Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La viande c’est du blé

La viande c’est du blé

Tout le monde s’en fout, parce que ça participe de ces faits dont on nous tarabuste sans qu’on n’y puisse rien : les agriculteurs français sont régulièrement en pleine panique. Pensez donc : fin 2011, ils ont dû essuyer 15,2 % d’augmentation du prix de l’alimentation du bétail et en 2016 ça continue, plus 1,5 % en avril.

Pour le moment, ça ne vous concerne pas. Vous n’êtes pas encore passé au supermarché vous acheter une entrecôte à 20 euros le kilo.

D’ailleurs, selon la grande distribution, le vrai problème des éleveurs, ce sont leurs charges. Pas la grande distribution. Et surtout pas les méthodes de production. Leclerc peut proposer de la viande à moins d’un euro, les agriculteurs sont contents et pètent dans la soie. Ils sont les premiers suicidés de France devant toutes les autres professions, mais, en fait, ce sont les charges qui les tuent… Puisqu’on vous le dit. Ainsi quand Lactalis propose aux éleveurs d'acheter les mille litres de lait pour 272 euros, alors que sa production en coûte 350 en moyenne tout est normal puisque c'est la faute aux charges....

Toujours la faute aux autres

Avant Normal 1er, le ministère de l’Agriculture parlait de négocier. Une négociation entre la grande distribution, qui a déjà la solution aux problèmes (les charges donc), les céréaliers et les éleveurs.

On imagine bien la négociation. Les uns parleront des sales charges qui pèsent sur la merveilleuse compétitivité, les autres expliqueront que tout est la faute aux autres : le marché, ma bonne dame, et le prix des matières premières, qui augmente à cause des biocarburants ou des Chinois. Et les agriculteurs de pleurer misère, comme d’hab. Eux-mêmes défendus par la FNSEA qui déclarait en 2011 que « cette augmentation risque de provoquer un fort clivage entre céréaliers et éleveurs ». FNSEA, le syndicat des tautologues.

On comprend mieux les suicides…

Tant que cette augmentation n’a pas été répercutée dans les rayonnages, on s’en cogne : c’est la faute aux salauds du Capital. D’ailleurs personne ne sait trop comment ça s’élève un steak, alors faut bien chercher un responsable, ailleurs que chez le consommateur. Car le fond de la question ce n’est pas combien nous consommons de viande (10 milles tonnes dans le monde....par seconde en 2016) ni qu’on la veuille acheter à moins d’un euro le kilo. Non, le coupable, c’est le monde entier, sauf Monsieur Tout le Monde.

Donc, on est bien d’accord : les gens mangent trop de viande (en fait la consommation est en baisse) ; la grande distribution, c’est rien que des voleurs, les céréaliers aussi. Et si, tous les samedis, l’hypermarché du coin est rempli de monde aux caddies pleins à ras bord, eh bien, c’est encore la faute aux gens qui consomment trop et à la société qu’elle est toute pourrie…

Pour ceux qui n’auraient jamais tenu ce genre de propos, je tiens à préciser que « les gens » sont une entité extraterrestre apparue à la nuit des temps et qui, depuis des millénaires, pourrit la vie des êtres humains dotés d’un cerveau. Quant à la société, c’est une illusion imposée à nos yeux par les Machines pour faire de nous des piles Wonder.

Mais tout ça ne nous dit toujours pas comment résoudre le problème de ces braves éleveurs.

Le problème c’est les charges

Réduire les charges ? Par ces temps de crise et de fraude fiscale massive, piauler au sujet des charges, c’est un peu râler parce qu’on s’est pas tiré une balle dans la tête mais dans les deux pieds.
Faire une grande conférence mondiale entre pays producteurs de céréales, un beau grand raout où chacun demandera à l’autre d’être plus raisonnable – les pays occidentaux promettant bien entendu d’être plus raisonnables que les autres ? Quitte à sponsoriser la raison en fournissant des aides, empruntés mais substantielles, aux céréaliers nationaux pour que les charges sur la pousse du colza leur coûtent moins cher…

Comment on fabrique une entrecôte ?

En fait pour savoir, le mieux déjà ça serait de se demander comment se fabrique un steak. Il existe deux méthodes actuellement – en réalité, les deux méthodes sont le plus souvent mélangées comme c’est le cas avec la volaille : le pâturage ou le parc d’engraissement. La seconde solution est la plus commune actuellement, sa mise en place et son fonctionnement ne sont pas très coûteux. Une majeure partie de la viande qui est dans notre assiette en provient jusqu’ici, parce que cette méthode emploie essentiellement des céréales pour engraisser rapidement les bestiaux. Et donc, les céréales ça douille.

Non seulement ça douille, mais, argument qui va faire frétiller les écolos du dimanche, c’est polluant. Le premier effet kiss cool, c’est que les parc crachent de la merde et des écoulements dans les sols. Second effet kiss cool : la culture céréalière intensive provoque une érosion des sols et un appauvrissement des sédiments. Troisième effet kiss cool : la production concomitante d’oléagineux a le même effet polluant que la surproduction céréalière. Or pour la bonne bouche si j'ose dire, il faut également garder en tête que l'élevage occupe 70% des terres agricoles et 30% des terres émergés de la planète...

En 1996 déjà, les céréales coûtaient cher. Les Américains avaient donc étudié des solutions alternatives. Ils se sont dits : et si on comparait un bœuf A élevé uniquement en pâturage et un bœuf B élevé exclusivement en parc à graisse ? De quoi se sont-ils aperçus ? Que non seulement la différence de rendement n’était pas énorme entre les deux méthodes, mais qu’en plus ça coutait moins cher de l’élever dans le gazon que dans le camp de concentration. La seule différence réelle ? Le temps. Pas le gain de temps, non : le temps prévisionnel. Celui qui permet à un broker de prendre une option sur deux milles tonnes de viande pour avril, parce qu’il sait à la seconde prêt combien de temps il faudra pour gaver, tuer et conditionner. Et pas de risque que la météo l’emmerde, le bœuf il la voit jamais la météo.

En fait l’écologie tout le monde s’en fout

L’écologie, ça sert pas juste à ce que Cécile elle fasse la belle en jean et que tu passes deux heures à chouiner là-dessus. Pas seulement à ce qu’un ancien soixante-huitard fasse le beau à la télé en expliquant le modèle écolo libéral, ni que des starlettes sponsorisées par Exxon et BP viennent nous vendre savons et films bio. Ça peut même servir à mourir en bonne santé, gagner de l’argent et, en plus, avoir un endroit où le dépenser. Mais ça, le consommateur comme le broker, ils s’en tapent, du moment que les rayonnages sont pleins tous les jours et à bas prix.


Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • La Baudruche négrière patronale verdie Victor 15 décembre 2016 09:59

    2 milliards d’africains de plus dans le siècle
     
    on nous prépare au « vegan » des bobos de la gogoche.... et aux insectes ...
     
    L’écologie c’est la voiture américaine qui a 50 ans à Cuba.

     
    L’écologie c’est le refus du bétonnage et de l’explosion démographique importée.
     
    L’écologie c’est pas le bobo de la gogoche, négrier électrifié, qui a peur de son cancer pesticide où atomique qui veut polluer plus longtemps, très vieux, et consommer plein d’Iphone et de kérozène à la Hulot, dans sa longue vie de crétin pontifiant....
     

    Il n’y a pas de parti de l’écologie (sauf Penti Linkola !)
     


    • pirate pirate 15 décembre 2016 11:04

      @Victor
      ah oui le monsieur qui nous pond des articles sur des concours de saucisson en Ardèche.... dites moi, je voulais savoir, vous en avez pas marre les poujades de ce pays de répéter inlassablement le même brouet « entendu dans votre poste ? »Le refus de l’explosion démographique importée«  »deux milliards d’africains en plus" ahahahaha on voit où se situe vos obsessions.... flippez pas l’amateur de sifflard au rythme où se développe les massacres en Afrique c’est pas la démographie des affreux bronzé qui va vous poser plus de problème, par conte celle de la Chine, de l’Inde et du Brésil devrait un brin vous inquiéter. Penti Linkola, le gars qui propose de faire de l’eugénisme et l’immigration zéro ce vieux fantasme de l’extrême droite ?.... oui c’est bien ce que je pensais. smiley


    • mmbbb 15 décembre 2016 18:49

      @pirate laissez nous vivre selon nos coutumes et arrêtez de nous faire chier avec votre culpabilité . Que les bob bo cessent de prendre l avion pour aller s’eclater a l’autre bout du monde ; ils feraient preuve déjà d’un bon geste. Que ces memes bo bo prenenent en charge chez eux les migrants .et cessent de nous bassiner avec leur morale Etc ect J(habite pres de Lyon Meirieu pedago ecolo habite dans le 2 eme de Lyon . Il est certain que ces gens la cultivent l ’entre soi et pronent la mixite sociale pour les autres . En Europe tout cela se terminera tres mal . Quoi qu il en soit les Chinois viennent de moins en moins a Paris, je les comprends !


    • Spartacus Spartacus 15 décembre 2016 11:10

      Pour avoir voulu favoriser le carburant a base végétale sous la pression écologiste, l’Europe a obligé la moitié de l’Amérique du Sud a couper la foret Amazonienne pour la remplacer par des cultures d’oléagineux...


      Pour avoir voulu supprimer les centrales nucléaire, les écolos ont obligé l’Allemagne a faire des centrales au charbon qui rendent ce pays de plus en, plus irrespirable.

      Les pâturages ne sont pas la norme ? Les écolos sont les premiers a créer l’insécurité fiscale locale des taxes foncières. Vous avez vu un écolo avoir une autre idée que taxes, subventions et dépense publique ?


      • pirate pirate 15 décembre 2016 11:34

        « @Spartacus

         smiley comme toujours à la pointe du n’importe quoi et des approximations répétés de la bouche de locuteur médiocre de la droite médiocre : »Pour avoir voulu favoriser le carburant a base végétale sous la pression écologiste".... euh en fait un peu d’histoire du biocarburant cette fumisterie... la Ford T fonctionnait déjà à l’alcool, en 1923 une loi américaine autorise la production de carburant à base d’alcool de grain. Déjà dans les années 80 le Brésil marchait massivement à l’alcool de canne, ensuite c’est l’Institut Française pour le Pétrole qui a développé le premier biodiésel et c’est la hausse du pétrole qui a fait le succès des biocarburant.on est donc à peu près éloigné d’une année lumière de vos ronchonnages mal informés de vieux téléspectateur. Maintenant on apprend que l’air allemand est de plus en plus irrespirable.... et que c’est la faute aux écolos. J’augure que la véracité de cette affirmation est à peu près identique au témoignage de la dernière personne à avoir vu une licorne. Vos devriez en parler aux chinois, je suis absolument certain qu’ils seront stupéfaits d’apprendre que les écolos allemand se ravissent de la pollution du ciel chinois... en dépit du fait qu’ils n’ont pas abandonné le nucléaire ni les centrale à charbon. Finalement ça doit être confortable de penser comme vous, peu importe la réalité, toutes les erreurs du monde sont à reporter exclusivement sur le dos des gens qui ne pensent pas comme vous. smiley


      • samuel 15 décembre 2016 12:35

        @Spartacus

        « Pour avoir voulu supprimer les centrales nucléaire, les écolos ont obligé l’Allemagne a faire des centrales au charbon qui rendent ce pays de plus en, plus irrespirable.
         »

        Certes mais est-ce la faute aux écologistes si notre société a des gros besoins en énergie ? Les centrales aux charbons démontrent effectivement leur nuisances mais pas plus que les centrales nucléaires (il faut voir les enfants nés après la catastrophe de Tchernobyl par exemple).

      • Spartacus Spartacus 15 décembre 2016 13:01

        @pirate


        Tiens la vérité fait chier l’écolo-gauchiste ? 

        1-Les subventions Européennes à la filière biocarburants et éthanol représentent 60% du prix des bio-carburants

        Sans compter l’incitation a cette connerie. Quand vous achetez votre essence la fiscalité du de l’ajout de E10 n’a aucun rapport avec la TIPP....


        2-La production mondiale d’éthanol a quadruplé entre 2000 et 2007 avec la hausse de la demande.

        3-L’État du Mato Grosso au Brésil principal territoire de production de bio carburant Brésilien a perdu 10 000 km² de jungle pour faire face a la demande mondiale de "bio-carburants.

        Oui les pressions des écologistes ont créé plus de mal écologique.. Ceci est une réalité indéniable.

      • alinea alinea 15 décembre 2016 13:13

        @Spartacus
        les écolos sont favorables aux agro-carburants ? Lesquels ( d’écolos) ??


      • pirate pirate 15 décembre 2016 13:20

        @Spartacus
        oh non c’est pas la vérité qui me dérange c’est comment vous faites pour vous arranger avec, par exemple votre théorie sur « le biocarburant c’est la faute aux écolos » sachant que le biocarburant est une invention des.... pétroliers.Je suis fasciné par votre mauvaise foi et cette permanence à raconter n’importe quoi avec le ton docte de la certitude gravé dans le marbre. Et ce qui me stupéfait à chaque fois c’est que vous ne lisez absolument pas ce que l’on écrit, vous avez déà une réponse toute faite et totalement à côté de la plaque. Une telle permanence dans l’erreur ça force le respect. smiley


      • pirate pirate 15 décembre 2016 13:24

        @alinea
        absolument aucun, ils dénoncent tous cette escroquerie des pétroliers, mais faut pas le dire à Spartacus, JP Pernod lui a affirmé que les biocarburants c’était la faite aux écolos. Biocarburant donc qui étaient déjà utilisé par l’affreux gauchiste écolo qu’était Henry Ford. Je les trouve rafraichissant moi les téléspectateurs de JP Pernod, le monde est toujours si simple avec eux ^^


      • samuel 15 décembre 2016 13:56

        @Spartacus

        Depuis quand la jungle vous préoccupe-t-elle ?

        Auriez-vous dit la même chose si il y avait eu des gisements de gaz de Schiste dans le sous-sol de la jungle ?

        C’est juste pour savoir si vous êtes bête ou de mauvaise foi. N’y voyez aucune prémisse de discussion intelligente smiley

      • pirate pirate 15 décembre 2016 14:04

        @samuel
        un peu des deux je crois avec un petit plus d’inculture qui rend ses assertions généralement hilarantes.


      • mmbbb 15 décembre 2016 19:27

        @ pirate Ta bagnole, elle roule comment Tiree par des boeufs ? les ecolos lyonnais prennent le taxi http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-ecolos-lyonnais-ne-prennent-182949 et nous fait pas chier avec ta suffisance Combien au prochaines elections 2,5 % C’est deja emballé Par ailleurs Pernod a plus d’audience que toi , les francais s ’en tape de tes articles lus par quelques dizaine de lecteur


      • Jean Pierre 15 décembre 2016 23:16

        @Spartacus
         « L’Europe a obligé la moitié de l’Amérique du Sud à couper le forêt Amazonienne pour la remplacer par des cultures d’oléagineux ».

        Vous semblez infatigable dès qu’il s’agit de débiter des âneries à flot continu.

        - La raison déterminante du développement des agrocarburants en Europe (qui ne sont pas bio) fut la surproduction de colza et de tournesol dont les huiles peuvent être converties en « biodiesel ».
         - L’Europe limite volontairement l’importation des agrocarburant en les taxant (19,2 €/ hecto). 
        - Pourquoi l’Europe « obligerait-elle » l’Amérique du Sud à produire des agrocarburant pour en refuser ensuite l’entrée ? 
         - Autre mystère, on aimerait connaitre les moyens de coercition utilisés par l’Europe pour « obliger » l’Amérique du Sud à produire des agrocarburants ??? Mais vous allez nous les expliquer.
         - La production d’agrocarburants au Brésil a été décidée de façon autonome par ce pays lors du premier choc pétrolier (75). En 1985, 50 % des véhicules Brésiliens fonctionnaient à l’ethanol. L’Europe n’a rien a voir avec ce choix.
         - Les oléagineux sont principalement utilisés pour l’alimentation humaine et animale et les sous-produits du soja d’Amérique du sud ne sont utilisés que marginalement pour produire des agrocarburants. Le Brésil plus gros producteur et consommateur d’agrocarburant d’Amérique du sud utilise 11 fois plus d’ethanol (tiré de la canne à sucre, qui n’est pas un « oléagineux ») que de biodiesel (tiré d’oléagineux). Un hectare de canne à sucre produit 6 tonnes d’ethanol. Un hectare de colza 1,5 tonnes d’esther. Un hectare de soja 0,5 tonnes d’esther (dont est issu le « biodiesel »).
         - Le soja, culture de zone tempérée, est produit principalement dans le Sudeste du Brésil ou en Argentine, c’est à dire à quelques milliers de kilomètres de la forêt Amazonienne.
         - L’Europe utilise des agrocarburants majoritairement produit en Europe (colza, tournesol pour le Biodiesel, betterave pour l’Ethanol).
         - Brésil et USA consomment 88% des agrocarburants produits sur la planète. 
         - Les écologistes qui sont plus informés que vous sur ces questions (ce qui n’est pas difficile) sont critiques sur les agrocarburants qu’ils évitent d’appeler « bio-carburants » car ils connaissent les procédés agricoles utilisés. Ils sont encore plus critique sur la culture du soja en Amérique du Sud, culture industrielle dont la filière majoritairement transgénique et ayant recours aux pesticides est contrôlée par quelques multinationales hautement détestables pour tout écologiste qui se respecte.

        Vous nous avez habitué à des commentaires à taux élevé de stupidité. Mais, avec votre phase sur les écologistes qui obligent l’Amérique du Sud à couper la forêt Amazonienne, vous battez tout les records connus dans un domaine ou la concurrence est pourtant rude. Cette phrase est un petit chef-d’oeuvre dans son genre et en matière de stupidité, vous approchez la pureté chimique absolu. L’exploit méritait d’être souligné. Encore bravo !

      • Et hop ! Et hop ! 16 décembre 2016 00:44

        @samuel : C’est la faute des écologistes qui sont tellement cons qu’ils ont imposé les éoliennes qui sont 

        - un système de production intermittent alors qu’il faut satisfaire des besoins continus, 
        - un système de centralisation des productions dispersés sur le territoire, ce qui nécessite d’installer un réseau de cables électriques très dense sur de très longues distances,
        - des machines géantes fabriquées en Chine.

        Le premier principe de l’écologie est de relocaliser les productions et de limiter au maximum les transports, favoriser l’autoproduction, donc défavoriser le commerce en commençant par le commerce international.

        La mondialisation, les délocalisations, l’immigration, sont radicalement anti-écologiques.


      • Trelawney Trelawney 15 décembre 2016 12:58

        En France, la crise agricole s’aggrave. En 2015 il y a eu une baisse globale du chiffres d’affaires de 17% et en 2016, on l’estime à 20%.

        cela touche en priorité :
        1 - les éleveurs de porcs avec un revenu moyen annuel de 13 000 euro (le revenu agricole est le gain net d’une exploitation. Donc s’il y a 2 ou 3 personnes sur l’installation elles devront se partager les 13 000 euro)
        2 - l’industrie laitière 15 000 euro annuel
        3 - Ce qui s’en sorte le mieux sont les producteurs de fruits et légumes avec 35000 euro les viticulteurs avec un revenu agricole moyen de 55 000 euro.
        L’année 2016 a été trés mauvaise en matière de céréale, mais comme dans les autres parties du globe ça a été plutôt bon, les cours se sont effondrés pour des productions trés faibles. Nos céréaliers de la Brie et la Beauce avec leurs tracteurs à 1 millions d’euro ne vont pas tarder à rejoindre les producteurs laitiers et aussi les restaurants du coeur.

        On peut toujours critiquer et dire que les autres pays se débrouillent mieux, mais c’est notre politique du terroir et du bien manger que l’on doit défendre.

        • escoe 15 décembre 2016 19:11

          @Trelawney "L’année 2016 a été trés mauvaise en matière de céréale, mais comme dans les autres parties du globe ça a été plutôt bon, les cours se sont effondrés"

          Et voilà que Poutine s’en mêle puisqu’il est probable qu’en 2016 la Russie soit le premier exportateur mondial de blé.
          Source US Department of Agriculture


        • manu manu 15 décembre 2016 13:07

          Les steak haché à 5 € le kilo, c’est en fait les vaches à lait qui « passe à la casserole » dés que leur rentabilité diminue, elles sont nourrit avec des céréales OGM (soja, maïs) et gavé de médicaments, miam.

          Argent, argent.


          • alinea alinea 15 décembre 2016 13:14

            @manu
            le boeuf n’existe plus manu ! trop long à « faire pousser » ; il n’y a que du veau et de la vache, sauf, peut-être chez quelques attardés locaux.


          • pirate pirate 15 décembre 2016 13:27

            @alinea
            euh ça fait longtemps que vous êtes allé dans le Charolais ? Je suis sûr que les éleveurs seront intéressé par votre théorie.


          • alinea alinea 15 décembre 2016 18:08

            @pirate
            Peut-être que dans le charolais restent des attardés locaux ? Quand on ( enfin pas moi je suis végétarienne !) achète du charolais, on achète qualité ; mais si vous trouvez du mâle castré dans les steaks hachés congelés ou autres morceaux, dîtes-le moi, je reverrai mes sources !


          • Alren Alren 15 décembre 2016 18:15

            @pirate

            Les bœufs abattus à trois ans au sommet de leur valeur gustative ne sont pas vendus dans les supermarchés, mais dans des boucheries et des restaurants de luxe, au prix fort, pour les riches qui ne regardent pas à la dépense.

            Les supermarchés et les boucheries ordinaires vendent de la vache de réforme épuisée par les vêlages et les lactations, qui a été bourrée de médicaments que l’on retrouve dans son lait et dans sa viande à l’origine sans doute de troubles de santé.

            Au Moyen-âge, une telle tromperie sur la marchandise aurait valu le pilori !


          • alinea alinea 15 décembre 2016 19:04

            @Alren
            merci Alren !! le mensonge réside dans l’intitulé : bœuf. On pourrait peut-être faire quelque chose pour y remédier ?


          • Et hop ! Et hop ! 16 décembre 2016 00:51

            @alinea : Il n’y a plus de boeuf puisqu’il n’y a plus de traction animale.


            Boeuf est l’appellation générique pour la viande bovine adulte, comme on parle de mouton et de porc, sans préciser si ce sont des femelles ou des mâles.

            Les vaches laitières de réforme peuvent faire de la très bonne viande de boeuf, elle est mise 6 mois aux pâturages, complétée avec de la farine d’orge.

            Le gouvernement est criminel d’avoir autorisé la production bovine par des industriels, alors qu’elle devrait être strictement réservée aux fermiers qui disposent d’un hectare par vache et qui produisent eux-mêmes leur alimentation.

          • manu manu 16 décembre 2016 16:38

            @Et hop !

            On mangera peut être bientôt aussi mal qu’aux USA.

            Par exemple ici on peut lire : Presque toutes les viandes vendues contiennent des nitrates et des nitrites, classés comme « probablement cancérigènes » par l’OMS. Les produits bio n’échappent pas à cette règle.

            Pour ce qui est des OGM.

            Et les médicaments dans la viande. ou ici (plus longs)


          • Raoul-Henri Raoul-Henri 15 décembre 2016 16:10

            @Pirate
            je lis avec attention votre article (j’aime le côté frondeur pamphlétaire) et je m’arrête net à « 10000 tonnes » de viande consommée par seconde.
            Je sors la calculette et sauf erreur, sur une base de 7 milliards d’humains, cela nous ramène à une conso journalière de 123 kilos par jour et par individu. Il me semble qu’un facteur 100 ou 1000 s’est glissé sous la couette ; non ?


            • pirate pirate 15 décembre 2016 16:18

              @Raoul-Henri
              vous avez raison, désolé, je me suis planté dans ma conversion, c’est 10 tonnes secondes exactement. Si vous voulez j’ai un lien assez fascinant avec un compteur à viande... c’est... euh terrifiant si on y pense.


            • Xenozoid Xenozoid 15 décembre 2016 16:25

              @Raoul-Henri


              et tous les sous produits animaux tu fais quoi avec ?
              la viande que l’on consomme ( pas moi),vient d’un animal qui a été transformé en divers sous produit qui font parti de le chaine de production,cosmétique,produit de nourriture pour les domestique par exemple,le cuir et j’en passe,on consomme en million de tonnes, pas en million de creatures

            • pirate pirate 15 décembre 2016 16:33

              @Xenozoid

              euh en fait comme je viens de l’écrire JE me suis planté, c’est dix tonnes secondes, et vous êtes également dans l’erreur parce qu’en effet nous ne tuons pas des millions d’animaux par an, nous en tuons des milliards, depuis le premier janviers, un peu plus de 57 milliards exactement...

              http://www.planetoscope.com/elevage-viande/1172-nombre-d-animaux-tues-pour-fournir-de-la-viande-dans-le-monde.html


            • Xenozoid Xenozoid 15 décembre 2016 18:08

              @pirate


              oui 

            • tf1Groupie 15 décembre 2016 23:34

              ça me fait un peu mal au cul de le dire, mais votre article est très bon.


              • zygzornifle zygzornifle 16 décembre 2016 16:10

                la viande c’est du blé et mon cul c’est du poulet mais pas n’importe lequel du poulet a la grippe aviaire label rouge élevé en plein air au milieu des parti de cul fines .......


                • zygzornifle zygzornifle 17 décembre 2016 13:24

                  la viande c’est du blé et on paye le tout en oseille .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès