Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’indépendance énergétique par les biocarburants

L’indépendance énergétique par les biocarburants

L’île d’Hawaï est représentative des dépendances énergétiques des îles, mais elle a peut-être trouvé un moyen de l’être moins.


L’indépendance énergétique, qui ne la souhaite pas à l’heure du « baril fou » et des tensions qu’engendre le marché de l’énergie. C’est désormais possible avec les énergies nouvelles et renouvelables (a priori tout le monde dispose de soleil, de vent, de plantes, ou du moins d’un de ces éléments), comme en témoigne le cas d’Hawaï, qui pourrait bien miser sur les biocarburants pour acquérir son indépendance.

Si l’on exclut certains débats dont par ailleurs nous avons déjà parlé ici (avec notamment les nouveaux biocarburants garantis « sans polémique), voici ce qu’Hawaï peut envisager pour son développement, selon AltDot Energy. Une production de biocarburant locale pourrait déjà assurer 10% de la consommation d’ici 2015, et 70% des besoins des transports d’ici 2025. Ce qui n’est pas si loin.


Tout dépend de la politique énergétique de l’île américaine : si rien ne change, la consommation d’essence continuera d’augmenter, mais la consommation pourrait baisser de presque 40% avec un vrai plan de transition énergétique dans les transports notamment. Et ici, les technologies propres peuvent aider à atteindre cette objectif.

Les recherches menées à l’Université d’Hawaï cherchent par exemple à augmenter la productivité énergétique des cultures locales, comme la banane ou la canne à sucre, un schéma déjà appliqué avec succès au Brésil, qui avait doublé le potentiel énergétique de la canne à sucre, et sans recourir aux OGM, plutôt en améliorant la sélection des cultures, en innovant dans l’irrigation pour dépenser moins d’eau (une ressource qui nécessite qu’on la gère de façon raisonnée et durable, nous vous en parlions lors du Forum mondial de l’eau d’Istanbul, mi-mars 2009).

Sur les 675 000 hectares cultivables à Hawaï, seuls 200 sont actuellement utilisés pour les cultures, il reste donc largement la place pour mettre sur pied un « cocktail » énergétique, avec, pourquoi pas, des terres réservées pour la production d’éthanol, alors que pour l’instant, l’île en importe.

Voir aussi :


Quel avenir pour les biocarburants ?

6€ le litre de biocarburant-algue

du café dans le réservoir ?

TechnoPropres

Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • tmd 6 mai 2009 12:50

    C’est marrant de voir les graphiques. Ça devient très drôle quand on lit les échelles. Celui de gauche est en milliers de barils et celui de droite en barils. Celui sur l’éthanol n’atteint même pas 10’000 barils, alors que celui du pétrole atteint 200’000 barils.


    • sobriquet 6 mai 2009 14:17

      Et les nouvelles cultures seront prises sur quoi ? La forêt ? Avec quels risques pour le po-o-uli, la bernache néné, et l’hibiscus hawaïen, gravement menacés de disparition ?


      • Nico 6 mai 2009 20:03

        Dans le même esprit que Sobriquet. Il y a un scepticisme généralisé sur les biocarburants. Il faut quasiment autant d’énergie pour les fabriquer que celle qu’ils génèreront, tout ça alors que des milliards de gens ne peuvent manger correctement dans le monde. 

        Je ne suis pas contre l’article, mais les économies d’énergie sont plus mon truc.


        • plancherDesVaches 7 mai 2009 08:29

          Oui. Je suis d’accord avec les commentaires ci-dessus.

          Afin de gagner en crédibilité, il est plus qu’urgent que le secteur entier du recyclable, ou propre, ou bio, ou... ( tout autre mot qui se veut commercial. Car cela fait trop commercial...) affiche de vrais chiffres sur le bienfait d’investissements parfois énormes.

          On prend un exemple : le recyclage. Le tri que chacun DOIT faire....
          Quel est sa rentabilité REELLE ? (et je ne parle même pas du scandale de détournement d’argent fait par ce patron de la filière. C’est un copain de l’équipe au pouvoir. Donc, c’est dans leur mentalité)
          Là, le réellement recyclé serait de 17%. D’aprés le gouvernement...
          Bizarre, j’ai lu par ailleurs 11% ; soit le minimum légal imposé par l’Europe.
          Trouvez-vous normal que SI PEU soit recyclé... ???????
          Et chacun d’entre nous s’emm...e à le faire chaque jour en continuant à payer des impôts non négligeables sur le « retraitement » des ordures... ??? (là aussi : aucune explication ni étude sur le fonctionnement financier...)
          A qui profite le mensonge par omission... ????

          Les éoliennes.... qui ne tournent pas souvent, même quand il y a du vent.
          Quelle est la part de frais de fonctionnement et du coût initial qui sont pris en charge par l’état. Soit NOS impôts.. ???
          A quand une étude sur le retour d’investissement REEL de l’opération.. ????
          (frais d’entretien compris, car les pièces de rechange... je connais)

          Je ne vais pas aborder le sujet de la nourriture bio, chacun sait qu’un smicard ne peut même pas espérer en avoir dans son assiette....

          A quand une vision OBJECTIVE.  ?????

          Et comme le signale trés justement Sobriquet : si c’est pour détruire par ailleurs....
          Ils parcourent combien de Km par an, les Hawaïens, par rapport à nous.. ??? Ca aussi, faudrait le prendre en compte. Non ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès