Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La COP 21, c’est dans les têtes que ça doit se passer

La COP 21, c’est dans les têtes que ça doit se passer

S'il est vital que les hommes réagissent face à l'autodestruction plus ou moins programmée de leur environnement, la solution des problèmes que nous posons à la terre dépend guère des décisions technocratiques qui pourraient être prises par les "élites" mais bien plus des comportements de chacun d'entre nous, donc de notre éducation, de notre culture et de notre formation.

"Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde"
 Gandhi

Le cerveau de chaque homme : un univers en miniature

Chaque humain dispose d'environ 100 milliards de neurones et les connexions entre chaque neurone (appelé synapses) sont encore des milliers (de 1 à 100 000 par neurone).

Aucune organisation à la surface de la terre n'est aussi complexe, riche et capable d'adaptations et de changements que le cerveau d'un seul être humain.

C'est donc par le biais de notre cerveau, de notre éducation, de nos apprentissages, de notre culture et de notre formation que nous saurons (ou non) préserver la planète pour les générations futures.

Une opportunité formidable d'arrêter la machine infernale enclenchée au XIX ème siècle avec la société industrielle : l'Internet.

La grande nouveauté depuis 20 ans, c'est l'interconnexion de près de la moitié des cerveaux via Internet (Facebook ou Google comptent chacun plus d'un milliard d'utilisateurs, plus de communiants qu'aucune religion n'en a jamais réuni).

Nous disposons chacun des moyens conceptuels pour sauver notre planète

Les mesures qui pourraient être prises au Bourget durant la COP 21 devraient concerner l'éducation, cessez de penser (panser) les maux mais prévenir ces mêmes maux avant qu'ils ne se produisent. Ne pas consommer plus qu'on ne produit, ne pas importer ce que nous n'avons plus le temps ou le courage de produire, ne plus attendre des autres qu'ils suent à notre place (faire produire des T shirts en coton à 30 centimes et les acheter dans les centres commerciaux à 30 euros).

Au delà de la production réinvestie (et donc du travail nécessaire pour cela, bien au delà des illusoires 35 heures) il faudra aussi que nous apprenions de la vie, des autres, d'un cadre mondial qui n'a plus rien à voir avec celui pendant lequel nous sommes nés et avons grandi.

Dans la société de la connaissance la première richesse est l'éducation, elle est négligée dans de nombreux pays ou parodiée par des institutions déphasées

Il faudra multiplier par 2 ou par 3 très vite les moyens consacrés à la formation et à l'éducation (décentralisées) dans tous les pays du monde (la moitié peut être des maladies sont dues à une éducation défaillante).
Il suffirait de basculer 50 % des budgets de santé des pays riches vers l'éducation et la formation pour changer en une génération la qualité de vie à la surface de la terre.

La France est devenue très largement une bulle (financée par l'endettement)

La France a dépensé l'an dernier 670 milliards d'euros pour son social, 15 % des dépenses mondiales pour un social devenu très souvent inefficace et contre productif.

La civilisation industrielle consistait à mettre en coupe les ressources de la terre (encouragé par les religions monothéistes), à gâcher les ressources de la terre pour ensuite tenter de soigner les maux provoqués par cette même exploitation de notre environnement (y compris la ressource humaine maltraitée par la société industrielle depuis les institutions de l'Etat jusqu'aux entreprises).

La France est parmi les dernières de la classe européenne

Le Président de la République a pris pour habitude de débuter ses discours par une refrain convenu : "en matière de ..... la France est exemplaire". Il est sans doute pratique et tentant de prononcer de telles paroles (une sorte de berceuse qui n'abuse plus grand monde ) mais ces paroles sont devenues inutiles et illusoires : la France et les français ne sont plus guère office de modèle, ni en Europe ni même dans le monde.
Nous présentons l'image d'un ancien pays largement dépassé, un pays qui refuse obstinément de changer, de sortir de ses modèles politiques et sociaux périmés qui avaient fait de l'Etat et du productivisme la panacée de son développement.

La France n'est pas un exemple car depuis les années 70 car elle refuse de changer

La France n'a plus guère de leçons à donner (mais sans doute beaucoup à recevoir) et il est assez paradoxal qu'un des pays qui a le moins bien amorcé son entrée dans la société de la connaissance et de l'information, qu'un tel pays se pose encore en donneur de leçons ou en ordonnateur du sauvetage du climat à la surface de la terre avec la COP 21.

Le modèle même du donneur de leçons est dépassé.

Chacun doit faire de son mieux sans plus prétendre détenir la vérité (le modèle du pays développé et éclairé guidant le monde sous-développé n'a plus cours)

La France ne fait pas bien depuis quarante ans (la société bloquée dénoncée par Chaban Delmas en 1969) car elle a décidé de ne plus changer (tout en prétendant le contraire évidemment)

- elle ne fait pas confiance à ses habitants en les encadrant dans une formidable tissu inextricable de règlementations, de lois, d'interdictions qui rendent une vie digne et autonome de plus en plus difficile (et le Patriot act à la française, voté en procédure d'urgence il y a quelques semaines n'améliorera pas les libertés individuelles et la responsabilisation de chacun).

- elle promeut l'éducation dans une institution dépassée et déphasée qui produit échec scolaire massif et dégout des apprentissages tout au long de la vie

- elle a tout professionnalisé : la politique, l'éducation (les parents en sont exclus), le syndicalisme et se trouve incapable de sortir des chemins tracés par le XIX ème siècle industriel.

Pour changer la donne à la surface de la terre, éviter l'étouffement par la surpopulation des uns (l'Afrique pourrait compter 4 milliards d'habitants, la plupart affamés si rien ne change) et la surconsommation des autres (deux steak par jour, une voiture par habitant, 2 TV, 3 Iphone, 2 logements...) il faudra que les hommes utilisent bien plus qu'aujourd'hui ce formidable ordinateur biologique dont la nature les a doté et qui s'appelle leur cerveau..

Extraits du magazine de novembre/décembre 2015 : "Cerveau et Psycho" p 48

-Notre cerveau dispose de deux modes de pensée : un mode automatique faisant appel à des croyances, des habitudes ou des opinions et un mode logique basé sur le raisonnement.

-Pour accéder à une pensée libre et méthodique nous devons bloquer le mode automatique et activer le mode raisonnement.

-Une partie de notre cerveau, correctement entraînée, remplit ce rôle. Elle dispose de neurones spéciaux capables d'éteindre littéralement les automatismes de pensée


Moyenne des avis sur cet article :  1.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 16 novembre 2015 10:50

    Et vous avez cent fois raison..mais peu de monde sont capables de le comprendre hélas..Cette réunion à déjà couté aux contribuables près de 300 millions d’euros..voila l’incompétence de nos dirigeants... !


    • JC_Lavau JC_Lavau 16 novembre 2015 16:41

      Pourquoi cet article est-il aussi idiot ? Je m’interroge sur la recette dont se sert l’auteur.
      Son argument d’apparence neuroscientifique-pour-les-nuls est d’une nullité totale. Cozin n’a encore rien appris de la neuroanatomie, encore moins fonctionnelle.

      « La France » est une entité mythique non définie, non articulée. Cozin se contrefout de toute Histoire, de toute sociologie, de toute ethnographie de notre pays.

      « Préserver la planète » fait aussi partie des postulats premiers dont pas un terme n’est concrètement défini.

      L’analyse économique n’est pas moins bâclée. Cozin évoque des slogans, en comptant bien qu’ils vont jouer le rôle d’une télécommande émotionnelle sur nos cerveaux fatigués.

      Que ce soit pour traiter de la lutte des classes ou de l’éducation, Cozin raisonne par adjectifs, presque toujours péjoratifs. Ah ? L’adjectif serait le centre de la langue française ? Le moteur de la phrase ?

      Cozin ne sait ni prioritiser, ni agir, ni aider à agir intelligemment.
      Toute une éducation à refaire.

      Mais alors à quoi lui sert l’écriture ? Pas à préparer l’action, pas vraiment à réfléchir... Alors elle lui sert de cache-misère à lui-même ? Je l’encourage à se faire aider.


      • Didier Cozin Didier Cozin 16 novembre 2015 18:21

        @JC_Lava « La France est une entité mythique non définie non articulée » :
        vous connaissez le terme galimatias ?  smiley


      • JC_Lavau JC_Lavau 20 novembre 2015 08:16

        @Didier Cozin.
        La ponctuation, c’est pour les chiens ?
        « Si on mangeait les enfants ? »
        « Si on mangeait, les enfants ? »


      • Didier Cozin Didier Cozin 20 novembre 2015 08:41

        @JC_Lavau Quand le sage montre la Lune......
        La seule question qui m’intéresse est la suivante : ceux qui ont arrêté leur développement politique et culturel à l’âge de l’adolescence et fonctionnent depuis en pilotage automatique, ceux-là sont-ils capables de mettre en oeuvre de nouvelles connexions ? de remettre en question les idéologies ou les préjugés qui les taraudent.
        Le coaching consiste à changer soi-même au lieu de prétendre changer les autres ou le monde.


      • JC_Lavau JC_Lavau 21 novembre 2015 13:59

        @Didier Cozin.
        Hé bien donne l’exemple : refais ton papier, mais cette fois en correct, en affiné comme si tu comprenais quelque chose à la sociologie voire l’ethnologie de la France, comme si tu comprenais quelque chose à l’évolution historique des classes sociales. Comme si tu identifiais les acteurs sociaux, les marionnettistes, les corrompus et les gros bêtas. Tu feras même un gros progrès méthodologique sur Marx et Engels en donnant la définition, historiquement cohérente et vérifiée, de ce que sont devenues les classes sociales qu’ils constataient voici un siècle et demi.
        Tu donneras l’exemple en montrant que même quand on se prétend intellectuel, on sait préparer l’action, y compris pour les non-intellectuels. Tu donneras l’exemple en prenant de la hauteur et en étudiant soigneusement ta boussole et la carte, et en les étalonnant.

        Tu feras comme si tu comprenais quelque chose au vaste champ que tu prétends traiter. Tu choisiras ton camp. Et surtout le plus important : tu évalueras tes erreurs, tes erreurs de méthode possibles, tes erreurs d’informations probables, et combien il te reste à apprendre et à comprendre.

        Etc., je n’ai plus ton torchon sous les yeux.


      • Didier Cozin Didier Cozin 21 novembre 2015 21:24

        @JC_Lavau L’intelligence humaine tient dans ses capacités d’adaptation, de changement face à l’environnement. Plutôt que faire preuve de condescendance ou de mépris mieux vaudrait tenter de se renouveler.


      • JC_Lavau JC_Lavau 22 novembre 2015 02:44

        @Didier Cozin.
        Commence donc par définir ton « sauver la planète », ô donneux de leçons !
        En principe tu as un cerveau. En principe tu devrais t’en servir. En principe, en principe...


      • Marc Chinal Marc Chinal 16 novembre 2015 19:30

        Monsieur Didier Cozin
        que pensez-vous de l’approche de psychologie appelée « le survisme » ?
        et
        pensez-vous que des êtres « intelligents » (théorie) puissent le rester s’ils vivent au sein d’une société qui les pousse à prendre le fric de l’autre parce que cet outil est basé sur une rareté relative mais bien réelle ?


        • alinea alinea 16 novembre 2015 20:13

          C’est vrai mais pas seulement ; cette manière de dire a été trouvée fort opportune par les dirigeants : vous, êtes responsables ! un doigt accusateur ponté sur nous
          Mais que non ! les politiques, les lobbies ont induit tout ce processus ; aujourd’hui il faut être pionnier ou héros pour s’en démarquer, parce que en sortir n’est pas facile, or, peu de pionniers et peu de héros dans le monde. Par définition !


          • Croa Croa 17 novembre 2015 00:05

            Tout ça est débile et franchement fumeux. Si c’est dans les têtes que ça se passe demandons nous d’abord ce qu’il y a dans celle de l’auteur ! smiley
            -
            ’’Sauver la planète’’ ne saurait être possibles sans contraintes. Pas seulement au niveau des états, qui devraient effectivement signer des engagements ayant valeur d’un traité international mais aussi au niveau des individus ce qui suppose de sérieux rationnements en parts énergétiques COMME EN TEMPS DE GUERRE. Pour pouvoir annoncer ça à la COP 21 les tickets de rationnement devraient être déjà en cours d’impression : Inutile de dire que personne n’y a pensé ! 
            *
            Je veux bien croire que l’auteur est prêt à faire des sacrifices puisque c’est dans sa tête : Qu’il parte donc devant et surtout ne se retourne jamais : Il serait bien déçu !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès