Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La lutte contre le nucléaire est-elle prioritaire ?

La lutte contre le nucléaire est-elle prioritaire ?

Certains mettent en doute le caractère prioritaire de la lutte anti-nucléaire parmi d'autres engagements permettant de réduire les dégradations considérables occasionnées par l'humain à son environnement.

Or si la pression démographique joue un rôle dans la folle stratégie moderne développée, en apparence pour répondre aux “besoins” énergétiques de l'humanité, mais plus réellement, pour satisfaire aux appétits de domination et de contrôles de quelques uns, il semble nécessaire d'apporter quelques informations pour éclaircir le point de vue des personnes sur les axes prioritaires sur lesquels il convient de se positionner.

Dans un premier temps, revenons sur les apparences qui font de Tchernobyl, une sorte de sanctuaire de la diversité, un vaste laboratoire à ciel ouvert, où les scientifiques étudient sur le long terme, en situation réelle, les effets de la radioactivité de faible dose sur les organismes vivants.

Or, quel est, en définitive, le bilan écologique de l’accident de Tchernobyl ? :

Un article de BBC News du 14/08/07 apporte, à ce sujet, un éclairage différent.

Il évoque les résultats d’une étude parue dans Biology Letters sous la signature de Anders Moller de l’université Pierre and Marie Curie, France, et de Timothy Mousseau de l’université de Caroline du Sud, USA.

Dans le cadre de leurs travaux, qui ont porté sur 1570 oiseaux de 57 espèces différentes dans un rayon de 50 kilomètres autour du lieu de l’accident, les deux chercheurs ont constaté que la richesse des espèces, l’abondance des individus et la densité des reproducteurs décroissaient avec l’augmentation des niveaux d’irradiation.

Il est vrai que la région de Tchernobyl donne l’impression d’un éco-système plein de vitalité, car il est protégé des activités humaines reconnaît le Professeur Mousseau. Cependant, quand on réalise des études écologiques rigoureuses, ce qu’on constate, c’est la signature très claire des effets négatifs de la contamination sur la diversité et la quantité des organismes.

Alors, bien sûr, certaines espèces animales comme les souris semblent développer des résistances aux Splendeurs radioactives MAIS rappelons que pour leur plus grand bonheur, l'accident de Tchernobyl a été circoncis et confiné dans un sarcophage grâce au sacrifice de800,000 russes (dont 10 ans après la catastrophe - selon l’association Union de Tchernobyl - plus de 20.000 hommes de 30 à 40 ans ayant participé au chantier après l’accident) ce qui portent le bilan caché et provisoire de l’explosion de ce réacteur nucléaire RBMK, à plus d’un million de morts.

Aux personnes qui voudraient s’enquérir des références sur les malformations d'insectes, de rongeurs et d'oiseaux survivants sur les territoires durablement contaminés de Tchernobyl, nous les renvoyons à : Tchernobyl (Conséquences sur l’environnement, la santé, et les droits de la personne) Vienne, Autriche 12-15 avril 1996 ECODIF Tribunal Permanent des Peuples, Commission Médicale Internationale de Tchernobyl. ISBN 3-00-001533-7

Dans un deuxième temps rappelons une autre spécificité de la catastrophe de Tchernobyl – le fait qu'elle ait pu être partiellement et temporairement circonscrite.

Actuellement à Fukushima nous pouvons constater sur les liquidateurs intérimaires et les populations riveraines les signes d’une contamination létale et durable par les radionucléides.

Fukushima est un nouveau laboratoire à ciel ouvert à l’échelle de l’archipel du Japon pour tous les « scientifiques » du lobby nucléaire planétaire coordonnés par l’organisation criminelle internationale « AIEA ».

On ignore ce que sont devenus les centaines de kilogrammes de plutonium - poison inconnu du vivant avant les années 40 du siècle dernier - présents dans les réacteurs de Fukushima, et quelles quantités ont été disséminées dans notre biosphère.

Quand on sait qu’un microgramme de plutonium est une dose assurémment mortelle pour un homme de 70 kilogrammes en pleine santé, il y a là de quoi avec un seul réacteur nucléaire de ce type (les mêmes qu’en France) éliminer allègrement plusieurs fois toute l'humanité ou son équivalent en biomasse.

Bienvenue à la loterie mortelle des années à venir, temps nécessaires aux particules pour être lessivées par les pluies et empoisonner durablement la chaîne alimentaire planétaire.

En conclusion :

Si le problème de la surpopulation de l’espèce humaine dégrade la planète terre à moyen terme, il reste donc un problème essentiellement spéciste qui peut permettre après la disparition de l’espèce humaine une survie de la biosphère.

Le nucléaire représente la possibilité de détruire toute vie sur la terre de manière définitive par une involution létale, qui peut être induite pour toutes les espèces vivantes.

Nous laissons à votre réflexion le soin d'imaginer un seul instant les conséquences de la disparition brutale ou trop radicale de l’espèce humaine (guerre thermonucléaire, crise écologique, dérèglement climatique … ) sur l’entretien de l’ensemble des installations nucléaires terrestres ou simplement le fait que nos dirigeants ne puissent disposer ou retardent trop longtemps les milliards nécessaires aux démantelements desdites installations.

Ces installations nucléaires finiraient par diffuser des poisons mortels sans que personne ne puisse rien y changer. Des milliers d’années d’une lente agonie diffusée par des centaines d'usines à produire de la mort très très longtemps après l’apparition de l’espèce qui les aurait conçues.

Marc VIOT

Lucie LAPORTE Présidente des Jeûneurs Vigilants de Taverny

Roger NYMO Trésorier du Réseau Zéro Nucléaire et des Jeûneurs Vigilants de Taverny


Moyenne des avis sur cet article :  4.21/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

161 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 2 janvier 2012 09:46

    Vous commencez fort la nouvelle année ................


    Vous avez raison mais la logique financière l’emportera toujours provisoirement jusqu’à ce que le nature ou la technologie remette les compteurs à zéro pour plusieurs millénaires.

    Cela parait fou que la vie sur terre puisse disparaître mais j’ai bien peur que nous soyons très imaginatif entre les guerres , les centrales , la pollution et autres folies humaines comme l’auteur l’a très justement indiqué.

    Nous avons tendance à oublier que les carottes et les pommes de terre ne poussent pas dans les supermarchés....

    Juste pour ajouter une touche d’espoir ..... !
    Les aliments irradiés : 


    Philippe 

    • Marc Viot Marc Viot 3 janvier 2012 06:11

      En conclusion, je trouve étonnant de constater la façon des rares anti-nucléaires présents en France de se regrouper pour présenter leurs arguments sur cet article. Se sont ils passé le mots sur un document susceptible de remettre en doute leur dogme quasi religieux ?

      Cela me rappelle ces anciens débats sur l’amiante, le tabac ou la nocivité des ogm dans lesquels pendant des années des « dits » experts spécialistes en mythes et inventions venaient présenter des contes niant l’existence des victimes, falsifiant les observations du terrain, corrompant parfois des scientifiques pour pervertir la simple évidence de la réalité ...

      Pourtant il semble que sur la durée, les faits travestis par leurs mensonges éhontés ne puissent être trop longtemps cachés, les conséquences des erreurs finissent pas s’accumuler et l’évidence par apparaitre à tous du simple fait de leur fardeau accumulé.

      Alors certes, nous savons tous que si la vérité ne triomphe pas toujours, les salauds et les cons finissent par crever, mais j’apprécierai, que pour une fois, juste une fois, par respect de notre humanité on n’attende le jour de leur décès pour en parler ... et l’internet aidant donner la parole aux victimes qui ne manqueront pas de se manifester de part le monde ...


    • Marc Viot Marc Viot 5 janvier 2012 16:17

      NUCLEAIRE - L’ASN FAIT ENFIN SON BOULOT 

      et ... CA VA FAIRE MAL AU TARIFS !

      Agence Nationale de Sureté Nucléaire

      http://planete.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/01/03/rapport-sur-le-nucleaire-un-seisme-financier-et-culuturel-po.html


      • Veaulubiliator99 Veaulubiliator99 2 janvier 2012 10:26

        Franchement c’est pas le moment de s’emmerder avec ca... Notre nucléaire marche ? Oui, y a t il eu de gros accidents ? Non...

        C’est pas maintenant en période de fin du monde que l’on va se faire chier a savoir si ce qui marche depuis 40 ans doit continuer de marcher...

        Quand a la logique financière la dedans... La vrai solution contre le nucléaire ? Augmenter l’électricité de 300 % et vous verrez que les gens feront gaffe a leurs consommations, comme l’eau et comme tout le reste, on doit payer notre énergie a son vrai cout ET c’est loin d’être le cas...


        • Marc Viot Marc Viot 2 janvier 2012 13:07

          Tiens même raisonnement que celui du gouvernement japonais 48 h avant Fukushima ... depuis cela pourrait être le premier pays à montrer que la voix d’une sortie du nucléaire totale en ... TENEZ VOUS BIEN ... moins d’un an !


        • appoline appoline 2 janvier 2012 20:30

          Nous avons joué aux apprentis sorciers sans mesurer ou en ne voulant pas mesurer les effets pervers. Il est grandement temps de se poser les questions nécessaires, notamment : que fait on des déchets, question cruciale qu’il aurait fallu se poser dès le départ. Effectivement, il y a peu de problèmes avec les centrales et vu les retombées, il vaut mieux. Il faudra des décennies à voir même les siècles pour que les retombées disparaissent.

          Depuis des années nous aurions dû plancher sur d’autres énergies mais voilà, l’argent, les loobies ont eu raison des beaux penseurs.
          Les monstres apparaissent maintenant du côté de l’Ukraine, de telles monstruosités que même l’homme avec son imagination morbide n’aurait pu imaginer. Beaucoup d’entre eux ressentent la douleur et sont conscients de la brièveté de leur vie. Ils sont des milliers, que l’on cache, alors que fait-on ? On continue la fabrique de monstres pour avoir chaud. En France, vous les avez déjà vu à la télé ? Non, tout va bien en France et ce n’est pas le moment de s’emmerder avec ça.

        • PascalR 2 janvier 2012 10:42

          Je suis stupéfait de l’incapacité des individus à raisonner avec discernement, et l’auteur de cet article en fait partie.

          Curieux que plus personne ne parle de la catastrophe de Bhopal, ou des millions de morts provoqués par les pollutions chimiques diverses et variées, via les industries, via les déchets, via l’alimentation, via les pesticides ...
          Une démarche d’analyse des risque se veut EXHAUSTIVE.
          On dit que les rayonnements radioactifs font peur car ils sont invisibles, mais personne n’a peur de ce qu’il respire et mange, curieux. Etrange ?
          Si tout ça existe c’est qu’il faut assurer la survie des 6 milliards d’êtres humains qui peuplent la planète, et je crois que la majorité se fout complètement des risques encourus. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter, dans 30 ans nous serons 9 MILLIARDS !!!

          • appoline appoline 2 janvier 2012 20:31

            Bien, parlez en !


          • lulupipistrelle 3 janvier 2012 00:03

            Mais mon bon Monsieur, les mêmes qui luttent contre le nucléaire, luttent aussi contre les pesticides... et les OGM... faut vous réveiller...

            La catastrophe de Bhopal ? et bien citez-nous un site comparable en France, pays qui a vu quasiment disparaître son industrie chimique, en 2008, suite à la législation mise en place d’après le rapport de la commission Reach... Bon c’est vrai que les pires insecticides sont toujours légaux, qu’il est bien difficile de les faire interdire, puisque selon le lobby phytosanitaire, on ne sait pas les remplacer... mais pas d’hypocrisie, les antinucléaires militent aussi contre...

            La majorité des 7 milliards d’habitants se foutent des risques et veulent bouffer ? peut-être, mais quel rapport avec le nucléaire civil français ? et le nucléaire en général ne concernent que des pays qui ont les moyens de faire autrement... on voit pas ce que le reste de la planète qui n’a jamais été consulté avant ou après, et qui ne le sera pas, parce qu’il y a d’autres chats à fouetter, vient faire ici.


          • Michel Tarrier Michel Tarrier 2 janvier 2012 11:25

            Cet article fait écho (éco) à une provocation de ma part (une de plus ?), publiée il y a quelques jours sur mon Facebook perso : http://fr-fr.facebook.com/micheltarrier
            et qui fit du bruit dans le Landerneau anti-nuc’.
            Mon dessein n’était pas de minorer les peurs nucléaires (l’atomiquement correct !), mais de donner à penser sur le fait que notre sur-occupation intempestive par surpopulation envahissante des niches écologiques des autres espèces était un autre désastre, planétairement palpable celui-là. Ceux qui n’ont pas voulu comprendre ont insisté sur les tératologies des espèces soumises aux radiations. Là n’était pas le sujet !
            Voici le petit texte qui mit le feu aux poudres :

            Tchernobyl, une histoire naturelle ?
            Retour sur une réalité qui dérange…
            Rendre la terre à la Terre (même au prix du nucléaire !)
            La preuve par l’absurdité nucléaire que la (sur)population humaine est le pire des maux pour la planète et la biodiversité.
            Le nucléaire comme source de vie, voire de luxuriance, par éviction humaine.
            Et si le nucléaire ne faisait peur qu’à son imbécile d’inventeur ?
            Un film à passer dans toutes les réunions d’EELV, non pas pour accréditer le nucléaire, mais pour accuser les écologistes de faire l’impasse sur les dangers de la démographie.
            http://www.youtube.com/watch?v=2pK5mADs-4c


            • Marc Viot Marc Viot 2 janvier 2012 12:39

              Si ça peut faire avancer les choses sur les deux sujet, je suis preneur ^^


            • SlipenFer 2 janvier 2012 12:04

              en avril 2016 le césium 137 de Tchernobyl passera en demi-vie.
              mais pour les japonais tout ne fait que commencer,et personne
              ne sait réellement comment le plutonium migrera sur 2400 ans.
              La balade des particules et la loterie qui va avec.........


              • Giordano Bruno 2 janvier 2012 12:51

                « Passer en demi-vie » ne veut rien dire. La demi-vie est la période après laquelle il reste la moitié d’une quantité initiale d’isotopes radioactifs.

                Le raisonnement sur la demi-vie est indissociable de la question de la quantité initiale.

                Implications chiffrées avec le césium 137 dont la demi-vie est d’environ 30 ans.

                Il reste 50 % de cesium 137 au bout de 30 ans
                25 % au bout de 60 ans.
                12,5 % au bout de 90 ans.
                1% au bout de 200 ans.
                0,01 % au bout de 400 ans.

                Le plutonium 239 est un peu plus lent ...
                Il reste 50 % de plutonium 239 au bout de 24 400 ans.
                25 % au bout de 48 800 ans.
                1% au bout de 162 000 ans
                0,01 % 324 000ans.

                Patience...

                Le cerveau humain n’est pas adapté pour prendre des décisions tenant compte de telles conséquences.


              • luciel luciel 2 janvier 2012 12:51

                Passer en demi-vie signifie que sur la quantité initialement dispercée il en reste la moitié ! L’autre moitié s’étant statistiquement désintégrée en ayant abîmé le vivant sur des dizaines de générations dans le cas des mutations transmissibles à la descendance. 40% du territoire européen reste contaminé au césium 137... Mais vingt cinq ans après, les cancers de Tchernobyl sont difficiles à discerner des cancers de la pétrochimie ... 




                • appoline appoline 2 janvier 2012 20:33

                  Oui mais vous savez bien que tout se transforme mais rien se disparaît. 


                • rastapopulo rastapopulo 3 janvier 2012 06:56

                  Le césium 137 ne provient pas majoritairement des essais nucléaires ?


                • Marco07 2 janvier 2012 12:57

                  Pour un article qui se veut sérieux :

                  Actuellement à Fukushima nous pouvons constater sur les liquidateurs intérimaires et les populations riveraines les signes d’une contamination létale et durable par les radionucléides.

                  Affirmation gratuite, opinion d’auteur qui base son raisonnement sur ses croyances/convictions...


                  • Marco07 2 janvier 2012 13:06

                    Ouh la la..


                    Si vous prenez pour argent comptant un article de blog pour une réalité scientifique (et même des émissions tv pour appuyer vos dires)... Que dire de plus. Êtes-vous sûr que ce que vous qualifiez de « trollage » ne peut pas s’appliquer à vôtre raisonnement ?

                  • Marc Viot Marc Viot 2 janvier 2012 13:11

                    Si cet article de blog, rapportant le témoignage vidéo de nombreux témoins ne vous offre évidement pas la lumineuse crédibité des crétins diplômés, ... je vous laisse le soin de me caser dans la case du troll et de rester dans celle des pédants dogmatiques illuminés de leur science ^^


                  • almodis 4 janvier 2012 20:25

                    Marc Viot a raison ! 

                    il est temps de voir la réalité en face : il ne s’agit pas , ici , de META physique , mais de PHYSIQUE . J e suis assez effrayée de lire les commentaires ci dessous ( ou dessus ! ) 
                    oui , Enercoop , c’est épatant , Oui , Négawatt aussi , oui , les énergies renouvelables sont un truc formidable ( je dispose d’une éolienne auto construite ) 
                    MAIS , nom d’un réacteur , vous êtes bouchés ou quoi ?
                    Marc VIOT parle des milliards à mettre dans le simple MAINTIEN de nos centrales ; or , actuellement , que nous dit on ? 
                    10 milliards ? 60 ? plus ? pour la déconstruction ? pour les déchets ? ou simplement pour le statu quo ?
                    ne serait il pas urgent d’interpeller les candidats ( et l’actuel gouvernement ) pour leur faire cracher de vraies propositions sur : 
                    LE PROVISIONNEMENT à mettre en place - en toute transparence -
                    les coûts d’une déconstruction ( voir l’affaire Brennilis )
                    La formation des salariés du nucléaire , actuels et futurs 
                    Le retour dans le SERVICE PUBLIC du parc et de la gestion des centrales
                    et , enfin , la gestion des déchets !
                    Nous sommes tous embarqués dans cette galère , alors , foin de considérations sur le prix de l’électricité et autre balivernes !


                  • krolik krolik 4 janvier 2012 22:32

                    Marc Viot a raison ???? C’est à voir de plus près.

                    Concernant le coût des mesures proposées de 10 G€ par l’ASN sur 10 ans pour la « robustesse » du nucléaire, je les compare au chiffre d’affaire  de la production nucléaire de 160 G€ sur la même durée. Il s’agit donc  d’une augmentation de 6%, ce qui me paraît tout à fait supportable  (d’autant plus que le prix de vente au particulier est environ deux fois  plus élevé que le prix à la production ; l’augmentation ne serait alors que  de 3%).

                     

                    D’un autre côté on peut estimer le surcoût du programme Grenelle  pour l’éolien et le PV. Ces énergies ne permettent pas de diminuer le  nombre de réacteurs car ceux ci sont nécessaires pour faire face aux  périodes sans vent et (ou) sans soleil.

                    Les ENR permettent seulement de diminuer les  dépenses de combustibles des réacteurs, soit environ 4€/MWh.
                    L’achat de courant éolien à 82€/MWh coûte, en fait, 78 €/MWh. Pour un parc  de 25 GW qui produirait environ 55 TWh pour un surcoût en fin de programme de d’environ 4 G€/an.

                    Pour le PV, avec 5 GW installé une production de 5  TWh on devrait payer un surcoût de 2,5 G€, soit un total de 7,5 G€ à  comparer au CA nucléaire (je me limite à celui là pour la simplicité du  raisonnement) on a donc une augmentation de 7,5/16=0,46 soit 46%.....

                    Donc Marc Viot a tort.

                    @+


                  • Marc Viot Marc Viot 5 janvier 2012 16:15

                    NUCLEAIRE - L’ASN FAIT ENFIN SON BOULOT 

                    et ... CA VA FAIRE MAL AU TARIFS !

                    Agence Nationale de Sureté Nucléaire

                    http://planete.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/01/03/rapport-sur-le-nucleaire-un-seisme-financier-et-culuturel-po.html


                  • krolik krolik 5 janvier 2012 17:48

                    Mais ce n’est pas en utilisant des majuscules que cela donne plus de poids à ce que vous écrivez.

                    Le petit calcul d’augmentation du prix du kWh est tout de même significatif de la différence entre :

                    - on tient compte des recommandation de l’ASN

                    - on fait de l’éolien et du PV en substitution, substitution qui d’ailleurs n’a pas lieu puisqu’il faut toujours conserver des centrales pour arriver en soutien lors de « pas de soleil » ou « pas de vent »..

                    Ce petit calcul je l’ai fait justement après avoir lu le papier de Mallaurie dans le Nouvel’Obs.

                    Un petit calcul de votre part aurait été plus significatif qu’une espèce de hullulement.

                    Mais en dehors de l’éructation il semble que vous soyez « limité ».

                    @+


                  • ObjectifObjectif 5 janvier 2012 19:09

                    Ce petit calcul, il est surtout faux !

                    D’abord par omission, parce que les vrais prix de la sortie du nucléaire ne sont toujours pas provisionnés :
                    - pour la suisse, il faut compter 20,6GCHF ou 17G€ pour 5 réacteurs, il faudrait donc compter 14x17=238G€ pour les 70 réacteurs français à démanteler, dont seuls 13G€ étaient provisionnées en 2005 (http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mant%C3%A8lement_nucl%C3%A9aire).
                    - La Commission Energie a avancé le chiffre de 750G€ pour 58 réacteurs (même source).
                    Le chiffre d’affaire complet sur 10 ans ne suffira même pas à provisionner ce coût à l’estimation la plus faible.

                    Et cela sans compter le prix des travaux de bricolage des centrales (changement des Générateurs de Vapeurs, ...) ou le prix des études épidémiologiques qui manquent cruellement actuellement.

                    Krolik a écrit : "D’un autre côté on peut estimer le surcoût du programme Grenelle  pour l’éolien et le PV. Ces énergies ne permettent pas de diminuer le  nombre de réacteurs car ceux ci sont nécessaires pour faire face aux  périodes sans vent et (ou) sans soleil."

                    N’importe quoi ! C’est justement le but d’utiliser plusieurs sources renouvelables en parallèle pour que le manque de l’une soit compensé par les autres. Les installation de co-génération à partir de biomasse sont tout à fait capables d’équilibrer la consommation d’un réseau bien construit les quelques heures de l’année sans vent ni soleil !

                    Par contre, même les centrales nucléaires françaises se font écraser par le chauffage électrique, qu’il faut de toute façon éliminer.

                    cf http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/un-mix-electrique-100-renouvelable-106497

                    Krolik a écrit : "Les ENR permettent seulement de diminuer les  dépenses de combustibles des réacteurs, soit environ 4€/MWh."

                    Encore faux ! Et 2 fois faux : le vrai coût du combustible est largement supérieur, puisqu’il est actuellement littéralement volé aux habitants des pays qui ont le malheur d’avoir des mines sur leur sol et qui le paye le plus souvent de leur vie, sans voir un sou de revenu lié à ces mines.

                    Mais les énergies renouvelables permettent de supprimer les pertes de transport pour les productions locales, mais encore suppriment les consommations internes de la filière nucléaire, ce qui se monte actuellement à 19% de la consommation finale : en clair, plus de 9 réacteurs sur les 58 en activités servent à alimenter les autres réacteurs, la fabrication du combustible et les pertes en transport.

                    Enfin, les énergies renouvelables assurent l’indépendance énergétique de la France.


                  • krolik krolik 5 janvier 2012 20:04

                    Dans le « petit calcul » je faisais simplement intervenir les surcoûts post Fukushima sur le parc français, évalués à 10G€, mais il n’y a pas de quoi fouetter un chat.

                    Pour maintenir un réseau électrique il faut bien une production en base solide. Si vous n’avez pas de base vous ne pouvez pas coupler une éolienne..

                    Si un anticyclone vient à stagner sur la France, et bien vos éoliennes passent en « mode commun » tout à l’arrêt...Donc il faut des sources « sûres » disponibles.

                    L’hisotire de la petite production pour la consommation locale, ça fait pense à la vidéo du gars Jérémy Rifkin qui allait dans ce sens : chacun produit et chacun met sur quelque chose qui pourrait être une grande plaque de cuivre. A pour asseoir son discours il prenait l’exemple de la redistribution des fichiers par internet qui conduisent les « majors » du multimédia près dela faillite, donc il prédit la fin des grandes structures comme EDF...

                    Sauf que Rifkin ne voit pas la différence entre les courants faibles et les courants forts. Pour une plaque de cuivre européenne il faudrait déjà multiplier par 20 la puissance des connection avec l’Espagne, et lorsque que l’on sait la difficulté à faire passer une seule terne à travers les Pyrénées..

                    En fait Rifkin raisonne un peu comme le type qui joue sur sa console de jeu un jour, en s’éclatant avec une mitrailleuse virtuelle et le lendemain qui prend sa kalachnikov pour aller faire ses courses chez Picard-surgelés.. Ca c’est le raisonnement de Rifkin..

                    Quant au prix de l’uranium.. alors comme cela on va voler l’autralie et le plus grand fournisseur qui est le Canada !!! Vraiement ils ne savent pas cvompter dans ces pays. ne pas oublier que ce sont les contrats avec ces pays qui détrerminent le prix du marché, et les contrats avec le Niger ou la namibie, ou le kazhakstan ne font que suivre le prix mondial.

                     

                    @+


                  • ObjectifObjectif 7 janvier 2012 12:49

                    Habile à la propagande ! Votre argument est important, jusqu’à ce qu’il soit démontré faux....

                    Puis vous concentrez l’attention sur l’éolien, au lieu de prendre en compte le mix complet hydraulique + éolien + photovoltaïque + solaire thermique + cogénération biomasse.

                    Et vous citez un inconnu, que vous critiquez allègrement : pourquoi le citer, s’il est idiot ? Juste pour votre propagande ?


                  • krolik krolik 7 janvier 2012 18:05

                    Vous ne connaissez pas Jeremy Rfkin, pourtant sa vidéo a fait florès et a été ressassée par maints sites écolo antinucs.

                    Alors je vous mets un lien ici.

                    @+


                  • Marco07 2 janvier 2012 13:03

                     à plus d’un million de morts.

                    Vous concluez à tort qu’un travailleur exposé = un mort... Quand bien même ce serait vrai et vérifié, vous sautez du coq à l’âne en passant de Tchernobyl (qui était le premier accident de ce niveau dans le nucléaire civil à cet époque - kychtym étant militaire) à Fukushima qui n’a pas été géré de la même manière....

                    • Marc Viot Marc Viot 2 janvier 2012 13:15

                      Je ne conclus, pas c’est un fait - on estime à 20.000 sur dix ans le nombre de morts parmi les travailleurs exposés ... 

                      « Fukushima n’a pas été traité de la même manière » - Euphémisme délirant, Fukushima a été particulièrement beaucoup plus mal traité ^^


                    • Marco07 2 janvier 2012 13:22

                      1 million ou 20 000 ? (ou 800 000 « sacrifiés ») ?




                    • Marc Viot Marc Viot 2 janvier 2012 13:26

                      20 000 morts chez les travailleurs exposés et estimation d’un millions de décès générés dont 800.000 sur la région de Tchernobyll


                    • Marco07 2 janvier 2012 15:09

                      « Fukushima n’a pas été traité de la même manière » - Euphémisme délirant, Fukushima a été particulièrement beaucoup plus mal traité ^^

                      ......

                      Combien de temps pour que l’information fasse le tour du globe ? que les associations écolos soient dans les parages ? (et pour Tchernobyl...)

                      Combien de personnes décédés à cause des radiations, combien de personnes irradiées ? Combien de travailleurs sur site (sachant qu’à Fukushima, c’est pas 1 réacteur qui pose problème...) ?

                      Pour l’instant, le bilan net du tremblement de terre et du tsunami reste nettement plus élevé que le bilan humain de Fukushima. Et encore, on ne parle même pas des pollutions induite par le Tsunami et de l’impact sur la santé des Japonais...


                    • Marco07 2 janvier 2012 15:19

                      C’est un fait... on estime...


                      Vous faites erreur, vous devriez dire, « C’est mon opinion, j’estime... »...
                      Les rapport varient fortement d’un organisme à l’autre.


                      (à moins que vous ayez développé une approche pifométrique plus valable que les nombreux rapports qui pointent nettement moins de morts)

                    • Marc Viot Marc Viot 2 janvier 2012 16:10

                      Ok, c ’est un fait, j’estime que t’es une povre troll casseur de couille sans utilité aucune ^^


                    • Marc Viot Marc Viot 2 janvier 2012 16:17

                      Comme quoi la détection préventive d’un troll n’empêche pas le trollage ^^


                    • Marco07 2 janvier 2012 16:32

                      Détection d’un troll ???

                      Non, juste d’une critique argumenté de vos croyances (à défaut de raisonnement logique s’appuyant sur des faits, j’en conclu que ce sont vos croyances. Mais je respecte, après tout des personnes se sont mise à croire au concombre sacré...).
                      Je dois l’admettre, tenter d’amorcer ne serait-ce qu’un début de discussion avec vous relève du miracle, il est vraiment difficile d’avoir l’once d’un débat avec des gens dotés d’une logique circulaire... (un exemple de logique circulaire : http://www.nioutaik.fr/images/arche/archedenoe3.jpg )

                      Je vous souhaite néanmoins une bonne année (et une bonne cuvée, ceci expliquant celà....)

                    • Marco07 2 janvier 2012 16:41

                      Troll ? Niet.

                      En réponse à vos croyances (à défaut de faits et d’argumentation, j’en déduis que ce sont des croyances, après tout, certains se sont mis à croire au concombre sacré, donc pourquoi pas...)
                      Mais bon, pas facile d’entamer un dialogue face à une enclume (ou plutôt un croyant doté d’un raisonnement circulaire, cf cette image qui illustre assez bien vôtre manière de raisonner : http://www.nioutaik.fr/images/arche/archedenoe3.jpg )

                      A défaut d’un dialogue et d’une réponse sérieuse de votre part, je vous souhaite une excellente année 2012, n’abusez pas trop sur la boisson, vous risqueriez de poster des articles dénués d’arguments !


                      Ps : on peut avoir des opinions différentes, tout en restant poli... Je suis habitué à la haine perpétuelle qui règne au sein des verts, mais s’il vous plait, ne me faites pas porter le fardeau de l’échec politique de vôtre leader...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès