Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’ours, le loup et le lynx en France

L’ours, le loup et le lynx en France

Deux cents loups, une vingtaine d’ours et deux cents lynx, mobilisent une grande partie de la population française : les « pro » et les « anti », les ruraux et les écolos, les élus et les politiques, les syndicats agricoles et les chasseurs, les bergers et les randonneurs… Et du simple promeneur au dernier des électeurs, personne, ou presque, n’y reste indifférent ! Malheureusement, il est curieux qu’en France, lorsqu’on parle de respect de l’environnement, de sauvegarde de la faune, de la flore et de protection des espèces sauvages, une forte clameur d’opposition se fasse entendre. C’est une réaction atypique par rapport à ce qui se passe dans le reste de l’Europe. Il n’y a que dans notre beau pays que l’écologie doive crier très fort son désir de survivre, et qu’elle suscite une telle hostilité chez certaines personnes. Ce qui veut dire que les « contres » seraient pour une planète polluée, aride d’espèces végétales, animales, minérales, ce qui équivaudrait un beau jour à l’éradication de toute vie sur Terre, y compris humaine ! Mais qui donc peut encore croire au grand méchant loup ? Qui donc peut rester insensible à une ourse protégeant ses petits ? Qui donc peut refuser la biodiversité en empoisonnant un lynx coupable de prélever un chevreuil ? Qui donc veut condamner une Nature sauvage où les espèces croissent et se mélangent : mélange de végétaux, de minéraux, d’animaux et d’humains ? Une nature pure et originelle…

Ne pas accepter les « sauvages », les soi-disant nuisibles, c’est interdire la biodiversité et c’est vivre en sursis. C’est comme si demain l’eau courante et l’électricité disparaissaient de notre vie. Quelle déveine ! Pire, quelle catastrophe ! Certes, certains diront encore : « On peut vivre sans les ours, les loups et les lynx… » Bien sûr, on peut toujours vivre sans ces espèces, ou survivre à défaut d’eau potable ! Mais pour combien de temps ? Et surtout, après, quelles autres espèces l’humanité mettrait-elle en danger ? Comment résoudre les dégâts causés par les chiens errants, et comment empêcher ces canins domestiqués de massacrer des milliers de têtes de bétail chaque année en France ? Comment éradiquer la tremblante, la brucellose et la fièvre aphteuse qui tuent chaque année des milliers d’ovins et de caprins, y compris dans des zones montagneuses ? Comment empêcher la foudre de frapper, l’incendie de se propager, ou encore l’inondation de tout emporter ? Comment venir à bout de la crise ovine… de la crise de l’élevage en France ?

Le retour du loup, la sauvegarde de l’ours brun et le maintien du lynx sont une chance pour des régions isolées, perdues, économiquement faibles, en manque d’entreprises, au développement limité. Une Nature riche et variée est un atout majeur dans un monde de plus en plus aseptisé, pollué, urbanisé. C’est la confrontation du « sauvage » et du « domestiqué » ! De l’authentique et du superficiel ! Du naturel et de la « mondialisation ». L’ours, le loup et le lynx ne peuvent être tenus responsables du fait que le monde de l’élevage va mal, que la société défaille.

La culture judéo-chrétienne postule que la faune et la flore n’existeraient que dans le but de pourvoir aux besoins des hommes. Volonté de domination qui s’exprime par un mépris envers les autres vivants. Par contre, les croyances dites primitives, qui sont à l’inverse des religions monothéistes, génèrent le respect envers toutes les espèces et la vie sauvage.

Certains humains considèrent les animaux dépourvus d’âme et de sensations ! Ils veulent dominer la Nature tout entière parce qu’ils la considèrent en ennemie. Ce qui expliquerait pourquoi ils ont fait des animaux leurs esclaves. Lorsque l’homme est devenu sédentaire en cultivant et en élevant, il a détruit ses relations pacifiques avec les autres espèces. Les moutons étaient un enjeu, les « sauvages », symboles du nomadisme, devenaient des marginaux. Le « sauvage » n’est devenu pour l’homme qu’un vieux souvenir.

Espérons que la liberté des autres espèces ne soit pas aussi un jour rien qu’un souvenir ! Que ces originels ne hantent pas uniquement les parcs animaliers ! Depuis une trentaine d’années, un certain engouement pour la Nature renverse peu à peu la tendance. L’avancée des connaissances permet de démystifier les légendes établies. Mais il reste à convaincre, à démontrer aux éleveurs et aux chasseurs hostiles que loups, ours et lynx ne constituent pas une régression de leur profession ou passion ! Que le retour du loup n’est pas synonyme de fin du pastoralisme, que la sauvegarde de l’ours n’est pas la mort des Pyrénées, et que le lynx n’est pas l’ennemi du chasseur, bien au contraire ! Hommes et bêtes, domestiqués comme sauvages, peuvent encore vivre ensemble.


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Gollum Gollum 6 février 2013 18:01

    Certes, certains diront encore : « On peut vivre sans les ours, les loups et les lynx… »


    la sauvegarde de l’ours n’est pas la mort des Pyrénées

    Je dirai même que la présence de cette vie animale peut être un atout touristique au même titre que les gorilles de montagne du Rwanda qui attirent des floppées de touristes chaque année.

    Bientôt la vie animale sauvage sera si rare que des gens payeront des fortunes pour avoir quelques loups dans leurs jumelles et au bout de l’objectif...

    • foufouille foufouille 6 février 2013 18:05

      et quand ils seront nombreux, ils te boufferont
      si le lynx a plus de chevreuil a manger, il faudra bien qu’il se nourrisse, ce tres gros chat
      ou faudra faire une visite du parc aux vieux ........


      • Kelimp 6 février 2013 18:16

        Dans le même sens, il faut lire l’opinion de Gerard Charollois que publie la Buvette des Alpages à propos de la création de l’Agence Nationale de la Biodiversité.


        • TSS 6 février 2013 18:47

          je connais bien la vallée qui va de Foix à Andorre où il y eu de très belles manifestations anti ours

          où des gens soi disant defenseurs de la nature coupaient des arbres centenaires pour barrer

          la route aux pro ours où dans le moindre « patelin » il y a une auberge ou une maison de l’ours !!

          Ils veulent bien le nom OURS pour attirer les gogos mais surtout pas d’ours dans les

          montagnes... !!


          • srobyl srobyl 6 février 2013 19:32

            « Par contre, les croyances dites primitives, qui sont à l’inverse des religions monothéistes, génèrent le respect envers toutes les espèces et la vie sauvage ».

            Entièrement d’accord, mais justement, les croyances « primitives » sont observées chez des peuples dont le mode de vie est assez différent du nôtre. Un berger des Pyrénées ou des Alpes n’est pas un cueilleur-chasseur. Le gros problème, c’est la coexistence sur le même territoire d’espèces sauvages prédatrices ET d’animaux d’élevage. Si la plupart des gens, hormis quelques bornés de la gachette, trouvent plutôt intéressant que des prédateurs soient réintroduits, et ce pour le plus grand bien de la vigueur des espèces sauvages qui sont leurs proies, une personne qui vit de l’activité pastorale aura une opinion différente, liée forcément à sa survie économique.
             J’adhère tout à fait à l’opinion exprimée il y a quelques années par François Cavanna à propos des ours tués par des chasseurs : si on aime les ours,(ou les loups) qu’on évite de les réintroduire là où il vont direct au massacre. Il y a trop peu, en France, de zones dont la densité humaine et l’activité sont assez faibles pour assurer la survie des ours ou des loups : il est donc nécessaire de contrôler leur extension territoriale 


            • jef88 jef88 6 février 2013 19:42

              il y a 60 ans j’avais 8 ans et je me promenais, tout seul, en forêt..... mes balades à l’époque étaient an maximum de 7 à 8 km (à 12 ans j’en faisais 30)
              on a photographié des loups l’an dernier à 5 km !
              je sais les parents ne laissent plus leurs enfants libres en forêt.... mais cette satanée forêt s’arrête à 400m de la maison et j’habite en centre ville (2700 habitants)
              Croyez vous que les parents soient rassurés ?


              • alinea Alinea 6 février 2013 19:49

                Magnifique article marie ! Pour peu je vous embrasserais !


                • joletaxi 6 février 2013 20:15

                  et bien et bien Alinea, on a pas pris sa petite tisane au millepertuis ?
                  on se calme, on se calme


                • alinea Alinea 6 février 2013 20:21

                  Et pourquoi donc joe ! Je suis très calme ; faire la bise à quelqu’un pour le remercier de dire ce qu’il a dit ou pour être ce qu’il est, c’est juste un élan d’empathie !! Il ne faut pas contrarier les élans, surtout quand ils sont chaleureux !!


                • foufouille foufouille 6 février 2013 20:36

                  dans un docu, j’avais vu une reserve de lynx dans un parc naturel
                  quand ils etaient trop nombreux, le jeune lynx partait a la recherche d’un nouveau territoire de chasse, il s’est fait ecrase une patte avant par une voiture
                  il devait etre heureux


                  • bakerstreet bakerstreet 7 février 2013 01:27

                    Depuis que Depardieu s’est fait la malle, ça nous fait un ours de moins.
                    Quand à Arnaud en belgique, ça donne un déficit de loup.

                    Tout ça pour dire qu’il n’y avait qu’une blague a ajouter.
                    Rien à retrancher de votre bon article.


                    • LE CHAT LE CHAT 7 février 2013 09:42

                      Les scandinaves , les balkaniques , les russes cohabitent très bien avec ces animaux , pourquoi la France , soit disant « patrie des droits de l’homme » à la densité de population faible , voire très faible dans certaines zones ,ne serait pas capable de tolérer quelques carnivores ??

                      et dans le même temps , certains se plaignent de la prolifération des grands herbivores ( cerfs , chevreuils , sangliers ) ......


                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 7 février 2013 14:40

                        Sauf que les précités, Scandinaves and co , ils ne se gènent absolument pas pour faire des cartons sur les bêtes sauvages.

                        Parait même que les congés de parternités des pays scandinaves sont pris majoritairement pendant la période de chasse...

                        Pour leur défense, là bas, les animaux sauvages ne sont pas en voie de disparition alors ils peuvent s’en donner à coeur joie.


                      • foufouille foufouille 7 février 2013 11:38

                        les ours polaires au canada viennent fouiller les poubelles, faut pas sortir le soir


                        • Marie-Pierre Hage marie 7 février 2013 12:17

                          Je réponds à Jef88, il y a longtemps qu’on sait que les loups ont peur des hommes, les enfants ne doivent pas le craindre !!! les enfants doivent plutôt craindre certains humains il me semble !!!
                          Merci à Alinéa pour son élan chaleureux, ça fait plaisir !


                          • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 7 février 2013 14:41

                            Ben tiens, les loups ont peur des hommes, et puis quoi encore !

                            Quand les loups ont faim, ils n’ont plus peur des hommes.


                          • TSS 7 février 2013 17:36

                            Ben tiens, les loups ont peur des hommes, et puis quoi encore !

                            Quand les loups ont faim, ils n’ont plus peur des hommes

                            vous auriez dû regarder « Le dernier trappeur » documentaire sur un trappeur(le dernier ?)

                            qui exerce dans le grand nord canadien ,il campe avec ses chiens ,une meute de loup est à

                            200mètres il dit :« les loups n’attaquent jamais l’homme sauf dans les contes ,par contre si

                            je m’en vais ,dans 1/4 d’heure il mangeront mes chiens. »


                          • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 7 février 2013 13:01

                            De toute façon, que cela plaise ou non aux bobos cette question se règlera à coup de carabine au crépuscule et il est d’ores et déjà certain que les gendarmes ne feront pas de zèle excessif pour trouver les tireurs si tant est qu’il y ait des animaux sauvages abattus qui traînent le long des routes.

                            Autant le savoir.




                            • TSS 7 février 2013 17:39

                              il est d’ores et déjà certain que les gendarmes ne feront pas de zèle excessif pour trouver les

                              tireurs si tant est qu’il y ait des chasseurs sauvages abattus qui traînent le long des routes.


                            • Loup Rebel Loup Rebel 7 février 2013 17:50

                              @ Lyacon
                              Ce sont les hommes qui son cons
                              .

                              J’aurais préféré lire :
                              ce sont les hommes qu’il faut éduquer.

                              Sur les ondes nationales, des voix s’élèvent pour dire que ce sont les loups qu’il faut éduquer.

                              C’est ça, le changement sociétal promis ?
                              Changer les mentalités des jeunes loups ?
                              Les éduquer au respect des brebis qui appartiennent aux hommes ?  smiley


                            • Marie-Pierre Hage marie 7 février 2013 14:53

                              Lyacon, tu as en partie raison aussi, c’est pour ça que les dernières parcelles de nature il faut les protéger avec sa faune et sa flore ! Quant à une ourse dangereuse lorsqu’elle est accompagnée de ses ourson, c’est un peu normal non ??, elle est sur son territoire, chez elle, comme un humain peut l’être chez lui, dans sa maison et dans sa ville !


                              • Loup Rebel Loup Rebel 7 février 2013 16:31

                                On parle du loup... il sort du bois smiley

                                J’aime beaucoup votre positionnement et votre démarche, chère Marie. Je mets 1+ à votre article.

                                Mais quand même... ce matin mes oreilles se sont retournées quand mon radioréveil a dit (je ne me souviens pas des mots exacts) qu’il fallait changer la mentalité des loups, les éduquer, leur apprendre qu’il est interdit de bouffer les moutons. smiley  :->

                                J’ai d’abord cru que mes activités oniriques poursuivaient leurs envolées fantasques, mais non. Je me suis dit que Vincent Peillon s’était peut-être autoproclamé ministre de l’Éducation des loups ?

                                Bon, une fois complètement réveillé, je me suis souvenu des promesses (de campagne) du chef d’État, et que notre gouvernement est bien déterminé à de très grands changements « maintenant ». L’éducation des loups est beaucoup plus urgente que celle de nos chérubins... et des problèmes économiques, chaumage, et autres babioles qui font 100 fois plus peur au Français que... le loup !

                                Encore une diversion pour cacher sous le tapi l’impuissance à faire mieux que les autres, prédécesseurs ou autres concurrents politiques.


                                • Redj Redj 7 février 2013 17:04

                                  En Bretagne, nous avons le loup, le renard et la belette. En plus ils chantent et sont beaucoup moins dangereux !!  smiley


                                  • Jean Marie Thiboult Jean Marie Thiboult 7 février 2013 17:10

                                    Je dirais même plus


                                    • Marie-Pierre Hage marie 10 février 2013 11:38

                                      je vois que certaines mentalités ne sont pas prêtes à changer, pourtant si nous voulons sauver l’homme, il faudra protéger la nature avant tout !!! nous faisons un « tout », y compris avec les loups et les ours, que certains qui n’ont rien compris le veuillent ou non : ! C’est notre survie qui en dépendra !


                                      • ecolittoral ecolittoral 12 février 2013 11:01

                                        « Mais il reste à convaincre, à démontrer aux éleveurs et aux chasseurs hostiles que loups, ours et lynx ne constituent pas une régression de leur profession ou passion ! »

                                        Alors faites le.
                                        « ...que certains qui n’ont rien compris le veuillent ou non ». J’ajouterai certaines.
                                        On comprend mieux pourquoi les professionnels des écosystèmes ont choisi de se faire appeler écologues plutôt qu’écologistes.
                                        Les ignorants(tes) avec leurs bébés phoques, dauphins, loups, ours qui se proclament écologistes sont trop nombreux.
                                        Les battues aux loups ont commencé dans les alentours du parc de Yellow Stone aux USA.
                                        Les ravages causés par la bête sont trop importants. 
                                        La régulation se fait sous le contrôle des écologues et loin des écologistes.



                                        • Marie-Pierre Hage marie 14 février 2013 15:03

                                          La bétise est humaine, et non pas animale !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès