Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La réglementation contraignante du Grenelle pour les éoliennes est (...)

La réglementation contraignante du Grenelle pour les éoliennes est abandonnée

Bonne nouvelle pour la planète, pour les écologistes et pour les particuliers. Dans mon précédent article sur le sujet j’expliquais pourquoi la réglementation du grenelle de l’environnement handicapait toute évolution de l’éolien en France ainsi que dans les consciences. Cette règle est abandonnée aujourd’hui par Jean-Louis Borloo. Ceci permettra aux petits champs éoliens d’exister, et comme je l’ai précisé dans l’article, l’acceptation des éoliennes par les particuliers passe par l’intéressement au bénéfice. Celui-ci est à nouveau possible.

éoliennes

En effet, la réglementation du second grenelle de l’environnement imposait une puissance minimale à tout nouveau parc éolien. Le seuil minimum de puissance était de 15MW (mégawatts), ce qui favorisait les grands groupes puisque de petites exploitations étaient interdites. Ainsi les « amis » du président, EDF et Veolia pouvait faire de l’argent en toute sécurité puisqu’aucun concurrent ne pouvait arriver sans développer de gigantesques moyens.

borloo

Cette puissance minimale imposait un certain nombre d’éoliennes, ce qui officiellement luttait contre la dispersion des éoliennes, responsable d’une baisse de rentabilité. Même s’il est important de développer une technologie rentable, les subventions sont là pour compenser la différence avec la consommation des énergies fossiles où le coût de pollution n’est pas pris en compte. Il est, bien sûr important de développer de nouvelles technologies coûteuses aujourd’hui, mais efficaces face à la raréfaction du pétrole et face à l’estimation devenue nécessaire de la pollution engendrée.

Comme développé dans l’article à ce sujet, cette loi du grenelle empêchait toute acceptation des éoliennes par les sceptiques. En effet en empêchant les petits parcs éoliens, le grenelle empêchait surtout aux particuliers de participer à l’effort et donc aux bénéfices. Les particuliers qui peuvent acheter une éolienne, comme cela se passe en Europe du nord, comprennent rapidement l’intérêt économique de posséder une installation. Les bénéfices engendrés par la production électrique des éoliennes particulières ont rapidement raison de toutes les objections. L’argent motive les plus réfractaires. Pour un agriculteur en difficulté dans nos campagnes (la majorité) l’esthétique discutable des éoliennes est compensée largement par le bénéfice de l’investissement. Ainsi la société acceptera sans problème ce qui protège la planète et augmente leur pouvoir d’achat.

grenelle

Ce retour raisonnable à une législation plus respectueuse de l’environnement que des riches lobbies nucléaires permet, selon les déclarations du ministre Borloo de créer 60 000 emplois dans le secteur de l’éolien. Aujourd’hui cette règle défavorable à la planète et favorable aux grands groupes est donc abandonnée. Tant mieux pour la planète et pour les éoliennes, subventionnées aujourd’hui mais rentables demain. Il reste néanmoins de lourdes contraintes à une généralisation du système à tous les particuliers. Les éoliennes citadines voient le jour et les lobbies nucléaires ont de moins en moins d’arguments contres ces grands oiseaux d’acier. Pour ce qui est de la rentabilité, argument souvent mis en avant, je trouve que peu importe si cette technologie l’est. Notre société doit se désolidariser de l’argent roi, et la planète a plus de valeur qu’un quelconque bénéfice. Ajoutons aussi que lorsque le pétrole aura disparu (ce qui ne saura tarder) l’éolien sera alors fortement rentable. Ainsi comme le disent depuis longtemps les écologistes, sauver la planète sauvera aussi nos sociétés. Encore faudra-t-il ralentir notre course à la consommation effrénée pour créer une nouvelle société raisonnable. Mais ceci est un autre sujet…

source : LGV

Lire l’article Les éoliennes ont-elles du plomb dans l’aile ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • slip 6 mai 2010 13:45

    On ne sait même pas de quelles éoliennes vous parlez... Ni de quelle disposition exacte.
    Evoquez-vous l’abandon de la règle des 15 MW pour les éoliennes industrielles ?
    Ou alors le tarif de rachat toujours préférentiel pour les petites éoliennes ?

    S’agit-il des éoliennes industrielles de 150 mètres de haut ? Portées par des spéculateurs qui utiilisent le mal-être de la ruralité ? Et nous spolient de notre qualité de vie et patrimoine commun à tous ? Et qui n’ont jamais réussi, dans quelque pays que ce soit, à diminuer les émissions de gaz à effet de serre (cf Allemagne), mais bien davantage à tromper les bons petits écolos...

    Ou alors des éoliennes de moins de 12 mètres, non soumises à permis de construire ? Ou bien encore de celles qui font une trentaine de mètres ?

    Il est effarant de tout mélanger ainsi. Il y a autant de similiture entre une éolienne de 30 mètres d’un particulier et celle de 150 mètres d’un spéculateur qu’entre mon ventilateur et le réacteur d’un Boeing 747.

    Je n’ai rien contre les journaux laissé entre les mains de la plèbe, entre les mains de non professionnels de l’écriture ou du domaine qui sert de support à leur écriture. Je n’ai rien contre dès lors que l’on m’autorise à garder mon esprit critique vis-à-vis de ces nouveaux pseudo-intellos. Votre mot (qui comporte au moins une faute d’orthographe) n’est pas un article, mais « un post », digne d’un blogueur ou d’un commentaire comme le mien, qui ne se donne aucune prétention.

    On ne sait pas de quelles dispositions précises de la loi vous parlez.. Nous aimerions avoir les références. Vous y aller de vos affirmations, mais sans rien expliquer de vos positions. 

    J’ajoute que les particuliers que vous évoquez, partisans de l’éolien, sont en réalité les agriculteurs intéressés ainsi que les élus, et les familles des élus : dans la ruralité, les mélanges d’intérêt sont fréquents (le fils d’un maire partisan est propriétaire d’un terrain par exemple)... L’abandon de la règle des 15 MW ne changera rien à l’acceptabilité des éoliennes : ceux qui ont vocation à être partisans (agriculteurs qui crèvent de faim et élus inquiets pour leurs finances publiques) le sont déjà.

    En réalité, désormais, toute prolifération nouvelle des éoliennes ne fera qu’accroitre l’hostilité dont elles sont déjà l’objet ! A cela une raison simple : un paysage, c’est un bien qui appartient à tous, au local comme à l’étranger, au rural comme au citadin. Or, l’on nous le spolie pour le compte d’intérêts strictement privés, matériels, et financiers, ce que d’ailleurs vous reconnaissez. Pour vous en effet, le profit financier est la contrepartie, l’indeminisation devrais-je dire, du saccage de notre paysage : je vous remercie et sais gré de le reconnaitre implicitement dans votre commentaire ! 

    Bref, en réalité, rien de nouveau sous le soleil...

    ... Les éoliennes sont toujours une aberration écologique, économique.

    Et quand je vous lis, je me dis que les promoteurs spéculateurs ont raison d’agir comme ils le font : ils fondent leur profit, nous spolient nous tous citoyens en instrumentalisant la niaiserie écologiste...

    Continuez à écrire comme ça : les anti-éoliens se bidonnent ! 
    Et les partisans continuent à perdre leur crédibilité.


    ps : je ne suis pas pro nucléaire. On peut être anti-éolien et avoir rien à foutre du nucléaire...(ralala...Ces écolos binaires alors, il faut tout leur expliquer...)





     




    • slip 6 mai 2010 15:20

      Cassino,
      J’entends bien ce que vous dites : cela me fait pensez à la chronique d’Eric Zemmour, d’avant hier, qui remettait à leur place les lobbyistes éoliens.

      Il faut comprendre pourquoi il y a ce violent ras-le-bol des éoliennes.

      - Les promoteurs localement opèrent de manière abjecte et malhonnête.

       ils agissent dans le plus grand secret. Car tant qu’il n’y a pas de débat, tant que le projet reste méconnu, la population ne peut pas s’opposer. Elle m’apprend que tardivement qu’elle va être spoliée. La concertation citoyenne apparaît alors

      - La concertation est violente car les valeurs que l’éolien soulève sont elles aussi abjectes.

      Les considérations environnementalistes sont instrumentalisées : l’enjeu premier, c’est l’argent, le pognon. Le moteur de l’éolien, c’est la cupidité. Dans le débat, on voit l’élu qui a peur pour ses finances publiques, l’agriculteur qui crève de faim et le promoteur qui nous expliques que 12 éoliennes de 150 mètres de haut, ça va embellir l’Aveyron ou la Normandie (qui ont toutes deux deux campagnes magnifiques, qui deviennnent rares)

      - Les promoteurs foncent partout où il y a un gisement de vent, en se foutant du respect du citoyen, de l’habitant humbe et sans pouvoir.

      Les données élémentaires de vie en société et de respect de l’autre et de son cadre de vie ne sont pas respectées : les promoteurs se ruent sur tous les lopins de terre où une éolienne pourrait éventuellement tourner. C’est ce qui explique cette aberration d’une hausse de 90% de l’éolien en seulement 2 ans.

      -la population voit son paysage, son patrimoine changer à vitesse exponentielle

      Une ligne haute tension se noie dans le paysage assez vite. 12 éoliennes sur une crête défigure des Monts entiers à des dizaines de km de distance.

      La population veut juste du respect.
      La population ne supporte plus de voir ses deniers versés en payant sa facture EDF revenir à des gens qui n’ont rien à faire de l’environnement, et qui n’ont qu’un but : les spolier de leur cadre et qualité de vie et d’un patrimoine commun à tous.

      L’éolien, c’est la double peine : on paie des euros en plus sur notre facture EDF pour une source d’énergie inutile car la France n’émet pas les Gaz à effet de serre qui commande le développement de l’éolien au niveau communautaire.... Et on se retrouve avec un territoire massacré !

      Non. Stop. Ca suffit.
      Les Nass et wind, Valorem, La compagnie du vent, EDF Energies nouvelles ne méritent que le goudron et les plumes !


    • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 6 mai 2010 15:52

      Les anti éoliens, ceux sont les mêmes qui ne veulent pas du contournement ferroviare ou autoroutier, de l’usine de retraitement des déchets, de la construction d’une prison, de logements sociaux, d’ hopitaux psychiatriques, non, non pas de ça chez nous, il doit bien exister une banlieue pourrie pour tout ces équipements.

      Quand par malheur ils découvrent que leurs élus ont malgré eux passé outre, et privilégié l’intérêt public, ils sortent courageusement de leur chaumière pour aller gueuler de concert, se réclamer de la mobilisation populaire, ça fait du bruit, ça pollue notre joli paysage, d’ailleurs une ligne à haute tension c’est bien plus beau ect.ect.....
      Continuez à écrire comme cela, les partisans des énergies renouvelables se bidonnent !

    • slip 6 mai 2010 15:58

      Une voie de contournement ferroviaire peut se justifier. Un contournement autoroutier aussi. Tout comme une usine de traitement des déchets, la construction d’une prison.

      Mais les éoliennes, elles, ne se justifient pas sur notre territoire.

      A cela une raison simple : la pollution qui les commande au niveau communautaire, ce sont les émissions de gaz à effet de serre. Or, la France a fait le choix d’une autre source de pollution. Elles sont donc chez nous un hors sujet.
       
      Les écolos (instrumentalisés) et les promoteurs en font une solution pleine d’inconvénients à un mal........... Mais un mal dont nous ne souffrons tout simplement sur notre territoire !!!



      • joletaxi 6 mai 2010 16:18

        A quoi bon expliquer ,à quoi bon démontrer,à quoi bon polémiquer,dans un domaine où l’on a abandonné la rationalité pour le dogme.

        En tout cas, s’il y a un lobby nucléaire, il y a un lobby éolien très actif, à en voir les multiples articles de presse et autres pubs déguisées.
        L’autre jour, un sondage en belgique accordait à l’éolien 95 % d’opinions favorables,on se croirait revenus à la belle époque de Staline ou de Cheausescu.
        En plus ,ils peuvent compter sur les verts, qui, depuis toujours cloîtrés dans leur dogme anti-nuc,et n’ayant aucune solution de rechange suite à l’hystérie CO2,ont fait de l’éolien leur sésame,jouant au passage le rôle d’idiots utiles aux requins en embuscade.
        Et leur empressement à défendre la nature est à géométrie variable ;
        Pas étonnant quand on sait que le directeur de l’organisme de conservation de la nature en Angleterre est actionnaire d’une société éolienne.
        On pourrait recommencer la discussion de l’autre jour sur un article précédant traitant du même sujet,sans aucune chance d’éviter que les mêmes ne viennent avec leurs arguments à 2 balles nous expliquer qu’ils sont les sauveurs de la planète.


        • @lbireo @lbireo 7 mai 2010 07:58

          bonjour, je connais assez bien M poignant auteur de l’amendement du même nom, pour avoir habité à Basse-Goulaine, dont il a été maire pendant plus de 20 ans.

          cet amendement est un coup de poignard pour l’éolien, en imposant un seuil de production minimum aux exploitations pour pouvoir bénéficier du rachat de leur électricité à un tarif préférentiel.

          35 communes de loire-atlantique s’étaient associées pour essayer de faire sauter l’amendement.

          le but de cet amendement était selon lui d’empêcher la floraison anarchique d’éoliennes dans les campagne.

          c’est tout à son honneur, mais on peut se poser des questions quand quelqu’un fait voter un tel amendement alors que son département compte plus de 64 projets d’éoliennes et quand on sait que les transformateur EDF capables de soutenir le niveau de charge qui fut fixé se compte sur le bout des doigts.

          cet homme est ce qu’on pourrait appeler un « anti-éolien primaire »

          pour vous donner une idée de son ouverture d’esprit, il avait à un moment envisagé d’interdire aux jeunes de sortir après 20h. il faut dire que les chiffres de la délinquance sont si élevés à basse-goulaine qu’on en parle quotidiennement dans tous les journaux nationaux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès