Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le BIO peut-il nourrir un monde « développé » ?

Le BIO peut-il nourrir un monde « développé » ?

Attention ! Sujet sensible, qui déchaine toutes les passions dès qu’on évoque l’idée d’une autre agriculture : Pourrait-on nourrir l’Humanité demain avec le BIO ? Question à laquelle j'ajoute la notion du "développement" (saint Graal de l'espèce humaine) qui a son importance à ce sujet...

Un modèle agricole insoutenable

Nul besoin de faire un roman aux lecteurs d'Agoravox sur les méfaits d’une agriculture désormais hyper mécanisée et productiviste, et ce depuis plus de 40 ans…
Entre les algues vertes en Bretagne, les nitrates, les pesticides qui nous empoisonnent à petite dose, l’explosion des cancers, la dramatique mort biologique des sols (les vers de terre passés en 50 ans de 2 tonnes à l’hectare à 100kg) et la baisse continue de la biodiversité… nul besoin d’être savant pour percevoir qu’il y a un problème !
L’énergie et le pétrole bon marché nous ont permis de développer cette agriculture intensive moderne qui a vidé nos campagnes, et qui nécessite souvent quelques 5 à 10 calories d’énergie fossile pour nous amener 1 calorie dans nos assiettes à l’arrivée. A partir de là, tout le monde peut comprendre que demain, le prix des énergies et du pétrole grimpant fortement, ce modèle ne sera plus viable et qu’il y a donc urgence à changer de cap (ou de PAC si vous préférez !).

« Viva l’agriculture Bio ! Moins de productivisme, plus de paysans ! » Cela parait assez évident pour nombre d'entre nous… C’est pourtant loin d’être évident pour tout le monde, et en particulier pour la FNSEA ou nos dirigeants politiques qui continuent tête baissée vers le mur !

La fausse problématique des rendements

La question qui revient le plus souvent, quant on évoque l’idée d’une agriculture paysanne et Bio, concerne les rendements : « Vous êtes bien beaux les écolos, mais avec votre Bio, vous croyez qu’on pourra nourrir 9 milliards d’Humains en 2050 !? ».
S’en suit en général des empoignades entre les sceptiques et les pro-Bio sur les rendements de telle ou telle culture ! Ca dure des plombes, c’est des batailles de chiffres, on n’y comprend pas grand-chose, et au final on en ressort sans réponse bien claire.
C’est là que « le Mich » sort sa botte secrète en affirmant que pour lui, le sujet central n’est pas celui des rendements ! Affirmation que je vais tenter de vous expliquer…

Des rendements… mais pour produire quoi ?

Les batailles de chiffres sur les rendements font souvent ressortir ce chiffre de la FAO qui estime que la Terre pourrait nourrir 12 milliards d’Humains. Aujourd’hui nous sommes 7 milliards et 1 milliards souffrent de la faim, ce qui fait ainsi dire à Jean Ziegler que « chaque enfant mort de faim est un enfant assassiné » !
Mais alors d’où vient le problème ? De la spéculation sur les matières agricoles !? Des agrocarburants qui monopolisent des terres pour nourrir les voitures des riches plutôt que l’estomac des pauvres !? Un peu oui, mais pas seulement…
Bio ou conventionnel, pour nourrir l’Humanité aujourd’hui et demain, le sujet est à mes yeux moins celui des rendements, que celui de notre régime alimentaire, excessivement carné dès qu’un pays se dit « développé ».

Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes !

La production mondiale actuelle assure environ 300 kg équivalent céréales /humain.
Un végétarien consomme ainsi environ 200 kg équivalent céréales par an (autant que pour 1 plein de 4x4 aux agro-carburants), tandis qu’un Français moyen en consomme indirectement 900 kg. Ceci car pour obtenir une calorie animale, il faut, selon les cas, 4 à 10 calories végétales (pour nourrir l’animal).
Ainsi, Hubert Reeves fait remarquer que si toute la planète mangeait autant de viande que les pays riches, nous ne pourrions nourrir que 1/3 de l’humanité.
Notre consommation de viande a été multipliée par 3 en un siècle en France et a cru de 60% ces 40 dernières années. Un Français moyen consomme 215g de viande /jour, un américain 257g /jour, tandis qu’un congolais peine à en trouver plus de 11g /jour.
Plus d‘un tiers des cultures de céréales mondiales servent à nourrir le bétail des pays riches ou émergents. 60% du soja sud américain est ainsi destiné à l’alimentation du bétail du Nord.
Entre 65 et 70% de la surface agricole en France sert à nourrir le bétail (c’est 75% aux USA !)
1kg de bœuf nécessite par ailleurs 15000L d’eau contre 500L pour 1kg de pommes de terre.

Comme on peut le constater sur ce graphe, c’est en particulier la viande rouge qui a un impact démesuré. Et c’est vrai aussi bien sur le climat que sur l’eau et les terres mobilisées.

Le « développement » en débat

Bref tout cela pour pointer, vous l’aurez compris, cette dérive qui accompagne depuis toujours ce que l’on a coutume d’appeler le « développement économique » : Les rendements liés au productivisme agricole et notre pouvoir d’achat en hausse (tous deux liés à l’énergie fossile abondante et bon marché) nous ont permis de manger plus de viande…
Et on ne s’en est pas privé ! Celle-ci s’est industrialisée d’une part, et est devenue doucement mais surement centrale dans nos menus (avec ses « accompagnements » comme c’est si bien dit !).
D’ailleurs c’est aussi ce que font aujourd’hui les Chinois et autres pays émergents… Mais pouvons-nous leur jeter la pierre, nous qui importons pour partie des céréales pour nourrir notre bétail et faisons partie des plus gros « mangeurs » du globe !?

Dans ce contexte de « développement » allant de paire avec une alimentation toujours plus carnée, je doute fort que le Bio, ni même le conventionnel d’ailleurs, ne puissent nourrir demain 9 milliards d’humains de manière durable. Je ne vois pas, dans ce contexte, comment éviter la fuite en avant productiviste qui finira d’achever les terres (et les mers d’ailleurs, car le débat est le même pour le poisson !) à l’échelle du globe !?
Le vrai débat est là, à mon sens. Si nous voulons nourrir l’Humanité sans surexploiter notre écosystème, il y a urgence à désacraliser la viande dans nos menus, et en 1er lieu dans nos pays développés qui donnent, une fois encore, le mauvais exemple !

Changer nos habitudes… et passer le mot !

Aux USA (modèle de « développement » par excellence), il se mange 1 million d’animaux /heure, soit 24 millions /jour. Si les 300 millions d’américains venaient à réduire de moitié cette consommation et que tous les immenses champs de maïs étaient transformés en potagers Bio, combien de personnes pourraient être nourries sainement !?
Même question en France, où 66% des terres agricoles nourrissent le bétail…

Vu sous cet angle, la question des rendements parait secondaire. Manger moins de produits animaux libérerait tellement de surfaces que l’agro-écologie pourrait sans soucis nourrir l’Humanité, et ceci sans détruire notre capital Terre !
Serions-nous en moins bonne santé en mangeant 30 ou 50% de produits animaux en moins !? Rien n’est moins sûr quand on sait qu’aux USA l’alimentation est en passe de devenir la 1ère cause de mortalité (via l’obésité), et quand on observe la hausse continue des maladies cardio-vasculaires dans nos pays « développés »…
Au contraire, en consommer moins souvent nous permettrait alors de les acheter de meilleure qualité et/ou Bio, chez un boucher plutôt qu’en grande surface par exemple...

Qui veut lutter contre les famines dans le monde et promouvoir l’avènement d’une agriculture soutenable peut donc commencer par s’interroger sur ses habitudes alimentaires… Et surtout faire passer le mot comme je viens de le faire !


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • illuminato 14 septembre 2012 10:06

    La question doit etre prise dans l’autre sens :doit on encore continuer à se reproduire comme des lapins ?


    • Mich K Mich K 14 septembre 2012 11:26

      Je fais remarquer que l’article n’aborde pas ce sujet, et que je n’ai jamais dit être contre des mesures qui inciteraient à un « bémol » pour ce qui est de la natalité !

      Mais si on reste raisonnable, c’est un paramètre sur lequel, sauf à pondre des lois radicales et liberticides voire inhumaines, on évitera pas le fait que nous seront 8 ou 9 milliards demain, ne serait-ce que par le vieillissement de la population...
      La natalité est en baisse dans une tendance de fond sur le globe, et cela va de paire avec l’éducation... Vouloir brusquement jouer sur ce paramètre est illusoire.

      En revanche, prendre la direction de la sobriété volontaire, et pour ce qui est de l’alimentation d’un régime beacoup moins carné est une option bien plus efficace et réaliste à court terme (bien que tout auss illusoire à court terme je suis d’accord) !

      Combien d’ares de potager pour nourrir une famille végétarienne toute une année ?
      Démultipliez ça pour l’humainté, et selon moi vous verrez que les surfaces arables sont bien plus importantes que nécesssiare pour nourrir 10 milliards d’humains.

      Après c’est sûr que pour 7 milliards sur le mode de vie « développé », avec 2 bagnole par famille, 100m² chauffés à 23°C en permanence, et de la viande tous les jours là ça coince évidemment, même avec 2 milliards d’humains en moins.

      On en revient à la question du « développement » évoquée dans l’article... smiley


    • Abou Antoun Abou Antoun 14 septembre 2012 14:44

      La natalité est en baisse dans une tendance de fond sur le globe
      Vous rêvez !!!
      illuminato a parfaitement raison. Tout effort non accompagné d’une tentative de contrôle de la natalité ne sert à rien. 


    • illuminato 14 septembre 2012 10:14

      Par ce que si on se retrouve à 9 milliards en 2050 ,il n’y aura pas que des problèmes d’ « agriculture biologique ou pas » ......... ;o)


      • foufouille foufouille 14 septembre 2012 11:21

        oubli volontaire du gaspillage ?
        des prix du bio ?


        • Mich K Mich K 14 septembre 2012 11:46

          1) Gaspi :
          Je suis d’accord, mais tant qu’on restera dans cette société de consommation à la noix avec produit pré-emballés et industriels, rêve pas l’ami.
          Solution pour la bouffe : circuit courts, AMAP, faire son potager...
          Mais ne rien attendre de la grande distribution et de l’industrie, nos normes toujours plus hygiénistes les comdamnent à la connerie et au gaspi !

          2) Prix du BIO :
          1950 : 50% du budget des ménages pour manger, 1970 : 30% et aujourd’hui environ 15% !
          Avec ce pouvoir d’achat libéré, on a pu gagner en confort, augmenter nos loyers, démultiplier nos besoins aussi...etc.
          Maintenant si on devait la repayer à son juste prix, on serait dans la merde !
          Ne ne savons même plus ce que c’est de payer l’alimentation à son juste prix.

          Par ailleurs, l’agriculture conventionelle ne peut être comparée en prix au Bio car tu payes ton produit 3 fois : un fois dans les subvention de la PAC, une fois à la caisse, et encore en aval pour la dépollution de l’eau et la facture de santé publique...

          Après évidemment, avec l’effet de mode, les intermédiaires se graissent.
          Là encore, solution = circuit court, AMAP... smiley


        • foufouille foufouille 14 septembre 2012 12:40

          la plupart des AMAP sont aussi cher que le super, voire plus
          tu comptes demander aux bailleurs de baisser leurs prix ?
          le bio touches aussi des subventions


        • Mich K Mich K 14 septembre 2012 15:27

          Encore une fois, nous en France, au risque de me répéter :
          « Ne ne savons même plus ce que c’est de payer l’alimentation à son juste prix »

          Dans certains pays ils consacrent 30 à 40% de leur revenus à manger, eux le savent, et eux le sentent directement quand les prix du blé double.
          Nous si déjà on mangeait 2 fois moins de viande, et qu’on se bougeait pour remettre des potager partout au lieu de passer 4 à 5h par jour devant des écrans, la hausse serait presque indolore !

          Après oui, si on raisonne sans prise de recul, le Bio est bien plus cher c’est évident vu que la main d’ouevre coute chere alors que l’énergie est quasi gratuite depuis 50ans.

          Après si on imputait la dépollution de la flotte et la facture de santé publique aux prix de nos produits « standard », les prix seraient assurément autres !
          Enfin les subventions au Bio sont insignifiantes ou presque à côté des grands céréaliers et de l’agriculture productiviste !

          Bref revenons au sujet qui était :
          "Moins de viande, et on nourrira la planète sans soucis, l’équation est évident si on se penche un peu sur le sujet.


        • foufouille foufouille 14 septembre 2012 16:03

          et continuons le gaspillage .........
          ton loyer doit etre gratuit, le chauffage aussi


        • foufouille foufouille 14 septembre 2012 16:56

          "Dans certains pays ils consacrent 30 à 40% de leur revenus à manger, eux le savent, et eux le sentent directement quand les prix du blé double."

          50% de 850 = 425
          rmi = 320
          smic = 550

          dans tes pays il doit faire chaud, sans loyer, etc
          on doit se laver dans la riviere aussi


        • Mich K Mich K 14 septembre 2012 20:29

          Cher Foufouille, ai-je dit être favorables au gaspi quelque part ???
          Au contraire je le condamne mais constate que tant qu’on restera à consommer de la bouffe industrielle dans des hyper, on en sortira pas !

          Et je vois pas pourquoi tu t’obstine qu’à parler que de prix et de gaspi qui n’était pas le thème de l’article... N’es-tu pas d’accord avec les faits suivants :

          => Manger moins de viande libèrerait d’immenses surfaces agricoles qui pourrait permettre un agriculture moins destructrice au lieu de continuer à chercher à l’intensifier.
          Je vois pas en quoi ce constat est incompatible avec la chasse au gaspi !???

          Sinon j’ai pas trop compris tes calculs et tes chiffres, tu m’excuseras
          Je dis juste que nous nourrir nous côute bien moins cher dans notre budget qu’il y a 50ans.
          En effet l’immobilier était beaucoup moins significatif, et on avait pas tous nos besoins dit modernes, mais n’est-ce pas justement un effet de ce gain de pouvoir d’achat (lié à l’énergie bon marché) !???

          Après évidemment repayer la bouffe à son vrai prix implique de revoir tout nos modes de vie, l’accès à un toit sans se ruiner, de se battre contre les inégalités, de revoir nos besoins qui ont été décuplés depuis l’avènement de l’énergie bon marché...etc
          Rien de simple assurément, pourtant va falloir s’y coller un jour !


        • Mich K Mich K 14 septembre 2012 21:19

          Au moment où j’écris, sur 38 réactions, 17 sont de Foufouille, dont aucun ne traite du sujet de l’article :
          - mangeons-nous oui ou non trop de viande pour nourrir une humanité ayant tous q notre régime alimentaire ?
          - quelle alternative pour une agriculture soutenable et donc moins productiviste ?
          - quid du régime alimentaire des pays dits développés ou en voie de l’être ?

          OK, les prix du Bio, mais c’est pas si simple qu’il n’y parait, et ce n’est pas le sujet de l’article.
          OK, on gaspille, je suis le 1er à le condamner et à lutter contre...

          Sur le gaspi d’ailleurs, mettons qu’on arrive à le limiter à 5% contre 30 ou 40% selon certains sources actuellement... Pour autant, est-ce qu’on pourrait nourrir 7 ou 8 milliards d’humains mangeant tous 200g de viande par jour ??? NON, ce serait largement insuffisant quand même.
          Donc oui faut lutter contre le gaspi, mais c’est pas le sujet de l’article, alors si tu pouvais arrêter de poster du « hors-sujet » STP...

          Merci d’avance smiley


        • foufouille foufouille 14 septembre 2012 11:23

          faudra aussi plus de chasseurs pour tuer les vaches ou chevres sauvages


          • alinea Alinea 14 septembre 2012 11:49

            foufouille : le prix du bio n’a aucune importance : si on mange moins, si on mange mieux et si l’on est en meilleure santé, on peut bien dépenser la même somme, non ?
            Le gaspillage fait partie d’un signe extérieur de richesse ! Tout est donc lié ; si la conscience, décrite dans cet article, est prise par les consommateurs et au niveau politique, tout se résoudra peu à peu.
            La première chose à faire est de démolir la grande distribution qui exploite l’éleveur et arnaque le consommateur et leur fait payer les pertes( qui restent des profits pour elle !).
            Alors ? Boycotter Carrefour et consort, pour commencer ?
            Votre article est concis, bien foutu, il fait une synthèse très pédagogique du problème : bravo et merci.


            • foufouille foufouille 14 septembre 2012 12:44

              alinea : tu manges 3 ou 4x moins ?
              pates pas cher 77c, pates AB 2.45€/kg


            • alinea Alinea 14 septembre 2012 13:04

              foufouille : je suis sûre de manger quatre fois moins que les gens qui mangent fois trop ! Mais, face à eux ! je ne fais pas le poids !!


            • foufouille foufouille 14 septembre 2012 13:09

              je parles d’un repas normal
              ca m’est deja arrive de manger bio, on manges juste un peu moins
              pas 3X moins
              le rmiste est pas les moyens non plus, comme tous les pauvres


            • La fille du croquant La fille du croquant 14 septembre 2012 15:10

              1 euro le kg de patates bio chez mon maraicher local !

              L’agro-écologie peut doubler la production alimentaire mondiale en 10 ans, selon l’ONU

              Développer l’agro-écologie peut permettre d’améliorer les rendements tout en étant plus adaptée au changement climatique, estime un rapport de l’ONU en vantant le potentiel de ces techniques qui excluent les intrants.

              http://www.actu-environnement.com/ae/news/rapport-onu-agro-ecologie-rapporteur-alimentation-12110.php4


              L’agriculture biologique face au défi de la sécurité alimentaire

              Food and Agriculture Organization of the United Nations (Rome)

              ftp://ftp.fao.org/docrep/fao/meeting/012/j9918f.pdf



            • foufouille foufouille 14 septembre 2012 15:12

              25c pas bio
              chez le maraicher, bien plus cher
              alors bio .......
              jamais vu a 1€


            • La fille du croquant La fille du croquant 14 septembre 2012 15:32

              J’ai 4 maraichers bio dans mon entourage. Pas des primeurs avec boutique, hein ! Cultivateurs, donc & vente directe.

              Voici les tarifs de l’un d’entre eux, je persiste les 3 autres font les patates à 1 euro le kg.

              Légumes :

              • persil 0.8€ le bouquet 
              • basilics : grand vert, cannelle ou citron 0,8€ le bouquet 
              • céleri branche 1€le bouquet
              •  blettes à côtes 1,50€ le bouquet
              • artichauts 3,50€ le kg
              • chou brocoli 2,80€ le kg
              • chou-fleur2,50€ le kg
              • chou vert pointu 1,80€ le kg
              • chou chinois « pe-tsai » 2,80€ le kg
              • chou de Bruxelles 5,50€ le kg

              • courgettes 2,00€ le kg
              • pâtissons 2,50€ le kg
              • tomates anciennes 2,50€ le kg ; 
              • tomates à conserves 1,50€ le kg
              • aubergines 3€ le kg
              • poivrons 3€ le kg
              • haricots mangetout à écosser 3,50€ le kg

              • oignons 2,50€le kg
              • échalotes 6,00€ le kg

              • betterave 2,20€ le kg
              • fenouil 3,20€ le kg
              • chou-raves 2,80€ le kg
              • panais 2,50€ le kg
              • carottes 2,20€ la botte

              • pommes de terre 1,20€ le kg
                 variétés :   margot (blanche chair ferme) 
                          rubis (rouge, polyvalente)
                          bintje (polyvalente)


              oeufs :

              2€ les 6


              Confiture de framboises : 

              (fruits de notre jardin, sucre de canne non raffiné bio) pots de 220g

              • framboises entières : 3,50€
              • « moulinée »      : 3,80€
              •  en coulis       : 3,70€

            • foufouille foufouille 14 septembre 2012 16:08

              chez moi et ailleurs, on a pas du tout les memes prix
              surtout la tomate a 1.5 et bio
              2.5 pas bio et ordinaire

              j’ai du voir une amap sur 100 avec des prix autour d’un €
              quand il y a les prix ............

              une poule consomme 100 a 150g de graines pour un oeuf


            • La fille du croquant La fille du croquant 14 septembre 2012 16:34

              J’ai 8 poules sur environ 300m²
              Je paye le kg de céréales (mélange complet) locales et bio mais sans label : 0.35 centimes le kg
              Je leur en donne 800 g par jour donc 0.28 centimes
              J’ai minimum 4 œufs par jour = 0.07 centimes l’œuf , si j’ai bien compté ^ ^


            • foufouille foufouille 14 septembre 2012 16:51

              donc les 2€ les 6 est tres cher
              sur le marche, c’est le meme prix en pas bio

              j’ai pas de culto bio qui vend a ce prix
              22.8c/kg
              je leur en met plus, meme si les piafs se servent des fois


            • La fille du croquant La fille du croquant 14 septembre 2012 17:05

              T’es à la campagne Foufouille et t’as des poules ?? Si oui, faut aller voir chez des petits fermiers et leur demander les prix.
              Ces temps ci ça a du augmenter un peu >> cours de la bourse.
              Et oui : les œufs c’est cher ! C’est bien pour cela que j’ai des poules smiley

              2 euros les 6 oeufs de batterie ???? P.... C’est sûrement à cause du jus qu’il faut pour faire tourner les ventilos :p


            • foufouille foufouille 14 septembre 2012 18:12

              2€ les oeufs plein air, presque bio
              le bio en direct est encore plus cher 3€ minimum
              22,8c, c’est du direct
              l’avoine ecrasee et la farine pour poussin, c’est 41 en presque direct


            • Le printemps arrive Le printemps arrive 15 septembre 2012 02:51

              @ la fille du croquant

              à l’occasion, fait germer les graines de blé, tes poules ne s’en porteront que mieux et produiront plus d’œufs dans les périodes hivernales où elles ont des difficultés à trouver des vitamines.

              bien cordialement


            • roro46 15 septembre 2012 03:33

              « le rmiste est pas les moyens non plus, comme tous les pauvres »

              C’est de la faute au rmi et à la pauvreté, pas au bio.
              (et on pourrait ajouter : la faute aux prix du logement, des soins, des bagnoles, etc,etc...)
              Ne vous trompez pas de causes.


            • La fille du croquant La fille du croquant 15 septembre 2012 18:57

              Tout à fait, je le fais de temps en temps et j’ai remarqué qu’en ajoutant une poignée de graines de lin les jaunes devenaient presque oranges ! Il parait que ce serait grâce aux omega 3 ^ ^
              J’ai d’ailleurs du mal à trouver du lin à semer  smiley


            • La fille du croquant La fille du croquant 15 septembre 2012 18:59

              Si la PAC venait à disparaitre le Beurk deviendrait bien plus cher que le Bio !


            • Julien Coblence Warrior of light 14 septembre 2012 12:22

              Suggestion : obliger les fabricants d’engrais et pesticides chimique à payer pour les certifications bio (vu que le problème vient de leurs produits). Ainsi, les coûts des aliments bio et chimiques se rapprochent et les consommateurs peuvent enfin choisir en écartant la question du prix...

              Mais je suis aussi d’accord avec vous. Il faut changer d’alimentation (moins de viande, moins de sucres raffinés) et surtout, changer de valeurs. Je m’explique. Je fais souvent goûter des prix bio ou fermiers (au lait cru) à des amis. Ils dégustent et trouvent ces produits délicieux. Le problème, disent-ils, c’est le prix. En effet, pour le même prix, au lieu d’un litre de lait, ils en ont 6 litres. Par contre, à côté de cela, il leur faut leur écran plat, leur voiture, leur moto (avec les assurances), leurs bonbons, leurs kinder bueno, leurs sorties hebdomadaires et leurs vacances farniente...enfin, pas besoin de vous convaincre, l’insatisfaction règne...peut-être découvrera-t-on que les pesticides ont un rôle à jouer sur cet état d’esprit...peut-être pas mais la publicité induit ce sentiment, c’est certain...ou bien c’est une insuffisance en micro-nutriments qui se traduit par un désir d’acquisitions matérielles.

              Toujours est-il que lorsque j’entends parler la majorité, j’ai du mal à croire à une prise de conscience prochaine.
              Bien à tous, naturellement...


              • foufouille foufouille 14 septembre 2012 12:47

                "il leur faut leur écran plat, leur voiture, leur moto (avec les assurances), leurs bonbons, leurs kinder bueno, leurs sorties hebdomadaires et leurs vacances farniente..."

                on est tres nombreux a pas avoir tout ca
                surtout les vacances et sorties
                on trouves encore, un peu des ecrans CRT d’occasion mais pas neuf


              • Nums Nums 14 septembre 2012 14:27

                Suggestion : obliger les fabricants d’engrais et pesticides chimique à payer


                Avec la taxe carbone, on met en avant le principe de pollueur/payeur. Donc, en effet, pourquoi ne pas faire payer les fabricants de poison et de «  »« nourriture »«  » de synthèse ?

              • Nums Nums 14 septembre 2012 14:22

                A propos des rendements :

                Ceux-ci sont bien souvent légèrement meilleurs en production agroécologique. L’agriculture agroécologique ressemble sensiblement à l’agriculture biologique mais elle va piocher quelques principes dans la permaculture et repose sur la recherche scientifique.

                A propos des qualités nutritionnelles : Elles sont bien entendu bien meilleures et les produits sont exempts de toxiques (sur le papier mais dans les faits ils peuvent être contaminés).

                A propos du prix : C’est sûr que c’est plus cher. La différence est variable en fonction des produits. Après, tout dépend où on s’approvisionne. Lorsqu’on vit à la campagne on peut trouver chez des petits producteurs des produits bio sans pour autant que ceux-ci soient estampillés AB. Mais peu importe, le consommateur averti peut très bien discuter avec le petit producteur de ses méthodes de production.

                Enfin, Mich K, comme vous le suggérez dans l’article, nous mangeons beaucoup trop de viande. Vu que je suis végétaLien, je vais éviter de prêcher pour ma paroisse mais je vais juste rappeler qu’au delà de 400g de viande par semaine les risques de choper un cancer du colon augmentent considérablement. 
                Et pas seulement un cancer du colon. Quand tu vois les conditions de production des bestioles (ce n’est plus de l’élevage) et ce qu’on leur donne à bouffer (céréales pesticidées, tourteau de soja OGM, antibiotiques et tranquillisants), on peut supposer que le rapport bénéfices/risques pour la santé est défavorable sur le long terme.

                • foufouille foufouille 14 septembre 2012 15:09

                  si tu as peur du cancer, tu vas devoir eviter presque tout
                  et vivre dans un endroit ferme, genre bulle

                  l’elevage, ca depend aussi de l’eleveur
                  mais le poulet PAC, sur que c’est plein saloperies


                • Le printemps arrive Le printemps arrive 15 septembre 2012 03:03

                  et n’oublions pas que le prix au kg de la viande et des produits laitiers n’ont rien à voir avec celui des légumes.
                  Les végétariens et -liens font de sacrés économies sur ces paramètres.

                  à foufouille : pour les cancers, supprimer une source n’empêche pas de tomber malade, nous en convenons tous mais diminue fortement les risques.
                  Après, chacun choisi son destin.
                  Un seul flocon n’est pas dangereux pour la branche, c’est l’accumulation de flocons qui l’est !


                • non667 14 septembre 2012 15:02

                  la principale ,primordiale question absente du débat est la question de la DÉMOGRAPHIE ,de la SURPOPULATION la question du bio est du pipi de chat !
                  bien sur il y a surpopulation c’est par rapport a un sol donné et aux ressources de ce sol (eau +...).
                  au départ la sélection naturelle régulait . cette régulation accepté c’était la paradis d’ADAM et EVE .
                  seulement l’homme commis le PÉCHÉ ORIGINEL (ce n’est pas une histoire de zizi )  il refusa !
                  dieu le prévint : TU GAGNERA TON PAIN A LA SUEUR DE TON FRONT
                   péché d’orgueil il n’écouta pas : il brava la loi naturelle  il cultiva !
                  pire , il fit la guerre à son voisin pour lui voler son pain , sa terre !

                  aujourd’hui on n’en parle pas , mais le problème n’a pas changé : 7 milliards de terrien alors que la terre ne peut en nourrir NATURELLEMENT , ÉCOLOGIQUEMENT ,BIO que 2 milliard ! comme le prouve la population d’avant le progrès technique et médical  !


                  • foufouille foufouille 14 septembre 2012 15:11

                    bien sur, y avait pas de guerre
                    mais l’eau courante, fosse septique ou frigo


                  • Mich K Mich K 14 septembre 2012 15:39

                    Je répète ce que j’ai dits plus haut :
                    L’argument est juste, la démographie a un rôle central...
                    Simplement vouloir régler ce problème urgemment nous amène à des mesures pas très acceptables bien souvent, et qui mettront bien longtemps a avoir des effets.

                    On nous parle d’une humanité à 9 milliards en 2050 qui serait un plateau ensuite...
                    Je suis pas expert sur le sujet, mais à mon avis on évitera plus les 9 milliards.

                    Pourquoi pas des mesures sur les alloc telles que proposées par Yves Cochet (pour ne plus encourager les familles nombreuses), mais bon c’est une politique du long terme et ça n’aura pas des effets imminent.

                    En revanche, si demain les pays développés mangent 2 ou 3 fois moins de viande, imagniez les surfaces arables libérées pour faire des potager BIO !?
                    Là y’a une option très efficace et très rapide...

                    Je répète ce que j’ai dit plus haut :
                    Combien d’ares de potager pour nourrir une famille végétalienne toute une année ?
                    Démultipliez ça pour l’humainté, et selon moi vous verrez que les surfaces arables sont bien plus importantes que nécesssiare pour nourrir 10 milliards d’humains.


                  • foufouille foufouille 14 septembre 2012 16:11

                    on peut aussi eviter les 40% de bouffe qui partent a la poubelle
                    minimum car les hyper emploient des societes privees pour vider les poubelles


                  • Marc Chinal Marc Chinal 14 septembre 2012 17:40

                    Le problème du bio ? Le fric ! (le bio se développe mal car dans un système de monnaie, moins tu dépenses, plus tu as une impression de « survie assurée » / donc plus c’est cher, moins ça se développe).
                    .
                    Le problème de la surpopulation ? Le fric ! (l’éducation coute cher, il faut des soldats pour faire la guerre aux voisins qui sont plus riches, etc.)
                    .
                    Le gaspillage ? Le fric ! (optimisation des rendements à cause du fric, jeter ce qui n’est pas « beau » parce que ça ne se vend pas, ne pas donner les surplus à ceux qui en ont besoin car ça « ruine » le marché, etc...)
                    .
                    Et dire qu’il y en a encore qui croient avoir un avenir dans un système qui utilise de la monnaie...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès