Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La géothermie, championne des énergies douces

La géothermie, championne des énergies douces

Spontanément associée, dans l’imaginaire collectif, aux sources thermales d’Asie ou du Nord de l’Europe, la géothermie couvre pourtant un large spectre d’applications, depuis la production industrielle d’énergie électrique (grâce à la pression des sources d’eau chaude des profondeurs), jusqu’à la récupération, pour le chauffage des résidences individuelles, de l’énergie accumulée dans son jardin (au moyen de véritables « pompes à chaleur »). Dans les pays développés, les techniques se développent, et certaines bénéficient d’importants encouragements fiscaux.

Un article de la revue scientifique Nature contait récemment les aventures d’équipes de scientifiques enthousiastes qui "sillonnent le fond des mers du globe en quête de nouvelles sources hydrothermales". La journaliste, Christina Reed, décrivait ainsi ces "craquelures du plancher océanique, d’où s’échappe de l’eau à plus de 300°", ces "fumeurs noirs des Galápagos (qui) offrent un spectacle de toute beauté". Le long article, paru en avril 2006, concluait cependant, d’une formule assez significative, sur les difficultés qui attendent notre espèce lorsqu’elle tente de dompter les entrailles de la Terre : "Mais les sources peu profondes ne sont pas toutes le genre d’endroit que l’on aimerait visiter en touriste. (Certaines) crachent un cocktail toxique d’arsenic et d’eau de mer (et) rejettent jusqu’à 1,5 kilo d’arsenic par jour dans les récifs coralliens environnants"...

Le secret du bonheur géothermique : voyager au centre de la Terre et cultiver son jardin.

Bien que le principe de la géothermie puisse se résumer "à extraire l’énergie contenue dans le sol pour l’utiliser sous forme de chauffage ou pour la transformer en électricité" (Wikipédia, la géothermie), il semble évident que les techniques utilisées n’impliquent pas du tout le même engagement de moyens, ni les mêmes manifestations secondaires, selon qu’il s’agit de convertir en énergie une eau très chaude (géothermie de haute énergie) ou de mettre en oeuvre des techniques faisant appel à des nappes d’eaux moins profondes et moins chaudes (géothermie de basse énergie). Ces techniques sont encore plus spéciales lorsqu’il s’agit de "pomper" la faible chaleur renfermée dans la terre ou l’eau, à des profondeurs de quelques mètres (géothermie de très basse énergie).

Au chapitre des stratégies mises en place depuis des dizaines d’années par certains pays particulièrement en pointe dans le domaine des énergies renouvelables, soulignons également les profondes disparités existant entre les grandes zones de la planète. Un tableau de l’Observatoire des énergies renouvelables d’août 2003 est particulièrement éloquent sur cet aspect de la question : presque 38% de l’énergie produite dans le monde, en 2002, par un procédé géothermique quelconque, est produit en Asie, un peu moins de 35% l’est en Amérique du Nord, alors que l’Union européenne n’en produit qu’un peu plus de 10%. Le reste du monde ne produit, lui, qu’un peu plus de 14% du total. Autant dire que la situation des uns traduit des conditions naturelles et/ou une avance technologique qui rend difficile aux autres l’espoir de pouvoir combler un jour leur propre retard.


Combiner les techniques, concentrer la recherche, financer les installations...

Un article du Guardian de février 2006 signalait cependant l’exemple du volontarisme suédois en la matière, ce pays se donnant, il est vrai, "quinze ans pour rouler au vert" et "en finir avec le pétrole". Probablement dotés de caractéristiques géothermiques favorables, mais surtout empreints d’une culture ancienne concernant les énergies de substitution qui leur "ont déjà (permis de) réduire leur utilisation du pétrole de 45 % en trente ans", les Suédois misent en réalité davantage sur une combinaison optimale des techniques faisant appel à la géothermie de haute énergie avec les techniques appliquées à la géothermie de très basse énergie. De telles associations ont déjà permis que presque toutes les maisons soient "chauffées à l’eau chaude ou à la vapeur, grâce à l’énergie géothermique et à la récupération de la chaleur produite en milieu industriel"... Rien d’étonnant à ce que "26% de l’énergie consommée en 2003 par la Suède provienne de sources renouvelables, un pourcentage largement supérieur à la moyenne européenne, de 6 %".

Or le pari de la géothermie comme moyen de substitution aux énergies traditionnelles n’est pas un sujet ignoré dans la majeure partie des pays développés. Ainsi, du côté des pouvoirs publics, la France tente enfin un rapprochement des ministères concernés par la stratégie énergétique du pays (et qui agissaient jusqu’à présent en ordre dispersé). Un article des Echos du 19 décembre dernier, intitulé "La stratégie énergétique française mûrit", nous apprend en effet l’existence d’une tentative d’un "nouveau Yalta" entre les ministères de la Recherche et de l’Industrie. Tentative bien accueillie du côté des chercheurs : "« C’est la première fois que je vois une note écrite qui cherche à donner une perspective à la R&D. Une vision nationale est en train d’émerger », se félicite Jean-Bernard Saulnier, chargé de mission sur l’énergie au CNRS. Peut-être est-ce là le signe d’une prise de conscience de l’urgence à copier les modèles les plus performants de recherche publique (tel le Department of Energy (DoE) des Etats-Unis d’Amérique, bénéficiant de la concentration de tous les moyens publics consacrés à l’énergie). "L’Ademe prépare enfin un programme quadriennal sur la géothermie qu’elle compte placer à l’ANR (Agence nationale de recherche)", conclut l’article.

La question semble d’ailleurs ne pas préoccuper que l’exécutif (les ministères). Ainsi, en plein mois de juillet 2006, nos respectables sénateurs fournirent aux collectivités locales quelques clés et recommandations dignes d’intérêt en appelant "de leurs voeux le développement du mécanisme du tiers investissement par lequel un organisme spécialisé finance l’investissement nécessaire et se rémunère sur les économies d’énergie réalisées" (Les Echos du 6 juillet 2006). Un tel système, "développé dans certains pays comme la Belgique, l’Allemagne ou l’Espagne, semble intéresser la Caisse des dépôts et consignations". La géothermie, perçue comme l’une de ces énergies les plus performantes, ainsi soutenue par la part la plus "sage" de notre représentation nationale, rejointe dans cet élan par le Grand Financeur de la République qu’est la CDC... Que demander de plus ?

La pompe à chaleur, chronique d’un succès annoncé.

Alors que de nombreuses interrogations persistent quant au rendement des installations géothermiques destinées à créer industriellement de l’électricité (voir l’article des Enjeux du 1er février 2006 : "Energie : regain d’intérêt pour la géothermie"), notamment au vu du modeste "0,4% de la production mondiale totale d’électricité avec des centrales concentrées dans des régions comme la volcanique Islande", l’axe de développement le plus prometteur semble bien être le marché de la pompe à chaleur (très basse énergie). Celui-ci, vivement encouragé par d’importants avantages fiscaux en vue de favoriser son adoption dans l’habitat individuel, intéresse particulièrement les pays à forte production d’électricité "bon marché" (notamment nucléaire, comme la France). En effet, pour fonctionner, la technique de la pompe à chaleur nécessite une production minimum d’électricité qu’elle "valorise" en quelque sorte, puisque, "pour 1 kWh dépensé en électricité pour actionner la pompe ou autres ventilateurs, vous récupérerez 3 ou 4 kWh de chauffage, ce qui devrait amortir assez rapidement l’installation qui d’ailleurs peut être réversible et extraire le chaud de la maison en été" (Les Echos du 20 octobre 2006, " Ma petite géothermie à moi").

Bien entendu, des tests sont encore à l’épreuve en Allemagne et en Autriche pour l’exploitation de nappes aquifères, et la France continue bien de rechercher une issue en matière de géothermie profonde (programme expérimental de Soultz-sous-Forêt, en Alsace). Une technologie semble aussi se développer en Islande et en Nouvelle-Zélande, qui souhaitent valoriser leurs ressources naturelles en eaux chaudes, mais, comparées aux perspectives offertes par les technologies des pompes à chaleur, ces tentatives semblent, aujourd’hui en tout cas, considérablement moins prometteuses.

Le signal d’un tel succès, une fois encore, semble bien devoir être donné à la Corbeille qui, à plusieurs reprises depuis quelques mois, s’est empressée de saluer les performances (autant que les perspectives de bénéfices) des intervenants majeurs du marché : "Vent de folie sur le marché pour l’action EDF Energies nouvelles", titraient Les Echos en novembre dernier lors de l’introduction en Bourse de l’action (+17,79% dans la journée). "Du jamais vu depuis l’éclatement de la bulle Internet, prémisses d’un nouveau moteur de l’économie", poursuivait l’auteur au sujet de cette entreprise fortement impliquée, entre autres domaines liés aux énergies nouvelles, dans la géothermie. Gageons que les investisseurs ne tarderont pas non plus à spéculer sur les perspectives de Vaillant, société allemande (Saunier Duval en France) qui a doublé ses bénéfices en 2005, en grande partie grâce au succès des pompes à chaleur. En France, enfin, c’est la Sofath, numéro un du secteur, qui double les capacités de production de son usine pour lui permettre de satisfaire la demande sur une "gamme complète : un chauffage à capteur horizontal, par captage vertical et par captage d’eau, ainsi que des options pour la production d’eau chaude sanitaire, de rafraîchissement de la maison par inversion du cycle et pour le chauffage des piscines" (Les Echos du 19 décembre 2006).

De l’intérêt bien compris du recours immédiat à la pompe à chaleur...

En conclusion, bien loin de cet enfer de vapeur noire émergeant du plancher océanique, de ces "fumeurs noirs des Galápagos (qui) rejettent (des nuées) d’arsenic dans les récifs coralliens environnants", l’axe de développement le plus en vue de la filière géothermique, celui des technologies de très basse énergie utilisées par les pompes à chaleur, semble au contraire représenter l’une des solutions les plus "douces" du panel des énergies renouvelables. Présentant, de surcroît, la particularité de devoir être associées à une source d’énergie électrique dont de nombreux pays (France en tête) regorgent, en raison des politiques passées de développement du nucléaire, les installations de pompes à chaleur continueront à faire l’objet de l’intérêt de gouvernants et de fabricants aux intérêts parfois croisés.

... aux perspectives d’une association parfaite entre géothermie et énergie solaire.

Pour un avenir peut-être plus lointain, la géothermie nous permet même d’envisager son "croisement" avec d’autres technologies propres comme celles de l’énergie solaire : une expérience allemande d’une installation "géosolaire", soutenue par la Fondation allemande pour l’environnement (DBU), signale un article des Echos du 11 octobre dernier, montre déjà 36% d’efficacité supplémentaire par rapport à un système uniquement fondé sur la géothermie. L’auteur de cet article de conclure : "Le grand avantage de cette technique est qu’elle utilise des équipements existants qui n’ont plus à prouver leur efficacité. L’originalité consiste à coupler ces deux procédés tout en s’assurant d’optimiser leur complémentarité." Gageons que ce type d’installation séduira de nombreux foyers dans les années à venir, en combinant l’utilisation sans dommage de la chaleur de ce bon vieux Soleil et celle de notre belle planète bleue. Tout un symbole !


Article à paraître sur www.climamaison.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • eugène wermelinger eugène wermelinger 26 janvier 2007 10:44

    Ces tout derniers jours un faible tremblement de terre est supposé être la conséquence de forage à grande profondeur à Bâle Suisse (à côté de St Louis, côté français) qui veut utiliser la géothermie pour production d’ électricité. A cette suite le forage a été suspendu. A-t-on assez pris en compte ce risque ?


    • thirqual (---.---.158.81) 26 janvier 2007 11:14

      Ce risque est connu, et à été étudié en détail à Soultz-sous-Forêts, au Nord de l’alsace. De plus, la puissance des séismes est limitée par la taille des failles qui jouent. Si on n’est pas stupide, on va pas percer sur une faille pouvant produire un gros séisme, et le tour est joué. Ça paraît simpliste, pourtant c’est vrai.

      Autre chose à savoir : la géothermie c’est bien, mais les nappes d’eau de haute température ne sont pas éternelles. A force de faire circuler l’eau dans les échangeurs à chaleur, on finit par refroidir l’aquifère et celui-ci est donc de moins en moins efficace, le temps qu’il se recharge thermiquement. En dehors d’une zone à fort gradient thermique (Islande, mais aussi fossé Rhénan), ça peut être extrèmement long (genre plus long que l’histoire humaine).

      La France a été dans les années 60-70 (surtout) un pays constructeur de centrales géothermiques pour le chauffage dans la banlieue parisienne. La plupart sont à présent arrêtées.


    • thirqual (---.---.158.81) 26 janvier 2007 11:15

      Ouh la belle faute... faire des coupes franches dans son texte sans se relire c’est pas top top...


    • leflos (---.---.68.108) 26 janvier 2007 14:34

      « La France a été dans les années 60-70 (surtout) un pays constructeur de centrales géothermiques pour le chauffage dans la banlieue parisienne. La plupart sont à présent arrêtées. »

      Une précision : 34 doublets géothermiques de basse énergie sont toujours en fonctionnement en Ile-de-France, associés à des réseaux de chaleur urbains. Ils permettent de chauffer 150 000 équivalent-logements. S’il est vrai que beaucoup des doublets initialement mis en place (une cinquantaine en tout) ont été abandonnés dans les années 90, c’était principalement du à la baisse du prix des énergies fossiles et à des phénomènes de corrosion des puits alors mal maitrisés (l’eau du Dogger, l’aquifère utilisé, est en effet corrosive). Les signes d’épuisement de la ressource n’ont pas encore été constaté (alors que les modélisations initiales prévoyaient une durée de vie des doublets de 15 à 20 ans).

      Les problèmes de corrosion étant aujourd’hui résolus, les indicateurs sont au vert pour une relance de ce type de géothermie.

      A consulter (site ADEME / BRGM) :

      http://www.geothermie-perspectives.fr/


    • Michel (---.---.90.134) 26 janvier 2007 20:16

      En fait c’est 4 seismes (de l’ordre de 3 sur l’echelle de Richter) qui ont eu lieu à Bale ces derniers semaines.

      http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200001&sid=7435047


    • LE CHAT LE CHAT 26 janvier 2007 11:03

      @Mortimer

      salut mortimer , tu es la preuve vivante que l’on peut s’entendre entre chiens et chats smiley .Vive les énergie douces et renouvelables ! attention cependant de ne pas forer n’importe comment ,sinon c’est la cata comme en indonésie où ils ont les bains de boue maintenant . Je suis triste que Nicolas Hulot ne se présente pas car je n’ai aucune confiance dans les autres baltringues pour défendre cet idéal smileyun jour , ils seront tous au pied du mur !

      bien à toi


      • thirqual (---.---.158.81) 26 janvier 2007 11:20

        Le « bain de boue » d’Indonésie est aussi lié à un phénomène différent qu’on appelle un volcan de boue. La société a fait un forage exploratoire pour du gaz, pas pour de la géothermie. Les volcans de boue sont des émissions de matériel meuble venant du sous-sol qui remonte à cause des gaz sous pression (en général des hydrocarbures, donc cette société responsable était pas tombé loin...). Pour de la géothermie on cherche :
        - soit des aquifères chaudes (cas le plus courant)
        - soit des roches sèches à fracturer (cas expérimental de Soutz-sous-Forêt)


      • LE CHAT LE CHAT 26 janvier 2007 11:30

        merci pour tes précisions , je suis pas expert dans le forrage smiley , mais je sais qu’il faut faire gaffe dès qu’on touche à la nature , ce n’est pas anodin .


      • Chris (---.---.9.230) 26 janvier 2007 14:07

        Je confirme la profonde inquiétude du côté de Bâle : « http://www.zeit.de/2007/04/Erdbeben » « http://www.zeit.de/2006/51/N-Kleintext ». Après le dernier black out électrique européen, dû à une injection trop importante de puissance dans le réseau électrique (trop de vent) par les éoliennes off-shore allemandes et une instabilité concommitante dans la région de Hambourg, il serait temps de cesser de crier au miracle à chaque fois que l’on parle des énergies alternatives. La panacée n’existe pas.

        Et je trouve cocasse de voir le lobby électro nucléaire devenir le plus grand supporter de la cause Al Gorienne (le réchauffement anthropogénique du climat)...


        • eole (---.---.82.223) 29 janvier 2007 22:56

          >« Après le dernier black out électrique européen, dû à une injection trop importante de puissance dans le réseau électrique (trop de vent) par les éoliennes off-shore allemandes »

          Ah, et moi qui croyait que c’était le petit Hans qui avait fait pêté le réseau en mettant en marche son train Marklin. :) N’importe quoi !

          Selon la RWE, les coupures auraient été provoqué par l’arrêt d’une ligne à très haute tension enjambant la rivière Ems afin de permettre le passage d’un bateau de croisière norvégien. La production du parc éolien allemand était conforme aux prévisions. Il n’y a pas eu « trop de vent »

          Eole.


        • mortelfl (---.---.140.204) 6 février 2007 16:53

          Et concernant les eoliennes, n’adaptent-elles pas le pas de leurs pales de facon a se rapprocher d’une vitesse de rotation ideale ? Et si le vent souffle trop fort, je crois qu’elle se mettent en drapeaux et s’arretent donc de tourner pour preserver la mecanique.

          Donc, d’apres ce que j’avais compris, pas de surprise possible suivant l’energie provenant du parc eolien.

          Le nucleaire fonctionne en fonction des previsions (il faut 1h pour mettre en route une unite de centrale nucleaire) et on adapte donc l’offre et la demande avec l’energie hydraulique qui, elle, reagit a la seconde.


        • oré (---.---.228.98) 26 janvier 2007 14:47

          Concernant les pompes à chaleur, c’est la bombe de nos prochaines années, vu l’explosion de la vente aux particuliers de PAC (air/air en plus !!) + voir les clims sur les voitures pour 1 euros : les fuites dans les reseaux de fluides caloporteurs (et la vente de ces fluides en supermarché pour reremplir les réseaux qui fuient) vont faire exploser les quantités produites de GES... c’est pour ca que l’ademe ne préconise pas l’emploi de climatisation (voir RT 2005)... la solution thermodynamique n’est pas si bonne que ca, sauf sur le papier !! cordialement


          • lol (---.---.52.38) 26 janvier 2007 15:06

            Il existe une centrale géothermique développée par EDF dans les années 70 mais aujourd hui privatisée. Celle ci se trouve a Bouillante dans une zone volcanique. Elle fournit 15% de la consommation du departement dans lequel elle est implantée.

            Apres 30 annees de R&D, EDF a reussit a maitrisé la technologie nécessaire à l exploitation de cette source d’énergie.

            La technologie existe donc en Frnace et est maitrisée donc il ne suffit que de l appliquer a de nouveaux cas de figures.


            • Le furtif (---.---.7.57) 26 janvier 2007 21:07

              http://www.senat.fr/rap/r05-436/r05-43618.html

              A Jonzac une centrale geothermique


              • Le furtif (---.---.7.57) 26 janvier 2007 21:10

                Au fait j’ai oublié ...

                Historiquement Bâle est une zone de forte sismicité. Le forage porte peut-être une casquette un peu grande.

                Le furtif


              • philippe DELCROIX (---.---.145.58) 27 janvier 2007 10:26

                Vous ne parlez pas du « puits provencal »(cf Wikipedia) qui pour une somme modique, ( env. 300€) permet d’alimenter une maison en air à température constante (env 15°) ; ce qui combiné avec des panneaux solaires(cuivre-indium-selenium)- produits en grande série et beaucoup moins chers que les panneaux actuels-permettrait un recours aux énergies renouvelables tout en douceur, évitant ainsi des forages couteux et alèatoires.


                • ZEN zen 27 janvier 2007 11:41

                  @ Philippe, bonjour

                  Voici le lien : http://fr.ekopedia.org/Puits_proven%C3%A7al

                  Pourriez-vous être plus précis sur ces nouveaux panneaux solaires ?


                • (---.---.145.58) 27 janvier 2007 17:31

                  Article Agora d’hier : « les nanotechnologies sauveront-elles la planète » d’Yvan Gonçalves.


                • g.jacquin (---.---.123.125) 27 janvier 2007 12:30

                  @ Philippe

                  300€ pour un échangeur géothermique ??? Êtes vous sur ???

                  300€, ce n’est même pas le prix de l’ouverture de la tranchée (idéal à 3m de profondeur, longueur = 50m avec du tube de 200 ou 40 m avec du tube de 250). Ensuite, il faut surtout ne pas oublier les clapets qui permettent le nettoyage, de même, le by-pass qui permet le free cooling.

                  Un échangeur géothermique est optimum lorsqu’il est associé à une centrale d’air double flux. Dans ce cas on peut obtenir des températures de soufflage proches des températures de consignes du chauffage... Il faut rappeler que près de 20% des déperditions thermiques d’une maison, sont dues aux ouvertures d’air neuf (fenêtres, portes...) obligatoires avec une VMC standard.

                  Donc, les 300€ se transforment vite en 3000€ lorsque l’installation est correctement faite ! C’est à dire, pour durer 20 à 25 ans sans problèmes de bouchage, de saturation d’humidité, de bactéries, ou autres maladies exotiques...sans compter qu’un tube mal posé, donc susceptible de se fissurer, peut entrainer des infiltrations de gaz nocif...

                  Pour tous les détails, voir http://www.ipc-energies.com/puits%20can2.htm

                  G.JACQUIN


                  • caramico (---.---.227.229) 27 janvier 2007 18:10

                    Le puit Languedocien ne revient pas aussi cher que ça, surtout fait à l’ancienne. Pour la geothermie avec un circuit enterré à moins d’un mètre de profondeur, j’ai ce système chez moi depuis plus de 5 ans et j’en suis particulièrement satisfait : économies de fonctionnement, confort d’une chaleur uniforme, possibilité de chauffer une piscine... C’est parfait.


                  • (---.---.145.58) 27 janvier 2007 14:12

                    OK, ma source est un peu vieille et ne parlait que d’un enfouissementà 1m50, 2m, en terrain propice supportant le pvc ; un terrain plus instable,la présence de radon, et des conduites en matériau en conséquence font vite monter la note, prenons les extrêmes et faisons la moyenne,à 1.500€, ça vaut encore le coup,non ? Avec bien sûr une VMC efficiente ( mais alimentée en basse tension) et la suppression totale des autres prises d’air.


                    • (---.---.9.230) 1er février 2007 17:36

                      @ Eole

                      " Selon la RWE, les coupures auraient été provoqué par l’arrêt d’une ligne à très haute tension enjambant la rivière Ems afin de permettre le passage d’un bateau de croisière norvégien. La production du parc éolien allemand était conforme aux prévisions. Il n’y a pas eu « trop de vent » "

                      Un réseau électrique HT est conçu suivant le principe de redondance N-1. Lorsque je perds une ligne de transmission j’ai toujours à disposition au moins une autre ligne pour y reporter la charge. Il est donc impossible de mettre l’Europe en black out simplement pour l’arrêt d’une ligne. C’est bien une très forte instabilité du réseau qui est à l’origine de l’incident (trop de puissance injectée et non régulable car la part de l’éolien commence à devenir significative). L’arrêt de la ligne à Hambourg est l’évènement qui à provoqué l’écroulement général. Durant la nuit c’est bien l’information qui circulait, mais au petit matin le lobby éolien a donné de la voix et les journalistes (non spécialisés) sont rentrés dans la rang en reportant la faute sur un méchant armateur capitaliste.

                      Si le vent avait été conforme au prévisions il suffisait de programmer différement l’appareillage du navire, le temps de laisser au gestionnaire du réseau la possibilité d’évacuer le trop plein de puissance.


                      • Eole (---.---.81.252) 1er février 2007 23:24

                        @(IP:xxx.x40.9.230)

                        Et que se passe t’il quand la redondance N-1 n’est pas respectée ?

                        Un rapport de l’UCTE (Union for the Co-ordination of Transmission of Electricity) vient justement de conclure qu’une des causes de ce black-out était : « On November 4, after switching-off the 380 kV double circuit line Conneforde-Diele, the E.ON Netz grid (including some of its tie-lines) was not in “N-1” secure conditions. »

                        Je vous laisse découvrir le rapport ici : http://www.ucte.org/pdf/Publications/2007/Final-Report-20070130.pdf

                        LA PRODUCTION DES EOLIENNES N’EST PAS LA CAUSE DU BLACK-OUT DU 4 NOVEMBRE. POINT FINAL.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès