Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le charbon ne pourra jamais être une énergie propre

Le charbon ne pourra jamais être une énergie propre

Le charbon fait l’objet d’un "greenwashing" intensif (et dénoncé) qui vise à le rendre "propre". Mais pour l’énergie noire, l’avenir ne peut pas être vert.

Le charbon est une énergie fossile, comme le pétrole, c’est-à-dire qu’il s’est formé il y a plusieurs millions d’années. On nomme cette période le Carbonifère, et on la situe il y a 360 à 290 millions d’années. Il résulte de l’accumulation en masse de végétaux qui ont été enfouis sous les eaux, ce qui leur a évité le pourrissement. Au fil du temps, ces couches ont été recouvertes d’autres couches sédimentaires, à leur tour recouverte de charbon, ce qui explique l’alternance de couche de charbon avec d’autres matières. Il s’agit d’un processus très long ; ce sont les charbons les plus anciens qui ont la plus haute teneur en carbone.

Historiquement, le charbon est lié à la Révolution Industrielle ; c’est lui qui a permis, au XIXème siècle, le développement de la machine à vapeur, des chemins de fer, des usines. Aujourd’hui, il est utilisé pour la production d’électricité ou de coke (matière nécessaire à la sidérurgie qui, mélangée à du minerai de fer, donne la fonte), selon ses caractéristiques.

Après son extraction, le charbon est lavé et trié, puis soit brûlé soit transformé en coke. La transformation en coke consiste à retirer les matières volatiles pour créer un charbon très concentré, en le portant à une température de 1000 degrés. Ces matières sont ensuite récupérées. Ainsi, pour 1 millions de tonnes de charbon brûlé, on récupère 50 000 tonnes de goudrons, 15 000 tonnes de benzol et 500 millions de m3 de gaz.

Le charbon peut également permettre la fabrication d’un carburant de synthèse, selon la méthode de Fischer-Tropsch mise au point dans les années 20. Cependant, ce processus coûte très cher et consomme beaucoup d’énergie. Il s’agit d’une source d’énergie primaire, car on ne peut pas l’utiliser directement : il doit être transformé pour être adapté aux besoins de consommation.

Le charbon peut être exploité à ciel ouvert ; une mine à ciel ouvert est moins coûteuse et moins dangereuse qu’une mine souterraine, mais a des conséquences très néfastes sur l’environnement. Les mines souterraines s’organisent comme des réseaux de puits verticaux reliés par des galeries. Dans le monde, la majorité des mines sont souterraines, du fait que les réserves de charbon sont souvent trop profondément enfouies.

Les réserves de charbon dans le monde sont mieux réparties que celles de pétrole. Les Etats-Unis, la Russie et la Chine sont les plus gros détenteurs de réserves (respectivement 267, 173 et 126 milliards de tonnes).

Le charbon représente environ le tiers de la consommation d’énergie primaire dans le monde, derrière le pétrole mais devant le gaz. La Chine est le plus gros consommateur avec 2333 millions de tonnes par an (et une progression de 108% en quinze ans). L’Inde connaît également une très forte hausse de sa consommation. Les Etats-Unis sont le deuxième consommateur mondial avec 1125 millions de tonnes par an. Les autres pays se situent très loin derrière. Les plus gros consommateurs sont également les plus gros producteurs.

On distingue deux types de pays consommateurs : ceux qui réduisent leur consommation de manière volontaire, pour des soucis écologiques (Europe) ou involontaire (crise économique, comme les pays de l’ex-Union Soviétique), et ceux qui n’ont pas signé le protocole de Kyoto et privilégient leur croissance économique (Etats-Unis, pays émergents d’Asie).

A l’avenir, les pays signataires du protocole de Kyoto ne devraient pas augmenter leur consommation. En revanche, les pays non signataires y voient une source d’énergie plus fiable que le pétrole. La part de la consommation de charbon dans les énergies primaires pourrait donc s’accroître.

En France, le gouvernement a mis en place une stratégie d’arrêt de l’extraction charbonnière, du fait de la non-compétitivité des mines françaises. La France importe donc une grande partie de sa consommation, principalement en provenance d’Australie et d’Afrique du Sud.

La production de charbon mondiale représente 4 264 millions de tonnes par an ; elle presque doublé depuis 1973. La consommation mondiale de charbon représente aujourd’hui 2776 millions de tonnes, contre 1498 en 1973. Aujourd’hui, les deux secteurs d’activités qui utilisent le plus le charbon sont la sidérurgie et la production d’énergie thermique.

Le prix du charbon connaît une forte hausse depuis 2003 ; en février 2008, la tonne en provenance d’Afrique du Sud dépassait les 114 dollars, un record historique. En moyenne, le cours a augmenté de 37% sur l’année 2007. Cette hausse s’explique essentiellement par la forte demande et les problèmes logistiques (manque de moyens de transport…) Son prix a été moins affecté par la crise financière que celui du pétrole.

TechnoPropres


Sources :
www.planete-energie.com/contenu/charbon
www.industrie.gouv.fr
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • pilet14 4 avril 2009 11:29

    Ce qui est curieux c’est que le pays occidental consommant le plus de charbon pour sa production électrique est... l’Allemagne !

    http://xxi.ac-reims.fr/fig-st-die/actes/actes_2003/deshaies/article.htm

    Près de 50% de l’électricité produite en Allemagne venait du charbon ou du lignite en 2003... Je doute que cela ait beaucoup évolué depuis

    Si ce n’est pas la preuve de l’échec de l’éolien comme énergie "verte" ?

    Et dire que l’Europe veut nous imposer de force le même modèle tout ça pour un hypthétique rôle potentiel du CO2 d’origine anthropique dans le réchauffement climatique constaté depuis 13 000 ans.


    • Mmarvinbear mmarvin 5 avril 2009 17:54

      Il y a des années, le gouvernement allemand, pour faire plaisir aux Verts qu isont assez puissants dans ce pays, a abandonné l’énergie nucléaire et à dévellopé un peu l’éolien, mais a surtout misé sur le charbon pour assurer une production régulière et massive.

      Le résultat ?

      Plus d’énergie nucléaire en Allemagne. Mais une pollution d’origine carbonique qui fait sauter les normes admises. Une importation massive de charbon car les mines allemandes ne peuvent fournir la quantité demandée.

      Le gouvernement actuel, voyant la situation, a décidé de mettre fin au gel de constructions de nouvelles centrales nucléaires. la Suède a fait de même.

      Quelles leçons en tirer...


    • pilet14 6 avril 2009 09:41

      C’est très simple, la France est simplement en nette avance sur son temps, une fois n’est pas coutume


    • jjwaDal marcoB12 4 avril 2009 13:22

      Le moins qu’on puisse dire, c’est que vous ne vous êtes pas foulé pour argumenter.
      Depuis quand une affirmation dans un titre dispense-t’elle d’une bonne argumentation
      pour appuyer ses affirmations ou croyances ?...
      Vous auriez pu parler des paysages défigurés par l’extraction (aux USA par ex
      le moutain-top removal coal mining) évoquer les bacs de rétentions des boues de charbon
       qui parfois s’épanchent dans des rivières, la hauteur des émissions de CO2 du charbon
      (de loin le combustible le plus émetteur, des dizaines de fois plus que le nucléaire ou
      l’éolien par ex), les métaux lourds, les composés sulfurés, etc...
      Vous auriez pu évoquer le sujet majeur (qui légitime pour certains a posteriori les centrales
      à charbon actuellement mises en service et existantes) de la capture et géoséquestration
      du CO2, les perspectives de l’utilisation de cette future technique pour diminuer effectivement
      les quantités de CO2 émises par le parc mondial.
      Bref il y avait de quoi créer un débat. En place il n’y a que des platitudes sans lien
      avec le titre.
      C’est gentil de faire passer les écologistes pour des clowns.


      • antyreac 4 avril 2009 21:05

        Les ecolos ne sont pas les clowns (tristes) mais ils se comportent comme tels.

        Dénoncez sans arrêt est une chose mais proposer du concret du fiable du réalisable serait mieux encore.

        A l’heure actuelle à peu près tout les pays du monde sont sensibilisés par l’écologie et pourtant ce ne sont pas

        les ecologistes qui ont fait le plus pour notre planète mais bel et bien les gens qu’il dénonce le plus : les

        grosses entreprises qui ont réussit a travers des initiatives propres à rendre notre planète meilleur


      • Papybom Papybom 4 avril 2009 21:19
        Monsieur Ecoloteky,
         
        Votre article est amusant. Que connaissez-vous de l’exploitation du charbon. Oui vous avez vos livres, vos statistiques et ensuite Rien.
        Savez vous que l’aspirine vient du charbon, avez-vous visité le centre de Douai, qui présente les multiples dérivés de la houille ? Avez-vous, juste une fois, touchée « une galliette », cette partie noble du charbon ?
         
        Connaissez-vous les modes d’extractions, connaissez-vous la sueur de l’ouvrier mineur ?
         
        Grace à des technocrates comme vous, on a fermé des puits rentable pour satisfaire les actionnaires. Gardez vos conseilles de col blanc, ou visitez les sites miniers. Mais dans ce cas, acceptez de vous salir les mains.
         
        Les porions prenaient aux sérieux les remarques des boutefeux (Spécialistes des explosifs dans les mines. Vous, vous allumez une mèche sans en connaître les répercutions. 
         
        Je ne vous en veux pas, vous ne connaissez que vos graphiques sur l’anthracite.
         
        Cordialement.
         

        • antyreac 4 avril 2009 21:32

          Le charbon est une énergie d’avenir pour de nombreux pays et pas les moindres :la Chine , les E-U , l’Inde,la

          Russie pour ne citer que les plus importants

          C’est une énergie qui devient de plus en plus propre car les techniques modernes le permettent.

          Alsthom construit actuellement en Pologne une centrale à charbon quasiment propre.



        • timiota 5 avril 2009 01:12

          @antyreac :
          il faudrait expliquer pourquoi :
          la centrale "propre" récupère le CO2 pour le stocker je ne sais où (mines ?).

          Dans la meilleure hypothèse, cela elève 40% de rendement énergétique.
          Le processus est maitrisé par un industriel français entre autres (lié à Alstom de mémoire).

          Mes renseignements (enfin à cette heure ci mes souvenirs, soyons honnêtes) viennent de IEEE Spectrum, l’excellent magazine de l’IEEE a destinations de ses membres.
          Un des numéros récents avait un dossier de "Climate Engineering". 
          Ce qu’un ingénieur pense au sujet du cimat  :
          "Si ce mystère ne nous dépasse plus, ne feignons plus d’en être l’organisateur (pour plagier Molière/Scapin)" (soyons le !)


          • Pierrot Pierrot 5 avril 2009 16:51

            L’article est très incomplet car il ne parle pas des perspectives concernant le charbon.

            Un des principaux défauts du charbon est l’émission de CO2 (et d’autres substances) qui entraînent à terme l’augmentation de la température dans les basses couches de l’atmosphère (voir rapports du GIEC).

            Mais le CO2 émis pourrait être piègé, comprimé, purifié et entreposer dans des gites géologiques stables pendant quelques centaines de millions d’année.
            Cette opération a été testé dans plusieurs sites et est satisfaisante (pas de fuites ni d’altération du milieu : argile).
            Elle a un coût, mais il ne faut pas oublier que l’énergie issue du charbon est, avec le nucléaire, la plus basse.


            • Mmarvinbear mmarvin 5 avril 2009 18:09

              Piéger le CO2 ? Ne serait-il pas plus malin d’éviter à en émettre autant ?

              Les dernières expériences visant à capter le CO2 et à le piéger dans l’océan ont été un échec.

              Mais une ancienne nouvelle m’incite à être plus que critique sur cette technique.

              En 1986, suite à un léger séisme au Cameroun, le lac Nyos, qui est un cratère volcanique, a relaché une quantité impressionnante de CO2 piégé naturellement au fond de ses eaux.

              Le gaz a dévalé les pentes et a tué plus de 3 000 personnes, ainsi que tous les autres animaux du secteur.

              Je ne sais pas pour vous, mais l’idée de créer des centaines de petits Nyos de plus sur Terre ne me semble pas des plus intelligente...


            • jjwaDal marcoB12 5 avril 2009 20:27

              @mmarvin
              Certes il vaudrait mieux ne pas émettre autant de CO2, mais des infrastructures coûteuses sont
              en place, certaines très récentes et les centrale à charbon émettent entre 800 et 1000gr de CO2
              par kwh (cycle entier). Avec capture et stockage on estime que l’émission tomberait aux alentours
              de 100gr/kwh (donc toujour plus que le nucléaire et les renouvelables).
              Sachant que les centrales à charbon sont des sources majeures pour les deux
              plus gros émetteurs (environ 1/4 chacun du CO2 émis/an) à savoir la chine et les USA, si le
              CO2 est le "vilain" décrit par le GIEC on a des soucis.
              On songe plutôt à réinjecter le CO2 dans des nappes aquifères salines profondes (il y en a un
              peu partout et leur capacité de stockage dépasse tout ce qu’on pourrait vouloir y injecter).
              La meilleure hypothèse pour le dégazage du lac Nyos est une éruption phréatique. On ne peut
              attendre cela de nappes à plus de 1000m de profondeur.
              On songe aussi à le stocker dans d’anciens gisements de gaz (si le gaz y est resté jusqu’en 2009
              on peut supposer que du CO2 y resterait quelques temps...).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès