Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La viande : un danger pour tous

La viande : un danger pour tous

Depuis la victoire des Etats-Unis sur l’URSS au terme de la guerre froide en 1989 nous avons pu assister à la prépondérance de l’idéologie capitaliste au détriment des autres systèmes politiques marquants de l’époque tel que le communisme. Ayant convaincu ses citoyens de la bêtise et de la débilité des courants de penser divergent, la superpuissance restante se fit un devoir d’éclairer les contrées de par le monde en leur désignant la voie à suivre pour son grand bénéfice. Ainsi, en Occident, le capitalisme, caractérisé par un mode de vie surconsommateur devenu la norme pour qui veut se plier aux désirs de l’État, est le nouveau culte par excellence. On doit posséder une maison bien entretenue, une voiture avec air climatisée et démarreur à distance, une bonne assurance dentaire tout en s’empiffrant de viande rouge chez soi ou dans les restaurations rapides. Avec la surconsommation vient évidemment la surproduction. Les Américains sont les plus grands consommateurs de viande avec 123 kilos annuellement[1] et la production mondiale est de 283,9 millions de tonnes par ans[2]. Plusieurs conséquences découlent de cet élevage industriel inconséquent. Dans les lignes qui suivent nous verrons donc pourquoi il serait important de réduire notre consommation de viande, que ce soit pour notre santé ou pour celle de la planète. Par la suite, nous étudierons quel éclairage deux philosophies pourraient apporter à ce problème. Aussi, des arguments en faveur de cette boucherie nuisible seront présentés pour finalement être réfutés.

En premier lieu, il faut savoir que, contrairement à ce que croit une partie de la population, la consommation de viande n’est pas entièrement bonne pour notre santé. Lorsque l’on en abuse, les risques de contracter des maladies cardiovasculaires, des cancers, des attaques cérébrales ou d’être atteint du diabète type 2 augmentent. Soit dit en passant « les maladies cardiovasculaires, première cause de décès en Europe et aux Etats-Unis avec 17 millions de morts [annuellement], et les cancers, se sont multipliés »[3] parallèlement à l’augmentation de la consommation de la chair animale. Si l’on se penche sur le cas des cancers, on observe que plusieurs sont causés par cet abus de viande industrielle tel que le cancer de l’intestin, de la prostate, des ovaires, des poumons, du côlon, du pancréas et du sein. Aussi, d’autres maladies comme l’hypertension, l’ostéoporose, l’hypercholestérolémie et l’obésité, le nouveau mal du siècle, y trouvent leur source. De fait, la nourriture issue de la production de masse est de piètre qualité ; il n’en ressort que des aliments conceptuels. On peut prendre comme exemple les conditions dans lesquelles sont élevés les poulets : Tout d’abord, les poussins sont entassés dans des litières, laissées sales pendant la durée de leur croissance, où ils sont gavés de nourriture gorgée d’antibiotiques. Ces produits sont généralement utilisés pour prévenir et guérir les maladies, mais aussi (jusqu’en 2006) pour stimuler la croissance des bêtes. L’usage massif de ces substances contamine la viande. Les bactéries développent une résistance à ces antibiotiques qui deviennent inefficaces sur elles-mêmes et, par la même occasion, chez l’homme. Les hormones sont également employées à ces fins. L’utilisation de tels produits favorise la naissance de micro-organismes. On peut penser à la Salmonella, le Campylobacter, le Staphylococcus Aureus et l’E Coli. L’apparition de cette dernière relève d’une décision plutôt négligente. On sait que les vaches, un ruminant, ont évolué pour manger de l’herbe. Toutefois, pour des raisons économiques, c’est avec du maïs que l’on alimente ces bovins. C’est simplement pour les engraisser plus vite car, de fait, elles sont incapables de digérer cette céréale. Cette diète de maïs a provoqué l’apparition de l’E Coli résistant aux acides, un colibacille très nocif. Par la suite la propagation de cette bactérie s’est faite par les eaux de ruissellement des fermes industrielles. Plusieurs personnes ont été très malades et certaines sont mêmes mortes parce que des industries souhaitaient être productives au détriment de la qualité de leur viande. Il suffisait de nourrir les vaches avec de l’herbe pendant cinq jours pour éliminer 80% de la bactérie dans leur organisme. Évidemment les entreprises ne pourraient se le permettre puisque cela réduirait immanquablement leur productivité.[4] On fait donc croître du bétail dans des délais inhumains. Bien souvent, leur organisme ne peut le supporter. Affaiblis, les animaux deviennent plus sensibles aux germes et leur habitat devient un véritable foyer épidémique.  

On sert donc de la nourriture avariée pour un bilan de « 90% d’intoxications alimentaires [du aux] conditions de production de la viande »[5] par an. Heureusement le prix auquel on vend ces produits nous aide à oublier rapidement ces statistiques. Cette course à l’efficacité sera assurément fatale pour une poignée d’entres nous. Pareillement, elle ne manquera pas d’endommager gravement cette Terre qui nous héberge.

 

En second lieu, la surproduction de viande industrielle, conséquence de sa surconsommation, provoque des dégâts considérables sur l’environnement et ce à plusieurs niveaux. Tout d’abord, les animaux provenant d’élevage intensif absorbent une quantité impressionnante de céréales. « Pour produire 1 kg de bœuf, il faut 10 kg de nourriture ».[6] C’est vraiment du gâchis. Au lieu de cela nous pourrions utiliser directement ces céréales pour nous alimenter. Cependant, l’élevage a la mainmise sur les ressources naturelles et alimentaire. La moitié des récoltes mondiales sont destinées aux bétails. Ainsi, l’élevage intensif favorise l’expansion d’une autre industrie : l’agriculture. Un tiers de l’ensemble des terres émergées sont utilisées pour faire paître les animaux ou pour cultiver leurs nourritures. Selon Alain Karsenty, économiste au Centre de coopération internationale pour le développement, l’élevage extensif et la culture du soya sont la première cause de désertification. De même, il affirme qu’ils ont déjà détruit 80% de la forêt amazonienne. Les dégâts sont accablants, mais aucune prise de conscience ne semble se faire et étonnamment la demande en céréale ne cesse de grandir. Les cultivateurs n’ont donc d’autre choix que d’augmenter leur rendement. Cela signifie un accroissement de l’utilisation d’eau, d’engrais et de pesticides. De fait, l’élevage avec tous les besoins qu’il entraine représente 70% de la consommation d’eau en France. Pour donner une échelle de grandeur, l’agriculture française, quant à elle, emploie la moitié de la consommation annuelle d’eau[7]. En plus de la gaspiller, l’élevage industriel pollue abondamment les fleuves et les océans de ses déjections animales, de ses résidus d’engrais et de pesticides. En effet, la contamination des eaux souterraines et de surface devient préoccupante. Chaque année, c’est 13 milliards de tonnes d’antibiotiques, d’hormones et de produits chimiques qui sont relâchés dans la nature par les industries. Cette mauvaise gestion des déchets résiduels cause de graves conséquences environnementales. Par exemple, on observe, principalement en Grande-Bretagne, un nouveau phénomène appelé marée verte. Cet évènement est caractérisé par l’apparition d’algues vertes qui se répandent au bord de la mer. Ces algues émettent de l’hydrogène sulfuré, un gaz toxique lorsqu’il est inhalé et mortel lors d’un exposition prolongée. La mort de nombreux animaux marins en est la preuve. Ce n’est pas là le seul gaz nocif engendré par la production industrielle. En effet, la majeure partie des gaz à effet de serre sont émis lors de divers processus de l’élevage. Le fumier et l’énergie consommée pour créer les engrais en rejettent abondamment, tout comme les bovins, avec leur digestion particulière, qui rejette du méthane. La claustration des vaches dans des usines empêche la réabsorption de ce gaz qui ce fait naturellement par les pâturages. Au total, « 22 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre proviennent de l'agriculture, une proportion similaire à celle du secteur industriel, mais supérieure à celle liée aux transports »[8]. Ainsi, on peut remarquer que l’élevage, tel qu’il est pratiqué, provoque des contrecoups terribles au niveau planétaire. Une réforme des méthodes d’élevage serait plus que souhaitable pour limiter les dégâts, déjà inquiétants, causés. 

Dans un autre ordre d’idée, deux philosophes pourraient être d’une aide précieuse en regard de cet enjeu par leur enseignement et en nous faisant profiter de leur grande expérience. D’abord on peut penser à Hans Jonas, philosophe allemand, né en 1903 et mort en 1993. Il est principalement connu pour son œuvre Le Principe responsabilité dans laquelle il explique un principe de responsabilité qui interdirait à l’homme de poser des gestes qui mettraient en péril les générations futures et, par la même occasion, qui détérioreraient la Terre. Selon lui, nous devons toujours s’assurer que nos gestes n’auront pas de répercussions néfastes sur l’habitabilité de la planète. M. Jonas serait, sans aucun doute, pour une diminution de la consommation et de la production de viande puisque, comme nous l’avons démontré plus haut, ces activités sont nuisibles pour la planète. Par après, le point de vue de Mme Gro Harlem Brundtland, née le 20 avril 1939 à Bærum, pourrait être très utile. Cette femme politique norvégienne membre du Parti du travail a acquis une grande notoriété en défendant le principe de développement durable consistant à subvenir à nos besoins sans compromettre l’habilité des futures générations à en faire autant. Ce projet à été mis en place dans le but de faire face aux conséquences résultant de notre développement actuel. Respectueuse des équilibres naturels, Mme Brundtland souhaite atteindre les mêmes objectifs que nous, soit la préservation de l’environnement. Elle approuverait cette alternative de diminuer les portions de viande présentes dans nos assiettes, qui trouve étonnamment encore des adversaires. 

Enfin, quelques individus sont en désaccord avec le fait de consommer moins de chair animale industrielle. Il clame naïvement que la viande est indispensable pour notre organisme. Ceci est une grave erreur. Il est vrai que la viande est une source riche en protéines, en fer et en autres nutriments qui eux sont essentiels pour le bon fonctionnement de notre système, mais la viande à elle seule est loin d’être bénéfique pour notre santé comme nous l’avons expliqué plus haut. On peut facilement combler cette demande en fer en mangeant d’autre aliment contenant du fer. On peut penser aux fruits séchés, aux légumes frais, aux graines de sésame, etc. Même chose pour les protéines. En plus, on produit dix fois plus de protéines avec un hectare de légumineuse que si ce même hectare fournissait des céréales destinées aux bétail.[9] Il arrive encore que des citoyens justifient leur choix de viande en raison du coût associé. Il vrai que l’élevage biologique entraîne des dépenses supplémentaires qui se reflètent lors de sa vente. Seulement, faut-il avoir de la nourriture de bonne qualité plus dispendieuse ou des aliments peu goûteux et peu chers comparables à du poison ? Mieux vaut s’abstenir que de manger de la viande industrielle. Une recherche britannique de 1986 a démontré que « sur une vie entière, les végétariens coûtaient aux services de santé environ cinq fois moins, en termes de coûts de traitements, que les consommateurs de viande ».[10] Si l’on effectuait cette étude à notre époque les résultats seraient sans doute encore plus révélateurs. La somme d’argent que nous croyons économiser est en fait remise à plus tard. Elle s’accumule en attendant que notre santé soit dans tel état que des soins deviennent nécessaires. Ainsi notre avarice nous rattrape sournoisement. Au bout du compte quelques dollars ne sont rien pour ce qu’ils nous permettent d’éviter. Le dernier argument qu’il m’a été donné d’entendre est d’une bêtise assommante. On croit que l’on ne pourrait pas nourrir toute la planète avec les techniques d’élevage traditionnel. Cependant, il faut savoir que 870 millions de personnes souffre encore de la faim, selon l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture de l'ONU. La production industrielle ne diminue en rien la famine dans le monde. En fait elle monopolise les ressources naturelles et alimentaires qui ne peuvent être distribuées aux personnes dans le besoin. « Une baisse de 50 % de la consommation de viande en Occident d’ici 2020 permettrait de diminuer de 3,6 millions le nombre d’enfants souffrant de malnutrition dans les pays en développement. »[11] Néanmoins, on veut réduire la production de viande et non pas l’augmenter. Si chacun diminuait la part de chair animale présente dans son alimentation l’élevage extensif suffirait amplement.

Pour conclure, dans ce texte il a été question des méfaits que cause la surconsommation de viande industrielle et de la surproduction qui en découle. Cette alimentation nuit gravement à notre santé et endommage l’environnement. Par ailleurs, la pensée de deux philosophes pouvant éclairer certain aspect du problème a été présentée. Du reste, des arguments prônant la continuité des chaines de fabrication ont été présentés pour être immédiatement réfutés. Finalement, ces dernières années, nous avons pu assister à la renaissance d’un mouvement respectueux de l’environnement chez les perdants de la guerre froide, plus précisément chez les Russes. C’est avec les livres « Ringing Cedars » de Vladimir Megre qu’un mode de pensée écologiste a refait surface. Ces romans encouragent une vie de famille simple et autonome basée sur les valeurs russes traditionnelles soucieuses des équilibres naturels. Par la suite, influencées par ces propos, plusieurs villes se sont organisées pour former des éco-villages. On a dénombré, en 2004, jusqu’à 150 éco-villages à travers la Russie[12]. On ne peut qu’espérer voir ce mouvement prendre de l’ampleur pour qu’il délivre les vaincus de l’influence qu’on ses tyrans insouciants et rapaces sur lui.

 



[1] ANONYME, Viande, [En ligne], [http://fr.wikipedia.org/wiki/Viande] (28 avril 2013)

[2] ANONYME, Manger autant de viande est une aberration pour l'environnement et la santé, [En ligne], 04 décembre 2009, [http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2202_surconsommation_viande.php] (28 avril 2013)

[3] ANONYME, Viande et santé : attention danger, [En ligne], [http://www.one-voice.fr/alimentation-et-vetements-sans-barbarie/viande-et-sante-attention-danger/] (1 mai 2013)

[4] KENNER, Robert. Food Inc. Etats-Unis, CTV international, 2008, [DVD], 94 min.

[5] ANONYME, Viande et santé : attention danger, [En ligne], [http://www.one-voice.fr/alimentation-et-vetements-sans-barbarie/viande-et-sante-attention-danger/] (1 mai 2013)

[6] ANONYME, Viande et environnement : la planète en péril, [En ligne], [http://www.one-voice.fr/alimentation-et-vetements-sans-barbarie/viande-et-environnement-la-planete-en-peril/] (4 mai 2013)

[7] ANONYNE, L’élevage industriel maltraite les animaux, les humains et l’environnement, [En ligne], [http://www.one-voice.fr/alimentation-et-vetements-sans-barbarie/l-elevage-industriel-maltraite-les-animaux-les-humains-et-l-environnement/] (5 mai 2013)

[8] ANONYME, Moins de viande, moins de gaz à effet de serre, [En ligne], 13 septembre 2007, [http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Science-Sante/2007/09/13/003-viande_rechauffement_climat.shtml] (5 mai 2013)

[9] ANONYME, Viande et environnement : la planète en péril, [En ligne], [http://www.one-voice.fr/alimentation-et-vetements-sans-barbarie/viande-et-environnement-la-planete-en-peril/] (4 mai 2013)

[10] ANONYME, Viande et santé : attention danger, [En ligne], [http://www.one-voice.fr/alimentation-et-vetements-sans-barbarie/viande-et-sante-attention-danger/] (1 mai 2013)

[11] ANONYME, Viande et environnement : la planète en péril, [En ligne], [http://www.one-voice.fr/alimentation-et-vetements-sans-barbarie/viande-et-environnement-la-planete-en-peril/] (4 mai 2013)

[12] ANONYME, Vladimir Megre. [En ligne], [http://en.wikipedia.org/wiki/Vladimir_Megre] (8 mai 2013)

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.78/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 9 mai 2013 12:11

    "les végétariens coûtaient aux services de santé environ cinq fois moins, en termes de coûts de traitements, que les consommateurs de viande "

    donc en inde, on vit 5 fois plus longtemps ??????????????


    • amipb amipb 9 mai 2013 12:17

      Ce n’est pas parce que l’on a 5 fois moins de chances d’avoir des maladies liées à la consommation de viande que l’on vit 5 fois plus vieux.

      Par contre, il est possible que l’on vive 5 fois mieux.


    • foufouille foufouille 9 mai 2013 14:14

      sissi
      la mort est liee a la maladie
      c’est pas toi qui pollue avec ton gros 4X4 ?


    • ovomaltine 9 mai 2013 13:40

      Fête de Benichon et castrations dans la secte de Skoptzy...soit l’auteur de cette réponse à l’article a fait une overdose de côtelettes infectées soit il veut nous dire que les vrais hommes mangent de la viande rouge. !
      Dans les 2 cas, il est à côté et pathétiquement ,du sujet.
       7 bientôt 8 ou 9 milliards d’humains négligeant la « garniture » comme il nous le dit si bien et s’empiffrant de steack cela donnera une planète ravagée, des humains de moins en moins bonne santé, un environnement de plus en plus pollué etc ...et le prix sera payé par les enfants et petits enfants des inconditionnels de la viande à tous les repas - et par les enfants des autres, hélas, aussi !


    • joletaxi 9 mai 2013 14:21

      mince, l’ovomaltine a des effets délétères sur le moral.

      Toujours les mêmes idioties, bouffez vos carottes et foutez-nous la paix.
      On a déjà réfuté au moins 20 fois vos pseudo arguments,mais rien n’y fait,la secte du radis rose est imperméable à toute discussion.
      par contre, qui s’indignera du cri de la carotte, arrachée au petit matin de son sol douillet et à l’affections de ses copines ?

      lisez cet article,

      http://www.theresilientearth.com/?q=content/vegetarian-cavemen-died-out-meat-eaters-thrived

      j’en ai des tas d’autres, mais pas la peine de se fatiguer, vous êtes obtus à toute réflexion, des enclumes quoi


    • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 9 mai 2013 18:54

      Schweitzer,

      Vous devriez lire « Le livre noir de l’ agriculture, comment on assassine nos paysans, notre santé et l ’environnement », d’Isabelle Saporta.

      Cela vous éviterait d’écrire des sottises.


    • foufouille foufouille 9 mai 2013 14:16

      jeanne calment n’etait pas vegetaryenne


      • foufouille foufouille 9 mai 2013 15:31

        uniquement quand hitler massacrait des juifs
        sinon il mangeait de la viande
         :->


      • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 mai 2013 01:22

        Hitler n’était pas végétarien. 


      • foufouille foufouille 9 mai 2013 15:06

        "Ainsi, l’Inde connaît une augmentation rapide de sa population. La population indienne augmente d’environ 19 millions d’individus par an (conséquence d’une fécondité de 2,7 enfants par femme en moyenne — contre 1,7 pour la Chine). L’espérance de vie est passée de 38 ans en 1952 à 64 ans en 2011."

        le pays vegetarien ............


        • foufouille foufouille 9 mai 2013 15:08

          « l elevage industriel est une catastrophe ecologique, ethique et sanitaire d’une ampleur astronomique. »
          et capitaliste
          faire du fric
          changer les poules pondeuses tous les ans

          pour les recettes : supertoinette


          • foufouille foufouille 9 mai 2013 15:10

            "Les cas de meurtres de jeunes mariées perpétrés par leur belle-famille sont souvent dénoncés dans la presse indienne et sont présentés comme la conséquence d’un défaut de paiement de la dot par leur famille d’origine. En 2006, on estimait ainsi officiellement qu’un cas de dowry death était rapporté à la police toutes les 77 minutes[17]."

            ca rend barjot, en plus


            • Relladyant Relladyant 9 mai 2013 15:45
              J’aimerais tordre le coup a l’argument du « pour produire 1kg de viande il faut 10kg de cereales ».

              Certes, mais ce 1kg de viande nourrit bien plus qu’un kg de salade ou de mais... dans l’assiette, 100g de viande apportent bien plus de calories que 100g de carottes.

              Secundo, vous semblez indiquer que le probleme trouve son origine dans la qualite de la viande et la production... dans ce cas la il serait plus honnete d’orienter votre article dans le sens du « il faut retablir l’elevage traditionnel » plutot que « il faut supprimer la viande », puisque je pourrais utiliser votre raisonnement pour dire qu’il faut bannir les legumes sous pretextes que le mais transgénique c’est de la merde.

              Enfin, je connais le mode de vie végétarien et leurs assiettes, et j’ai bien peur qu’a manger de la salade tous les jours on meure d’ennui bien avant de mourrir de maladie cardique avec la viande. Les pauvres en sont réduits a manger du faux steak pour faire comme s’ils mangeaint un hamburger, du faux poulet pour faire comme s’ils mangeaient des fajitas, etc...

              • Relladyant Relladyant 9 mai 2013 18:16
                Je connais bien la vie des vegetariens pour vivre avec une d’entre elle. Les végétariens tournent en rond dans leur assiette puisque, désolé de rappeller l’évidence, mais la cuisine gravite autour de la presence d’une viande, cuisinée de telle ou telle facon, servie avec telle ou telle sauce, etc... enlevez ceci et il ne reste plus grand chose au plaisir de la cuisine et de la table, et ils sauvent les apparences en faisant des faux burgers au faux-boeuf, des fausses brochettes au faux-poulet ou que sais-je encore.

                Enfin, le principe de « consommer de l’energie pour produire quelque chose » vous parait débile mais c’est le principe de l’humanité : l’homme travaille et brule de l’energie et des ressources pour créer un bien qui n’existait pas auparavant : une chaise, un toit, une route, ou des morceaux de boeufs, ou meme votre salade (elle ne tombe pas du ciel et il faut consommer de l’energie, et de l’eau non ?). Je ne comprends donc pas trés bien votre argument, qui consiste en gros a dire, si on l’etend au reste des activités humaines, que l’homme ne doit rien produire sinon c’est du gachis.

                Je ne parle pas de l’erreur comptable dans votre bilan, il faut 10kg de cereales pour faire 1kg de boeuf, certes. Mais ce sont les calories qui comptent... 100g de boeuf dans l’assiette apportent bien plus que 100g de legumes ou cereales, et si vous supprimez les 100g de boeufs, je vous demande par quelles quantités de cereales/legumes vous devrez les remplacer pour apporter la meme quantite de calorie et en particulier la meme quantite de proteines, et j’espere que vos cereales ne devront pas etre importées non plus !

              • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 9 mai 2013 19:07

                Relladyant,

                L’article remet bien en cause les inconvénients de l’ élevage industriel.

                Il ne s’agit pas de ne plus manger de viande, mais de la viande qui ne soit pas bourrée d’antibiotiques que vous allez ingérer, en plus de tous les produits chimiques qu’ajoute la malbouffe industrielle.

                Il manque donc un passage sur la défense de l’agriculture « normale », celle où on nourrit les vaches avec de l’ herbe. Et d’en manger moins, on trouve des protéines végétales ailleurs.

                La Provence, avant qu’on ne la transforme en bronze culs, était une région plutôt pauvre où la cuisine était extrêmement variée, avec très peu de viande.

                C’est ce que l’on appelle « le régime crétois », bien que tous les pays du pourtour de la Méditerranée avait à peu près la même alimentation, puisque les produits locaux étaient assez semblables.

                Et il paraît que c’est excellent pour la santé... 


              • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 mai 2013 01:29

                « 100g de viande apportent bien plus de calories que 100g de carottes. »


                C’est amusant de constater comment l’ignorance des mots qu’on utilise permet d’énoncer des imbécillités avec la plus parfaite assurance.  smiley

              • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 mai 2013 01:35

                « désolé de rappeller l’évidence, mais la cuisine gravite autour de la presence d’une viande »


                C’est beau la science : cet aspect de la loi de la gravitation universelle m’avait échappé.   smiley

              • foufouille foufouille 9 mai 2013 15:59

                http://www.slate.fr/story/58379/islam-juifs-vegan-se-soigner-sans-porc

                le vege ne se soigne pas
                il coutes moins cher car il creve


                • foufouille foufouille 9 mai 2013 16:12

                  http://fr.sott.net/article/4030-Le-mythe-vegetarien

                  "La viande de bœuf contient presque deux fois plus de calories. Si on mesure le volume d’eau pour le nombre de calories, le blé et la viande s’équivaut. Mais la viande contient plus de nutriments, plus de protéines (21g vs 13,7g) et de lipides (8,55g vs 1,87g). Les protéines de la viande sont complètes (acides aminés) et plus faciles à assimiler que les protéines de basse qualité des grains et largement inaccessible à cause de la coquille indigeste fait de cel- lulose. En fait, pour rendre les grains plus digestes, il faut les rincer, trem- per et bouillir, utilisant plus d’eau. Au niveau de l’utilisation de l’eau, la viande de foins a un meilleur score."


                  • foufouille foufouille 9 mai 2013 16:13

                    "Et enfin, elle écrit ce livre comme un avertissement. Un régime alimentaire végétarien faible en gras, spécialement le régime vegan, n’offrent pas suffi- samment de nutriments pour la maintenance à long-terme du corps humain.

                    Deux ans, et la plus part ont des séquelles graves. L’auteure, par exemple, a développé une maladie dégénérative des vertèbres. Ç’a pris six semaines de régime vegan pour qu’elle fasse de l’hypoglycémie. Trois mois après, ses menstruations ont arrêté. Elle est devenue épuisée et elle avait toujours froid. Sa peau est devenue si sèche qu’en hiver, cela l’empêchait de dormir. Puis, elle a développé une gastroparesis, et elle a passé 14 ans avec la présence constante d’une nausée. Il y a aussi les problèmes de dépression et d’anxiété, et sa diète fut un facteur contribuant à son déclenchement"


                    • foufouille foufouille 9 mai 2013 16:20

                      "
                      Manger des produits à base de soja, c’est manger un déchet industriel. Du soja contient 30% de lipides. On le cultivait pour son huile, pour faire de la peinture et de la colle. Extraire l’huile nous laisse avec beaucoup de protéines et la question que s’est posée l’agriculture industrielle a été que faire avec cela ? En 1975, on a décidé de le vendre comme un aliment. Chaque année, United Soybean dépensent 80 million de $ dans le marketing."


                      • filo... 9 mai 2013 16:21

                        @l’auteur

                        « Depuis la victoire des Etats-Unis sur l’URS... »

                        Par des mensonges et des promesses non tenus !

                        Êtes vous sûr que c’est une victoire ?


                        • foufouille foufouille 9 mai 2013 16:28

                          que fait un vegetarien avec des rats taupes ?
                          il les laisse tout bouffer et creve


                          • herbe herbe 9 mai 2013 17:20

                            Pour le plaisir !


                            • foufouille foufouille 9 mai 2013 17:48

                              un vege sans pancreas, suite a un accident, se suicide de facon automatique


                              • foufouille foufouille 9 mai 2013 18:03

                                http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/03/05/l-affaire-de-la-viande-de-cheval-conforte-les-adeptes-d-une-alimentation-sans-animaux_1842988_3244.html

                                "Arouna Ouédraogo, sociologue à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA). Travaillant sur le sujet depuis une quinzaine d’années, il a constaté chez les végétariens "une surreprésentation des classes moyennes dans leur fraction la plus intellectuelle  : enseignants, travailleurs sociaux, professions paramédicales«  et la présence de nombreux profils atypiques. »

                                des petits bourgeois


                                • Relladyant Relladyant 9 mai 2013 18:22

                                  Une petite mode a la con, un peu comme le boudhisme...


                                • herbe herbe 9 mai 2013 19:30
                                  Foufouille vous faites du prosélytisme pro végé maintenant ?
                                  Çà alors !
                                  Grace à votre article j’apprends ceci :
                                  « Ce n’est pas juste un effet de mode, c’est un phénomène de fond »

                                  Bonne nouvelle non ? si chacun est libre d’y adhérer super !

                                • foufouille foufouille 9 mai 2013 20:52

                                  herbe, cela le cote bourgeois et surtout poil dans la main
                                  rien contre le vegetarien, vu que cela en fait plus pour moi
                                  par contre la propagande vegetaryenne .........


                                • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 mai 2013 01:38

                                  « Une petite mode a la con, un peu comme le boudhisme... »


                                  Ouais, le bouddhisme est une petite mode qui date de 2 ans et qui ne passera pas l’année. 

                                  (En revanche, l’inculture et la connerie, voilà des investissements sûrs !)

                                • foufouille foufouille 10 mai 2013 11:23

                                  en france pas en inde
                                  en inde, cette religion est la depuis longtemps
                                  pour le vegetarisme, on verra


                                • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 11 mai 2013 10:11

                                  Les bouddhistes représentent moins de 1% de la population totale de l’Inde. Il y a donc une plus grande représentation proportionnelle des bouddhistes en France qu’en Inde. Et cette religion (ou philosophie) est en expansion chez nous. 



                                • Relladyant Relladyant 9 mai 2013 18:21

                                   Cette femme politique norvégiennemembre du Parti du travail a acquis une grande notoriété en défendant le principe de développement durable consistant à subvenir à nos besoins sans compromettre l’habilité des futures générations à en faire autant.


                                  >> Toujours a la pointe, les Scandinaves, lorsqu’il s’agit de vouloir rendre la planete entiere dépressive....plus de viande (c’est mauvais pour la sante), plus de drague (c’est sexiste), plus de cigarettes, plus d’alcool, plus de pipi debout (pas de difference hommes-femmes)... que les vegetariens aillent se faire chier la-haut mais par pitié qu’on laisse les Latins tranquilles !

                                  • joletaxi 9 mai 2013 19:19

                                    Inutile de croire que les adeptes de la salade ont l’intention de prendre en compte les arguments pourtant évidents.Comme toujours,quand il s’agit de ce genre de démarche, leur singularité en fait des élus, qui sont fondés à imposer leurs vues, pour sauver les imbéciles, lobotomisés par la société turbocapitalistolibérale.
                                    à tout hasard, mais cela ne sert à rien, je remets le lien, qui explique tout, (c’est la nième’ fois)

                                    http://wattsupwiththat.com/2010/09/11/animal-vegetable-or-e-o-wilson/

                                    on se demande pourquoi les agriculteurs se sont mis à l’élevage ?
                                    ce sont des idiots, vendus à monsanto ?
                                    là, c’est plus clair, je me mets aux tofous


                                    • joletaxi 9 mai 2013 21:51

                                      en quoi cet article est-il de propagande ?
                                      mais je comprends que lu au travers de vos préjugés, cela soit inacceptable.

                                      On avance pas ?
                                      mais moi je ne vous demande rien, mangez vos carottes et foutez la paix au monde, car il n’y a strictement aucune raison ,sinon vos croyances,pour vouloir imposer votre mode de vie.
                                      Mais ce n’est pas que sur l’alimentation que votre mouvance tente de contrôler nos comportements,on a eu du mal à se débarrasser des religions, ce n’est pas pour y replonger sous une autre forme.


                                    • foufouille foufouille 9 mai 2013 20:55

                                      « que l essentiel de la nourriture fourragere est du soja OGM produit dans ce qui etait autrefois la foret amazonienne). »

                                      pas en france, on a des pres. le boeuf est le plus souvent de la vache de reforme


                                      • ovomaltine 10 mai 2013 07:07

                                        Je ne comprends pas pourquoi le débat se focalise entre végétariens et non-végétariens. Il s’agit de manger MOINS de viande, pas de manger que des carottes !
                                        Parce que finalement, après lecture de bien des messages, on peut conclure que manger de la viande tous les jours voire 2 fois par jour, a fait grandir, grossir, se multiplier plus aisément l’humanité , mais ne l’ a pas rendue plus intelligente !


                                        • foufouille foufouille 10 mai 2013 11:27

                                          « Je ne comprends pas pourquoi le débat se focalise entre végétariens et non-végétarien »

                                          c’est le cas sur de nombreux forums ou les vegetariens font de la propagande pour leur mode de vie
                                          plus intelligent, plus vieux, etc
                                          il y a de la gelatine de porc dans de nombreux medicaments
                                          .............

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

caronalex


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès