Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La vérité qui dérange

La vérité qui dérange

Bien qu’ayant lu cette critique, je me permets de présenter une version critique et non subjective du film.

Réalisateur : Davis Guggenheim
Producteur : Al Gore
Année : 2006
Durée : 95min

La vérité qui dérange ; dérange, et c’est le moins qu’on puisse dire. Impossible de ressortir de ce film sans avoir une interrogation sur soi, sur la façon de voir les choses dans le futur, sur la façon dont on s’occupe individuellement de la Terre, mais surtout sur la manière avec laquelle on a tant gaspillé de cette Terre qui est pourtant si précieuse. C’est un mix entre une conférence/présentation d’Al Gore face à un public (d’ailleurs, on se demande qui sont tous ces gens) et des reportages plus ou moins courts sur différentes scènes. Quelques-uns des reportages suivent Al Gore durant les nombreux déplacements qu’il a pu faire depuis, dans sa lutte pour le changement climatique, d’autres concernent son parcours et ses expériences à la fois personnelles et politiques, et surtout les conséquences implicites entre les deux, et finalement, les explications scientifiques de la perte croissante de la Terre et par conséquent de l’être humain.

Il est donc question pour Al Gore de l’héritage que les générations passées et d’aujourd’hui laisseront à celles de demain, celles de nos enfants jusqu’à celles de leurs petits-enfants. C’est l’exemple de la scène où le réalisateur nous montre Al Gore, enfant dans sa famille, en pleine campagne, avec en décor une nature pure et riche, et ensuite la triste réalité de ce qu’est devenu ce lac quelques années plus tard, c’est-à-dire sale et ayant perdu de tout son charme et sa « joie de vivre », si l’on peut dire ça ainsi.

Le constat est clair. La situation actuelle est catastrophique, mais le pire c’est que nous sommes sur une pente encore dix fois plus catastrophique. Si quelquefois les désastres suivent des courbes et des modèles linéaires, l’exposé nous a clairement montré que plusieurs autres sont complètement différents et que malheureusement, ces changements suivent des modèles de distribution complètement aléatoires. Par exemple, si quelquefois la température augmente périodiquement au cours du temps (et des dégradations humaines) -10, -5, 0, 5, 10, 15, 20, parfois, ou sous l’action d’autres phénomènes (autres dégradations humaines), l’augmentation ne suit aucune linéarité. Ainsi on peut avoir des différences de température de 40 ou même 50 degrés qui entraînent un changement profond, par exemple dans la réflexion des rayons solaires, et par conséquent dans le cycle normal des vents (dans le Gulf Stream).

Les images sont consternantes, les prises de vue sont à la fois magiques, par la qualité des angles et des plans de David Guggenheim (le réalisateur), et invraisemblables, tellement les explications scientifiques qui les soutiennent sont claires et à la portée de tout le monde. Ainsi, pour mettre en valeur l’apparition de crevasses dues au changement climatique en Antarctique, le réalisateur, dans un hélicoptère, compare (en filmant) dans un premier temps un plan avec des hommes et ensuite, dans une suite de plans (trois ou quatre) la profondeur de la crevasse : le constat est clair, il faut agir tout de suite !

Aussi, le petit dessin animé au début du film, pour nous expliquer le fait que les rayons solaires ne seront plus réfléchis, traduit cette volonté forte de la réalisation, et j’imagine qu’Al Gore a voulu faire un film à la portée de tous, pour entraîner une profonde sensibilisation à la cause climatique.

Finalement, on ne sort de ce film que porté par une volonté d’apporter à la cause sa participation personnelle pour le bien de la planète, mais aussi égoïstement pour celui de nos enfants. Les sceptiques retiendront peut-être la grande place faite à Al Gore dans le documentaire, et se questionneront sûrement sur l’opportunité de centrer le film sur lui et sur son parcours, mais ce qu’il faut retenir, c’est la contribution importante et nécessaire du politique, nécessaire à la cause pour qu’elle prenne une autre dimension.


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (75 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • wired 14 novembre 2006 16:36

    Je suis allé voir ce film avec un ami et en sortant de la salle les commentaires qui revenaient le plus c’est que « c’est bien Américain ». On a l’impression que les gens ne sentent pas concernés par ce problème à titre individuel. Effectivement les Américains polluent en % beaucoup mais c’est un pb global et autant politique qu’individuel (et peut être même plus). La question est que faire simplement dans la vie de tous les jours pour commencer à influer.

    Bien déjà poser une étiquette stop pub sur sa boite (je l’ai fait à voir si celà marche !) pour éviter de gacher du papier, trier ses déchets, faire attention aux achats pour générer moins de déchets, boire de l’eau du robinet.... Je sais c’est dérisoire mais mis bout à bout, si chacun fait de même, alors s’amorcera un vrai changement.


    • elisabeth L (---.---.211.239) 14 novembre 2006 17:36

      Moi, quand je suis sortie du film, j’ai dit : « j’achète un vélo ».


      • fawad (---.---.57.51) 14 novembre 2006 17:49

        Je n’ai réellement pas besoin de voir un film qui sort juste avant les elections, donc on peut appeler cela un film de propagande, pour prendre conscience que la terre va mal, et je n’attend pas qu’une pseudo star de la politique me le dise, je prefere ecouter des gens comme Nicolas Hulot ou d’autres expert de la cause (ADEM,...) et qui ne tire pas juste des constats a la c.., mais qui proposent des solutions.

        Ce mec veut diriger un pays, les Etats-Unis, et il n’arrive pas a proposer des solutions,...

        Les politiques doivent nous trouver des solutions, prenez exemple sur le tri selectif, en France l’Etat a dit, le peuple fait... C’est bien pour l’environnement, cela n’est pas difficile,... donc Go. Ce n’est pas au peuple, un par un, de trouver sa solution, mais au gouvernement de donner des orientations politiques au peuple et apres rien n’empeche le peuple d’en faire plus.

        Maintenant si vos idées ont changé depuis la vue de ce film, alors je crois que je vais faire un film sur « je n’ai pas d’argent, pourriez-vous m’en donner ». smiley


        • 15 novembre 2006 01:48

          Mon commentaire est hors-sujet ??? Et bien, a priori vous ne savez toujours pas lire ce qu’il y a marquer avant les boutons OUI / NON. Allez je vous laisse une autre chance de lire et d’essayer de comprendre la signfication de « article Hors-sujet », je vous donne une piste, cela ne veut pas dire « etes vous en accord ou non avec ce commentaire »


        • wired 15 novembre 2006 10:14

          Ben non je trouve pas que ton commentaire est constructif c’est totalement clichésque et négatif...Ca serait bien d’élever un peu le débat de facon positive non ?


        • Yvance77 (---.---.234.111) 15 novembre 2006 21:43

          Il y a quand même un petit détail qui t’échappe, c’est que le fameux Al Gore il n’a attendu personne et son engagement date de preesque 2 decennies. Il n’a en rien découvert l’écologie sur le tard, c’est une conviction profonde qui l’anime, même si tout n’est pas parfait c’est sur.

          A peluche


        • Boulie (---.---.102.172) 14 novembre 2006 19:30

          Quelles que soient les motivations politiques d’Al Gore, ce film a le mérite d’exister. Ce qui y est rapporté est en adéquation avec les modèles de prévision climatique les plus pertinents, mais aussi avec les orientations du GIEC, de l’ONERC, de l’ADEME, etc... Alors tout un chacun pourra toujours gloser sur l’hypocrisie américaine, la récupération politique et autres banalités critiques, l’essentiel est bien d’améliorer et d’approfondir sa conscience des impacts inéluctables que le réchauffement global va générer sur nos modes de vie, tout autant que sur les relations Nord-Sud, dans les deux ou trois décennies à venir.

          Je rêve de tomber sur un forum où les gens proposeraient ou partageraient des solutions crédibles, pragmatiques et citoyennes pour lutter contre le réchauffement global. Il ne s’agit pas seulement d’acheter un vélo, de s’éclairer à la bougie ou de prôner la décroissance.

          Un forum où les gens, après avoir acté qu’existent des technologies permettant à leur voiture de consommer moins de carburant, qu’existent aussi des techniques autorisant la production d’une énergie non polluante, sans émission de G.E.S. (électromagnétisme, captation de l’énergie du vide, etc...) se poseraient des questions simples sur les raisons pour lesquelles la puissance publique ne met pas en oeuvre tout ce qui est en son pouvoir pour les développer.

          Un forum où pourrait se constituer un réel courant d’opinion sur la nécessité de faire pression sur l’Etat, nonobstant les lobbyies de l’énergie, pour consacrer plus de moyens au développement et à l’application de ces technologies.

          Les échéances électorales à venir m’invitent à penser qu’aujourd’hui est le bon moment pour mettre le débat sur la table de nos futurs responsables politiques avec l’estampille « Voilà ce qu’est l’exigence du peuple dans ce domaine ». Mesdames et Messieurs les politiques, lorsque vous accéderez au vrai pouvoir, vous aurez à préparer le pays (pour ne parler que de la France)à une véritable stratégie d’adaptation au réchauffement climatique. Vous aurez à prendre des positions fortes à l’international pour contribuer à coordonner les politiques publiques dans le domaine de la maîtrise de l’énergie, de la réduction des GES et du soutien aux pays émergeants (ne serait-ce que pour tenter de contenir les flux d’immigrants fuyant les régions pauvres dont la désertification va s’accentuer). Il ne tient qu’à vous de commencer à vous affranchir de la pression lobbyiste de l’énergie, des constructeurs automobiles, de certains groupes industriels qui peinent à voir le moyen et le long terme et ce faisant, occultent le fait qu’une récession majeure réduirait considérablement leurs marges. Il vous appartient de fonder vos décisions politiques sur le pragmatisme et sur l’élargissement de votre conscience des enjeux : exemple, dès lors que vous connaissez l’existence de dispositifs qui permettent d’économiser 30, 40 ou 50% du carburant consommé par nos voitures, nos camions et nos navires, comment comptez-vous créer les conditions d’une généralisation de leur utilisation par les constructeurs automobiles et les industriels des transports (les transports en France = 27% des GES totaux émis par le pays) ?

          Comment comptez-vous agir pour faire baisser le prix d’achat et d’installation des chauffe-eau solaire, dont le retour sur investissement, déduction faite des aides publiques actuelles, dépasse encore 10 ans ? Comment comptez-vous significativement booster le développement de l’éolien, sur terre et en mer ? Inciterez-vous enfin la recherche institutionnelle à prendre en considération la R&D de technologies de l’énergie « alternatives » aux programmes actuels - de type fusion froide, captation de l’énergie du vide, dispositifs sur-unitaires électromagnétiques, etc... ? A tout le moins, d’en commander une évaluation crédible et dégagée de tout a priori ?

          Certains, tel Nicolas Hulot, ont engagé cette mise au pied du mur des présidentiables. C’est bien. Il est dans son rôle et il utilise sa notoriété et ses moyens médiatiques dans un sens d’intérêt général évident.

          Mais cela ne suffira pas si un fort courant d’opinion ne vient pas étayer ce type d’initiative. Le film d’Al Gore constitue à mon avis un élément important de l’émergence de ce courant d’opinion. C’est la raison pour laquelle je me garderai bien d’exposer quelque critique que ce soit à son endroit.


          • wired 14 novembre 2006 20:20

            Zut je me suis trompé dans mon vote sur le commentaire précédent ! Euh non trés bien ce commentaire.

            Effectivement je trouve que les nombreuses critiques sur le docu d’ Al Gore sont faites sur la personne même et pas sur le fond. Franchement celà à peu d’importance face aux chiffres. Fait il celà à cause de visées électoralistes..Mon cynisme ne va pas jusqu’à là et peu importe. Ce film mets la compréhension de ce pb à la portée du plus grand nombre. C’est déjà énorme.


            • guelum (---.---.172.254) 14 novembre 2006 21:43

              Merci à l’auteur pour cet article. Permettez-moi d’abonder dans votre sens. Il y a chez les « français » une facheuse manie à vouloir se « méfier » des positions américaines. Quelle peut donc être la raison d’intérêt qui les pousse à choisir telle ou telle direction, se demande-t-on ? Ils ne ratifient pas les accords de Kyoto : on crie à l’nconscience, on pense « ce qui compte pour eux c’est la santé de leur économie au détriment de la santé des citoyens .... du monde ! », on raille « ils pensent qu’à s’en mettre plein les poches. Bush doit bien avoir des intérêts financiers personnels qui en dépendent ! » A l’inverse, un politique notoire conteste ouvertement la position de ses adversaires, investit son temps, s’engage, milite - car à ce niveau d’engagement sur l’ensemble de la planète on ne peut pas dire qu’il ne prêche que dans sa paroisse - et nous, on se méfie toujours, on se dit « quel manque de goût que de choisir un sujet aussi grave , aussi terrible pour l’être humain, pour ramasser des voix, pour la conquête du pouvoir ... » On oublie l’importance de ces actes mis au service de son savoir. On oublie l’importance première et capitale du thème, il passe en second, le premier devient celui de l’électoralisme, du populisme. On critique la nouvelle position américaine pourtant contraire à cette première que nous avions fustigée. Nous sommes donc des incurables. Surtout, notre première réaction c’est de ne pas se faire doubler, « ouvrons l’oeil et le bon ! » Personnellement, je veux être reconnaissant vis-à-vis de cet homme, Al gore, d’avoir porté ce message, comme un cri et je voudrais que nous puissions tous le pousser. Hélas, je dois l’avouer - comme il est dit dans le reportage je pense - la condition pour que nos politiques prennent ce sujet à bras-le-corps sera (hélas comme d’habitude) lorsque ce problème sera une préoccupation prioritaire des citoyens (pour le moment il semblerait que ce soit plutôt le sujet de l’insécurité en tête du hit parade de chez nous, mais on nous l’a bien vendue...). Je suis allé voir le film, j’ai pris le relai, j’ai transmis les liens internets d’accès aux vidéos en V.O.S.T à toutes mes connaissances, je les ai montrées à mon épouse, à mes enfants, à tous ceux qui ne voient pas trop l’urgence et qui ne sont pas conscient qu’on peut tous faire quelque chose à notre niveau - bien avant la révolte - et j’ai poussé le cri ...

              1ere partie

              http://www.dailymotion.com/visited/search/inconvenient%20truth/video/xlntw_12-une-verite-qui-derange-vostfr

              2eme partie

              http://www.dailymotion.com/visited/search/inconvenient%20truth/video/xlo49_22-une-verite-qui-derange-vostfr


              • guelum (---.---.172.254) 14 novembre 2006 22:06

                Merci à l’auteur pour cet article. Permettez-moi d’abonder dans votre sens. Il y a chez les « français » une fâcheuse manie à vouloir se « méfier » des positions américaines. Quelle peut donc être la raison d’intérêt qui les pousse à choisir telle ou telle direction, se demande-t-on ? Ils ne ratifient pas les accords de Kyoto : on crie à l’inconscience, on pense « ce qui compte pour eux c’est la santé de leur économie au détriment de la santé des citoyens .... du monde ! », on raille « ils pensent qu’à s’en mettre plein les poches. Bush doit bien avoir des intérêts financiers personnels qui en dépendent ! » A l’inverse, un politique notoire conteste ouvertement la position de ses adversaires, investit son temps, s’engage, milite - car à ce niveau d’engagement sur l’ensemble de la planète on ne peut pas dire qu’il ne prêche que dans sa paroisse - et nous, on se méfie toujours, on se dit « quel manque de goût que de choisir un sujet aussi grave , aussi terrible pour l’être humain, pour ramasser des voix, pour la conquête du pouvoir ... » On oublie l’importance de ces actes mis au service de son savoir. On oublie l’importance première et capitale du thème, il passe en second, le premier devient celui de l’électoralisme, du populisme. On critique la nouvelle position américaine pourtant contraire à cette première que nous avions fustigée. Nous sommes donc des incurables. Surtout, notre première réaction c’est de ne pas se faire doubler, « ouvrons l’oeil et le bon ! » Personnellement, je veux être reconnaissant vis-à-vis de cet homme, Al gore, d’avoir porté ce message, comme un cri et je voudrais que nous puissions tous le pousser. Hélas, je dois l’avouer - comme il est dit dans le reportage je pense - la condition pour que nos politiques prennent ce sujet à bras-le-corps sera (hélas comme d’habitude) lorsque ce problème sera une préoccupation prioritaire des citoyens (pour le moment il semblerait que ce soit plutôt le sujet de l’insécurité en tête du hit parade de chez nous, mais on nous l’a bien vendue...). Je suis allé voir le film, j’ai pris le relai, j’ai transmis les liens internets d’accès aux vidéos en V.O.S.T à toutes mes connaissances, je les ai montrées à mon épouse, à mes enfants, à tous ceux qui ne voient pas trop l’urgence et qui ne sont pas conscient qu’on peut tous faire quelque chose à notre niveau - bien avant la révolte - et j’ai poussé le cri ... (sous daillymotion.com- faire recherche « inconvenient truth » il y a deux vidéos : je mets pas les liens car je sais pas si j’ai le droit de pointer sur ce site)


                • guelum 14 novembre 2006 22:18

                  Merci à l’auteur pour cet article. Permettez-moi d’abonder dans votre sens. Il y a chez les « français » une fâcheuse manie à vouloir se « méfier » des positions américaines. Quelle peut donc être la raison d’intérêt qui les pousse à choisir telle ou telle direction, se demande-t-on ? Ils ne ratifient pas les accords de Kyoto : on crie à l’inconscience, on pense « ce qui compte pour eux c’est la santé de leur économie au détriment de la santé des citoyens .... du monde ! », on raille « ils pensent qu’à s’en mettre plein les poches. Bush doit bien avoir des intérêts financiers personnels qui en dépendent ! » A l’inverse, un politique notoire conteste ouvertement la position de ses adversaires, investit son temps, s’engage, milite - car à ce niveau d’engagement sur l’ensemble de la planète on ne peut pas dire qu’il ne prêche que dans sa paroisse - et nous, on se méfie toujours, on se dit « quel manque de goût que de choisir un sujet aussi grave , aussi terrible pour l’être humain, pour ramasser des voix, pour la conquête du pouvoir ... » On oublie l’importance de ces actes mis au service de son savoir. On oublie l’importance première et capitale du thème, il passe en second, le premier devient celui de l’électoralisme, du populisme. On critique la nouvelle position américaine pourtant contraire à cette première que nous avions fustigée. Nous sommes donc des incurables. Surtout, notre première réaction c’est de ne pas se faire doubler, « ouvrons l’oeil et le bon ! » Personnellement, je veux être reconnaissant vis-à-vis de cet homme, Al gore, d’avoir porté ce message, comme un cri et je voudrais que nous puissions tous le pousser. Hélas, je dois l’avouer - comme il est dit dans le reportage je pense - la condition pour que nos politiques prennent ce sujet à bras-le-corps sera (hélas comme d’habitude) lorsque ce problème sera une préoccupation prioritaire des citoyens (pour le moment il semblerait que ce soit plutôt le sujet de l’insécurité en tête du hit parade de chez nous, mais on nous l’a bien vendue...). Je suis allé voir le film, j’ai pris le relai, j’ai transmis les liens internets d’accès aux vidéos en V.O.S.T à toutes mes connaissances, je les ai montrées à mon épouse, à mes enfants, à tous ceux qui ne voient pas trop l’urgence et qui ne sont pas conscient qu’on peut tous faire quelque chose à notre niveau - bien avant la révolte - et j’ai poussé le cri ...

                  (sous dailymotion.com- faire recherche « inconvenient truth » il y a les vidéos 1/2 et 2/2 : je mets pas les liens car je ne sais pas si j’ai le droit de pointer sur ce site)


                  • guelum (---.---.172.254) 14 novembre 2006 22:34

                    Toutes mes excuses auprès des lecteurs pour ce triplet de commentaires, parfaitement identiques, dûs non pas à une tentative de martellement des consciences, mais bien à un problème technique que j’ai signalé d’ailleurs ... Merci à tous d’activer la fermeture du surplus par vos sanctions !


                    • evhane (---.---.205.230) 14 novembre 2006 22:53

                      Je suis d’accord avec cet article concernant une vérité qui dérange.Ce film est impressionnant et trés bien structuré ; le message qu’il fait passer nous dérange certes car nous responsabilise sur le devenir de nos comportements.Il est aussi porteur d’espoir car on peut encore changer le cap comme celà a été fait pour le trou de la couche d’ozone(amoindri maintenant). Sa diffusion dans les collèges et lycées est essentielle pour toucher les générations qui peuvent agir et prendre conscience.

                      Une phrase à méditer car tellement vraie dans notre monde aveuglé par la course à l’argent : « Quand le dernier arbre sera abattu, le dernier poisson pêché, la dernière rivière asséchée.........l’homme s’apercevra trop tard........ que l’argent n’est pas commestible »

                      allons tous voir ce film

                      Evhane

                      )


                      • Mardraum (---.---.156.241) 17 novembre 2006 15:42

                        « Sa diffusion dans les collèges et lycées est essentielle pour toucher les générations qui peuvent agir et prendre conscience. »

                        Mais cela aura t-il vraiment un resultat de diffuser dans les collèges et lycées ??? Je ne connais pas vraiment les chiffres, et peut etre que je me trompes, mais je pense maintenant que tout le monde sait ce qu’est le sida et comment s’en protéger, et pourtant, il semble qu’il y ai une recrudescence de l’epidemie chez les jeunes justement.... C’est d’ailleurs la meme chose avec le tabac ou bien d’autre chose encore....

                        La solution ne serait t-elle pas plutot que les gens qui ont un certain pouvoir mediatique comme les « grands » people adulé par les jeunes (ben oué, je pense pas que les professeurs soient vraiment ecouté par les jeunes smiley) comme les stars de football ou les gens de cinema ne militent a ce sujet ??? Parce que Nicolas Hulot, c’est bien mais s’il est tout seul il va pas aller loin... Mais c’est vrai que ces grande stars sont au dessus de tout le monde, et j’imagine qu’ils n’apprecieraient pas trop de revendre leur porsche ou autre voitures bien puissantes et bien polluante pour rouler en voiturette electrique ?!


                      • Marvin (---.---.254.57) 14 janvier 2007 23:03

                        Si les problématiques environnementales vous intéressent, Une vérité qui dérange ne vous apprendra vraisemblablement rien de nouveau. Vous aurez pourtant tout intérêt à aller voir le film.

                        Lire la suite sur la Révolution en Charentaises en cliquant ici : http://ecotez.free.fr/article.php3?id_article=133


                        • une élève de premiere (---.---.211.81) 7 février 2007 17:36

                          je pense que c’est une bonne chose de montrer cette conférence dans les lycées pour sensibiliser les jeunes :

                          ce film a été diffusé dans mon lycée il y a a peu près une semaine et je peux vous dire que les réactions ont été nombreuses !! en tout cas les 3/4 des personnes de ma classe ont été assez choquées et ont ENFIN compris que l’heure était grave et qu’il fallait a tout prix prendre des mesures contre le réchauffement climatique.

                          en tout cas cela a eu un bon impact puisque le 1er fevrier entre 19h55 et 20h, toutes ces personnes ont coupées l’électricité chez elles, mais je trouve quand meme que nous avons étaient peu nombreux à le faire 3million je croit sur 58million environ en france c’est dommage...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès