 14:44

                                he bien pour votre gouverne, sur « mon » île, il existe 2 grands champs d’eoliennes, ceux ci sont placés dans des zones éloignées des zones urbaines ( sur des sommets de volcans)

                                Bien sur ce serait plus joli sans, mais je les préfères mille fois a une 2eme centrale thermique. 5 grandes éoliennes suffisent a alimenté 80% des besoins electrique de la « capitale » ( 80.000 habitants).

                                Je ne suis que locataire mais si un jour j’ai la chance de construire, je ferai surement un combo éoliennes et panneaux solaires

                                Quelles sont VOS solutions pour palier au réchauffemment de la planète ?


                              • André (---.---.208.77) 22 février 2007 17:22

                                @Ren

                                Les éoliennes à hélices sont inesthétiques, dangereuses et inadaptées à une installation dans des sites habités ou remarquables. Mais elles procurent un retour sur investissement très confortable (jusqu’à 40%). Ce qui explique leur succès !

                                En revanche il existe un type d’éolienne intelligente et adaptée aux zones habitées :

                                http://www.gual-industrie.com/

                                Il n’est pas question d’écarter l’énergie éolienne, mais, de grâce, construisons à l’image du modèle du lien internet ci-dessus, des éoliennes respectueuses de l’environnement.


                              • pierrarnard (---.---.86.85) 23 février 2007 10:54

                                le hic c’est qu’au vu des courbes, avant 54 km/h de vent on alimante à peine un grille pain. A 54 km/h on peut passer l’aspirateur mais cela arrive 2 jours pas mois et encore en rafales, au dela on est dans l’alerte orange de météo france.... tout ça avec 800kg de materiel a monter sur le toit, on est pas près d’amortir le gasoil du transporteur.... A Ouessant, peut etre ???


                              • Perlin (---.---.191.170) 26 février 2007 06:34

                                @Ren

                                Ha quelle chance vous avez de pouvoir vous éclairer à la bougie, faire votre lessive à la main, car vous habitez à proximité d’un lavoir encore en service, Dieu merci. Et puis quelle chance aussi de ne pas avoir de voiture puisque que votre travail est à votre porte. Quant aux vacances, peuh, la question ne se pose même plus, vos 5 semaines de CP sont consacrées à couper le bois de votre chauffage, 20 stères ça occupe. Ha oui, j’oubliais que vous habitiez à la campagne... Le bonheur c’est ça finalement, pas une seule prise de courant. pffft. C’est tout juste bon pour les pauvres le courant...


                              • Ren (---.---.71.14) 26 février 2007 14:08

                                Rira bien qui rira le dernier. Les éoliennes ne sont surement pas la solution universelle mais elles vont dans les bon « sens ». Les centrales nucleaires et thermiques ne peuvent PLUS être envisagées comme solution a long termes et j’éspère que vous vous en rendez compte.

                                La production de CO2 et les dechets radioactifs (ainsi que les accidents de type Tchernobil) en sont les consequences et finiront par eradiquer les humains.

                                Mais après tout, moi perso je m’en fout, je fait de kite et du surf donc le réchauffemment de la planète, la montée du niveau de la mer et les ouragans je m’en rejouis. C’est plus de vagues et de sessions de vent fort.

                                Ton humour a 3 francs garde le pour tes enfants a 3 bras. A propos, 3 bras c’est encore mieux pour le surf, tu rames plus vite, tu vois tous finis toujours bien.

                                P.S. Pour les fans sur Agoravox video, il y a la reponse de Mr Bayroux ( le mentor du gentil docteur ) sur la question de l’environemnt, ça en dit long....


                              • jegeo (---.---.76.14) 22 février 2007 10:05

                                pourquoi cette haine contre les éoliennes ? et avancer qu’elles sont co-consommatrices de gaz, c’est énorme ! Cet article occulte totalement la gestion des déchets nucléaires qui nous laissons en cadeau à nos enfants et ce pour très très longtemps. Je pratique la voile : effectivement, quand il n’y a pas de vent , je démarre mon moteur diesel. Mais quand le vent est là ( et c’est très souvent le cas dans beaucoup de région dans le monde ) c’est quand même une extraordinaire énergie d’une propreté totale ! la solution n’est elle pas dans la diversité des production ? , et, sutout dans les économies d’énergies. jacques georgeault


                                • (---.---.194.12) 22 février 2007 13:24

                                  J’imagine bien les TGV roulant à l’énergie solaire et éoliennes... Il faut être réaliste et parler à des échelles réalistes. Comment comparer une centrale thermique de 2.8 GW à un parc de 6 éoliennes de 0.012 GW... Ca revient à vouloir s’éclairer qu’avec des bougies et vouloir obtenir la même puissance lumineuse qu’une lampe halogène... irréaliste, illusoire. Nous ne sommes pas dans les mêmes rapports d’échelle. L’éolien c’est du vent, rien que du vent.

                                  On peut aussi parler du président d’EON qui pleure parce qu’il ne sait plus quoi faire de son parc de 7000 éoliennes qui lui pose plus de problème qu’autre chose (voir le rapport d’EON réalisé en 2005).


                                • (---.---.194.12) 22 février 2007 13:38

                                  En tout cas, ce qui est génial avec l’éolien ce sont les promoteurs qui se sont lancés là dedans, tous des écolos dans l’âme : Total, BP, Shell, Areva, EDF, GDF... et tous les petits promoteurs anciens betonneurs de nos côtes françaises, des déforestateurs des forêts primaires, des petits promoteurs fiscalisés dans les paradis fiscaux, des promoteurs spécialisés dans le recyclage d’argent douteux...

                                  Là où c’est vachement bien fait, et merci aux Verts qui sont lucides, c’est le système du pollueur gagneur !

                                  Démonstration : Prenons un promoteur comme Total.

                                  Total met des éoliennes, l’électricité est acheté au tarif imposé, Total gagne déjà beaucoup d’argent, mais là il conforte ses revenus sur le dos des citoyens français (20 à 40% de rendement annuel). En plus de ça, les installations éoliennes n’émettent pas de CO2, donc un parc éolien est crédité d’un maximum de droit à la pollution. Monsieur Total récupère tout ces bons à polluer pour les injecter dans sa filière polluante et donc économiser encore plus d’argent ! C’est fantastique, et les pigeons c’est nous tous !

                                  Franchement, merci aux Verts complices du lobby des pollueurs. Merci aux Verts d’aider Total et compagnie de s’acheter oups pardon gagner leur tournesol d’or.


                                • (---.---.194.12) 26 février 2007 13:58

                                  L’éolien offshore, oui pourquoi pas... mais juste un seul et unique exemple qui montre la cupidité et la folie des promoteurs. Il y a en ce moment même un projet de parc éolien offshore dans la manche non loin du détroit du Pas de Calais. A un endroit où le trafic maritime est infernal. Imaginons un seul instant qu’un pétrolier ou un chimiquier se retrouve en danger par panne moteur. Si ces bateaux dérivent sur les parcs éoliens, on imagine la catastrophe ! Il faut savoir qu’actuellement c’est un bras de fer entre les promoteurs, la région, le préfet maritime... ce très cher lobby éolien est prêt à mettre en péril notre environnement. Mais au fait pourquoi vouloir implanter ce parc à cet endroit ? Et bien encore une fois, pour des questions de rentabilité et d’interconnexion au réseau électrique, de plus, à cet endroit, la manche n’est pas très profonde, donc économie de béton et de pieux...


                                • Pierre (---.---.120.8) 22 février 2007 10:48

                                  En poussant un peu votre réflexion et avec un esprit d’ouverture supérieur à celui qui vous a conduit à rédiger ce document, vous trouverez sur le web des contre arguments à tout ce que vous présentez. (Je ne parle pas de vos références nauséabondes au mafiosi dans vos commentaires)

                                  Merci de ne plus utiliser l’image de l’UTC pour propager les idées partiales que vous défendez dans votre article. L’enseignement qui y est prodigué et le personnel qui la compose valent mieux que cela.

                                  Un ancien de l’UTC en faveur d’un mix énergétique viable pensé localement (éolien + solaire + économies d’énergie + toutes les voies encore au stade expérimental)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès