Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le massacre de Sea Shepherd !

Le massacre de Sea Shepherd !

(Auteur Hardi- article publié sur Agoravox le 04 juin 2012)
 
 
Où l’auteur, se désespère de trouver des contradicteurs au niveau (sic) car il aime le débat d’idées, la confrontation des positions entre personnes sensées et capables de remettre en cause leurs présupposés (resic).
 
Et pourtant, Mr Pseudo (?) Hardi à la fois accusateur et juge (situation inhabituelle) nous dit dans l'un de ses commentaires : "J’écris la vérité, en tout cas l’autre version des choses."
 
Cet article n’a donc pas pour but de convaincre Mr Hardi déjà persuadé de tout savoir mais d’évoquer ses propres « présupposés » dans un contexte qui mériterait plus de prudence. Quoi qu’en dise ce monsieur, il ne s’agit pas pour lui d’introduire un « débat d’idées » mais d’affirmer une prise de position très claire à l’encontre de Sea Shepherd au moment même où son fondateur risque sa vie.
 
Quand on n'a pas d'argument, on dit en effet : j’écris la vérité ; ensuite, on décline sa profession (juriste de préférence) afin de donner du poids et du sens... au vide. On peut même rajouter : "je suis untel", à défaut d’être connu : "je suis le fils de", ou remonter plus encore dans sa généalogie. C'est bien gentil tout ça mais si on parlait du fond !
 
Le contexte
 
Mr Hardi censé défendre la cause de certains surfeurs à la Réunion suite au « problème requins » fait mine d’être très en colère contre Sea Shepherd et son "Captain Iglo" (seule expression qui fait sourire). On peut lire sous sa plume dans Agoravox : « Qu’ils aillent s’occuper des thons rouges en méd et qu’ils nous foutent la paix... ». L’angle d’attaque choisi pour les neutraliser : nous expliquer que l’ONG interprète à sa façon (donc illégale) la légalité internationale (ainsi que le droit interne des Etats souverains). Disons plus simplement que sous prétexte de « jurisme » Mr Hardi conteste et la capacité juridique et le caractère légal à agir de Sea Shepherd, rien de moins ! Non, ce n’est pas pour apporter de la confusion dans un moment où le soutien à P.W est crucial, c’est juste faire œuvre de salubrité publique, n’est-ce pas !
 
Heureusement que Mr Hardi nous rapporte qu’il est admiratif d’Eva Joly et qu’il « partage l’essentiel des valeurs de Greenpeace », on aurait pu croire qu’il n’était pas écologiste. C’est vrai que de ce côté-là du moins, il est sûr qu’on « lui foutra la paix » ! La soif de vengeance engendre la rage aveugle. Cela ne ramènera pas ceux partis au paradis des surfeurs. Quant à Mr Watson, il n’a croqué personne, les soutiens à Sea Shepherd idem. Néanmoins « les shepherdiens » représentent la quintessence de la malfaisance sous prétexte d’une campagne maladroite, irrespectueuse (mais légitime) en réponse à une autre campagne du même acabit en faveur d’une résolution extrémiste.
 
Tout ceci s’est vite arrêté, des réconciliations ont eu lieu. Certains se défendent même aujourd’hui d’avoir prôné « la solution finale » et reprennent à leur compte les propositions adverses jugées un temps ennemies, et c’est tant mieux. Toutefois le combat (des puristes) continue. Sans dévier de leur trajectoire, Sea Shepherd est toujours une cible à abattre et nous voguons sur une mer d’intox. Qui tire les ficelles ? A qui profite le crime ? Certainement pas à « mon cher Watson » dirait Sherlock !
 
Au grand dam de quelques uns qui poussent toujours du coude pour exister, il fallait donc trouver un créneau qui fasse le buzz (pour causer moderne). « L’affaire Paul Watson », est arrivée à point nommé et le grand cirque a pu repartir de plus belle. Il y a d’abord eu sur Agoravox, celui de Mr Pinault (Responsable stratégie et communication Europe des IrreverSEAbles) : L'affaire Paul Watson : la consécration de l'impérialisme ... et à la suite celui de Mr Hardi. Un pari réussi en l’espèce car s’interroger sur l’impérialisme ou la légitimité (autre synonyme) de Sea Shepherd à travers son fondateur, c’est immanquablement nous susurrer à l’oreille une musique ancienne mais impossible à oublier quand on est viril ! 
 
 
L’attaque frontale
 
Paul Watson… a fait le malin, nous a traités comme des cafards comme l’écrit joliment Mr Hardi qui se plaint d’insultes (ce qui n’est pas contestable mais P.W n’y est pour rien) à l’égard de la « communauté surf » (vrai pour une minorité seulement). Et Mr Hardi n’est pas en reste pour faire monter les enchères en nous assenant par exemple que P.W. est à ranger dans la même catégorie qu’un trou du c... du Hezbollah ou un pol potiste. 
 
Faut croire que certaines facs de droit proposent désormais une spécialité inconnue jusqu’alors : « Langage fleuri » !
 
Quelle drôle de posture que de faire aux autres sans scrupule ce que l’on dénonce envers soi avec vigueur !
 
Du coup, c’est plutôt le lecteur qui s’interroge à juste titre sur la légitimité de ce monsieur à nous concocter un article de type légaliste.
 
Et en effet, tout son discours d’apparence tend à nous faire croire qu’il détaille avec méthode des points de droit prouvant selon lui une certaine malhonnêteté intellectuelle de la part de Sea Shepherd et surtout une hérésie juridique sur laquelle s’appuierait l’organisation. Cependant Mr Hardi mélange les torchons et les serviettes, et fait une traduction libre des intentions de l’ONG. C’est tout à son honneur que de se vouloir habile juriste pour défendre l’indéfendable si tant est qu’il autorise une personne moins partiale à détricoter sa fallacieuse démonstration…
 
 
 
 L’argumentaire de Monsieur Hardi :
 
A.
Sea Shepherd prétend avoir un mandat conféré par la Charte de la nature de 1982, ce qui est faux donc illégal d’autant plus illégal qu’elle n’a pas de portée juridique. (Ou comment tourner en rond !)
 
Extrait : en arguant d'un "mandat" qu'il lui aurait été conféré par la Charte de la Nature des Nations Unies de 1982.).
 
 
B.
Ce serait même prouvé par la décision de justice en 1995 fondée sur la reconnaissance de l’erreur de droit et non sur la reconnaissance à agir pour faire appliquer la charte de la nature.
 
Extrait : d'après eux, c'est même sur le fondement de la Charte de la Nature et de ce mandat que Paul Watson aurait été relaxé en 1995 ! (..) Bel enfumage !
 
 
 
 
De citoyenne à citoyen(nes)- sans caution de Sea Shepherd !
 
 
Ma réponse A

 
Mr Hardi nous embrouille en dénonçant la soi-disant malhonnêteté de l’ONG. Il peut expliquer ce que signifie un mandat conféré (de façon exacte), n'en demeure pas moins que cela n’apparaît nulle part dans les écrits ou sur le site de Sea Shepherd.
 
En revanche, il est mentionné que « Le mandat premier de Sea Shepherd est d’assumer le rôle de faire respecter le droit, rôle qui lui est dévolu par la Charte Mondiale pour la Nature des Nations Unies. ». Trahir cette phrase en choisissant de l’interpréter comme « conféré » en place de « rôle qui lui est dévolu » (moyen acquis en référence à la charte de la nature… qui édicte des principes et propose des moyens mais qui ne confère rien), c’est cela qui est faux donc malhonnête.
 
Mr Hardi a fait une découverte : ladite charte n’est pas un instrument contraignant (ces deux mots simples étaient préférables au laïus destiné à nous étourdir).
Puisqu’il pense que personne n’est au courant, il devrait en faire part à l'armada de juristes (émérites) au sein de Sea Shepherd sans oublier les deux anciens ministres de l'environnement à leurs côtés. D'autant qu'ils ont une acception très singulière et pas juridique pour un franc suisse du droit et notamment du droit international.. 
 
Mr Hardi s’en insurge : « la Charte de la Nature aurait donné mandat à Sea Shepherd pour que cette dernière agisse en son nom et pour son compte ».
 
Mr Hardi s’en inquiète : comment un texte sans portée juridique pourrait-il autoriser une ONG à agir en marge de la légalité et plus précisément en violation des droits nationaux applicables le cas échéant (dans les eaux territoriales des pays concernés) ?
 
Monsieur Hardi devrait enlever ses lunettes déformantes :
cela ne signifie pas que la charte est la loi mais qu’il faut s’efforcer d’appliquer les principes contenus dans celle-ci dans le respect des instruments contraignants (moyens) élaborés ailleurs (ex international conservation law)
 
 
Quand Sea Shepherd dit assumer le rôle de faire respecter le droit, ce n’est pas la légalité telle que P.W la perçoit mais telle qu’elle est conçue !!
 
A voir sur le site de Sea Shepherd (1) :
 
Ex : la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, ou Convention de Washington) 
 
 
 Autres exemples :
Sea Shepherd Conservation Society respects and acts in accordance with the following international treaties, declarations, conventions, and charters
 
une longue liste disponible sur Sea Shepherd... qui ne gêne que les braconniers !
 
Comment justifier son action en tant qu'ONG ?
Comme Mr Hardi a eu la gentillesse de nous mettre en lien sur son article cette fameuse charte de la nature de 1982, je ne vais pas la reprendre dans son entier ici.
(Possible aussi d’aller sur le site de l’ONU(2) : résolution A/RES/37/7)
 
Deux exemples suffisent !
 
Charte mondiale pour la nature : Les mises en œuvre
21. Etats et, dans la mesure où ils sont en mesure, d'autres autorités publiques, des organisations internationales, des particuliers, des groupes et des sociétés doit :
 (C) Mettre en œuvre les dispositions légales internationales en vigueur pour la conservation de la nature et la protection de l'environnement
23. Toutes les personnes, conformément à leur législation nationale, doit avoir la possibilité de participer, individuellement ou avec d'autres, dans la formulation des décisions qui les concernent directement leur environnement, et doivent avoir accès à des voies de recours lorsque leur environnement a subi des dommages ou la dégradation.
 
 
En langage clair :
- assumer le rôle de faire respecter le droit,
- nécessité d’être actif pour enrichir le droit. (Acteur de droit)
 
 
Pourquoi ? Parce que l’environnement appartient encore aux domaines pour lesquels le non-droit est quantitativement plus important que le droit. 
 
 
En bref, ce n’est parce que cette charte n’a pas force juridique qu’il faut se priver
a) de mettre en œuvre tous les moyens légaux pour faire respecter les principes qui y sont énoncés b) de peser sur le droit de l’environnement, de la mer… à quelque niveau que ce soit
 
Cela y est d’ailleurs expressément recommandé, de là l’intérêt novateur précisément de la charte de la nature de 1982 contrairement au « manuel de Riri, Fifi ou Loulou » (référence de Mr Hardi).
 
« Le thème touche un grand nombre de citoyens s’organisant en association pour influer sur la prise de décision à tous les niveaux : mondial, national ou local. C’est une revendication de démocratie participative qui est de plus en plus prise en compte. En effet, ce que l’on appelle la société civile est progressivement associé officiellement à l’élaboration des règles de droit dans ce domaine. Ainsi, le concept de biodiversité concourt à structurer l’évolution de la protection de l’environnement.  » (Source oubliée - mille excuses à l’auteur de l’excellente thèse dont est tiré cet extrait)
 
Il est aussi intéressant de faire savoir que c’est l’ex Zaïre qui est à l’initiative de la charte de la nature de 1982. Cela en réponse à Mr Pinault, des IrreverSEAbles (et soutien de Mr Hardi), ayant écrit dans son article contre « l’impérialisme écologique » de Paul Watson : « Les pays du Sud considèrent déjà que nombre de dispositions environnementales internationales... relèvent d’un impérialisme écologique… !
 
 Voilà donc la nouvelle version de l’occidental profiteur :
Il faut vivre en occident pour crier à l’instar de Mr Pinault, Hardi et consorts de ne pas céder au catastrophisme ambiant (sic) et réclamer de continuer à danser sur le pont des riches à bord du Titanic (ceux des ponts inférieurs ont été noyés en premier)
 
L’exemple à suivre vient justement de ceux plus lucides parce que plus désavantagés !
« (..) nouvelle catastrophe qui se prépare et qui sera entièrement le fait de l'homme aura vraisemblablement pour effet la disparition, en quelques dizaines d'années, de plusieurs millions d'espèces. Elle sera sans précédent dans l'histoire de la Terre par sa soudaineté à l'échelle de l'évolution, et par sa globalité. Ses conséquences sont imprévisibles.
 
Face à tous ces problèmes en Afrique, le droit international de l'environnement est appelé à lutter contre ces divers fléaux pour la survie des générations présentes et futures. Cependant, il reste à savoir quels sont les moyens et stratégies mis en place par le droit international de l'environnement en vue de réaliser ces défis majeurs.  (..)
 La branche du droit international public qu’est le droit international de l’environnement servira alors de berceau de cette nouvelle forme d’implication des sujets qui ne sont pas étatiques ».
 
Tiré de l’inestimable article « La place des ONG en droit international de l’environnement » de Mr N'ZAOU Aubin fred (3)
 
 
Pour exemple qui fâche : les requins, entendons pour une fois, non pas l’avis d’un surfeur mais d’un biologiste africain dans
« Le requin, une menace pour l’homme… et si c’était l’inverse ?  » : http://www.rfi.fr/emission/20110306-1-le-requin-une-menace-homme-etait-inverse
 
 
 
Ma réponse B
 
Afin de justifier le reste de sa diatribe, Mr Hardi nous dit tout à trac "Paul Watson aurait été relaxé en 1995 » et il enchaîne sur « l’erreur de droit »… Pourtant Hardi le juriste n'aurait pas manqué, et de nous renseigner sur les chefs d'accusation et de commenter point par point la décision de justice proprement dite. Quand il se met à parler : « principe général », « pas un "précédent" pouvant faire jurisprudence »… les lions s’en frottent les babines en entendant ces merveilles. Mélangeons avec bonheur les systèmes (droit français, droit canadien versus « common law »)… car l’important est de charger la mule !
 
Allez, à défaut de formation continue, faire un petit tour sur http://www.mondroitmonchoix.com/index.php/parlons_droits/droit_civil/ :
 
- « En « common law », les règles de droit sont dégagées par les tribunaux à partir de cas particuliers.
 
- Il existe bien sûr des codes dans les pays régis par la « common law », le Code criminel étant l’exemple canadien le mieux connu. Les codes de « common law » forment cependant l’exception et non la règle parmi les textes législatifs de ce système. Ils compilent habituellement des règles jurisprudentielles plutôt que d’énoncer des principes selon le style civiliste ».

 
Concernant la décision de justice de 1995
Il faut vous y faire Mr Hardi ! Malgré l’impertinence de Sea Shepherd, personne ne lui conteste le droit à agir en invoquant la charte de la nature de 1982 (hormis les délinquants et ceux qui les défendent). 
 
« Watson a été inculpé de trois infractions : interférer avec le Rio de Las Casas de manière à mettre en danger la vie des passagers ou l'équipage du Rio de Las Casas ; interférer avec le Rio Las Casas de manière à mettre en danger la vie des passagers ou l'équipage de l'Amory Cleveland ; et de malice pour le lancer de l'acide butyrique. Il a été condamné uniquement sur ​​l'accusation de méfait pour le lancer de l'acide butyrique. »
 
Et encore, il a été relaxé au bout d’une semaine au lieu des 30 jours prévus.
 
Acide butyrique=boules puantes (beurre rance)
 
 
 Bref une nouvelle fois, l’art de créer la tempête dans un verre d’eau pour les détracteurs de Sea Shepherd ! …. Ce qui amène à…
 
 
La capacité juridique de Sea Shepherd
 
N’en déplaise à Mr Hardi, au vu des statuts de l’ONG, elle a toute légitimité à se réclamer pour agir (assumer le rôle) de ce qui est énoncé tout au long des sections 21 à 24 de la Charte. En effet, l’activité pour laquelle a été constituée la Sea Shepherd France (en conformité avec la SSCS) a pour objet : Mettre un terme à la destruction des écosystèmes marins et au massacre des espèces dans le but de conserver et de protéger la biodiversité des océans du monde entier. Soutenir la Sea Shepherd Conservation Society.
 
Les statuts sont dûment déposés, enregistrés, publiés et le cadre juridique est ici très bien défini (principe de spécialité).
 
Ajoutons que Sea Shepherd est reconnue en tant qu’organisme d’intérêt général et que les dons qui lui sont adressés ouvrent droit à une réduction d’impôt à hauteur de 66 % des versements. C’est dire si elle satisfait à des conditions plus contraignantes que certaines autres associations !
 
 
 
En bref, l’ONG peut être attaquée (et condamnée ou pas) selon les lois en vigueur uniquement sur les moyens mis en œuvre pour assurer sa cause (certains en raffolent), certainement pas sur sa capacité juridique. Cela semble peut être ardu au premier abord mais la nuance est importante car c’est ce qui différencie Sea Shepherd des bandits et escrocs.  
 
Si sa conception de la légalité est alors mise en doute
 
Extrait : Paul Watson et ses partisans ont un beau jour décidé de prendre les choses en main et "de faire respecter la légalité" à leur manière : manu militari.
 
Suffit d’aller jusqu’au tribunal … Cela n’est pas toujours possible quand on est un voleur. Comment aller réclamer justice lorsque l’on a été pris en train de commettre un délit ? D’après la conception du droit à la façon de Mr Hardi, celui qui a été surpris à dévaliser une bijouterie, peut raisonnablement ester en justice parce qu’un passant lui a barré le passage, voir jeté une boule puante à la figure et empêché d’emporter son butin. Personne ne l’en empêche bien sûr…mais il ne faut pas s’étonner de la soi-disant « impunité » de la Sea Shepherd ! D'autres méthodes sont alors employées : en matière de complaisance... il n'y a pas que le pavillon ! De là, l'intérêt à soutenir Paul Watson actuellement en l'Allemagne...
 
Quant à couler des bateaux pirates (sabordés dans des ports, cuve vidée et nécessairement sortis à terre ensuite), si l’on pense que Mr Paul Watson devrait payer plus encore pour ses méfaits, demandons-nous pourquoi ?
 
Mr Hardi nous dit résider à la Réunion. Il ne devrait pas hésiter à s’informer en lisant le livre du capitaine Marcel Barbarin qui a mis sac à terre sur l’île en 1998. Barboter sur une planche et étudier des bouquins sur le droit maritime, ne fait certes pas un marin mais comment justifier tant d’ignorance sur un monde qui n’est pas celui de "OUI OUI" ?
 
 
Cet ouvrage relate les débuts de l’auteur à la Sapmer, en 1967, avec le capitaine Barbanton et quelques-unes de ses histoires, puis les affrontements avec les premiers braconniers de langoustes, Japonais, Australiens, Sud-Africains et un Douarneniste tenace, Jean Le Gall. Un peu plus tard, un autre braconnier, l’Australien John Chadderton, aurait sabordé son navire, le « Southern Raider », sous les tirs du patrouilleur « Albatros ».

Viennent ensuite les années ayant vu l’ouverture à la concurrence et l’attribution de quotas excessifs. Le petit écosystème fragile ne résiste pas à la surexploitation, entraînant le désarmement des navires. Les trois armements réunionnais se rassemblent au sein d’un GIE qui obtient le quota de pêche des langoustes en armant un seul navire pour cette activité, afin d’assurer la pérennité de la ressource et de l’exploitant, le « Cap Horn » de 1975 à 1980, puis l’ « Austral » (ex « Pierre Pleven ») jusqu’en 1993, et le nouvel « Austral », sorti du chantier polonais de Gdynia, sur la Baltique en juin 1993.

Les premiers essais français de pêche du poisson au chalut dans les eaux froides de Kerguelen se font dès 1968, par le « Sapmer », puis seront poursuivis en 1979 par le « Jutland » de la SNPL. Une pêche régulière du poisson des glaces se met en place à partir de 1981. Il faut attendre 1990 et la découverte d’une importante ressource en légines pour que l’activité devienne enfin rentable, ouvrant ainsi la voie aux armements français. La légine, poisson à chair blanche et grasse, est recherchée par les marchés asiatiques et américains. Malheureusement à partir de fin 1996, une armada de palangriers braconniers à majorité hispanique, pille la ressource halieutique dans la zone économique française de Kerguelen et de Crozet. La Royale arraisonne 20 braconniers qui sont conduits à la Réunion ; cinq d’entre eux sont coulés au large de l’île.
 
 
 
Conclusion

Tout le discours de Mr Hardi à propos du droit international public avait un seul but : nous étourdir puisqu’il ne peut s’appliquer à une organisation non gouvernementale !
Toutefois elle peut devenir acteur du droit international dans le sens où ses prises de position feront évoluer le droit international. Pour se faire, la condition simple : être considérée comme légitime au sens moral par ses valeurs, sa stratégie et ses actions.
 
Quand quelqu’un (Mr Hardi) s’interroge sur « la légalité internationale vue » par une ONG, il cherche uniquement à lui dénier sa légitimité morale et par là, à lui enlever son influence, c'est-à-dire plus encore ! 
 
A l’inverse de Mr Hardi qui considère que la démocratie participative est nuisible, certains lui reconnaissent … « une grande utilité technique et le statut privé d’une ONG peut se révéler fort commode. Telle est d'ailleurs la raison pour laquelle les Etats peuvent déléguer certaines compétences à ces associations. »(4)
 
 
 
Je le répète :
à qui profite le crime quand on critique Sea Shepherd ?
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • kriké 12 juin 2012 11:11

    @ l’auteur merci pour l’article

    ce mr Hardi lors de notre dernière confrontation m’a dit texto :
    « mais je ne peux effectivement pas voir Watson en peinture »
    cela me suffit pour juger de ses motivations,et je comprend bien
    que Watson fait piquer des colères à pas mal de mafieux et les états
    (comme le Costa Rica) qui les protègent.

    Un commentaire sur les surfeurs à la noix,quand on prend des risques
    il faut les assumer,on ne va pas tuer tout les lions parce que des joggeurs
    trottinent dans la savane.C’est justement le danger qui fait la gloire et la
    renommée de ceux qui pratiquent ce genre d’exercices (grimpeurs à mains nues etc..)
    alors ces surfeurs petits bourgeois du dimanche n’ont qu’a aller dans la piscine
    à vagues, un maitre nageurs les surveilleras en cas de problèmes,
    les pauvres chéris.

    je me suis mis hors la loi pour faire arrêter un violeur insaisissable
    javais appris ou était stationnée sa voiture,je lui est dérobé à 6 heure du mat
    et immobilisé sur un passage de bus.
    fourrière direct
    je connaissait la femme qu’il avait été violé et elle informe la police
    de ce fait sans donner d’explication sur l’info.
    Le crétin se pointe à la fourrière et basta la police le coffre.
    Il aurait pu porté plainte pour vol de voiture et un juge comme le sinistre sir
    si dessus nommé, me coffré..... 
    Des histoires comme cela j’ en ai vécu d’autres et des plus durs
    quand on se frite en solo avec des mafieux c’est sportif aussi
    la police ne peut pas être partout et des décisions personnelles
    ou des engagements hautement moral prime parfois sur des lois
    qui seront toujours imparfaites et impossibles à toutes les respecter.
    le moyen le plus sûr étant d’être juge assis derrière son tas de dossier
    jusqu’à la fin de ses jours.

    On attend ici mr Hardi pour une deuxième couche. smiley


    • MANGO BINGO 16 juin 2012 05:50

      On lira surf session en septembre 2012 , Hardi .

      wake me up when September ends

      here comes the rain again
      falling from the stars
      drenched in my pain again
      becoming who we are

      as my memory rests
      but never forgets what I lost
      wake me up when September ends

       

      Greenday

       

      Dans votre colère,vous avez oublié que le projet etait la protection du surfer ,pas d’en découdre advitam aternam avec les sscs ...Mais je comprends que face au vide de l’ existence (parfois),se confronter à un ennemi international sorte temporairement de l’anonymat ecrasant ,et que cela donne posts aprés posts un sentiment d’importance et d’écrire l’histoire.

      Je respecte ce choix.


    • kriké 12 juin 2012 11:44

       la solution pour les plages « infestées » de requins est de mettre une pancarte d’information
      ou d’interdiction et laisser les gens prendre leurs responsabilités.
      on peu aussi mettre des filets de protection,des rideaux à bulles, pour les minos

      Ceux qui font du hors piste ne sont pas tous morts que je sache.

      « Essayer de tout comprendre en fonction de la mémoire, du passé et des écrits,
      c’est comme avoir vécu l’essentiel de sa vie, le nez dans un guide touristique,

      sans jamais regarder le paysage. »

      Éloge de l’insécurité - Alan Watts


      • kriké 12 juin 2012 12:04

        Il n’y du danger partout autour de vous

        attention cette vidéo peut choquer les âmes sensibles
        un exemple parfait montrant le caractère imprévisible et quasi-inéluctable d’un accident
        de voiture

        ouvrir le lien en onglet ou fenêtre (clic droit sur le lien)
        le retour sur la page agoravox est bloquée après un clic directe sur le lien
        pas grave mais oblige à ré-ouvrir le navigateur

        Les requins laissez-moi rire et le code de la route ne vous protège pas.
        on pourra faire des lois et des lois et encore des lois,vous avez-été depuis la
        nuit des temps en danger et c’est encore pire maintenant.

         


        • Corinne Colas Corinne Colas 12 juin 2012 17:22
          Effectivement, j’ai pensé en premier faire ce genre de réponse : une petite mise au point !

          J’ai relu attentivement l’article en question. Cela méritait pour toutes les personnes qui souhaitent s’informer sur la légitimité de Sea Shepherd d’aller au fond du sujet, soit donc forcément un article technique. Je comprends tout à fait que vous puissiez le trouver long et ennuyeux... mais il a l’avantage de mettre les choses au clair. 

          Vous indiquez dans votre commentaire que c’était une « équipe de bras cassés ». Je pense au contraire que sous couvert de propos provocateurs, cette action concertée est faite de manière professionnelle. L’auteur savait parfaitement où nous mener... Une réponse superficielle aurait profité à la polémique... qui était à l’évidence le but recherché quand il a écrit son papier.

          Je pense que c’est un sujet important, voire grave dont on va certainement reparler dans les mois à venir.



          Cordialement à tous

        • Corinne Colas Corinne Colas 13 juin 2012 17:03

          Tout est question d’argent ! Sea Shepherd, c’est une épine dans le pied de la pêche industrielle qui racle sans discernement. 

            « La finance a ses paradis fiscaux, la pêche ses écumeurs des mers !

            tout le monde y participe suffit du bon pavillon au bon moment…le poisson illégal se retrouve dans l’assiette comme l’autre. 

          Quant à la Réunion proprement dite, mieux vaut détourner l’attention des cages à poisson et des dispositifs DCP

          sans compter que le requin n’est pas vendeur sur un guide touristique 

          il y a des histoires qui arrivent à point... 

          Disons qu’ici, la double casquette surfeur/ juriste a permis au monsieur de jouer sur deux tableaux : un article où l’on énonce des principes de droit, des commentaires d’ado boutonneux pour la provoc. 

          Sauf qu’un surfeur n’a pas spécialement le bulbe aussi ramolli (c’était trop caricatural) et qu’un juriste n’aurait jamais écrit ses âneries superficielles et hors sujet ... à moins d’avoir un intérêt précis à créer l’intox à l’intention des gens de bonne foi. 

          L’auteur tout fier de n’avoir aucune réponse spécifique au thème de son article, a précisé sa qualité : prof de droit maritime à l’intention des adultes, histoire de clore le bec… mais du coup, s’est tiré une balle dans le pied en le disant. A qui enseigne-t-il quelques rudiments de droit d’après vous ? Certainement pas aux surfeurs, les dindons dans l’histoire…

          Si ces surfeurs recherchent leur copain Hardi sur l’eau (facile à la Réunion), ils ne le trouveront pas. Oh, c’est balot..ne peut plus en faire à cause du mal au dos ! 

          Je vous l’accorde, ils sont encore un peu maladroits dans leur com façon sous-marin en comparaison d’autres lobbyings plus anciens sur le marché et puis c’est à l’échelle d’une île pour le moment mais cela fait des émules.... 

          Faut croire que cela marche quand même puisque les médias sur Paris, leur ont naïvement donné la parole en marge de la manif de soutien à P. W. incarcéré à ce moment là. 

          Bien sûr qu’il y a une poignée de surfeurs ds leur soi-disant organisation (c’est comme pour les labos pharmaceutiques, faut bien des malades pour vanter un produit) mais aller jusqu’à Paris, histoire de se faire interviewer ? Voir dépêche AFP.


          Le prochain Hardi sera sans doute un spécialiste « sincère » de la biologie marine, ou un philosophe à l’esprit libre qui viendra nous alerter sur l’intégrisme biocentriste de Sea Shepherd qui désire l’éradication des humains...


           Comme l’a dit kriké, on l’attend pour une deuxième couche. 

          L’important n’est pas de convaincre les convaincus mais les autres avec des arguments vérifiables. Les gens sont intelligents, suffit de leur présenter tous les éléments. 

          A force de trop tirer, les cartouches s’épuisent un jour… 

           


          • snakos 14 juin 2012 17:57

            à vous lire je me demande où est la bonne foi.


            enfin... vous vous y croyez. c’est ce qui fait la force des SS. la fanatisme de leurs adhérents...

          • Shark eater 15 juin 2012 09:08

            Comme le dit si bien les auteurs de south park : « Paul watson est une pute médiatique »

            C’est vrai que votre« tele réalité » c’est pour la cause !!!!!

            Quand a l’article l’auteur ne justifie rien il ne fait que jouer sur les mots ceci est indigeste et ressemble a la soupe d’un hippie vomit pour son bac de Français !


          • mango 14 juin 2012 12:13

            finalement le problème d’attaques à la réunion ça vous interesse pas...la recrudescense des bouledogues sur une zone balneaire fermée ,2 personnes décedées vous vous en foutez !

            continuer vos bla bla ,nous on est sur place ! et on agit...vous pourrez tjrs faire 4 km de posts avec vos latitude ,nrj et autres...revolutionnaire d’opérette et horloger raté...

             des dons...des dons...des dons...des dons...sauvons paulo...

            pas de lobby de pêche à la réunion,arrêtez de faire de la désinformation et de salir les reunionnais ! 

            tous derriere lamya à raconter n’importe quoi !!! pauvres moutons !

            • MANGO BINGO 16 juin 2012 05:15

              pas de lobby de peche à la réunion ?????Et ça :http://www.clicanoo.re/326694-lasson-veut-amputer-la-reserve-marine.html

              « Jean-Marie Lasson se dit favorable à des prélèvements de requins y compris dans la Réserve. Selon quelles modalités ? »De temps en temps, quand on en observe« . À ses côtés, c’est un sauveteur expérimenté, Olivier Marimoutou, qui précise les conditions requises selon lui. »Il faut seulement prélever les spécimens qui sont dans la zone juste après une attaque« . Le candidat approuve et se dira même quelques minutes plus tard favorable au retour du surf sur les deux spots saint-gillois. En dépit des réticences de la Ligue et de champions locaux comme Amaury Laverhne. »

               LOL ! ça en a meme fait une campagne electorale (ratée ) :des menteurs ,des tueurs,des faux culs qui ne s’assument pas  !

               


            • Laurent 14 juin 2012 12:19

              Quelle tartine indigeste....faudrait arrêter d’étaler pour que ce soit lisible....nul et prétentieux !

              Et puis pourquoi vouloir absolument tout justifier ? 
              au bout de deux paragraphes on s’emmerde royalement.

              faites un condensé svp.


              AFBAZ

              • 974 réunion 14 juin 2012 12:44

                SS s’étonne aprés avoir bavé sur les surfeurs de se prendre un retour de baton ???

                Si Mr Watson est a la zole c bien qu’il y a des choses illégales la dessous, au fait comment a été payé sa caution ?

                Il y a des lois qu’il faut respecter malgré tout, et quand les membres de SS réunion sétonne qu’un kite surfeur resté 1h ds l’eau ne se soit pas fait bouffer par un bouledogue ou est le respect de nos amis disparus.

                Alors allez donner vos lecons de droit et d’autre chose ailleurs, car c plutot vous qui etes en danger...en ce moment !!!

                isn’t it Mr Watson ???


                • Feelgood Feelgood 14 juin 2012 17:25

                  Sea Shepherd la honte mondiale des ONG avec :

                  1/ au somment, un gourou qui ment de manière éhontée (la balle a fusionné avec son insigne de shériff des mers, trop de la balle !!!!),

                  Le faux capitaine qui découvre s’être pris une balle stoppée par son gilet pare-balles et ... sa sublime médaille de shérif anti-braconnage. 

                  http://www.youtube.com/watch ?v=4Gb7fHR0X7Q

                  Un vrai western à la sauce spaghetti. 

                  Des mensonges énormes que les gens gobent aveuglément, sans aucun esprit critique. 

                  Gravissime.



                  2/ au bas de l’échelle, des sbires qui veulent devenir calife à la place du calife et se retrouvent également obligés de mentir pour faire parler d’eux et maintenir le buzz :


                  De biens jolis films qu’on diffuse allègrement et qui vous font gagner en crédibilité... 



                  • Feelgood Feelgood 14 juin 2012 18:33

                    Juste par curiosité, que pensez-vous de cette fameuse balle perdue ? 


                    Que pensez-vous de vos collègues « réunionnais » qui dénoncent la pêche intensive de requins réunionnais ?

                    • sebswin 14 juin 2012 20:42

                      non mais ho, vous n’avez pas d’autres chats a fouetter ? le mouton à la memoire courte on dirait.

                      pourquoi à la réunion on ne veux pas de vous et travaillons avec d’autre ong : a cause de l’agression verbale de votre chere lamya, insuportable pour tout le monde tant dans la forme que dans le fond (genre on estde metropole vous n’etes que des surfeurs ignares) alors que ce t evenement dépasse tout ça.
                      la création de sea sheperd réunion basée sur le mensonge et une idée encore plus extrémiste de l’écologie est un echec ,pour preuve, aucun réunionnais de souche n’est parti prenante du projet ( conséquence du paragraphe au dessus plus continuité dans la stigmatisation de surfeurs pêcheurs, massacre imaginaire de requins etc) 
                      et là vous faites les pleureuses a essayer de defendre votre cap’tain...nous n’avons aucune compassion pour lui, il a insulter les « tueurs de requins » (sic) lors de votre rassemblement a paris....
                      sa situation n’est autre que la conséquence du non respect des population locales à travers le monde
                      juste un truc, le monde appartiens aux lobbyistes, pas aux « pseudo revolutionnaire boutonneux ou frustrés par la vie ».....manque d’intelligence tout ça
                      de toute façon vous etes cuits à la réunion......

                      • IrreverSEAble Edy de Nantes 15 juin 2012 01:05


                        Voici le témoignage de FX pelletier Ethno-cétologue, réalisateur, photographe et écrivain, étudie principalement les relations 
                        entre les communautés traditionnelles et les mammifères aquatiques. Ce monsieur agit au féroé depuis plus de 20 ans, il a travaillé avec SS sur ce sujet. Aujourd’hui il livre ses impressions sur le travail et les méthode de SS que le Dalai Lama dénonce. Ceux ci est un extrait d’échange trouvé avec la présidente de SS france :

                         « Je vois que tu joues toujours dans la finesse. Quelle prétention et arrogance de croire que je puisse être aigri ! Mais de quoi ? J’étais sur place en même temps que SSCS, j’ai été le témoin de beaucoup de choses que j’ai filmées, enregistrées et en dépit des agressions permanentes que j’ai subies j’ai fait le boulot que j’étais parti faire pour trouver une solution durable à l’abolition du grind, sans émission de carbone ni fanfaronnade. Si j’ai le melon comme tu l’as craché dans un gentil message, tu as la pastèque ou même la citrouille en écrivant ton »journal de bord« , qui entre nous ne fait pas avancer grand chose à part ton ego. C’est la seule réponse que j’ai faite et que je ferai à tes élucubrations, car j’ai d’autres globis à fouetter. Je travaille sur documents et preuves, et ne me contente pas de slogans, ou d’autosatisfaction qui bien souvent dissimulent la vérité. Mais ne t’inquiètes pas je communiquerai tout cela en temps utile.
                        Oui ! le fait d’utiliser autant de carburants polluants pour une campagne dite écologique, m’a dérangé et je n’étais pas le seul à bord. Plus de 100 000 euros l’an dernier si je me souviens bien rien que pour le fuel ? Alors que dire de cette année avec deux bateaux, un hélico... J’avais proposé, souviens toi, pour d’éventuelles prochaines campagnes l’usage d’un voilier et non un producteur de CO2 et de mercure. Tu es mal placée pour parler de bénévoles lorsque tu es toi-même largement salariée par Stéphane Gilli. Si tu penses que c’est être fanfaron que de réclamer justice à propos de ce cimetière que l’équipe de cette année aurait soi-disant découverte !!! Alors oui je suis fanfaron. Relis ton journal de bord de la campagne 2010 à ce sujet... Là encore tu joues avec les chiffres pour faire croire à un mensonger sauvetage des globis cette année : Ces grinds ont eu lieu tout début juillet et fin aout, dates à laquelle cette année vous n’étiez pas présents. Lorsque vous parlez de deux mois de séjour sur place, j’ignorais que 38 jours faisaient deux mois... La première fois depuis 37 ans qu’il n’y a pas eu de grinds en juillet-aout ??? Relis les statistiques... et tu comprendras mieux ton erreur... Le changement de saison comme tu le dis est parfaitement explicable et je l’expliquerai bientôt avec toutes les preuves à l’appui. Quand aux grindeformen et aux policiers, c’est mal connaître la situation locale et donner peu d’importance au rôle et à l’influence des grindforemen, même si c’est effectivement le Shériff qui doit prendre la decision finale. C’est aussi minimiser le rôle et l’importance du grind dans la politique locale. Quant au sabotage du doc d’Animal Planet / SS c’est de la parano totale et c’est me donner beaucoup d’importance. Et à vous entendre vous aviez plus de contacts avec la police que moi qui la fuyait ! Non je ne me suis pas interessé à SS aux îles durant mon séjour d’un mois mais bien à la défense des globis et non pas à me faire admirer pour chaque action menée. Un certain Magnus qui prétend que vous avez menti pour le faire passer pour un membre de SS et un opposant au grind m’avait contacté pour une interview. Je ne l’ai pas faite car encore une fois la raison de mon séjour n’était pas SS. Vous devenez complètement mégalos en focalisant l’interêt des médias sur vous-mêmes, c’est suspect. Si les féringiens devaient avoir peur de quelqu’un, ce qui n’a jamais été le cas, cela aurait aussi pu être de moi, même seul, car les images que j’ai tournées en 87 les ont profondément marqués. Mais je n’ai pas la même prétention que SS. Je me bats pour essayer de sauver les globis et je suis sûr que l’action agressive de SS est improductive car elle n’a fait que développer le nationalisme féringien et leur volonté de tuer des globis, juste par provocation. Qui se laisserait insulter et donner des leçons à la manière SS ? Sûrement pas des français, encore moins des américains ou canadiens...Merci d’être contente de l’article du Sosialurin qui a sabordé mon travail. Je n’en connais pas encore l’origine. Quant à la jalousie, ou la mauvaise foi je te laisse à tes injures. Pour moi l’écologie c’est avant tout le respect et le partage. »
                        Dans la période de crise économique, social et politique qu’on connait, on assiste a une forte monté de l’extrémisme. Face à la crise écologique on ne doit pas non plus céder à la facilité de l’extrémisme écologique, dans un monde de plus en plus complexe et tendus. Le rassemblement, la coopération, la diplomatie, la négociation doivent rester les maîtres mots. 
                        Ne vous en déplaise l’extrémisme écologique est une réalité : livre :« la face caché de l’écologie » ou « l’écologie radicale ».
                        L’impérialisme écologique en ait une autre:livre :« peurs vertes morts noirs:l’impérialisme écologique ».
                        Concernant le cas de la Réunion avec cette ONG, salir la mémoire d’un jeune au lendemain d’une disparition plus que tragique et stigmatiser une communauté en deuil est une drôle de façon d’aborder l’écologie. Cas similaire a Saint Pierre de Miquelon en 2008 après la disparition de 4 pêcheurs. 
                        Pour finir la ou vous avez raison c’est que nous ne somme pas des pro, ni au service de quelques lobby que se soit. Nous sommes des citoyens lambda qui s’interrogeons, s’informons et dénonçons certaines pratiques. Sortir des sentiers battus de l’autoroute de la pensée unique n’est pas un crime. Nous avons un vécu avec cette ONG, on a non seulement le droit d’avoir une vision différente, mais aussi dans le pire des cas le droit de se tromper. 
                        Beaucoup d’entre nous sont à l’origine d’initiative en faveur de l’environnement ou de la mer. Par pitié sortez de cette vision mono chromique ou d’un coté il y a le gentils Watson et de l’autre les méchants massacreurs des mers. 

                        • Shark eater 15 juin 2012 09:11

                          ben ils sont ou les SS ? parti pleuré !


                          • albert romualde 22 juin 2012 19:41

                            IL EST BIEN CE PIERRE GLEIZES, ILS VONT AVOIR DU MAL A REPONDRE LES CALIMERO SS :http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/220612/haines-et-baleines


                            • Feelgood Feelgood 22 juin 2012 20:18

                              Mdrrrr..... Bah ils auront encore réponse à tout. 


                              Ils sont victimes d’un complot interplanétaire !!!! Financé par la mafia asiatique, costaricienne et réunionnaise.... !

                              De vrais charlots ces SS.

                              • albert romualde 22 juin 2012 20:25

                                C`est quand meme quelqu`un ce pierre gleizes , ils ne vont pas pouvoir dire qu`il n`est pas credible ...ou alors ils sont vraiment de mauvaise foi.


                                • Feelgood Feelgood 23 juin 2012 05:11

                                  Ils sont vraiment de mauvaise foi... Et ils vont le prouver.

                                  Ils tenteront toujours de rebondir. Leur gourou risque la prison, l’exécution même d’après ces sinistres corbeaux, la présidente SS France traîne maintenant de magnifiques casseroles, et on entendra toujours les disciples la ramener bien fort. 
                                  C’est beau la piraterie des temps modernes !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès