Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La fonte du permafrost va libérer des quantités massives de méthane dans (...)

La fonte du permafrost va libérer des quantités massives de méthane dans l’atmosphère

 

yedoma_carbon.jpg

Sur la photo ci-dessus, Sergueï Zimov, le directeur de la Northeast Science Station en Sibérie, examine une section de yedoma sur la berge de la rivière Kolyma en Sibérie.

Comme je vous l’avais déjà dit il y a un an et demi, le permafrost est en train de fondre. Dans le permafrost de la Sibérie, appelé yedoma, se trouve emprisonnées environ 500 gigatonnes de carbone, qui se trouvent là depuis la dernière ère glaciaire. Et comme le permafrost fond, cela libère le carbone.

Le permafrost de surface qui fond libère le carbone sous forme de CO2, mais le permafrost qui se trouve sous les lacs libère le carbone sous forme de méthane. Voici, par exemple, une bulle de méthane prise au piège du gel de l’hiver dernier :

methane_bubbles.jpg

Ce qu’indique l’étude publiée cette semaine dans Nature, c’est que la fonte du permafrost de Sibérie libère du méthane cinq fois plus vite que ce qu’on pensait avant.

Et comme le méthane est un puissant gaz à effet de serre, cette émission massive de méthane dans l’atmosphère pourrait avoir un effet boule de neige sur le réchauffement climatique.

"C’est comme une bombe à retardement au ralenti", déclare Ted Schuur professeur de la dynamique des écosystèmes à l’Université de Floride, et co-auteur du rapport d’étude.

Vladimir Romanovsky, de l’Université d’Alaska, pense que l’émission massive de méthane dans l’atmosphère, à la suite de la fonte du permafrost, n’a pas encore vraiment commencé, mais elle arrive. En Alaska et au Canada (qui ont bien moins de permafrost que la Sibérie), ça va démarrer en premier.

Pour en savoir plus :
1. Siberian lakes burp "time-bomb" greenhouse gas (University of Alaska)
2. Siberia’s rapid thaw causes alarm (BBC news)
3. Scientists Find New Global Warming ’Time Bomb ? (Common Dreams)
4. Study says methane a new climate threat (Yahoo news)
5. Changement climatique : réchauffement de la planète (Chez Luc - 2 janvier 2005)
6. 125 grands lacs arctiques disparaissent (Gaïa - 12 juin 2005)

Crédit photos : Katey Walter


Moyenne des avis sur cet article :  4.9/5   (156 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • Dogood dogood 14 septembre 2006 13:28

    bonjour,

    votre article me rappelle fortement un roman lu il y a quelques temps, « la mer des tempêtes », de JOHN Barnes. Il situe son histoire en 2028. Un tir de missiles balistiques sur la banquise libère d’énormes quantités de CO2 dans l’atmosphère. S’ensuivent de nombreuses catastrophes climatiques, avec des super-cyclones en série, et dans des mers qui n’en étaient pas, jusques à présent, coutumières. C’est tres prenant et tres documenté. Je trouve symptomatique, par ailleurs, qu’un article mettant l’accent sur ce qui est en train de se passer sous nos yeux ne déclenche pas plus de réactions que cela. Nous préférons probablement nous réfugier dans ce qui est cérébral, ou de l’ordre de l’émotion. pour ne pas avoir à faire face à la réalité.

    en tous cas, merci de l’info et des liens !

    cordialement


    • minijack minijack 14 septembre 2006 14:56

      Hélas... Réagir, tout le monde le voudrait, mais comment ?

      On ne peut qu’être assomé, abasourdi, par les conséquences prévisibles de tels constats. Mais dans l’immédiat, on reste impuissants. On comprend bien que ça va changer nos vies beaucoup plus vite que ne se l’imaginaient les entreprises « Bush & C° », premiers pollueurs de la planète et toujours pas signataires de Kyoto. Mais que peut-on faire face à ce qui est déjà l’inéluctable ?

      Compte tenu de l’inertie ce sont les gaz envoyés en l’air depuis cinquante ans qui produisent maintenant leurs effets visibles. Et cette bulle de méthane que nous montre l’auteur de l’article produira le sien dans cinquante ans elle aussi...

      Notre société ultralibérale et mercantile à tout crin, prêchant la politique du « tout tout de suite » et de la rentabilité boursière immédiate ne nous prépare pas à préserver les conditions de vie de nos enfants et petits enfants. C’est tout le contraire... « Après nous le déluge » !

      Pour modérer cela « autant que faire se peut encore », il faudrait changer les comportements humains et spécialement les règles économiques.

      QUI OSERA ? .


    • (---.---.107.66) 14 septembre 2006 17:02

      « Compte tenu de l’inertie ce sont les gaz envoyés en l’air depuis cinquante ans qui produisent maintenant leurs effets visibles. Et cette bulle de méthane que nous montre l’auteur de l’article produira le sien dans cinquante ans elle aussi... »

      Pas tout à fait. Un gaz émis dans l’atmosphère contribue à l’effet de serre immédiatement ET pendant toute sa durée de vie. Or le méthane a une durée de vie dans l’atmosphère d’environ 12 ans, contrairement au dioxyde de carbone qui, lui, reste environ 100 ans.

      Le CO2 émis il y a 50 ans contribue à l’effet de serre depuis 50 ans (et va y contribuer encore pendant 50 ans), mais si les effets commencent vraiment à être sensibles seulement maintenant, c’est parce qu’il était initialement en quantité insuffisante et qu’il a été rejoint depuis par toutes les émissions depuis 50 ans.

      Cependant, si le méthane reste moins longtemps dans l’atmosphère que le CO2, son pouvoir de réchauffement global est 20 fois plus important. Ca veut dire que les émissions actuelles vont nous chauffer à partir de maintenant et pendant 12ans. http://www.manicore.com/documentation/serre/gaz.html


    • Helcivarg (---.---.158.198) 14 septembre 2006 17:32

      Minijack. Votre commentaire me fait penser un peu à ce que me réponde 90% des gens que j’essaye de mobiliser contre le réchauffement climatique. Pourtant vous pouvez faire.

      Vous pouvez commencer par ceci :

      - Mettre des ampoules à économies d’énergies.
      - Acheter des équipements de classe énergétique A uniquement.
      - Ne plus mettre ces appareils en veillent mais les arrêter.
      - Recycler ces déchets.
      - Mieux concevoir sa maison (Et là, il y a du boulot et je sais de quoi je parle).
      - Préférer 30 minutes de marche à pieds ou 15-20 minutes de vélos ou 10 minutes de transports en communs que 5-10 minutes en voiture.
      - Préférer acheter des produits locaux même si ils sont un plus cher que sont qui ont fait 20000km pour arriver dans votre marché.
      - Acheter des produits de saisons, si vous achetez des tomates françaises au mois de décembre, c’est qu’elle ont été produite sous serres chauffés généralement.

      Cela peu sembler futile, mais c’est déjà un bon début. Je n’arrive pas à retrouver le lien, mais j’ai lu une étude qui démontrait que si tous les ménages français utilisaient des ampoules à économies d’énergies on économiserait la production énergétique de trois ou quatre réacteurs nucléaires.

      Vous parler de changer les règles économiques.

      Dans toute économie il y un composant très important, même vital, sans lui l’économie n’existerait pas. Il peut grandement influencer les règles si il est représentatif. C’est ... le consommateur !

      Si des millions de personnes changent leurs habitudes de consommations ou exigent d’autres critères sur les produits. Vous verrez les lois du marché vont s’occuper de changer automatiquement les règles du jeu.

      Alors oui, je pense que dans l’état actuel des choses on ne donne pas assez de pouvoir aux consommateurs. Il est mal informé, floué, voir même tromper sur les produits qu’il achète. Par exemple. Un veau qui naît en France, on le met dans un camion, on va allez l’engraisser en Italie, on le remet dans le camion, on l’abat en France. Quand vous achèterez la viande de ce veau, vous verrez : « Origine : FRANCE ».

      On devrait exiger une plus grande transparence de l’origine et du parcours des produits que l’on consomme.

      Je voudrait développer une idée que j’ai lu sur un autre sujet. Un commentateur avait proposer de donner un indice « Carbone » à chaque produit. Plus le produit vient de loin, ou plus sa fabrication à été polluante et plus l’indice carbone est élevé. Certainement que le produit avec un gros indice sera moins cher que le produit avec un petit indice. Mais si le consommateur est un minimum responsable, il prendra le produit avec le petit indice.

      N’attendez pas que nos politicards prennent les bonnes décisions. Vous voulez faire quelque chose ? A votre échelle vous pouvez. Oui, si sur 6 Milliard d’habitant vous êtes le seul à vous faire chier, cela servira à rien. Mais le jour où ces 6 Milliard feront comme vous alors la face du monde s’en trouvera changez et pourtant c’est pas grand chose. Et même si vous êtes le seul à le faire vous pourrez dire à vos enfants et petits enfants ce que vous avez faits. Que vous avez essayer mais que 5 999 999 999 connards n’ont pas voulus vous écouter. Et ne croyez pas que vos enfants ne viendront pas vous demander des comptes.


    • Internaute de passage (---.---.180.54) 15 septembre 2006 11:11

      Toutes ces petites habitudes quotidiennes pour lutter contre le réchauffement, c’est très bien. Je les applique déjà depuis longtemps par simple bon sens.

      Mais le plus important, c’est à mon sens, de consommer moins. Posez-vous une question : ce que j’achète, ce que je désire acheter m’est-il réellement utile ? Et on se rend compte rapidement que l’on n’a pas besoin de grand chose, hormis pour se loger, se nourrir et se vêtir. Et tout cela sans excès.


    • José w (---.---.25.142) 14 septembre 2006 13:30

      Cela confirme l’hypothèse de la spirale du réchauffement.

      uUe raison de plus pour prendre des mesures urgents et radicales avant que le procéssus ne soit quasi-irréversible, comme dans Frankenstein...


      • Panama (---.---.198.59) 14 septembre 2006 14:26

        Merci pour votre article. Finalement, la climatologie historique en est vraiment à ses balbutiements.

        Si la terre va se réchauffer plus vite que prévu, le climat va devenir plus extrême mais aussi plus... humide.

        Car climat froid = climat sec. Climat chaud = climat humide.

        Donc, certains déserts devraient reculer de nouveau. Le sahara est-il en train de redevenir une savane ?

        Et quelle est la part de l’activité humaine dans ce réchauffement ? Personne ne peut le dire. Mais on peut penser que le déboisement des grandes forêts tropicales pourrait avoir plus d’effets que la polution automobile par exemple.


        • Helcivarg (---.---.158.198) 14 septembre 2006 15:55

          "Car climat froid = climat sec. Climat chaud = climat humide.

          Donc, certains déserts devraient reculer de nouveau. Le sahara est-il en train de redevenir une savane ?"

          Malheuresement non. Mais l’expension des déserts est une conséquence des activités humaines, déforestation, agriculture et surtout « surpâturage », captage d’une grande parti de l’eau douce favorise la désertification.


        • Cassandre (---.---.113.144) 15 septembre 2006 17:40

          Aux dernières nouvelles, la responsabilité humaine est proche de 100 % :

          http://www.ucar.edu/news/releases/2006/brightness.shtml


        • gem gem 14 septembre 2006 14:49

          Techniquement, je ne comprend pas bien la notion de « permafrost sous un lac » : par définition, si c’est un lac, l’eau est à température positive, et la terre en dessous aussi, non ?

          Ou alors vous parlez d’eau de fonte qui s’étale et recouvre du permafrost ?

          Vous pouvez préciser, SVP ?


          • gerardlionel (---.---.184.30) 14 septembre 2006 15:29

            Sans être spécialiste, ni amateur, le sous-sol des régions polaire est gelé en permanence depuis des dizaines de milliers d’années, mais il y a des saisons en surface et l’été des températures positives qui permettent le dégel des eaux mais pas celui du permafrost(d’ou la possibilité de rivières et de lacs temporaires) je vous signale aussi des lacs d’eau libre sous la calotte glaciaire en Antarctique, le lac sub-glaciaire « Vostock » (je crois que les russes y ont fait un forage, et que l’on suppose même qu’il pourrait y avoir une forme de vie !)


          • (---.---.107.66) 14 septembre 2006 16:22

            Si on en croit cet article du Monde, il s’agit de lacs de dégel (« thaw lakes » en anglais) qui se forment précisément en raison du réchauffement des couches supérieures du pergélisol. Ainsi donc, on a une boucle de rétroaction positive : le réchauffement entraîne la fonte du pergélisol et la création de lacs de dégel, qui entraîne l’émission de méthane (plutôt que de CO2) et donc un réchauffement.


          • Cyrrus smith (---.---.73.209) 18 septembre 2006 08:28

            <>

            La pression. La pression au fond du lac modifie la température de changement d’état, mais aussi la quantité de gaz dissoute que peut contenir le milieu. C’est un peut le même phénomène qui se produit lorsqu’on débouche une bouteille de cidre ou de bière et qu’apparait la mousse.


          • Helcivarg (---.---.158.198) 14 septembre 2006 15:48

            Pour information. Permafrost, c’est de l’anglais. En français on dit Pergélisol . Merci Wikipédia :)


            • EricB (---.---.234.80) 14 septembre 2006 19:04

              Merci pour ces passionnantes informations. Malheureusement, on entend tellement de choses différentes sur les prévisions climatiques, le réchauffement de la planéte, qu’on ne sait plus trop qui croire et quoi penser.

              J’ai entendu (ou lu, je ne sais plus) par ailleurs, que ce réchauffement climatique allait (ça a déjà commencé) alterer le fonctionnement du Gulf Stream, jusqu’à possiblement l’annihiler, ce qui aurait pour effet un refroidissement de toute l’Europe, encore plus rapide que les effets du réchauffements....

              La question est : ou va-t-il falloir émigrer pour vivre tranquille pour les 40 prochaines années ? smiley) (Dieu merci, je n’ai pas de progéniture, donc je ne m’inquiéte pas pour elle)

              Plus sérieusement, qui croire, entre les tenants du réchauffement et ceux du refroidissement ?


              • vinsou (---.---.153.252) 16 septembre 2006 11:26

                Plus sérieusement, qui croire, entre les tenants du réchauffement et ceux du refroidissement ?

                le rechauffement global de la planete causerait un refroidissement du nord de l’europe. On aurait le meme climat que au canada donc tres froid l’hiver et chaud l’ete. Par contre plus au sud le phenomene serait inverse, plus sec et plus chaud donc desertification. Les consequences sont ne sont pas encore connus, mais il faut s’attendre au pire


              • (---.---.152.11) 14 septembre 2006 22:43

                ...et de bactéries et de virus que l’homme actuel ne connait plus...


                • (---.---.140.145) 14 septembre 2006 23:52

                  Ce qui est surtout effrayant... c’est la vitesse à laquelle sa risque de nous tomber dessus... qui sait ? Peut etre bientôt.. un matin on se levera et on se demandera pourquoi tout est en train de cramer dehors, nos boulots, nos petites economies, no actions, nos voitures, nos cheuveux, notre peaux, nos poumons, pis.. pis le reste meme si on en sera plus conscient.. -.-’


                  • (---.---.140.145) 14 septembre 2006 23:55

                    me fait pensser à une feuille de papier qui chauffe chauffe.. et tout d’un coup.. une grosse flamme la crame en une 1/2 seconde


                  • docdory (---.---.180.38) 15 septembre 2006 11:35

                    Le rôle du méthane dans les extinctions massives d’espèces à la fin du permien est une théorie qui est actuellement évoquée . On sait que la catastrophe qui a fait disparaître 95 % des espèces à la fin du permien ( NB dernière période de l’ère paléozoïque ou primaire ) est la pire de l’histoire de la vie sur Terre . Elle dépasse très nettement en gravité la catastrophe causée par la fameuse chute de météorite à la fin du crétacé , qui avait été à l’origine de la disparition , entre autres , des dinosaures .

                    Contrairement à la catastrophe crétacée , on n’a pas trouvé semble t- il de traces d’iridium correspondant à une chute météoritique au niveau de la limite géologique permien-trias . Les constatations récentes feraient état d’une catastrophe graduelle sur quelques dizaines de milliers d’années . Dans une première phase , une énorme activité volcanique dans ce qui est maintenant la Sibérie aurait envoyé une grande quantité de gaz à effet de serre « classiques » entraînant un premier réchauffement . A partir d’un certain réchauffement , il y eut un réchauffement également des fonds océaniques avec libération d’une quantité gigantesque de méthane , piégé au fond des océans sous forme d’hydrates de méthane . L’augmentation brutale des températures qui en aurait résulté a failli faire disparaître la vie sur Terre . Bien sûr on n’en est encore qu’au stade des théories concernant ce cataclysme , la théorie météoritique n’étant pas encore formellement exclue .


                    • ARNO (---.---.26.162) 15 septembre 2006 11:49

                      ET ALORS , l’espece humaine n’etant pas digne de vivre sur cette planette (non respect), elle disparaitra et c’est tant mieux. d’autres formes de vie resisteront et sur une echelle de millions d’annees ou plus creeront quelque chose de nouveau. il en a ete ainsi d’autres especes ou civilisation. croyez vous l’espece humaine eternelle ? smiley


                      • La Taverne des Poètes 15 septembre 2006 14:52

                        Déjà lu cet article hier.


                        • D.guillaume (---.---.207.161) 15 septembre 2006 16:33

                          C’est sans doute une question idiote mais ne peut-on capter ce méthane ? Ne peut-il remplacer d’autres énergies fossiles ?


                          • (---.---.153.252) 16 septembre 2006 11:22

                            si on l’utilise on fera du co2 donc on degagement d’un autre gaz a effet de serre qui dure 100 ans dans l’athmosphere

                            donc la reponse est non, il faut absolument limiter le rechauffement.


                          • (---.---.112.189) 16 septembre 2006 17:00

                            Le méthane, c’est ni plus ni moins que le « gaz naturel » de nos fourneaux. Mais on n’a pas encore trouvé comment capter le méthane qui sort des bulles au-dessus des lacs de dégel de Sibérie...


                          • Pierrot (---.---.23.48) 17 septembre 2006 00:08

                            Il est possible de capter et de stocker le méthane dans des gisements géologiques.

                            C’est ce que fait Gaz de France pour stocker son gaz naturel, qui est du méthane à peu près pur, dans une quinzaine de sites profonds.

                            Idem à l’étranger.

                            Ce n’est pas simple mais techniquement possible à partir de gaz atmosphérique (membranes semi-perméables au gaz et autres techniques de séparation. Cordialement.


                          • Asp Explorer (---.---.82.42) 16 septembre 2006 18:39

                            Oui, ça fait peur. Heureusement que tout ça c’est des conneries. Parce que l’atmosphère de la Terre a connu des crises autrement plus graves que nos amusettes carbonées, et a toujours maintenu les conditions requises pour la vie.

                            Mais bon, c’est vrai que la peur, ça rapporte, ça fait vendre, c’est à la mode...


                            • (---.---.107.65) 18 septembre 2006 11:05

                              Si c’est seulement la présence de vie sur Terre qui compte pour toi, effectivement y a pas vraiment de raisons de s’inquiéter. Après, si c’est la vie humaine, et dans des conditions à peu près agréables, là c’est autre chose.

                              « Mais bon, c’est vrai que la peur, ça rapporte, ça fait vendre, c’est à la mode... »

                              Attention à ne pas sombrer dans des sillogismes. « La peur fait vendre », donc tout ce qui nous fait peur est pure invention (pour faire vendre)... ?

                              Le « dormez tranquilles braves gens » fait vendre aussi.


                            • goc (---.---.236.93) 16 septembre 2006 19:43

                              un autre danger de la fonte du permafrost, c’est l’arrivée en masse d’eau douce

                              or il semblerait que toute cette eau douce est superieure, en quantité, a la fonte des glaciers

                              enfin l’eau douce generée en siberie pourrait aussi faire stopper le gulf stream (en abaissant le niveau de salinité de la mer du nord et de l’atlantique nord)


                              • paul (---.---.209.57) 17 septembre 2006 12:46

                                il y a cinquante ans nous étions un milliard, aujourd’hui nous sommes près de sept milliards avec tout ce qui va avec pour se nourrir, se déplacer, se chauffer, etc...

                                tout le monde a pu remarquer que les avions ne sont jamais cités lorsque l’on parle de pollution. lors du 11 septembre pendant deux jours aucun avion civil n’a volé aux usa, la température a varié de 4 degrés. de plus certains (suivez mon regard) ne se limite aucunement considérant qu’ils ont tous les droits à partir du moment qu’ils payent.

                                les mêmes font des guerres qui polluent massivement et modifient l’environnement. quelle part est consacrée à l’environnement dans les budgets. quelle part est consacrée à l’armement.

                                pour l’immense majorité des peuples le mot d’ordre qui vient d’en haut est donne moi l’argent de ta sueur en consommant et tait toi.


                                • vinsou (---.---.153.252) 17 septembre 2006 16:50

                                  j’avais lu une etude qui disait tres rapidement que pour que l’humanité et nature soit viable sur le long terme il ne faudrait que 500 millions d’humains sur notre bonne vielle terre bien sure avec notre mode de vie actuel


                                • Pierrot (---.---.23.48) 17 septembre 2006 22:24

                                  Il s’agit d’une étude stupide et faschisante sans aucun argument sérieux. A rejeter avec mépris.

                                  Bien cordialement.


                                • (---.---.47.54) 17 septembre 2006 14:38

                                  Peuvent des ours nager une distance de 140 km CirclePolair-Canada etc. sans glace ? Les images sont alarmantes. Surtout notre vue à l’avenir au moyen des vidéos et des images des volcans et des cratères sur le planet Mars a.k.a. « Olympus » et autres cratères et volcans avec la hauteur de 25 km et pas de goutte_pluie ou flocons_neige ou de glace sur une hauteur de 25 km.


                                  • Kelig (---.---.177.26) 17 septembre 2006 21:26

                                    A voir le documentaire ’an inconvenient truth’ (une verite qui derange) du vice president Al Gore


                                    • Pierrot (---.---.23.48) 17 septembre 2006 22:20

                                      L’article explique très incorrectement le phénomène « quand le »permafrost" (mot anglais) fond le CO2 se libère dit l’auteur.

                                      Le phénomène est le suivant : lorsque la terre profonde se dégèle cela permet le développement des microorganismes et de la biosphère d’où soit une production de méthane CH4 en milieu anaérobie soit du dioxyde de carbone CO2 en milieu aérobie.

                                      Bien cordialement.


                                      • (---.---.73.209) 18 septembre 2006 10:20

                                        Que peut on faire contre ce phénomène ?

                                        Beaucoup de choses. En plus des solutions déjà proposées dans ce forum, telle que circuits courts, éviter la voiture, etc... il y a aussi le développement des énergies renouvelables dont particulièrement le photovoltaîque.

                                        PHOTOVOLTAÏQUE RELIÉ AU RESEAUX. En Allemagne ce sont 100 000 toit photovoltaïques par an qui sont installés, plusieurs mégawatt de puissance crète.

                                        Comment ?

                                        Simplement ces installations sont reliées au réseau par un onduleur (appareil qui transforme le courant continu des panneau photovoltaïques en courant alternatif injecté dans le réseau ). L’énergie solaire est vendue au réseau à un prix avantageux ( 0,60 euro/kW.h). Donc quand Herr Schmitt quitte le matin sa maison, il sait que les panneaux solaires du toit vont lui rapporter assez d’argent pour rembourser leur achat en quelques années. En fait cela se traduit par une légère augmentation du prix de l’énergie pour l’ensemble des usager. Ce qui a pour conséquences une incitation aux économies d’énergies, et de faire financer le solaire par les énergies sales.

                                        Le photovoltaïque produit de l’énergie électrique pendant le jour. Cela tombe bien. C’est pendant le jours que notre société en consomme le plus. ainsi Herr Schmitt contribue à l’alimentation de son usine ou de l’école qui accueil ses enfants.

                                        En France le kW.h est racheté 0,30 euro depuis une récente augmentation (avant il était à 14 centime !).

                                        LES MOULINS. Autrefois les cours d’eau français étaient équipés d’un moulin avec une ou plusieurs roues à aube tout les 2 km. De nos jous le petit hydraulique est géné par ce que les micro turbines sont mortelles pour les poissons par les variations de pression brutales qu’elles provoquent. Les roues à aubes sont énergétiquement moins rentables, 40% au lieu de 60 %, mais sont plus simples de construction et d’entretien. Là aussi un prix de rachat de l’énergie, des régles d’urbanisme favorables, expériences de démonstration, et la publication du savoir faire sont les conditions à la généralisation de ces solutions.

                                        SUPPRIMER LES RÉUNIONS.

                                        Mon expérience de plusieurs mouvement « écolos » m’a appris le temps perdu en réunions tardives, où le militants doivent parcourir plusieurs dizaines de km pour débatre des tactiques et trop souvent des rapports de force internes au groupe. Faisant aussi parti d’une association d’utilisateurs de logiciels libres (http://www.euskalug.org/ ) je constate que nous ne faisont pratiquement jamais de réunion, et pourtant nous organisons de nombreuses activité. simplement tout est organisé par échanges d’informations sur la liste de courriels de l’association. Les archives de la liste tiennent lieu de compte rendu. On économise ainsi nombre de kg de gaz à effet de serre.  smiley

                                        J’ai aussi un chauffe eau solaire et je roule avec une voiture sans la clim, clim que l’on devrait interdire dans les voitures, sauf les ambulances en France. On a pu s’en passer et je pense que nous pouvons encore le faire. J’ai un potager et je me chauffe au bois.

                                        On peut faire beaucoup. Il faut 1°) s’informer. L’information est ultra disponible de nos jours. L’ignorance chez un adulte sur ces sujets n’est donc plus une excuse mais un choix.

                                        2°) commencer à agir à son niveau.

                                        3°) demander à nos élus des actes, comme remonter le prix du kW.h solaire, ou installer des panneaux sur les bâtiments publics pour l’exemple, et pour faire baisser le prix du panneau. (-30% en 3 ans grace aux allemands)


                                        • msajusfr (---.---.215.23) 18 septembre 2006 10:49

                                          Nous allons donc vers des temps intéressant.


                                          • Demesure (---.---.99.249) 19 septembre 2006 13:49

                                            Bonjour,

                                            J’ai lu pleines d’interventions intéressantes. Mais personne n’a signalé que le taux de méthane dans l’atmosphère terrestre n’augmente PLUS depuis presque 10 ans malgré le réchauffement « spectaculaire » ces dernières années. Autant de catastrophisme avant meme de vérifier la donnée la plus élémentaire, c’est quand meme bizarre non ? smiley


                                            • Pierrot (---.---.23.48) 19 septembre 2006 17:47

                                              Bonjour,

                                              je n’ai pas observé dans divers documents que la concentration du méthane restait stable dans l’atmosphère. Sur le long terme il a évolué de :
                                              - 1000ppbv en 1900 à 1700 ppbv en l’an 2000, soit + 70 % sur un siècle (plus que le CO2)

                                              La concentration continue de progresser malgré une amélioration de certaines émissions telles que les fuites de gazoducs mais les autres sources progressent : ruminants, rizières, décharges en milieu anaérobie, micro organismes anaérobies.

                                              Bien cordialement.


                                            • Demesure (---.---.99.249) 19 septembre 2006 18:17

                                              Bonjour Pierrot,

                                              La concentration en méthane atmosphérique n’augmente plus. Et meme les spécialistes ne comprennet pas ce qui ce passe EN CE MOMENT. Alors les prédictions pour les 10, 20 ans à venir... Voir par exemple ici (graphiques au milieu de la page).

                                              Cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès