Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La place de la voiture dans la ville de demain

La place de la voiture dans la ville de demain

Symbole de la réussite sociale jusqu'à la fin des années 90, le regard sur la voiture change. Aujourd'hui cible de l'action publique pour les nuisances qu'elle cause, son utilisation tend à être de plus en plus encadrée afin de préserver qualité de l'air et qualité de vie.

Pollution atmosphérique

En mars dernier, la France connaissait un nouvel épisode de pic de pollution. Ces épisodes sont de plus en plus fréquents, si bien que des solutions fortes sont parfois proposées. Ce fut le cas en mars 2014 avec la circulation alternée à Paris notamment, mais aussi avec des propositions pour réduire les vitesses maximales autorisées sur certaines routes.

Londres expérimente depuis 2003 le péage urbain, mais les effets sur la qualité de l'air ne semblent pas à la hauteur des espérances et cela n'a pas réduit les embouteillages malgré une diminution du trafic, toujours d'après cette même source. Aujourd'hui Londres part en guerre contre le diesel avec comme objectif la création pour 2020 d'une zone « à ultra-basses émissions » au centre-ville.

La Chine connait également des pics de pollution dont les effets visibles sont impressionnants : des villes sont littéralement plongées dans un brouillard de pollution. Et la vue de ces citoyens chinois devant porter des masques - qui constituent une protection toute relative - contribue à prendre conscience de l'importance du problème : préserver une qualité de l'air qui ne soit pas mortifère.

Même constat à Mexico dont le maire vient de prendre une décision pour s'attaquer aux voitures les plus polluantes : "depuis le 1er juillet, les vieux véhicules ne peuvent plus circuler le samedi dans la capitale et ses faubourgs" rapporte cette source.

Faire de la ville un lieu de vie

Mais la voiture c'est aussi des morts chaque année dus aux accidents. La baisse du nombre de tués sur les routes fait partie des actions politiques depuis maintenant plusieurs années. Récemment, il s'agit par exemple d'expérimenter la limitation de vitesse à 80km/h.

Parallèlement à ces actions menées pour endiguer la pollution atmosphérique et le nombre de morts sur les routes, se développe depuis quelques années la volonté de (re)faire des villes des lieux de vie. La voiture occupe beaucoup de place dans les villes, et à la pollution atlmosphérique s'ajoutent les nuisances sonores. Repenser la ville en ce sens n'est pas simple, mais il existe de la recherche dans ce domaine.

Dans cet objectif, citons deux réponses apportées récemment : la première est de mieux penser les espaces intermodaux pour que les moyens de transport s'intégrent mieux dans nos villes ; la seconde est l'apparition d'une nouvelle zone en centre-ville, la zone de rencontre entre piétons, cyclistes et automobilistes pour lesquelles la vitesse est limitée à 20km/h, zone dont ne connaît pas pour l'instant l'efficacité.

JPEG - 11.2 ko
Zone de rencontre
Panneau routier de la zone de rencontre

Toutes ces problématiques nous interrogent sur la place que nous voulons, ou nous devons, accorder à la voiture dans la ville de demain. Il est probable que nous n'aurons pas la réponse avant quelques années de tatonnement, d'expérimentations et de recherches.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • caillou40 caillou40 11 août 2014 07:38

    La « Pollution atmosphérique » est généralisée du 1er janvier au 31 décembre...avec des pics à certains moments plus que d’autres !

    Comme la pollution des mers et des océans par des micros-particules de plastiques et divers produits toxiques qui tuent les espèces qui y vivent...Notre agriculture est polluée également par nos joyeux agriculteurs qui veulent faire pousser plus vite et plus gros...Plus de 85% de nos rivières sont empoisonnées itou par un nombre infini de produits toxiques...Bref nous vivons dans la merde et les gens sont heureux d’y être ajoutant la couche finale avec la bagnoles.. !

    • caillou40 caillou40 11 août 2014 11:04
      Définition de la pollution atmosphérique...Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la pollution atmosphérique est définie comme « limitée aux situations où l’atmosphère extérieure ambiante contient des matières dans des concentrations telles qu’elle est nocive pour l’homme et son environnement »....
      Présentation des principaux polluants de l’air...Monoxyde de carbone..Dioxyde de soufre..Matières particulaires..Plomb..Oxyde d’azote..Ozone...
      Pollution de l’air : la France fait partie des régions du monde où elle tue le plus...2,1 millions de morts par an dans le monde..Sans surprise, les régions du monde les plus concernées sont parmi les plus industrialisées de la planète : l’Europe centrale dont la France, l’Inde, la Chine, l’Indonésie et le Japon...En Europe, la France est en première ligne
      Régulièrement pointée par l’Europe pour ses dépassements de seuil autorisés en matière d’émissions de gaz à effet de serre, la France est logiquement classée par la Nasa parmi les pays les plus affectés. En dépit des pressantes mises en demeure européennes, depuis ces trente dernières années, la pollution de l’air n’a presque pas baissé dans l’hexagone qui reste aussi sous la menace d’une lourde amende de l’Europe : on parle de 100 millions d’euros et de 240.000 euros de pénalité par jour de retard....

    • Scual 11 août 2014 09:50

      Si le problème est la pollution je ne vois pas pourquoi on ne traite pas le problème à la source plutot que de punir tout le monde pour les conséquences.

      Les voitures sont polluantes ? On en fait des non polluantes. Sinon il ne faut pas seulement s’en prendre aux voitures, ou plutôt uniquement celles des pauvres vu comment on s’y prend... il faut aussi interdire toute activité humaine génératrice de gaz à effet de serre. C’est stupide. La voiture est indispensable. Il faut la rendre propre. La voiture n’est un problème que parce qu’elle fonctionne actuellement avec des énergies fossiles.

      D’ailleurs avec ce mode de raisonnement pourquoi ne pas interdire directement les être humains ? C’est pas eux qui polluent ? Non, en toute logique on cherche le vrai problème et on remonte un peu plus vers de la source... au lieu de s’arrêter stupidement à la voiture qui n’est rien de plus qu’une carriole dans laquelle on a remplacé des chevaux propres par un moteur à explosion sale, continuons jusqu’à la vraie source. Celle des rentes et monopoles dans le secteur de l’énergie qui nous empêchent de basculer vers des énergie PROPRES et renouvelables.


      • Croa Croa 11 août 2014 17:13

        La pollution ( au sens strict ) n’est pas le plus grave problème et il est surtout urbain. C’est un problème de santé publique, certes, mais contrairement aux idées reçues la situation s’améliore (par exemple Londres s’est pratiquement débarrassé de son ’’smog’’.) 

        Bien plus grave est le problème des gaz à effet de serre et du moment qu’on roule il est impossible de ne pas en produire et les voitures ’’propres’’ en produisent autant (voire plus avec certaines solutions de dépollution !)

        Là où tu as raison c’est que les automobiles sont loin d’être les seules responsables, évidemment !


      • Pepe de Bienvenida (alternatif) 11 août 2014 11:10

        Faire de la ville un lieu de vie ? Mais la ville n’a pas toujours été un lieu de mort. Seulement un jour on a pensé que pour la transformer il fallait faire appel à des architectes et urbanistes dont le formatage académique avait abouti à leur « révéler » ce qui est bon pour tous. Leurs délires se sont concrétisés en utopie « tout automobile », sous l’égide d’élus qui au passage se donnaient ainsi la possibilité de percevoir des commissions sur les aménagements qui favorisaient les grosses sociétés (distribution entre autres). Repenser la ville, c’est donc aussi revoir à la hausse la sanction de la prise illégale d’intérêts par exemple. Tant qu’on n’aura pas trouvé un équilibre de la terreur, ce sont au final les Vinci et autres qui prendront les décisions à la place du citoyen et citadin.


        • sleeping-zombie 11 août 2014 11:57

          Il faudrait surtout revoir l’organisation de notre société.
          La voiture « non polluante » vanté Scual, ne peut pas exister, c’est une aberration d’un point de vue physique.
          Par contre, ce qu’on peut faire, c’est limiter le besoin de la voiture. Optimiser les flux.
          Pourquoi tout le monde prend sa voiture pour aller en hyper-marché loin des centres villes, alors qu’on pourrait créer des point de dépôts approvisionnés en 1 fois ?
          Pourquoi est-ce que j’ai du parcourir 240km par jour pendant 10 ans juste pour bosser alors qu’il y a des millions de chômeurs ?
          Malgré les apparences, on vit en anarchie, rien n’est sous contrôle. Qu’on quitte ça et mette en place une démocratie, et on pourra peut-être organiser la cité pour réduire la pollution. Mais d’ici là, tout ce qu’on fera ce sera la déplacer ailleurs. L’industrie qui part des pays riches pour les pays pauvres, les voitures polluantes qui vont des riches vers les pauvres etc.. Mais la pollution se diffusant, vouloir la cacher sous le tapis n’a aucun sens...


          • Scual 11 août 2014 12:25

            C’est faux. On peut très bien faire des voitures avec des énergies non polluantes.

            Se réclamer de la physique en nous sortant un truc aussi énorme en dit long...


          • sleeping-zombie 11 août 2014 12:38

            Physiquement, une voiture ce sera toujours 800kg à déplacer pour 70kg de charge utile. Quelque soit la source d’énergie, c’est 90% de gachis. Et comme l’énergie non polluante, ça n’existe pas, ces 90% de gâchis sont source de pollution.


          • Scual 11 août 2014 13:54

            Je vous remercie de clarifier que les êtres humains ne doivent selon vous plus jamais déplacer d’objets.

            Cela dit vous seriez mort depuis longtemps si vous ne déplaciez pas la nourriture de la fourchette à votre bouche, je présume donc que vous vous fichez de nous.


          • sleeping-zombie 11 août 2014 15:41

            Mais qu’est-ce que tu extrapoles...
            Toute activité produit de la pollution : oui. Ce qui est problématique, c’est la pollution excessive, c’est à dire quand elle s’accumule plus vite que ce que l’environnement absorbe. C’est quand même pas ça que tu contestes non ?

            La voiture, de part sa structure même est énormément énergivore, A moins que tu n’aies en tête un modèle de voiture qui pèse moins lourd que le conducteur... ça c’est physique, t’as une quantité d’énergie minimum pour déplacer (ou plutôt accélérer) une masse. C’est pas ça que tu contestes non ?

            Il n’existe aucune forme d’énergie non polluante, l’énergie fossile emet du CO2, l’électricité qui vient du fossile, ou du nucléaire, c’est le même problème. L’éolien ou le solaire, c’est plus subtil, la pollution vient du mécanisme de production du capteur lui-même. Ca fait un bon appoint, mais entre réchauffer l’eau de ta douche a 25° et propulser ta voiture à 100km/h, il y a un monde d’écart.

            Donc, au lieu de te foutre de ma gueule, ou prier Dieu de nous donner l’énergie propre issue du vide, quelle solution à part une forme de « décroissance », que je préfère appeler « usage raisonné » ?


          • Scual 12 août 2014 01:58

            Tu pars du principe que les modes de production de l’énergie se valent tous et ne peuvent pas évoluer.

            C’est faux.

            La production d’énergie n’est pas forcément productrice de pollution. Peu importe le rapport poids, puissance, énergie consommée et tout ce que tu veux, si c’est du vent qui pousse des voiles, ça pollue pas et c’est tout. Même si ça développe tellement de puissance que ça fait avancer un trois mats de 50 mètres, ça polluera toujours moins qu’un scooter. Tu racontes donc factuellement n’importe quoi. La pollution est un facteur TOTALEMENT indépendant de la question de l’énergie et uniquement lié à la question de la production. C’est un problème au niveau industriel, pas une question de physique.

            L’efficacité énergétique est effectivement importante, mais dire que la production d’énergie est forcément polluante et que les voiture ne sont pas bien parce que d’autre moyens de transport sont plus efficaces énergétiquement en jetant par dessus bord l’utilité, c’est n’importe quoi. On ne parle pas de bâtons de rouge à lèvre là. La voiture est un outils, et l’un des plus indispensables. De plus suivant ton raisonnement, il faut aussi se débarasser des mobylettes et scooters encore pire selon ton mode de raisonnement. Alors pour aller au boulot quand on habite en ville et que le boulot en question s’y trouve aussi ça va, mais dit moi comment vont faire les paysans qui devront nous nourrir, faire tout leurs déplacements en tracteurs ? Non bien sur... alors il leur reste le vélo et le skate board. De toute façon même si on peut prendre le bus pour pour bosser, on ne peut pas si on doit aller faire les courses, acheter un meuble, aller à la préfecture et je ne sais quoi à moins d’y passer un mois et de poser une journée de boulot.

            L’humanité n’acceptera jamais de revenir à l’age de pierre. Ceux qui essaieront d’imposer ça seront massacrés par leur peuple. L’humanité ne se passera jamais de la voiture. Elle est trop utile. Soit on la fait plus propre, soit on continue avec des voitures crades... le reste n’est qu’utopie.


          • sleeping-zombie 12 août 2014 11:12

            L’humanité n’acceptera jamais de revenir à l’age de pierre. Ceux qui essaieront d’imposer ça seront massacrés par leur peuple

            La dessus, je te rejoins. Ce qui l’imposera, ce sera la réalité. Quand il n’y aura plus une goutte de pétrole sur Terre, aucune voiture ne roulera, qu’on le veuille ou non. On pourra toujours pleurer, on pourra toujours regretter de ne pas avoir inventé la téléportation à temps (ou voiture qui marche à une énergie non polluante, pour moi c’est le même délire), ça ne changera rien, on n’aura plus de voiture.

            Ce que je regrette, c’est quand tu décris la voiture comme étant indispensable. C’est vrai, mais on pourrait faire en sorte que ça ne le soit plus. Et ce serait bien de le faire avant qu’on y soit obligé par les circonstances, ça limiterait les dégâts.
            Mais je sais que je rêve à haute voix.


          • Michel DROUET Michel DROUET 11 août 2014 18:35

            « Nous n’aurons pas la réponse avant quelques années de tâtonnement... »

            Et en attendant les ronds points, les chicanes les ralentisseurs, les panneaux d’interdiction et de limitation vont continuer à prospérer pour le plus grand profit des industriels du secteur et au détriment des finances publiques locales et donc des contribuables.

            Notons au passage que ces équipements sont souvent destiner à dissuader l’entrée en ville pour favoriser la tranquillité des électeurs. On « incite » donc l’automobiliste à faire un grand détour, donc à consommer davantage de carburant et à polluer plus.

            Les communes continueront donc à « investir » dans ce domaine, pendant que les Conseils Généraux continueront à faciliter l’accès aux villes en développant le réseau routier départemental, parce que là également la machine ne doit pas s’enrayer : les industriels du goudron (parfois les mêmes que pour les aménagements urbains) ne le permettraient pas.

            C’est la politique du chien crevé au fil de l’eau...


            • HELIOS HELIOS 11 août 2014 23:21

              ... encore un autophobe qui nous étale ses poncifs, ses certitudes heritées de manipulations et qui nous promet une vie meilleure a pied, pendant que lui espère que le jour venu il trouvera un véhicule qui lui permet de faire ce qu’il souhaite.


              Non mr Taneleo, si la voiture disparait, ce n’est pas la fin d’une nuisance comme vous semblez le penser, c’est la fin d’une aventure humaine, la Culture et le Génie de l’homme auront abdiqués devant l’intégrisme de quelques imbéciles. C’en serai fait de la liberté individuelle, la civilisation humaine aura basculé vers le modèle organisationnel des insectes ; des termites et autrres fourmies.

              • Pepe de Bienvenida (alternatif) 11 août 2014 23:49

                Bizarre, mais nous n’avons pas dû lire le même texte. J’ai lu celui de quelqu’un qui demande une réflexion sur la place de l’automobile dans la ville.
                Alors quand ensuite sortir la bannière de la liberté individuelle, il n’y a rien qui puisse me gonfler plus.
                Mais ton attitude ne peut pas surprendre. Tu t’affiches toi-même comme 68ard, c’est-à-dire cette génération du « jouissez sans entrave, les suivants paieront ».
                Si la culture et le génie de l’homme s’incarnent vraiment dans la voiture, il ne faudra pas s’étonner que le jour où elle viendrait à disparaître, elle emporterait avec elle son génial créateur.
                Mais on constate quand même dans la jeune génération une capacité chez les moins conditionnés, à peser le pour et le contre ; parmi ceux-là la voiture est de moins en moins sanctifiée ; quelque part c’est rassurant pour l’avenir.


              • Pepe de Bienvenida (alternatif) 11 août 2014 23:51

                erratum « Alors quand ensuite je te vois sortir la bannière de la liberté individuelle »


              • HELIOS HELIOS 12 août 2014 15:58

                Merci pour l’amalgame, coco !Tu permets que je t’appelle « coco », toi qui surement plus jeune et qui a « oublié » probablement par pudeur de mettre dans ton profil de quoi être « apprécié » par les autres participants d’Agoravox.


                Donc, comme un vieux 68ard, comme tu l’écris, j’ai une sympathie pour « les autres » en général et donc toi.
                Tu essaies, par méconnaissance sans doute, de me placer dans la case des jouisseurs. Tu dois être un peu intoxiqué, car ma génération ne sacralise pas la jouissance, bien qu’après tout..., mais la Liberté. 
                La liberté, tu vois, c’est justement le pouvoir de faire ce qu’on a envie dans le respect des autres, et ce respect se situe a tous les niveaux, y compris en ville avec ou sans voiture.Il fut un temps, où la ville qui accueille tout le monde permettait l’accès en voiture, le stationnement gratuit qui du être régulé pour permettre de partager (pas interdire) grâce a la « zone bleue » (avec le petit disque) avant qu’un bandit de grand chemin décida de faire payer, remplaçant le partage par la sélection par le fric.

                La pénurie de places ne venait pas des voitures, mais de la diminution des places de parking autorisées.

                Je ne t’expliquerai pas ce que c’est que la liberté individuelle, ton message est clair, tu y es réfractaire... sans doute tu n’y as pas gouté, ou alors l’expérience fut malheureuse, et comme je ne suis pas psy je n’insiste pas.

                Pour revenir au sujet, il y en a parmi nous, qui cherchent a créer un débat là où il ne doit pas y en avoir.

                Le vrai problème est le « partage » de l’espace commun, la ville donc, et non pas l’existence ou non des voitures individuelles en ville.


                A partir de ce travail, choisir s’il faut des zones a 30 ou pas, des stationnements ou pas, des feux ou des rond-points, avec ou sans piste cyclable, c’est là le vrai débat.

                On étudie un plan de circulation en pensant à TOUS, (a ceux que tu n’aimes pas aussi), les commerçants comme les familles, comme ceux qui bossent, ou pas, avec comme postulat que la voiture existe et doit rentrer en ville,comme toi tu as le droit de monter ta bicyclette ou de prendre le bus... ou pas ! 
                Mais un plan de circulation, ce n’est pas une interdiction, c’est une organisation où tous sont accueillis !

                Voila coco, tu auras peut être mieux saisi ce que je veux dire, j’espère que tu n’est pas trop « ecolo », comme ceux qui nous ont fatigués avec la pollution automobile et qui voulaient déjà supprimer les voitures émettrices de CO2... en nous affirmant que ce n’était pas l’automobile qui était visée... et maintenant que se rapproche la perspective d’avoir des modes de propulsion propres, voila qu’ils attaquent a l’automobile même... le masque est tombé.

                Enfin, un dernier mot... si tu ne veux pas que ce soit Vinci (par exemple) qui dirige ce plan de circulation, alors tu dois changer de mode de raisonnement. Implique toi dans la vie de la cité,tu refuseras de signer le contrat avec Vinci, mais pense bien qu’en tant qu’élu, tu représenteras TOUTE la ville, y compris ceux qui ne sont pas d’accord avec toi... tu devras les défendre et donc tu devras défendre l’automobile... a moins que tu ne fasses partie de ces ayatollahs, investis de la vérité divine et qui entend la faire appliquer.

                Bonne aprés midi d’été, si tu peux en profiter, sous le soleil.

              • Pepe de Bienvenida (alternatif) 12 août 2014 18:01

                Toutes ces problématiques nous interrogent sur la place que nous voulons, ou nous devons, accorder à la voiture dans la ville de demain. 

                C’est ce que je lis en conclusion, avec mes deux yeux qui transmettent l’information à mon cerveau via le nerf optique. Dans le tien quelque part des connexions se sont faites pour le transformer en
                l’intégrisme de quelques imbéciles. 
                Alors pour argumenter, apprends d’abord que le
                respect des autres
                commence par l’écoute.

              • jymb 12 août 2014 12:17

                Ce que l’on peut affirmer, c’est que le bon sens a déserté depuis longtemps les lieux de décision, au profit d’attitudes militantes absurdes :

                - Limites d’agglomérations repoussées en rase campagne,dans les champs, à l’heure où les tartuffes pleurent devant l’étalement urbain. Un seul bénéfice, les radars qui fabriquent en masse des pseudo infractions d’excès de vitesse « en ville » 
                - ralentisseurs casses voitures hypertrophiés, véritables trottoirs transversaux, disposés parfois tous les cent mètres , dangereux ( mais le dérapage mortel par atteinte répétée des organes du véhicule aura lieu ailleurs et un autre jour, donc l’irresponsabilité est totale) , archi polluants et énergivores ( résidus de freinage, arrêt, réaccélération depuis l’arrêt... quand au respect d’une norme ...
                - zones 30, 20, 10, 5 ( ne riez pas, cela existe) délirantes et sans rapport avec un danger ponctuel, devenus un automatisme haîneux . 
                - étendues vides confisquées au bénéfice de transports en communs très souvent absents mais bien mis en avant le jour de l’inauguration dans le canard municipal ou de la communauté d’agglo, sur luxueux et coûteux papier glacé ( file de droite : TeC, vide à l’infini, file de gauche : bouchons et pollution)
                - confiscation de l’espace commun, par définition gratuit, pour le transformer en stationnement payant. Ou l’art de voler de l’argent à partir du néant. Spéculation par raréfaction.
                - interdiction de fait aux non urbains ( sauf ceux capables de payer des sommes folles) d’accéder aux centres villes : conséquence : centres commerciaux périphériques champignonnesques, moches et lointains obligeant à rouler et rouler encore et acheter les mêmes m... partout en France. Ou bien il y a Amazon. 

                En bref, les villes sont devenus parfaites pour des retraités ou des bobos rentiers, ou encore pour des touristes . Les autres, travailleurs, artisans, semi urbains, vous n’êtes pas bienvenus, vous êtes même détestés, sachez le si vous en doutiez encore. 

                • ecolittoral ecolittoral 17 août 2014 15:29

                  La place de la voiture dans la ville de demain !!!!!

                  Parce que vous croyez peut être qu’acheter et utiliser une voiture sera encore possible demain ?

                  Vous croyez peut être que les usines et fabriques des années soixante reviendront dans les villes ?

                  Vous en êtes encore à croire que les stocks à chômeurs et futurs chômeurs que sont les villes continueront à exister demain ?

                  Vous croyez encore que ça n’arrive qu’aux autres ?

                  Continuez à bruler du carburant tant que c’est encore possible.

                  Quand :

                  Le pétrole aura prit ses 20 ou 30% d’augmentation,

                  Vos salaires auront fondus, 

                  Vos clients auront disparus, 

                  Les loyers, taxes, impôts urbains ne vous seront plus accessibles,

                  Vous rêverez du temps ou la voiture, même super polluante et la ville, c’était bien.

                  Ce jour là, vous ferez comme les personnels bancaires, commerciaux, des services, en Grèce et en Espagne. Tous virés pour cause d’austérité ou de faillite.

                  Vous vous déplacerez à pied, de votre maison de village a votre lieu de travail...si vous en trouvez un.

                  La place de la voiture dans la ville de demain, c’est un débat qui était valable il y a 30 ans.


                  • foufouille foufouille 17 août 2014 15:41

                    et il faudra mettre les vieux et invalides dans des camps ?


                  • ecolittoral ecolittoral 18 août 2014 09:28

                    Avec la disparition des maisons de retraite et les campagnes, villages habités surtout par des vieux, ce sont les jeunes qui viennent habiter chez les vieux.

                    Jeunes qui, maintenant qu’ils ont du temps libre pour cause de chômage s’occupent de leurs vieux et des invalides.

                    On passe du trois pièce urbain hors de prix à la maison rurale du grand père.

                    Ca fait déjà quelques années que le mouvement est amorcé !!!!


                  • foufouille foufouille 18 août 2014 11:05

                    c’est dans tes rêves.

                    tu fumes trop de shit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès