Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La cabane au fond du jardin

La cabane au fond du jardin

Quand le bonimenteur se soulage ...

Pensées intestines

cabane_1.JPG

Je me souviens de cette étrange cabane au fond du jardin. Elle m'effrayait, elle était si obscure. Elle était peuplée d'une nuée de mouches. L'enfant d'alors redoutait par dessus tout ce moment où il fallait prendre son courage à deux mains et quelques pages du journal local, pour aller vider ses entrailles.

images.jpeg

Pour mon malheur, les aléas de la vie et des problèmes médicaux firent que j'étais particulièrement assidu en ce lieu d'aisance, comme disent ceux qui n'en avaient pas aussi peur que moi. Je redoutais ce tête à tête avec ce trou béant quand je soulevais le couvercle qui l'obstruait. J'avais toujours la crainte d'y voir surgir un monstre …

6a01348731a911970c0133f410e5ca970b-500pi.jpg

Ce n'est certes pas là que je pris ce que beaucoup prennent pour une détestable habitude de lire, sur le Saint-siège. Pourtant, c'est là que se fit l'essentiel de ma culture tant, je vous l'ai avoué, j'étais un adepte de la posture savante. Mais revenons à nos tinettes d'alors, celles qui peuplèrent mes vacances avunculaires.

Toilettes-au-fond-du-jardin.jpg

La petite cabane était toujours fort loin de la maison d'habitation. Il fallait grande nécessité pour faire tout ce chemin quand la météo n'était pas propice ou bien que la nuit enveloppait la cour de ferme de ces mystères et de ces nombreux bruits incertains. Il en fallait du courage pour affronter seul ce long chemin d'angoisse. Il n'était pourtant pas envisageable de se faire accompagner …

40360221.jpg

Que j'eusse alors aimé souffrir d'une constipation chronique. Mais tel n'était pas mon cas et mes voyages incessants ne me permirent jamais de m'accoutumer à la sévérité des lieux. Je revois encore la porte que je n'ouvrais jamais sans un haut le cœur par anticipation. J'ai toujours en mémoire ce crochet ou s'empalaient des carrés de papier journal soigneusement découpés.

Toilette_seche_face.jpg

C'était un temps où l'on ne gâchait pas, où rien ne devait se perdre. Le tas de fumier n'était pas loin, histoire sans doute de mêler hommes et bêtes dans la même impérieuse nécessité organique. C'était surtout là que finissait immanquablement le résultat de toutes nos visites intestines pour engraisser par la suite la terre nourricière ….

La-cabane-au-fond-du-jardin.jpg

Plus tard, bien plus tard, j'ai connu une joyeuse bande d'écologistes anarcho-utopistes. Ils avaient installé sur un monticule, bien en évidence devant la porte d'entrée de leur communauté, une tinette magnifique toute de bâches transparentes entourée. Il fallait ainsi démontrer son refus des normes bourgeoises et son désir de participer à la grande chaine naturelle …

75234135.jpg

Chez mes oncles et tantes, la pudeur et la discrétion avaient leur place. La tinette était toujours à l'écart, bien opaque, bien close. Un crochet solide en barrait l'entrée quand un occupant y faisait son ouvrage. Nul ne se vantait de ce qu'il allait faire bien que chacun pût deviner ses intentions.

les tinettes.jpg

Je me souviens encore d'une tinette plus pittoresque quoique sans doute moins soucieuse de la nature. Elle était, comme ses consœurs, tout au fond de la prairie. Il fallait même pour celle-ci parcourir plus de deux cents mètres qui, la nuit semblaient interminables. Elle était bien à l'abri d'un magnifique saule pleureur dont les branches allaient caresser les eaux du Loir.

P1260622.JPG

Si la configuration extérieure de ce local secret était analogue à ceux que je fréquentais par ailleurs, il y avait une différence de taille dans la destination du dépôt intime que nous y faisions. Le trou plus béant ici que chez mes autres oncles, allait directement dans les eaux de la rivière. Naturellement, le créateur de cette magnifique installation avec tout à l'égout sauvage avait pris la sage précaution de placer cet édicule en aval de sa propriété.

med-Visoterra-toilettes-au-fond-du-jardin-8374.jpg

J'avoue même, bien des années plus tard, un certain plaisir auditif au petit bruit étouffé qu'accompagnait à chaque fois la libération de mes entrailles. C'est peut-être là que j'ai établi cette relation si intime avec les rivières. Que l'on veuille bien me pardonner ce récit personnel, évocation d'un temps pas si lointain où personne ne pensait alors fréquenter un lieu, qui bien des années plus tard, serait du dernier chic sous le nom plus glorieux de toilettes sèches.

Orleans62.jpg

C'est pourtant avec quelques larmes aux yeux que je repense à toutes ces tinettes glorieuses qui accompagnèrent mes vacances d'alors. Voilà sans doute un billet qui ne restera pas dans les annales et pourtant je suis certain que beaucoup encore ont ce doux souvenir en tête.

 

Nostalgiquement vôtre.

JPEG - 33.7 ko

Bonjour :

 

J'avais pensé un moment percer un cœur dans la porte de la cabane de jardin mais de vieux souvenirs sont remontés à la surface ....

 

Chez notre voisin, dont la maison servait jadis d'école, l'étage étant réservé à l'instituteur.

Un instituteur avait écrit au crayon de papier, sur le mur du "cabinet", d'une magnifique écriture :

"Celui qui, de ses mains bâtit ce lieu d'aisance

fit plus pour l'être humain que Doumergue pour la France"

 

Vidéo nécessaire :


Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 21 février 2013 10:11

    Nostalgie et poésie sur un sujet qui nous concerne tous.

    Très bel article 

    Philippe 

    • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2013 10:13

      devphil30


      Merci

      Je suis preneur de récits personnels sur ce sujet.

      • brieli67 21 février 2013 12:35

        IL EST L’ HEURE
        il est l’heure


      • Gabriel Gabriel 21 février 2013 10:17

        Vous qui venez ici dans une humble posture de vos flancs alourdis décharger le fardeau, veuillez quand vous aurez soulagé la nature et déposé dans l’urne un modeste cadeau, épancher dans l’amphore un courant d’onde pure et sur l’autel fumant placer pour chapiteau cet austère couvercle dont l’auguste jointure aux parfums indiscrets doit servir de tombeau 

        Musset. 


        • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2013 10:25

          Gabriel


          Je prends 

          Merci 

        • Kelimp 21 février 2013 12:21

          C’est quand même beaucoup plus poétique que : « Merci de laisser ce lieu propre » ou autre message désespérément impersonnel...


        • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2013 16:28

          Kelimp


          Musset en un lieu si austère quoi de plus naturel ?

        • ecolittoral ecolittoral 21 février 2013 10:37

          Nabum ! Vous avez oubliez    le pot de chambre !!!!

          Très utile à partir du crépuscule. 
          Plus besoin d’affronter ces bruits inquiétants de la nuit. 
          Ce message puissant de la chouette effraie qui glace le sang et bloque le rectum.
          Vous avez aussi oubliez la honte « d’y aller » en plein jour et au regard de tous et surtout des filles.

          Mais, je dois reconnaître que mon commentaire est un peu hors sujet !
          Votre article est très bien écrit et les petits coins, très instructifs, réveillent bien des souvenirs.


          • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2013 10:51

            ecolittoral


            Vous n’êtes nullement hors sujet et vous devenez même contributeur d’un prochain billet. Merci pour ce dépot intime.

          • brieli67 21 février 2013 12:58

            de la matière des matières

            lettre de « Madame, belle-soeur du roi » - Princesse Palatine / Elisabeth - Charlotte de Bavière

            "De Fontainebleau, le 9 d’octobre 1694,

            . Ah ! maudit chier !


          • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2013 13:23

            brieli67


            Je vais m’en inspirer !

            Merci 

          • Shawford Shawford42 21 février 2013 10:47

            Un article aux vertus laxatives assurément.


            Ah, le fameux monstre des cabinets !

            Je suis de ceux dont la fratrie se délectait à désigner cette hantise programmée avant chacun de mes passages vers l’endroit fatidique (heureusement d’ailleurs que les lieux d’aisance dans mon cas n’étaient pas en plus à 200 m du domicile principal !) : une peur dont je ne fus donc pas seul à souffrir, cela me rend tout d’un coup fort aise, merci Nabum smiley

            • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2013 10:55

              Shawford42


              Vous aussi vous allez participer à ce sondage historique et anal. Merci pour le monstre ?

              • Shawford Shawford42 21 février 2013 10:59

                Ça dépend, il vous reste encore pour cela à désigner le fondement du monstre smiley


              • Shawford Shawford42 21 février 2013 11:58

                Nabum, vous êtes quel handicap au Golf Avox ? 


                Moi je suis -1, grâce à mon caddie attitré smiley

              • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2013 13:25

                Shawford42 


                Avec ce billet, il faudra d’abord définir le nombre de trous.

                je sais, c’est mesquin mais dans ceux-là, rarement on plante un drapeau !

              • Shawford Shawford42 21 février 2013 23:06

                Vous savez Nabum, moi mon rayon c’est le porté d’étendart (de la révolte, de la bienséance non mièvre, du débat internétique éclairé) plus que le planté de drapeau.


                Vous devriez donc savoir qu’en toute circonstance je ne chasse jamais les intentions si tant est qu’elles soient bonnes et bienveillantes, même et surtout en cas de discours interlope.

              • C'est Nabum C’est Nabum 22 février 2013 07:58

                Shawford42


                Interlope, j’aime assez ce vocable mystérieux J’en fait mon étendard !

              • Shawford Shawford42 22 février 2013 08:04

                A la bonne honneur cher C’est Nabum, et ma foi tant que vous souscrivez (tout au moins vis à vis de moi) à la proposition qui venait juste avant dans mon commentaire, je vous prête mon cheval blanc smiley smiley


              • C'est Nabum C’est Nabum 22 février 2013 08:16

                 Shawford42


                Perché sur votre cheval blanc je pourrai m’écrier :
                « Paris vaut bien une fesse !"

              • Shawford Shawford42 22 février 2013 08:29

                Ainsi soit il, je laisserai en tout cas volontiers une prose aussi lumineuse pouvoir s’éventer aux quatre vents smiley


              • ZEN ZEN 21 février 2013 11:24

                Nabum

                Bien vu et bien dit
                Belles photos
                Je m’ souviens aussi, comme disait Pérec...
                Mais nul mystère, dans la cabane près de la ferme : un petit ruisseau coulait sous le siège, qui enchantait les oreilles du résident temporaire.
                Les canards, à la sortie, faisaient le ménage...Recyclage assuré !
                On prenait son temps et on s’instruisait : lecture du journal local, de Spirou..
                On échappait aussi pour un temps à la surveillance parentale.


                • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2013 13:28

                  ZEn


                  Je prends avec ou sans Péric mais avec Spirou et vos canards WC

                  Merci pour cette belle contribition.

                • ZEN ZEN 21 février 2013 11:31

                  Je vais inclure cet article dans mon essai anthropologique de traité de cacalogie historique
                  Un pièce de plus à un dossier qui n’est pas mineur dans l’économie humaine... smiley


                  • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2013 13:29

                    Zen


                    Rarement de dossier sur nos trous d’antan

                    Il fallait des abdominaux solides ce qui facilitait la tâche !

                    Rien ne se perd !

                  • brieli67 21 février 2013 11:57

                    E X C E P T I ON

                    Beaucoup de sourds français utilisent le signe « téléphoner »
                    pour dire qu’ils vont aux toilettes,....
                    ce qui évite l’utilisation de signes reliés à cette activité.


                    • Shawford Shawford42 21 février 2013 12:01

                      Procto ? ... poussez plus fort j’entends pas smiley smiley


                    • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2013 13:31

                      brieli67


                      Belle évocation de la délicatesse de la langue des signes.

                    • brieli67 21 février 2013 12:03

                      CITATION

                      Victor Hugo, étant donné la possibilité du recyclage, considère avec regret la pratique de l’élimination, et consacre à ce point un assez long passage de son roman Les Misérables (cinquième partie, livre deuxième, chapitre I) :

                      « La science, après avoir longtemps tâtonné, sait aujourd’hui que le plus fécondant et le plus efficace des engrais, c’est l’engrais humain. Les Chinois, disons-le à notre honte, le savaient avant nous. Pas un paysan chinois, c’est Eckeberg qui le dit, ne va à la ville sans rapporter, aux deux extrémités de son bambou, deux seaux pleins de ce que nous nommons immondices. Grâce à l’engrais humain, la terre en Chine est encore aussi jeune qu’au temps d’Abraham. Le froment chinois rend jusqu’à cent vingt fois la semence. Il n’est aucun guano comparable en fertilité au détritus d’une capitale. Une grande ville est le plus puissant des stercoraires. Employer la ville à fumer la plaine, ce serait une réussite certaine. Si notre or est fumier, en revanche, notre fumier est or.Que fait-on de cet or fumier ? On le balaye à l’abîme. »

                      • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2013 13:33

                        brieli67


                        Dire quand chez nous Fumier est une insulte !

                        Ce qui atteste combien nous nous sommes coupés de dame nature.

                        En Chine, ce lieux était sujet à bien des anecdotes. Lire Brothers !

                      • cevennevive cevennevive 21 février 2013 12:05

                        Bonjour,

                        C’est Nabum, il y a, parmi les édicules dont vous avez donné les photos, un petit cabanon délabré qui penche un peu. Je n’oserais peut-être pas y demeurer longtemps.

                        Dans mon enfance, nous avions aussi un petit coin au fond de la propriété, tout près du tas de fumier, dont mon père se servait pour le jardin. Des couches de papier de toutes sortes étaient accrochées à l’une des parois, et des toiles d’araignées tapissaient le plafond.

                        Mais ce petit coin servit aussi à autre chose.

                        Comme il y avait un vieil arbre couvert de lierre à proximité, mon père, les jours d’hiver, se mettait « à l’espère » dans le cabinet, son fusil à portée de la main. Il était ainsi protégé du froid, et pouvait surveiller merles et grives venant déguster les graines.

                        Enfant, j’arrivais en courant, comme tous les enfants. Voyant mon père installé avec son fusil, je disais « papa, ça presse, vite » et il sortait en rouspétant que j’avais fait fuir les oiseaux.

                        Belle nostalgie tout de même.

                        Nous n’avions pas, autrefois, des dégoûts aussi marqués...

                        Merci et bonne journée à tous.


                        • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2013 13:38

                          cevennevive


                          Que votre histoire est belle

                          Elle figurera dans mon anthologie du récit de latrine. Je vous en remercie chaleureusement.

                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 février 2013 12:11

                          Ca me rappelle la scene avec Galabru dans « le petit baigneur » ...


                          • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2013 13:39

                            Aita Pea Pea


                            Il me faut la trouver pour le prochain billet.

                          • Constant danslayreur 21 février 2013 17:50

                            C’est occupé ... à 1:43

                            http://www.youtube.com/watch?v=pS4lTnWtwzo

                            Il vous en prie


                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 février 2013 18:00

                            Garde à vous !......... smiley


                          • PhilVite PhilVite 21 février 2013 12:29

                            Et y’avait même pas besoin de mettre une pièce pour que la porte s’ouvre et se ferme ?
                            De quoi rendre JCDecaux malade !


                            • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2013 13:43

                               PhilVite


                              Je prends votre remarque pour clore mon dossier.

                            • ZEN ZEN 21 février 2013 12:43

                              Les sanisettes parisiennes m’ont toujours dissuadé
                              Trop clean !...
                              Il faut dire que je suis un peu claustrophobe...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès