Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’essence continuera de brûler longtemps

L’essence continuera de brûler longtemps

À l’heure où tout le monde parle des prototypes électriques des grands constructeurs, où Autolib le libre-service de voitures électriques arrive dans les rues de Panâme, quelques universitaires et ingénieurs travaillent encore sur l’essence et le diesel. Il ne faut pas voir là une quelconque réminiscence d’un ancien monde peu conscient de la problématique écologique. Les objectifs sont la réduction de la consommation, des rejets polluants et surtout l’étude des carburants alternatifs.

Généralement, lorsque l’on pense rejets de particules et de CO2, on pense automatiquement à l’automobile que nous utilisons tous. Cette pollution provient aussi des camions et bateaux sur lesquels le Centre Moteur Thermique (dit CMT) de Marseille concentre ses recherches. C’est là que nous avons rencontré François Flory, enseignant-chercheur en charge du CMT. L’occasion d’aborder un thème pour le moins obscur pour le grand public.

Il faut entrer dans un tout petit bâtiment blanc qui ne paye pas de mine au milieu des grandes barres de l’École centrale sur les hauteurs de la cité phocéenne pour trouver le CMT. À l’intérieur se cachent deux bancs d’essais moteurs, dans lesquels des machines destinées à propulser des bateaux ou des camions sont contrôlées et surveillées par un technicien avec l’assistance d’un ordinateur. On y expérimente sous différentes conditions et avec différents carburants, le comportement des moteurs. En France il y a très peu d’infrastructures comme celle-là, c’est d’ailleurs la seule dans tout PACA. Autant dire que l’intérêt stratégique pour les entreprises de la région est énorme.

Si la structure est totalement publique, on s’appuie en priorité sur des partenariats avec des entreprises de la région. On peut penser ce que l’on veut de cette collaboration très étroite entre public et privé, mais ce qui est sûr, c’est que cette spécificité se révèle bénéfique des deux côtés. Une installation comme celle-là coûte des centaines de milliers d’euros, un petit cadeau que ne peuvent s’offrir les entreprises du secteur, nombreuses en PACA. Par la même occasion, le personnel du CMT y trouve de nouvelles opportunités de recherches.

La fin des moteurs essence et diesel n’est plus qu’une question de temps. Pourtant, aujourd’hui compter sur la seule énergie électrique pour déplacer des marchandises et des hommes sur les routes et les mers n’est pas encore d’actualité, n’en déplaise aux écologistes les plus acharnés. L’hybride, l’électricité, la pile à combustible, ne sont pas les seuls domaines où sont concentrées les recherches en terme de nouveaux carburants. Pour certains centres d’études, l’heure des classiques essence et diesel n’est pas encore venue. L’extrême majorité du transport de fret mondial ne peut, pour le moment, se passer des qualités de rendement et de puissance offerts par ces carburants. C’est pour cela que des endroits comme le Centre Moteur Thermique existent. Comme quoi, la recherche touche bien plus souvent au concret que ce que l’on croit.

Voir la vidéo de l'interview F. Flory du Centre Moteur Thermique (CMT) de Marseille

Cyril Morachioli - News Of Marseille


Moyenne des avis sur cet article :  2.23/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 7 novembre 2011 10:29

    Entre le bio carburant, et le diesel reconstitué, l’essence a encore de beaux jours devant elle.
    Je ne parle pas de la TIPP qui est le principal frein du tout electrique, hydrogène ou autre non polluant.


    • wawa wawa 7 novembre 2011 11:15

      non !!!!
      le principal frein àu tout electrique, hydrogène, et autre c’est la quantite d’energie/unité de masse et/ou de volume et çà c’est les lois de la physique, on ne peut pas les changer !!!!!!.
      La TIPP qui surtaxe (avec raison) les carburants par rapport a une TVA classique ne freine que la consommation de carburant fossile.


    • Ruut Ruut 10 novembre 2011 11:10

      LA TIPP ou plustot son abandon par l’état est le principal frein au développement des énergies propres.

      En effet la recette en moins et l’impossibilité de culpabiliser le consommateur sont un un frein politique majeure.

      C’est ce qui prouve que nos responsables politiques ne pensent pas a notre bien ni au bien commun.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

NewsofMarseille

NewsofMarseille
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès