Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’Imposture globale ou réchauffement climatique anthropologique

L’Imposture globale ou réchauffement climatique anthropologique

Terrien prends garde ça chauffe et c’est aussi de ta faute !

Capitalisme Vert
 
L’expulsion de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et notamment le dioxyde de carbone depuis les débuts de l’ère industrielle est en partie responsable du réchauffement climatique constaté depuis un siècle. Nous devons réduire nos émissions, c’est une question de vie ou de mort.
 
Des scientifiques éminents suivent des mesures, publient les résultats. Les nations prennent des décisions fortes. Des savants, des politiques vulgarisent les connaissances, les médias passent le message, les industriels prennent les devant. C’est magnifique me direz-vous, du jamais vu, des accords internationaux, une prise de conscience mondiale de notre co-responsabilité individuelle sur notre prise sur l’environnement, l’effet papillon de la pollution. Il faut se réjouir en effet de tout cela, encore faut il que toutes les nations signent et appliquent les accords.
 
+CO2 ==> +°C
 
Mais concentrons-nous sur notre cher dioxyde de carbone. Si mes sources sont exactes, surtout que c’est pas facile d’aller mesurer partout, il représente 0,05% de l’atmosphère et 5% des gaz à effets de serre qui y sont présents, le reste étant essentiellement de la vapeur d’eau. Sur la quantité annuelle de CO2 dégazée, la part humaine est ajoutée à de nombreux autres facteurs : les volcans, la respiration et la fermentation biologique, et surtout les échanges avec les océans. On constate depuis un siècle une augmentation de la teneur de ce gaz dans l’atmosphère. On constate par ailleurs une augmentation des températures, la fonte des glaces, la hausse des mers. On le tient ! On le savait, l’effet de serre, on connait. L’augmentation de la teneur constatée est surement due à l’activité de l’homme. On va réduire les émissions, il faut sauver le monde. Inventons une taxe carbone. Que la corrélation CO2 température ne colle pas avec la baisse des températures entre 40-70 ou l’on annonçait une période glacière prochaine ne perturbe personne.
 
 
La Thermodynamique
 
Les cycles solaires, les cycles astronomiques : distance terre soleil, inclinaison de la terre... sont les moteurs du changement depuis des milliards d’années. Les effets albedo de la terre et des mers, le rôle des océans et de l’atmosphère dans la redistribution thermique, les effets liés à la salinité de l’eau, l’effet de serre, le refroidissement de la terre dans l’univers, le rayonnement cosmique, etc..., en un mot : la thermodynamique est responsable du climat.
 
 
+°C ==> +CO2
 
Le temps change et c’est pas nouveau. Il y a eu des époques bien plus chaudes et d’autres bien plus froides, et même glacières, bien avant que l’on envoie des satellites dans l’espace proche. D’ailleurs on arrive à "lire" le climat passé par exemple dans la glace des pôles en faisant des carottages. M.Algor nous l’a bien montré, on découvre une corrélation entre la teneur en CO2 dans l’atmosphère et les fameuses périodes plus chaudes ou plus froide. Par contre, ce qu’il ne dit pas, c’est que l’augmentation de la teneur en CO2 ou sa diminution suit la hausse ou la baisse de températures de 800 ans en moyenne. Ceci pouvant être expliqué entre autre par le phénomène de "respiration" des océans qui dégagent du CO2 en s’échauffant et en dissolvent en se refroidissant. A partir de là on confond une conséquence du réchauffement avec ses causes.
 
 
Le CO2 ça gonfle
 
La hausse des températures n’est pas remise en cause cependant pourquoi mange-t-on du réchauffement climatique anthropologique à chaque repas ? Et surtout pourquoi cette théorie est-elle devenue comme allant de soi, à tel point qu’exprimer une opinion tout au plus sceptique paraisse déplacée ? Au final si on ne sait plus ce qui est juste, pourquoi n’y a-t-il déjà plus de débat ?
 
Il semble que même par principe de précaution on doive réduire ses émissions alors c’est pas la peine de discuter. Bon, mais le champ d’application de ce principe ne réduit pas au CO2 me semble-t-il qu’en est-il du nucléaire, des pesticides, des OGM, des déchets de toute sorte ?
 
Gavé au CO2
 
La consommation de pétrole augmente alors que les sources se tarissent. Les nations dites "développées" se goinfrent. Imaginons de gros et gras Pantagruels accrochées à une énorme outre de vin parsemées de tétines et d’où partent des tuyaux pour les plus chétifs. Ils ne peuvent aspirer plus sans s’étouffer mais aimeraient bien se désaltérer le plus longtemps possible. Diminuer l’appétit ou la tétine de son voisin par tous les moyens ou se saisir de l’outre sont les deux grandes voies qui s’offre à la voracité des plus gros. Ils savent bien que cette bonne chair finira bientôt.
 
Les mutations profondes à venir de l’économie liée à la pénurie de ressources ne se feront pas sans une consommation encore plus grande de ressources. Plus particulièrement de composés carbonés et surtout dans les pays riches s’ils veulent maintenir ce niveau de vie. ils ne peuvent s’offrir le luxe de laisser les pays les plus pauvres se développer, consommer plus de ressources à leur place, avant eux, au dépend de leur domination future sur le monde. Maintenant on comprend mieux pourquoi des élites de renommée internationale sont tant impliquées dans la lutte contre le réchauffement planétaire lié à l’activité humaine ou pourquoi des lobbys puissant financent nos hélicologistes. L’industrie pétrolière me direz vous ? Elle n’a cure de tout cela, elle sait pertinemment que nous épuiserons le pétrole jusqu’à la dernière goutte avant de passer à l’exploitation des autres composés carbonés et de défigurer la planète et les fonds marins. Un pétrole cher ne la rebute pas outre mesure.

Le protocole de Kyoto est en fait un frein au développement des pays comme le Brésil ou l’Inde. Les USA qui ne l’ont pas ratifié pourront continuer de se goinfrer tranquille, transformer leur économie et assoir leur domination mondiale tandis qu’on tapera sur les doigts des pays cherchant à se développer en leur disant qu’ils vont détruire le monde. Ce qui est bon pour moi ne l’est pas pour les autres. Laisser le pétrole qui reste aux pays de l’OCDE, ce sont les motivations. Voilà pourquoi le RCA n’est pas remis en cause et doit être admis comme une vérité absolue.
 
Vaisseau Terre
 
Le temps change, périodes chaudes, périodes glacières s’écoulent, la terre poursuit son grand voyage dans l’univers, abritant la vie. Le CO2 est une ressource de la nature. Les mammifères et les plantes le respire. L’effet de serre évite à la Terre les froideurs de l’univers. Nous devons à tout prix aimer et protéger notre vaisseau et tous les biotopes qu’il abrite en son sein. Minimiser notre impact sur le monde tous ensemble, tous les jours en cherchant à toujours s’améliorer, soyons les jardiniers de la planète, pas des fossoyeurs d’espèces animales et végétales. Il ne faut pas cacher les vrais questions derrières des plans géostratégiques dont l’humanité n’a rien à faire. Il ne faut pas cacher les vrais problèmes, les vrais responsabilités derrière un chiffon rouge qu’on agite sous les yeux du public. Aujourd’hui le CO2, les bonus, les talibans, les paradis fiscaux ... Demain l’azote, le sel, la grippe que sais je.
 
Nous sommes collectivement responsable, ne laissons pas la démocratie dans les mains des techniciens ou de spécialistes qui savent ce qui est bon pour nous et ne laissons personne penser à notre place. Gardons l’esprit ouvert et le sens critique, remettons tout en question tout le temps. Il faut savoir raison garder et définir ensemble nos vraies priorités environnementales.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 17 septembre 2009 10:09

    Changement climatique : je n’y connais rien.

    Cependant, il me vient une question : Qu’est-il finalement advenu du fameux trou dans la couche d’ozone dont on parlait tant naguère (et plus aujourd’hui) ?


    • kleuck kleuck 17 septembre 2009 11:48

      Le trou dans la couche d’ozone n’était qu’une campagne de lobbying de la société Dupont de Nemours, seule capable de produire des substituts de CFC à l’époque et qui s’est ainsi démerdée pour valoriser ses produits avant que la concurrence ne soit en état de faire de même.
      Pas étonnant que l’on n’en parle plus.
      Çà doit être la première fois que les ecolos-à-deux-balles (je nomme ainsi les crétins qui se pensent malins de promouvoir la voiture électrique ou le recyclage du papier sans jamais s’interroger sur l’ensemble de la filiére ou le bilan écologique global) ont fait une aussi belle campagne de pub -non rémunérée, au contraire, quels cons- mains dans la mains avec nos brillants media et baveux.
      Digne d’une bien mauvaise comédie de boulevard.


    • jcm jcm 17 septembre 2009 12:41

      « Pas étonnant que l’on n’en parle plus. »

      Mais qui est « on » ?

      Si le « trou de la couche d’ozone » ne fait plus la « une » des journaux c’est tout simplement qu’il ne figure plus comme une nouveauté, ce qui ne signifie pas qu’il ait disparu.

      Si « vous » n’en parlez plus et n’en entendez plus parler, cela ne vous exonère pas de vous documenter avant d’écrire n’importe quoi.

      Allez donc demander aux habitants des quelques villes de la pointe de l’Amérique du Sud ce qu’ils en pensent : vous deviendrez peut-être moins « crétin » et plus informé !

      Sachez que dans certaines de ces villes chaque feu de circulation est accompagné de feux qui indiquent le niveau de protection à adopter en fonction des prévisions du flux d’UV pour la journée en cours.

      UV qui ne sont plus arrêtés par une couche d’ozone manquante, mais peuvent être absorbés par une plus ou moins grande nébulosité.

      Dans ces régions il est déconseillé de sortir avec des lunettes de soleil (capables de stopper les UV) un couvre chef et une protection solaire dermique minimale.

      Sachez aussi que le nombre de cancers de la peau est anormalement élevé dans ces zones.

      Enfin pour vous documenter sur l’évolution de cette couche d’ozone au niveau mondial vous pouvez accéder facilement à « Global Ozone Maps » entre autres sites du même acabit... probablement publiés par des « crétins » !!!


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 17 septembre 2009 12:46

      à jcm (xxx.xxx.xxx.15) 17 septembre 12:41

      Dans ces régions il est déconseillé de sortir avec des lunettes de soleil (capables de stopper les UV) un couvre chef et une protection solaire dermique minimale.

      Je suppose qu’il faut lire « conseillé ».


    • jcm jcm 17 septembre 2009 12:56

      Tout à fait !

      Merci beaucoup de ce correctif !


    • Le matou 17 septembre 2009 19:38

      Kleuck raconte des salades.
      Le trou dans la couche d’ozone commence aujourd’hui timidement à se résorber. Ce grâce à l’interdiction des CFC décidée lors du traité de Montréal.
      Conclusion : heureusement que les scientifiques ont été écoutés, et pas les imbéciles paranoïaques qui s’imaginent que les activités humaines n’ont pas d’impact sur l’atmosphère.
      Souhaitons que la voie de la raison l’emporte aussi concernant les GES (bien que le défi soit encore plus difficile).


    • jcm jcm 18 septembre 2009 07:13

      En fait ce trou augmente ou diminue selon les années, sans que l’on sache vraiment pourquoi, après s’être réduit quand les émissions de CFC ont décru.

      A voir :

      « Survivre sous le soleil de Punta Arenas Quand la couche d’ozone disparaît »

      « En Patagonie, sous le trou de la couche d’ozone »

      « Des »feux rouges« pour prévenir des dangers de l’exposition solaire »


    • Pierrot Pierrot 18 septembre 2009 13:06

      à Jean Pierre Llabrés,
       
      vous semblez mal informé « on parle toujours du trou de la couche d’ozone stratosphérique ».
      Certes moins souvent qu’avant.

      Globalement, depuis le protocole de Montréal de 1994 instituant le remplacement des substances chlorocarbonées ou plus généralement des produits organiques halocarbonées (chlore, brome, iode) par des produits moins nocifs (HCF en autres) le « trou » (très mauvais terme) s’est stabilisé, puis a un peu diminé depuis les années 2000 avec une exception en 2007.

      Les experts scientifiques estiment que cette couche d’ozone rarifée reptrouvera son « épaisseur » des années antérieures à 1960, soit environ 600 Dobson, vers les années 2060.

      C’est un grave inconvénients pour les habitants du sud de l’hémisphère Sud car les rayonnements ultra violets favorisent l’apparition de cancer (mélanome) et la cécité et défavorisent la croissance végétale.

      J’espère avoir répondu à votre question de façon très synthétique mais vraie.

      Bonne journée.


    • Pierrot Pierrot 18 septembre 2009 13:09

      Il faut ajouter le fluor à la liste des élément hologènes dans mon message précédent.


    • LE CHAT LE CHAT 17 septembre 2009 10:33

      Beaucoup de battage autour du C02 alors que le méthane par ex contribue beaucouip plus fortement au réchauffement . ça ne peut pas faire de mal de moins en produire , mais que cela donne lieu à un business où on se revend des droits à polluer est franchement immoral !
      la composition de l’atmosphère est variable , et on sait par ex que le taux d’oxygène a beaucoup varié , très élévé au carbonifère où cela a permis aux insecte d’atteindre des tailles impressionantes , et fortement diminué au permien suite au volcanisme .

      Il y a beaucoup trop de variables pour avoir ainsi des certitudes sur l’évolution du climat .
      je pense que le battage autout du C02 est devenu un dogme ...


      • fanfan242 17 septembre 2009 16:13

        Dans la mesure où vous semblez aussi septique que moi sur ce battage médiatique autour du C0², je vous conseille de vous procurer le livre d’un éminent Professeur Ian Primer, géologue Australien dont les éditeurs n’ont pas voulu éditer son livre et qui a dû se rabattre sur un minuscule éditeur.
        Les 5000 exemplaires de la première édition furent écoulés en deux jours seulement. 5 autres éditions ont rapidement suivi. L’ouvrage à été vendu à 26.500 exemplaires rien qu’en Australie avec des perspectives tout aussi réjouissante pour l’Anglettre et les USA. Il est même question d’’une édition destinée à la très verte Allemagne !

        Le titre du livre : « Heaven and Heart » que vous pouvez trouver sur le site Amazon.fr. Malheureusement ce livre n’est pas, si toutefois il l’est un jour, traduit en français...ceci pour vous faire une opinion objective et sortant des lieux communs d’Al Gore et Consors !

        « Lhypothèse comme quoi l’activité humaine pourrait créer un réchauffement global est extraordinaire parce qu’elle est contraire à tout ce qui nous enseignent la physique du soleil, l’astronomie, l’histoire, l’archéologie et la géologie »

        « Il n’y a pas de réchauffement climatique. Il a cessé en 1998. Les deux dernières années de refroidissement on effacé presque trente ans d’augmentation de température »

        « Ah, mais l’homme de la rue n’est pas un imbécile. Je reçois parfois jusquà 1000 lettres et emails par jour de gens qui se sentent impuissants, désabusé et carrément malades de toutes les aberration qu’ils entendent... »

        « C’est une des rares bonnes choses à sortir de cette récession, explique Plimer. Les gens commencent à se demande : avons-nous les moyens de nous payer toute cette législation verte ? »






      • fanfan242 17 septembre 2009 16:30

        Je n’ai pas pu finir sur ce chapître pour donner le lien (je ne sais pas faire un copié-collé), j’espère qu’il sera bon ! Je précise que je prends mes informations quelque soit la tendance des sites ou journaux pourvue que je puisse avoir des infos autres que les informations des JT...

        stéphane.info/show.php ?code3%Dweblog%26direct%3DI485%26Lg%3Dfr


      • Paul Muad Dib 17 septembre 2009 12:07

        comme beaucoup je n’y connais rien , je ne peux faire confiance a al gore.
         mon repère au niveau de la mer ne m’indique pas la hausse tant redoutée, je ne vois pas de signes de réchauffement ,en tous les cas rien de flagrant du tout et en fait je m’en tape complètement, que l’humanité disparaisse moi y compris, bien que n’étant pas du tout suicidaire et trouvant même que la vie recelle des trésors qu’un humain qui courre derrière profits,pouvoirs,honneurs, ne connaîtra jamais ...un humain nouveau du genre qui renait une deuxième fois,réglera rapidement tous ces problèmes techniques, mais que voulez vous notre misérable ego qui n’est qu’un outil,donc aveugle, est au pouvoir...cet humain n’est pas intelligent du tout, confondant moyens de survie avec finalité comment voulez vous qu’il s’en sorte ??


        • jcm jcm 17 septembre 2009 13:10

          « je ne vois pas de signes de réchauffement »

          Ben oui, mais il faut savoir que les « signes de réchauffement » ne se baladent pas nécessairement en fanfare dans toutes les ruelles !

          Ils peuvent être très discrets mais significatifs, et certains d’entre eux sont parfois largement occultés par les phénomènes météorologiques.

          En outre ce réchauffement n’a ni la même intensité ni les mêmes impacts sur toutes les régions du monde.

          C’est pourquoi il faut regarder les mesures qui se font un peu partout dans de très nombreux domaines pour « voir des signes ».

          Certaines de ces mesures nous disent par exemple : « En l’absence des émissions humaines de CO2, l’Arctique se refroidirait », ce qui ne semble pas être le cas !

          C’est pourquoi il faut regarder les mesures qui se font un peu partout dans de très nombreux domaines pour « voir des signes ».

          Certaines de ces mesures nous disent par exemple : « En l’absence des émissions humaines de CO2, l’Arctique se refroidirait », ce qui ne semble pas être le cas !


        • Paul Muad Dib 17 septembre 2009 15:36

          d’accord ,mais je maintiens mon propos,et ce n’est pas quelques mesures faites par ci par la qui me parlent, d’après al gore on est foutu ,mais bon un ex futur président américain ecolo ??


        • chria chria 17 septembre 2009 17:10

          Qu’est-ce qui en savent que l’arctique se refroidirait sans émissions humaines, ils ont visité des univers parallèles ?
          Cette étude montre simplement que les températures se sont réchauffées depuis plus d’un siècle, ce qui n’est pas une découverte !

          http://www.climatedepot.com/a/2769/Not-Again-Media-Promoting-Arctic-Hockey-Stick%E2%80%93Claim-Temps-Warmest-in-2000-Years%E2%80%93But-Scientists-Already-Rebuking-Latest-Study

          http://www.greenworldtrust.org.uk/Science/Scientific/Arctic.htm

          A chacun de se faire son idée, mais il faut se méfier des raccourcis, et surtout des articles journalistiques sur internet (maxiscience est un spécialiste, ils nous mettent « victimes du CC » dans le titre, alors que dans les articles les chercheurs nous expliquent le contraire)...
          Il faut bien attirer le chalant.


        • Lapa Lapa 17 septembre 2009 12:13

          le dogme du réchauffement climatique anthropique lié aux émissions de CO2 permet un certain nombre de choses :

          à certains chercheurs ou écologistes d’avoir des crédits pour leur recherche car le sujet est dans l’air du temps et des préoccupations des gouvernements.

          de créer un marché spéculatif sur les droits à polluer, marché spéculatif sur lequel on trouvera des entreprises spécialisées appartenant à...Al Gore et d’autres chantres de l’hélicologisme.

          De permettre ainsi de spéculer sur le fruit de travail des employés des entreprises et des plus values sur des transactions financières.

          d’apprivoiser suffisamment le citoyen pour lui faire cracher une nouvelle taxe, usine à gaz, qui pourra être joyeusement modulée à la hausse (commencée à 30 euros la tonne dans certains pays elle est maintenant à 200 et on connaît tous l’évolution de la CSG...) puisque acceptée par le peuple complètement soumis. Évidemment cette taxe servira : au mieux à permettre via des niches fiscales et autres chèques verts d’orienter le consommation vers des produits d’entreprises copines en plein greenwashing ou de financer par l’assujéti fiscal la restructuration d’entreprises privées dans le secteur « vert ». au pire, ça alimentera le déficit chronique de l’état.

          Enfin cela permet d’essayer de brider le développement des pays en phase de développement en leur imposant des contraintes techniques inatteignables.

          Comme vous le voyez, le dogme du CO2 émis par l’Homme responsable du réchauffement climatique est porteur de suffisamment d’intérêts pour nos puissants et tant d’autres qu’il n’est pas étonnnant qu’on y échappe pas et qu’il devienne une vérité relayée par beaucoup.


          • chria chria 17 septembre 2009 12:29

            Tout juste, belle synthèse. La multiplication des intérêts croisés engendrent la vérité vraie. Un petit coup de culpabilisation par dessus, et hop, le tour est joué.
            Mais cela n’est pas endémique à ce sujet, c’est tout simplement la dynamique du monde.


          • chria chria 17 septembre 2009 12:25

            J’ai plus peur des centrales nucléaires qu’il va falloir construire à gogo pour alimenter les voitures électriques que du CO2, mais pourtant, ça fait pas peur aux écolos qui ont enfin trouvé une vitrine avec cette histoire de changement climatique.
            Car il ne faut pas se leurrer, passer à une économie décarbonée engendrera beaucoup de soucis environnementaux et socio-économiques.

            Quand au rôle du CO2, comme dirait un ami réchauffiste, la théorie est simple : + de gaz à effet de serre augmente l’effet de serre. cqfd.

            Enfin je vous livre cette phrase d’un expert de l’épidémiologie sur les modèles (on peut l’appliquer aux modèles climatiques, même si certains diront que cela n’a rien à voir, que l’on connnaît parfaitement les mécanismes du climat via le consensus gieciens, etc.) : "(les modèles) ne devraient rester que de simples indicateurs. Or, on constate que le poids d’une prédiction épidémiologique dans les décisions de santé publique dépend surtout de deux facteurs : la réputation de celui qui l’a formulée et la crédulité de celui qui l’écoute » .(S&V n°1104).

            Bien sûr qu’il faut se préoccuper de nos agissements, et être responsable des problèmes que l’on engendre. Mais comme vous le montrez bien dans cet article, la relation entre incertitudes scientifiques et certitudes politiques a de quoi étonner, non ?
            Complot ? Conspirationnisme ?
            Que neni ! Complexité du monde, tout simplement. Et on veut nous faire croire que tout cela est simple, linéaire, blanc ou noir. Choisi ton camp ou meurt. Le monde actuel est bien désespérant, et loin d’être mature. 


            • Le matou 17 septembre 2009 19:47

              « la relation entre incertitudes scientifiques et certitudes politiques a de quoi étonner, non ? »
              Sachant que les politiques ont environ 20 ans de retard sur les scientifiques, ce que vous dites est un peu surprenant.
              Vous devriez plutôt vous demander pourquoi alors que ça fait 20 ans que des scientifiques tirent la sonnette d’alarme, les politiques n’ont pris aucune mesure de précaution jusqu’à aujourd’hui...


            • Croa Croa 17 septembre 2009 23:35

              Le Matou pose la bonne question : « Vous devriez plutôt vous demander pourquoi alors que ça fait 20 ans que des scientifiques tirent la sonnette d’alarme, les politiques n’ont pris aucune mesure de précaution jusqu’à aujourd’hui... »

              Les politiques sont des fantoches. Ceux qui tirent les ficelles ont des priorités qui ne sont pas d’intérêt public.


            • chria chria 18 septembre 2009 10:42

              Il y a 20 ans tout cela n’était que supposition, et le contexte complétement différent. Les politiques ne peuvent changer le monde à chaque fois que des « on devrait par précaution » sortent de la bouche de certains scientifiques politisés.

              Non, le politique doit prendre des décisions sur des incertitudes et c’est là que cela devient bancale. Car la recherche ne s’arrête pas à un temps T avec ces certitudes. Aujourd’hui on ne sait toujours pas si le CO2 est réellement dangereux pour nous, pourtant on prend des mesures politiques fortes. On verra bien comment cela fini mais de toute façon le principe de précaution a toujours raison, même quand il a tort, a posteriori.


            • chria chria 17 septembre 2009 12:40

              Allez pour le plaisir des catastrophistes modélisateurs détendeur de vérités futures : rien n’est simple !
              http://www.lepost.fr/article/2009/09/16/1698610_les-previsions-de-leurs-modeles-du-vent.html


              • Jean Lasson 18 septembre 2009 21:33

                @ chria,

                Très intéressant lien ! Merci. A lire absolument...


              • jcm jcm 17 septembre 2009 12:55

                Ecrire que le CO2 « représente 0,05% de l’atmosphère » n’a strictement aucun sens !!!

                Avalez 0.1 mg de polonium 210 : si votre masse est de 75 kg cela représente 1*10 e-8 soit largement beaucoup moins que 0,05% de cette masse.

                Avalez et venez me donner de vos nouvelles dans quelques temps !!!


                • freelol freelol 17 septembre 2009 19:53

                  C’est avaler du polonium qui n’a pas de sens.


                • jcm jcm 18 septembre 2009 06:51

                  « C’est avaler du polonium qui n’a pas de sens. »

                  Je tentais de vous faire comprendre que raisonner de cette façon sur une proportion, sans plus de considérations, sans prendre en compte les caractéristiques de l’élément en question, ne signifie rien.

                  Or votre phrase "Si mes sources sont exactes, surtout que c’est pas facile d’aller mesurer partout, il représente 0,05% de l’atmosphère et 5% des gaz à effets de serre qui y sont présents, le reste étant essentiellement de la vapeur d’eau.« ne pouvait avoir comme raison d’être que tenter de convaincre le lecteur qu’une si faible teneur ne pourrait avoir que des conséquences négligeables, du seul fait de sa faiblesse.

                  Comme vous nous affirmez : »0,05% = rien (ou négligeable)" je tentais de vous faire comprendre qu’il n’était pas possible de raisonner de la sorte.

                  Vous saisissez maintenant ?


                • freelol freelol 19 septembre 2009 06:44

                  A vrai dire j’avais saisi dès le début mais votre nouvelle approche est tout à fait satisfaisante dans la mesure ou vous ne me conseillez plus le suicide.

                  Ceci dit vous interprétez mon propos. Mon but n’est pas de minimiser mais simplement de dire de quoi on parle : 0,05 % de l’atmosphère 5 % des ges.

                  Alors j’ai pas trouvé quel est le pouième de pourcentage rejeté par l’humanité chaque année et cette information m’intéresse.

                  A part ça le CO2 n’est pas un poison et votre analogie n’a pas vraiment de sens à nouveau.


                • kleuck kleuck 17 septembre 2009 13:44

                  Le trou dans la couche d’ozone n’a certes pas disparu, mais ce n’est pas non plus une nouveauté, pas plus que ses fluctuations en fonction de plusieurs paramètres, entre-autre l’activité solaire (qui connait des cycles)
                  Par contre le fait que l’on n’en parle plus est bien lié à la cessation de cette campagne.
                  Que je sache on parle encore des émission de polluants par les autos depuis l’adoption des filtres.
                  Pourquoi ?
                  Parce qu’il y a encore des systèmes et des taxes à nous « vendre »


                  • Le matou 17 septembre 2009 19:58

                    « Que je sache on parle encore des émission de polluants par les autos depuis l’adoption des filtres.
                    Pourquoi ?
                    Parce qu’il y a encore des systèmes et des taxes à nous « vendre » »
                    On parle aussi de la réduction de la biodiversité, de la disparition des forêts primaires, des tsunamis quand il y en a, des terroristes, des élections, des sondages, de l’exil d’un chanteur en Suisse pour raisons fiscales et de la mort d’un autre.
                    Bref vous êtes complètement ridicule à ramener toutes les informations à une volonté de taxer par derrière.
                    Réfléchissez 2 secondes à ce que vous écrivez, ça serait bien.
                    Si vous êtes logique avec vous même, votre vision du monde c’est : les hommes politiques français veulent créer une taxe sur le CO2 (ça leur prend tout d’un coup comme ça il y a une trentaine d’années), ils persuadent la communauté scientifique internationale de montrer la dangerosité du CO2 (il y a une vingtaine d’années), ils persuadent ensuite les médias d’en parler (il y a une dizaine d’années), ils persuadent le climat lui même de confirmer ce qu’annonçaient les scientifiques (toutes ces dernières années, mais peut-être le contrôlent-ils déjà pour parvenir à leurs fins cf. projet HAARP) et enfin aujourd’hui 30 ans après ils sortent leur taxe.
                    C’est tellement grotesque que je me demande comment vous pouvez imaginer des scénarios aussi tordus et invraisemblables. Mais les théories conspirationnistes sont tellement à la mode en ce moment...


                  • kleuck kleuck 17 septembre 2009 21:49

                    Enfin on reparle un peu d’ozone, dont le terme est devenu quasi inexistant depuis que la grande religion du CO2 a été instaurée pour faire avaler avec conscience de nouvelles taxes.Et Oui les gaz d’échappement soumis aux rayonnement solaire fabrique de l’O3. Le silence quasi total sur la couche d’Ozone est en particuliers du à l’arrêt du financement des recherches par Dupont-de-Nemours, une fois le fréon interdit, pour conserver son monopole mondial de la fabrication des moteurs de frigidaires.

                    Je suis loin d’être un conspirationniste, par contre il est assez évident que les politiques comme les industriels sautent sur la moindre occasion -justifiée ou non- de nous ponctionner tant que c’est possible.
                    Et « L’écologie » est un excellent moyen de créer des pompes à pognons de toutes sortes depuis un moment.
                    Moi je suis un ecolo dans l’âme depuis les 70’s, et je suis justement régulièrement attéré par la stupidité coutumière de pas mal d’ecolos médiatiques, comme de leur facilité à se laisser manipuler par les intéréts de tous bords.
                    J’ai cru à l’élargissement anormal du trou dans la couche d’ozone, je n’ai pas cru à l’influence humaine dans le réchauffement climatique dont les ecolos parlent justement depuis les 70’s, mais qui n’était clairement pas étayé à l’époque..
                    En creusant un peu j’ai compris que l’histoire de l’ozone était du pipeautage (c’est un chercheur du CNRS qui m’a ouvert les yeux), et depuis quelques années la corrélation entre l’activité humaine et le réchauffement est visible.
                    Ça ne signifie pas que le trou dans la couche d’ozone ne soit pas susceptible de s’agrandir durablement du fait de l’activité humaine à l’avenir, ça ne signifie pas que le réchauffement de la planète ne soit qu’antrophique, encore moins que le CO² en soit majoritairement responsable.
                    Mais la encore, est-il plus facile de mettre en place une taxe Co² complètement stupide (puisqu’elle ne permettra aucune diminution de quelque pollution que ce soit) , ou mettre en place une taxe « méthane » qui ferait passer la bavette à 25 euros du kilo ?


                  • jcm jcm 17 septembre 2009 22:30

                    "En creusant un peu j’ai compris que l’histoire de l’ozone était du pipeautage (c’est un chercheur du CNRS qui m’a ouvert les yeux)...« 

                    Faut pas creuser n’importe où, Kleuck... prospectez un peu avant de prendre la pelle et la pioche !!!

                    Sinon creusez par ici : »Centre Mondial des données sur l’Ozone et le Rayonnement Ultraviolet (WOUDC)« .

                    Ou là : »ANTARCTIC OZONE (British Antarctic Survey)« .

                    Vous pouvez aussi gratter ici : »Ozone Mapping Center".

                    Votre chercheur du CNRS, il cherche sur quoi ?

                    La sexualité de la carotte de Créances ?

                    Pas sur l’ozone j’espère...


                  • jcm jcm 18 septembre 2009 06:14

                    @ Kleuck :

                    0 Changement dans l’épaisseur de l’ozone troposphèrique de 1985 à 2005 =>

                    Cette page montre des moyennes mondiales de 1979 à 2005, avec d’ailleurs une légère décroissance et une courbe plate pour les dernières années,ce qui est sans le moindre rapport avec le trou antarctique, j’espère que vous comprenez cela !

                    Multiplication par 5 de son épaisseur depuis le 19° dans l’hémisphère nord => on lit en chapeau du texte : « Les résultats des campagnes aéroportées STRATOZ et TROPOZ ont montré qu’il existait une dissymétrie importante entre les deux hémisphères (maximum dans l’hémisphère nord)... »

                    Puis : « Les résultats obtenus (voir figure) montrent que l’ozone a augmenté d’un facteur 5 depuis la fin du siècle dernier aux latitudes moyennes de l’hémisphère nord, passant en moyenne de 10 ppb en 1874 à environ 50 ppb actuellement . »

                    Et alors ?

                    A moins que vous situiez l’Antarctique dans l’hémisphère nord...

                    C’est vraiment très gentil à vous d’être allé chercher ces liens qui ne confirment en rien vos élucubrations !


                  • David Meyers 17 septembre 2009 15:30

                    Comprendre l’engouement pour cette tarte à la crême du Réchauffement climatique, c’est peut être revenir à peurs et pulsions ancestrales, toutes simples...


                    Le CO2, contient du carbone (eh oui), le carbone c’est noir (peur du noir de la nuit), c’est sale et dangereux (oups le coup de grisou dans la mine), et ça ressemble affreusement au cousin C0 (l’oxyde de carbone) qui lui est mortel. Oxyde ou dioxyde quelle importance. Le charbon, c’est moche, ça pollue.

                    En fait le CO2 est parfaitement transparent, inodore et incolore mais on ne va pas s’arrêter à ces sordides détails. Si en plus on constate (tous les jours depuis des milliards d’années) qu’il est plus lourd que l’atmosphère et que, donc, il aura du mal à monter faire son effet de serre, où allons-nous !

                    Mais que dire de la vapeur d’eau, dont nos centrales atomiques nous régalent en quantité industrielle pour refroidir nos (très) chers réacteurs en fin de vie ? Mais que l’eau, c’est la vie, c’est blanc, c’est cristal, c’est propre. Allez donc savoir pourquoi cette vapeur d’eau possède un pouvoir d’effet de serre « théorique » énormément plus important que le malheureux CO2 ? Vive l’électronucléaire d’Aréva et d’EDF (seront bientôt réunis ces deux là ?), la bagnole électrique et la taxe de perlimpinpin.

                    Maintenant, si par hasard, il y avait vraiment un quelconque réchauffement climatique (hum hm), regardons qui protège la planète sur laquelle nous vivons (ce n’est pas NOTRE planète d’ailleurs) : Nicolas Hulot, Jean Louis Borloo, l’autre NICOLAS 1er, José Beauvais, Danny le Rouge, Duflot et Voynet... et pourquoi pas Roselyne ?

                    Non là ça fait vraiment trop peur. 

                    • Gandalf Tzecoatl 17 septembre 2009 18:59

                      Il y a quelques années de cela, Greenpeace avait diabolisé le chore.

                      La diabolisation du CO2 ressemble fort à un mega-remake.


                    • Le matou 17 septembre 2009 21:00

                      « En fait le CO2 est parfaitement transparent, inodore et incolore mais on ne va pas s’arrêter à ces sordides détails. »
                      Citez moi UN SEUL scientifique qui ait présenté le CO2 comme étant opaque, noir, et odorant.
                      Vous prêtez des raccourcis douteux aux scientifiques pour vous opposer à leur théorie, alors que ces raccourcis douteux, ni les scientifiques, ni même les journalistes qui relaient leurs travaux, ne les utilise. Typiquement, votre procédé a un nom : manipulation.

                      "Si en plus on constate (tous les jours depuis des milliards d’années) qu’il est plus lourd que l’atmosphère et que, donc, il aura du mal à monter faire son effet de serre, où allons-nous !"
                      Là votre niveau d’inculture scientifique m’impressionne : sachant qu’on retrouve dans l’atmosphère quantité de produits (pollens, poussières, œufs d’insectes) plus lourds que l’air et même beaucoup plus lourd que le CO2. LE CO2 est un gaz et il se diffuse dans l’atmosphère.
                      Pour votre culture et parce que je suis magnanime, je vous mets même un lien, ça vous évitera de chercher par vous même : ici.
                      En bref, ça vous expliquera que les molécules de CO2 n’ont aucune raison de rester concentrées entre elles, collées contre le sol.
                      Quand vous mélangez deux liquides miscibles, peu importe que l’un soit plus lourd que l’autre, ils vont bien se mélanger. C’est pareil pour les gaz.
                      Après il reste le cas des liquides non miscibles, qui vont alors former des phases. Mais le CO2 n’est pas un liquide (!) et n’est pas non-miscible (!).

                      Bon ensuite dernière leçon, mais peut-être la plus difficile : apprendre le cycle de l’eau. L’eau sous forme de vapeur d’eau est bien un gaz à effet de serre, jusque là vous avez tout juste. Le problème et ce que vous ne semblez pas connaître c’est le cycle de l’eau, qui est extrêmement court. Tenez voici un joli dessin pour vous aider à comprendre ce qu’est le cycle de l’eau : http://www.iiahmn.fr/photo/cycle-de-l-eau.jpg
                      L’eau que l’homme rejette dans l’atmosphère retombe rapidement à la surface sous forme le plus souvent de pluie ou de neige. C’est tellement vrai que l’on peut considérer que l’homme ne modifie pas la teneur en vapeur d’eau de l’atmosphère (en tout cas pas directement, mais je ne vais pas commencer à vous introduire de nouvelles notions qui ne feraient que vous embrouiller davantage). Notez simplement au passage que l’évaporation d’eau liée aux activités humaines est tout simplement dérisoire comparée à l’évaporation d’eau des océans qui recouvrent, rappelons-le, les 3/4 de la surface de la Terre...

                      Quant aux opinions de Hulot, Borloo, Nicolas et les autres, tenez vous bien : elles n’ont aucun impact sur la réalité du réchauffement climatique ! Si si. Mais bon je ne vais pas vous expliquer pourquoi aujourd’hui. Je vous demande donc de me faire confiance pour cette fois-ci :)


                    • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 septembre 2009 18:26

                      Bravo pour cet article !

                      Pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants, voici quelques repères :

                      Tout d’abord le livre de Vaclav Klaus : « Planète bleue en péril vert ».

                      puis cherchez des informations sur l’appel d’Heidelberg que 4000 scientifiques dont plus d’une cinquantaine de prix Nobel ont signé, et dont la conclusion est celle-ci :

                      "[...]Les plus grands maux qui menacent notre planète sont l’ignorance et l’oppression et non pas la science, la technologie et l’industrie dont les instruments, dans la mesure où ils sont gérés de façon adéquate, sont des outils indispensables qui permettront à l’humanité de venir à bout, par elle-même et pour elle-même, de fléaux tels que la faim et les surpopulations."


                      • Gandalf Tzecoatl 17 septembre 2009 18:57

                        Ce débat sur le réchauffement climatique est un terreau d’incertitude scientifique, un terrain de jeu d’ordre idéologique, un sensationnalisme hollywoodien, un objet de culpabilisation des élites envers le bon peuple et pour finir un renouvellement idéologique qui tombe à point nommé alors que les deux anciens rivaux sont soit morts soit sérieusement écornés.

                        En dessous de cet énorme épiderme nauséeux, que reste-il ?
                        Des climatologues qui tirent des ficelles avec des tendeurs à 100 ans là où les météorologues n’ont plus cette prétention pour le lendemain (d’ailleurs, ils ne devraient pas l’avoir pour le jour même), un système certes modélisable mais absolument incalculable, une science, livrée aux nécessités impérieuses du marché, qui a besoin de faire du sensationnalisme en lieu et place de l’indispensable doute.

                        Bref, dans une telle incertitude des fondements de ce nouveau évangélisme, il est sans doute temps d’opposer un principe de conservation des sociétés face aux ayatollas des principes de précaution.

                        Rien qu’un chiffre, ramené à l’état pur à la surface terrestre, l’épaisseur totale de CO2 était de 2m 25 en 1850, il est de 3 mètres aujourd’hui, sur 80 km d’atmosphère on va dire.

                        Et puisque vous parlez des nuages, on commence à peine à comprendre leur rôle régulateur. On ne comprend bien la formation des cyclones que depuis 2008.

                        Dans ce débat, il est évident que la science a failli et s’exprime beaucoup trop tôt depuis 10-15 ans.

                        Certes, cet épouvantail à gogo a une utilité, faire avancer la recherche dans le domaine. Mais, ça s’arrête bien là.

                        Il est souhaitable que prochainement, les sensationnalistes et bénéficiaires de ces sombres prophéties soient sanctionnées. Mais cela reste bien évidemment aussi incertain que leurs prévisions.


                        • jcm jcm 17 septembre 2009 19:30

                          "Rien qu’un chiffre, ramené à l’état pur à la surface terrestre, l’épaisseur totale de CO2 était de 2m 25 en 1850, il est de 3 mètres aujourd’hui, sur 80 km d’atmosphère on va dire."

                          Intéressant !

                          Je n’ai pas vérifié ces chiffres mais ils signifient, dans la mesure où l’effet de serre varierait de façon directement proportionnelle à l’épaisseur de la couche, que cet effet aurait augmenté de 33%, ce qui est énorme !!!

                          Quelle augmentation d’épaisseur pour le méthane (une vingtaine de fois plus efficace que le CO2 en effet de serre) que le réchauffement actuel injecte dans l’atmosphère à partir des pergélisols en fusion et des clathrates sous-marins ?

                          Ne parlons pas du NO2 et autres substances gazeuses...

                          Chaud, devant !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

freelol

freelol
Voir ses articles







Palmarès