Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La France en retard sur un enjeu stratégique : les énergies (...)

La France en retard sur un enjeu stratégique : les énergies renouvelables

Pourtant, la population est motivée, et la géographie très favorable. Pourquoi cale-t-on alors que l’Espagne, l’Allemagne et le Royaume-Uni sont déjà bien en avance sur cet enjeu majeur ?

Une étude réalisée pour l’Ademe indique que 97% et 67% des Français se déclarent respectivement favorables et très favorables au développement des énergies renouvelables. Ils sont toutefois 53% à trouver leur coût d’installation trop élevé.

Lemonde.fr rappelle que la France s’est engagée à couvrir 20 % de ses besoins énergétiques grâce aux renouvelables d’ici 2020.

Pourtant, l’hydraulique aurait « une marge de progression quasi nulle », du fait d’une couverture presque complète du parc disponible, et le développement exceptionnel du nucléaire a par ailleurs stérilisé l’éclosion de toute autre technologie peu émettrice de CO2 ».

Le solaire, qui croît de 40% par an, semble pouvoir être le grand favori des énergies renouvelables, mais d’après le quotidien, « pour obtenir une puissance de 2 mégawatts (MW) [soit l’équivalent une éolienne], il faut couvrir un stade de football de capteurs solaires ». Améliorer l’efficacité des cellules photovoltaïques est cruciale pour la poursuite de l’équipement : l’Institut des technologies photoniques de Iena (IPHT) développe actuellement un nouveau type de cellules solaires combinant des couches polymères semi-conductrices avec des nanofils de silicium, qui permettent de multiplier par 100 la surface de la cellule solaire. Intitulé « HyPoSolar », ce projet a pour but d’améliorer le rendement des cellules PV organiques, qui n’atteint aujourd’hui que 5%. Et l’on se rappelle au passage que l’ADEME avait également estimé qu’il était "trop tôt’ pour l’énergie solaire.

Quant à l’éolien, 2 200 aérogénérateurs déjà installés fournissent moins de 1 % de l’énergie totale en France, soit 2 500 MW, bien peu au regard des productions de l’Allemagne ou du Danemark. Le développement de cette énergie est freiné par son coût.

Cependant, Nathalie Kosciusko-Morizet, alors secrétaire d’état chargée de l’Ecologie, s’était voulue rassurante : « Il est évident que dans les années à venir, si l’énergie devient plus chère encore, l’éolien pourrait exploser en France ». D’autant qu’une véritable filière industrielle de l’éolien reste à construire en France. D’ailleurs, nous possédons un avantage certain : l’avenir de l’éolien passera par l’offshore (des fermes d’éoliennes au large), et la France dipose d’un littoral assez grand pour être prometteur. 

Que ce soit, donc, pour le solaire ou pour l’éolien, l’effet de levier reposera en dernière instance sur le développement technologique, qui permettra de rendre ces sources d’énergies compétitives.

Technologies Propres


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 9 février 2009 17:36

    Commençons par faire "sauter" tout de suite les barrières de la règlementation sur l’hydrogène !!!


    • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 10 février 2009 13:52

      C’est assez hors sujet ce que vous nous dites ici. L’hydrogène n’est qu’un vecteur de transport de l’énergie, et en aucun cas un système de production d’énergie à partir de sources renouvelables. Si vous utilisez de l’hydrogène pour stocker de l’énergie produite en brulant du charbon, ça ne sert strictement à rien. (c’est même très polluant)

      Par ailleurs, les réglementation sur l’hydrogène ont surement de très bonnes raisons d’exister au vu du caractère vaguement explosif de ce gaz...


    • olivier.naturavox 9 février 2009 19:19

       Bonjour,

      En complément, je vous apporte une piste de reflexion complémentaire.

      Les différentes études en référence dans l’article font état d’avance ou de retard dans tel ou tel domaine, mais il y a une constante global : le stockage !

      En effet, les énergies renouvelables ont en commun de s’appuyer sur les éléments naturels qui peuvent être capricieux.

      Bien entendu, le solaire photovoltaïque va évoluer (on en est déjà à 41,7% de rendement en laboratoire) et les autres technologies vont se développer mais pour parvenir à une utilisation rationnelle de l’énergie produite il faut intégrer non pas une technologie mais un mix énergétique global que l’on associe à une production décentralisée.

      Exemple dans l’habitât :
      Eau chaude solaire + chauffage solaire + ventillation double flux + puit canadien + éolienne verticale + géothermie + isolation renforcée = 80% d’énergie primaire issue du renouvelable.
      Les 20% restant pouvant provenir de chaudière bois ou gaz en trigénération http://www.sunmachine.de/english/produkte_aktuelleprodukte.htm.
      Ceci n’est pas une utopie et s’appuie uniquement sur des composants disponibles.

      La pile à hydrogène est déjà dans sa phase industrielle http://www.fuelcellenergy.com/ et donc proche de sa commercialisation au particulier http://www.itm-power.com/ applied/domestic.

      Dans le numéro de ce moi d’énergie et développement durable http://www.2e2d.info/ il y a un extrait du rapport Ecofys sur la part des énergies primaires, très riche en enseignements sur les pratiques européennes et mondiales.

      Cordialement,






      • jjwaDal marcoB12 9 février 2009 20:56

        Pourquoi cale-t’on ?...
        Je dirais "nucléophilie obsessionnelle". Nous avons un parc nucléaire surdimensionné
        et allons le grossir un peu plus. Or les renouvelables produisent d’abord de l’électricité
        et le nucléaire étant développé/subventionné depuis 60 ans chez nous a un peu d’avance...
        Nous allons être balayé de ce secteur comme de tant d’autres alors que nos ressources
        sont immenses. Un choix de nos "élites"...


        • Bernard 05 13 février 2009 19:11

          @marcoB12 Vous dites : "le nucléaire étant développé/subventionné depuis 60 ans ". développé, je suis d’accord. Subventionné ? S’il s’agit bien de la production électro-nucléaire, je ne le suis pas du tout. EDF n’a pas reçu un centime de l’Etat pour le développement du parc actuel. Et si on parle de subventions, il faut compter dans les deux sens : or, EDF, lorsqu’il était un EPIC, a été bénéficiaire pratiquement depuis sa création en 1946. A ce titre, EDF versait aux pouvoirs publics en 3 fois :
          1) taxe professionnelle et taxes locales diverses (contrepartie du fait qu’EDF, comme n’importe quelle entreprise, "consomme" des services publics)
          2) Impot sur les bénéfices (appelé "prélèvement de l’Etat"), soit, selon les années, de l’ordre de plusieurs milliards de francs
          3) dividendes versés à l’actionnaire unique (l’Etat)

          Depuis que EDF est une SA toujours majoritairement détenu par l’Etat (environ 85%), la situation est presque identique, à ceci près que l’Etat partage les dividendes avec les autres actionnaires.

          Pour information, EDF a dégagé en 2008 un bénéfice de 3,4 Milliards d’euros, dont une partie sera versée en impôt sur les bénéfices et une autre sous forme de dividendes à ses actionnaires, dont l’Etat est le principal.

          En fait de subventions, c’est plutôt... EDF qui subventionne l’Etat.


        • baptiste 3 janvier 2014 16:37

          Pour votre info l’Allemagne, soit disant en avance, vient d’arrêter son soutien à la filière éolienne !

          Sa « transition énergétique » a été évaluée à 1000 Milliards d’Euros à l’horizon 2040.
          Et encore elle n’a arrêté que 8 réacteurs nucléaires, qu’elle compense en brûlant du charbon à tout va ( 40 % de sa production : les plus gros pollueurs d’Europe ).
          Comment feront nous nous, pour arrêter 25 réacteurs en 10 ans ?....d’autant que nous n’avons pas de charbon !
          Ce qui n’empêche pas les Allemands de payer leur électricité 2 fois plus cher que nous...Polluer plus et payer plus cher, est ce çà « être en avance » ?
          PS : L’Espagne, les USA et l’Angleterre viennent aussi d’arrêter leur soutien à l’éolien...

        • krolik krolik 9 février 2009 23:20

          Les Allemands et les Suédois se posent la question du retour du nucléaire.
          Pourquoi ?
          C’est à rien n’y comprendre, les Herr Doktors allemands qui faisaient la fine fleur de la recherche seraient-ils en train de caler sur le sujet ? Les Allemands montent un bon nombre de centrales à lignite.(Le lignite c’est vraiment pouah..) et se font tirer un gazoduc direct Russie vers eux en passant par la Baltique. C’est l’ex-Chancelier Schroeder qui s’en occupe. Il devait être mal informé du développement des ER lorsqu’il était en poste. Les services de renseignements allemands devraient lire un peu les journaux et regarder le paysage avec éoliennes.

          En Suède, les scientifiques n’arrivent plus à la cheville d’Alfred Nobel. C’est une pitié de voir ces déliquescences scientifiques en Europe.
          Et nous en France, on pourrait aller faire "cocorico" en réinventant les ER plus efficaces ?
          Ne serait-ce pas un peu présomptueux ?
          @+


          • Romain Desbois 10 février 2009 11:40

            Et si on faisait déjà ce qui est possible de faire :

            D’après le réseau Sortir du Nucleaire, les déperditions en ligne peuvent aller jusqu’à 75% !

            Seuls les agriculteurs et les pêcheurs peuvent utiliser les huiles usagées dans leurs tracteurs et bâteaux alors que ces huiles doivent être retraitées à grand frais !

            Les éclairages publiques et les feux de signalisations peuvent être alimentés par du solaire, ayant en plus l’avantage d’une plus grande flexibilité d’installation (plus de tranchées à faire).

            Le gaspillage est énorme, c’est même la première source d’économie, mais le fond du problème est ailleurs. Je soupconne l’Etat de ne pas vouloir que les citoyens soient autonomes en énergie, d’où le gigantisme des projets dans l’éolien ou le solaire alors que la solution la plus intelligente serait de disséminer sur tout le territoire, en petite structure reliée en reseau, alimenté par plusieurs sources de productions différentes, palliant ainsi les défaillances de vent ou de luminosité.

            Et puis sortir du système du jetable, du stylo au rasoir en passant par les enveloppes plastique ou les bouteilles et les pots de yaourts.

            Des milliers de pistes sont à explorer mais le gvt préfère lancer des taxes sur les couverts en plastiques plutôt que de privilégier les couverts jetables en bois ou en amidon. On savait faire des gobelets en carton cirés qui remplissaient bien leur office. Allez trouver un distrubuteurs de boisson qui n’a pas de gobelets en plastique !


            • g.jacquin g.jacquin 10 février 2009 14:14

              75% de déperdition.... smiley
              Ca ne semble pas très crédible ! qui à calculé cela ? smiley


            • FR-ank FR-ank 10 février 2009 14:18

              Bon petit article, + de references aurait ete tres bien. Ainsi que le detail de quelques techniques dite propres et renouvelables
              Je pense que les ER sont l’avenir mais aussi une alternative, une voie d’issue a cette crise mondiale du au capitalisme a tout-va et sans retenue..


              • joletaxi 11 février 2009 19:12

                 Comme le dit très bien Krolik,c’est à ni rien comprendre.De plus les allemands ont une industrie puissante dans l’éolien,et un non moins puissant lobby vert.De là à penser qu’ils s’efforcent de nous "fourguer" une technologie à laquelle ils ne croient plus....
                Qu’on le veuille ou non,que l’on soit scandalisé,que moralement on le refuse,la seule mesure que l’on a pour évaluer la valeur de quoi que ce soit, c’est sa contrevaleur en argent.Et les énergies renouvelables sont très, très chères,et aléatoires.Je lisais un rapport du réseau RTE,sur les fourniture d’énergie suivant diverses sources.L’éolien a effectivement augmenté sensiblement, pour monter à 1% pendant que symétriquement,le nucléaire voyait sa part diminuer de 1 %.Magnifique résultat !
                Dans ce 1 % ,du fait de l’obligation de rachat de toute la production,je gage qu’une part l’a été pendant les heures creuses,la nuit,période où déjà les centrales tournent au ralenti.Belle rentabilité !
                Le tout pour éviter de produire du CO2,ce qui dans le cas de l’éolien n’est pas nécessairement évident.Comme la théorie du CO2 commence à être de plus en plus mise à mal, on aura dépensé des sommes considérables,sur base d’une "croyance" très fragile,dont le résultat final sera de se retrouver avec une filière très onéreuse et peu fiable(la grande panne de nos amis allemands les a fait redescendre sur terre).
                Contrairement à ce qui est affirmé, il y a un gisement énorme dans l’hydraulique,très fiable,très rentable car il serait parfait pour répondre aux pointes de consommation, bien réparti sur le territoire,dans les micro centrales.Avec comme avantage supplémentaire,une gestion des bassins contre les crues.Et puis, j’adore les moulins....


                • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 12 février 2009 10:22

                  Quelle argumentation incroyable !

                  La consommation actuelle d’électicité en france est d’environ 480TWh par an. Soit environ 24 000 milliards d’euros d’énergie consommée. Votre 1% représente au bas mot 240 Milliards d’euros dénergie produite par les éoliennes. vous avez raison, ce n’est rien. ça n’a pas de valeur, pas d’impact. (A titre de comparaison, le plan de relance de l’économie française représenterait 26 milliards d’euros.)

                  Je passerai sur cette histoire de CO2, je n’ai pas du tout envie de rentrer dans un débat stéryle sur la véracité du changement climatique. Notez cependant que le nucléaire auquel les allemands semblent revenir est une énergie complètement neutre en terme de CO2.
                  Dans tous les cas, même en oubliant complètement toute notion d’effet de serre, il est nécessaire aujourd’hui de sortir de notre dépendance aux énergies fossiles pour des raisons économiques évidentes. Importer 80% de notre énergie, vu les sommes en jeu, reste une abération économique à laquelle nous devons remédier. Et comme les énergies disponibles localement en france sont pour la plupart renouvelables, faisons d’une pierre deux coups.



                • HELIOS HELIOS 13 février 2009 00:14

                  Si les français ne versent pas plus vite dans les solutions plus ecologique c’est qu’on les prends pour des imbeciles, exactement comme on leur fait miroiter une economie en rendant pour 1000 euros une voiture de 10 ans capable de faire encore 80 000 km pour un cout minime.

                  Regardez un peu, combien y-a-t-il de villas en France suceptibles d’avoir un plus ou moins grand panneau solaire pour chauffer l’eau. je ne parle que de l’eau.... chauffer un ballon d’eau chaude de 200 litres, valeur pour 4 personnes coute environ 4 kw chaque jour... soit 365x4 1460 kw/an ... 151 Euros !

                  Chez le grand fournisseur du coin, acheter 4m2 de capteur (la taille qui alimente 200 litres) cela coute

                  — - 2 panneaux .....2450 x2 = 4900

                  — - le groupe..........1000

                  — - le ballon (obligatoire car mettre un raccord sur les tuyau du ballon electrique est "impossible".... au passage les raccords sont etxetrieur ce qui est un gros abus... ce ballon là 520 euros

                  — - plus... le fluide, les tuyaux, fils divers, sopports contacteur... 950....

                  — - enfin la main d’oeuvre... 1840 euros de plus .... j’ai arrondi les chiffres et je ne veux pas de contrat d’entretien.

                  total de l’operation 9210 euros avec toutes les réductions que j’ai pu obtenir......
                  Avec ça, je vais faire l’hypothèse que je n’aurais plus besoin d’electricité pour l’eau chaude, je ne ferais pas d’appoint !
                  en clair, a 151 euros par an d’economie il me faut donc 60 ans pour amortir toute cette merde dont la durée de vie ne doit pas a mon avis dépasser une quinzaine d’année.

                  ET VOUS VOULEZ QU’ON ARRETE DE CONSOMMER DE L’ELECTRICITE ?

                  Le vrai prix des choses est le suivant :
                  500 pour les panneaux, (ce sont des coques en plastique et une grosse vitre) 50 pour le groupe, 100 pour le ballon, et encore 100 pour les bricoles ce qui rend l’installation a 750 euros. une telle install couterait donc 2600 euro installée (MO comprise), ammortissable en 17 ans, ce qui laisse encore des doutes sur la rentabilité sauf a supposer que l’electricité double de prix ce qui donne alors 8 ans d’ammortissement


                  C’est pas demain quue je passe au solaire... helas.


                  • joletaxi 13 février 2009 11:32

                     @helios

                    Si l’eau chaude est en plus fournie avec du courant de nuit par un ballon à accumulation,le résultat est encore plus mauvais.
                    On pourrait très bien imaginer de modifier les installations de chauffage au mazout et au gaz,en incluant un ballon d’accumulation d’eau chaude, en courant de nuit,de capacité suffisante pour restituer assez de chauffage la journée.En adoptant une régulation assez fine, je crois qu’économiquement,la solution pourrait être rentable.Sur base de courant nucléaire, à prix imbattable quoi que l’on en dise, et pour encore un bon moment,on éviterait cette fois de façon certaine des émissions de CO2 .Mieux, l’utilisation optimale des capacités des centrales réduirait encore le coût du courant facturé au consommateur.Mais si on préfère payer nettement plus cher,pour des résultats très discutables, pour des éoliennes...


                    • Bernard 05 13 février 2009 19:18

                      @lord_mahuf

                      Vous dites "La consommation actuelle d’électicité en france est d’environ 480TWh par an. Soit environ 24 000 milliards d’euros d’énergie consommée. " Comment calculez vous ce chiffre extravagant ?

                      Pour information, le PIB de la France est d’un peu moins de 2 000 milliards d’euros. Comment la consommation d’électricité, qui ne représente (conventionnellement) qu’environ 17% de l’énergie consommée en France, pourrait être plus de 10 fois supérieure ?


                      • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 15 février 2009 15:17

                        Consommation d’électricité en france : environ 480 TWh source : Wikipedia
                        Soit 480 000 000 000 kWh à 0,5€/kWh, on trouve bien 240 milliards d’euros.

                        Oups smiley

                        Avec toutes mes excuses, mon calcul de coin de table a bien foiré. (je devais être bien fatigué)
                        Merci de m’avoir permis de corriger.

                        Ceci dit, ça ne change que peu la teneur de mon propos.


                      • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 15 février 2009 15:20

                        Et hop pour la récidive... j’ai encore perdu un zéro sur le calcul.
                        Le prix moyen du kWh est de 0,05 et non de 0,5 soit en définitive 24 milliards d’euros. de conso d’élec en france.

                        Promis, j’arrête les calculs de coin de table. (et je vais me coucher)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès