Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Lancement du manifeste pour l’EEDD en Europe à Barcelone

Lancement du manifeste pour l’EEDD en Europe à Barcelone

Les acteurs européens de l'EEDD se réunissent et publient leur manifeste pour l'éducation à l'environnement et au développement durable en Europe.
 

Les 1 et 2 octobre 2015 se sont déroulées les troisièmes journées européennes de l’EEDD dans le magnifique cadre de Sant Pau à Barcelone. Ces journées de travail qui suivent celles de Bergame de 2014 en Italie ont réuni 200 participants venant de 24 pays, mais ce sont 380 qui au total avaient demandé à participer. Il y a un réel engouement européen pour l’EEDD et une réelle envie d’envisager les choses de façon collectives.

Justice sociale, justice climatique

C’est à la veille des troisièmes Assises de l’EEDD de Lyon qu’en mars 2013 le GRAINE Rhône-Alpes et le Collectif Français pour l’EEDD ont initiés ces journées européennes. En ouverture, Julia Heiss de l’UNESCO évoque la dimension collaborative de l’EEDD, elle parle de la place de la « spiritualité » et utilise le mot « transformation ». Mario Salomone, dans son exposé, reprend les mots clés prononcés par les organisateurs de Barcelone : « inclusion, participative, coopérative, multi-acteur, alliances, justice sociale, justice climatique… ». Pour lui, le changement le plus important consiste à créer des réseaux. « Un réseau veut dire un instrument pour échanger les bonnes pratiques, des contacts, des livres, échanger de l’énergie aussi, « nous avons besoin de l’enthousiasme et de l’énergie ». Hélas, il fait le constat d’un « monde qui est aujourd’hui très triste »

Nombreux à nous entendre

Dans le discours que nous avons prononcé avec Joëlle van den Berg du Réseau belge IDEE, nous avons affirmé que : « Ce changement, si nous n’allons pas le chercher ensemble, il ne viendra pas. Personne ne fera le travail pour nous. Et plus nous serons nombreux à nous comprendre et à nous entendre, à échanger nos pratiques, à nouer des partenariats, à créer des liens, plus ce changement viendra vite, plus il sera fort et plus son effet sera positif. ».

Appel à signature

Nous avons ajouté aussi que : « lors des deuxièmes journées à Bergame en 2014, nous avons eu l’occasion de discuter et travailler avec les participants sur un projet de manifeste. Il en résulte aujourd’hui un texte en 20 propositions. La co-construction de ce texte et la diversité des personnes et organisations qui y ont contribué lui confèrent une (certaine) légitimité. Sur la base d’un travail bénévole, la rédaction a pu être finalisée ainsi que la mise en page et la traduction dans plusieurs langues (français, anglais, espagnol, portugais, italien, allemand et bientôt d’autres). L’appel est fait à toutes et à tous de prolonger ce travail de fourmi, de signer et de participer à la promotion du Manifeste de l’EEDD dans toutes les strates européennes !

Tous les champs d’action de l’EEDD

Ce Manifeste de l’EEDD rappelle pourquoi et comment l’EEDD est un projet éducatif de société, aujourd’hui et demain ! Il dresse le constat que de nombreux textes officiels, européens et internationaux reconnaissent et officialisent l’importance de l’EEDD (et encore le tout récent Objectif n°4 du développement durable voté le week-end passé au Sommet des Nations Unies), mais que ceux-ci ne sont pas, ou peu, suivis d’application et de soutien sur le terrain, à l’échelle des pays et des territoires. Dans ce Manifeste, nous sommes partis des constats et des propositions débattus et largement partagés lors des deux premières journées européennes. Nous les avons structurés au sein des champs d’actions de l’EEDD : l’école, l’éducation non-formelle, l’enseignement supérieur, le monde du travail, la professionnalisation des acteurs EEDD, l’évaluation – l’état des lieux de l’EEDD, les politiques européennes (pour que l’EEDD soit présente dans les programmes européens) et enfin, la place de l’EEDD dans l’institution européenne (avec des personnes identifiées, un organe spécifique).

4 décembre, thematic day sur l’éducation à la COP 21

Nous avons aussi dit que : « Cette année pour prendre soin du climat nous allons nous retrouver des dizaines de milliers de représentants et de militants à Paris en décembre pour la COP 21. Grâce à l’engagement de la société civile organisée, grâce à son engagement en dialogue avec les autorités publiques, nous avons obtenu que soit organisé un thematic day sur l’éducation, ce sera le 4 décembre. Il réunira les ministres de l’éducation de plusieurs pays. Là aussi on peut apporter sa signature pour lui donner plus de poids.

Contribuer à la résolution de la crise climatique

Nous restons au contact de l’actualité avec ce qu’elle lève d’espérance et d’indignation : « L’actualité nous rappelle au quotidien que nos réalités sont interconnectées à celles de la Planète. Aujourd’hui, ce sont des humains en détresse qui fuient des pays ravagés par la guerre et les violences. Accueillons-les à bras et à cœur ouverts et continuons à penser et à ouvrir nos pratiques d’EEDD pour transformer le monde, ensemble ! ». Il est clair que l’éducation peut changer les choses : « Nous affirmons ici que l’éducation est la première arme dont nous disposons pour combattre contre le réchauffement climatique. Travaillons à la qualité de ce fantastique outil, nous contribuerons sans aucun doute à la résolution de la crise climatique.

L’appel au rêve est une réalité

Le discours s’achève par un appel au rêve : « Continuons de rêver d’un monde où la joie de vivre des enfants qui nous entourent soit un critère de civilisation. Continuons de rêver d’un monde où les humains vivront dans un environnement en sécurité parce qu’ils s’en occupent au quotidien. Continuons de rêver ce monde et continuons de le construire ». Nous avons beaucoup rencontré et beaucoup échangé à Barcelone. Nous allons lentement parce que nous avons peu de moyens financiers. Cette EEDD européenne, si riche est scandaleusement pauvre.

En Allemagne en 2016

Les acteurs européens de l’EEDD ont des choses en commun. Ils ont un manifeste en commun, ils ont un projet de création de plateforme d’échange en commun, ils ont une charte en construction en commun ; mais en commun, ils ont surtout d’être humains et ça c’est immense. C’est une terra incognita. Ils vont continuer de travailler ensemble à induire dans le corps social mondial cette nouvelle façon d’habiter la terre et se retrouveront en Allemagne en 2016 pour continuer l’œuvre commune.

A suivre

Roland Gérard

Co-directeur du Réseau Ecole et Nature

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 5 octobre 2015 10:50

    Bien trop tard...nous avons tous un pied dans la tombe.. !


    • eric 5 octobre 2015 11:01

      « justice climatique » pourquoi pas la lutte climatique de classe !

       « inclusion, participative, coopérative, multi-acteur... » Cela me rappelle l’auto-bio-self-tout seul-par-lui-même-dégradable de la grande époque..

      Mois, je suis démocrate par principe. Tous le monde doit avoir le droit de parler. Mais j’exige d’être tenu au courant si mes gosses touchent des profs de ce niveau, je dois pouvoir les mettre dans le prié avant que les dégâts éducatifs ne soient irréversibles pour ne pas dire « durables ».

      J’irai plus loin. cet article, comme le précédent est un appel à des fonds publics financés par nos impôts accrus. Je suis prêt à payer si on me garantit que ces gens n’approcherons pas mes enfants....


      • Sozenz 5 octobre 2015 17:52

        Franchement j en au assez de ne voir que le problème climatique soulevé quand on parle d’ écologie en ce moment et les hypocrisue qu il y a autour .

        Et toutes les terres que l on contamine avec nos déchets nucléaires
        voici juste un exemple :
        http://www.criirad.org/actualites/dossier2010/gueugnon/gueugnon_2009.pdf

         Pétrole et sable bitumeux

        La France a mis fin à son soutien à une directive européenne qui vise à désigner les sables bitumineux canadiens comme la forme de pétrole de loin la plus néfaste pour le climat, a-t-on appris auprès de diverses sources proches du dossier.

        http://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/sables-bitumineux

        http://www.actu-environnement.com/ae/news/sables-bitumineux-canada-europe-carburants-23516.php4

        .
        les projets de gaz de schiste (pollution des nappes souterraine que l on va produire avec les produits chimques) .
        https://www.youtube.com/watch?t=1&v=bPNrRXvCHsM
        http://stopgazdeschiste.org/cartes-de-demande-de-permis/

        le chimique que l on balance à tout va dans la nature
        http://masterpro-ere.u-bourgogne.fr/pages_web/site%20OGM/Risques%20environnementaux.html

        NOUS SOMMES EN TRAIN DE FAIRE MOURIR LA TERRE ET TOUT CE QU IL Y A DESSUS

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès