Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’or payé au prix fort par la planète

L’or payé au prix fort par la planète

Le cours de l'or se porte bien sur les marchés internationaux, avec une multiplication des prix par 5 sur les 10 dernières années. Mais cette augmentation a un impact majeur sur nos forêts, particulièrement en Amazonie. Cette hausse y aurait multiplié par 6 le déboisement résultant de l’orpaillage. Et l'environnement quant à lui souffrira pour longtemps de la pollution causée par l'extraction du métal jaune.

Mais, contrairement à ce qui se passe pour les hydrocarbures - qui suivent la même tendance -, l'activité de l’extraction ne fait pas l'objet de critiques aussi virulentes que celles adressées aux groupes pétroliers. Cependant, "l'or restant à extraire étant généralement microscopique, les mines sont exploitées à un coût environnemental énorme et souvent dans les zones les plus pauvres du monde", observait le New York Times dernièrement, dans un long reportage sur le coût environnemental lié à l'exploitation des mines aurifères.

Cyanure et grandes multinationales

"Les résidus de cette activité, et l'industrie minière en général, est d'ailleurs presque comparable aux déchets nucléaires dont on devra éternellement se préoccuper", s’alarmait encore le New York Times, précisant : "L'extraction dans la roche produit plus de déchets toxiques que n'importe quelle autre industrie, selon l'Agence américaine de protection environnementale".

L’extraction au cyanure n'est pas la seule, poursuivait le quotidien de référence new-yorkais, "(…) mais elle est considérée comme le moyen le moins cher pour récupérer les paillettes microscopiques d'or". Ce procédé d'extraction libère aussi le soufre présent dans la roche, qui se transforme en acide sulfurique à la suite d'une réaction chimique. Laisser de tels produits dans la nature est évidemment catastrophique.

Les accidents impliquant le cyanure illustrent crûment les effets dévastateurs d'une telle substance. En 2000, l’un des pires désastres environnementaux est survenu en Roumanie, lorsque le bassin d'eau cyanurée de la mine Aurul s'est déversé dans un affluent du Danube, tuant une énorme quantité de poissons - plus d'un millier de tonnes ! - et véhiculant du cyanure qui a rejoint la mer Noire.

Donnons-nous quelques ordres de grandeur à partir de l'exemple d'une bague : cette once d'or (31 grammes) est extirpée par les mineurs à partir de 30 tonnes de roche traitée au cyanure pour en extraire le précieux métal. Mais, avant d'en arriver à ce résultat, ils ont déjà remué 500.000 tonnes de terre par jour (!), empilées ensuite en des amoncellements qui rivalisent avec les pyramides d'Egypte. Et le poison vaporisé sur le minerai y demeurera durant des décennies.

Mercure et orpailleurs autonomes

L’extraction de l’or pose non seulement le problème de la pollution des écosystèmes, mais également celui de la déforestation. Entre 2003 et 2011, ce sont près de 20.000 hectares de forêt qui ont ainsi été sacrifiés en Amazonie. Particulièrement concerné, le Pérou, sixième producteur mondial (170 tonnes en 2010), qui voit sa forêt amazonienne menacée d'un "désastre écologique" selon son ministre de l'Environnement, Antonio Brack.

Vue d'avion, la zone de Delta Uno, dans la province de Madre de Dios, à quelque 1.400 kilomètres de Lima, ressemble à une immense zone de bombardement. Là où s'étendait la forêt tropicale auparavant, ne subsiste qu'une succession de cratères d'eau boueuse et de monticules de terre étalés sur des dizaines de kilomètres carrés.

Ici, la majeure partie de cette déforestation est menée par 25.000 orpailleurs artisanaux (au niveau national, ils sont 100.000, suite à l'envolée du prix de l’or). "Il n’y a pas de grandes entreprises à l'oeuvre, il s’agit de mineurs autonomes qui manquent de technologie moderne et s’appuient sur d'anciennes méthodes comme celle de l'amalgamation au mercure pour séparer l’or, ce qui pollue l’environnement et influe sur la santé des mineurs et de leurs familles", déplore Jennifer Swenson, étudiant l’impact de cette chasse à l’or sur la forêt amazonienne. Le mercure utilisé pour l’extraction de l’or est directement rejeté dans la nature, polluant les cours d’eau et contaminant la faune et la flore.

"On est en train de tuer la forêt, plus rien ne peut pousser ici", explique l'un d'eux, Paulino Chavez, qui dit gagner 25 soles (6 euros) par longue journée de travail – ce qui n’est pas négligeable dans un pays où le salaire minimum équivaut à 18 soles / jour, d'autant que les sept enfants de Paulino, tous âgés de moins de 18 ans, travaillent avec lui... Ceux-ci, sur place pendant de longues périodes, se nourrissent essentiellement de ce qu’ils trouvent autour des mines, à savoir d’animaux ou de végétaux qui ont été en contact direct avec le mercure et qui sont donc contaminés, peu ou prou.

---- o ------

L'AFRIQUE PRODUIT BEAUCOUP D'OR MAIS RESTE PAUVRE.

Les réformes des codes miniers mis en place dans la plupart des pays africains producteurs depuis la fin des années 1980, imposées par les institutions financières internationales (FMI, Banque mondiale), ont conduit à privilégier les grandes compagnies, aux dépens des petites sociétés minières d’État et, surtout, des mineurs artisanaux qui pouvaient autrefois justifier de permis d’exploitation. Toutefois, en dépit de ces réformes, le secteur de l’or reste très opaque et la question de la redistribution des revenus se pose plus que jamais, comme l’indique l’ONG Oxfam.

Principaux pays producteurs d’or en Afrique

Il s’agit principalement de l’Afrique du Sud (dont la production est en déclin, avec une moyenne annuelle de 300 tonnes ces dernières années), du Ghana (plus de 75 tonnes), du Mali (plus de 50 tonnes en moyenne), de la Tanzanie (près de 50 tonnes), de la Guinée et du Zimbabwe (de 10 à 20 tonnes selon les années), de la RD Congo… Au total, 34 pays africains produisent annuellement plus de 600 tonnes d’or – soit près du quart de la production annuelle mondiale (2.652 tonnes en 2010).

Les trois plus grandes multinationales de l’or opérant en Afrique

Trois grandes multinationales d’extraction, qui se disputent la première place sur ce marché, sont omniprésentes en Afrique : Newmont Mining (USA), AngloGold (Afrique du Sud) et Barrick Gold (Canada). Ces trois compagnies produisent à elles seules chaque année près de 500 tonnes de tout l’or extrait sur la planète. Elles sont régulièrement dénoncées pour pollution à large échelle et violation des droits de l’homme.

Problèmes posés par l’extraction de l’or

Les communautés villageoises de Sadiola, région aurifère au sud-ouest du Mali, dénoncent depuis dix ans la pollution effroyable causée par l’extraction industrielle de l’or. Déversement des eaux polluées, intoxications au cyanure, normes de sécurité mal appliquées, déplacement des populations locales : les mêmes ravages sociaux et environnementaux sont aussi dénoncés depuis longtemps au Ghana comme en Tanzanie, notamment par l’Organisation de la société civile africaine, une coalition de vingt-neuf ONG représentant quinze pays, travaillant dans le secteur de l’extraction minière ou concernées par ses répercussions.

La somme des dégradations écologiques et sanitaires provoquées par l’exploitation des mines d’or à ciel ouvert – qui sont les plus polluantes – va ruiner les régions productrices pour des générations à venir. Un rapport américain estime qu’il faudrait quelque 16 milliards de dollars pour dépolluer les sites en Afrique.

Enfin, l'exploitation de l’or, bien souvent associée à des activités de mercenariat, peut se révéler encore plus meurtrière dans des régions en conflit, comme dans les provinces de l’est en RD Congo. Sans le moindre doute, l’or financerait des mouvements armés, comme l’avertit l’ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW). Et il représenterait aussi l’un des principaux vecteurs du blanchiment d’argent, au niveau international.

Extraction et commerce équitable de l'or ?

Quelques organisations, telle l'Alliance for Responsible Mining en collaboration avec le label Fairtade International, accomplissent de notables efforts en vue de définir et promouvoir des méthodes alternatives pour l'extraction et le commerce équitable de l'or. Malheureusement, l'ignorance, le dédain, ou l'hostilité pour de tels standards environnementaux et sociaux clairement définis et acceptés par tous reste la règle générale ! Et la fièvre de l’or se poursuit plus que jamais, au détriment des populations, de la faune et de la flore.


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 13 avril 2012 09:52

    Argent = Pollution = Suicide planétaire 


    Il semble qu’à la fin d’une vie une personne se remémore l’ensemble de sa vie.

    Quand la planète sera en fin de vie , ce qui est proche , que pensera cette planète qui nous a tout donné pour vivre heureux dans de beaux paysages avec de la nourriture , des couleurs , de la chaleur , des animaux , un beau monde 

    La planète pensera que nous avons tous gâché pour récolter un métal jaune , un liquide noir puant et polluant , que nous avons inventé des armes pour nous détruire et la planète avec , que nous avons détruit les autres habitants , la faune , la flore etc ...

    Quelle tristesse ......

    Un jour la planète ne luttera plus contre notre folie et nous sombrerons tous dans l’abîme avec nos billets de banque , nos portables , nos voitures , nos maisons 

    Philippe 

     



    • HELIOS HELIOS 13 avril 2012 12:04

      et l’Afrique n’est pas seule a etre concernée... L’amerique du sud aussi, avec le projet Pascua Lama a la frontiere de l’Argentine et du Chili, où le groupe Canadien Barrick (le Canada est tres ecologique chez lui, mais pas chez les autres) va supprimer un enorme glacier ...

      ils vont l’enlever et le remettre qu’il disent apres avoir pris l’or...
      Ils oublient une seule chose, c’est que l’eau de fonte du glacier met environ 70 ans pour s’infiltrer et ressortir dans les sources de 4 rivieres deja un peu anemiques dans cette zone peu humide de la cordilleres des andes (Atacama). (l’eau d ’Evian met parait-il 400 ans entre le glacier et le sources...)


      Pendant les 70 prochaines années, personne ne verra rien, les rivieres couleront... mais apres, ce sera la secheresse, et definitive car si même le glacier etait remis en place, l’eau va changer de cheminement.
      Evidement d’ici la la societe Barrick aura disparu , mais pire que cela, comme par hasard, la filiale qui va faire ce chantier pharaonique fera faillite juste avant de remettre, si cela est possible, le glacier a sa place !!!

      Les chiliens n’auront plus que leurs yeux pour pleurer, et pas de quoi humidifier les km de rivieres seches, de leur plantations inutiles...

      Tout cela pour de l’or... qu’evidement, ceux qui sont les plus concernés, ne profiteront. jamais


      • asterix asterix 13 avril 2012 16:28

        Bonjour AniKhoré,

        Une petite remarque préalable qui en fera peut-être bondir quelques-uns.
        Moi qui ne suis en rien capitaliste, j’ai, il y a quelques années d’ici, hérité d’une certaine somme qui m’a ...disons un peu désarçonné. Une somme à 6 chiffres, je ne suis ni joueur de foot professionnel, ni collectionneur de mandats publics ou privés, mmh ? 
        Que faire avec ce fric que je n’avais rien fait pour mériter ? Je n’avais aucune réponse et certainement pas celle de mon banquier qui me vantait tout ce qu’un banquier peut vanter, c’est à dire les produits où il touche le plus de commissions ...ou pire encore, pour débarrasser son conseil d’administration de ses actifs les plus toxiques après avoir fait monter les taux pour appâter le pigeon. Prenez-les pour des voyoux, d’accord. Pour des cons, jamais !
        C’est alors que je suis tombé sur un article ... d’AGORAVOX !!! qui soulignait les perspectives de l’or métal. Merci les potes, j’ai fait du X 3 en six ans. Enfin, je ferai du X je ne sais combien du jour où je déciderai de le vendre. Mais je ne le ferai pas, je laisse cela pour les générations futures dont l’avenir me paraît bien sombre puisque la mienne lui reporte ses dettes, donc vit - encore à moitié bien - sur leur compte.
        Néanmoins, je ne suis pas mécontent quand même, surtout de savoir que mon journal favori avait deux ans d’avance sur tous les autres, la preuve en était une fois de plus apportée.

        Sur ce...
        Vivant au Laos, j’ai déjà pu me rendre compte des dégâts causés par l’exploitation de l’or.
        - L’exploitation sous forme de concessions qui, une fois la terre, les eaux, la forêt ratissés, abandonnent purement les sites qui ne sont plus que plaie ouverte. J’estime donc que les gouvernements, quels qu’ils soient, devraient prévoir la constitution d’une réserve sur le compte de l’exploitant, réserve qui servirait à remettre l’environnement plus ou moins en état et à contenir les produits de transformation ultra-polluants à moyen et long terme. Mercure et cyanure, comme l’a bien écrit l’auteur.
        Voeu pieux, je ne connais pas un gouvernement au monde qui ne se servirait pas d’abord de ce fric pour autre chose. Je ne critique pas plus le pays qui m’accueille qu’un autre, libre à vous d’en conclure ce que vous voulez

        - Au niveau des exploitations privées, interdites mais... la situation est encore pire. Des travailleurs sous-payés, sous-informés, j’allais presque dire déclassifiés. Le domaine est tentant, le pourcentage d’or à la tonne remuée excédant dans certaines zones plus de 8 grammes à la tonne, c’est énorme au jour d’aujourd’hui. Dans un endroit que j’ai visité, je ne vous dirai pas où ( il vous suffit de compulser sur Internet une carte des richesses géologiques ), je connais l’exemple d’un groupe de Vietnamiens qui ont tenté de s’enrichir, ils sont tous morts par empoisonnement au cyanure. Quant au mercure, rejeté à la nature parce qu’il s’agit du moyen le moins cher, le plus discret de s’en séparer, il pollue à mort les rivières en aval, un gros problème dans un pays où 60 pour cent des protéines animales consommées sont du poisson. N’étant pas du bâtiment, je puis juste vous dire que, si l’on suit l’information qu’elles veulent bien nous donner, les autorités ont pris conscience du problème, sans savoir quelles mesures elles comptent prendre pour le résoudre, dont acte.

        Comme le dit bien Hélios ci-dessus, évidemment, ceux qui sont le plus concernés n’en profiteront jamais...
        En revanche, je reste persuadé que le meilleur moyen de faire la nique aux banques et tout le truandage qu’elles mettent en place est et reste d’acheter de l’or si vous en avez les moyens. Pour ce que vous allez en faire, c’est votre problème. En toute humilité, je vous ai dit comment j’avais résolu le mien pour qu’il ne soit justement pas un problème.
        Merci Anikhoré d’avoir décrit la fièvre de l’or sous son angle le plus ignoré. 


        • AniKoreh AniKoreh 13 avril 2012 17:40

          Bonjour Astérix ! Vos interventions se feraient plus rares ou est-ce une impression ? Mais je le conçois, depuis le Laos...  smiley

          Dès lors, celle-ci aujourd’hui me rend votre appréciation plus précieuse encore !
           
          Merci pour ce témoignage vécu et à bientôt !


        • asterix asterix 13 avril 2012 18:12

          Salut perso également, Anikhoré !
          Plus beaucoup de temps.Retraite à la campagne, je mets la dernière main à un bouquin, c’est quasiment fini.
          Peut-être juste un petit mot avant votre premier tour. Un tour de passe-passe du genre « et si j’étais Français, je voterai pour ... »
          Allez savoir...


        • Karash 13 avril 2012 20:44

          M Asterix,


          L’or n’a aucune valeur, sinon culturelle. Placer son argent la dedans n’a que peu d’intérêt pour le bien être de l’humanité.

          Prêter cet argent à des gens qui veulent isoler leur maison, à des agriculteurs qui veulent s’installer en bio ... voilà qui pourrait donner du sens à cette masse. Car sinon, que peut bien faire un tas d’or sinon éveiller les plus bas instincts de l’homme ?

        • Pierre Régnier Pierre Régnier 15 avril 2012 14:03

          MESSAGE URGENT AUX PARISIENS

          (même à ceux qui le sont seulement pour la journée)

           

          Si vous allez au meeting politique de Vincennes

          n’oubliez pas d’aller aussi, tout de suite après,

          au SALON REALITES NOUVELLES 2012

          C’est à deux pas, dans le parc floral et,

          j’y suis allé hier : C’est cette année

          un très bon cru

          (en plus c’est gratuit)


          • brieli67 16 avril 2012 05:21

            qu’ensavez vous sur la production d’Au en barres ?

            qu’en savez vous sur l’ OR

            sa production et visitez le site :

            50% of all gold ever produced was produced since 1967
            80% of all gold ever produced was produced since 1910

            Gold production growth exceeded population growth from the 1840s to 1940s
            It declined after WWII for almost 50 years, but started up again in 1989.
            Maybe the long term equilibrium point is about 3/4 ounce per person ?

            ON N’ extrait PLUS DE L’ OR depuis une dizaine d’années :

            prix rendu -client du lingot au kilo : un peu plus de 1000 Euros // 7000 F

            TOUT LE RESTE QUE FANTASMES ET RAGOTS

            question réserves : « infinies » suffit de nano ultra filtrer l’eau de mer !! ce serait même rentable au cours de l’once d’ Au ces derniers mois......


            • AniKoreh AniKoreh 16 avril 2012 09:14

              Merci pour votre contribution, brieli67. Mais que vouliez-vous dire au juste ?

              A vrai dire, je n’en comprends pas trop le sens.. (Je relève toutefois que si vous lisez comme vous écrivez, on n’en a pas encore terminé..)

              Enfin, bonne journée quand même ! Ells s’annonce belle.

               smiley

            • Binabik 7 mai 2012 04:32

              Hum... Bien que complètement d’accord sur le fond, la forme de cette article ne vaut pas grand chose...

              Ou sont vos sources ? Vos chiffres ne tiennent pas la route :
              "Donnons-nous quelques ordres de grandeur à partir de l’exemple d’une bague : cette once d’or (31 grammes) est extirpée par les mineurs à partir de 30 tonnes de roche traitée au cyanure pour en extraire le précieux métal. Mais, avant d’en arriver à ce résultat, ils ont déjà remué 500.000 tonnes de terre par jour (!),"
              1once =1,600$=1,200Euros.
              1,200euros/30 tonnes = 40euros/tonne de cout de production... Bon la ca va encore. C’est faible mais dans les mines a ciel ouvert ca se fait.
              Mais après :500,000Tonnes par jour a bouger ? pour une once ??? 1200euros/500,000T = 0.004euros de profit par tonne. La ca tien plus la route...

              C’est bien beau de balancer des chiffres n’importe comment sur internet, mais le problème c’est que certaines personnes finissent par vous croire ! :o

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès