Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La transition énergétique doit protéger l’environnement et la santé (...)

La transition énergétique doit protéger l’environnement et la santé publique

Lors du discours de lancement de la Conférence Environnementale, le 14 septembre 2012, le Chef de l’Etat a confirmé, au sujet de la transition énergétique, que l’on arrêterait définitivement Fessenheim en fin 2016 et que l’objectif était de ramener la proportion d’électricité d’origine nucléaire de 75 % actuellement à 50 % en 2025. 

Curieusement, rien n’a été dit sur l’ensemble des autres énergies primaires carbonées et importées : pétrole, gaz et charbon qui représentent plus de 50 % de la consommation française en énergie primaire et sont responsables de la quasi totalité des émissions de gaz carbonique. 

Or l’accroissement de la consommation en CO2 dans l’atmosphère est responsable des désordres climatiques et pose le problème le plus grave pour l’avenir. 

La France est en tête du classement européen, hors pays scandinaves, en matière d’émission de gaz à effet de serre : 5,5 tonnes de CO2 par an et par habitant contre 9,2 en Allemagne. 

Ces émissions résultent de l’utilisation des combustibles fossiles carbonés. 

(Extrait du rapport de décembre 2011 du Commissariat général du développement durable (Ministère de l'Ecologie du Développement durable des Transports et du Logement). 

Les émissions de CO2 dues à la combustion d'énergies fossiles en 2009 : 

  • Allemagne 750 Mt, 
  • France 354 Mt, 
  • USA 5 195 Mt 
  • Monde 29 Milliards de tonnes 

Emissions par habitant et par an 

  • France 5,5 t par habitant. 
  • Allemagne 9,2 t par habitant 
  • USA : 16,9 t par habitant 

Au niveau mondial 55% des émissions proviennent de l'industrie lourde. 

Parmi ces 55%, elles se répartissent ainsi : 

  • La production d'électricité : 38% 
  • Les cimenteries : 8% 
  • Le secteur transformation de l'énergie (pétrole, gaz, raffinage...) : 7% 
  • la sidérurgie : 3% 

Pour la France (source SOeS. calcul simplifié à partir du bilan des énergies juin 2009) 372 millions de tonnes ont été émises en 2008. 

Les émissions se répartissent entre : 

  • Les transports : 38% 
  • Les secteurs résidentiels et tertiaires : 26% 
  • L'industrie et l'agriculture : 21% 
  • La production électrique, parc de référence : 8% (dont 26,7 Mt rejetées par le secteur transformation de l'énergie : 6%) 

En 1980, la production électrique était responsable de l'émission de 106 Mt de CO2

En 1990, de 39 Mt 

En 2008, de 33 Mt. 

Cette baisse spectaculaire est liée à la montée en puissance de l’électronucléaire. 

En France, l'émission globale moyenne de la production d'électricité est de 79 g par kWh. 

La répartition par mode de production : 

  • Nucléaire : 3 g par kWh 
  • Hydraulique : 5 g par kWh 
  • Charbon : 900 g par kWh 
  • Fioul-pointe : 1 100 g par kWh 
  • Hors parc : 500 g par kWh Importé 

Comme on le voit dans les statistiques du Ministère, la situation de la France résulte simplement du fait que le secteur électrique est le 4ième émetteur de gaz carbonique en France alors qu’il est le premier ailleurs. 

L’électricité française est décarbonée à 90 %. Ce qui, d’ailleurs, ne nous laisse que très peu de marge de manoeuvre pour réduire encore les émissions dans le futur. 

Lors de la Conférence de Copenhague en 2009 qui faisait suite aux accords de Kyoto, la France, qui en a été le moteur, a proposé : 

  • Une réduction de 25 % de ses émissions en 2020 par rapport à la référence de 1990, objectif qui devrait être atteint mais difficilement. 
  • De se placer sur une trajectoire qui lui permettrait d’atteindre une division par 4 des émissions de CO2 en 2050, soit 1,5 tonne par an et par habitant. C’est un engagement très difficile voire impossible à tenir. Cet effort est complètement tributaire des secteurs de l’habitat et du transport. Il nécessite, outre les économies d’énergie, la substitution d’énergies non carbonées au fioul et au gaz 

Cette Conférence n’a pas débouché sur un accord international. Néanmoins ce sont ces chiffres qui ont été retenus dans les feuilles de route issues du Grenelle de l’Environnement. 

Pour confirmer les engagements de la France dans la lutte pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la protection de l’Environnement, le Président de la République a été l’un des rares chefs d’Etat des pays industrialisés à se rendre à la Conférence de Rio et à y prononcer un discours pour bien montrer le sérieux des intentions du pays. 

Ces engagements ont été pris pour essayer de limiter les impacts sur le climat liés aux émissions anthropiques de gaz à effet de serre, notamment la montée des températures et tout le cortège des conséquences qui en résultent, ainsi que les dérèglements climatiques qui semblent se multiplier. 

Le chemin proposé aujourd’hui, s’il était suivi, conduirait, en réalité, à augmenter considérablement nos émissions de gaz à effet de serre qui, outre le gaz carbonique, résultant de l’utilisation des combustibles carbonés, comprennent aussi les rejets directs de méthane via les fuites sur les réseaux de gaz et les stations de détente et compression. 

Les émissions de gaz carbonique entrainées par la production de 110 TWh par des CCGT donneraient, à elles seules, une augmentation de 1 tonne par an et par habitant  ! 

Par ailleurs, un cycle combiné à gaz fonctionne, pour la partie turboréacteur, à des températures très élevées qui oxydent l’azote de l’air. Malgré les dispositifs de dénitrification qui n’ont pas un rendement de 100 %, ces émissions d’oxydes d’azote ont trois effets : 

  • La recomposition avec l’humidité de l’air pour donner de l’acide nitrique qui retombe sur les sols à proximité des points d’émission des rejets gazeux, 
  • La libération d’ozone, gaz irritant, dans la couche la plus basse de l’atmosphère, 
  • Et, de façon plus éloignée des points d’émission des rejets gazeux, se produit une recombinaison chimique qui transforme ces oxydes d’azote en nitrates aérosols. Ces nitrates retombent alors sur les sols. Une partie sert de nutriment à la végétation et la partie excédentaire se retrouve dans les cours d’eau par ruissellement. La pollution par les nitrates des eaux superficielles n’est pas seulement d’origine agricole. 

On voit donc bien que les orientations en matière de production électrique auraient un impact sensible sur notre environnement et la santé publique. Dans ce cas précis, il s’agit d’une pollution de l’air, des eaux et des sols. 


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Jr.Bupp Jr.Bupp 17 janvier 2013 14:51

    Bonjour l’auteur

    Voilà un article qui me plaît bien !

    Donc, la transition énergétique, telle qu’elle est proposée, n’est pas la solution au problème de la pollution atmosphérique. Vous l’avez largement démontré !

    Mais alors, à quoi sert-elle puisque notre électricité, en dehors du peu de pollution qu’elle génère, est la moins chère d’Europe, la plus fiable en termes d’interruption de sa fourniture ?

    On connaît la durée de vie des centrales actuelles ce qui nous permet de prévoir leur remplacement par d’autres centrales encore plus fiables et moins polluantes ! Et ce sans caractère d’extrême urgence !!!

    Donc, à quoi sert, en France, cette transition énergétique ?

    On l’a écrit à plusieurs reprises, l’éolien coûte une fortune et n’est pas fiable... tout comme le PV !
    Peut-être serait-il intéressant à réinjecter l’argent des subventions aux ENR dans l’industrie en général comme, aider nos constructeurs automobiles à passer ce mauvais cap très générateur de chômage ?

    Peut-être serait-il intéressant à financer la recherche pour, par exemple, construire des éoliennes que nous vendrions uniquement à l’exportation pour les pays qui n’ont pas d’autres choix que les ENR pour réduire la pollution qu’ils émettent ?

    Comme vu du GIEC, notre pays est plutôt citoyen du monde, nous pourrions demander l’équivalent financier des certificats verts, qui nous permettrait de créer d’autres emplois !

    Pourquoi donc ce capharnaüm de la transition énergétique ?

    Que les pays qui nous sont supérieurs en matière de pollution CO2 s’alignent sur nous et non pas que la France fasse du mimétisme pour faire plaisir aux Allemands ou à d’autres personnages qui s’en mettent plein les poches !

    Votre article confirme une nouvelle fois que la seule transition dont la France ait besoin est... la transition politique ! Et pour de bon !

     

     


    • joletaxi 17 janvier 2013 15:00

      c’est honteux, vous n’avez aucune compassion pour les ours polaires


    • Jr.Bupp Jr.Bupp 17 janvier 2013 15:02

       smiley


    • joletaxi 17 janvier 2013 14:58

      Or l’accroissement de la consommation en CO2 dans l’atmosphère est responsable des désordres climatiques et pose le problème le plus grave pour l’avenir.

      Ces engagements ont été pris pour essayer de limiter les impacts sur le climat liés aux émissions anthropiques de gaz à effet de serre, notamment la montée des températures et tout le cortège des conséquences qui en résultent, ainsi que les dérèglements climatiques qui semblent se multiplier.

      A longueur d’articles et commentaires, on ne cesse ici de dénoncer les manipulations,la désinformation reprises en coeur par les médias.
      Curieusement, sur le RCA, vous ne vous posez même pas la question.

      Il n’y a plus de réchauffement depuis 1998.Même Hansen, vient d’en convenir.
      Et il n’y a aucun lien entre émissions de CO2 et événements climatiques, dont la fréquence et la gravité ne montrent strictement aucune tendance

      Quand donc, nos décideurs ouvriront)ils les yeux ?
      D’autant que respecter cette idiotie de protocole comme des grands, pour l’exemple, ne changera rien à la montée des émissions des émergents ,et en plus ruinera un peu plus nos populations.
      C’est soit imbécile, soit motivé par des intérêts puissants,.

      http://www.korhola.com/2013/01/is-it-true-or-not/

      Maintenant, du point de vue des renouvelables,à part se conformer au dictat des verts allemands très puissants au parlement européen, il n’y a aucun avantage à en attendre, cela ne nous fera pas économiser un m3 de gaz, 1 kg de charbon, ou 1 litre de fuel, par contre cela fera sans conteste exploser la note.


      • ecolittoral ecolittoral 18 janvier 2013 13:22

        Pour Jr.Bupp.

        « Donc, à quoi sert, en France, cette transition énergétique ? »
        A réduire notre facture à l’importation.
        65 milliards pour 2012.
        En augmentation depuis des dizaines d’années...et ça continue d’augmenter !

        Personnellement je pense que le CO2 - 0,003% de notre atmosphère - ne doit pas (trop) diminuer. Le CO2 permet la « respiration » du monde végétal, terrestre et marin.
        Le C pour le végétal, le O2 pour nous
        Le monde animal, nous y compris évidement, dépend entièrement de la « bonne santé » de ce monde végétal...qui repose sur ces 0,003% de CO2.

        65 milliards à l’importation !
        Demain, on fera comment pour payer ?

        • Jr.Bupp Jr.Bupp 18 janvier 2013 14:19

          Tout dépend de quoi on parle !

          Concernant l’energie electrique, la balance commerciale est positive puisque en 2011, le solde entre import et export est positif de 55,7 TWh.

          http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/01/le-bilan-%C3%A9lectrique-de-la-france-en-2011.html

          Interressant de voir les mauvais chiffres de l’éolien !

          Pour le montant en €, voir RTE.

          Pour le reste (petrole, gaz...) je n’en parle pas car je n’ai pas les chiffres.

          En tout cas, ce n’est pas de mettre de l’éolien ou du PV qui va aider nos futures voitures electriques à fonctionner !!!!

          Donc, expliquer moi ce que je n’aurais pas compris dans la transition energetique !

           


        • Françoise 19 janvier 2013 11:37

          A part quelques voix isolées, les scientifiques s’accordent tous sur la nécessité de baisser d’urgence et de façon drastique nos émissions de gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement climatique.

          Cela devrait être la priorité de toute personne qui se dit écologiste.

          Je suis très étonnée de constater que ce n’est pas du tout le cas.

          Par exemple, la nouvelle norme d’efficacité thermique du bâtiment, RT 2012, portée entre autres par EELV et les partisans de Négawatt, impose quasiment le chauffage au gaz dans les nouveaux logements. 

          Sans parler des allemands qui se veulent modèles en matière d’écologie et qui remplacent le nucléaire par du charbon et de la lignite.

           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès