Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le mythe du discours du chef Seattle

Le mythe du discours du chef Seattle

Rédigé par Ted Perry en 1970

Énormément chéri par les cœurs verts est le mémorable discours de 1854 attribué à Seattle, chef des tribus indiennes Duwamish et Suquamish, devant le gouverneur Isaac Stevens et dont de longues citations courent le monde, dans des articles, des films, à l’entrée de parcs nationaux, sur Internet. Certaines nous sont devenues excessivement familières :
 
Comment pouvez-vous acheter ou vendre le ciel, la chaleur de la terre ? [...]
L’air est précieux à l’homme rouge, car toutes choses partagent le même souffle. [...]
 
J’ai vu un millier de bisons pourrissant sur la prairie, abandonnés par l’homme blanc qui les avait abattus d’un train qui passait. Je suis un sauvage et ne comprends pas comment le cheval de fer fumant peut être plus important que le bison que nous ne tuons que pour subsister. Qu’est-ce que l’homme sans les bêtes ?. Si toutes les bêtes disparaissaient, l’homme mourrait d’une grande solitude de l’esprit. [...]
Nous savons au moins ceci : la terre n’appartient pas à l’homme ; l’homme appartient à la terre. [...]
 
Très joli, très poétique. Juste un petit problème : les citations sont une falsification. Les paroles ne sont pas du chef Seattle, mais d’un scénariste de la télévision de 1970, Ted Perry. Comme l’a découvert la journaliste Paula Wissel, Perry écrivit le « discours » pour le scénario d’un documentaire sur l’environnement parrainé par la commission de Radio et de Télévision Baptiste du Sud, et diffusée par la chaîne ABC. C’est un membre même de la tribu Suquamish qui dénonça l’imposture. Paula Wissel obtint tous les renseignements auprès de Rick Caldwell, du Musée d’Histoire et d’Industrie de Seattle, et de Rudolf Kaiser, un chercheur allemand. Tous deux poursuivirent le mythe et remontèrent jusqu’à Ted Perry, qui cherchait quelques citations du 19e siècle à inclure dans son scénario écologiste. Malheureusement, en 1850, aucun indien n’usait du jargon écologiste de 1970. Caldwell, depuis, passe son temps à répondre sur des questions concernant le discours mythique. Mais il se trouve toujours des irréductibles qui, malgré les faits (les bisons ne vivaient dans ce climat humide, les trains n’arrivèrent à Seattle que 14 ans après la mort du chef indien, etc.), se refusent à accepter le fait que ce discours soit un faux.
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.08/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • LeGus LeGus 6 mai 2010 10:46

    Pas d’État à pourfendre aujourd’hui ?
    Petite forme, petit article.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 6 mai 2010 10:48

      J’adooore les mythes façon Lucilio,

      c’est Johnny Walker qui a vendu à Victor Rumba la recette du pacabo-malibu, ils l’ont touillé ensemble le soir d’une partie chez Rosa Cigarine et quand ils étaient complètement bourrés, Henry Killer s’est levé la bouteille à la main et a déclaré l’air solennel : Hugh !

      La légende était née. Merci pour cet éclairage de dents.


      • morice morice 6 mai 2010 13:06

        http://www.contrepoints.org/Bernard-Carayon-contre-les.html

        a voir ce que vous soutenez comme propos...

        fessard, théologien...’« « théoricien du gaullisme » »

        http://www.puf.com/wiki/Autres_Collections:L’anthropologie_sociale_du_Père_Gaston_Fessard

        Troisième partie. — Du bon usage des dialectiques maître-esclave et homme-femme à la lumière du rapport païen-juif
        XV. Société et histoire
        XVI. Fraternité universelle
        XVII. Paradoxe et Mystère du peuple juif
        XVIII. La dialectique du païen et du juif, source et mesure des dialectiques maître-esclave et homme-femme
        XIX. Ontologie historique et dialectique
        XX. Souplesse et exigence d’une perspective systématique
        XXI. De son trésor tirer de l’ancien et du neuf





        • LE CHAT LE CHAT 6 mai 2010 13:17

          pleins de discours de chefs indiens , lesquels sont vrais ?


          • Claude Hubert rony 6 mai 2010 18:25

            c’est en fait le message que lucilio n’aime pas...
            bof ! article sans aucun intérêt.


          • foufouille foufouille 6 mai 2010 13:52

            homme blanc libertaryen etre superieur !


            • Traroth Traroth 7 mai 2010 15:32

              Merci à Agoravox de fournir les moyens de la censure aux auteurs. Lamentable...


            • Kakapo Calimero 6 mai 2010 17:51

              Après s’être attaqué aux peuples et comme de ce coté là il n’y a plus rien à tirer, ils sont rincés (plus solvable), l’ultra-libéralisme s’attaque donc aux minorités ethniques de l’empire. On croyait que la tache était terminée : parqués dans des réserves, la bouteille d’alcool a la main. Peut-être pour faire main basse sur la formidable manne de leurs casinos.

              Pourtant « l’auteur » aurait pu faire un formidable article sur la presque éradication des Amérindiens aux États-Unis (exemple rare d’un pays qui a colonisé son propre territoire et sa propre population au 19eme siècle) et de celle des bisons qui a une même cause unique : le chemin de fer. Article on ne plus gênant au vu de l’idéologie du dit « auteur ».

              Quand la « grande Main invisible » aura disparu avec sa cohorte de parasite, il ne restera plus rien sur cette pauvre planète : tout aura été pillé, détruit.


              • Le péripate Le péripate 6 mai 2010 18:05

                J’adore votre cohérence : les indiens, qui ont été éradiqués, sont des clochards ( fantômes ?) qui possèdent des casinos.
                Si vous ne voyez pas le ridicule de cette addition de clichés contradictoires, c’est que vous avez un problème.


              • Kakapo Calimero 6 mai 2010 18:25
                • Presque éradiqués.
                • Alcool = clochards ? Drôle d’affirmation : nous vivons dans le pays du vin !
                • toutes les « tribus » ne possèdent surement pas de casinos.
                • ridicule : dans le fond, non, je ne crois pas.
                • Clichés : peut-être...
                • contradictoire : il y a une certaine logique.
                • si j’ai un problème : surement, qui n’en a pas.

              • boris boris 7 mai 2010 09:47

                Le péripate tu n’as pas oublié de descendre tes ordures ?


              • Traroth Traroth 7 mai 2010 15:35

                Le péripate, toujours du côté des puissants contre les faibles !

                Ah ça, on peut lui faire confiance sur ce point.


              • Chabinpolitain 6 mai 2010 18:13

                Je soupçonne Lucilio d’être un adepte fervent du masochisme, puisqu’il se prend une tôle sévère à tous ses articles nauséabonds et qu’il y revient pour s’en reprendre une petite dose...


                • Traroth Traroth 7 mai 2010 15:35

                  Merci à Agoravox de fournir les moyens de la censure aux auteurs. Lamentable...


                • voxagora voxagora 6 mai 2010 20:22

                  Il y a plusieurs façons de lire l’article il me semble.
                  Par exemple comment les scénaristes de télévision
                  peuvent nous prendre pour des cons.


                  • Chabinpolitain 6 mai 2010 21:22

                    Allons, pas d’hypocrisie, sous le prétexte fallacieux de liberté d’expression et de multiplicité des points de vue, toute personne tant soit peu sensée se rend bien compte que se délectent de ce site les droites les plus extrêmes !
                    Qu’il s’agisse de libéraux totalement égocentrés ou de fascistoïdes les plus glauques, il ne s’en trouve pas qui soient honnis par les modérateurs et on « replie » la simple mise en avant du côté soupçonnable et suspect d’un auteur par ailleurs fort connu pour ses prises de position particulièrement partisanes !!!
                    Il se trouve dans les réactions des lecteurs des propos ouvertement xenophobes qui n’ont jamais été modérées ou censurées !
                    Prenez donc vos responsabilités jusqu’au bout, QUI ne respecte pas la charte ???


                    • Traroth Traroth 7 mai 2010 15:37

                      Merci à Agoravox de fournir les moyens de la censure aux auteurs. Lamentable...


                    • Pyrathome pyralene 6 mai 2010 22:48

                      Euh ! ça parle de quoi ce torchon ? du massacre des indiens par les hordes de sauvages barbares anglo-saxon assoiffés de sang et d’or ?
                      Lulu on s’en fout de tes mensonges......


                      • Traroth Traroth 7 mai 2010 15:38

                        Merci à Agoravox de fournir les moyens de la censure aux auteurs. Lamentable...


                      • eric 7 mai 2010 07:14

                        Excellent ! Je connaissais le discours, J’ignorai l’origine. Tous ce qui peut aider à sortir les gauches de leurs discours religieux, pour les ramener avec nous « ici et maintenant » dans la sphère de la réalité et de la démocratie est positif.
                        A quand une série d’articles historiques sur Robespierre et Danton financés par Orléans pour devenir calife à la place du calife. Lafarge réinventant les chambre à Gaz dans la tradition de Monge, La gauche 1848 défendant l’école privé contre l’école d’Etat ? Préconisant le colonialisme en indochine ? Reprenant mot pour mot lors de la guerre d’Irak 2 les arguments de Le gallou Le pen sur la guerre d’Irak 1.
                        « J’ai fait un rêve ». Un jour nous pourrons dialoguer ensemble enfin sorti de leur manichéisme.....


                        • boris boris 7 mai 2010 09:45

                          « Saviez-vous que les arbres parlent ? Ils le font pourtant ! Ils se parlent entre eux et vous parleront si vous écoutez. L’ennui avec les Blancs, c’est qu’ils n’écoutent pas ! Ils n’ont jamais écouté les Indiens, aussi je suppose qu’ils n’écouteront pas non plus les autres voix de la nature. Pourtant, les arbres m’ont beaucoup appris : tantôt sur le temps, tantôt sur les animaux, tantôt sur le Grand Esprit. »

                          Le probléme avec le barman c’est qu’il n’écoute pas non plus et fais de la provoc facile avec des articles bidons.


                          • Voris 7 mai 2010 09:59

                            Boris, si c’est de la contrefaçon, vous êtes un poète et on va nous confondre. Et votre réputation de Brute, vous y avez pensé ? Non, bien sûr ! Déjà que nos patronymes se ressemblent. Je rappelle d’ailleurs que Boris est celui qui porte (avantageusement) le chapeau et la moustache.

                            Retour au sujet : « Libérez mon esprit » : sur le grand Geronimo.


                          • Traroth Traroth 7 mai 2010 15:39

                            Merci à Agoravox de fournir les moyens de la censure aux auteurs. Lamentable...


                          • sisyphe sisyphe 7 mai 2010 10:00

                            Lucilio est en train d’enfoncer tous les records :

                            1) de votes négatifs sur tous ses articles

                            2) de repliage de commentaires

                            Un triomphe ! smiley smiley


                            • Traroth Traroth 7 mai 2010 15:39

                              Merci à Agoravox de fournir les moyens de la censure aux auteurs. Lamentable...


                            • Traroth Traroth 7 mai 2010 15:41

                              A partir de dorénavant, je signalerais un abus à chaque fois qu’un auteur repliera un commentaire sans raison évidente. Je recommande aux autres lecteurs et commentateurs de faire de même. Ce système de censure à la disposition des auteurs a été introduit après un sondage qui a clairement démontré que tous les participants aux forums étaient contre !


                              • Traroth Traroth 7 mai 2010 16:54

                                Article ignoble reprochant on ne sait quoi à un chef indien, alors que l’auteur ne consacre pas un mot au génocide le plus abominable et le plus complet de l’histoire de l’humanité. En fait, il faudrait inventer un nom particulier pour quand on extermine un continent entier. Continencide ?


                                • boris boris 7 mai 2010 20:20

                                  Tiens celle-là tu devrais la mettre à la tête de ton plumard, le barman.

                                  "Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre.

                                  Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage."

                                  Tatanka Yotanka, ou Sitting Bull, grand chef Sioux


                                  • boris boris 7 mai 2010 21:14

                                    L’auteur,

                                    Tu as aussi ces paroles d’une chanson de Bécaud à une époque où la star’ac n’existait pas.

                                    Le premier grand chef de ma tribu
                                    S’appelait « Aigle Noir »
                                    Guerre après guerre, les Blancs se sont installés
                                    Et ont changé jusqu’aux noms des hommes
                                    C’est ainsi que dans notre petit village
                                    Nous avons eu George Washington, Aigle Noir
                                    Franklin Delanoe Roosevelt, Aigle Noir
                                    John Fitzgerald Kennedy, Aigle Noir
                                    Mais moi je m’appelle Aigle Noir
                                    Et mon fils s’appellera Aigle Noir
                                    Notre petit village s’appelait Yucatapa
                                    Yucatapa, l’île verte
                                    Ils en ont fait New York
                                    Mais moi j’habite à Yucatapa
                                    En plein milieu de leur New York

                                    Indiens mes frères
                                    Indiens mes frères
                                    Ils ont souillé
                                    Nos femmes et nos rivières
                                    Nos femmes et nos rivières
                                    Ils ont noyé nos terres
                                    Ils ont noyé nos terres
                                    Ils ont brûlé nos dieux
                                    Indiens mes frères
                                    Indiens mes frères
                                    Ils ont gagné

                                    Et moi, ils ne m’ont pas attaché
                                    Avec leur chaîne d’or et leur chaîne d’acier
                                    Et quelquefois je rêve
                                    Je rêve que je vole au-dessus de la ville pourrie
                                    Et je revois Yucatapa l’île verte
                                    Et de cette île verte
                                    Montent des fumées
                                    Alors je redescends tousser avec les autres
                                    Et je marche
                                    Je marche dans Broadway
                                    Qui serpente comme un sentier de guerre
                                    Dessous chaque pavé, il y a une hache de guerre
                                    Qui attend
                                    Et quelquefois je sens un arc dans mes mains
                                    Et je vise le haut d’un building
                                    Monsieur Rockefeller, ma flèche
                                    Et monsieur Rockefeller tombe du haut de son empire
                                    Ma flèche dans son œil
                                    L’œil crevé de monsieur Rockefeller
                                    Qui tombe et retombe

                                    Indiens mes frères
                                    Indiens mes frères
                                    Ils ont souillé
                                    Nos femmes et nos rivières
                                    Nos femmes et nos rivières
                                    Ils ont brûlé nos terres
                                    Ils ont brûlé nos terres
                                    Ils ont brûlé nos dieux
                                    Indiens mes frères
                                    Indiens mes frères
                                    Ils ont gagné

                                    Et voilà, je suis au milieu de la prairie
                                    De mon grand-père
                                    La prairie de mon grand-père
                                    Qu’ils ont appelée « Time Square »
                                    Et qui est grasse de pétrole et de rouge à lèvres
                                    Là où couraient les chevaux
                                    Personne ne me regarde
                                    Personne ne me voit
                                    Je suis indien, je n’existe pas
                                    On ne respecte pas un Indien sans ses plumes
                                    Et pourtant, ils sont chez nous mes frères
                                    Ils sont chez moi mes frères
                                    A Yucatapa, à Yucatapa

                                    Indiens mes frères
                                    Indiens mes frères ils ont souillé
                                    Indiens mes frères
                                    Indiens mes frères ils ont gagné


                                    • Ragin' Cage bee Ragin’ Cage bee 7 mai 2010 21:21

                                      Hate was just a legend
                                      And war was never known
                                      The people worked together
                                      And they lifted many stones.

                                       http://www.thrasherswheat.org/fot/lyrics_cortez.htm


                                    • boris boris 7 mai 2010 23:17

                                      Le top vraiment court et le short hyper mini, j’aime bien comme religion aussi !

                                       smiley


                                    • norbert gabriel norbert gabriel 30 avril 2012 16:09

                                      Cher Lucillo, relisez donc ce qu’ écrit en 1887 un journaliste dont les écrits figurent dans les archives des bibliothèque depuis 140 ans ... Vous y trouverez tous les éléments du discours, qui a été certes interprèté, parfois reformulé avec maladresse ou malignité, mais les bases y sont.
                                      Imprimés sur papier des années 1887 !
                                      c’est là, ça vous aurait évité d’écrire quelques sottises
                                      http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre32445.html


                                      • norbert gabriel norbert gabriel 30 avril 2012 16:14

                                        finalement ce sont les commentaires repliés les plus constructifs ... L’auteur a dû rater un épisode du mode d’emploi ....  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès