Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La saga du sac plastique

La saga du sac plastique

Canalblog011Les Français aiment bien les sacs en plastique qu’on leur distribue aux caisses des supermarchés pour emballer leurs courses. C’est pratique, ça évite d’avoir à emporter ses propres sacs, ceux que l’on oublie toujours à la maison, et ça sert de sac poubelle ensuite, lequel est ainsi recyclé dans les ordures ménagères.

Malheureusement, certains de ces sacs n’arrivent pas jusqu’à ce stade et se retrouvent un peu partout dans la nature, parfois même au plus profond des déserts ou en pleine mer. Et comme ils sont indestructibles...

Les grandes surfaces ont mené une lutte parfois anticommerciale pour certaines ( n’est-ce pas, Monsieur Leclerc ?) contre la distribution de ces sacs, parce que cela leur coûtait cher finalement, et aussi pour se donner sans doute une posture écologique. On ne sait jamais, ça peut toujours faire vendre. Ils vous ont proposé en échange, pour une somme très modique, des grands sacs-cabas, toujours en plastique, mais réutilisables et échangeables, qui ont eu un certain succés. Globalement, le nombre de sacs distribués a ainsi diminué de 33% en deux ans. Il en reste tout de même 10 millions distribués tous les ans.

Au grand dam des PME qui fabriquaient ces sacs en polyéthylène extrudé, dont certaines ont disparu ; d’autres ont dû réduire leurs effectifs sévèrement.

La loi dite d’orientation agricole du 6 janvier 2006 vient de signer la mort annoncée de ces sacs, qui devront avoir totalement disparu au 1er janvier 2010, et devront être remplacés par des sacs biodégradables à 100%. La base biodégradable pour les produire est de l’amidon de maïs ou de la fécule de pomme de terre, et on peut continuer à utiliser les mêmes machines. Seul problème, ils coûtent deux à trois fois plus cher pour l’instant que leurs homologues à base pétrolière. D’ici 2010 on peut espérer que la montée en puissance de la production de ces matériaux de base, et malheureusement peut-être la poursuite de la hausse du pétrole, viendront en atténuer le surcoût.

Sur leur durée de disparition dans la nature, ce sera une amélioration certaine mais pas encore la disparition sous huit jours, car ils ne se dégradent que sous certaines conditions de température et d’humidité. Par contre, il est à craindre que le consommateur, les sachant biodégradables, ne les abandonne plus facilement dans la nature.

Pour la petite histoire, en Irlande où dès 2002 ces sacs sont devenus payants (0,15euros), on a pu constater la disparition à 90% de leur utilisation en trois ans. Par contre, la vente de sacs poubelles en plastique s’est envolée dans le même temps, ce qui fait que la consommation totale de polyéthylène n’a pas varié...


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (112 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • José w (---.---.25.142) 24 août 2006 11:37

    Oui, ces sacs plastiques sont interdits dans mon département depuis plus d’un an : du coup on est obligé d’en acheter pour faire les courses (sacs cabas) et d’en acheter aussi pour emabller les déchets (sacs poubelles), sacs qui sont évidemment dans la même matière polluante.

    Résultat : il n’y a pas vraiment d’avantage environnemental à cette opération, mais un avantage commercial évident pour les professionnels concernés (Grandes surfaces et fabricants de sacs poubelles surtout).

    La bonne solution, serait de confectionner des sacs entièrement biodégradables (ils existent mais ils coutent plus cher), et remplacer tous les autres par cette matière non polluante... mais « bizarrement » (pas tant que cela quand on voit comment on est gouverné), peu de monde fait cette proposition de simple bon sens.

    Il faut dire que notre système est devenu tellement vérolé par le business et les lobbies du pétrole que le bon sens est aujourd’hui une valeur douteuse, voire même dangereuse selon certains (comme on a pu le lire sur quelques articles d’Agoravox).


    • nico (---.---.55.253) 24 août 2006 12:03

      « qui est ainsi recyclé dans les ordures ménagères » ça veut dire que les sacs seront soit brûlés... soit enfouis... ça s’appele pas du recyclage.. ! Et les gens qui font croire qu’ils passent tous leurs sacs plastiques en poubelle.... pfff... pas possible : 15 milliards de sacs, ça fait deux sacs par personnes tous les 3 jours... ça fait beaucoup de déchets ça (à moins d’y metttre papier, cartons, fer,...).


      • Marcel Patoulatchi (---.---.103.59) 24 août 2006 22:16

        Vous ne pouvez pas prendre une moyenne et estimer que cela correspond à l’attitude de tous. Vous oubliez les extrêmes, vous n’avez pas d’idée quand à la fréquence des cas. Pour ma part, utiliser les sacs plastique comme sac-poubelle à toujours bien fonctionné - il restait quelques sacs en plus, mais ça servait aussi à l’occasion.


      • bj33 (---.---.206.205) 24 août 2006 12:13

        J’ai le souvenir d’avant les sacs en plastique, quand j’allais faire les courses avec le filet à provisions familial.... et où les sacs en papier coutaient suffisamment cher pour que les commercants le économisent.

        L’objet a créé le besoin.


        • Birlouz (---.---.149.152) 24 août 2006 12:44

          « Pour la petite histoire, en Irlande où dès 2002 ces sacs sont devenus payants (0,15euros), on a pu constater la disparition à 90% de leur utilisation en trois ans. Par contre, la vente de sacs poubelles en plastique s’est envolée dans le même temps, ce qui fait que la consommation totale de polyéthylène n’a pas varié... »

          Je pense qu’une telle solution ne pourra pas être efficace tant que les produits acheté en grande surface seront constitués de 50pct d’emballage (inutile ?).

          Réduire le contenu permettra de reduire le contenant.

          Birlouz.


          • bulu (---.---.1.39) 24 août 2006 14:53

            « La loi dite d’orientation agricole du 6 janvier 2006 vient de signer la mort annoncée de ces sacs, qui devront avoir totalement disparu au 1er janvier 2010, et devront être remplacés par des sacs biodégradables à 100%. La base biodégradable pour les produire est de l’amidon de maïs ou de la fécule de pomme de terre, et on peut continuer à utiliser les mêmes machines ».

            Comme le mais a rendement eleve est cultive avec des doses massives de pesticide et d’engrais (produits par le petrole !), le bilan ecologique de l’operation a besoin d’etre explicite.


            • (---.---.50.133) 24 août 2006 15:32

              ce que ce malhonète blogueur qui sévit méchemment ici ne dit pas, c’est que en fait des multinationales comme sygenta voit l’occasion rèvée de recycler leurs mais transgeniques !

              Conclusion : il faut faire attention à n’utiliser que des sacs biodégradables non OGM car les ogm ne sont pas biodégradables !

              On peut faire un tour ici pour voir ce qui nous arrive sur le pif : la contamination génétique des eaux de la planète !  smiley

              http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=10275

              y a moyen de vadrouiller aussi sur ce site

              N’oublions pas que l’épuisement des nappes phréatiques vient de ces mêmes cultures polluantes qui ne sont pas adaptées au terroirs, qui GASPILLENT l’eau et avec les pesticides utilisées à foison, empoisonnent les hommes et l’environnement.


            • (---.---.43.7) 24 août 2006 17:07

              Les OGM, pas biodégradables ???

              Où allez vous chercher cela ???

              Les OGM ont les mêmes propriétés que les autres matériaux d’origine végétale. Certaines parties peuvent se dégrader plus lentement que d’autres, mais tout finit par disparaître !

              Ou alors entendez-vous par là que lors du phénomène de dégradation, il y a contamination du sol ? Cela est hautement improbable. D’une part à cause du processus de transformation en plastique, qui devrait détruire totalement l’ADN ou presque, d’autre part de l’ADN de plante morte a de toute manière peu de chance d’être récupéré tel quel par les cellules vivantes environnantes. La seule contamination possible que je verrais serait si des graines n’avaient pas été détruites et arrivaient à germer.


            • Aldoo (---.---.43.7) 24 août 2006 17:12

              Cela dit, OGM ou pas, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée de produire du plastique de maïs en France. La culture de cette céréale est déjà un désastre écologique en soi, ne serait-ce que pour sa consommation d’eau !


            • (---.---.88.192) 25 août 2006 07:58

              « La seule contamination possible que je verrais serait si des graines n’avaient pas été détruites et arrivaient à germer. »

              oui oui ! si vous le dites ! c’est pour ça que des ogm biodégradables se retrouvent dans les cultures conventionnelles ou bio ou bouffent le foie des souris où se retrouvent dans l’eau ou contaminent les fôrets, où des gènes d’animaux sont mélngées avec des gènes humains qui se recombinent avec d’autres gènes, où l’état gèologique du sol est en train d’être détruit, où des plantes sont rendues stériles par des ogm « biodégrables » !

              Donc je le redis : LES OGM SONT NON BIODEGRADABLES smiley !


            • paul (---.---.75.49) 24 août 2006 16:17

              on demande aux gens de changer de comportement et pour ce faire il est mis des taxes supplémentaires donc les gens payant plus cher estiment qu’ils ont payé pour ne pas changer de comportement.

              pour le maïs qui consomment énormément d’eau et de pesticides, plus les paysans irriguent et traitent plus ils reçoivent de subventions de l’europe, pourquoi voulez vous qu’ils plantent des radis qui n’en rapportent pas un.

              pour la pollution de l’eau les paysans ne payent pratiquement rien pour le traitement en aval, pourquoi voulez qu’ils changent de comportement.

              il n’aura échappé à personne que tout le monde préfère que se soit le voisin qui fasse l’effort tant vous n’y êtes pas obligés.


              • celestin (---.---.248.129) 24 août 2006 17:07

                La maniere dont les grandes surfaces eliminent les sacs en plastique est hypocrite.

                On veut nous faire croire que c’est pour des raisons environnementale, mais alors dans ce cas il faudrait d’abord elimine les monstrueux plastique entourant certains produit. Par exemple, a la caisse, la caissiere m’a fait un cours de protection environnementale a la Carrefour, alors qu’en meme temps Perrier propose des bouteilles en plastique au lieu du verre...

                Dans de nombreux pays, on propose des sacs en papier. Pourquoi ne pas faire la meme chose ?

                Enfin, je suis bien content de l’etude Irlandaise sur les sacs poubelle.

                Tout cela est bien hypocrite. Dans le meme genre j’ai lu que lors des periodes de secheresse, l’irigation representait 89% de la consommation d’eau, donc les economies des particuliers c’est pour la bonne conscience. On ne peut raisonner qu’avec des vrais chiffres et pas la propagande gouvernementale ou de Leclerc.


                • Aldoo (---.---.43.7) 24 août 2006 17:15

                  Attention aux emballages en verre !

                  J’ai bien peur que le bilan énergétique de leur fabrication et de leur recyclage ne soit guère glorieux non plus ! (Quelqu’un aurait des chiffres ?)

                  Part contre, si on rétablissait le système des consignes, cela changerait tout !


                • gem (---.---.117.250) 24 août 2006 17:48

                  ben non, la consigne c’est pas terrible non plus : le transport c’est couteux et peu écologique, l’indispensable lavage non plus n’est pas spécialement sain, etc. La consigne existait, elle a disparu, c’est donc qu’économiquement elle ne tenait pas la route

                  Une indication : le prix des eaux « premiers prix » en hyper ou chez les harders. La matière première (l’eau) est gratuite, la bouteille en platique ne vaut presque rien non plus, y’a pas de marketing, et les fabriquants et les harders ne gagnent presque rien sur chaque unité vendue. Le prix est représentatif des couts de manipulations, depuis l’usine de fabrication jusqu’au magasin : voyez vous-même ...


                • gem (---.---.117.250) 24 août 2006 17:54

                  @celestin

                  « consommation » est un terme pariculièrement inadapté à l’eau, et tout spécialement à l’eau d’irrigation : elle repart dans l’atmosphère (et retombera en pluie plus loin), ou elle s’inflitre dans le sol (où elle va nourrir un cours d’eau en aval), mais ça reste de l’eau !


                  • (---.---.162.15) 24 août 2006 18:38
                      Par contre, la vente de sacs poubelles en plastique s’est envolée dans le même temps, ce qui fait que la consommation totale de polyéthylène n’a pas varié...

                    Hé oui, les sacs des grands magasins servaient pour la plupart d’entre nous à emballer les déchets et ce besoin n’a pas disparu, si bien qu’on est maintenant amenés à acheter ce que l’on avait gratuitement avant.

                    Par contre du côté des emballages plastiques (blister etc.), il n’y a eu aucune restriction alors qu’il y aurait gros à faire... Il n’y aucun lobby pour pousser la commission européenne à agir...

                    Plus le produit est petit, plus son volume augmente avec l’emballage, il serait facile d’exiger un ratio maximum. Le gain serait immédiat et conséquent, surtout que c’est souvent un plastique épais.

                    Am.


                    • Goldy Goldy 24 août 2006 20:04

                      Il me semble que dans les pays nordique, l’utilisation de sacs en papier est très répandu, également comme sac poubelle, ce qui a en plus de la qualité écologique, une qualité sanitaire, les déchets perdant ainsi une très grande quantité d’eau, ils pourrissent moins et les poubelles nordiques ne sentent pas mauvais. J’avais vu ça à la télé, il y a bien 10 ans.

                      Pour ma part qui travaille dans un grand magasin parisien, nous pouvons choisir de donner des sacs en papier ou en plastique, j’essaie de ne jamais donner de sac plastique à mes clients, sauf quand c’est pas possible.


                      • FURAX (---.---.243.151) 24 août 2006 20:27

                        Aux etats unis, ils utilisent déjà et depuis plus de trente ans , des sacs en kraft ou en papier recyclé sans poignée et personne ne se plaint !! smiley


                        • Zamenhof (---.---.40.241) 24 août 2006 20:36

                          "Oui, ces sacs plastiques sont interdits dans mon département depuis plus d’un an : du coup on est obligé d’en acheter pour faire les courses (sacs cabas) et d’en acheter aussi pour emabller les déchets (sacs poubelles), sacs qui sont évidemment dans la même matière polluante.

                          Résultat : il n’y a pas vraiment d’avantage environnemental à cette opération, mais un avantage commercial évident pour les professionnels concernés (Grandes surfaces et fabricants de sacs poubelles surtout)."

                          BIEN DIT ! et ça a aussi l’avantage pour les « flics » qui nous gouvernent de rendre ENCRE ET TOUJOURS UN PEU PLUS difficile et insécure (et dévoreuse de temps) la vie des pauvres citoyens ordinaires, qu’on criminalise et auxquels on fait payer les pots cassés .....


                          • Zamenhof (---.---.40.241) 24 août 2006 20:39

                            « Je pense qu’une telle solution ne pourra pas être efficace tant que les produits acheté en grande surface seront constitués de 50pct d’emballage (inutile ?). »

                            absolument !

                            C’est pouquoi je dis que ce sont les entreprises (et les « calotins » sécuritaires et maniacohygiénistes,etc) qui nous imposent toute cette merde en nous chargeant après d’en payer les pots cassés ! (et payer !!!)


                          • pm (---.---.69.153) 25 août 2006 10:14

                            Oups .. Le sac plastique déchaîne toujours autant les passions et conduit toujours à des discours passionnels se basant sur aucuns faits scientifiques. Le sac plastique est le produit le moins polluant avec le bilan écologique le plus favorable.Car il est facilement valorisable. http://www1.carrefour.fr/pdf/rapport_carrefour_post_revue_critique.pdfacv price cooper . Néanmoins il ne doit pas être abandonné. Si Il l’est il doit disparaître dans toutes les conditions environnementales. Ce n’est pas le cas des sacs à base de ressources végétales . Le papier est la pire des solutions, le bilan écologique est désastreux . L’expérience irlandaise a conduit à un afflux d’emballage de toutes sortes qui posent de graves problèmes de recyclage et de valorisation. La promotion des sacs biodégradables à base d’amidon de maïs a été faites pour offrir des débouchés aux agriculteurs, les subventions européennes devant diminuer prochainement , et les élections approchent. Le bilan environnemental, la faible production, l’utilisation des pesticides et des OGM (incontrolable), la rapide biodégradation qui conduit à émettre du CO2 non récupéré dans l’atmosphère, sans aucun bénéfice pour les composts, montre que ce n’est pas la solution Une autre solution existe à ce jour le plastique additivé oxo-biodégradable (oui le plastique peut etre biodégradable lisez les VRAIES études scientifiques ) . Cette solution est adaptable immédiatement à faible coût et se dégrade dans tous les types d’environnement. Elle est intermédiaire car liée au pétrole . Mais voilà, on peut aussi fabriquer du polyéthylène à base de, gaz (les réserves sont immenses )ou de bioéthanol issu de bettrave, de canne à sucre... par déshydratation. Le processus existe depuis 15 ans mais n’était pas alors économiquement rentable .


                            • Ronan (---.---.8.84) 26 août 2006 20:58

                              Ben, c’est tout simple, la solution c’est que chacun possede son sac a lui : en toile, en tissu, en osier,... Et que s’arrete le concept completement idiot des sacs de supermarche (quelle qu’en soit la matiere).

                              Puis, la suite du programme ce sera de reduire les emballages au minimum, de faire comme dans les cooperatives bio, avec des aliments en vrac le plus possible.  smiley


                              • (---.---.22.176) 29 août 2006 23:15

                                « Ben, c’est tout simple, la solution c’est que chacun possede son sac a lui : en toile, en tissu, en osier,... Et que s’arrete le concept completement idiot des sacs de supermarche (quelle qu’en soit la matiere). »

                                Mais pour ça il faut que les Supermarchés cessent de traiter les clients avec des sacs comme des délinquants en puissance !

                                Ou,mieux, boycotter ces sales endroits et recréer des magasins à visage humain.


                                • Shreck (---.---.219.1) 4 septembre 2006 12:27

                                  Bonjour,

                                  Je tenais à rappeler que les études scientifiques sur les sacs plastiques (Analyse du cycle de vie, écobilan) ont toutes abouties au constat suivant.
                                  - A partir de 4 à 7 réutilisations (selon les modeles et les usages), le sac plastique réutilisable est le meilleur écologiquement parlant.
                                  - Le sac papier constitue une mauvaise solution. L’industrie papetiere est dépensière en ressources premières et produits toxiques (nottament pour blanchir le papier ou traiter les papiers recyclés)
                                  - Il faut un changement de comportement des consommateurs afin qu’ils adoptent le cabas réutilisables, une caisse en plastique pliante, un sac en osier, un sac à dos, si l’on veut un réel bénéfice environnementale.
                                  - Le Néosac et autres sacs dits bio-fragmentables constituent une mauvaise solution. Ils ne respectent pas les normes de biodégradabilité ou de compostage.


                                  • leplusbelhommedumonde (---.---.118.243) 17 septembre 2006 04:41

                                    Quand va-t’on arréter de faire le tri sélectif, fausse solution qui engraisse Vivendi et consorts ? Il est temps de moins emballer, suremballer, il est temps d’obliger l’utilisation des piles rechargeables et consignables. La manne qu’éco-emballage reverse aux sirtom, sictom, ...les encourage à toujours plus trier. La valorisation du déchêt est devenu le nouvel eldorado. L’industrie du papier-carton jubile.


                                    • MICHEL (---.---.146.138) 25 octobre 2006 10:12

                                      MICHEL Merci à tous d’avoir votre opinion soit d’un consommateur, d’un écologiste, d’un citoyen avec la volonté de bien vivre ensemble, et de rechercher soit l’information, soit l’idée que tel ou tel organisme écologique ou commercial qui à bien voulu mettre en valeur pour des besoins qui sont, dans tous les cas des actions financières, et surtout d’un sentiment dérangeant afin de s’attribuer le bien fait et le bien pensé d’un groupe de personnes ou d’industriels. La présence du plastique est aujourd’hui un bien fait pour nous tous (sauf pour Cendrillon qui adore la citrouille*), les sacs plastiques sont eux aussi un bien fait, nous permettre de ne plus déposer nos ordures en vrac dans les poubelles et de retrouver les odeurs du passé quand nous nous rendions à l’école ou au travail avec des trottoirs souillés, les rats qui couraient dans les caniveaux remplis de déchets. Il n’y à de cela que 40 ans.

                                      Un avenir vu par Michel. Je rêve d’un sac plastique que je pourrais enterrer dans le jardin d’à côté, et y trouver une rose dans le mois suivant. Mais comment faire pour ces milliards de sacs, puisque l’on nous demande de consommer plus (mieux), mais, sans faire de déchets ??

                                      Les bêtises de Michel ! ou ?? Au fait, savez vous qu’un Dauphin ou qu’une Tortue avec les nouveaux sacs biodégradable, tous deux aurons quand même réduis considérablement leur temps pour mourir, puisqu’ils aurons plus que quelques semaines à souffrir d’étouffements avec le bio ( au fait ‘bio’ quoi ?) alors qu’avant ils devaient patienté plusieurs années avant que le sacs de caisse en plastique ne ce décompose. ! ?

                                      PLANETE POUBELLE !! vu par Michel ?? Je rêve d’une planète ou nos déchets (avec puce électronique et webcam ‘alimenté par panneaux solaire’ pour suivre l’état de décomposition, ou pourquoi pas, sur le soleil sachant que la température devrait permettre de brûler tous nos excès) serons envoyés en même temps qu’un satellite (pour en réduire les coûts) après impôts d’arianéco. Je sens des sentiments divergents.

                                      L’idée de Michel ! Et si je vous promet très bientôt de vous offrir un cabas tout neuf, en (plastique pour sa solidité, ou et en matière ’’bio-quelque chose’’ pour un sentiment plus noble) que vous conserverez plusieurs mois (bio) ou années (plastique), ce qui vous permettra de n’utiliser qu’un minimum de sacs de caisse, en vous offrant ce cabas je vous demanderais d’être et de faire autour de vous à ce que chaque consommateur prenne conscience que l’avenir de nos enfants sur notre planète est en jeu.

                                      * Citrouille = voiture = plastique .(explication au cas ou, désoler, humour).


                                      • MissNina (---.---.67.62) 31 octobre 2006 16:07

                                        Bonjour,

                                        Je suis apprentie au service qualité dans une entreprise agroalimentaire et ma mission est de mettre en place une Norme sur l’environnement (la Norme ISO 14001 pour ceux qui s’y connaissent). J’ai commencé mon étude sur la gestion des déchets de l’entreprise. Nous jetons beaucoup de sacs vides de 20 kg (en moyenne), composés en polyéthylène, aux ordures ménagères. J’aimerais savoir s’il existe des possibilités de recyclage ou de valorisation ? Ou bien, est ce qu’il serait préférable de mettre ces sacs à la poubelle à plastique (poubelle jaune) plutôt qu’aux ordures ménagères ?

                                        Merci aux personnes qui pourront m’éclairer sur ce sujet.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès