Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La position du Japon sur la chasse à la baleine

La position du Japon sur la chasse à la baleine

Du 21 au 25 juin se tient à Agadir la 62ème réunion annuelle de la Commission baleinière internationale (CBI). Le Japon, principal pays qui continue à pratiquer la chasse à la baleine, menace de quitter la Commission si sa proposition n’est pas adoptée. L’ancien négociateur du pays auprès de la CBI, explique dans une interview au quotidien Asahi, la position de son pays.

Aujourd’hui, la chasse commerciale est interdite. Le Japon continue à réaliser des expéditions "scientifiques". Mais ce n’est un secret pour personne que la chair des baleines pêchées lors de ces expéditions est vendue sur l’archipel.

Lors de la réunion d’Agadir, le Japon souhaite obtenir la fin du moratoire et ainsi pouvoir pêcher en toute légalité. En signe de bonne volonté, il accepterait de réduire le quota de 935 à 440 cétacés par an (The Japan Times). Si cette proposition n’est pas adoptée, les japonais menacent tout simplement de quitter la CBI (JapanToday.com).

Quelle est la vision des Japonais sur cette question ? Selon le professeur Morikawa, auteur d’un ouvrage sur le sujet, ce problème ne les intéresse pas. Il ajoute que les actions des activistes australiens qui veulent empêcher par la force les expéditions annuelles dans l’océan austral seraient contre-productives. Elles donneraient le sentiment aux Japonais d’un affront aux traditions de leur pays (The Japan Times).

Les déclarations de Masayuki Komatsu, ancien négociateur du Japon auprès de la CBI, montrent la complexité du problème. Il clame que la population de baleines ne justifie pas l’interdiction de sa chasse. D’autre part, grandes consommatrices de poissons, les baleines seraient une menace pour des espèces sur-pêchées et en voie de disparition. Reconnaissant que les Japonais ne sont pas friands de viande de baleine, Komatsu y voit un problème de prix. Si l’Occident permettait au Japon de chasser les quantités qu’il souhaite, les prix baisseraient et la demande augmenterait. Ainsi, la baleine pourrait remplacer la viande dans l’alimentation des japonais. Or la viande demande de grandes quantités de céréales pour nourrir le cheptel, céréales qui sont cultivées à grands renforts d’engrais nocifs pour la planète. Figure de rhétorique ou réelle préoccupation pour l’environnement ? Espérons que les représentants d’Agadir se baseront, comme le réclame Komatsu, sur la réalité objective scientifiquement prouvée !

Pour plus d’information sur l’actualité du développement durable, connectez-vous à Green et vert


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • anty 24 juin 2010 12:26

    Il faut protéger les baleines même si le steck de baleines est excellent...


    • jako jako 24 juin 2010 12:27

      Bonjour , il me semble avoir entendu que cette campagne s’était soldée par 500 « captures » au lieu des 900 prévues grâce à l’action d’organisations de protection (merci à elles) , il ne faut pas focaliser uniquement sur le japon et la baleine, il y a aussi certains pays nordiques très propres sur eux (Norvège,Danemark) qui massacrent tous les ans ’par tradition’ des dauphins je vais voire si je trouve un lien.


      • jako jako 24 juin 2010 12:31

        Ouala c’est au Danemark : dolphins murder during a summer fest


      • yvesduc 25 juin 2010 21:35

        jako : POUR LES MANGER. C’est une pêche et non un « massacre », comme vous dites, et par exemple le harpon n’est plus utilisé pour la mise à mort car il pouvait infliger des souffrances inutiles aux animaux. La mort de ces dauphins n’est désormais pas plus douloureuse que celle par asphyxie dans les filets de pêche de nos chalutiers, malgré son aspect plus spectaculaire (mer rouge de sang).


      • Surya Surya 24 juin 2010 18:01

        "Il clame que la population de baleines ne justifie pas l’interdiction de sa chasse. D’autre part, grandes consommatrices de poissons, les baleines seraient une menace pour des espèces sur-pêchées et en voie de disparition.« 

        Pour ce qui concerne la première partie de cette déclaration, il faudrait que les pays chasseurs de baleines, dont le Japon qui n’a l’air de rien vouloir savoir, mais il n’est en effet pas le seul, ne soient pas de si mauvaise foi et reconnaissent qu’il n’y a pas des »baleines« , mais de nombreuses espèces de baleines, dont certaines quasiment disparues du fait des massacres, celles ci sont ultra protégées et on n’a pas du tout le droit de les tuer, d’autres très menacées, et d’autres dont les effectifs se maintiennent à peu près, mais uniquement en raison des quotas de pêche et du moratoire. Bien sûr, si on compte absolument toutes les baleines vivant sur la planète, sans faire la différence entre espèces ultra menacées, espèces menacées et espèces dont les effectifs sont à peu près ok, on peut penser qu’il y a suffisamment de »baleines« pour se donner le droit de les chasser.

        Pour la suite de sa déclaration, j’ai dû mal comprendre, en tout cas je l’espère vraiment : ainsi, pour protéger les espèces de poissons que nous surpêchons, et que nous massacrons, il préconise de tuer les baleines pour les empêcher de manger ce qui reste ?? Et ainsi, nous permettre de continuer à surpêcher dans avoir dans les pattes ces empêcheuses de tourner en rond ? Et on le laisse dire des choses pareilles ?

        Mais en effet il n’y a pas que le Japon, et puis il y a aussi le »finning", qui consiste à capturer des requins, leur couper à vif l’aileron, (la soupe aux ailerons de requins, c’est sacré, ça justifie bien qu’on torture un animal, n’est-ce pas) et les rejeter à l’eau encore vivants, et agonisants.

        J’aimerais bien revenir sur Terre dans deux cents ou trois cents ans rien que pour constater ce qu’il en reste, de notre pauvre planète. A mon avis, ça va pas être beau à voir.


        • amipb amipb 24 juin 2010 22:06

          Vous pointez du doigt le paradoxe de l’attitude humaine moderne vis à vis de la nature : seul l’homme a le droit de vie ou de morts sur les autres espèces, tout autre prédateur doit être écarté ou éliminé.

          C’est malheureusement faire fi de tout l’écosystème dont l’équilibre repose sur chacune de ses parties.

          Drôle d’époque...


        • adeline 25 juin 2010 19:03

          Bsr Amipd, c’est plus grave que cela car dés le début de la bible, quelque part dans la genése il est écrit : voici tout est à toi mais sache que tu en es responsable....
          donc en libéral le gestionnaire, cela reviendra à dire :
          qu’as tu fais de mes superbes baleines ? de mes dauphins si intelligents ? de mes vaches si calmes ? . 0A mon avis la note va être lourde.


        • phiconvers phiconvers 25 juin 2010 01:20

          Merci de consacrer un article à ce sujet. Voyez le beau film de J. Perrin « Océans ». Il faut aider les Asiatiques à se libérer de leur adiction aux poissons. Et, en attendant la guérison, réglementer la pêche drastiquement, et pas seulement en Europe. La France, avec la deuxième ZEE du monde, a une responsabilité particulière. Merci à Sarko et à son équipe d’arrêter de nous emmerder avec une démagogie de bas étage (états généraux du foot, suppressions des garden parties, etc.) et de se mettre à travailler en fonction des vrais problèmes.


          • yvesduc 25 juin 2010 21:36

            phiconvers : le poisson est très bon pour l’équilibre de notre alimentation et nous devrions en manger 2 à 3 fois par semaine. Les graisses du poisson notamment sont bien meilleures que celles de la volaille et de la viande rouge. Ce qui ne signifie pas qu’il faille en abuser, ni que la taille de la population humaine ne pose pas problème par rapport à celle des stocks de poisson.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

emiliefle


Voir ses articles







Palmarès