Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La « chose énergétique » compte

La « chose énergétique » compte

Cette strophe de Corinne Lepage, nous la brandissons : " Il est indispensable de passer d'un idéal de prospérité partagée, dont nous n'avons cessé de nous éloigner, à un idéal de bien vivre ensemble. " Et si nous imaginions un nouveau lien entre l'écologie et l'économie ?

Comprendre le monde, arracher l'Europe de l'énergie à son réveil, percevoir les signaux du désastre écologique, résoudre les problèmes - économiques, monétaires et financiers - militaires, sociaux et éducatifs, rendre possible la soutenabilité, transgresser la pensée unique. Nul doute que tous ces défis, aussi immenses soient-ils à relever, la GENERATION de TRANSITION refusera l'effondrement et impulsera la renaissance, instaurera l'éthique dans les affaires et l'humanisme comme source de bonheur collectif et elle mettra en perspective l'efficacité économique des marchés avec les impératifs de soutenabilité. Sonnant la charge comme le tocsin, la génération de transition imagine désormais un scénario d'une Europe de l'énergie intégrée et coordonnée. N'ayant de cesse de rebattre les cartes de la politique européenne de l'énergie, des analyses fines de prospectives énergétiques laissent planer de lourdes incertitudes.

Effectivement, les mesures déjà prises - réduction de la consommation, augmentation de la production, réorientation du mix-énergétique - n'auront à terme qu'une incidence faible sur le rétablissement climatique. La prospective " énergie - horizon 2050 " nous communique à mots ouverts que nos besoins mondiaux ne pourront pas être satisfaits. Effectivement les énergies renouvelables ne répondront qu'au tiers des besoins mondiaux tandis que deux milliards d'êtres humains supplémentaires vivront sur la Terre avec deux corollaires, une augmentation des tarifs énergétiques et une explosion des contraintes environnementales et humaines. Il est clair comme de l'eau de roche, que la réduction draconienne des émissions de CO2 est la condition sine qua non d'évitement de la très prévisible catastrophe climatique. In fine, le raisonnement de politique européenne de l'énergie nous conduit à une mise en perspective du choix du combustible en fonction de l'utilisation.

Face à l'épuisement des ressources fossiles, face à la responsabilité historique des pays industrialisés concernant le dérèglement climatique, réactivons le processus de négociation au sujet de la limitation des Gaz à Effet de Serre, les points cardinaux étant les choix des options les plus efficaces et les plus équitables - reforestation et efficience énergétique - le plein respect des engagements financiers des occidentaux envers les populations du Sud tout en implantant des projets de production et d'infrastructure énergétique dans les pays du Nord comme dans ceux du Sud. La société de transition exige un prompt changement de cap et de voilure.

Par exemple, une production soutenable transforme les modes et les systèmes de production en s'inspirant de la nature - biomorphisme, biomimétisme, biotechnologie - l'énergie sera issue de l'air, du soleil et des déchets, les zones industrielles et les cités durables seront circonscrites à l'écosystème naturel. Par exemple, la décentralisation énergétique offre la possibilité de réseaux intelligents distribuant l'énergie électrique aux collectivités territoriales - en fonction de leurs besoins - sous la forme de l'internet électrique.

Quelle est la définition de la politique au sens le plus noble du terme ? Administrer la cité. Quelle est la plus haute responsabilité de notre génération de transition ? Rendre possible la survie de nos écosystèmes. Si la responsabilité politique est noble, alors il est de notre responsabilité de choisir le scénario énergétique du futur pour une cité durable au sein d'un écosystème naturel.

Pierre-Franck HERBINET


Moyenne des avis sur cet article :  2.26/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • yoananda 7 juillet 2011 11:53

    C’est quand même un peu bisounours tout ça ... des beaux principes, mais après, la réalité, c’est autre chose ! quand on s’y frotte on se rends compte que les principes volent en éclat.
    Et du coup, ca fait discours de rêveur tout ça.
    Vous composez des poèmes pendant que les autres sont sur le champ de bataille ...


    • Robert GIL ROBERT GIL 7 juillet 2011 11:59

      il suffit de commencer par se poser les vraies questions :

      http://2ccr.unblog.fr/2011/01/03/de-quoi-avons-nous-besoin/


      • joletaxi 7 juillet 2011 14:10

        "réorientation du mix-énergétique - n’auront à terme qu’une incidence faible sur le rétablissement climatique. 


        j’avoue m’être arrêté là
        voilà pourquoi on gagne toujours quelque chose à lire des articles sur Avox

        rétablissement climatique... il faut l’avoir lu !!!
        voilà encore une bande de rigolos qui cette fois se propose de rétablir le climat.
        Et vous avez une configuration climatique à proposer ?Moi j’aimerais bien l’année 1968.

        Et vous n’avez rien contre les ongles incarnés ?la chute des cheveux ?

        Sacré farceur va,et cela se propose de s’occuper de choses sérieuses comme l’énergie !
        Ferait mieux de faire l’exégèse du calendrier maya

        • Roberton 7 juillet 2011 14:40

          Les politiques dirigent le monde et bien souvent ne comprennent rien à la physique. Notre énergie primaire est basée sur le pétrole, le gaz, charbon, bois et rien d´autre. Le nucléaire, l´éolien, l´hydroélectricité, le solaire ne sont que des énergies de transition, toutes dépendantes du pétrole pour leur construction et maintenance, comme le ciment (60 à 130 litres d´équivalent pétrole/tonne), le verre (2500KW/tonne), les plastiques, les isolants, peintures, lubrifiants, électronique (90% de pétrole) et toutes sont reliées à un réseau complexe et fragile (accidents, tempêtes etc.) et son armada d´engins pour la maintenance.

          Nous n´aurons plus d´électricité 30 ans après le pic de production de pétrole, car nous ne pourrons plus fabriquer moteurs, transformateurs, câbles et tous les systèmes informatiques de contrôle. Les renouvelables ne serviront pas à grand chose vue leur faible durée de vie (20 ans) et nous brulerons de toute façon tout le pétrole et charbon disponible que ce soit en 30 ans ou 100 ans. Au final le CO2 s´accumulera dans l´atmosphère de la même manière puisque son cycle est supérieur à 100 ans. La seule manière d´améliorer l´environnement est de diminuer la population de la planète, ce qui sera fait naturellement par le manque d´énergie disponible dans l´agriculture du futur (100 à 150 litres de diésel pour ha/an pour planter, traiter et récolter) ainsi que le manque d´engrais chimiques (160 millions de tonnes d´engrais fabriqués à partir do pétrole (azote) ou retirés de la terre comme le phosphore et la potasse). Le monde consomme 88Mb/j ou 12 millions de tonnes ou 40 pétroliers de 300.000/tonnes par jour, avec une telle quantité rien ne remplace le pétrole. Nous retournerons en 1900 avec la fin du pétrole. Il est temps d´ agir avant que la nature ne le fasse pour nous !!!!


          • foufouille foufouille 7 juillet 2011 15:00

            "La seule manière d´améliorer l´environnement est de diminuer la population de la planète, ce qui sera fait naturellement par le manque d´énergie disponible dans l´agriculture du futur"
            tu es pret a te suicider ?
            et les charrue tirees par des boeufs, tu connais ?


          • Roberton 7 juillet 2011 19:29

            Je dois préciser que j´habite le Brésil depuis plus de 30 ans et avec des amis, la famille, nous avons acheté une ancienne ferme (production de cacao) à 260 m d´altitude, de 200 ha dans le sud de Bahia, près de la mer, une petite rivière la traverse avec de jolies cascades, réserve biologique de 70 ha (forêt). Une dizaines de maisons pour les ouvriers, séchage des fèves de cacao, plusieurs sources, des lacs pour la pisciculture (tilápias) etc... Nous projetons de produire des cochons, quelques vaches, poulets, légumes, fruits, canne à sucre, palmiers (noix de coco et huile de palme), maïs, manioc, plantes médicinales etc.. Un Biodigesteur (gaz méthane et engrais), une petite centrale hydroélectrique de 50Kva. Nous pourrons produire de l´alcool de canne et bio-diesel, grâce à de petites mini- usines que nous allons commander. Pas besoin de se suicider, ingénieur, j´ai travaillé pour l´aéronautique et l´industrie pétrolière, un peu comme un aventurier et je connais très bien l´Amérique du sud. J´ai très vite compris que le pétrole n´est qu´une parenthèse de 200 ans dans l´histoire de l´humanité et que je ne devais pas compter sur les gouvernements quand la crise énergétique arrivera car ils n´ont pas les compétences pour gérer la décroissance inévitable qui arrivera. Je ne souhaite la mort de personne, mais malheureusement seul les plus avertis et préparés se sortirons d´affaire. Les Pyramides, Versailles, le canal du midi n´ont pas attendu le pétrole pour être construit. Alors, au travail !


          • foufouille foufouille 7 juillet 2011 19:41

            donc les elus comme toi survivront
            sauf que les gens viendront se servir
            sans compter les producteurs de cocaine
            tu as un camion d’armes aussi ?


          • Croa Croa 7 juillet 2011 22:58

            « Nous retournerons en 1900 avec la fin du pétrole. »

            C’est très exagéré ! Il faudra, certes, revenir en centre-ville et moins nous déplacer mais bien des technologies acquises resteront, les PC par exemple. La consommation disponible en seules énergies renouvelables n’est pas celle de 1900, encore très faible mais plutôt celle de 1960 ce qui permet déjà certains conforts. Bref, pour peu que nous sachions réinventer une société juste, cette société sobre peut être, si on le veut bien, finalement plus heureuse que l’actuelle civilisation du gaspillage ! smiley


          • amipb amipb 7 juillet 2011 23:22

            En un mot, Roberton, bravo.

            Votre démonstration est limpide et juste, et votre action semble tomber sous le coup du bon sens. L’avenir passera certainement par l’indépendance énergétique voire alimentaire.

            Je pense également que la première des misères est la surpopulation : la Terre n’a pas suffisamment de ressources pour faire vivre 10 milliards d’humains au mode de vie occidental.

            L’humanité ne pourra survivre qu’en ajoutant un peu plus de conscience et de raison à ses actes. Mais le chemin semble encore long...


          • Roberton 8 juillet 2011 05:31

            Relisez bien ce que j´écris, 90% de l´électronique est basé sur le pétrole, regardez votre PC, le circuit imprimé est fait d´une résine sur lequel ont a dessiné des pistes de cuivre, tous les condensateurs ont un diélectrique plastique, l´enrobage des circuits intégrés aussi et les câbles électriques sont isolés. Alors pensez aussi à votre portable, votre TV LCD ou LED, caméscope, radio, GPS etc...N´oubliez pas votre maison avec ses prises, interrupteurs, disjoncteurs. L´injection électrique de votre voiture. Tous les moteurs, transformateurs dont le bobinage est fait de fil de cuivre isolé par de la résine. Même les pales de l´éolienne sont de fibre de carbone et verre, le tout noyé dans la résine. Tout ce qui tourne a besoin de lubrifiants. Peut-on encore produire de l´électricité ? Sans compter que toutes les matières premières viennent de loin comme le Brésil, l´Australie ou la Chine. Au XX siècle la production d´aliments a été multiplié par 7 avec seulement 3 % de la population dans les pays développés au lieu de 70% avant le pétrole. Comment distribuer ces aliments, et la chaine du froid ? J´ai écrit, retour en 1900, je pense même que ce sera 1800, avant la révolution industrielle grâce au charbon.


          • Roberton 8 juillet 2011 17:49

            Je peux retourner la question, est-ce que l´état aura encore de l´argent pour payer la police, les militaires, les pompiers, la santé, les médicaments et les retraites ? Moi j´y suis déjà, l´état étant très déficient, j´ai donc dû prendre depuis longtemps les mesures qui s´imposent. Les pays en voie de développement, riches en matières premières, climat agréable, bonne pluviométrie (jusqu’à trois récoltes par an) et relativement peu peuplé comme le Brésil seront le paradis en comparaison avec ce que l´on appelle le premier monde. Imaginez le Japon qui importe 100% de son énergie et 60% de ses aliments.


          • jacques lemiere 13 juillet 2011 19:40

            vous avez le mérite de rappeler que il vaut mieux sa’bstenir de considerer la fin du pétrole comme une simple perturbation...c’est une remise en cause de tous nos mode de vie qui en découlera d’une façon qu’on ne peut prévoir...c’est surtout très agaçant de voir des gens etre pretendre de penser le futur....on verra bien...


          • plancherDesVaches 7 juillet 2011 15:41

            Puisque je hais l’écologie dont le besoin nait du capitalisme, (décodé : les écolos ne veulent surtout pas arrêter le capitalisme car ils veulent en profiter), donc,

            Juste un petit truc marrant. Je vous signale une centrale nucléaire espagnole :
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_solaire_de_Solnova
            Puissance actuelle 1 500 MW. Soit, la puissance d’une centrale nucléaire.
            Ben ouais.

            En fin de construction, elle produira 2 500 MW....

            Si vous avez envie de vomir, c’est sur la droite, au fond du couloir.


            • plancherDesVaches 7 juillet 2011 15:53

              En complément, car j’aime enfoncer la plaie autour du couteau :
              - cette centrale produit aussi en absence de soleil, car elle stocke la CHALEUR et non l’électricité.
              - le courant peut être transporté sur de grandes distances puisqu’en courant continu, la déperdition est de 3% par 1 000 Kms.
              Soit, il suffit de mettre un onduleur en bout de ligne.

              Les écolos ont bien raison de vouloir aussi profiter de la soif de fric.


            • QuelaVéritésoit 7 juillet 2011 15:59

              Merci pour le lien.... 

              Mais vous n’avez pas bien lu :
              La puissance actuelle est de 150MW, avec un objectif de 250 MW à la fin...

            • QuelaVéritésoit 7 juillet 2011 16:01

              et elle produit en l’absence de soleil non pas parce qu’elle stocke la chaleur, mais parce qu’elle est aussi alimentée en gaz... tjrs écrit dans le même lien.


            • plancherDesVaches 7 juillet 2011 21:07

              Très juste, Quela. J’ai fait une erreur grave.

              Erreur qui peut s’expliquer à la fois car je suis en même temps les « masses » monétaires, dans lesquelles les milliers de milliards sont de la petite monnaie, ainsi que les erreurs nucléaires humaines graves qui font des centaines de milliers de morts. Mais discrets...

              Maintenant, tu vas m’expliquer pourquoi une centrale inusable ne produisant pas de déchets à durée de vie de 200 000 ans, même si elle est (15/2,5) 6 fois moins puissante, n’est pas développée partout dans le monde... ???

              Pour ton info, les gisements de gaz viennent de voir leur fin passer de 30 à 250 ans.
              Soit un prix mondial du M3 passant de 40 à 7 Euros.
              As-tu vu une différence sur ta facture.. ???


            • g.jacquin g.jacquin 7 juillet 2011 22:52

              Tout simplement parce que le temps de rayonnement solaire capable de faire fonctionner cette centrale est d’environ 2000 h/an... que l’energie stockée est évidemment à déduire de l’energie utilisable à l’instant T, lorsque le rayonnement solaire est suffisant .

              Ce qui fait que son rendement est médiocre. Ce qui sous-entend, comme d’habitude, que pour pallier le manquement de ce type de centrale, il est nécessaire d’avoir d’autres sources pour subvenir à la consommation qui elle, ne s’arrête pas !

              Il faut noter qu’en France, on sait régler ce problème... Il suffit d’augmenter les tarifs d’EDF pour rendre concurrentiel n’importe quel délire pourvu que cela produise un petit peu d’energie et rapporte beaucoup d’argent aux promoteurs ! l’exemple le plus intéressant est l’éolien !

              Donc, on crée la loi Nome... on augmente de 40% les tarifs dans un premier temps (l’été de préférence) Nos énarques et autres avocats ne sont pas à cours d’idées !!! l’essentiel étant de faire cracher au bassinet un max de monde !!!!

              Et monsieur du plancher des vaches approuve tout cela de façon approximative (erreur de facteur 10 quand même ).

              Admettons que toute l’Energie de cette centrale soit utilisée, cela représente quoi ?
              250 MWe x 2000h = 500GWh

              Une centrale de 1200 MW qui fonctionne 90% du temps (7920h) produit 9 504 GWh (19 fois plus)...reste à comparer les coûts que je ne connais pas !

               

               


            • Croa Croa 7 juillet 2011 23:07

              T’as écrit « Je vous signale une centrale nucléaire espagnole »

              Comme ça ne tourne pas rond, on va voir au bout du lien, certes...


            • Croa Croa 7 juillet 2011 23:25

              « mais parce qu’elle est aussi alimentée en gaz...  »

              Certes ... Toutefois c’est peut-être la bonne solution du moment ! Utiliser toute l’énergie renouvelable disponible en temps réel et compléter avec la moins mauvaise des énergies fossiles, pourquoi pas ?

              Surtout si dans le même temps on continue à investir dans les centrales à énergies renouvelables et dans la sobriété... Et ce dans l’objectif 100% renouvelable lequel passera alors forcément par des stockages tels que remontés d’eau ou réserves calorifugés d’eau surchauffée, etc...


            • pecqror pecqror 7 juillet 2011 22:07

              Wilfried Huismann suit tout au long de son voyage, la trace des dons. Exemple en Indonésie : le WWF fait des collectes pour l’orang-outan de Bornéo, espèce menacée. Sur place, l’équipe de télé de la première chaîne allemande (ARD) ne trouve aucun projet de protection du WWF, en faveur des orang-outans. Au contraire, le WWF coopère avec une grosse entreprise qui détruit les dernières forêts de Bornéo pour mettre en place des plantations de palmiers à huile, ce qui est fatal aux orang-outans. Le WWF prend l’argent de l’entreprise et lui accorde le label “Production durable” et bénéficie ainsi de l’argent de la taxe carbone européenne.


              • Asp Explorer Asp Explorer 7 juillet 2011 23:11

                Blablablablabla blablabladurable blabla blablablaéthique blablablablablaréchauffement blabla blablablaoilpeak blablabla blablaresponsabilité blablabla...

                Et pendant ce temps-là en Chine...


                • amipb amipb 7 juillet 2011 23:27

                  Pendant ce temps-là, la Chine n’arrive plus à extraire suffisamment de charbon pour répondre à la demande.

                  Mais que pouvons-nous y faire ? Cet article montre qu’il y a des actions urgentes à entreprend ici et maintenant. Pourquoi toujours déplacer le problème ? Par simple fainéantise ?


                • joletaxi 8 juillet 2011 11:04

                  @jacquin


                  Tout simplement parce que le temps de rayonnement solaire capable de faire fonctionner cette centrale est d’environ 2000 h/an..

                  Pas en Espagne.En Espagne les fermes photovoltaïques produisaient(produisent peut-être encore ? )la nuit.Donc ton calcul est faux

                  Admettons que toute l’Energie de cette centrale soit utilisée, cela représente quoi ?
                  250 MWe x 2000h = 500GWh

                  ben non,cela est valable uniquement dans la ceinture tropicale.
                  En hiver, les 3000 watts disponibles (les scientifiques ne sont pas d’accord sur le chiffre mais admettons) se réduisent à - de 1000 watts, dont on retire à tout casser 20 %(- de 15 pour les centrales à concentration) et non plus pendant 8 heures, mais à nouveau beaucoup moins.
                  Or il semblerait que les besoins sont plus importants en hiver,je ne sais pas pourquoi ?

                  On peut peut-être s’inspirer des écureuils,et stocker en noisettes pour l’hiver ? 

                  Moi, je ne vois qu’une solution, les shalegaz,c’est propre, c’est national, cela donne de l’emploi, cela amène de la vie dans des régions désertées, bref, on fore.

                  J’en connais qui sont pas d’accord,quoique bien sympas,je sais pas pourquoi ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès