Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La libéralisation du transport aérien était-elle si urgente au regard du (...)

La libéralisation du transport aérien était-elle si urgente au regard du réchauffement climatique ?

Le transport aérien entre l’Europe et les Etats-Unis va être totalement libéralisé à compter du 31 mars 2008. On en attend une baisse du prix du billet et une augmentation de 50% du trafic passager, soit 25 millions de passagers en plus en cinq ans !

Cet accord, qui a nécessité quatre années d’efforts de la part des ministres des transports européens et du commissaires européen chargé des transports, envoie donc un signal radicalement opposé à celui qu’il conviendrait de donner pour lutter contre le réchauffement climatique.

Car l’aviation est le mode de transport le plus polluant. Le transport aérien génère 3% des émissions de CO2, sa contribution n’est donc pas cruciale dans le réchauffement climatique. Mais elle peut néanmoins remettre en cause les progrès obtenus par ailleurs et ainsi empêcher l’UE d’atteindre les objectifs définis par le protocole de Kyoto ou dans son programme d’action pour l’environnement. D’autant que les émissions de l’UE dues aux vols internationaux ont augmenté de 73% entre 1990 et 2003 et devraient encore progresser de 150% d’ici à 2012 !

Sans même parler des dogmes économiques qui sous-tendent cette décision, on ne peut qu’être dubitatif devant le choix qui a de facto été fait par l’Union européenne de « booster » le transport aérien - donc les émissions de CO² - plutôt que de chercher à responsabiliser ce secteur sur son impact environnemental.

Manifestement, l’irresponsabilité est totale au niveau communautaire, où l’on a visiblement d’autres priorités et où l’on continue de deviser tranquillement pendant que, comme dirait l’autre, « la maison brûle »...

Selon l’OCDE (Les taxes liées à l’environnement dans les pays de l’OCDE, collection Problèmes et Stratégies, édité par l’OCDE), les taxes liées à l’environnement représentent entre 2 et 2,5% du PIB des pays de l’OCDE, mais 90% de ce produit est généré par les taxes liées au carburant et aux véhicules. L’expérience de plusieurs décennies a prouvé, selon l’OCDE, l’efficacité des taxes environnementales, qui introduisent un « signal prix » mettant en œuvre le principe pollueur-payeur et incitant fortement à la réduction des sources de pollution.

Cette analyse est également confirmée par la « International Task force on Global Public Goods » (www.gpgtaskforce.org), créée en 2003 à l’initiative de la France et de la Suède et co-présidée par l’ancien président du Mexique Ernesto Zedillo, pour qui « la réponse la plus efficace [au changement climatique] est de généraliser le recours à la taxe carbone ».

L’efficacité de ces taxes est toutefois amoindrie par l’existence d’exonérations, parfois totales. L’OCDE préconise donc que les taxes liées à l’environnement soient dotées d’une assiette la plus large possible.

Or le transport aérien, est non seulement exclu de l’accord de Kyoto, mais il bénéficie en plus d’une quasi exonération fiscale généralisée (lire notamment, en Anglais : http://www.student.unimaas.nl/d.meijers/uni/taxflight.pdf).


La réflexion au sein de l’Union a commencé en 1999 et a débouché sur une communication de la Commission en septembre 2005 (six ans...), suivie d’une proposition de directive déposée le 20 décembre 2006.

Dans sa communication, la Commission préconisait d’agir à tous les niveaux et rappelait que « les Etats membres peuvent d’ores et déjà instaurer la taxation du carburant pour les vols intérieurs ».

Compte tenu des réticences internationales au sein de l’OACI et des obstacles juridiques (en voie de rémission), la Commission, qui semble résignée, estimait que la meilleure solution sur les plans économique et environnemental est l’intégration de l’aviation dans le système communautaire d’échange de quotas d’émission, opérationnel depuis le 1er janvier 2005.

La commission est pourtant consciente du danger :

« Si la quantité d’émissions provenant des vols intérieurs diminue, celle du transport aérien international est en hausse, ce qui nuit à l’efficacité de la lutte de l’UE contre le changement climatique. Cette situation s’explique par le fait que les vols intérieurs sont couverts par le protocole de Kyoto, contrairement aux vols internationaux. Les émissions dues aux vols internationaux dans l’UE ont augmenté de 87 % depuis 1990 : en cause, la baisse du prix des billets d’avion associée à l’absence de prise en compte des coûts environnementaux de ce phénomène.

Pour donner un ordre d’idée, une personne effectuant un vol aller-retour Londres-New York produit une quantité d’émissions à peu près équivalente à celle générée par une famille européenne moyenne pour chauffer son logement pendant un an. »

Le temps est rare et précieux, surtout pour un ministre ou un commissaire européen. L’énergie déployée pour parvenir à l’accord de libéralisation visant à faire baisser le prix du transport aérien n’aurait-elle pas été utilisée plus efficacement si elle avait servi à introduire une taxe carbone, et donc à faire augmenter le prix du billet ?

L’accord de libéralisation n’aurait-il pas dû, a minima, être conditionné, par le commissaire européen, à un accord sur la maîtrise des émissions de CO² du transport aérien international ?

Le choix fait par le commissaire européen et les 27 ministres est un choix irresponsable au regard de l’urgence climatique, comme si le réchauffement climatique n’était pas un sujet de première classe, mais tout juste bon à voyager dans la soute...

Devant l’inertie et la résignation au niveau communautaire, où l’énergie disponible est consacrée à libéraliser le secteur aérien, il est possible d’agir, en France, sans plus tarder.

La question de l’exonération des carburéacteurs, qui existe en France depuis 1928, mérite donc d’être examinée dans cette perspective.

Certes, la taxation des vols internationaux est rendue complexe d’une part par l’existence d’accords bilatéraux (200 d’entre eux ayant néanmoins été renégociés pour permettre une taxation), d’autre part et surtout par l’absence de consensus au sein de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), qui comporte 188 pays membres et n’a pris aucune mesure pour limiter les émissions de CO2 de l’aviation commerciale.

En revanche, la taxation des vols intérieurs est juridiquement possible. Plusieurs pays l’appliquent d’ailleurs : l’Irlande, le Japon, la Norvège, les Pays-Bas, l’Inde, le Canada et les Etats-Unis.

La taxation des vols entre deux états membres l’est également sous réserve que les accords bilatéraux le permettent. Une telle piste pourrait ainsi être creusée par exemple par le couple franco-allemand.

La suppression de l’exonération de TIPP au sein de chaque marché intérieur des Etats membres doit donc être considérée comme complémentaire de l’action de la Commission, et à ce titre comme l’expression d’une mise en œuvre efficace du principe de subsidiarité.

En France, l’exonération de TIPP des carburéacteurs coûte 1,4 milliards d’euros au budget de l’Etat. Les vols intérieurs passagers représentent 21% du trafic des aéroports français de la métropole (+ 3 % pour l’outre-mer).

Rien ne justifie donc le maintien d’une exonération coûteuse sur le plan budgétaire et dangereuse sur le plan environnemental.

Une telle proposition figure dans le rapport sur la fiscalité (http://www.desirsdavenir.org/pdf/rapport_dsk.pdf) remis à Ségolène Royal par Dominique Strauss-Kahn, Didier Migaud et François Marc.

Ségolène Royal a repris cette suggestion en formulant l’idée d’une « taxation européenne du kérosène pour les vols intérieurs » dans ses propositions sur l’environnement (http://www.desirsdavenir.org/index.php?c=interventions&id=409).


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • (---.---.156.246) 29 mars 2007 09:18

    +4% d’augmentation du trafic aérien en 2006 ! Les riverains des aéroports sont très heureux !

    D’ailleurs, nous en réclamons encore un peu plus !

    Vive l’éco-logique ! Cela fait parler pour ne rien dire !

    C’est comme le tabac, plus tu fumes, plus t’en veux !

    À chacun sa drogue !


    • (---.---.142.208) 29 mars 2007 11:35

      Pas besoin de taxer ! Le trafic aérien s’arrêtera de sa belle mort ! Vu sa consommation, moins de vingt ans !


    • (---.---.208.241) 29 mars 2007 14:12

      Je propose que l’on supprime tous les avions, toutes les voitures, et que l’on decrete le culte de la terre.

      Comme en corée du nord par exemple.

      Puis on supprimera les hopitaux (les médicaments sont fabriqués par des usines qui polluent), puis les prisons qui forment les criminels.

      Puis, quand ce sera l’anarchie la plus totale, on pourra refléchir tous ensemble sur l’interdiction de faire du feu, attendu que cela brule des forêts.

      Et l’on vivera enfin à nouveau dans les arbres fruitiers, qui nourriront 6 milliards d’habitants.

      Putain, quel pieds que d’être de gauche, tous les problèmes se règlent sans bouger les fesses, avec m’argent du voisin.


    • aixetterra... aixetterra 29 mars 2007 17:58

      @ IP:xxx.x25.208.241

      Monsieur,

       smiley Votre ton manque de finesse, tout autant que votre analyse construite sur une inexistante information écologique.

      En effet, si chacun ne sait pas encore aujourd’hui, que le feu de bois ne pollue pas puisqu’il est tiré d’un végétal apte à capturer lors de sa vie plus de CO² - bon an, mal an - qu’il n’en produira lors de sa combustion, vous devriez, vous qui réagissez sur un des sujets les plus important qu’ait à traiter l’homme moderne, vous documenter un minimum quant aux différences entre le fait de brûler un litre de matière première fossile et une bûche.

      Mais peut-être ne connaissez-vous pas l’origine du pétrole ? Vous devriez alors le demander à un enfant de CM2, il pourra vous l’expliquer.

      Le documentaire de Al Gore « Une Vérité qui dérange » pourrait compléter significativement votre information.

      Supposant que vous lisez, je vous suggère aussi l’excellent « Le plein SVP » de J.M. Jancovici qui finira de vous convaincre sur les dangers qui nous guettent - ceux de gauche, du centre et de droite - à très court terme.

      Emportez-le lors de votre prochain vol long courrier car ils n’en prêtent pas à bord.

      Bonne lecture et bonne chance à vos petits enfants.

      Aixetterra...


    • (---.---.235.206) 29 mars 2007 18:31

      Il y a de l’avenir pour l’aviation au gazogène (charbon de bois) comme pour l’automobile pendant la guerre. « Pour voler, faut des ailes, pour carburer, faut d’l’essence » (Satanas et les fous volants). Et bien non, pour carburer, faut du charbon de bois, c’est l’avenir !


    • (---.---.218.48) 29 mars 2007 23:05

      Bruler des forêt tue plein de petits animaux qui sont très mignons. Et ca tue des insectes en plus. Ca détruit la biodiversité.

      Proposer de remplacer le pétrole par le charbon, c’est être irresponsable, car cela revient à léguer une terre sans arbre à nos enfants !

      Et l’amazonie cher monsieur vous l’avez oublié !

      Ne prenez pas des grands airs, votre partit écolo plus occupé à défendre le gays que les arbres, représente 0.5% d’intention de vote.

      Et vos arguments sont tenus soir et matins à la télé. Bref, vous n’avez convaincu personne. Ce n’est pas un film américain dont les arguments ont tous été cassés qui y changera quelque chose.

      Hier le froid et les bébé phoques, l’amzonie, aujourd’hui le rechauffement, et demain un astéroid géant...

      Bref tout pour continuer à exister.

      Avantage, on rigole bien avec vous autres.

      Allez, je retourne à mes puits de pétrole (je fait travailler des enfants et j’ai un fouet).


    • arturh (---.---.119.98) 29 mars 2007 09:20

      La libéralisation du transport aérien est surtout importante pour les militants antilibéraux.

      En effet, en permettant de faire baisser le prix des billets, elle permet à des dirigeants de petits partis antilibéraux comme José Bové, de voyager partout dans le monde pour prêcher leur théories antilibérales.

      Sans la libéralisation des transports aériens, les grands rassemblement antilibéraux et antimondialisation comme ceux du premier Forum Social Mondial de Porto Alegre n’aurait pas pu avoir lieu.


      • JL (---.---.73.200) 29 mars 2007 10:24

        Sans le libéralisme, il n’y aurait pas d’anti-libéralisme. smiley


      • aixetterra... aixetterra 29 mars 2007 18:22

        @ Arturh,

        Intérressant, mais les curés n’ont jamais fait Dieu - heureusement peuchère - et les actes des anti-ceci ou anti-cela, notre planète s’en contrefout.

        Je n’évoque personne en particulier mais derrière certains organismes dont vous citez les agissements se cachent des finalités non dénuées par l’appât du gain ou celui du pouvoir.

        Il n’en reste, que pendant que nous dissertons sur quelques déviances inévitables, le mal se propage.

        Enfin, j’ai été heureusement surpris de constater que Yann Arthus-Bertrand, en s’auto-taxant, a initié des opérations de reboisement visant à équilibrer le CO² rejeté lors des vols effectués durant ses prises de vues.

        Un exemple que ne semblent pas près de suivre les compagnies aériennes.

        L’atterissage sera rude pour nous tous. Mais il est vrai que ce n’est que pour demain, on a bien le temps d’y penser...

        Alors, allons danser smiley !

        Aixetterra...


      • aixetterra... aixetterra 29 mars 2007 18:35

        @ L’auteur,

        Merci d’élever les débats - sans production de CO² - par un article clairvoyant et pondéré,

        Merci de l’avoir fait alors que le sujet est moins (gros) porteur que les déboires d’Airbus, par exemple,

        Merci de démontrer qu’il n’y a plus de pilote dans un avion décidément devenu fou,

        Merci de supporter la présence de passagers clandestins,

        Merci de supporter les turbulences de certains commentateurs trop secoués,

        Merci de nous rappeler qu’il est urgent de faire décoller les consciences.

        Merci, smiley, Aixet...


      • tvargentine.com lerma 29 mars 2007 09:22

        Encore un raccourci simpliste avec des idées qui reposent sur pas grand chose.

        Ce type de discours dévait existait aussi au 19e siecle au moment de la construction des lignes de chemins de fer

        En plus,on nous parle encore des taxes,taxes,taxes ????????

        Vous êtes fonctionnaire ??


        • arturh (---.---.119.98) 29 mars 2007 09:36

          On sème des impôts, on récolte des fonctionnaires.


        • levoisin (---.---.84.10) 29 mars 2007 11:58

          C’est le contraire en France. On sème des fonctionnaires et on récolte des impôts.


        • (---.---.235.206) 29 mars 2007 18:36

          Et si on taxait les fonctionnaires ?


        • JL (---.---.73.200) 29 mars 2007 10:42

          D’accord avec l’auteur. J’aurais pu me contenter d’un vote positif, mais je voudrais réagir à cette phrase :

          «  »Le temps est rare et précieux, surtout pour un ministre ou un commissaire européen«  ».

          Mais le notre aussi, nous tous dont l’activité dépend peu ou prou de ces décisions.

          Je veux dire que cette sacro sainte croissance n’est en réalité que la croissance des inégalités.


          • JL (---.---.73.200) 29 mars 2007 18:37

            Au sujet de la croissance, je vous invite à lire ce qu’en disait Jean Baudrillard il y a plus de 30 à l’article « Gauche, droite, et libéralisme » (un titre peu sexy j’en conviens).

            http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=21531


          • aquad69 (---.---.100.34) 29 mars 2007 10:49

            Bonjour Denis,

            libéralisation du traffic aérien sur l’Atlantique ?

            C’est une histoire exclusivement économique.

            Rappelez-vous comment s’est passée la libéralisation du traffic aérien aux USA : un maximum de disparitions de compagnies, des sociétés plus grandes, donc moins de concurrence réelle mais plus de frais publicitaires, et pour finir un « réajustement » des prix par le haut.

            Car le regroupement d’activités en très grandes sociétés est toujours synonyme d’alignement des prix, et donc d’entente de fait, même si c’est théoriquement illégal.

            A titre privé, allez faire vous-même un comparatif de prix entre les enseignes les plus connues de distributions par grandes surfaces, et vous verrez qu’ils sont quasiment les mêmes ; allez ensuite les comparer avec ceux des petits commerces, notamment en quincaillerie, ou avec ceux des marchés en ce qui concerne les produits frais : contrairement aux légendes publicitaires, ils sont nettement plus élevés...

            Encore une fois, ce genre de projet n’est pas lié à la volonté de développer le service lui-même pour l’avantage d’une clientèle, mais à la gestion du marché pour augmenter les profits, à l’exclusion de toute autre préoccupation.

            Il y a assurément du soucis à se faire pour l’écologie, et surtout pour les employés des sociétés concernées.

            Mais quelle place occupent à votre avis ces considérations dans le cahier des charges d’un PDG ? Et quelle est la fonction réelle des politiques qui dépendent du monde de ces PDG, sinon de « faire passer la pilule », de se débrouiller pour faire accepter la chose par les peuples avec le moins d’opposition, le moins de bruit possible. Et au demeurant, tous ces gens sont eux-mêmes tellement ligotés à leur poste que, même s’ils le voulaient, ils ne pourraient pas faire autrement.

            La fonction gouvernementale toute entière des prétendus décideurs n’est plus autre chose aujourd’hui...

            Et toutes ces dérives ne sont plus maîtrisées par personne.

            Cordialement Thierry


            • Thierry Lerévérend (---.---.237.18) 29 mars 2007 10:55

              Moi je trouve cet article très pertinent, documenté, chiffré. Ceux qui réagissent bêtement par des formules prémachées sur les fonctionnaires ou l’altermondialisme n’ont rien apporté d’intelligent qui démente l’article ou alimente la réflexion.

              Le grand problème de l’économie moderne réside dans le fait qu’elle produit des externalités, des effets secondaires dont le bénéfice est privé, mais les coûts sont à la charge de la société. Le changement climatique est exemple d’externalité, et on sait déjà d’ores et déjà que sont coût sera monstrueux. Le rapport de l’Economiste Anglais Nicholas Stern (salué par Tony Blair qui n’est pas connu pour son extrèmisme de gauche) indique que le coût du réchauffement global pourrait faire plonger les économies de 20%. Toujours dans les rangs des économistes, les grandes compagnies d’assurances et d’investissement et 259 banques on produit avec le PNUE un rapport en octobre 2002 qui alerte sur le fait que les catastrophes naturelles provoquées par le changement climatique pourrait ruiner les marchés financiers. tout simplement. Le manque à gagner du aux indemnisations suite à des catastrophes climatiques a représenté 1000 milliards de dollars de 1992 à 2002. On attend des pertes plus noires encore, sur la prochaine décennie, avec des pertes autour de 1500 milliards de dollars.

              Aborder la responsabilité du transport dans le changement climatique est sain et nécessaire d’un point de vue environnemental, social mais aussi économique.

              Thierry Lerévérend, Directeur, Fondation pour l’Education à l’Environnement


              • Higgins (---.---.106.211) 29 mars 2007 11:14

                Pour info, un certain C. Collomb annonce qu’il va bientôt partir pour les Indes occidentales avec trois navires (à voile donc non-polluant). Il reste des places (un peu spartiate, il est vrai et le voyage sera long).

                J’aime bien le principe des taxes. Il permet aux politiques de se défausser facilement de leurs responsabilités et au bon citoyen (on ne dit pas encore camarade) d’avoir la conscience tranquille. Et puis, quel plaisir d’aliéner la liberté de se déplacer du plus grand nombre. Vivement la mise en place de passeport intérieur pour que le puissance publique contrôle, avec sa sagacité coutumière, le bien-fondé de ces déplacements. Tout dépassement sera, évidemment, sévèrement taxé.

                L’industrie aéronautique est probablement l’industrie qui a effectué le plus de progrès en matière de lutte anti-pollution depuis cinquante ans. Il y a encore des progrès à effectuer mais ce n’est pas en lui rognant les ailes par une taxe imbécile que l’on va l’inciter à progresser. Quant aux nostalgiques des Caravelles, qu’ils se rassurent, je n’ai pas la moindre envie de taxer leurs choix et leur souhaite un bon (mais fatiguant) voyage.


                • Demesure (---.---.123.99) 29 mars 2007 11:21

                  L’auteur a écrit :

                  Mais elle peut néanmoins remettre en cause les progrès obtenus par ailleurs et ainsi empêcher l’UE d’atteindre les objectifs définis par le protocole de Kyoto ou dans son programme d’action pour l’environnement

                  ce qui fait croire que l’UE « pourrait » les objectifs de Kyoto. Or c’est clairement faux. L’UE n’a AUCUN moyen d’atteindre les objectifs de Kyoto pour 2012, date de fin du protocole, c’est la raison pour laquelle elle a repoussé en grande pompe les échéances à 2020 en fixant des objectifs encore plus surréalistes.

                  Désolé, mais c’est la réalité la plus stricte, celle qu’on ne vous annonce pas.

                  Par ailleurs, la consommation moyenne de kérozène par passager en avion(en tenant compte du taux de remplissage) est aux alentours de 4l/100 km, un peu moins pour les trajets plus longs (les phases de décollage consomment beaucoup). L’avion consomme certes plus que le train (ça ne rend certes pas le même service) mais comparé à la voiture, ce n’est certainement pas le mode de transport « le plus polluant » comme l’affirme l’auteur.


                  • Demesure (---.---.123.99) 29 mars 2007 11:28

                    « Quant aux nostalgiques des Caravelles, qu’ils se rassurent, je n’ai pas la moindre envie de taxer leurs choix et leur souhaite un bon (mais fatiguant) voyage. »

                    #Higgins, Ne vous en faites pas, la taxe sur le transport maritime, le législateur est en train d’y réfléchir à votre place car il veut réduire la consommation de crevette décortiquée en Thailande, des litchies de Madagascar, des ananas du Ghana et au profit des productions locales sous serre chauffées smiley La combat contre la mondialisation doit bien commencer par viser l’instrument, à savoir le transport maritime.

                    Le projet d’étiquetage de l’empreinte carbone des produits de consommation courante va dans ce sens.


                  • rb1 (---.---.44.164) 4 avril 2007 23:08

                    en effet la consomation par passagé est de 4l/100km pour un avion

                    mais dans une voiture on peut être plusieurs (ce qui est générallement le cas pour les grand trajet, notament de départ en vacance, pour le trajet maison-boulot la comparaison est inutile)

                    de toute façon le fait de faire bouger 1t de féraille pour transporter 100kg de barbaque est égallement une ineptie


                  • Jip 29 mars 2007 14:00

                    article intéressant.

                    Il est dommage que l’auteur le termine par de la publicité pour un parti politique. L’environnement ne doit pas être un sujet de propagande.

                    La libéralisation du secteur aérien est probablement une bonne chose. Les voyages en avions seront accessibles à plus de monde.

                    Les problèmes de pollutions engendrés peuvent être réglés par différents moyens. L’auteur souhaite une taxe supplémentaire(encore une...). La solution la plus efficace préconisée par les économistes est l’introduction d’un marché de droits à polluer. Cela qui revient au principe pollueur-payeur, mais autorise plus de souplesse qu’une taxe qui pénalie directement l’acivité.

                    Dommage que l’auteur ne l’évoque pas. Peut-être que le principe de la taxe est le seul compatible avec le parti politique qu’il soutient.


                    • Demesure (---.---.123.194) 29 mars 2007 14:32

                      Le marché des droits à polluer, ça existe déjà, c’est le mécanisme d’échange de carbone mis en place par l’Europe. Et ça ne marche PAS ! Le prix de la tonne de carbone côtée à Powernext est passé de 30€/t il y a encore un an à... 1 €/t aujourd’hui. Avec un prix aussi bas, personne n’est incité à réduire ses émissions.

                      Par conséquent, vous préconisez une usine à gaz (car pour faire marcher le bidule, il faut des vendeurs, des acheteurs, des intermédiaires, des législateurs et des controleurs, bref une dépense folle de moyens NON productifs) qui ne marche pas alors que pour tous les économistes, une taxe est la manière la plus efficiente pour réduire les émissions (on l’a en Europe avec une des taxes sur le carburant le plus élevée au monde et une des consommations de pétrole ramenée au PIB les plus faibles).

                      Mais au fait, réduire les émissions, je suis pour (ne serait ce que pour une question d’indépendance énergétique), mais quelqu’un peut-il me dire quel serait le résultat de ces restrictions sur la baisse température globale car après tout, c’est quand même ça le but principal non ?. Quand je dois payer pour quelque chose, j’aime bien qu’on me dise à quoi ça sert.


                    • Jip 29 mars 2007 17:44

                      Vous avez parfaitement raison. Pour qu’un marché de droits à polluer soit efficace, il faut qu’un certain nombre de conditions soient remplies, notamment celles qui font qu’un marché est effectivement concurrentiel.

                      Je voulais juste rappeller que la taxation n’est pas la réponse à tous les problèmes. Il existe différentes solutions, il ne faut pas privilégier à priori l’une plutôt que l’autre.


                    • aixetterra... aixetterra 29 mars 2007 18:45

                      @ Demeusure (et combien de poids ?)

                      Bingo !

                      Sans compter les dérogations pour raisons aussi diverses que (a)variées.

                      Enfin, on s’arrange toujours. Les consultants de tous poils font leurs lits (de dollars) sur les « biais » permettant de contourner les obligations, lois et directives.

                      C’est pas le loto, là on touche à tous les coups et à tous les étages.

                      Le jour où l’air se vendra 10 euros le litre on en reparlera, un masque sur le pif.

                      Aixet...


                    • Surcouf (---.---.143.32) 29 mars 2007 14:21

                      A ceux qui grincent des dents lorsque l’on parle d’éco-taxes.

                      Tous les économistes du XXIème siècle qui travaillent avec une vision claire des problématiques liée à l’environnement s’accrodent pour dire qu’il faut taxer les matières premières tout en détaxant le travail !!! C’est donc bien un basculement qu’il faut opérer et pas un simple ajout de taxe.

                      En économie, l’on vous apprendra qu’il est judicieux de taxer ce qui est rare. Lors de la révolution industrielle, le Travail était rare. En d’autres mots, la main d’oeuvre était peu abondante et les ressources naturelles semblaient inépuisables. On construisait des machines qui construisaient des machines pour palier au manque de « ressources » humaines (facteur de productivité « travail »).

                      Aujourd’ui, c’est tout le contraire qui se produit. Le facteur Travail est hyper abondant. En 15 ans, avec la mondialisation, il y a plus de 2 milliards de travailleur sur le marché alors que les ressources naturelles, elles, souffrent d’une utilisation irrationnelle menant l’Homme a sa propre destruction.

                      Il faut donc opérer un basculement progressif des taxes liées au Travail vers des taxes liées à l’environnement !! Doucement mais surement !! patience, patience, ... ne grognez donc pas lorsque l’on vous parle d’éco-taxes


                      • Demesure (---.---.123.194) 29 mars 2007 14:39

                        « Il faut donc opérer un basculement progressif des taxes liées au Travail vers des taxes liées à l’environnement !! »

                        Le problème, c’est que la taxation fonctionne comme un cliquet. Dans la pratique, il n’y a rarement « basculement » mais plutôt surajout de taxes : on a ajouté cette année l’écotaxe pour les produits électronique cette année et je n’ai pas vu la TVA se retrancher.


                      • Surcouf (---.---.143.32) 29 mars 2007 15:14

                        Un problème n’est jamais insurmontable. Je conçois bien que cela soit difficile d’opérer « ce basculement ». Cela ne sert à rien de dire que c’est infaisable alors qu’on a pas vraiment essayé. Chechons tous ensemble !!

                        Que proposez vous comme autre solution face à la situation actuelle et aux défis de demain ?


                      • Demesure (---.---.123.194) 29 mars 2007 15:56

                        Je n’ai pas la prétention de proposer quoi que ce soit. Je constate tout simplement la supercherie qui consiste à faire croire qu’une éco-taxe de plus ne serait qu’un transfert alors que c’est en réalité une taxe supplémentaire pour combler le trou sans fond que creuse l’Etat toujours plus dépensier.

                        Une taxe touchera par définition en premier les plus pauvres et contribue à l’inégalité, contrairement à l’impôt progressif.


                      • aixetterra... aixetterra 29 mars 2007 18:50

                        @ Surcouf,

                        Concis, édifiant, clairvoyant.

                        Excellent commentaire pour un corsaire qui ne voit pas les choses par le petit bout de la lorgnette.

                        Merci, Aixet...


                      • (---.---.235.206) 29 mars 2007 18:51

                        Finalement nous absorbons tous de l’oxygène et rejetons du CO2. Il faut donc nous taxer sur l’air qu’on respire. Et sachant que celui qui travaille respire plus que celui qui somnole, les travailleurs doivent être plus taxés que les partisans du moindre effort (dont je fais parti). Aujourd’hui peut-être, ou alors demain...


                      • Reinette (---.---.151.253) 29 mars 2007 17:00

                        IL FAUT PRIVATISER LA FRANCE.

                        Regardons les choses en face. À quoi bon posséder des trésors comme les châteaux de la Loire, la tour Eiffel, la pointe du Raz, la dune du Pilat, les kilomètres de littoral marin, le mont Blanc, le marais poitevin, les ossements de nos héros au Panthéon, les universités, les hôpitaux et les garder dans le domaine public, alors qu’introduits en Bourse, ils séduiraient illico presto les fonds de pension américains et les veuves japonaises ?

                        (Songez à tout le fric qu’on pourrait en retirer, de quoi boucher d’un seul coup le déficit de la France et le trou de la Sécu !)

                        Des centrales nucléaires privatisées, ça a de la gueule : n’ayons pas peur des exigences d’une maintenance à peu de frais. Les rems et autres curies (unités de mesure de la radioactivité), séduites par la philosophie libérale du profit, sauront se plier aux nécessités des révisions espacées.

                        Les plombiers polonais, moins chers, remplaceront les ingénieurs syndicalistes d’EDF toujours à faire chier les patrons avec leurs lubies du service public. Et ne dites pas que les clefs à molette polonaises sont moins efficaces que nos ordinateurs pour colmater les brèches des réacteurs mal entretenus. Ce serait du racisme !

                        (En deux mots, le nucléaire français aura le sort du ferroviaire anglais (rappelons que la marche à pied est plus rapide - et surtout plus sûre - que les chemins de fer britons privatisés par la Dame de Fer, maman idéologique de Blair). La seule différence, ce sera le nombre des victimes.)

                        Pourquoi garder par devers nous les millions d’hectares de forêts, les prairies, les immeubles nationaux, les routes et chemins vicinaux ?

                        Tout doit être privatisé. Nous n’aurons plus à les entretenir et les budgets des ministères seront réduits à pas grand-chose. Le voeu de Sarkozy sera exaucé : l’administration sera modernisée puisqu’il n’y aura plus besoin de fonctionnaires. Les nouveaux proprios de la France devront embaucher. Les Français auront tous du boulot pour nettoyer la France privatisée.

                        Restera un point délicat : pourquoi ne pas privatiser aussi les hommes, les femmes et les bébés de ce pays ?

                        Soixante millions d’individus qui croient appartenir à une nation, c’est d’un ridicule passéiste à l’heure de la mondialisation heureuse ! Nous devons tous être également vendus aux actionnaires américano-russo-japonais. Il faut d’urgence rétablir les bonnes traditions de la place de Grève à Paris où la main-d’oeuvre trouvait corvée à son gré. Manipulés par les défenseurs des droits de l’homme, les anciens députés ont voté l’abolition de l’esclavage. C’était, on le voit bien aujourd’hui, une erreur colossale.

                        Cadres sup’, employés, commerçants, artisans, intellos parisiens, culs-terreux, chômeurs, nous sommes tous des esclaves qui s’ignorent et aimeraient - sans le savoir - accéder à la dignité d’esclaves. Songez aux avantages : il nous suffira de tendre la main en fin de mois en disant : « Merci ! » pour toucher le salaire que nous devra notre propriétaire, émir du Moyen-Orient, retraité à Miami ou mafioso moscovite.

                        Merde, je m’aperçois que les salariés esclaves sont déjà nombreux en France !

                        Pas grave, je vais racheter la Belgique !


                        • aixetterra... aixetterra 29 mars 2007 18:58

                          @ Reinette,

                          Un peu d’humour - quoique - ne saurait nuire.

                          Je m’aperçois en fin de lecture qu’il n’y a aucun rapport à l’article mais c’était tellement bon que, tiens, j’y retourne !

                          PS : Si elle n’est pas trop chère j’achèterais bien la tour Eiffel, on la mettra en haut de la Canebière.

                           smiley Aixet...


                        • gemeaux (---.---.171.117) 29 mars 2007 18:22

                          Moines de Tibéhirine : un témoin bien encombrant Par GARÇON José QUOTIDIEN Libération : samedi 17 mars 2007

                          L’histoire pourrait n’être qu’une cavale de huit ans entre Alger, Damas, Bangkok, Amman, Amsterdam et Paris, où elle risque de s’achever le 20 mars, date à laquelle il sera fixé sur son sort en France. La personnalité du fugitif, Abdelkader Tigha, lui confère pourtant une autre dimension : celle de trois raisons d’État qui, en France, au Vatican et en Algérie, se conjuguent pour occulter toutes les interrogations suscitées par l’assassinat des sept moines français de Tibéhirine en 1996. Leur exécution fut à la mesure des violences qui ont ensanglanté l’Algérie pendant la décennie 90 : seules leurs têtes furent retrouvées et on ignore tout des circonstances de leur mort, que l’Algérie attribue aux GIA (Groupes islamistes armés).

                          Fin 1999, trois ans après leur exécution, l’irruption d’Abdelkader Tigha dans cette affaire a cependant permis aux services secrets français d’en savoir plus. Venant de déserter l’Algérie, ce cadre du DRS (Département du renseignement et de la sécurité, l’ex-Sécurité militaire algérienne) commence sa cavale. Il passe en Tunisie, puis en Libye avant de débarquer à Damas, où il contacte l’ambassade de France et se dit « prêt à aider contre le terrorisme en échange d’un asile politique en Europe ». Il est envoyé à Bangkok, car il est « risqué pour les agents français de l’interroger en Syrie ». C’est là que, en janvier 2000, trois agents de la DGSE le débriefent. Les réseaux du DRS et des GIA en Europe les intéressent. Les moines de Tibéhirine aussi. Un dossier sur lequel Tigha a beaucoup à dire : de 1993 à 1997, années les plus dures de la « sale guerre » contre les islamistes, il était chef de brigade au Centre territorial de recherche et d’investigation (CTRI) de Blida, haut lieu des opérations d’infiltration des maquis islamistes par l’armée. C’est là que, au matin du 27 mars 1996, il voit arriver à son grand étonnement les moines qui viennent d’être enlevés. Selon Tigha, les otages seront remis à Djamel Zitouni, le chef des GIA de l’époque, dont il est de notoriété qu’il était déjà « retourné » par les services algériens.

                          Silence. A Bangkok, la DGSE veut des détails sur les moines ; Tigha, des garanties sur son asile. Impossible en France, car « cela créerait des problèmes avec Alger », lâchent les agents français. Tigha se fâche. Fin de l’épisode DGSE. Trois mois plus tard, son visa expire et il est arrêté et emprisonné au centre de détention de l’immigration de Bangkok pendant deux ans. Sans feu vert du Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR), les détenus ne peuvent partir, une fois leur peine accomplie, que pour une seule destination : leur pays d’origine. Ce que Tigha refuse évidemment. Entre-temps, il a rendu public ce qu’il sait sur les moines et son histoire avec la DGSE (Libération du 23 décembre 2002).En dépit de ces révélations qui recoupent des interrogations présentes au sommet de l’État quant au rôle des services algériens , le silence officiel français est assourdissant. Mais, en 2004, la famille de Christophe Lebreton, l’un des moines, porte plainte contre X auprès du tribunal de Paris « car trop de questions sont restées sans réponse ».

                          Auditions. Tigha échoue, lui, à Amman. Mais les Jordaniens l’avertissent qu’ils ne « pourront pas faire longtemps la sourde oreille aux demandes d’extradition de l’Algérie ». L’ex-agent se retrouve alors en Hollande, où l’asile lui est refusé, le CICR craignant qu’il se soit rendu coupable de violation des droits de l’homme au CTRI de Blida. Mis en demeure de quitter les Pays-Bas début février, il débarque à Lille, puis à Paris. Assisté de Me Dominique Noguère, vice-présidente de la Ligue des droits de l’homme, Tigha tente d’obtenir le document lui permettant de demander l’asile politique. En vain. Convoqué ce 20 mars à la préfecture de police, il sera fixé.

                          En charge de l’instruction sur l’assassinat des sept moines, le juge Bruguière a procédé à quelques auditions, parmi lesquelles celles de Philippe Rondot et du patron de la DGSE de l’époque. Mais il n’a entendu aucun des ex-militaires algériens qui témoignent de l’infiltration des GIA par les services algériens. Alors que Tigha était aux Pays-Bas, le juge affirmait ne pas obtenir de commission rogatoire internationale pour l’y interroger. Mais aujourd’hui il est à Paris. « Il n’y a donc en principe plus de problème pour l’entendre », estime Patrick Baudouin, président d’honneur de la Fédération internationale des droits de l’homme. Sauf à penser que la justice française, à l’instar de Paris, ne veut rien savoir sur l’assassinat des moines. Et préfère tabler sur l’expulsion d’un homme qui affirme avoir vu ces derniers dans une caserne de Blida après leur rapt.

                          Source : http://www.liberation.fr/actualite/monde/241593.FR.php


                          • Gilles (---.---.230.23) 29 mars 2007 19:31

                            Un simple problème avec l’avion : on ne peut pas le remplacer par d’autres moyens...

                            La voiture >>> Pollue de moins en moins, l’utilisation des transports en commun n’est pas non plus impensable de nos jours (?)...

                            L’avion (sur les lignes interoceaniques) >>> Le bateau ? Non ce n’est pas aussi efficace... euh... Non, je ne vois pas...

                            A la limite on peut *rever* à un reseau feroviaire à très grand vitesse continental qui permettrait de favoriser le train sur l’avion sur terre que sur mer....


                            • aixetterra... aixetterra 30 mars 2007 16:39

                              @ Gilles,

                              Oui, il existe de nombreuses alternatives.

                              Non, on ne pourra rien sans changements profonds dans nos modes de fonctionnement (à par se regarder crever).

                              La première alternative est le fondement même de la lutte contre toutes les pollutions, elle tient en une courte phrase :

                              « Le seul produit qui ne pollue pas est celui qui n’est pas fabriqué » !

                              Une Lapalissade pour beaucoup ? Et pourtant ; est-il vraiment utile d’offrir un jouet en plastique pour qu’un enfant mange son hamburger (Objet emballé de surcroit et qui a voyagé des milliers de Km) ? Objet qui sera jeté 4 ou 5 jours plus tard et attendra 4 ou 5 siècles sous nos pieds.

                              Ce principe de base, une fois intégré et digéré, peut à lui seul régler une large part du problème global.

                              Ensuite ?

                              Diminuer l’importance du facteur « vitesse » dans tout ce qui ne le mérite pas ABSOLUMENT.

                              Ainsi doit-on préférer le fluvial ou le ferré pour le transport des marchandises. Pourquoi pas un concept moderne de dirigeable, à l’étude d’ailleurs).

                              Pour passer de belles vavances sans se ruiner, il existe beaucoup de solutions très originales et de proximité. Vous avez judicieusement cité le train, mais il existe des bateaux à voiles qui vont vite, y compris des paquebots de croisières.

                              Pour les voitures, l’hydrogène et l’électricité sont des exemples mais il y a d’autres pistes.

                              Ainsi, nous aurons du même coup l’occasion de révolutionner l’usage que nous faisons du temps tout en respirant mieux. Bien des problèmes de santé morale et physique seront ainsi évités.

                              Aixetterra...


                            • (---.---.107.172) 30 mars 2007 19:17

                              @ aixterra...

                              Pour le coup du jouet en plastique je suis d’accord, et je suis aussi d’accord pour penser qu’il y a d’autres exemples de ce genre si nombreux.

                              En revanche, en ce qui concerne le transport de passager, tant que le Bateau à Grande Vitesse n’existera pas... (40 km/h pour un bateau rapide aujord’hui contre 900 km/h vitesse-sol pour un avion moderne)


                            • rb1 (---.---.44.164) 4 avril 2007 23:28

                              une question : pourquoi remplacer un trajet en avion intercontinantal ?

                              pourquoi juste ne pas le faire ?

                              pour le moment on parle d’augmentation phénoménal du trafic, hier je n’ai pas fait de tour du monde en avion (pour allez sur une plage identique à celle beaucoup moins loin vu qu’elle est gérée par le même club) pourquoi il faudrait absolument que je le fasse aujourd’hui ?

                              donc pourquoi remplacer quelque chose que je n’ai pas fait ? et en plus le critiquer


                            • Pierrot (---.---.23.48) 1er avril 2007 20:18

                              Bonjour, Il est possible d’économiser environ 50 % du kérosène donc des émissions de CO2 résultantes, en modifiant les procédures de décollage et d’attérissage des avions.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès