Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’Organisation météorologique mondiale enterre le réchauffement (...)

L’Organisation météorologique mondiale enterre le réchauffement climatique

Je ne pensais pas que ma boule de cristal était si efficace. Ce qui vient de se passer, je l’ai annoncé il y a quatre ans, en ne me trompant que d’un mois. Mais commençons par le commencement — ce qui, en l’occurrence, requiert paradoxalement de prendre les choses dans l’ordre chronologique inverse.

L’Organisation météorologique mondiale a publié un communiqué de presse pour préparer le Sommet 2014 sur le climat. (Jusque là, vous ignoriez peut-être qu’un tel sommet allait se tenir, mais il faut s’y faire : ce genre de grand-messe ne s’arrête jamais.) Daté du 9 septembre, il s’intitule « La progression du dioxyde de carbone s’accélère » et nous promet comme d’habitude les flammes de l’enfer. Repris un peu partout dans les médias, et qu’il me semble important d’en aider à la lecture, car un communiqué de presse où apparaissent les mots « changement climatique » est un peu comme une petite annonce pour une voiture d’occasion : il faut lire entre les lignes.

Nous apprenons donc dans ce communiqué que la concentration atmosphérique en gaz à effet de serre (GES) a atteint un nouveau record en 2013, et que l’augmentation est « la plus forte augmentation interannuelle de la période 1984-2013 ».

Bon, déjà, une question : pourquoi 1984 ? Le communiqué ne le dit pas, en revanche, la fameuse rubrique « Planète » du site du journal Le Monde croit connaître la réponse : il s’agirait de la « date des premières mesures fiables ». Ce n’est pas très gentil pour les chercheurs de la station de Mauna Loa qui disposent en fait de données qui remontent à 1959, mais passons.

L’augmentation de la teneur atmosphérique en GES est un point qui n’est pas, ou peu, contesté. L’origine humaine de cette augmentation ne l’est guère plus (même si certains se posent des questions, mais ne lançons pas le sujet ici). La corrélation entre émissions de GES et PIB mondial suggère que l’augmentation de 2,7% de ce dernier entre 2012 et 2013 (calcul mené à partir des données de la Banque mondiale) doit conduire à une augmentation des émissions de GES. Le fait que l’on atteigne un « record absolu » de concentration des GES a donc partie liée avec le fait que le PIB mondial n’a jamais été aussi haut.

En revanche, le fait que la différence des concentrations entre 2012 et 2013 batte elle aussi le record ne cadre pas avec l’évolution du PIB, l’augmentation de ce dernier n’étant pas la plus forte de ces dernières années (sans même parler de la réduction tendancielle des émissions de GES par point de croissance). Lisez l’« Explication » avancée par l’OMM :

 

Des données préliminaires laissent supposer que cela pourrait être dû à la réduction des quantités de CO2 absorbées par la biosphère terrestre alors que les émissions de ce gaz continuent de croître.

 

Voilà qui n’est pas sans rappeler le « On s’autorise à penser dans les milieux autorisés qu’un accord secret pourrait intervenir… » commenté en son temps par le regretté Coluche au cours de l’une de ses célèbres revues de presse (passage à 4’20).

 

Tout le monde ne peut que se réjouir de l’élévation de la richesse globale de l’humanité (que cette élévation cache d’énormes disparités entre les croissances des différents pays est une autre question). Mais si cela se fait au prix d’une augmentation de la concentration en GES, le jeu en vaut-il la chandelle ? La question est de savoir ce que nous risquons. Et c’est là que le communiqué de l’OMM se surpasse :

 

« La décision d'inclure dans ce numéro du Bulletin de l'OMM sur les gaz à effet de serre une section sur l'acidification des océans était nécessaire et vient fort à propos. Il est grand temps que l'océan, qui est le facteur déterminant du climat de la planète, soit dorénavant au centre du débat sur le changement climatique », a fait valoir Wendy Watson-Wright, Secrétaire exécutive de la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO.

« Si l'on estime que le réchauffement planétaire n'est pas une raison suffisante de réduire les émissions de CO2, il devrait en être autrement pour l'acidification des océans, dont les effets se font déjà sentir et ne feront que se renforcer dans les décennies à venir.

 

 

En bon promoteur du développement durable, l’OMM est donc en train de recycler le gaz carbonique : la Terre ne se réchauffant plus, l’OMM passe aussi discrètement que possible à autre chose. Les +6°C en 2100 dont on nous parlait encore il y a peu sont passés par pertes et profits : la « Pause » dans la hausse des températures qui dure depuis plus de 15 ans est passée par là.

 

Ainsi, qu’on se le dise : les carbocentristes ont désormais déserté le terrain du réchauffement climatique, au profit de l’acidification des océans. Et, je vous le disais en introduction, ma boule de cristal me l’avait prédit en janvier 2010.


Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 10 septembre 2014 15:30

    « nous promet comme d’habitude les flammes de l’enfer »


    Dites, je ne sais pas si vous êtes au courant, mais le problème c’est pas qu’on nous promet quoi que ce soit, c’est qu’aujourd’hui, là, maintenant, pendant que vous lisez mon commentaire, il y a 163 millions de personnes qui galèrent à cause du dérèglement du climat.

    Le problème n’est pas le réchauffement climatique, ça tout le monde s’en fout. Le problème, c’est que si la température ne baisse pas, on court à la catastrophe. Actuellement, on a trop chaud. Et même si les températures n’augmentent pas, le niveau des océans continue de monter. Ce qui va poser quelques problèmes à pas mal de monde, populations d’atolls ou pays trop bas.

    Vous regardez une boule de cristal pendant qu’un enfant meurt toutes les 6 secondes de famine, généralement à cause d’une sécheresse ou d’une mousson trop importante. Et en plus vous osez vous moquer de ceux qui prédisaient l’enfer, qu’on observe dès qu’on regarde dehors.

    Alors certains prédisent encore pire pour demain. Même s’il y a une chance sur 1 million que ce soit vrai, ne pensez vous pas que faire un petit effort pour réduire l’enfer d’aujourd’hui, et peut être améliorer les conditions de vie de vos enfants, ça ne ferait pas de mal à la planète ?

    • Benoît Rittaud Benoît Rittaud 10 septembre 2014 16:22

      Je vous ai déjà répondu sur cet autre fil.


    • Cocasse Cocasse 10 septembre 2014 15:32

      Mais alors qu’en est-il de tous ces gens qu’on a insulté à tour de bras, ces abrutis de complotistes négationnistes du réchauffement climatique, ou à minima traités de « climato-sceptiques » délirants ?
      Là on fait du genre « n’en parlons plus » ? Hop, un coup de balai sous le tapis, personne ne parlera plus du réchauffement climatique. La question étant expulsée des plateaux médiatiques comme le premier Dieudonné venu ?!?
       smiley


      • claude-michel claude-michel 10 septembre 2014 15:33

        Oupssssssss

        Un nouveau champion de la « Mes-Tes-Hauts » sur Agora...la terre est sauvée...ouf.. !

        • bourrico6 10 septembre 2014 15:46

          Bon... j’imagine que le fonte du permafrost et de la banquise sont des illusions.

          C’est encore un sujet ou on mélange tout.
          Le réchauffement est acté, la controverse vient de son origine, et des tentatives de quantifications entre le réchauffement naturel, et celui du aux activité humaines.


          • Trelawney Trelawney 10 septembre 2014 19:00

            Monsieur Bourrico

            Je pensais benoitement que l’activité humaine était en partie responsable du réchauffement climatique.

            A une date situé entre 1860 et 1920 on est sorti du « petit âge glacière » où les température moyenne se situaient environ 12 degrés en dessous de celle que nous avons actuellement. Ce petit age glacière a eut des effets importants sur la population (famine de 1300, culture des légumes racines etc).

            On ne connait pas encore les causes. Certains pense à l’activité solaire, d’autres pensent à l’éruption d’un méga volcan en Indonésie et d’autres pensent à l’activité du Gulf Stream. Bref on ne sait rien des causes de cette glaciation.

            Les questions à se poser sont :

            Est-ce que l’homme est responsable de ce réchauffement ? On n’en sait rien

            Est-ce que limiter les rejets de CO2 va servir à limiter le réchauffement ? On n’en sait rien non plus mais si ca permet d’économiser notre énergie c’est déjà ça.

            Aujourd’hui si on arrive à chauffer un logement moderne avec 10 euro de gaz par mois et si on peut traverser la France avec 30 litres d’essence c’est plutôt pas mal. Et c’est grace aux mesures adoptées contre le réchauffement climatique


          • joletaxi 10 septembre 2014 21:35

            mouais,
            si on jouit pour le moment d’une énergie bon marché, laissons les zozos verts oeuvrer, et comme le préconise Obama, les prix vont « skyrocket »
            Toute la gabegie énergétique renouvelable ne peut durer, sans un renchérissement artificiel conséquent des énergies classiques.

            Voyez l’exemple allemand.Si demain nous appliquions les mêmes règles, les manifs du mariage gay paraîtraient d’aimable promenades familiales.
            600.000 foyers allemands découvrent la précarité énergétique, leur sacrifice sera hautement apprécié par la nomenclatura des prêtres de la poele à frire


          • Tall 10 septembre 2014 16:03

            Extraits + complets de l’OMM cités par l’article >


            « Nous savons avec certitude que le climat est en train de changer et que les conditions météorologiques deviennent plus extrêmes à cause des activités humaines telles que l’exploitation des combustibles fossiles », a déclaré le Secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud.

            « Le bulletin sur les gaz à effet de serre souligne que la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, loin de diminuer, a augmenté l’an dernier à un rythme inégalé depuis près de 30 ans », a poursuivi M. Jarraud. « Nous devons inverser cette tendance en réduisant les émissions de CO2 et d’autres gaz à effet de serre dans tous les domaines d’activité. Le temps joue contre nous. »

            « Le dioxyde de carbone demeure pendant des centaines d’années dans l’atmosphère et encore plus longtemps dans l’océan. L’effet cumulé des émissions passées, présentes et futures de ce gaz se répercutera à la fois sur le réchauffement du climat et sur l’acidification des océans. Les lois de la physique ne sont pas négociables. »

            « Le bulletin sur les gaz à effet de serre fournit aux décideurs des éléments scientifiques sur lesquels ils peuvent s’appuyer. Nous possédons les connaissances et nous disposons des leviers nécessaires pour prendre des mesures visant à limiter à 2°C l’augmentation de la température et donner ainsi une chance à notre planète tout en préservant l’avenir des générations futures. Plaider l’ignorance ne peut plus être une excuse pour ne pas agir. »

            « La décision d’inclure dans ce numéro du Bulletin de l’OMM sur les gaz à effet de serre une section sur l’acidification des océans était nécessaire et vient fort à propos. Il est grand temps que l’océan, qui est le facteur déterminant du climat de la planète, soit dorénavant au centre du débat sur le changement climatique », a fait valoir Wendy Watson-Wright, Secrétaire exécutive de la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO.

            « Si l’on estime que le réchauffement planétaire n’est pas une raison suffisante de réduire les émissions de CO2, il devrait en être autrement pour l’acidification des océans, dont les effets se font déjà sentir et ne feront que se renforcer dans les décennies à venir. Je partage l’inquiétude du Secrétaire général de l’OMM : le temps, effectivement, joue contre nous. »



            La conclusion de l’OMM est donc l’exact contraire de ce que dit le titre de cet article.

            Alors, si l’auteur pouvait faire des billets sur la résurrection d’Elvis Presley et Marylin Monroe, ce serait tout aussi créddible, avec l’avantage de ne pas concerner des choses dramatiquement sérieuses.



            • Benoît Rittaud Benoît Rittaud 10 septembre 2014 16:19
              Les points que vous marquez de gras seraient valables si le titre de l’article mentionnait le « changement climatique », ce qui n’est pas le cas. L’objet de cet article est de montrer le glissement qui s’opère, dans la stratégie de communication de l’OMM, du « réchauffement climatique » (autrefois vedette incontestée dudit « changement climatique »), à l’« acidification des océans ».

              PS : Le désaccord n’interdit pas le respect.

            • Tall 10 septembre 2014 16:53

              Mon sentiment est qu’on est en train de générer une des pires catastrophes de l’histoire humaine là.


              Et c’est la psychologie qui m’en convainc le + ... car quand on a d’un côté des motivations très stimulantes et immédiates ( gagner de l’argent ) et puis de l’autre : des menaces assez lointaines et évoluant lentement de manière statistique...le piège se met en place.
              Et si la force inertielle du danger est grande ( elle est énorme ici ) alors il y a toutes les chances pour que quand on voie le panneau « trop tard », on ait déjà plongé dans l’abîme.
              Car il ne faut pas oublier les phénomènes à évolution exponentielle ( le méthane du permafrost ) pour lesquels il n’y a même pas de modélisation fiable, et dont la fonte commence à s’observer en Alaska.

              En général, je ne suis pas catastrophiste, mais ce truc-là, je le sens vraiment très mal

            • JBGPHY 10 septembre 2014 17:23

              petit cours de chimie amusante :
              1) Dégagement de CO2 dans l’atmosphère
              Conteste-tu l’augmentation ?
              2) Dissolution du CO2 dans l’eau :
              CO2 + H2O ----> H2CO3 c’est de l’acide carbonique
              Conteste-tu la chimie ?
              3) Plus il y a de CO2 dans l’atmosphère, plus les océans absorbent ce CO2.
              Conteste-tu le cycle géochimique du carbone ?

              Et oui, il y a un lien de causalité entre augmentation de GES et acidification des océans.


            • Pere Plexe Pere Plexe 10 septembre 2014 19:39

              ...on « démontrait » avec la même rigueur scientifique et la meme simplicité que augmentation de GES=augmentation des températures terrestres.
              Pourtant le taux de GES atteint des sommets mais pas les températures.
              Certes la pause ne prouve en rien que la hausse de température ne reprendra pas.
              Mais elle prouve,à minima, que la causalité n’est pas aussi simple et que d’autres paramètres entre en jeu capable d’interférer lourdement.
              Il serait sage d’aborder le problème d’acidification avec la même prudence.


            • joletaxi 10 septembre 2014 21:29

              votre démonstration montre à quel point la climastrologie permet ,avec des raccourcis enfantinsde, nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
              Ce qui semble évident dans une éprouvette ne marche plus du tout dans un océan, ( notez que si au fond de votre éprouvette vous mettez une couche de carbonate, le PH ne variera pas au delà du taux de dissolution des carbonates..Les fonds des océans constituent une réserve inépuisable de carbonates)

              L’OMM le sait aussi, mais comme le réchauffement, chaos, disruption,changement, bouzin, climatique est à la rue, faut bien trouver un autre article à mettre en tête de gondole


            • JC_Lavau JC_Lavau 15 septembre 2014 10:24

              Rappel : le coup de « acidification des océans » est aussi une escroquerie impardonnable, déjà démontée à http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/fraude-nulle-trace-de-corpus-152331

              Il n’existe aucun corpus expérimental soutenant cette affirmation carbocentriste et catastrophiste de rechange. Rien, rien de rien, nada !
              Les fautes professionnelles accumulées par ces « modélisateurs » aux ordres ont déjà été énumérées :

              Résumons les hypothèses de calcul faites par Mark Z. Jacobson :
              1. Il n’y a aucun volcanisme sous-marin (quand même 90% de tout le volcanisme de la Terre), pas de souffleurs de sulfures, rien.
              2. Ni aucune subduction qui enfouisse, diagenèse puis métamorphise, et recycle les sédiments marins. Pas de charriages non plus.
              3. Il n’y a aucun fleuve.
              4. Il n’y a ni érosion chimique ni érosion mécanique des continents, même pas des côtières.
              5. Il n’y a aucune néosynthèse d’argiles marines.
              6. Aucun prélèvement biologique n’est fait par des organismes marins. Pas de coraux, pas de calcaires, pas de maerls, pas de marnes, pas de silex, pas de marbres...
              7. Donc aucun effet d’oxydo-réduction... Les montagnes d’oxyde de fer d’Australie et du Canada n’ont plus de raison d’exister.
              8. Pas d’évaporites non plus.
              9. Il n’y a pas d’exportation d’aérosols marins. Tant pis pour la forêt des Landes qui sans eux ne serait que le tiers (en tonnage) de ce qu’elle est.

              En conséquence, aucun des dépôts calcaires du Jurassique ou du Crétacé n’a jamais pu se former, en un temps où les rivières étaient claires, sans alluvions, sans corrosion des continents autre que chimique, par les eaux chargées en dioxyde de carbone d’origine atmosphérique. Ils recouvrent quand même environ la moitié de la France.

              Pas d’érosion mécanique non plus, donc pas de delta du Mississipi, pas de delta du Gange et du Brahmapoutre, ni du Tigre et de l’Euphrate, ni du Mékong, ni de l’Indus, ni du Sang-Koï, ni du Nil, ni du Rhône, ni du Danube, ni du Rhin, ni du Pô, ni du Niger, ni de l’Amazone, ni de l’Orénoque...

              Pas de volcans sous-marins, pas de souffleurs, pas d’atolls, pas d’arcs style Aléoutiennes ou Kouriles, pas de Japon, pas d’Islande, pas d’Antilles, pas de Nouvelle Zélande...

              Sur l’évacuation hors de l’horizon du modélisateur des synthèses d’argiles marines, fut-ce par modification structurelle et chimique des argiles continentales apportées par les fleuves : on leur doit quand même sur quelques quatre milliards et demi d’années le constant prélèvement en potassium au détriment de la solution marine. Ces argiles benthiques de structure mica hydraté sont ensuite recyclées par subduction, distillées par différenciation magmatique, et le potassium est renvoyé dans les croûtes continentales par volcanisme andésitique, ou par plutons granitiques.
              C’est à ce mécanisme qu’on doit l’existence des croûtes continentales, vingt à trente fois plus riches en potassium que le manteau ou la croûte océanique. D’où l’enrichissement permanent de l’océan en sodium, qui ne peut participer que très difficilement aux synthèses argileuses.

              Le modélisateur s’est imaginé qu’avec juste l’atmosphère et la solution marine, il modélisait correctement les océans du globe, et sur des siècles...
              J’aurais mauvaise grâce à contester l’usage des produits de solubilité dans ce genre de solutions à force ionique élevée, j’en connais les succès. C’est l’idée d’une boîte fermée, ou à la rigueur juste deux boîtes (océans + atmosphère), qui est follement irréaliste, complètement folle. Tout sédimentologue, tout volcanologue, tout biologiste pousseraient les mêmes cris que moi.

              Aux dernières nouvelles imprimées dans les manuels de géol, la corrosion purement chimique des continents ne représentait que dans les quatre milliards deux cents millions de tonnes annuellement. Si vous augmentez la teneur en CO2 des eaux de pluie, vous augmentez d’autant l’érosion chimique des continents, apportant aux océans tout ce qu’il faut en cations Ca++, Mg++, Na+, K+, Fe++, Li+, Sr++, ... Ça s’est toujours passé comme cela, à toutes ères géologiques. Il faut en tenir une couche d’ignorance et de bêtise particulièrement épaisse, pour gober tout ce que vous dictent les media aux ordres, tels que Le Monde, le Nobs, Libé, etc.


            • Tall 10 septembre 2014 16:32
              On ergote là ... ils modifient juste un peu leurs termes pour éviter les coups bas de l’énorme contre-propagande dont ils sont l’objet depuis le début ... 

              Une propagande due à tous ceux pour qui le business qui se chiffre à des trillions de dollars / an au niveau de la planète ( pétrole, gaz, etc.. ) implique le dégagement de CO2 dans l’air.

              PS : le respect, ça se mérite

              • Benoît Rittaud Benoît Rittaud 10 septembre 2014 16:43

                Vous reconnaissez donc finalement que mon article est correct, tout en étant incapable d’en tirer les conséquences sur votre attitude. Selon les termes de votre PS, c’est vous qui ne méritez pas mon respect.



              • Tall 10 septembre 2014 16:54

                Non, pas sur le fond ... vous faites de la phraséologie ... et je m’en fous de votre respect


              • Tall 10 septembre 2014 16:57

                Maintenant si votre but, c’est de briller sur ce site, je vous rassure tout de suite : vous avez le potentiel.

                Et je vous suggère même d’en parler autour de vous.

                Fair-play ... vous voyez ?

              • el cogno 10 septembre 2014 20:16

                Maintenant si votre but, c’est de briller sur ce site, je vous rassure tout de suite : vous avez le potentiel.

                J’ai éclaté de rire. smiley


              • Kelimp 10 septembre 2014 16:57

                Il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

                Il ne sert donc à rien d’essayer de vous convaincre puisque vous avez TOUJOURS raison.


                •  C BARRATIER C BARRATIER 10 septembre 2014 16:59

                  Je pense que l’important pour les manipulateurs d’opinions publiques est de donner aux hommes une responsabilité dans l’évolution naturelle...Les religions n’ont pas fait autrement. C’est toujours l’occasion de les embrigader quelque part. Ici le commerce de l’écologie.

                  On sait portant que le CO2 émis par les hommes est négligeable face au CO2 produit par les océans. Une conséquence du réchauffement et non une cause.
                  voir en table des news :

                  Manip opinion : Réchauffement:H2O, pas CO2

                   

                  http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=130


                  • Doume65 11 septembre 2014 12:01

                    « On sait portant que le CO2 émis par les hommes est négligeable face au CO2 produit par les océans »

                    Ben non, justement pas ! Car on peut lire dans toute la littérature concernant le CO² que l’océan absorbe, au contraire le carbone.
                    Ceci dit, il en rend une petite partie lorsque des poissons sont mangés par des mouettes smiley


                  • joletaxi 10 septembre 2014 17:25

                    Mon Dieu

                    et dire que l’on a confié une réunion aussi cruciale à Hollande
                    On peut s’attendre à un bide d’envergure, et d’ailleurs cela commence bien

                    http://notrickszone.com/2014/09/09/german-scientists-ridicule-new-york-climate-conference-as-major-world-leaders-decline-to-show-up/

                    il est vrai que Paris, les gueuletons, les petites femmes, cela pourrait inciter la bande de cloportes qui vivent sur cette fable, à cramer quelques tonnes de kérozène, pour encore une fois se gaver de petits fours, de boissons pleines de gaz satanique, et de répandre encore quelques MST.

                    Pour les fidèles, autistes, qui gobent avec délice les prophéties à la Philipulus, leur cas est d’autant plus pathétique, qu’il est facile de trouver sur le net, les infos officielles qui démentent toutes les affirmations régurgitées ici plus haut.

                    Hiatus, pause, etc... que les zozos déclarent aujourd’hui pouvoir prévoir

                    http://wattsupwiththat.com/2014/09/10/great-moments-in-climate-science-we-could-have-forecast-the-pause-if-we-had-the-tools-of-the-future-back-then/

                    rétroactivement, sans rire.

                    Paraît que le seul réfugié climatique( enfin, qui s’est présenté comme tel) s’est vu refusé un visa par les autorités de NZ, car il était évident qu’il s’agissait d’un argument sans fondement.

                    C’est sidérant de voir un organisme officiel publier de telles inepties, notamment sur l’acidification des océans,argument qui fait s’esclaffer tout chimiste

                    http://wattsupwiththat.com/2010/06/19/the-electric-oceanic-acid-test/

                    mais bon, pour qu’une escroquerie fonctionne, il faut des idiots utiles,... et des requins, quelque soit le PH

                     


                    • vesjem vesjem 10 septembre 2014 18:04

                      @l’auteur
                      il semble désormais que le réchauffement climatique ne soit plus de mise ( cycle du pétrole biotique qui dit que le pétrole se serait formé par la compression de végétaux sous haute température il y a des lustres , et que la terre reviendrait à « l’enfer » de l’époque de la formation lorsqu’on aura tout brûlé les énergies fossiles) ;
                      dans le cas de la théorie ci-après , plus de retour à l’enfer

                      "Théorie de l’origine abiotique des hydrocarbures et résultats expérimentaux
                      Cette théorie explique que les composés d’hydrocarbures sont générés dans le manteau terrestre (enveloppe terrestre comprise entre 30 km et 2900 km de profondeur). Ces composés migrent à travers des failles profondes dans la croûte (enveloppe terrestre comprise entre 0 et 30 km de profondeur), pour s’accumuler dans des réservoirs géologiques localisés dans le socle cristallin constitué de roches magmatiques et métamorphiques et dans les dépôts sédimentaires superficiels.
                      Le pétrole aurait donc aussi une origine minérale en plus d’une origine biologique
                      ."
                        


                      • BA 10 septembre 2014 18:12

                        Mercredi 10 septembre 2014 :

                        Concentration record des gaz à effet de serre en 2013. Les gaz à effet de serre ont atteint un niveau de concentration record en 2013, a annoncé mardi 9 septembre à Genève l’Organisation météorologique mondiale (OMM), une agence de l’Organisation des nations unies. Qui plus est, le taux d’accroissement du dioxyde de carbone (CO2) atmosphérique entre 2012 et 2013 représente la plus forte augmentation annuelle depuis 1984, année des premières mesures fiables.

                        Des données préliminaires laissent supposer que cela pourrait être dû à la réduction des quantités de CO2 absorbées par la biosphère terrestre alors que les émissions de ce gaz continuent de croître.

                        ACIDIFICATION DES OCÉANS

                        En 2013, la concentration de CO2 dans l’atmosphère représentait 142 % de ce qu’elle était à l’époque préindustrielle (1750), et celle du méthane et du protoxyde d’azote respectivement, 253 % et 121 %.

                        L’océan absorbe aujourd’hui environ le quart des émissions totales de CO2, mais cela est lourd de conséquences, selon les experts  : « Le rythme actuel d’acidification des océans semble en effet sans précédent depuis au moins 300 millions d’années. »

                        Pour le secretaire général de l’OMM, Michel Jarraud, la situation est inquiétante :

                        « Nous savons avec certitude que le climat est en train de changer et que les conditions météorologiques deviennent plus extrêmes à cause des activités humaines, telles que l’exploitation des combustibles fossiles. (…) L’ignorance ne peut plus justifier l’inaction. » http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/09/09/concentration-record-des-gaz-a-effet-de-serre-en-2013_4484171_3244.html

                        • BA 10 septembre 2014 18:21

                          Lundi 27 janvier 2014 :

                          Six décennies de réchauffement climatique dans une vidéo time lapse de 15 secondes.

                          Selon les conclusions de la Nasa et de la NOAA, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), l’agence américaine responsable de l’étude de l’océan et de l’atmosphère, 2013 est, avec 2009 et 2006, la septième année la plus chaude depuis 1880, soit depuis 134 ans, ce qui démontre une tendance à la hausse à long terme des températures mondiales.

                          La température moyenne en 2013 a été de 14,6 degrés Celsius, soit 0,6 degré Celsius plus chaud qu’en 1950.

                          La température moyenne du globe a augmenté d’environ 0,8 degré Celsius depuis 1880, selon le nouveau rapport de la Nasa.

                          « Les tendances à long terme de la température à la surface de la Terre sont inhabituelles et 2013 est une preuve supplémentaire du changement climatique en cours », a déclaré le climatologue de la Nasa, Gavin Schmidt du GISS, le Goddard Institute for Space Studies.

                          Afin d’illustrer l’augmentation des températures, la Nasa a publié une vidéo time lapse qui montre le réchauffement de la Terre de 1950 à 2013. Plus de 60 ans sont couverts selon une échelle de couleurs allant du bleu total (-2 degrés) à l’orange foncé (+2 degrés).

                          http://www.express.be/joker/fr/platdujour/6-decennies-de-rechauffement-climatique-dans-une-vido-time-lapse-de-15-secondes/201385.htm


                          • joletaxi 10 septembre 2014 18:43

                            Ah ce bon Gavin, qui remplace le sulfureux Hansen,

                            Une question à ce bon Gavin

                            a-t-il une explication sur les « ajustements »(tripatouillages) des relevés de t° en Australie.
                            Car les petits copains de la poele à frire ont eu la main lourde, jusqu’à 2° de modification des relevés bruts.
                            Ce qui pose problème, c’est pas que les australiens aient eux aussi leurs zozos, et après tout, leur gouvernement lui a compris, et a coupé les crédits à cette « fête au slip »,mais c’est l’explication (une des explications, il faut préciser)du BOM, qui déclare benoitement ::
                            nous appliquons les mêmes procédures qui sont appliquées partout dans le monde,.... effarant.

                            La presse australienne s’est emparée du scandale, on peut s’attendre à d’autres révélations.

                            Hansen ne s’est pas gêné pour faire de même aux USA,allez faire un tour sur ce site

                            http://stevengoddard.wordpress.com/

                            le dust bowl n’a jamais existé non ?
                            et les Vikings au Groenland, une légende urbaine, c’est sur

                            Un petit truc aussi qui n’a pas fait la une du Monde(oups l’immonde), un glaciologue suisse a trouvé des troncs d’arbre fossilisés dans la moraine d’un glacier en récession,qui prouve sans aucun doute qu’une forêt a existé à ces altitudes en d’autres temps.

                            on vous le dit ,on bat des records

                            pour l’acidification des océans, ayez au moins une once de curiosité pour constater vous-même(du moins pour ceux ayant quelques neurones connectées) l’idiotie de cette assertion ( lisez au moins le lien plus haut)


                          • JeanLuc06 10 septembre 2014 18:44

                            un article indiquait récemment que la fonte des glace du pôle sud était irréversible

                            la principale conséquence serait la fin du Golf Stream et la mort programmée des océans
                            Les océans pourrissent et dégagent du sulfure d’hydrogène, mettant fin à toute forme de vie respirant de l’oxygéne. Ce phénomène a déjà eu lieu dans le passé ( précambrien ? )
                            C’est une extinction de vie massive
                            Vous rajoutez à çà la couche d’ozone, la pollution galopante, et on a un beau tableau de l’avenir !

                            • joletaxi 10 septembre 2014 21:21

                              oui, la t° moyenne en antarctique frise les -30, sur que ça fond à toute berzingue.
                              Bon, la banquise antarctique bat des records d’extension, au point que les surfaces de banquise dans le monde sont au dessus de la moyenne(pour ce que cela vaut dans la mesure où on a des mesures fiables que depuis 30 ans)

                              Quand aux croisières en arctique, c’est assez compromis, la banquise a vu sa surface augmenter de 50 % par rapport à son point bas de 2012.

                              on vous le dit,ça chauffe dur


                            • Le421 Le421 10 septembre 2014 19:37

                              Je peux dire une bêtise ??
                              Si j’ai bien compris, il y a un foustral* de gens qui pensent avoir inventé le mouvement perpétuel !!
                              Du moins, la croissance infinie dans un monde fini...

                              Alors, voyez !!
                              150.000 livres de V.Trierweiler vendus en quelques jours !! Compte tenu du nombre d’abrutis qui traînent, pour moi, c’est un bide total !! En dessous de 30 millions, c’est peanut !!

                              Pour revenir au sujet.
                              Vous pensez réellement que l’on va pouvoir faire grandir l’arbre jusqu’à ce qu’il touche le ciel ??
                              Voire atteindre la Lune ??
                              Alors que des cons ont pris des risques fous pour y aller quelques heures, nous, bientôt, avec de bons bras et assez de branches, on pourra y aller facile...
                              Mais bon. Je philosophe.
                              Ici, ça va pas forcément être compris.

                              Et pis bon !! C’est nos gosses et leurs petits qui morfleront.
                              Nous, pourvu qu’on engraisse et roule en 4X4, le reste...
                              *foustral mot de chez moi qui veux dire pléthore.


                              • joletaxi 10 septembre 2014 21:16

                                paraît que le clergé catho a institué un jour de jeune pour le climat ?
                                sinon, se flageller avec des poele à frire est très efficace...des poeles teffal hein,faut pas rigoler


                              • diverna diverna 10 septembre 2014 19:44

                                Il se trouve que je viens de poster un article ailleurs :
                                http://blogs.mediapart.fr/blog/didier-vernade/100914/soleil-froid

                                Ce que l’auteur n’explique pas et que j’essaie de rendre compréhensible c’est qu’il y a eu une augmentation de température mais tout se passe comme si « nous » avions atteint un palier. Comme la température a augmenté les biotopes (antartique etc...) se mettent en équilibre avec la température.
                                Ce que l’auteur n’explique pas non plus c’est que le découplage actuel entre croissance du CO2 et température n’est pas compris. Simplement cela donne des arguments à ceux qui expliquent que la couverture nuageuse a un rôle prédominant dans l’effet de serre.
                                Les dates sont importantes. La forte augmentation des température s’est produit de 1984 environ (d’où cette référence) jusque vers 1998. Se pourrait-il que ce soient des aérosols maintenant non utilisés qui aient provoqué un tel désastre ? Toujours est-il que le GIEC « notre GIEC » dans son rapport de 2014 que je dénonce (article cité ci-dessus) continue à publier des infos allant dans le sens implicite d’un lien entre CO2 et température, avec des courbes en escalier qui tiennent de la manipulation de données.


                                • BA 10 septembre 2014 20:11

                                  Lundi 13 janvier 2014 :

                                  Changement climatique : 1 chercheur n’y croit pas (et 9136 pensent qu’il est réel).

                                  Les climatosceptiques sont en minorité au sein de la communauté scientifique. Et même en ultra-minorité. C’est ce que montre James Lawrence Powell dans un post publié sur son blog, et repris sur Desmogblog.com.

                                  Le chercheur, ancien membre du comité national scientifique américain, et actuel directeur exécutif du Consortium national des sciences physiques, a parcouru 2258 articles, écrits par 9136 auteurs, et publiés dans des revues à comité de lecture entre le 12 novembre 2012 et le 31 décembre 2013.

                                  Résultat, un seul auteur, publié dans la revue de l’Académie des Sciences russes, conteste l’existence d’un changement climatique provoqué par l’homme. Ce qui, en infographie, donne ça :

                                  http://www.slate.fr/sites/default/files/photos/powell1.jpg


                                  • joletaxi 10 septembre 2014 21:14

                                    tiens voilà les 97.7 % du consensus, rien ne nous sera épargné ,


                                  • BA 10 septembre 2014 21:28

                                    Un consensus à 97,7 % chez les scientifiques ?


                                    Mais non.

                                    En réalité, c’est encore plus que 97,7 % :

                                    Changement climatique : 1 chercheur n’y croit pas (et 9136 pensent qu’il est réel).

                                    Les climatosceptiques sont en minorité au sein de la communauté scientifique. Et même en ultra-minorité. C’est ce que montre James Lawrence Powell dans un post publié sur son blog, et repris sur Desmogblog.com.

                                    Le chercheur, ancien membre du comité national scientifique américain, et actuel directeur exécutif du Consortium national des sciences physiques, a parcouru 2258 articles, écrits par 9136 auteurs, et publiés dans des revues à comité de lecture entre le 12 novembre 2012 et le 31 décembre 2013.

                                    Résultat, un seul auteur, publié dans la revue de l’Académie des Sciences russes, conteste l’existence d’un changement climatique provoqué par l’homme. Ce qui, en infographie, donne ça :

                                    http://www.slate.fr/sites/default/files/photos/powell1.jpg


                                  • Robert Biloute Robert Biloute 10 septembre 2014 21:28

                                    autant je suis convaincu qu’il va y avoir de gros problèmes de climats (mais pas seulement..), autant je reste assez convaincu qu’on ne comprend pas bien ce qu’il va se passer, et autant je ne supporte plus cet argument du « consensus scientifique » : on s’en fout du consensus, la science ça n’est pas la démocratie, donc ça n’est pas un argument scientifique mais *politique*. A votre avis, il y avait une majorité de scientifiques qui *croyaient* (vocabulaire également délicat..) à la relativité restreinte en 1905 ?


                                  • Manu Manu 10 septembre 2014 22:11

                                    Évidemment, Lennart Bengtsson ou Judith Curry, ça ne vous dit rien...


                                  • Manu Manu 10 septembre 2014 21:32

                                    Maintenant qu’il y a enfin une courbe de température (discutable mais passons) intégrant les années 2000 sur WP, que voit-on clairement sur la fin de la courbe (OUI J’AI VU LA HAUSSE AVANT) : une tendance baissière ! Bizarre, puisqu’on nous martèle depuis tant d’années que la température suit la progression de la concentration en CO2 et que la hausse de la concentration de ce gaz accélère !

                                    Au passage, pourrait-on avoir les deux courbes température et CO2 sur le meme graphique pour les années 2000-2013 ?

                                    Bizarrement, ça ne court pas les rues...


                                    • BA 10 septembre 2014 22:28

                                      15 mai 2013 :


                                      Quantifying the consensus on anthropogenic global warming in the scientific literature.


                                      (Article écrit par John Cook, Dana Nuccitelli, Sarah A Green, Mark Richardson, Bärbel Winkler, Rob Painting, Robert Way, Peter Jacobs et Andrew Skuce)


                                      We analyze the evolution of the scientific consensus on anthropogenic global warming (AGW) in the peer-reviewed scientific literature, examining 11 944 climate abstracts from 1991–2011 matching the topics ’global climate change’ or ’global warming’. 

                                      We find that 66.4% of abstracts expressed no position on AGW, 32.6% endorsed AGW, 0.7% rejected AGW and 0.3% were uncertain about the cause of global warming. 

                                      Among abstracts expressing a position on AGW, 97.1% endorsed the consensus position that humans are causing global warming.


                                      • sam turlupine sam turlupine 11 septembre 2014 08:43

                                        Je suis sidéré que, contre toute évidence, et contre TOUTES les constatations et statistiques opérées par l’ensemble de la communauté scientifique spécialisée dans le monde (climatologues, GIEC, etc.) il continue d’y avoir, aujourd’hui, en Septembre 2014, des dénégateurs d’une REALITE constatée partout et par tous les habitants de la planète : le réchauffement planétaire, l’augmentation des catastrophes naturelles, des phénomènes météorologiques extrêmes, de l’acidification des océans, la fonte des banquises, la montée des eaux , etc : j’en passe et des plus gratinées. 


                                        Ceux qui continuent à affirmer que la terre est plate, et que le soleil lui tourne autour. 
                                        A-hu-ri-ssant ! 
                                        Les tenants des diverses théories du complot continuent à faire florès sur ce site, qui a fini par perdre toute crédibilité au niveau du « journalisme citoyen », à cause de personnages comme l’auteur de l’article qui, comme montré plus haut, tente de déformer jusqu’au rapport qu’il cite, en le tronquant de l’essentiel, parce qu’il le contredit entièrement. 

                                        Pauvre agoravox, qui , du fait des négationnistes divers (dont l’auteur de ce torchon), devient la risée de tous les gens un peu sérieux et concernés.. 
                                        R.I.P. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès