Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La Consommation Collaborative : La nouvelle économie du partage

La Consommation Collaborative : La nouvelle économie du partage

La consommation collaborative est un phénomène mondial né des innombrables possibilités de connexion sur Internet entre individus qui ne se connaissent pas. appliqué sur des centaines de sites sans concertation entre les différents acteurs, le phénomène a été observé et conceptualisé dans le livre : "What's Mine is Yours" * de Rachel Botsman and Roo Roger. Les auteurs font état de l’apparition dans le monde entier de ce phénomène à la fois culturel et économique en passe de transformer les relations commerciales classiques, la consommation et même notre mode de vie.

Le livre montre comment on s’éloigne du 20ème siècle d’hyperconsommation placé sous le double signe du crédit et de la pub pour entrer dans le 21ème siècle qui sera celui des connexions entre individus au sein d’une communauté élargie aux dimensions d’Internet, de l’importance de la réputation de chacun au sein de cette communauté, et de tout ce à quoi nous pourrons accéder le plus souvent gratuitement grâce à ces connexions.

La consommation collaborative c'est quoi :

Prêter, louer, donner, échanger des objets via les technologies et les communautés de pairs", Ce qui est à moi est à toi.

Il y a 2 grandes formes de consommation collaborative :

  • celles où l’on achète en commun , de manière groupée, un bien ou un service, pour obtenir le plus souvent un prix .

  • celles où les gens se prêtent , se donnent ou s’échangent des biens ou des services plutôt que de les acheter.

Quelques exemples :

  • circuits courts, amap, etc

  • conso de produits éthiques et écologiques

  • dons entre particuliers

  • location entre particuliers

  • troc et occasion entre particuliers

  • services et entraide au niveau local

  • infos pratiques sur le fait maison et local

L’image du village global refait surface, mais avec une démultiplication vertigineuse. Le troc de biens et de services jadis pratiqué dans les villages devient désormais à portée de clic à une échelle mondiale avec des moyens qui n’avaient jamais été techniquement imaginables auparavant.

L’économie du partage se propage

Sans que nous nous en rendions forcément compte, nous nous mettrions donc à moins posséder, à privilégier l’usage et à partager davantage. Dans un contexte de crise économique durable et de défiance vis-à-vis des grandes entreprises, ces expériences d’échange et de partage réussies interrogent nos comportements traditionnels de consommation. « Nous nous dirigeons vers une économie où l’accès aux biens s’impose sur leur possession » affirme Lisa gansky, auteur de The Mesh.

« L’âge de l’accès » décrit par Jérémy Rifkin serait-il effectivement en train de se concrétiser ? Le changement culturel est-il suffisamment profond pour nous conduire à privilégier l’usage sur la possession ?

Une chose est certaine : les solutions alternatives réelles et fonctionnelles à la forme la plus traditionnelle de l’achat existent et se diffusent comme jamais auparavant, au point que l’argent, dans un contexte de turbulence des monnaies étatiques, soit lui aussi contesté.

De nombreuses choses sont déjà en place aux États Unis :

  • les systèmes qui transforment les produits en service : on paye pour utiliser un produit sans avoir besoin de l’acheter

  • les marchés de redistribution : organisent la redistribution de produits utilisés ou achetés quand ils ne sont pas ou plus utilisés

  • les styles de vie collaboratifs : des gens avec des intérêts similaires s’assemblent pour partager bien, temps, espace, compétences, monnaie, comme dans le cas des achats groupés sur l’internet via les ventes privées, ou du développement des espaces de Coworking comme les Cantines en France

« Un jour, nous regarderons le XXe siècle et nous nous demanderons pourquoi nous possédions autant de choses » affirmait récemment Bryan Walsh dans TIME Magazine qui consacrait la Consommation Collaborative comme l’une des dix idées amenées à changer le monde.

Les statistiques sont éloquentes, nous explique Danielle Sacks dans l’un des articles les plus complets sur l’émergence de l’économie du partage :

« Alors que plus de 3 millions de personnes dans 235 pays ont déjà « couchsurfé », ce sont plus de 2,2 millions de trajets en vélo libre-service (tels que le Velib’ à Paris) qui sont effectués chaque mois dans le monde. »

Alors que le secteur du prêt entre particuliers vient d’atteindre la somme de 500 millions de $ aux Etats-Unis, les startups du partage enchaînent les levées de fond : 7 millions pour Thredup, site internet de troc de vêtements et de jouets pour enfants ; 1,2 million pour Gobble, qui a un modèle proche de Super-Marmite et permet de réserver et d’acheter des plats fait maison près de chez soi) ; 1,6 million pour Grubwithus, qui propose un service de colunching ou social dinner, mélange de Meetic et de Groupon.

En France, la machine aussi est lancée :

D’abord, de très belles startups sont apparues en 2010 : « Super-Marmite », « La ruche qui dit oui »(soutenue par Marc Simoncini et Kima ventures notamment), « Livop », « Deways », « Voiturelib », « Cityzencar » et bien d’autres : toutes promises à un bel avenir (car pionnières dans leur secteur) à condition d’être suffisamment persévérantes (avantages et inconvénients des First-movers).

Paradoxalement, le web ramène le business à l’individu à mesure que les sociétés de commerce en ligne deviennent plus petites, plus spécialisées, de niche. Paradoxalement, le web nous ramène à un modèle d’affaires centré sur l’humain.

Le monde change de plus en plus vite, pas toujours facile d’intégrer tout ces changements. Mais c'est le monde dans lequel nous vivons, à nous de nous adapter !!! surtout quand les changements vont dans le bon sens !!!

Rémy

www.eco-planete.org


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • yoananda 14 juillet 2011 11:00

    bon article, il manque juste quelques liens pour aller voir de visu ces nouveaux outils.


    • Ariane Walter Ariane Walter 14 juillet 2011 18:12

      Très intéressant. Tout ce dont on a envie.


      • oncle archibald 15 juillet 2011 15:41

        Et si nous regardions un peu en arrière .. pas besoin d’internet ni de grands mots pour faire de la « consommation collaborative » .. Ma grand mère possédait un grand jardin potager, si grand qu’elle était bien incapable de le cultiver .. un pépé à la retraite qui avait travaillé la terre toute sa vie avait envie d’un jardin qu’il ne pouvait pas se payer ... les accords étaient les suivants : ma grand mère payait les graines, les rares produits de traitement et l’essence pour le moteur de la pompe qui sortait l’eau du puits ..Elle payait aussi les réparations de la pompe ou du moteur si nécessaire.

        En contrepartie elle disposait à sa guise de tous les produits du jardin limités aux besoins de notre famille .. Le pépé non seulement nourrissait lui aussi toute sa famille avec les produits du jardin mais disposait aussi de tous les « surplus » qu’ils vendait discrètement ou troquait à un épicier du village ... Il y avait même quelques ruches au fond du jardin, ruches qu’elle dut enlever lorsqu’une école maternelle fut construite tout près de là ..et qu’elle donna avec leurs abeilles à un apiculteur d’un autre village qui en contrepartie lui portait chaque année quelques kilos de miel .. 

        Le pépé je l’appelais pépé comme ses propres petits enfants, et nous jouions tous ensemble à ces jeux stupides dont les enfants ont le secret .. Par exemple tirer des cailloux à la fronde dans les citrouilles, de toutes ses forces, et mesurer de combien le caillou s’y enfonçait, ce qui nous valut à tous quelques baffes bien senties !

        Ce qui tue toute relation « normale » entre êtres humains de bonne volonté c’est le « hors d’échelle », cette vie stressée entassés dans de grandes agglomérations, le temps qui manque à tout le monde, la méfiance, la défiance .. en bref personne ne connait plus personne et vit comme un couillon dans son petit cercle, et ça n’est pas internet qui va améliorer les relations de voisinage et tous ces petits échanges qu’elles permettent si naturellement ..... 

        • lsga lsga 19 juillet 2011 12:57

          Grand utilisateur du covoiturage et de la colocation ; le système de l’Amap me fait gerber :


          être dépendant d’un agriculteur qui vous refile tous ces invendus sous prétexte de consommation ’Locale’ c’est du foutage de gueule. On a pas forcément envie de bouffer des patates et des courges tout l’hiver.... où sont les carottes, les artichauts, les aubergines, les poireaux, les tomates, les pêches, les cerises, etc ? Les agriculteurs de l’Amap ont compris qu’ils avaient affaire à des couillons et ne se privent pas de les couillonner. Concernant l’alimentation, on ferait mieux de s’inspirer des coopérative alimentaire du XIXème :


          Evidemment, c’et un truc de communistes, pas de petits bourgeois. 

          Pour l’instant, je trouve le marché au bas de chez moi plus populaire et plus accessible que l’Amap. Je laisse cette couillonade aux petits bourgeois en mal d’Ecologie....

          • cmoreno cmoreno 4 novembre 2011 13:57

            Bonjour,

            Merci pour cet article. Au chapitre des bonnes initiatives, je tenais aussi à vous faire part du lancement de Cityzen Mobility et de son concept de taxi partagé à destination des entreprises et particuliers (l’offre Alphatravel) et aussi des seniors (l’offre Senior Mobilité). Cityzen Mobility vient d’être lancé à Paris & RP grâce à un partenariat avec Alpha Taxis. L’objectif est de recouper les flux pour offrir plus de services de mobilité sans rajouter de voitures supplémentaires sur la voirie. Un projet innovant du point de vue économique, écologique mais aussi sociétal puisqu’à terme c’est l’offre Alphatravel qui financera l’offre Senior Mobilité, de façon à permettre à toutes les personnes âgées, notamment isolées et à faible revenu, d’accéder à un service de taxi partagé. Une initiative qui touche donc à la mobilité durable, à l’économie de partage et à la solidarité. N’hésitez pas à aller faire un tour sur www.cityzenmobility.fr

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

booster31


Voir ses articles







Palmarès