Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’herbe amère de Tchernobyl

L’herbe amère de Tchernobyl

Le 26 avril, à 1 h 23’ 44’’, suite à une erreur humaine, le réacteur 4 de la centrale de Tchernobyl explosait, relâchant dans l’air la mort radioactive, il y a vingt-deux ans.

Malgré les dénégations lénifiantes du gouvernement, la radioactivité avait passé notre frontière.

Longtemps après la catastrophe, on a appris que le personnel des centrales nucléaires françaises étaient au courant de la catastrophe : toutes les alarmes des centrales nucléaires destinées à mesurer la radioactivité de l’air s’étaient déclenchées. Les employés ont donc téléphoné à leurs proches pour les prévenir du danger.

 

Nous, citoyens lambdas, n’avons pas eu cette chance.

 

En Ukraine, le mot Tchernobyl, désigne l’absinthe, plante amère.

 

Cette absinthe est le troisième des sept signes précurseurs de l’Apocalypse.

 

En effet, dans la Bible (Apocalypse chapitre 8, verset 10), il est fait mention d’une météorite, nommée Absinthe, et à sa chute « il tomba du ciel une grande étoile ardente comme un flambeau, et elle tomba sur les tiers des fleuves et sur les sources des eaux (...) beaucoup d’hommes moururent par les eaux, parce qu’elles étaient devenues amères ».

 

Vingt-deux ans après, le bilan continue de s’alourdir :

Malgré les affirmations de l’AIEA et de l’OMS qui tentent de minorer l’ampleur des dégâts, on sait depuis 2004, grâce à l’ambassade d’Ukraine, que 25 000 personnes ont trouvé la mort et que 85 % des enfants du Bélarus sont malades.

 

L’OMS veut se montrer rassurante et ne veut voir aucune relation entre l’alimentation contaminée par la radioactivité et ces enfants malades.

 

Sans le sacrifice des « liquidateurs » une seconde explosion, cinquante fois plus meurtrière que celle d’Hiroshima, aurait pu se produire.

 

Au moment ou l’EPR, nouveau réacteur français, tente de s’implanter sur notre sol, malgré la contestation, peut-on affirmer que le nucléaire français est sans danger ?

 

Pour l’autorité de sûreté nucléaire, (ASN) qui a diligenté une expertise à ce sujet, la réponse est négative.

D’après Patrick Gourmelon, directeur de la radioprotection humaine de l’IRSN : « le monde médical n’est pas prêt » si un accident se produit en France.

 

Une dépêche AFP (5/9/2000) nous apprend que les systèmes de protection français sont depuis longtemps inadaptés au risque incendie.

 

EDF aurait engagé 2,8 milliards de francs pour lancer un programme de réévaluation de la sûreté contre l’incendie.

 

L’ASN mène de temps à autre des inspections inopinées et celle du 2 juillet 2004 dans la centrale nucléaire du Tricastin conclut :

 

« Cet exercice a mis en exergue un manque de pratique des agents, notamment pour faire face à un incendie se propageant, des erreurs commises par l’équipe de première intervention et l’absence de déploiement préventif de moyens lourds en soutien. Ainsi l’attaque du feu par des moyens efficaces aurait pris 37 minutes. Ce délai, trop long, rend illusoire l’extinction d’un incendie bien développé ».

 

Le 3 mars 2005, un autre exercice surprise dans la centrale de Bugey a permis de découvrir qu’il n’y avait pas d’eau pour éteindre l’incendie.

 

Si l’on ajoute à cela le risque sismique dont il a été prouvé que nos centrales ne pourraient résister, et celui d’attaque délibérée ou chute d’avion pour lesquelles nous n’avons aucune parade, on voit que notre nucléaire français n’est pas à l’abri d’un accident majeur.

 

Le plus cocasse, c’est que la France veut construire son premier réacteur expérimental à fusion nucléaire, sur le site de Cadarache, lequel se trouve sur une faille sismique.

 

Cherchez l’erreur.

 

Car comme disait un vieil ami africain :

« Celui qui demande qu’on lui répète n’est pas forcément sourd ».

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.07/5   (82 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • geko 28 avril 2008 11:26

    Quand on voit le chaos qui a régné lors de l’explosion d’AZF je ne me fais aucune illusion en cas d’accident à Golfech. Ce jour là je ne referais pas la même connerie d’écouter les radios. J’ai encore en mémoire l’appel à se calfeutrer chez soi lorsqu’une grande partie des vitres d’habitation avaient volé en éclat.


    • olivier cabanel olivier cabanel 28 avril 2008 13:38

      merci de ce commentaire,

      j’ajouterais qu’il reste beaucoup de zones d’ombres sur l’origine de l’explosion.


    • olivier cabanel olivier cabanel 28 avril 2008 15:37

      zones d’ombre dangereuses, dans le sens ou il ne faut pas trop les évoquer,

      il vaut mieux en rester au discours officiels, et ne pas imaginer d’autre scénarios,

      ais-je bien répondu a votre interrogation ?


    • tmd 28 avril 2008 12:39

      Je ne peux m’empécher de vous donner le lien vers la "Lettre ouverte aux journalistes qui vont évoquer Tchernobyl. et surtout à ceux qui les écoutent, les lisent ou les regardent." que Jean-Marc Jancovici avait publié il y a deux ans.


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 avril 2008 13:38

        merci de ce lien édifiant

         


      • Sébastien Sébastien 28 avril 2008 13:00

        On ne peut pas comparer la centrale russe a celles francaises. De la meme maniere, ce n’est pas parce qu’on avion de l’aeroflot s’ecrase que l’on ne va pas prendre air france.

        Vous avec raison cela dit, nous ne sommes pas a l’abris de dangers. Je ne comprends pas bien ou vous voulez en venir ? Abandon du nucleaire ? Redefinition des risques et mesures a prendre ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 28 avril 2008 13:50

          abandon du nucléaire,

          comment ne pas l’envisager sérieusement,

          il est évident que quelques éoliennes, et des capteurs solaires thermiques ou photovoltaiques ne résoudront pas l’équation,

          mais il y a tant de sources énergétiques non polluantes, renouvelables, que l’on peut aujourd’hui, et non pas demain, procurer toute l’énergie dont nous avons besoin.

          il y a un potentiel de 92,6 millions de tonnes équivalent pétrole avec le méthane,

          il y a la géothermie, non pas celle des pompes à chaleur, mais celle de l’eau du sous sol français, extremement bien doté, qui pourraient nous procurer 30 millions de tonnes équivalent pétrole,

          et surtout il y a un gros effort à faire pour l’isolation des maisons et des entreprises. il existe un immeuble a Genève qui maintient 18 degrés toute l’année, sans le moindre appareil de chauffage : il y a seulement des échangeurs de chaleur.

          ceux ci récuperent la chaleur de l’air vicié envoyé à l’extérieur, et les quelques ordinateurs, appareils d’éclairage qui produisent de la chaleur suffisent a assurer 18 degrés toute l’année : les verres utilisés pour les ouvertures du batiment ayant un très bon coefficient thermique.


        • E-fred E-fred 29 avril 2008 00:13

          Vous avez raison ! Pensons aussi aux maisons à energie positive.

          La maison à énergie positive industrialisée existe.
          Elle est commercialisée par un constructeur allemand Weberhaus, également présent officiellement en France.
          http://www.weberhaus.de/2373.html en allemand, désolé.

           


        • olivier cabanel olivier cabanel 29 avril 2008 07:55

          d’accord avec vous,

          il ne faut plus puiser dans les énergies fossiles,

          que ce soit le pétrole, le charbon, le gaz, ou le nucléaire, les gisements aussi importants soient-ils finissent par s’épuiser un jour, et au fur a mesure de l’exploitation du gisement, les prix montent, puisque chaque gisement a une limite.


        • olivier cabanel olivier cabanel 29 avril 2008 08:01

          merci de cette info

          je pense qu’il doit etre possible d’avoir une version française, car cette technologie est une des réponses énergétique très importante.

          quand on pense économie d’énergie, il ne s’agit jamais de "se serrer la ceinture", mais de gérer l’énergie différemment.

          cela peut réduire notre consommation de pres de 100 millions de tonnes équivalent pétrole par an.


        • sisyphe sisyphe 28 avril 2008 15:54

          Et si les recherches se développaient également sur le solaire, pour en faire des capteurs plus réduits, plus performants, moins coûteux ?

          Oui, toutes les recherches sur les énergies renouvelables sont à développer en toute priorité, de toute urgence, avant que nous soyons rattrapés par les bombes à retardement que constitue l’énergie nucléaire, ses risques, ses déchets qu’on ne sait toujours pas retraiter, et qui s’accumulent vertigineusement...


          • guitouni 28 avril 2008 17:43

            Cela dit à la décharge du nucléaire, le pétrole et el charbon produisent aussi des déchets (les gaz à effet de serre) qui constituent un danger majeur et pas hypothétique (je veux dire qu’un second accident nucléaire majeur pourrait arriver alors que le réchauffement climatique arrive avec certitude).

            Il faut reconnaitre cela étant dit que l’horreur des conséquences de tchernobyl rend difficile le soutien de l’activité nucléaire. La question étant : a-t-on une alternative sérieuse actuellement ?


          • olivier cabanel olivier cabanel 29 avril 2008 08:05

            c’est vrai il faut dénoncer le mensonge du sois disant retraitement des déchets nucléaires,

            depuis près d’un demi siecle, ces dechets s’accumulent à la hague, mais aussi dans la quasi totalité des départements français, et nous n’avons pas de solution de traitement,

            ni l’enfouissement, ni l’envoi dans l’espace, ni les surrégénérateurs ne sont des solutions acceptables ou possibles.

            il faut vite arreter de continuer d’en produire et préserver l’avenir des générations futures est essentiel.


          • olivier cabanel olivier cabanel 29 avril 2008 08:09

            la réponse est :

            OUI, nous avons une alternative sérieuse, concrète et possible des aujourd’hui, au nucléaire,

            entre l’éolien, le solaire thermique ou photovoltaique, l’énergie des marées, hydraulique, des vagues, le méthane etc... et une meilleure gestion de la consommation énergétique, il y a largement de quoi remplacer le nucléaire, le pétrole et le charbon,

            j’ai détaillé ceci dans un article paru dans la presse internet, notamment dans "les voix du panda".

             


          • Vincent 28 avril 2008 16:00

            Article difficile à suivre, quel est sont but,

             

            nous prouver que les écrits bibliques sont vrais,

            nous faire comprendre qu’en 1986 on nous a pris pour des cons (ça on savait déjà)

            tenter de nous convaincre de sortir du nucléaire

             

            Remettre un p’tit coup de mystère sur l’affaire AZF, des zone d’ombres après l’explosion, il ne devrait plus y en avoir puisque tout a été rasé autour, aplani, donc plus d’ombre possible.

            Enfin ce qui se dit c’est que l’usine des poudre d’à coté n’a pas contribué à diminuer l’ampleur de l’explosion. En tout cas le carburant de fusée mit au point à bien fonctionné puisque utiliser dans le dernier lancement d’Ariane 5.

             

            Pour conclure votre article part dans tous les sens et malheureusement les commentaires aussi.

            Précisez votre pensé la prochaine fois que l’on puisse argumenter, parce qu’entre le mystique et le scientifique, il y a quand même un sacré fossé.

             

             


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 avril 2008 08:12

              j’admet que les références sur "l’apocalypse" n’ont rien de scientifique, mais je trouve interessant de souligner que le mot Tchernobyl se traduit par absinthe, ce mot utilisé dans la bible pour annoncer ce que vous savez,

              rien de plus,

              rien ne vous empeche de ne pas vous attarder à ce petit paragraphe, et de commenter le reste...


            • olivier cabanel olivier cabanel 30 avril 2008 14:33

              difficile à suivre, l’article ?

              ah bon ?

              le constat avant tout que le nucléaire est sans issue, et représente trop de danger et d’incertitudes,

              que nous n’avons pas de solution pour la gestion des dechets,

              que nous n’avons pas non plus de certitudes quand a sa fiabilité sur le sol français,

              que cela ne nous donne aucune indépendance énergétique,

              gommez, s’il vous dérange, le paragraphe biblique...

              ce ne sont que quelques lignes en point d’interrogation.

              merci de tacher d’etre constructifs dans vos commentaires,

              dénigrer sans argument, c’est un peu vain.


            • Proudhon Proudhon 28 avril 2008 20:25

              J’ai lu il y a quelques mois le livre, "Ce fameux nuage ... Tchernobyl !". De Jean-Michel Jacquemin.

               Je retranscris içi l’email que j’ai envoyé à l’époque à l’auteur :

              "A la lecture de cet ouvrage il m’apparaît personnellement que ce qui s’est passé à Tchernobyl ressemble plus à un sabotage délibéré qu’à un accident. En effet, comment expliquer logiquement cette suite d’incompétences. Trop c’est trop.

              En relisant le début de l’ouvrage pour bien me remettre en mémoire les circonstances de "l’accident", je découvre qu’un certain Yuri Scherbak, ingénieur à l’époque de l’accident témoigne :

              "C’était la fin du monde. Je ne pouvais en croie mes yeuc. etc..."

              Et une chose que je n’avais pas notée à la première lecture. Maintenant ambassadeur d’Ukraine aux Etats Unis. (En fait il est ambassadeur d’Ukraine au Canada.).

              Ma question :
              Comment passe-t-on de simple ingénieur dans une centrale atomique à ambassadeur d’Ukraine au Canada. ? "

              La réponse :

              Mon livre « Ce fameux nuage… » préfacé par Théodore Monod a été édité en octobre 1998, avec une réedition en décembre 1999. Je pense qu’à l’époque Yuri Scherbak était ambassadeur aux USA puisque je viens de vérifier sur Google, on le retrouve ambassadeur aux USA, au Canada, en Israël et au Mexique.

               

              Comment un ingénieur peut-il se retrouver à un poste d’ambassadeur me demandez-vous ????

               

              Peut-être trouverez-vous la réponse dans un chapitre qui aurait du être dans mon dernier livre « Cachez ce nuage que je ne saurais voir… » préfacé par le cancérologue Dominique Belpomme, ôté au dernier moment par l’éditeur car déjà 400 pages… Mais que j’ai mis en entier sur mon site : l’affaire du tremblement de terre que j’avais abordé dans le deuxième livre et qui avait été repris par la revue Historia et qui dérange énormément...

               

              Mais on peut également se demander comment un simple directeur de cabinet de Monsieur Jospin, s’est retrouvé nommé ambassadeur à Madrid en 2002, nommé par Chirac…

              Bonnes réflexions…

              Bien cordialement


              • olivier cabanel olivier cabanel 28 avril 2008 23:34

                bonjour,

                revenons sur terre, voulez vous,

                moi je suis pret a tout croire, why not ?

                mais l’histoire d’un ingénieur, qui pour avoir un poste d’ambassadeur met le monde en péril, çà me parait un peu désordonné,

                je crois qu’il y eu une série d’erreurs humaines, lesquelles ne découlaient pas de l’action d’un seul homme,

                la preuve est sous nos yeux : dans wikipédia, minute après minute, on sait exactement qui a fait quoi,

                ils sont plusieurs a avoir accumulé des erreurs,

                on nous a longtemps seriné sur le sol français que la catastrophe de tchernobyl était du a une mauvaise technologie, et que nous, géniaux français, avions une longueur d’avance,

                on sait maintenant qu’il y a eu seulement une défaillance humaine, et on sait aussi qu’en france nous ne sommes pas à l’abri, et j’écris çà en me basant sur les déclarations de l’ASN, laquelle affirme que nous ne sommes pas pret en cas d’accident,

                pire, nous sommes non plus pas pret, médicalement parlant,

                alors permettez moi de vous dire que cette histoire d’accident organisé, aux fin d’obtenir un poste d’ambassade me parait tiré par les cheveux.


              • Proudhon Proudhon 29 avril 2008 18:01

                Croyez ce que vous voulez !

                Mais à moi, on ne me fera pas croire qu’un simple ingénieur d’une centrale atomique ukrainienne puisse finir comme celà ambassadeur. Surtout des USA, du Canada etc...

                Ca ne veut pas dire que c’est lui qui a déclenché tout celà. Mais ce peut être un témoin qui savait des choses. Vos croyez que l’on vit dans quel monde. Vous ne vous souvenez pas de deux morts récents. Un policier en Italie et un employé téléphonique en Grèce. Tous les deux se sont "suicidés" après qu’ils aient découvert que la CIA écoutait, grâce à un logiciel les conversations téléphoniques des membres du gouvernement de ces deux pays.

                Voir l’émission passée sur Arte "Du côté des Anges".


              • olivier cabanel olivier cabanel 30 avril 2008 08:16

                à Proudhon

                il y a une enquete a faire, et je suis pret à la faire avec votre aide, si vous le souhaitez,

                envoyez moi un mail, et nous verrons comment nous pourrions nous y prendre pour ce travail,

                cordialement


              • hurlevent 28 avril 2008 20:46

                Le rapport de la WHO (World Health Organization) estime que Tchernobyl a provoqué la mort directe de 56 personnes et qu’il pourrait y avoir 4000 morts supplémentaires parmis les 600 000 personnes habitant autour de la centrale, et 5000 morts parmi les 6 millions de personnes de la région.

                Le nombre de cancers de la thyroïde a augmenté en France régulièrement d’environ 7% en moyenne depuis 1977, sans inflexion particulière en 1986.

                L’article mélange référence bibliques et contre-vérités.

                 


                • olivier cabanel olivier cabanel 28 avril 2008 23:42

                  je ne mélange rien,

                  les références bibliques sont seulement pour apporter une lumière, discutable, j’en conviens, mais un autre éclairage,

                  quand aux morts, les 25000 annoncés par l’ambassade d’Ukraine (on ne peut pas etre mieux informé) me paraissent incontestable.

                  quel interet aurait l’Ukraine a nous mentir sur le nombre de victimes ?

                  par contre, les interets des nucléocrates sont plus visibles.

                  et on ne parle ici que des morts suite à un accident, sans évoquer les cancers latents, dus aux déchets disséminés un peu partout en ex URSS.

                  ni dus aux déchets stockés en plein air, ici ou là, dans chaque département français.

                  vous pouvez demander et obtenir (?) la liste des dépots de déchets sur notre territoire, vous serez étonnés.

                  il faut aussi s’interroger sur la fable de l’indépendance énergétique nucléaire française.

                  pour 90% (au moins) nous sommes dépendants d’autres pays, dont l’afrique. Nous couvrons les activités discutables de despotes, dont le nouveau chef nigérien, protégé par l’armé française, car pour 60% au moins, nous sommes dépendants de leur approvisionnement en uranium.

                  les Touaregs ont levé une armée, pour protester contre cette pollution organisée du territoire ou ils vivent.

                  et la France soutient le dictateur.

                  alors, merci de comprendre que le nucléaire n’a pas d’avenir.


                • olivier cabanel olivier cabanel 29 avril 2008 08:19

                  on sait que dans certains milieux on tente de minimiser les conséquences de tchernobyl, afin de protéger la lucrative activité nucléaire,

                  mais n’oubliez pas que Koffi Annan, secretaire général de l’ONU confirme que 9 millions d’adultes et 2 millions d’enfants souffrent des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl.

                  croyez vous que mr Koffi Annan soit un homme irresponsable, répendant des contre vérités ?

                  ces déclarations sont confirmées par martin Griffith, directeur du département des affaires humanitaires à l’ONU, qui déclare que le pire est a venir, et que la tragédie ne fait que commencer.

                  je trouve indécent et pitoyable de répandre des contre-vérités, affirmant que seulement 31 personnes sont mortes suite à cette tragédie.


                • olivier cabanel olivier cabanel 29 avril 2008 14:24

                  le secretaire général de l’onu, koffi ahnann, qui n’est pas une personne suspecte de manipulation, (en imaginant que vous partagez ce sentiment) en annonce des dizaines de milliers de plus.

                  sans compter les cancers induits,

                  il est probable que nous connaitrons beaucoup plus tard les véritables conséquences de la catastrophe de tchernobyl,

                  merci de donner des arguments crédibles, et de ne pas tenter de déstabiliser le débat en évoquant une parenthese modeste, sur le mot tchernobyl / absinthe cité dans la bible.

                  merci de rester constructif, et de tenter de donner des arguments recevables.


                • Zevengeur Zevengeur 28 avril 2008 22:52

                  Il n’en est pas moins vrai qu’à l’époque de Tchernobyl toute l’Europe ne parlait que du nuage dans les médias et que pour le France il s’agissait plutôt d’un silence radio (pas actif !).

                  Tout cela jette le suspicion, et y a t’il eu de vrais études épidémiologiques sur les années qui ont suivi la catastrophe ?

                  Je publie sur mon site un article connexe qui concerne l’uranium appauvri, ça on n’en parle pas non plus dans les medias.

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   


                  • olivier cabanel olivier cabanel 28 avril 2008 23:48

                    il y a encore en ex union sovietique des dépots de déchets nucléaires hautement radio actifs, qui font le bonheur des trafiquants.

                    ces déchets sont revendus à prix d’or a qui le veut, afin de fabriquer des bombes sales.

                    dans la foret géorgienne, il y a plus d’un millier de site ou des morceaux de réacteur nucléaires ont été abandonnés, à la portée du premier trafiquant venu.

                    ils contiennent du strontium 90, du plutonium 238... et autres "joyeusetés".

                     

                     


                  • E-fred E-fred 28 avril 2008 23:57

                    Tout à fait d’accord avec vous. Le nuage, nous l’avons tous pris sur la figure sans le savoir. 

                    Merci Pr. Pellerin !

                    En Norvège, le gouvernement interdit la vente et l’exportation du lait et des fromages de chèvre, ainsi que des fraises et des myrtilles, dont la radioactivité est 10 à 15 fois supérieure à la moyenne habituelle. En Allemagne, dans les villes de Essen, Hambourg, Munich, les autorités recommandent aux populations de se protéger des averses. En Rhénanie, Westphalie et au Bade-Wurtemberg, on demande à la population de ne plus consommer ni lait ni légumes verts. A Berlin-Ouest, les autorités demandent aux femmes enceintes et aux enfants de ne pas sortir des maisons. Comme leurs voisins nordiques, les petits Allemands sont privés de jouer dans les bacs à sable des jardins.

                    Super document que vous proposez sur l’uranuim appauvri, Zevengeur ! Il faut en faire un vrai article sur Avox !


                  • olivier cabanel olivier cabanel 29 avril 2008 08:22

                    il semble que le professeur Pélerin ait bien donné les informations au gouvernement d’alors, mais que celui ci a pris la décision d’annoncer que tout danger était écarté,

                    puis aurait fait porter "le chapeau", au professeur en question,

                    il y a la une belle enquète a faire.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 30 avril 2008 14:35

                    j’encourage comme vous zevengeur à nous proposer un article sur l’uranium appauvri

                    il y a la un vrai débat, et beaucoup, comme pour AZF, des zones d’ombre.


                  • Gasty Gasty 28 avril 2008 23:40

                    La vérité, la vrai de vrai, d’absolument vrai, elle est ici.


                    • tinga 29 avril 2008 23:51

                      Merci aux liquidateurs (liquidés serait plus juste) , sans ces 1 million de personne mobilisées (sacrifiées), les choses auraient été bien pire (100 000 sont probablement déjà morts), ces héros sont traités comme des parias et leur martyr est ignoré...

                       


                      • olivier cabanel olivier cabanel 30 avril 2008 08:13

                        tout a fait d’accord avec vous,

                        comme je le dis dans mon article, sans les "liquidateurs", il y aurait pu y avoir une explosion 50 fois plus importante que celle que nous avons connu,

                        merci de votre commentaire


                      • KOUAME KOUAME 5 décembre 2008 09:10

                        Est ce que les déchets toxiques déversés à Abidjan ne vont pas avoir les même concéquence de l’explosion de la centrale de Tchernobyl ?


                        • olivier cabanel olivier cabanel 5 décembre 2008 09:26

                          Kouamé,

                          il est difficile de se prononcer en détail sur les conséquences du dépot de déchets radioactifs d’Abidjan, ce qui est certain, c’est qu’il y a fatalement des conséquences. tout dépend de la nature des radio-éléments : le plutonium à une période de 24000 ans, le césium 30 ans... il faudrait donc connaitre la nature des déchets déposés. je ne sais pas si des analyses ont été effectuées sur le terrain ? si des aliments ont été mesurés ? la radioactivité est propagée par l’eau :
                          la terre est donc contaminée
                          les plantes sont donc contaminées à leur tour,
                           les animaux qui mangent ces plantes le deviennent a leur tour, et accumulent les doses...
                          les humains qui sont au bout de la chaine alimentaire accumulent a leur tour les doses.
                          tout cela est donc grave, à l’évidence.
                          pour avoir une idée précise de la pollution, il faudrait envoyer des échantillons à un laboratoire indépendant,
                          en France il en existe un (la criirad)
                          cordialement,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès