Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La politique énergétique allemande à la loupe

La politique énergétique allemande à la loupe

Actuellement le gouvernement a indiqué sa volonté de conduire la transition énergétique, cette annonce devrait prendre forme avec un projet de loi dans le courant de l’année 2014. Ainsi, peut-on formuler l’hypothèse qu’en cas de défaite aux européennes, les positions d’EELV sur les questions énergétiques seraient durablement fragilisées. Arnaud Montebourg rappelait que la France produirait toujours 50% d’électricité nucléaire « au minimum » ; pourtant la nouvelle dirigeante Emmanuelle Combes affirme être confiante sur la réduction du nucléaire et cite l’Allemagne en exemple ; voici ce qu’elle ne nous dit pas…

L’Allemagne dispose de meilleures finances publiques :

Le choix allemand est forcément couteux, « pour arriver à la sortie totale du nucléaire, il en coutera à l'Allemagne d'après son Ministre de l'Environnement, Mr Altmaier, 1000 milliards d'euros d’ici 2040 » nous renseigne Enerzine. Une somme importante mais que la première économie de la zone européenne peut envisager, notamment au regard de la bonne santé de sa balance commerciale. Pour la France, fermer son industrie nucléaire équivaudrait à un désastre économique tant au niveau de la compétitivité prix, qu’à celui du solde de la balance commerciale.

L’Allemagne augmente ses émissions de gaz à effet de serre :

Pour faire face à l’arrêt des réacteurs, le pays s’est tourné vers le charbon en dépit des engagements européens de réduire les émissions de CO2. Il y a quelques semaines après une longue session de « lobbying germanique  », le parlement est revenu sur l’accord trouvé en juin concernant les normes environnementales. Encore du temps de perdu pour incarner l’excellence environnementale, le représentant de l’association Transport and Environment, Greg Archer, confiait ainsi sa déception : « L'accord qui avait été signé en juin était un compromis politique raisonnable. Maintenant, retour à nos études ».

Les Allemands et les prix de l’énergie :

« Le consommateur allemand paie déjà l'un des prix les plus élevés d'Europe : 25,3 cents le kilowattheure quand la moyenne est à 18,4 cents et la France à 14,2 cents, selon les dernières statistiques d'Eurostat », rapportait La Tribune en 2012. On se seouvient que plus récemment, le président d’EDF, Henri Proglio, avait pour sa part affirmé que la France disposerait des prix les plus bas du continent d’ici à l’horizon 2030. Alors que le pouvoir d’achat est en berne et que le consentement à l’impôt se délite, peut-on vraiment faire supporter aux français les plus défavorisés un « choc énergétique » ?


Moyenne des avis sur cet article :  1.94/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Bulgroz 31 décembre 2013 13:12

    Excellent.

    2014 va marquer la fin de l’escroquerie des ENR en Europe. Les surcoûts de l’ENR en Allemagne par exemple sont supérieurs au coût total de production de l’électricité en France.

    De plus, les Allemands ont réalisé qu’en donnant la priorité à l’électricité ENR, les centrales classiques devenaient intermittentes donc moins rentables, certaines ferment. Or impossible de se passer des centrales classiques qui doivent au pied levé prendre le relais des ENR.

    Les Allemands vont donc aussi subventionner les centrales classiques !!! Précisons que pour chaque MW d’ENR installé, il faut prévoir au moins 1 Mw de centrale classique.

    On marche sur la tête.

    Voir à ce sujet « Histoire d’un espoir : Les énergies nouvelles renouvelables (2004-2013) » édité par Géopolitique de l’électricité.

    http://www.geopolitique-electricite.fr/documents/ene-88.pdf


    • JL JL 31 décembre 2013 13:43

      Article de lobbying ?

      @ Bulgroz, ci-dessus : pour moi, ENR ça veut dire énergies non renouvelables : les centrales classiques entre autres, charbon, gaz pétroles.

      Bon, même en remplaçant dans votre com ENR par énergies renouvelables (éolien, solaire) celui-ci n’a guère plus de bon sens : en effet, ce qui est primordial, ce n’est pas le coût de construction de la centrale, mais la consommation d’énergies fossiles et les émissions de GES (gaz à effet de serres).

      nb. Ceci dit, le nucléaire pour moi est inclassable : ce n’est pas à proprement parler (c’est le cas de le dire) une ENR, et c’est encore moins une énergie verte.


      • JL JL 31 décembre 2013 13:45

        Plutôt que de parler de lobbying, j’incriminerai plutôt la loupe de l’auteur : elle doit être très petite.


      • passtavie passtavie 31 décembre 2013 14:22


        Risques économiques VS risques nucléaires.
        Les uns parlent de « pas le choix car économiquement la sortie du nucléaire coûte cher »
        Les autres parlent des risques environnementaux dû au nucléaire.

        La question est donc :
        L’économie est-elle prioritaire sur les risques environnementaux ?
        A quoi bon débattre, puisque quoi qu’on dise, c’est pas nous qui menons la danse ? Si nous étions sensés nous prendrions en compte le risque environnemental.
        Les dirigeants qui se croient au dessus de nous en terme de décision, puisque pus intelligents et éduqués, la crème des crème, sont aussi insensées que nous. Voir plus, parce qu’ils ont à perdre ce que nous n’avons pas.


        • jako jako 31 décembre 2013 17:22

          exactement Pastavie. @l’auteur, il se trouve que je vis en France et en Belgique, je dispose de mes deux factures EDF et Electrabel et je me demande comment Eurostat calcul ses prix. Cela donne pour moi :

           Belgique prix du kwh heures pleines : 9cts

           prix du kwk heures creuses : 5,5cts

          prix lissé sur l’année heures pleines creuses et taxes et abonnement : 15cts.

          France prix du kwh heures pleines : 9,3cts

           prix du kwh heures creuses : 5,6cts

          prix lissé sur l’année tout compris : 20cts

          donc ya enfumage (pour le moins) 

           

           


        • baptiste 3 janvier 2014 12:13

          Risques économiques réels : en 2013 le surcout du solaire et de l’éolien en France a été de 2,8 Milliards...En 2014 il sera de 3,5 Milliards selon la CRE ( chiffres sur Internet ) et avec la transition énergétique ce chiffre ne fera qu’augmenter...soit 5 % du CA d’EDF...Autrement dit, sans solaire et éolien nous paierions notre électricité 5 % moins cher !

          D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si l’Espagne, l’Angleterre...et maintenant l’Allemagne stoppent l’éolien !...et si, aux USA, 14000 éoliennes sont entrain de rouiller !

          Risques industriels : JAMAIS un accident majeur AVEC rejets radioactifs ne s’est produit dans une centrale REP ( celles que nous avons en France et les plus répandues dans le monde). Fukushima était de type REB, et Tchernobyl RBMK....

        • raymond 2 janvier 2014 21:52

          Ma vieille voiture me coute peu car elle est amorti c’est pareil pour le nucléaiere français mais ma voiture ne risque pas de me péter à la gueule.
          . L’EPR a nucléaire neuf a un cout du kwh de 10,5 cts l’éolien en France c’est 8,2 cts pendants 10 ans après c’est moins cher au usa le prix de rachat c’est 4 cts de dollar ! le photovoltaïque au sol. c’est 8 cts.

          Conclusion le matériel neuf est plus cher que le vieux et ne pas oublier que après 20 ans le photovoltaïque ou l’éolien est amorti et pourra certainement fonctionner encore pour les installations de bonne qualité.


          • baptiste 3 janvier 2014 12:25

            D’où sortent vos chiffres ?

            La tête de série ( toujours plus chère car elle essuie les plâtres) EPR coute 8 Milliards . Elle produira 600 Milliards de KWH....La division donne 1,33 CTS/ KWH.... Si on double ce chiffre pour les déchets et le démantèlement( généreux) on arrive à 2,7 Cts /KWH
            Dans ma région ensoleillée, les fermes solaires produisent de l’électricité à 25 ctes le KWH et les éoliennes terrestres à 18 ctes/KWH ( 25 ctes pour l’éolien marin !
            Par contre au bout de 20 ans les éoliennes et panneaux solaires iront à la poubelle ! A t on chiffré le cout de leur démantèlement, surtout pour les panneaux qui contiennent des métaux rares très toxiques ?


          • raymond 3 janvier 2014 16:20

            L’EPR anglais coutera 109 euros le MWH 10,9 cts le kwh source la tribune

            http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20131021trib000791563/edf-construira-bien-2-epr-dans-un-royaume-uni-resolument-nucleocrate.html
            Pour le solaire la source c’est EDF

            http://www.edfenr.com/le-photovoltaique/tarif-achat-et-credits-d-impots-photovoltaiques-n799-1.aspx#first1
            Pour le solaire ne pas confondre le prix 2011 et 2013
            En 2013 c’est 32 cts intégré pour les petites instal particuliers 8 cts c’est les centrales au sol
            L’éolien t :Le tarif d’achat est fixé à 8,4 c€ /kWh pendant 10 ans, puis entre 2,8 et 8,2 c€ /kWh pendant 5 ans selon les sites.

            Source ADEME :

            http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=25017

            Pour les USA à 4cts de dollar l’éolien je te laisse avec google.


          • ecolittoral ecolittoral 3 janvier 2014 17:51

            Ou est le problème ?

            Les plus gros clients (entreprises) disparaissent tous les jours.

            Du coup les particuliers se prennent des augmentations pour compenser la perte de ces clients.

            Au train ou vont les choses, il sera de plus en plus rentable de pédaler pour avoir du jus, de produire quand il y aura du vent ou tant que le courant de la rivière sera suffisant.

            Quand à nos épaves nucléaires, attendons l’accident pour voir combien ça coutera...et si ça produira toujours. A raison de plus de 1000 « incidents » par an (rapport de l’autorité de sureté nucléaire), on ne devrait plus attendre très longtemps.


            • raymond 4 janvier 2014 10:12

              Juste pour en rajouter une couche on ne connait pas bien la durée de vie des panneau solaire certains constructeurs les garantissent 25 ans probablement certains dureront 30ans, ils faudra très probablement changer certaines pièces type onduleur mais même dans ce cas les lignes électrique, les supports et le cout de leur installation feront que le prix du kwh sera plus bas encore. Très probablement aussi le cout de fabrication des cellules aura encore baissé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès