Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La Faim dans le monde et le Progrès (OGM)

La Faim dans le monde et le Progrès (OGM)

Depuis plus de 50 ans, nous entendons régulièrement parler, par médias interposés, de famines, d’enfants squelettiques mourant par dizaines de milliers. En bref de la faim dans le monde.

Parallèlement nos États Européens, bien alimentés, sont choqués et estiment cela inacceptable. Ils y remédient par des aides financières, l’envoie de nourriture, des actions sociales, actions politiques (Fond Monétaire International, Organisation Mondiale du Commerce...) et des progrès constants dans le domaine de l’exploitation agricole.

Ponctuellement et momentanément, quelques populations sont parfois soulagées. Malheureusement, nous constatons, sur du moyen et long terme, autant d’échecs que de solutions proposées. Nos États modernes et responsables, bien qu’indignés par ce drame, sont là d’une inefficacité affligeante. Puis avec le temps qui passe, celle ci devient quasi criminelle.

En effet, malgré les soi-disant efforts déployés, la faim sur la planète ne régresse pas, même lorsque nous (les Pays Européens) sommes en surproduction alimentaire. Et pourtant les actions sont nombreuses et continues.

L’Europe a d’abord lourdement mécanisé notre agriculture puis optimisé cette mécanisation grâce au remembrement, Ensuite, elle a mis nos cultures et nos élevages aux mains des scientifiques et des chimistes transformant du même coup nos paysans en producteurs industriels.

Aujourd’hui, nous pouvons voir le résultat et ses conséquences :

  • une agriculture spécialisée, transformée en monoculture, à l’échelle d’une région et parfois d’un pays.
  • des rendements significativement accrus à court et moyen terme.
  • des sols appauvris et épuisés, devenus incapables d’assurer une production sans l’apport massif d’engrais chimiques et de pesticides.
  • une biodiversité animale et végétales fortement réduite.
  • un équilibre biologique rompu.
  • des cours d’eau et des nappes phréatiques dangereusement polluées.

Cette industrialisation de l’agriculture à l’échelle planétaire est également responsable des déforestations massives. Les productions vivrières locales sont abandonnées au profit de productions exclusives (café, céréales, fruits, agrocarburants...) à destination des pays les plus riches. Nous constatons également la désertification de nombreuses terres autrefois nourricières pour les populations indigènes.

Rassurons-nous, nos dirigeants dynamiques ont, de nouveau, trouvé une réponse radicale pour assurer l’abondance alimentaire de notre population croissante. Cette trouvaille se nome « OGM » (Organisme Génétiquement Modifié).
En effet, avec ces nouveaux organismes, les semences vont pouvoir être adaptées à tous les climats et tous les types de terrains, en résistant aux herbicides et aux parasites.

Qu’en est-il, à ce jour, de ces belles promesses ?

Les risques de contamination sont passés sous silence. La contamination des différentes variétés et des espèces proches se fait de 2 façons.

La première par voix sexuée, la dissémination des pollens par les animaux sur quelques kilomètres et par le vent jusqu’à plusieurs centaines de kilomètres.

La seconde par transfert via les racines, les champignons, les bactéries et enfin les animaux. Cette contamination présente un risque pour les productions biologiques qui une fois polluées se trouveront écartées de fait.

Certains animaux, notamment les ravageurs, s’adapteront à ces nouvelles molécules et deviendront encore plus résistants.

Autre argument en faveur des OGM, les agriculteurs utiliseront moins de produits phytosanitaires pour produire ces plantes, d’où un effet positif pour notre environnement. Actuellement, 25 % des OGM cultivés fabriquent eux-mêmes leur insecticide. Cet insecticide qui n’est plus répandu par l’agriculteur existe malgré tout. Il se retrouve en quantité dans la plante, les pailles, le sol et l’environnement. Alors que l’agriculteur utilise les insecticides en fonction des attaques de ravageurs, la plante en produit dans tous les cas des quantités bien supérieures aux besoins. Par ailleurs, l’insecticide pourra être produit par d’autres plantes après le transfert non contrôlé de l’OGM.

Les autres 75 % d’OGM cultivés sont manipulés pour résister aux herbicides, l’agriculteur peut ainsi répandre des quantités sans craindre pour sa récolte mais là encore avec de lourdes conséquence pour la nature. Certaines plantes « parasites » s’adapteront par transfert de l’OGM et deviendront à leur tour résistantes aux herbicides. Du coup, elles envahiront plus fortement les productions agricoles. De même, les herbicides accumulés se retrouveront dans notre environnement et dans nos assiettes. Soit directement en consommant les végétaux ainsi produits, soit indirectement, en consommant les animaux nourris aux OGM.

Pour l’heure, les OGM n’ont pas permis une augmentation visible des rendements. Par contre, l’utilisation des OGM augmente fortement les risques sanitaires et environnementaux.
De plus, les OGM ne sont pas fait pour les paysans pauvres, bien au contraire. Il est nécessaire de payer plus cher les semences et il devient impossible de produire ces propres semences à cause des brevets déposés. Les paysans insolvables sont exclus de leurs terres alors que 65 % des 800 millions d’habitants sous alimentés sont des paysans.
Les agriculteurs seront inféodés aux fournisseurs d’OGM.

Conclusion

Que deviendra l’indépendance alimentaire avec des producteurs pieds et poings liés aux semenciers des pays riches ?

Dans le même temps, avec une agriculture encore exempte d’OGM, nos pays ont été obligés d’instaurer des quotas (lait, bovins, vigne...) et de mettre 10 % des terres agricoles en jachère afin de limiter les surproductions. En Europe, seules les terres mécanisables sont utilisées. Les autres qui étaient encore exploitées il n’y a pas si longtemps, sont laissées à l’abandon.

Cependant, la culture OGM à des fins de recherches et de production médicale n’est pas en cause, les risques peuvent facilement être maîtrisés, par des mises en culture en milieu confiné.

Pouvons-nous en toute connaissance de cause trouver les situations suivantes humainement acceptables ?

  • Les habitants des pays exportateurs de denrées alimentaires meurent de faim.
  • Inversement, dans les pays bien pourvus, l’obésité se répand et des gens meurent précocement de trop manger.
  • Les biocarburants sont produits à partir de céréales pouvant servir à l’alimentation humaine ou animal, au lieu d’exploiter des végétaux non alimentaires.
  • Les multinationales et les financiers de la planète spéculent et font fortune grâce à la pénurie alimentaire qu’ils entretiennent et exploitent.

Au moyen des OGM et des brevets sur le vivant, ces mêmes multinationales auront la main mise sur les semences à l’échelle mondiale.

Pour plus d’informations, nous vous conseillons de regarder le documentaire intitulé « Le monde selon Mosanto » réalisé par la journaliste Marie-Monique Robin.

Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Alexandre 9 août 2008 15:31

    Les OGM sont le futur, mais à cet instant cette technologie est bien trop jeune pour quelle soit vraiment utile ; et il y a aussi la mentalité des gens plutôt réticent envers ce genre de chose.


    • eugène wermelinger eugène wermelinger 9 août 2008 20:26

      Cher Alex, il y a du côté de Strasbourg une entreprise de taille de monuments funéraires qui s’appelle AVENIR. C’est comme ton FUTUR des OGM , qui seront les fossoyeurs de l’Humanité. On comprends qu’il y ait encore des "imbéciles" quelque peu réticents. Mais pas de crainte d’énormes intérêts sont en jeu, et le Futur, comme l’Avenir est assuré. Il faudra sauter le pas jusqu’au trépas. Bye Bye Alex !
      Tout de même merci à l’auteur pour cet enième avertissement qui servira autant que de pisser dans un violon. A moins que .... ?


    • foufouille foufouille 9 août 2008 21:46

      une des "choses" que peuvent produire les OGMerdes serait de produire des medicaments. a part ca je vois pas
      on fout la bouffe non conformes a la poubelle et seul les riches mangent bien chez nous


    • Alexandre 10 août 2008 00:35

      OGMerde, imbéciles reticents, tout de suite les grands mots contre une technologie que vous méprisez et que vous mettez de suite sur le piquet.
      J’ai eu écho d’un certain nombre de problème concernant les OGM actuels (notament en Argentine) et c’est pour cela que je pense que c’est encore inutile, même nuisible pour l’homme. Mais avec le temps les techniques évoluront rendant les OGM de plus en plus atrayant, et je ne vois pas en quoi ils seraient forcément synonyme de mort ou de "fin de l’humanité" selon votre pensé sectaire.


    • foufouille foufouille 10 août 2008 11:37

      pour commencer certaines graines OGM sont 4x plus chere. les manipulation sont faites a la va vite sans aucune ethique sauf l’argent
      pourquoi pas des arbres a mais ou des fruits geants.........
      la ca sert juste a produire des pesticides


    • foufouille foufouille 10 août 2008 17:46

      pour le momment ca sert pas a grand chose. a part produire des pesticides ou une resistance aux pesticides. en plus les fonctions de la plus gde partie de l’adn est inconnue........
      ds le cas de l’argentine, les agriculteur etaient obliges d’utiliser le round up de monsanto. les "mauvaises herbes" ont evoluees rendant obligatoire l’augmentation des doses, empoisonnant ainsi les sols et les habitants
      ce sont ces societes qui sont le probleme et non la science. ainsi monsanto ayant "decouvert" un gene porcin, a essaye de breveter TOUS les porcs car ce gene existe chez tous........
      et meme avec une grande ethique, il serait inutile de faire des OGM car les surfaces cultivables existent en nombre suffisant et celle qui ne le sont pourraient l’etre par une utilisation judicieuse de plantes naturellement adapte a ces problemes
      lebut des monsanto comme pour les autres lobby est de faire du fric sans souci des consequences comme l’histoire nous le montre


    • Rosemarie Fanfan1204 9 août 2008 22:48

      Je viens de finir le Livre de Mme Robin.
      C’est édifiant. On ne pourra pas dire, "on ne savait pas".

      La lueur d’espoir que j’y ai trouvé c’est que la faiblesse de Monsanto réside dans l’aspect financier. Les actionnaires de cette multinaitonale sont des banques et fonds d’investissement, si les actions chutent, les actionnaires laisseront tomber Monsanto. Voir l’exemple des Indiens contre le conton Bt. Et les actions chuteront si les consommateurs refusent les produits OGM. 

      Sinon, c’est vraiment un monde de désolation qui nous attend. Il faut allez voir sur le net les articles sur les OGM mais aussi sur tout ce qui pollue la nourriture des hommes. Apauvrit les sols, affame les populations déjà misèreuse du tiers et quart monde.

      Encore une fois, on va dans le mur. Seuls l’action volontaire des hommes et femmes impliqués peut changer la donne. Avant qu’il ne soit trop tard. Pour les générations futures.


      • mariner valley mariner valley 11 août 2008 10:15

        @foufouille
        Si vous pensez que c’est l’agriculture Bio qui nourrira la planete dans 15-20 ans vous revez un chouillat....................


        • foufouille foufouille 11 août 2008 11:51

          si au lieu d’avoir des megaculteurs qui ont chacun des centaines d’hectares pour produire des excedents............on avait des petits maraichers. 2 hectares suffit a faire vivre une famille. pourquoi y a t il donc tant de label vu que selon toi il faut produire a outrance

          en plus tu regardes les reportages des petites chaines genre arte, tu verras bcp de pays etrangers avec bcp d’espace non cultive. evidement il faut souvent faire des arret sur image pour voir que les pauvres de ces pays ont souvent des petits elevage animalier et des jardins


        • Rosemarie Fanfan1204 11 août 2008 21:51

          Les petits agriculteurs sont pénalisés par la culture OGM. Mme Robin décrit bien la spirale infernale qui entraîne une diminution des revenus de petits paysans. Les OGM ne règlent pas la faim ds le monde.

          Mme Robin est allée en Amérique du sud ou des milliers de familles ont été expulsées (des paysans avec un lopin de terre) et se retrouvent démunis dans les bidonvilles afin que les grosses structures puissent semer du soja transgénique à grande échelle. Avant ils étaient pauvres, maintenant ils sont miséreux.

          Les OGM ont été fabriqués par des industriels pour un gain maximum des actionnaires.

          Les OGM sont néfastes pour plusieurs raisons (lire un peu ce qui s’écrit sur le net, dans les livres...). Seuls les semenciers comme Mosanto sont POUR les OGM. Les consommateurs préfèrent des aliments SANS s’ils ont le choix.


          • foufouille foufouille 12 août 2008 08:14

            en fait le fric est pas pour les actionnaires mais pour certains
            le but pourraient etre de produire mieux mais les exemples montrent le contraire. les graines sont vendus hors de prix. comme pour un riz ogm resistant aux maladies vendus en chine, du coup un chinois a croise ce riz pour avoir un nouvelle variete, vendu ensuite au quart du prix. du coup tout le monde a pu acheter
            le but est de faire un amortissement tres rapide sans conscience


          • nello 17 août 2008 00:19

            EXCELLENT ARTICLE MODERE ET PLEIN DE VERITES. BRAVO. QUE LES LECTEURS COMPRENNENT QUE
            L’AVENIR DE NOS ENFANTS EST INCERTAINE. LES GREQUES DISAIENT : QUE LA NOURRITURE SOIT TON
            MEDICAMENT ! QUE DIRE AVEC CE QUE NOUS AVONS AUJOUD’HUI ? JE NE VOIS PAS CETTE NOURRITURE CHIMIQUE PROTEGE NOTRE SANTE ? NELLO.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

OGM


Palmarès