Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le loup en France

Le loup en France

L'Association Férus a publié un livret intitulé « le loup en France ». Bien que plus réservé que l'ensemble de ses publications sur le sujet, on constate toujours que férus et l'ensemble des associations de défense des grands prédateurs affirment des vérités qui sont issues de l'idéologie et non de la science ou de la réalité de terrain.

Numéroté de 1 à 15 et soulignées, les affirmations suivies des remarques par les acteurs de terrain qui vivent avec le loup, les scientifiques et les personnes qui travaillent sur le sujet.

Temps de lecture 7 mn

 

1- Le Loup gris (Canis lupus) a été absent du territoire national durant une soixantaine d’années. La première observation d’individus authentifiée a été faite en novembre 1992 dans le Parc national du Mercantour.

-En 1946 : un louveteau est tué en Côte d’Or, un loup est tué à Dournazac (Haute-Vienne), un autre est tué dans le Vercors

-En 1947 : un loup est abattu dans la région de Dournazac (Haute-Vienne)

-En 1948 : le 9 mai, un loup est tué à Argentat (Limousin)

-En 1951 : un loup est tué en février à Grandieu (Lozère), un louveteau est tué vers Rocles (Lozère), un loup est tué à Favières (Meurthe et Moselle)

- En 1952 : un loup est tué en janvier à Vervins (Aisne), deux autres sont empoisonnés sur le cadavre de leur proie (poulain) à la Ribbeyre (Cantal), une dépouille de loup est examinée par l’école vétérinaire de Rumilly (Haute-Savoie), un loup est tué dans les Pyrénées Atlantiques

-En 1954 : un loup est tué près de Grenoble (Isère). La louve qui l’accompagnait ne peut être atteinte

-En 1960 : une louve est tuée dans la région d’Ussel en bordure du plateau de Millevaches

-En 1961 : un loup est tué en Lozère

-En 1962 : le 25 avril, un loup est tué au lieudit « les Vernes » en lisière du bois d’Aubrac (Lozère)

-En 1963 : un loup est tué en Meurthe et Moselle (il est présenté au journal télévisé), un autre est tué Rozières (Vosges)

-En 1965 : un loup est tué dans les Landes

-En 1968 : le 4 juin, un loup est tiré au Sens (Landes), le 5 juin, une louve est abattue dans le même secteur des Landes, un mâle est abattu près de Meaux (Seine et Marne)

-En 1971 : un loup mâle est tué sur l’Aubrac (Lozère)

-En 1972 : un loup est tué à Cramaille dans l’Aisne, un autre à Gesvres près de Meaux

-En 1974 : un loup est tué, le 30 août, à Férolles-Attigny (Seine et Marne)

-En 1977 : un loup est tué, le 20 juin, dans l’Aubrac sur la commune de Salces

-En 1980 : un loup est abattu en novembre dans les Pyrénées Ariégeoises

-En 1986 : un loup est tué mais sans précision de localité

-En 1987 : le 27 décembre, un loup est tué à Fontan dans les Alpes Maritimes

-En 1990 : un loup est tué dans le Jura.

 

2- il a recolonisé une grande partie des Alpes depuis l’Italie d’où il n’a jamais disparu.

En 1976 , on parlait de seulement 100 loups répartis dans le centre et le sud de l'Italie, surtout cantonné dans les Abruzzes. Dans le reste de l'Italie, les éleveurs et bergers ont appliqués les méthodes de gardiennage que nous appliquons en France. Pâturage de nuit par fortes chaleurs, peu de présence humaine et absence de chiens de protection, car absence de loup.

Interview du vieil Emilio en 2015 : " nous voulons être comme nous étions avant avec nos bêtes dans les pâturages, sans enclos, sans rien. S'ils veulent des loups, qu’ils fassent des enclos pour les loups, ce n’est pas à nous de les faire pour nos bêtes !".cf LOUP, DOIT ON PRENDRE EXEMPLE SUR L'ITALIE ?

 

3-A l’issue de l’hiver 2015, la population de loups en France est estimée à 282 individu. La rencontre avec des loups reste un événement rare :

Ce n'est pas ce que nous pouvons constater à travers les vidéos et photos qui apparaissent chaque semaine dans la presse. Surtout si l'on considère comme véridique le chiffre fantaisiste de 282 loups en 2015 pour 2440 constats et prés de 9000 victimes dans 33 départements. À titre de comparaison : 250 loups en 2011 pour 4913 victimes dans 13 départements !

 

4- En France, la peur du loup est ancrée dans la mémoire collective, ce qui n’est pas le cas dans d’autres pays.

Voici ce que dit Laurent Garde, écologue au CERPAM : « J’ai creusé dans les textes anciens qui ont été publié par de nombreux auteurs et j’ai fait une découverte surprenante, ou plutôt j’ai pu mettre en évidence ce que commencent à exprimer avec prudence nombre d’historiens et d’ethnologues. Avec prudence, tant ils ont conscience de ramer à contre-courant.

J’ai découvert que la peur du loup n’avait jamais existé dans les campagnes françaises. Et ce pour une raison simple : nos anciens, loin d’être des imbéciles, étaient des très bons observateurs de leur environnement, et ils savaient très bien que le loup, généralement, n’était pas un danger pour l’homme. On retrouve ce savoir tranquillement acquis dans tous les textes qui vont de la fin du Moyen-âge jusqu’à la fin du 19 ème siècle et qui restituent directement les connaissances des ruraux. »

 

5- Ce prédateur opportuniste est capable de s’adapter à des situations très diverses, ce qui lui permet d’exploiter l’ensemble des populations d’ongulés d’une région.

Mais ce prédateur opportuniste peut se spécialiser sur une proie. Cette spécialisation est liée à plusieurs facteurs : le nombre d’individus de la meute, le chevauchement des habitats respectifs proie/prédateur, l’abondance et l’accessibilité des proies, la probabilité de rencontres avec la proie, la densité ou la biomasse relative d’une proie potentielle, la probabilité de succès de la chasse, le risque de blessure, la profitabilité de la proie, les conditions environnementales (tout ce qui caractérise l’élevage traditionnel à l'herbe ndlr). Cf site de l'état consacré aux loups

6- Le loup ajuste ses effectifs aux ressources disponibles et ne provoque jamais la disparition de ses proies.

Quid du mouflon, « nous avons constaté certaines années une absence quasi totale de survie des jeunes. Il est vrai que, d'un point de vue biologique, le mouflon est une espèce introduite et n'est pas très bien adaptée aux prédateurs. » Comme l'explique M. Benoît Lequette, chef du service scientifique du parc national du Mercantour .

7- Les loups n’ont pas été réintroduits, ils sont arrivés à la suite d’une recolonisation par étapes de l’Italie

Aujourd'hui cette affirmation n'a plus aucune raison d'être aussi catégorique. Le loup tué en 1987 dans le Mercantour est officiellement reconnu comme issu d'un élevage. En Italie, de nombreux loups ont été relâché à partir d'élevage. La convention de Berne recommande à l'Italie :

  • De faire respecter l’interdiction de posséder en captivité des individus de toute sous-espèce de Canis lupus et de les libérer dans la nature ; 

  •  De poursuivre et d’améliorer le programme de reproduction en captivité actuellement en cours ;

Alors réintroduit ou retour naturel ? A vous de juger :

Franco Zunino, ancien conservateur du parc National du Grand Paradis, naturaliste, défenseur du loup, président de l'Association Italienne pour le sauvage (A.I.W.), consultant UICN, affirme en 2010 : « les loups ne proviennent pas des Apennins mais des Alpes, c'est à dire de la souche à partir de laquelle la population s'est constituée après les libérations répétées faites sur le versant français... »
Puis en février 2014, il prévoit : « un jour ils s'en sortiront en reconnaissant la variété alpine comme une espèce à part (qui, comme par hasard, a déjà des caractéristiques comportementales et des phénotypes différents de ceux des Apennins, mais qui sont niés, pour éviter que ses origines françaises puissent être reconnues !).

Et ce qui devait arriver arriva : Le plan 2015 pour la sauvegarde du loup en Italie : « reconnaît implicitement que la population des Alpes Française, Suisse et Italienne se différencie de la population des Apennins. (p. 7) Elles n'ont aucune connectivité entre elles. (p.11). » cf Italie : Deux populations de loups distinctes, nouveau plan de gestion

Mais alors, d’où viennent les loups des Alpes ?

 

8- Il y a environ 300 loups en France. Par comparaison, il y a 2000 loups en Espagne et 1000-1500 loups en Italie.

En Espagne et Italie il s'agit de chiffre officieux, aucun comptage n'est tenu. En France d'un chiffre officiel très contestable. Voir chapitre 3.

 

9- ..l’affluence de gibier ne permet pas d’éliminer totalement la prédation sur le cheptel domestique, notamment lorsqu’il est abondant…

Cette constatation rejoint donc la réalité de l'impossible cohabitation du loup et de l'élevage « Dans les zones ou évolueront les grands prédateurs, sont inclus les secteurs où doivent être établies de fortes restrictions à l’élevage, en accord avec les réalités locales, afin que l’élevage ne perturbe pas les carnivores. /…/ »cf Initiative pour la conservation des grands carnivores en Europe wwf, uicn, lcie.

« On en arrive à un tel point que les territoires où les troupeaux subissent le plus de pertes, dans le Mercantour et dans les Préalpes de Grasse notamment, sont aussi parmi les plus giboyeux de France. » Cf Laurent Garde cerpam.

10- ...ou mal gardé. ...la présence d’un berger est dissuasive.

« Les attaques se produisent de jour comme de nuit. La proportion d’attaques en pleine journée ne cesse de croître. Des attaques qui se produisent malgré la présence de bergers et de chiens de protection. » cf oncfs, ddt, dreal rhones alpes

 

11- la responsabilité du loup ne peut pas toujours être prononcée de façon certaine (les troupeaux ovins sont également victimes de chiens divagants).

« Les attaques sur le cheptel domestique constituent souvent un des premiers signes de présence du loup sur un nouveau secteur » : réf. Ministère de l’Environnement, projet Life Nature, « Conservation des grands carnivores, le Loup en France », rapport final 1997-1999 de mai 2000.

Dans le cadre de travaux menés pour mieux comprendre l'état de la prédation hors présence de loup, le (CERPAM), le (SIME-SUAMME), la (Enita Clermont, soutenue par l'INRA) et le (CRA) ont souhaité approfondir la question de la prédation due aux chiens divagants

« La fréquence d'attaques de chiens est en moyenne de 0.20, soit une attaque, pour un troupeau, tous les 5 ans. Ces attaques sont essentiellement diurnes et les chiens sont repérés dans près de 89% des cas. » DU NOUVEAU DANS "CHIENS ERRANTS OU LOUPS ?"

 

12- Il existe des solutions éprouvées pour limiter l’impact du loup sur les troupeaux domestiques. De nouveaux moyens de protection sont progressivement mis en place tels que les foxlights et les turbo fladry. berger, aide-berger, chiens de protection (patous), parc de regroupement, éffaroucheurs…

Autant de contraintes qui feront disparaître à terme l'élevage extensif :

Pour que l'activité pastorale soit durable, il faut aussi assurer la vente, et le prix juste. Mais il faut surtout que l'élevage se fasse sans les contraintes insupportables liées aux prédateurs, dans le calme, la sérénité, le respect... Loin de l’agitation des chiens de protections qui nuisent à la tranquillité des animaux et posent des problèmes de cohabitation avec les usagers de la montagne. Sans les obligations d'aller et retour vers les parcs de nuits qui favorisent les maladies, la destruction de la flore et la pollution. Loin du stress des attaques qui gréve la qualité, nuit au développement, tarit les allaitantes, provoque des avortements, détruit les acquis génétiques, occasionne la dépression chez le berger, participe à l'abandon des terres, crée des conflits entre les citoyens et finit par éteindre la vie sociale dans nos campagnes…

Mais aussi, il faut que les apprentis sorciers défenseurs du loup, adeptes des fox lights ou autres gadgets tout aussi fantaisistes, redeviennent humbles et respectent l'avis de ceux qui sont les seuls à être confrontés à la prédation. LOUP, FOX LIGHT ET AUTRES ARTIFICES POUR PROTÉGER LE LOUP ;

JPEG - 42.9 ko

http://leloupdanslehautdiois.blogspot.com/2014/02/etude-sur-les-chiens-de-protections.html

L'INRA, par l’intermédiaire d'un de ses directeurs de recherche, Michel Meuret, vient de confirmer ce que des éleveurs avisés avaient déjà constaté et que d'autres soupçonnaient. Une association Italienne de défense du loup avait déjà pris en dérision les fox lights. LOUP, FALLAIT IL UN PREUVE DE L'IGNORANCE ET DE LA MANIPULATION DES DÉFENSEURS DU PRÉDATEUR ?

 

13- On constate une diminution du nombre d’attaque



Fin 2011 = 250 loups dans 13 départements pour 4913 victimes 
Fin 2012 = 250 loups dans 15 départements pour 6021 victimes 
2013 = 250 loups dans 22 départements pour 6195 victimes 
2014 = 301 loups dans 31 départements pour 8226 victimes 
2015 = 282 loups dans 33 départements pour plus de 9000 victimes
Une étude de terrain par le CERPAM estime que pour 2 victimes constatées, une 3eme n'est pas prise en compte (disparue, invérifiable…)

 

14- Le chien de protection. Sa corpulence et ses menaces suffisent généralement à détourner un chien, un loup, un lynx ou même un ours.

Pourtant avec plus de 2000 chiens de protection, chiffre en constante hausse dans les alpes en 2015, on y compte plus de 1690 attaques elles aussi en constante hausse. LOUP, POUR EN FINIR AVEC LES CONTREVÉRITÉS SUR LE PASTORALISME

On en arrive même à voir des chiens qui se soumettent à la meute de loups lorsque les attaques sont fréquentes.

 

15- FERUS œuvre dans le sens de la cohabitation, notamment dans le cadre de son action Pastoraloup.

Avec moins de 1 % du personnel affecté à la protection, et des éleveurs qui ne renouvellent pas les contrats, quelle est la légitimité de pastoraloup ?

  • Mieux qu'un long discours, voici le témoignage d'un bénévole qui est devenu éleveur : « passage de l'abstrait vers le concret » Extrait : Cette étudiante en biologie à Bordeaux a décidé de passer quelques temps sur les estives au titre d’éco volontaire du Groupe Loup France (aujourd’hui FERUS). La problématique du loup l’intéresse ; elle veut comprendre et se rend donc sur le terrain avec la foi du charbonnier. Dix ans, ont passé : « Foin des utopies, des envolées pour une nature ensauvagée. « La vie ici est un enfer » lance t-elle, l’œil noir. « Je n’ai plus de vie de famille, nous sommes épuisés et je tremble chaque jour pour mes deux enfants que je ne peux tout de même empêcher de sortir de la maison. Financièrement, c’est la catastrophe.

  • Une autre vision de Pastoraloup : Pastoraloup, c'est quoi ? Prétendre que la majorité des attaques sont l’œuvre de chiens (cf déclaration du président de Férus dans Marianne 09/2103), mais proposer des protections contre les loups, n'y aurait il pas une incohérence ?


Moyenne des avis sur cet article :  1.74/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • armand 26 août 13:14

    superbe tous ces gens qui protègent leurs bébétes jusqu’à l’abattoir....


    • Pluchou Pluchou 26 août 14:22

      protègent leur pognon et leurs aides. Quand j’entends parler de « pastoralisme » ça me fait doucement rire.... 


    • ouragan ouragan 26 août 15:22

      @Pluchou
      C’est bien connu, les bergers font parti des plus grandes fortunes de France et en plus il ne respectent pas les 35 heures !


    • hunter hunter 26 août 17:30

      @armand

      Vous avez vu aussi la jolie photo, comme il a l’air tendre ce brave homme, avec c’te pauvre bête !

      allez hop, demain à l’abattoir hallal, et un bon petit billet dans la poche...

      Ah mais c’est sur, avec le loup......

      Ca fait combien d’années que l’auteur hystérique de la gachette à canidés, vient nous rejouer ici toujours le même mauvais texte ?

       smiley

      Adishatz

      H/


    • Alren Alren 26 août 18:12

      @armand

      C’est sûr il vaut mieux acheter du mouton néo-zélandais qui va arriver dans nos assiettes après 20 000 km de bateau sans avoir connu l’abattoir !!!


    • mmbbb 27 août 11:30

      @ouragan vous ne remettez votre photo de votre chien patou « tué par un loup » et ne portant aucun stigmate de morsure . Belle propagande L’année derniere dans les Ecrins rencontre avec une bergere, au pied d’un col, l’ europe lui avait offert une belle petite maison en bois afin de passer de bonne nuit et contrastant avec les abris et cabanes miserables, elle ne semblait pas renier ce confort ! Il y a quelques annees du cote de la Suisse lors d’un violent orage, un troupeau non garde a déroché, le lendemain il a fallu abréger leur souffrance mais dans ce cas les bergers sont peu loquace. 


    • njama njama 26 août 14:18

      (point 7)
       La convention de Berne recommande à l’Italie :
      > De faire respecter l’interdiction de posséder en captivité des individus de toute sous-espèce de Canis lupus et de les libérer dans la nature ;
      > De poursuivre et d’améliorer le programme de reproduction en captivité actuellement en cours ;

       
      C’est hallucinant de lire ça ! c’est le monde à l’envers ...
      donc permettre la reproduction en captivité pour ensuite les lâcher dans la nature ... 

      y-aurait-il des dispositions particulières pour l’Italie ? et combien de loups (ou d’hybrides chien-loups) ont déjà été relâchés ? 


      • ouragan ouragan 26 août 15:20

        @njama
        Une partie de la réponse est ici :

        1er épisode : Comment et ou se procurer des loups, pourquoi existe t’il des « usines a loups » ? Pourquoi les hybrides participent ils aux mensonges ?
        2eme épisode : plusieurs cas de loups réintroduits en France. Analyse de l’enquête parlementaire et de documents officiels contestables.
        3eme épisode : L’omerta et les mensonges qui ont accompagné le retour du loup. Des révélations, des documents et des témoignages très significatifs sur la tromperie du retour du loup

      • marmor 26 août 15:21

        C’est ainsi que la Namibie éradiqua les léopards et les guépards,après avoir exterminé les derniers lions du désert, et qu’ils tentent, désespérément la réintégration de ces espèces à grands coups de millions !!!
        Les éleveurs de montagne sont une quantité négligeable qui ne sert à rien, sauf entretenir un folklore au profit de quelques nostalgiques hippies . Vous pouvez fort bien élever des moutons en plaine de manière écologique, et tout aussi rentable. La montagne, c’est pour les randonneurs, les skieurs, les marmottes, les ours, les loups, les chamois, les isards, les bouquetins, les tétras.... la faune sauvage donc ! Et les loups qui sont chez eux sont en train de vous le démontrer !


        • JC_Lavau JC_Lavau 26 août 17:09

          @marmor. Les randonneurs aussi sont pour le loup, dès qu’ils sont faibles ou blessés.


        • marmor 26 août 18:10

          @JC_Lavau
          Oui, oui, le petit chaperon rouge aussi.....


        • alienor88 26 août 18:45

          @JC_Lavau


          comme dirait jacqouille la fripouille 

          ’’ma mere avait pour nom Gwendoline , elle est morte dévorée par les loups , parce que notre père qu’était parti pour boire a la taverne de Duchno a crevé gelé dans l’étang , a cause de son pied bot ’’

        • mmbbb 27 août 12:18

          @marmor je fais de la montagne et il est vrai qu’en france le pastoralisme de montagne ne peut survivre qu’a coup de subvention. Si l on retient uniquement les critères économiques stricto sensu, ce type d’elevage n’est pas rentable Par ailleurs, nous obligeons les africains a respecter la faune alors que nous avons ete incapable de garder le dernier ours des pyérenées Canelle Un dirigeant africain par ailleurs utilise cet argument et il aurait tort de se priver . Donc arasons la terre de toutes ces especes, il restera pour les generations futures des « enclos a panda , a lion etc » et des images 3 D d un monde virtuel enchante .


        • JC_Lavau JC_Lavau 27 août 17:18

          @marmor
          Les ânes et les chevaux aussi sont pour le loup. Les vaches aussi. Les chiens aussi. Les loups vous égorgent et dévorent un Mérens en une nuit.
          Et même le randonneur qui avait donné son corps à la science, bin après le passage de la meute de loups, il ne restera plus grand chose pour exercer le bistouri des carabins.

          Bref : à mort les bergers ! Il est urgent de dégauloiser la Gaule pour y faire régner la JUSTE dictature du WWFariat !


        • shyroki (---.---.56.238) 26 août 15:22

          Le loup est un prédateur comme l’homme.


          Durant des centaines de millénaires nous avons été en concurrence, jusqu’à ce qu’on domestique le loup pour créer le chien.
          Puis progressivement l’homme a prit du territoire pour finalement coloniser le planète.
          Aujourd’hui c’est juste notre bon vouloir qui fait qu’on n’extermine pas ce concurrent.

          En France avec l’élevage et la chasse, nous avons voulu éradiquer le loup.

          Ce n’est que récemment que des bobos citadins trouvent que tuer des loup « ce n’est pas bien » 
          Donc on se retrouve à devoir gérer l’élevage et la chasse tout en donnant une place aux loups.

          Non mais c’est bien, au moins on sait où partent nos impôts, et si un jour un enfant ce fait tuer par un loup, vous ne pourrez vous en prendre qu’à votre opinion de les protéger.

          • alienor88 26 août 15:43

            @shyroki

            Pour le moment on a quand même plus de chance de se prendre une volée de plomb par un chasseur alcoolique et irresponsable que de se faire dévorer par un loup en allant aux champignons .

            En fait le rapport est meme de ∞%, vu que des attaques de loup sur l’homme ne sont relatées que dans des chroniques moyenâgeuses 

          • hunter hunter 26 août 17:34

            @alienor88

             +++

            Adishatz

            H/


          • mmbbb 27 août 12:22

            @alienor88 ou se faire mordre par un chien patou dont certains sont tout de meme agressif Ce qui s’est passe avec une femme paniquant et qui sait fait taillé un steack. Elle porta plainte et le berger fut condamne, ha ces ecolos des villes !


          • shyroki (---.---.56.238) 29 septembre 12:05

            @alienor88
            Infini pour-cent, mais oui tout à fait


            Utiliser l’argument « accident de chasse », ne contredit en rien l’inutilité du loup en France ?
            Il est là juste là par le bon vouloir des gas qui vivent loin d’eux, alors qu’ils s’attaquent à l’élevage et peut faire peser une menasse sur l’homme qui je l’accorde est très faible au vue de leur faible nombre « actuel ».

            Mais réalisez quand même que si la peur du loup devient réel avec juste une victime, c’est toute votre bonne idéologie qui en sera responsable et vous aurez bien du mal à bloquer l’hystérie collective.


          • marmor 26 août 15:41

            http://www.collectif-4c.org/index.php?option=com_content&view=article&id=119:42-cas-mortels-de-morsures

            et si un jour un enfant ce fait tuer par un loup, vous ne pourrez vous en prendre qu’à votre opinion de les protéger.

            Les loups sont très très loin de ces chiffres, alors peut-être faut-il éradiquer tous les chiens ?


            • ouragan ouragan 26 août 16:02

              Trop fort le porte parole des écologistes sur Agoravox :
              Marmor : « La montagne, c’est pour les randonneurs, les skieurs....., » Il a oublié les VVTistes, parapentistes, motocrossistes, quadistes......
               Merci Marmor, mais en attendant que vous preniez le pouvoir, la montagne et même les parc Nationaux sont sur nos terres et avec notre consentement vous pouvez sortir des chemins communaux ou autres rares sentiers appartenant au domaine public.

              En attendant, la déforestation, le trafic d’ivoire ou de corne de rinho, tout ça c’est pour les civilisations occidentale !

              Les Bushmen représentent une population d’environ 100 000 personnes dispersées dans plusieurs Etats africains : le Botswana, la Namibie, l’Afrique du Sud et l’Angola où ils vivent depuis des dizaines de milliers d’années.

              La Réserve naturelle de gibier du Kalahari central est située au cœur du Botswana ; elle avait été créée pour protéger le territoire ancestral des 5 000 Bushmen gana, gwi et tsila et de leurs voisins, les Bakgalagadi, ainsi que les animaux sauvages dont ils dépendent.

              Au début des années 1980, on découvrit d’importants gisements de diamants dans la réserve. Peu de temps après, des représentants du gouvernement se rendirent dans la réserve et annoncèrent aux Bushmen qu’ils devaient partir en raison de la présence de ces gisements sur leur territoire.

              Bravo Marmor, plus ..... ça n’existe pas


              • marmor 26 août 17:21

                @ouragan
                Mais, le loup est là.... sur vos soi-disant propriétés.... et l’état a dit que le loup est protégé...et que y a pas de raison que ce ne soit pas toi qui partes élever tes chèvres dans un espace fait pour ça..La poignée d’égoïstes moyenageux que vous êtes voudrait la montagne pour elle, mais pas les inconvénients, pas les fougères qui colonisent les pâturages, pas les loirs qui investissent les toitures des bergeries. Ils veulent bien manger les truites fario mais refusent les pêcheurs, ils veulent boire l’eau claire des ruisseaux mais n’admettent pas que leurs brebis les polluent. Ils veulent vivre sous la voûte étoilée, loin de la cité mais reçoivent les subventions de la cité, ils ne veulent pas que les loups leur mangent quelques brebis, si c’est pas des chiens, mais la prédation du loup est remboursée, pas celle du chien, alors, si quelques brebis ont chopé la douve, on les égorge façon lupus et le tour est joué, et puis, à la fin de l’estive, on va accompagner ses brebis à l’abattoir du coin, histoire de faire un peu de blé, en nous expliquant que le gigot d’agneau de la montagne bio est meilleur que le gigot bio de la campagne et que c’est pour ça qu’il faut le payer le double, et parfois le triple que le néo zélandais, plus bio que bio, qui n’a jamais mis un sabot dans une étable.
                Bravo Ouragan, je sais que je suis con, mais c’est parce que tu me prends pour un con.
                Vis ta vie de berger et ses contraintes et arrête de te plaindre des choix que tu as fait, comme je ne me plains pas de mes choix et je n’essaye pas de faire porter le chapeau à quelqu’un d’autre. Moi aussi, dans mon boulot, j’ai des loups qui essaient de me croquer et personne ne me défend, je ne vais pas pleurer pour qu’on les élimine.
                Tiens, j’ai un cousin, Jean-Bernard L. qui a 300 brebis à Montech ( 82 ) tarn et garonne. Il fait le meilleur fromage de la région, il le vend lui-même sur les marchés,il est heureux, et pas à plaindre. Tu vois, c’est possible, et il n’est pas obnubilé par les loups !!
                Au fait, je ne suis pas écolo-bobo-gaucho, trouve autre chose, c’est lassant.......


              • hunter hunter 26 août 17:37

                @marmor

                Là je crois que vous l’avez calmé pour quelques temps !
                Quelques bonnes vérités bien assénées, et il va aller chouiner ailleurs !

                Au fait les loups dont vous parlez dans votre boulot, ça ne serait pas plutôt des requins ?

                Adishatz

                H/


              • marmor 26 août 18:04

                @hunter
                Loups ou requins, c’est leur faire trop d’honneur à ces enc... de prédateurs financiers, banquiers et autres !! Les animaux se contentent d’assouvir leur faim...


              • hunter hunter 26 août 18:12

                @marmor

                Exact ! j’ai du croiser la même espèce que vous !
                J’ai réussi à me barrer avant d’être bouffé, et j’ai même réussi à ce qu’ils alignent un chèque !

                Quelle bande d’enculés c’est sur !

                 smiley

                Adishatz

                H/


              • ouragan ouragan 26 août 18:55

                @marmor

                « et que y a pas de raison que ce ne soit pas toi qui partes élever tes chèvres dans un espace fait pour ça. »
                C’est exactement ce que j’ai fait, je suis parti élever mes chèvres dans une zone d’élevage comme la totalité des éleveurs et bergers qui ont choisi de vivre en dehors de la frénésie de notre civilisation. Alors la moindre des choses en démocratie, ce n’est pas à une majorité qui ne subira jamais de contrainte liée aux loups dans leur environnements d’imposer a une minorité la réalisation de leurs fantasmes sous prétexte de biodiversité. Parce que la biodiversité c’est chez nous quelle est préservée, et par nous " Le maintien des activités agricoles et forestières en montagne est une nécessité 

                Il répond à des impératifs environnementaux : 

                -   pour la conservation des milieux  fragiles de haute montagne et de  leur richesse de biodiversité, la stabilité des terrains, l’ouverture des espaces qui accueillent les sports d’hiver et d’été 

                -   pour leur contribution à la  biodiversité des immenses espaces herbagés  de moyenne montagne, pour autant qu’ils continuent à être pâturés ; 

                L’approfondissement de la politique de développement durable apporte une nouvelle légitimité aux aides à la montagne, qui « rémunèrent » les externalités positives de l’entretien de la nature, de la biodiversité et des paysages par l’agriculture et la forêt, dont la contribution aux équilibres sociaux, économiques et écologiques en montagne est tout à fait essentielle et dépasse le seul cadre géographique de la montagne. 

                Alors avant d’imposer des contraintes insurmontable et de ne surtout pas vouloir en subir une conséquence aussi infime soit elle, il me semble qu’est important, l’autonomisation des éleveurs à travers le partage des connaissances et le respect de leur consentement préalable, libre et éclairé. »

                Mais votre réponse va bien dans le sens des expropriations des ethnie sous des prétexte de protection de la nature. Cela permet au monde de continuer à bétonner chaque année plus de 600 ha de terre arable et de forêts. Pas grave puisque les éleveurs devront partir élever dans des endroits fait pour et que leurs terres pourront accueillir les prédateurs.


              • alienor88 26 août 19:01

                @ouragan


                Ce n’est pas parce que ce sont prétendument ’’vos terres ’’ que ça en fait des zones de non-droit .

                 Naître avec de telles richesses ne fait pas de vous des seigneurs avec droit de vie ou de mort , et cette prétention ne peut que desservir votre cause injuste .

                 Ceci me fait penser au triste sort des lynx dans nos contrées du Jura , qui meurent sous les balles parce qu’ils ont le malheur de s’en prendre au gibier sauvage au détriment des chasseurs sanguinaires (qui par ailleurs lorgnent également mon chien d’un air qui ne m’a jamais plu ,ce disant surement qu’avec son air lupin , il ferait un joli trophée au dessus de la cheminée)


              • ouragan ouragan 26 août 19:08

                @alienor88
                « Naître avec de telles richesses » Remboursées pendant 20 ans au crédit agricole et qui maintenant qu’elle sont devenues inexploitables (uniquement élevage de montagne, aucune possibilité d’autre activité) la revente ne suffirait même pas a acheter un garage dans une métropole.


              • marmor 26 août 19:34

                @ouragan
                Mais le loup fait partie de la biodiversité, au même titre que les chamois, les bouquetins et le reste. Vous vous devez de faire avec ou partir !!!
                Le pastoralisme n’est pour rien dans la défense de la biodiversité. Ce n’est pas quelques troupeaux de brebis qui vont brouter les milliers d’hectares disponibles en zone montagneuse, et au contraire, détruisent un certain nombre de plantes en voie de disparition, troublent la quiétude de la faune locale, et transmettent des maladies aux caprins sauvages


              • marmor 26 août 19:52

                @ouragan
                Je vois qu’il n’y a pas qu’à la bourse que l’on fait de mauvais placements. Vous pouvez toujours faucher les prés et revendre le foin et le regain, c’est cher la bonne herbe des montagnes, et puis exploiter le bois, le hêtre bien sec se vend 100 € le stère, un peu moins pour le résineux ( qui sera un peu plus haut dans votre grande propriété ), mais 80 € le stère quand même, les bobos citadins sont très demandeurs pour leur poêles à bois. Il faut évoluer, tout n’est pas perdu !!


              • hunter hunter 26 août 20:22

                @alienor88

                Je me répète mais : +++ !

                Faites gaffe à votre chien ! chez moi, si un de ces poivrots touche à mes chiens, c’est lui qui va devenir mon sanglier, et l’arbalète de chasse, ça fait pas de bruit

                Adishtaz

                H/


              • ouragan ouragan 26 août 21:12

                @marmor « Le pastoralisme n’est pour rien dans la défense de la biodiversité. »

                J’adore ! Marmor, vous devriez arrêter de fumer le chichon bio. Vous êtes une perle. Toute ces merveilleuses affirmations que l’on va pouvoir développer devant le public :
                 
                Le pastoralisme est le plus important facteur de biodiversité sur notre planète :
                CNRS, INRA, IDELLE, CERPAM, IRD, LPO, UICN, CEMAGREF, NATION UNIES, GRENELLE, FAO, CONVENTION DIVERSITÉ BIOLOGIQUE, UNESCO, CREN, DEVELLOPEMENT DURABLE, CIRAD, PARC NATIONAUX, NSA ENGLAND, Wildlife Conservation, IRSTEA, EHESS, IAM, FFP,....

                Selon un nouveau rapport publié (9 mars 2015) par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le pastoralisme - la production extensive de bétail dans les pâturages - offre d’énormes avantages à l’humanité et devrait être considéré comme un élément majeur de la transition mondiale vers une économie verte.
                Le rapport constate que le pastoralisme durable dans les écosystèmes de grands pâturages LIBRES préserve la fertilité des terres et le carbone présent dans sol et contribue à la régulation de l’eau et à la conservation de la biodiversité. 

                MERCI MARMOR QUE D’EAU À MON MOULIN !



              • mmbbb 27 août 12:50

                @ouragan en Ariege l’agriculture traditionnelle de montagne ete abandonnée Les « orys » maison de pierres seches se font envahir par la vegetation. Le dur travail de la main de l ’homme disparait sous les boutoirs de la nature conquérante. Le temps efface ce qu il a crée Une nouvelle biodiversité s’est installée évidemment Vous êtes d’une grande pretention, les especes sauvages etaient la avant que l homme s installa . L ’age d « ozti » homme retrouve dans un glacier entre l’Autriche et litalie est de 5 000 ans . La faune la flore etaient intactes Le pastoralisme n’a rien a voir avec la biodiversite Quant à la biodiversite, sans la creation de parc nationaux et de lois tres srictes elle n’existerait plus . En france , l’aigle royal, le bouquetin et tant d’autres furent des especes reintroduites Dans le Queyras un gardien a la retraite lors d’une rencontre impromptue , me rapporta que dès la fin de la guerre de 1870, certains paysans locaux partis sur le front revinrent avec leurs fusils et commencèrent à dézinguer tout ce qui passait à porter de canon. Le cliche « du paysan gardien de la faune et de la flore » me fait doucement rigoler Sans la force de la loi tout ceci ne serait qu un desert . L espece humaine est la derniere a être apparue, un peu d’humilité et d’évitér cet anthropocentrisme conviendrait Nous sommes une espece envahissante et la nature peut tres bien se passer de nous et par ailleurs elle survivra a notre passage.


              • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 26 août 17:27

                Ce n’est pas dans la montagne que les loups sont le plus dangereux.


                • Kelimp 26 août 18:40

                  L’ @ouragan est de retour avec ses thèses complotistes aussi peu crédibles que celles des climato-sceptiques ou des « chemtrailistes ».

                  Je ne citerai donc que cet extrait d’un article sur la cohabitation du loup avec les bergers en Roumanie :

                  J’y ai rencontré des bergers qui m’expliquaient que la protection des troupeaux, c’était leur métier ! Que bien sûr des ours et des loups s’approchaient, mais qu’ils étaient là pour les chasser, que leur simple présence faisait fuir les prédateurs.

                  Il y a pourtant des troupeaux de plusieurs milliers de bêtes également dans ce pays d’Europe de l’Est ! Peut-être parce qu’il y a toujours eu des prédateurs et, qu’en tout temps, il a fallu partager le territoire avec eux, COHABITER, il y a eu une transmission entre les générations de bergers et il y a encore aujourd’hui une fierté à protéger le troupeau.

                  Il n’y a qu’en France qu’on rencontre cette haine des prédateurs.

                  Pourtant, que la montagne serait belle avec moins de brebis et plus de vie sauvage.


                  • ouragan ouragan 26 août 19:03

                    @Kelimp

                    AH la merveilleuse vie des bergers roumains, 24h/24, 7j/7, pas d’acquis sociaux, de retraite de logement décent. Tout un programme que les écologistes nous préparent.
                    La plupart d’entre eux d’ailleurs deviennent esclaves en Italie pour moins de 1000 € par mois toujours sans aucun acquis social.
                    Vous devriez proposer le modèle Roumain à l’ensemble des professions en France. D’ailleurs nombre d’industriels ne s’y sont pas trompé.

                  • hunter hunter 26 août 20:27

                    @ouragan

                    C’est sur que comparé aux feignasses de bergers français qui gueulent parce que la cahute n’a pas de parabole.... (je vous l’ai déjà dit plusieurs fois, reportage vu sur France3 Côte d’Azur il y a deux trois ans), c’est sans doute l’excès inverse en Roumanie, mais chez nous, c’est quand même abuser !

                    Il est censé bosser le gonze, ou mater la télé ?

                    De toute façon, il suffit de faire venir des bergers roumains, et il n’y aura plus de problèmes de loups en France !

                    Ça renforcera la compétitivité de votre ignoble barbaque !

                    Adishatz

                    H/


                  • ouragan ouragan 26 août 23:32

                    @Kelimp « Il y a pourtant des troupeaux de plusieurs milliers de bêtes également dans ce pays d’Europe de l’Est ! »


                    et oui, quand on est lobotomisé par la secte du tout sauvage on peut se permettre de dire n’importe quoi, que dis-je, on est dans l’obligation de dire n’importe quoi !

                    20% des élevages : entre 1 et 9 ovins
                    12% entre 10 et 19 ovins
                    11% entre 20 et 49
                    12% entre 50 et 99
                    14% entre 100 et 199
                    19% entre 200 et 499
                    12% au dessus de 500
                    source institut de l’élevage : « l’élevage en Roumanie »

                  • ouragan ouragan 26 août 23:40

                    @ouragan
                     « Les troupeaux de brebis sont souvent gardés jour et nuit par dix bergers et dix chiens de protection », cf Férus

                    Dix esclaves sous payés et le moins cher possible pour la viande d’agneau, le rêve de tout les écologistes aux 35 heures adeptes du tout sauvage. 

                  • jean dupondal 26 août 22:27

                    Je suis berger. En quelque sorte je dirai que mon travail consiste à prendre soin de mes brebis.
                    Je prend mon travail au sérieux.
                    Il y eut quelques loups sur notre territoire.
                    Il n’y en a plus depuis quelques temps.
                    Mes brebis sont calmes et j’emmerde tous les connards de la ville qui prétendent tout savoir et qui ne sont rien d’autres que des « chante matin »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès